Accueil arrow JDramas arrow Dramas du JAPON arrow Yukan Club
Yukan Club Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 19-12-2008 18:36

Pages vues : 6671    

Favoris : 434

Publié dans : Sommaire JDramas, Sommaire Dramas du JAPON

Tags : Argent, Dramas, Pauvre, Riche, Yukan Club

 
Yukan Club
有閑倶楽部


Le juvénile Club Bilderberg enquête !
 
 
http://wiki.d-addicts.com/Yukan_Club
http://www.ntv.co.jp/yukan/

Drama en 10 épisodes diffusé au Japon sur NTV en 2007, d’après le manga de Ichijo Yukari, scénario de Egashira Michiru (les 3 saisons de Gokusen), réalisation de Oya Taro, musique de Yamashita Kosuke.
 
La bande des six.
- Shochikubai Miroku (Joué par Akanishi Jin) est le fils d’un commissaire de police et d’une mère toujours en déplacement dans le monde. Miroku a beaucoup de relations et il est très combatif dans les arts martiaux. Il est passionné par ses motos.
- Kikumasamune Seishiro (joué par Yokoyuma Yu) est le fils du riche propriétaire d’un grand hôpital. Il est intelligent et aussi combatif que Miroku.
- Bido Granmarie (joué par Taguchi Junnosuke) est le fils d'un ambassadeur suédois. C’est un playboy coureur de filles.
- Kenbishi Yuri (joué par Minami) est la fille d’un riche homme d’affaires président de la société internationale Kenbishi, agence de célébrités. Elle aime manger et est aussi une bonne combattante, mais elle n’arrive pas au niveau de Seishiro.
- Hakushika Noriko (joué par Kashii Yu) est la fille d’un célèbre peintre japonais et sa mère est une spécialiste de la cérémonie du Thé. Son problème est la haine ou plutôt la phobie des hommes, et elle peut devenir violente si un homme la touche, une force à la Samson !
- Kizakura Karen (joué par Suzuki Emi) vit avec sa mère, une riche marchande de bijoux. Comme elle se trouve jolie, son rêve est de se marier avec un homme ayant une riche famille et de la classe.
Ces trois garçons et ces trois filles forment le Yukan Club, consacré à la résolution de mystères.
 
 
C’est la matin, ça speed dans les datchas de luxe : tous au petit déjeuner pour tenir le coup toute la matinée. Tous les membres de la bande des six sortent de leur luxueuse maison entourés d’un personnel à faire rêver la plus minable des midinettes. C’est fou ce qu’ils ont le sens de la hiérarchie au Japon !
Il y en a un qui se trouve si beau : un blond (joué par le frêle Taguchi Junnosuke), qu’il se baigne dans une baignoire avec des pétales de roses rouges. Inutile de dire que ce n’est pas une salle de bain de HLM de banlieue !
Encore une fois : la richesse s’étale et la pauvreté se cache ! C’est bien connu : l’Or brille, le plomb non !
La fille du président d’une grande compagnie internationale (joué par Minami) juche aux derniers niveaux d’un gratte-ciel style Landmark Tower.
 
 
D’après ce que je peux comprendre, le moins « fortuné », c’est le fils de flic : Shochikubai Miroku (Joué par Akanishi Jin). Cela dit, sa datcha ne ressemble vraiment pas à un pavillon de banlieue parisienne à la vue du parc qui l’entoure ! Sa chambre ressemble plutôt à un garage pour deux roues, mais c’est normal puisqu’il aime les motos. Je me demande pour les odeurs d’essence ? Il a tout juste le temps de donner à manger des machins secs pour son chien avec un nom imprononçable... Je ne sais pas combien coûte une grosse moto, mais la sienne, une Yamaha bien-sûr doit être aussi chère qu’une voiture de sport !
C’est agréable et pratique cette présentation des membres de la bande du Yukan Club.
Évidemment si on veut faire dans le luxe il faut le faire à fond comme dirait Maître Yoda, remarquez que pour la pauvreté c’est le même topo ! A part celui en moto, la plupart des membres du Yukan Club se déplacent en voiture avec chauffeur pour se rendre dans leur lycée de luxe lui aussi. Et attention ! la voiture ce n’est pas la Deux Chevaux Citroën ! Le beau blond de Bido Granmarie (Taguchi Junnosuke) est au Paradis de retrouver son harem. Il flatte chacune de ses poupées. A oui j’oubliais, la voiture du fils du propriétaire de l’hôpital est en panne, le service de l’hôpital n’a peut-être pas pu la ranimer à temps, toujours est-il qu’il se rend au lycée... en ambulance !
 
 
En fait chaque membre du Yukan Club a sa cour, pour les filles, une bande de garçons leur offrent des bouquets de fleurs. Bref, idolâtrie à fond la caisse, ou c’est pour les acheter ? ou qu’elles leur lancent des pourboires ?
Je ne sais pas où ce drama à été tourné mais le lycée de luxe me fait penser au film : Les As d’Oxford, avec Laurel et Hardy, pauvres hères débarquants à la prestigieuse université d’Oxford, où se pressent des « gosses de riches ». La sélection dans le monde de l’éducation puis du travail commence par l’argent, mais c’est en train de changer.
Je suppose que vous pouvez deviner la déco et la grandeur de la salle du Yukan Club ! Tel qu’elle est présentée, je trouve que ça manque d’originalité... En plus ils ont l’air de s'ennuyer, bref l’ambiance est glacée, tout au moins pour le moment. Le drama aussi est bien morne je trouve. Peut-être qu’il faut attendre un peu : un festival de danse doit avoir lieu et deux danseurs ont été agressés. On demande si Bido (le coureur de filles) et Kizakura peuvent les remplacer. Ce festival : le Kana Festival est retransmit à la télé, si Bido passe à le télé, bien des filles pourront le voir... et pour Kizakura Karen (joué par Suzuki Emi), elle pourra trouver l’homme riche de ses rêves. C’est si excitant qu’ils vont y participer... Tout ça constitue le prologue.
 
 
Pour éviter de s‘endormir, un peu de suspens non original : dans un parc une jeune fille se fait agresser, promenant son chien au nom imprononçable, Miroku ne fait pas le poids face à l’un des agresseurs, mais ils s’enfuient tout de même en voiture. Par chance, allez savoir les mystères du destin, cette jeune fille possède une petite chienne... C’est bien connu : les chiens que l’on promènent permettent des contacts ! Ici le fille confond le nom de Miroku et celui du chien : Otokoyama.
Attention, Miroku possède plusieurs motos, dans un autre plan il monte une Triumph.
Il a repéré le numéro de la voiture des agresseurs de la fille : la société Takashimizu. Ses agresseurs voulaient l’empêcher de participer au Kana Festival. A lors, qui attaquent les danseurs ? Il se trouve que le directeurs de la société Takashimizu est aussi le directeur du Kana Festival et du lycée Kurumatsu. Voilà un homme aux grands pouvoirs ! J’espère qu’il trouve le temps de dormir. Ce sont plusieurs lycées qui participent à ce festival, de là à ce qu’il essaye de faire gagner son lycée...
Comme les membres du Yukan Club sont riches, ils peuvent s’offrirent les gadgets à la mode pour mener à bonne fin leur investigation. Au cours d’un lunch chez Takashimizu on a l’impression d’être au club des Bildelberg ! du genre de ceux qui détiennent le pouvoir : affaires, politique, médias. Qu’est-ce qui peut leur manquer ? l’immortalité ? C’est follement intéressant !
Au stade d’à peine la moitié du premier épisode, je trouve ce drama ennuyeux pour rester poli. Je suis déçu car le scénario est tout de même de Egashira Michiru, qui a adapté les trois excellentes saisons de Gokusen. Ça semble bien léger cette histoire de fils et filles de l’élite de ceux qui ont un pouvoir pécuniaire avec sempiternel costume-cravate.
 
 
Extraordinaire, le gars du parc qui a agressé le jeune fille est au lunch ! En plus qu’est-ce que vous croyez ? Yukan Club étant placé sous le régime du fric tout comme les véritables Bildelberg et autre louche Club de Rome, il se cache une histoire de paris à un total de 930 millions de yens sous le Kana festival ! Que de suspens ! et pour le résumer : le méchant Takashimizu utilise le Kana Festival pour ses paris tout en essayant d’éliminer les possibles vainqueurs afin d’avoir la plus grosse somme pour lui. Oh le vilain !
Il y en a une, je ne sais plus laquelle, lorsqu’elle rentre chez elle, elle est accueilli par pas moins de douze domestiques. J’en aurai mis le double, ici ça fait pingre ! Par contre côté argent de poche, elle demande pas moins de 50 millions de yens pour sa journée !
Enfin arrive le Kana festival : 80 ans d’histoire et de tradition. Seulement ! J’espère qu’ils y en a qui vont le saboter. D’ailleurs heureusement que le méchant a versé des laxatifs dans la boisson des danseurs richards, comme ça ils vont aller aux cabinets. Effectivement ça devient pipi caca. Quant à la société Takashimizu : aux chiottes !
 
 
Non ! dans le deuxième épisode ces gosses de riches ne connaissent pas la crise économique : ils s’ennuient ! Moi aussi ! Je ne sais si je regarderai en entier ce second épisode, et j’espère qu’ils descendront un peu de leur bulle d’élite. Curieusement leur devise a un petit côté alchimique : Faire de l’impossible quelque chose de possible, nous le Yukan Club. J’espère que leurs parents vont faire faillite ! comme ça ils seront moins « richissime ». Rassurez-vous, ils ne vont plus s’ennuyer très longtemps, le scénariste à tout prévu... Notamment un peu d’humour, heureusement qu’il y a ça. Et puis aussi il faut bien une balance entre cause et effet : ici il s’agit d’un kidnapping pour la bonne cause... C’est-à-dire qu’au lieu de s’ennuyer, les fils à papas pourraient aider quelqu’un ! Et les voleurs seront au gnouf !

Si vous aimez le luxe et ses décors, passer du temps, regardez Yukan Club ; sinon comme on dit passez votre chemin ! Le public visé est peut-être les jeunes filles ? Je crois que c’est mon deuxième drama à zéro étoile. Ce drama me fait penser à un roman de gare, quand on ne sait pas quoi faire en attendant son train et pour tromper son ennui, tant il paraît bâclé sans originalité et est un produit de consommation ordinaire. C’est bien vide, en opposition du compte en banque des parents de cette bande. Et il faut bien que les Japonais aient des petites faiblesses tout de même ! Casser des briques avec un outil est tout aussi honorable que de les casser avec la main...
J’ai envie de dire que ce drama est inutile, frise le mauvais goût, et est triste malgré son effort de faire de l’humour, car il règne dans le monde un grand déséquilibre dans l’accès à la nourriture, à la santé et à un certain confort. Le déséquilibre est grand entre les pays nantis et leur surabondance et l’extrême dénuement d’un nombre croissant de populations.

Michel Roudakoff
 
 
 
 
 
 
 
 
[ Cliquez sur les vignettes, puis pour afficher l’image suivante : cliquez sur suivant ou précédent ou sur la partie droite ou gauche de l’image, ou utilisez les flèches du clavier ]
 

Dernière mise à jour : 20-12-2008 00:20

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >