Accueil arrow News arrow Dernières news arrow NOUS, unité digitalisée, partie 1
NOUS, unité digitalisée, partie 1 Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 01-08-2016 00:06

Pages vues : 2457    

Favoris : 433

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : ADN, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Behaviorisme, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Communisme, Conte, Daesh, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Génocide, Histoire, Humain, Illusion, Image, Impur, Inquisition, Instant, Islam, Jardin, Jeu, Judaïsme, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Nomade, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Ptah, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Pur, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Science, Sécurité, Sédentaire, Serpent, Sexe, Silence, Social, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Vide, Volonté, Yokaï

 
camera_ernemann2450.jpg
 
 
NOUS, unité digitalisée, partie 1

RENONCE À CETTE VIE SI TU VEUX VIVRE !!! (1)

Bienvenue dans la société du code-narres (relater, historiser) et du salariat esclave moderne.
Bienvenue dans un monde selfisé où la marchandise, nous, les « joyeux contribuables et électeurs », nous contemplons, ou faisons un avec le Temple du monde que nous entretenons béatement comme des moutons menés par leur berger.
 
 
Depuis 1789 notre civilisation PRODUIT comme une usine produit des trucs en masse. Donc nous ne sommes qu’un individu, une unité digitalisé, une unité arithmétique dans la masse des humains, de France et du monde mondialisé, dénombrables comme des pommes de terre dans un sac à code-barres, un matricule d’assurance maladie ou sur un fichier de police, un nom sur un fichier électoral, un numéro de poste à l’usine, etc. Je compte pour « un » en tout. Mon voisin est le « deux », etc. Toute la structure sociale de l’après 1789 et dans sa laïcité limite l’individu à une pomme de terre, soit à limiter la vie ici-bas à la seule dimension quantitative des besoins physiques, donc de l’ego ; tout invite à croire, à persuader que ce qu’on appelle « la vie » se limite au sensible des pauvres cinq sens, entre l’instant de la naissance et l’instant de la mort. La laïcité ne peut qu’être une partie de la religion de l’argent et de la marchandise, LA RELIGION DE LA CITY DE LONDRES.
ET BIEN NON ! ET LES HUMAINS DE L’AVANT 1789 LE SAVAIENT. Ils étaient DES PERSONNES, et non des êtres humains parmi d’autres êtres humains, des patates, certains arrivaient à retrouver une structure identique à celle de tous les autres humains de cette planète, et au-delà…
 
Encore plus depuis 1789, comme des pommes de terre (analogie avec les Pommes du Jardin des Hespérides : celui qui mange ces Pommes n’a plus faim, ni soif, ni douleurs, ni maladies, et ces Pommes poussent tout le temps), nous sommes dans L’ILLUSION, LE POUR-VOIR ou POUVOIR soit l’exacerbation de la dualité sujet-objet.
NOUS SOMMES DANS HOLLYWOOD, L’ENTERTAINMENT, LE SPECTACLE, étymologie de dépit : pour-voir, voir d’en haut, prendre de la distance, donc du mépris, de la division. Le mot Re-garder exprime la duplication de l’ego, de la possession ou « moi-je ». NOUS SOMMES DANS LA CIVILISATION DE L’ÉPIER : BIG BROTHER : spectacle, selfie, spécifique, spectaculaire, spectre, spéculer, suspect, suspicion, prospectif, prospectus, etc. L’anglais dit « spy », espionner, de spice épice au 13è siècle, « to despice » : mépriser ; « to specify », suspect, suspicion, spectacle au 14è siècle : l’italien dit « introspezione ».

SPECTACLE-SPECTRE-SPÉCULER-SPÉCULUM : le cul, l’ego qui bouffe ce qui auparavant étant libre ; en d’autres mots l’entertainment capitalo-socialiste bouffe tout ce qui auparavant existait dans l’activité humaine à l’état gratuit, transparent, fluide, pour le digérer et chier la marchandise, le P’tit objet, comme dans la chanson en fin d’article. LA MARCHANDISE DEVIENT IDOLE SUPRÊME, LES CINQ SENS SEULS DEVIENNENT VENDEUR, SEUL LE SENTIMENT DEVIENT VENDEUR (voyez les flots de sentiments, de sentir-ment déversés suite à l’assassinat d’un prêtre catholique en France en juillet 2016, et qui ne résoudront ou n’apaiseront jamais rien, parce que tout se situe non seulement dans le sentiment mais dans l’image, l’artifice).

LE SPECTACLE COMMENCE AVEC L’INVENTION DU LANGAGE ÉCRIT : le monde sur un support quelconque jusqu’à moderne « papier » (et à ce hui digitalisé dans le binaire informatique).

Le maximum du spectacle va naître à la Renaissance avec l’imprimerie : nous sommes passés d’une pensée sur les choses à une pensée sur les représentations des choses, c’est-à-dire à une pensée sur la pensée ; l’imprimerie et son support papier en fut le modèle et l’informatique d’aujourd’hui n’en est que la conséquence directe grâce à la technologie du binaire. Alors notre conception moderne du monde et de nous-mêmes est, en quelque sorte, un sous-produit de l’invention du monde sur le papier, et naguère gravée dans la pierre symbolisant l’AXE DU TEMPS, DE LA DURÉE. Avec l’écriture sur papyrus, les civilisations se sont organisés dans l’espace (diffusion). Avec l’écriture remplaçant le langage parlé et la mémoire, l’histoire, les définitions deviennent explicites, les analyses logiques, calculées, dogmatiques ; ainsi s’installent durablement le renforcement du mental ou « raison ». C’est la fin de l’enchantement, la fin du Merveilleux, la fin de la poésie et le début du « monde moderne », donc le début de LA PRISON DE L’HISTOIRE OU TEMPS qui coule ET L’AFFIRMATION DES APPARENCES OU TRIOMPHE DE L’OPINON, et triomphe de l’histoire….

Au Moyen-Âge, les signes sont considérés comme faisant intrinsèquement partie des choses, tout comme leur nom. Mais au 17è siècle les signes vont devenir des « modes de représentations », donc DES OPINIONS RENFORCÉES : les représentations deviennent SPECTACLE parce qu’elles sont devenues radicalement distinguées des choses représentées. Pour représenter de manière fidèle, la langue doit être amenée le plus près possible du regard observant, presque plus de dualité sujet-objet, ce qui se passe en art, par exemple en aquarelle où dans un paysage sujet-objet FUSIONNENT : les choses observées et l’observateurs fusionnent les noms-les formes. Mais dès le 17è siècle l’opinion qui se nomme « langage scientifique » devient « une dénomination du visible » et prend ça pour « la réalité ». Les noms-les formes sont inventés et ont réduit ou effacé la faille interprétative entre sujet-lire-voir et l’objet-spectacle-re-présentation. L’opinion a donc mutée et s'est amplifiée.


CONTEMPLATION CON-TEMPLER : SPECTACLE = RELIER-RELIGION. Évidemment la Vraie Contemplation est INTÉRIEURE (concentration, dévotion et suppression de l’ignorance : tout est intérieur).

SPECTACLE = ÉLOIGNEMENT DE L’INSTANT.

« Mais les hommes veulent un bonheur absolu et permanent [société de consommation et du « plaisir »]. Celui-ci ne réside pas dans les objets mais dans l’Absolu. C’est la Paix, libre de souffrance et de plaisir - c’est un état neutre [le Soi] ». (Ramana Maharshi, entretien 28). Plaisir et douleur sont relatifs ; ils nous limite et sont des opinions, des désirs.
« Regardez seulement ce qui se passe dans le sommeil profond. Il n’y a pas d’ego, pas d’Inde, pas de chercheurs, pas de maître, etc., et cependant vous êtes, et même heureux. À votre réveil, l’ego, l’Inde, les chercheurs, etc., apparaissent. Mais ils ne sont ni séparés ni indépendants de vous ». (Ramana Maharshi, entretien 363).

De nos jours SPECTACLE = RELIER-RELIGION : voyez les réseaux sociaux et le selfie, les jeux vidéo devenant sport et compétition de la dualité winner-loser, les sports et le culte des médailles et diplômes aussi dans le winner-loser, le cirque médiatico-politique… de cette civilisation du narcissisme, du «moi-je ». Comme pour le passage au langage écrit, les personnes sont passé d’un rapport social naturel à un rapport social artificiel : celui représenté par DES IMAGES (selfie, avatars, anonymisation, gouvernement Re-présentatif, etc.).

Le spectacle chez les scolaires c’est l’affirmation d’une vérité (opinion) telle : « Dans une éprouvette fut versé… », comme si c’était la découverte du Graal. On est bien dans le Pouvoir, Pour-Voir : ce qui apparaît ou ce que j’ai devant est bon, c’est la preuve ». On est donc dans l’apparence, l’illusion. APPARENCE : étymologie de paraître, donc dualité sujet-objet.

La société de l’après 1789 a inversé le sens du mot CONTEMPLATION : comme dans la Vraie Contemplation et Réalisation du Soi, il n’y a pas de but à atteindre puisque ses moyens sont confondus à son but MAIS LA CROISSANCE EST TOUT car fondée sur l’évolutionnisme et sa « fin des temps » : la société de l’après 1789 se veut EN SON ENSEMBLE ne revenir à rien d’autre qu’à elle-même ; le Soi est mondialisé, GRÉGARISÉ donc inversé : le spatio-temporel engendre les Essences.

La société de l’après 1789 a transformé l’être en AVOIR (possession, ego), et en même temps toute réalité individuelle est devenu « sociale », car désormais dépendante ou ne vivant que par le social : les pommes de terre décrites plus haut !

APPARENCE, SPECTACLE : les images ou RE-présentation deviennent « réel » avec fabrication HYPNOTIQUE ; tout devient artificiel, virtuel et abstrait ; le spectacle-spectre étant à l’œuvre ! Ainsi tout devient mystifiable ET MANIPULABLE À SOUHAIT PAR LES MENEURS ATTEINT DU POUVOIR.

Cette société du SPECTRE-SPECTACLE est typiquement occidentale : VOIR, MESURER ou travail du chapeau ou de la raison. Mais l’endroit des choses/intuition/induction, ne peut se mesurer avec des instruments scientifiques. Avant 1789 toute mesure était à portée d’homme ; on mesurait avec ce qu’on avait sous ses pieds et à côté de soi. (Monde du Septénaire et du Sénaire). Les mesures étaient fondées sur la largeur du pied humain par exemple. La mesure de toute chose était l’homme. Maintenant c’est l’information-opinion, le géocentrisme-egocentrisme-spatio-temporel qui sert de mesure, et l’informe ou uniforme sert de marchandise/business, on s’éloigne vers une abstraction pour tenter de mesurer l’impossible mesurable. De plus notre vision est limitée par nos organes des sens, à partir d’un certain ordre de grandeur nous ne pouvons plus voir mentalement la « Réalité » (les machines fabriquées par l'humain n'y change rien).

Le spectacle-spectre éloigne de l’Instant puisqu’il Re-présente : on a une hiérarchie, ceux qui sont « sur scène » (l’État) et les spectateurs qui Re-gardent (les électeurs et citoyennisés), donc la parole et l’ego sera uniquement pour ceux qui sont sur scène ! C’est une singerie de l’Église. SPECTACLE = DUALITÉ SUJET-OBJET par essence. Dans SPECTACLE il y a TACLE : de l’anglais tackling, de « to tackle » : saisir ; identique à Pour-Voir ou Pouvoir. Tacler quelqu’un ou une opinion c’est le déposséder, lui voler ou détruire son opinion. Le star-system à la Hollywood veut bien dire « tacler » les spectateurs qui vont gober ces « stars » et s’en trouver dépossédés d’eux-mêmes. Les impôts du républicanisme taclent les citoyens.
On retrouve la même division scène-spectateurs ou sujet-objet dans le Paysan citoyennisé perdant en ville et en usine son autonomie : le travailleur-prolétaire est séparé de son produit, alors que le Paysan était en même temps son producteur, tout comme l’artisan du village qui vendait directement sa production. Il n’y a plus d’unité. LA DIVISION EST DEVENU LA RÈGLE : tous nous déléguons nos pouvoirs, nos achats à des intermédiaires, singeant en quelque sorte la laïcité où d’un côté il devrait y avoir artificiellement les spirituels et de l’autre côté les prolétaires. Ainsi on peut comprendre le slogan publicitaire du capitalo-socialisme et son « vivre ensemble » lancé début janvier 2015 suite à un attentat outil de la City.
Avec toutes ces divisions, ces délégations, ces spécialistes, la communication et la parole ne sera possible que pour les meneurs et cancéreux du pouvoir, les « représentants du peuple », les spécialistes. La réussite ou croissance du capitalo-socialisme ne peut fonctionner que par DIVISION MENEURS-MENÉS, d’où l’intérêt d’entretenir et amplifier le terrorisme selon le principe évolutionniste du QUANTITATIF ET DU MODE SURVIE. Là encore ces meneurs se voient obliger de produire leur propagande du « vivre ensemble » et de l’anti-ceci anti-cela ; ILS ONT BESOIN DU TERRORISME, DE L’ENNEMI, POUR AVANCER, C’EST LEUR MOTEUR, LEUR DOPE. Cette civilisation ne fonctionne donc que DANS L’ISOLEMENT, L’EGO, LA GUERRE DE TOUS CONTRE TOUS. L’isolement, ou ego produit l’ego, la technique, qui va isoler encore plus : voyez les « réseaux sociaux » avec des « amis » totalement virtuels ou même faux amis ; voyez la télévision, l’automobile individuel qui isole tant ; tous les biens construits par cette société de l’après 1789 de cette dualité scène-spectateurs sont des renforcement des spectateurs solitaires et isolés devant l’écran et coincé dans leur fauteuil. Que l’on songe simplement où par exemple dans la Rome impériale on allait faire caca en commun à plusieurs ! De nos jours on a conserver seulement, et dans quelques endroits, les urinoirs publiques ! (Les vespasiennes étaient plutôt de la mode troisième république française !)

Si le spectacle fraye avec la contemplation non comprise et une forme d’Église, il se veut ainsi comme une religion : RELIER les gens entre eux ; le spectacle ne fait que réunir le séparé, mais en tant que séparé !
Le spectacle ne peut qu’être le summum de la dualité sujet-objet : INVERSION DE LA VRAIE CONTEMPLATION : PLUS LE SPECTATEUR CON-TEMPLE, donc tente d’être Un avec le temple, moins il sera lui-même ; plus il se tourne vers l’extérieur pour se reconnaître dans les images dominantes à la mode, plus il s’éloigne du Soi-Instant et en sera d’autant de plus en plus en perdition, et la proie parfaite pour être conditionné par le système capitalo-socialiste. Les propres gestes du contempleur ne seront plus à lui mais à ceux qui sont extérieurs à lui, donc À L’OPINION AMBIANTE OU GRÉGARISME. C’est pourquoi le spectateur, comme l’argent, ne se sent chez lui nulle part, car comme l’argent le spectacle est partout, il n’a pas d’odeur et a la même fonction quelque soit les cultures ou mode de vie et couleur de peau ! L'individu est dans ce monde hôtel cher à Jacques Attali.
De la même façon le travail n’étant plus autonome car produisant pour être dépossédé, tout l’espace du monde lui devient étranger avec l’accumulation de ses productions démentes.
ALIÉNATION : celui qui est dépossédé de lui-même ; celui qui est possédé par un autre. Paradoxalement il y a triomphe de l’ego et perte de SOI-MÊME ! Ce que Jean Coulonval dénonce bien quand il écrit dans son seul livre : Synthèse et Temps Nouveaux, que dans le règne de l’opinion et du socialisme ce sont les accidents ou monde spatio-temporel qui engendrent les essences, soit une inversion totale, comme une catholicité en creux, comme l’envers d’un cuivre repoussé. Et Coulonval a raison de préciser que nombre de curés sont pris au piège, pris dans le sentimentalisme social aberrant (qui est aussi du domaine du spectacle, de l’histoire ; là encore voir les événements de fin juillet 2016).

Le capitalo-socialisme sait tellement qu’il ne fait que diviser, qu’il lance son « vivre ensemble » pour la raison que l’humain désormais séparé de ce qu’il œuvre en produisant lui-même les DÉTAILS de son monde (comme les spécialistes qui jactent dans les médias) se retrouve de plus en plus séparé du monde, du concret. Plus il produit, plus il travail, plus il est séparé de SA VIE. Parce que de nos jours on ne sait plus être détaché à l’intérieur, en paix, donc attaché au apparence afin de faire avancer le Schmilblick (des frères Fauderche).

Le Spectre-Spectacle est un VAMPIRE PERMANENT qui fait qu’on s’identifie aux marchandises : voyez les objets connectés, la médecine connecté, etc., donc la vie dépend maintenant de ces objets marchands, le consommateur en est dépendant comme d’une drogue dure. Et ça va en croissance permanente, parce que les humains ne sont plus eux-mêmes, ILS SONT ALIÉNÉS, DROGUÉS AU TOUJOURS PLUS.

[En haut de page : caméra cinéma Ernemann de film 35mm avec habillage en bois, devant : une grosse lampe de projecteur de 500 watts. Aquarelle de M. Roudakoff. Cette caméra provient du matériel du cinéaste Berthold Bartosch]


Note.
1. « Le Soi ou Instant demeure même quand le corps périt. Le mécontentement est dû à la fausse identification du Soi éternel avec le corps périssable. Le corps est un auxiliaire [un vaisseau] nécessaire de l’ego. Si l’ego est tué [dompté], le Soi éternel se révèle dans toute sa gloire.
Le corps est la croix. Jésus, le fils de l’homme est l’ego ou l’idée [l’opinion] « Je suis le corps ». Après avoir été crucifié, il est ressuscité comme le Soi glorieux - Jésus fils de Dieu ! ». (Ramana Maharshi, entretien 396).


Société des pommes de terre dans des sacs à code-narres ou barres :
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 01-08-2016 00:59

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >