Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Vil Ville ci-vil-isation = mort
Vil Ville ci-vil-isation = mort Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 11-11-2016 23:36

Pages vues : 2478    

Favoris : 428

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : ADN, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Behaviorisme, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Communisme, Conte, Daesh, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Génocide, Histoire, Humain, Illusion, Image, Impur, Inquisition, Instant, Islam, Jardin, Jeu, Judaïsme, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Nomade, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Ptah, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Pur, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Science, Sécurité, Sédentaire, Serpent, Sexe, Silence, Social, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Vide, Volonté, Yokaï

 
florence2a.jpg
 
 
Vil Ville ci-vil-isation = mort
La peur, partout entretenue par
cette « civilisation » et son FRIC/FLIC
engendre la cruauté, la guerre.
L’ABSENCE DE PEUR SE NOMME « PARADIS ».


NATURE = VRAIE SOLIDARITÉ (du moins avant la Chute)

Page dédiée à Ramana Maharshi
 
 
Concernant cette ci-vil-isation, heureusement qu’il y a des tempêtes, typhons et inondations et autres déluges pour les détruire ! TOUT EST MOUVEMENT. Qui dit naissance dit mort.
 
La passion de tuer par plaisir croît avec que qu’on appelle « civilisation », par exemple le Chasseur-Cueilleur ne chasse et cueille que pour se nourrir. Partout dans le monde le « civilisé » détruit la Nature, tue et fait disparaître de nombreuses espèces végétales et animales. Ce n’est pas une disparition, MAIS UNE FUITE DE CES DEUX RÈGNES LOIN DES PAS DE L’HUMAIN, car la Nature est tellement contaminée et détruite en partie que l’âme des animaux et des plantes, de la Forêt, de la Terre, S’EN VONT AILLEURS, EN DES LIEUX INCONNUS DES HUMAINS. PLANTES ET ANIMAUX QUITTENT LA TERRE, et les lieux délaissés ne sont plus habités par les âmes, laissant une planète qui se robotise, se bétonne un peu plus chaque jour.
Autrefois, de nombreuses créatures se rassemblaient curieuses et innocentes autour des humains débarquant sur des terres inexplorées. Elles faisaient amis-amis avec les humains et tout se passait comme dans un Paradis. Il en était de même des virus et autres microbes qui n’attaquaient personne, car tout était harmonie (Saint Chaos), nous étions, NOUS SOMMES TOUT DES HYBRIDES, RÉSULTAT D’INDÉFINISSABLES TRANSFORMATIONS À TRAVERS LES UNIVERS. Ne pas oublier que le Chamane transforme son âme en Jaguar, pas son corps ! Et ce Jaguar peut se déplacer et faire du mal aux autres car le Chamane le dirige puisque son âme est dans le corps du Jaguar. Dans un précédent article j’écrivais que le Dieu Ptah s’intégrait, à un moment, au corps d’Imhotep… Que l’on se rappel la capacité incroyable que les virus et autres « petiotes chouses » ont pour se transformer et s’adapter à toutes les saloperies que leur fabrique les humains ! D’ailleurs le mot « Amibe » signifie : changer, alterner (tel le balancier d’une horloge ou le Quartz d’un système électronique actuel). Voir les Myxomycètes qui, si on en découpe un en morceaux, les fragments se recolleront d’eux-mêmes. Comme les Mousses et les PUTRÉFACTIONS ils ont grand pouvoir de communication (émission-réception). Les Myxomycètes sont comme des animaux, entre le « Haut et le Bas »… 

Depuis les 10.000 ans de la voie de l’Agriculture microbes et animaux et autres se méfient des humains, ils les attaquent même tant l’harmonie a disparu. Alors naissent les mal-à DIT (Dit transcrit D.I.T. ou déité) et ce sera tous bénéfices pour les killers Pasteurs et leurs Big Pharma.

L’ABSENCE DE PEUR SE NOMME « PARADIS ». Elle correspond à l’ÂGE D’OR, quand les animaux étaient totalement amis avec les humains. En dépit des apparences, comme l’Âge d’Or existe toujours, en dépit des cruautés qui leurs sont infligées partout dans le monde, les animaux cherchent encore naturellement à se rendre utiles. Le journal San Francisco Chronicle du 15 décembre 2005 rapporte le cas d’une Baleine, emprisonnée dans les lignes de pêche et filins enroulés tout autour de son corps, qui luttait pour se maintenir à la surface. Voyant cela, un pêcheur avertit par radio un groupe de protection de la Nature qui dépêcha une équipe de secours ; le seul moyen de la sauver était de plonger et de démêler le maillage de filins qui l’emprisonnaient, ce qui prit quelques heures et pouvait être dangereux pour les sauveteurs. Dès qu’elle fut libre, les plongeurs disent qu’elle nageait en faisant des sortes de cercles comme joyeux autour d’eux, et qu’elle revint ensuite vers chaque plongeur, l’un après l’autre, les poussant et les bousculant doucement de-ci de-là : elle les remerciait ! Quelques-uns ont dit que c’était l’expérience la plus incroyablement belle de leurs vies. Pas besoin de « petits hommes verts » pour s’envoyer en l’R…
Et les transhumanistes et autres évolutionnistes avec leur rêve de robotisation de l’humain et de la Nature veulent détruire cela.

Ramana Maharshi portait une grande attention aux animaux et aux plantes, au point de provoquer la jalousie chez ses fidèles. Comparable à saint François d’Assise, il avait le don de communiquer avec eux : singes, oiseaux, vaches, paons et chiens… tous cherchaient sa compagnie et avaient le privilège de s’approcher de lui, d’être caressés ou nourris par lui.

Si les animaux se comportent ainsi envers Ramana Maharshi, C’EST QU’EUX AUSSI ILS ONT CONSCIENCE DU SOI-INSTANT, le ‘Je’ éternel, étant donné qu’eux, en principe, ils n’ont pas d’ego !!! On ne peut plus dire comme Annie Besant dans sa conférence de 1913 (Évolution et occultisme) que le Soi est absent des animaux, du moins de certains, PARCE QU’IL Y A MARIAGE DU MOI COLLECTIF ET DU MOI INDIVIDUEL, ce que Jean Coulonval nomme le dilemme à résoudre qui s’appelle Individualisme-Collectivisme, dilemme vieux comme les 10.000 ans et qui ne peut se résoudre que par le ‘Je’ ! Et non par le « tout collectif » ou « tout connecté » de la technologie informatique du binaire et son BIG DATA FRIC/FLIC du Nouvel Ordre Mondial…
Un animal ÉTAIT capable de faire comprendre à l’extérieur que lui aussi IL EST. D’ailleurs le mot « animal » vient de ANIMÉ, qui inclue aussi l’humain (ce qui ne doit pas plaire aux orgueilleux transhumanistes). Animal : souffle (de vie), ce qui discrimine le Règne Végétal « qui n’aurait aucun souffle », entendre « aucune âme »… Il n’y a pas si longtemps, et même maintenant en certains endroits, l’animal humain était, est, vendu, sur le marché de l’emploi ou marché aux esclaves.

RAPPEL : l’enseignement de Ramana Maharshi est basé sur sa propre expérience et vise à conduire le questionneur à sa nature véritable. La méthode pour atteindre CELA est très connue : l’âtma-vichara (« Investigation du soi » ou « self-enquiry », ou « self-investigation », soit le « Connaître toi-même par toi-même »).
Exemple de « self-investigation » : « Le mental ne peut pas se tuer lui-même. par conséquent, ce que vous avez à faire, c’est rechercher la nature réelle du mental. Vous découvrirez alors qu’il n’y a pas de mental. Quand on est à la recherche du Soi, le mental n’est plus nulle part. Quand on demeure dans le Soi, on n’a plus besoin de s’inquiéter du mental » (entretien 146).
Dans cet entretien ou enseignement Ramana Maharshi explique qu’il n’y a pas de but à atteindre, parce que ce but ne peut pas être permanent [puisqu’il correspond à l’OPINION]. « Nous cherchons à atteindre le but avec l’ego, mais le but existe avant l’ego. Ce qui est le but est antérieur même à notre naissance, c’est-à-dire à la naissance de l’ego. C’est parce que nous existons que l’ego semble exister aussi […] Si nous considérons le Soi comme étant l’ego, nous devenons l’ego ; si nous le considérons comme étant le mental, nous devenons le mental et si nous le considérons comme étant le corps, nous devenons le corps. C’est la pensée [ou opinion] qui construit des enveloppes de tant de façons différentes [on dit aussi « liberté d’expression »] […] Ne tenez pas compte de l’ego et de ses activités et voyez uniquement la lumière derrière lui. L’ego est la pensée ‘je’. Le vrai ‘Je’ est le Soi ».

Pas de but à atteindre, pas de « fin des temps » à venir : « La Réalisation [du Soi ou de Dieu, ou Instant] est déjà là. Il n’y a pas lieu d’essayer de l’atteindre. Car elle n’est pas quelque chose d’extérieur ni de nouveau. Elle est toujours et partout, ici et maintenant [Instant] ». (Entretien 174) Dans le même entretien Ramana Maharshi dit que, dans la méthode directe, quand on cherche l’ego, donc sa source, l’ego disparaît, ce qui reste est le Soi. La méthode indirecte est la méditation qui implique le maintien de l’ego. Il y a alors l’ego et l’objet sur lequel il médite. Mais le Soi est seul.

Pour en revenir aux animaux amis de l’humain dans l’Âge d’Or, les yogis indiens se déplacent en toute sécurité dans les jungles infestées de Tigres et de Serpents, et plus récemment, les moines du Temple du Tigre dans la province thaïlandaise de Kanchanaburi, qui recueillirent seize Tigres, sauvés encore petits après avoir perdu leurs mères. Un des principaux journaux de l’Inde : The Hindu, dans son édition du 19 avril 2006, montrait une photo d’un moine plein d’amour tenant dans ses bras deux Tigres adultes, avec un troisième face à lui. Ils vivent dans la paix et dans l’amitié, c’est l’ÂGE D’OR QUI EST TOUJOURS LÀ.
Contrairement aux transhumanistes qui ne veulent qu’être silice et métal, nous sommes les trois Règnes. Encore une fois, l’Âge d’Or étant toujours là, inutile d’attendre, d’atteindre un but comme le préconise Isaïe 65, 25 : « Le loup et l’agnelet paîtront ensemble. Le lion comme le bœuf mangeront de la paille, et le serpent se nourrira de poussière ». (Pourquoi d’ailleurs le Serpent mangerait-il que de la poussière ? Ou alors il « mange de l’Argile » [ADN…]).

Les transhumanistes devraient savoir que les animaux aussi « évoluent » : présence chez un animal de l’affection maternelle, de l’aptitude à aimer, de la crainte et de la douleur, et d’une intelligence (même chez une tige d’Ortie !) Chez nombre d’animaux on voit facilement leur courage et endurance, surtout leur fidélité et leur dévouement à celui qui est à leurs côtés.
Encore de nos jours (voir les abominations commises dans quelques usines à viande de boucherie) les animaux sont considérés comme des objets, sans âme, et donc éloignés de l’humain par un abîme soi-disant infranchissable. Il y a une centaine d’années en Italie, les animaux n’avaient « pas d’âme », alors la cruauté envers eux était excusable « parce que ce n’étaient pas des Chrétiens » !!! Si « Dieu fit les animaux pour servir l’Homme », il fit aussi « la Femme pour servir l’Homme » (il la tire d’une côte d’Adam) ; ainsi on voit dans quelles horreurs et idioties peut conduire l’ego et son opinion ! Ainsi l’animal n’est qu’une utilité pour l’humain… qui va jusqu’à le bouffer. Et pour beaucoup de beaufs de par le monde, y compris en Orient, envisager le bien-être et l’évolution de l’animal en tant qu’être à part entière friserait l’absurde.

Dans l’Âge d’Or les « âmes sont comme mélangés » : pas d’âme individuelle, mais des ÂMES GROUPES, qui depuis au moins 10.000 ans ne persistent plus que dans les animaux, les humains ayant découvert une « âme individuelle » nommée EGO et tombant ainsi dans l’Histoire-Opinions-Temps qui coule : ON TOMBAIT DANS LA LOI OU COMPAS-ÉQUERRES des pères-la-morale-opinion. Certains nomment l’âme-groupe ou « Moi collectif » (tribal) : INSTINCT (on peut aussi parler d’INCONSCIENT, or la plupart de nos actions et pensées VIENNENT D’ABORD DE L’INCONSCIENT). Avec l’arrivée du Moi individuel différencié du groupe (surtout ici en Occident grâce aux ergoteurs Grecs), et soi-disant maintenant capable de lui assurer son autonomie, et bien IL N’EN EST RIEN, comme nous pouvons le vivre tous les jours !!!

Par exemple les petits grains de sable sur une plage n’ont pas d’âme en propre, ils sont trop petits, mais une Pierre de cinq centimètres de diamètre en a une petite, et un Rocher de quinze mètres cube est L’ÂME-GROUPE du petit Caillou. La plage sera l’Âme-groupe du petit grain de sable la composant. CHAQUE FAMILLE A UNE ÂME-GROUPE à ne pas confondre avec le grégarisme humain ni avec l’Inconscient collectif à la C.G. Jung ou Teilhard de Chardin et sa Noosphère. Non, l’Âme-groupe correspond plutôt à ce que Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux nomme : LES ESSENCES (1). « Le sens ne vient jamais d’un homme, Dieu seul en dispose », écrit Jean Coulonval parlant des Essences.
Donc tout part de l’invisible pour aller vers le visible qu’on appel « conscience ». Ainsi tous les Noms-les Formes ont un niveau d’inconscient traitant de l’information, y compris dans un Caillou. Inconscient souvent comparé à un sommeil ; on dit d’ailleurs que « la nuit porte conseil » !

Concernant le Caillou, il était là sur Terre bien avant le moindre bout d’humain. Soit une Âme-groupe du Règne minéral. Dans les chansons russes et norvégiennes, la plante est une créature vivante et sensible, avec une âme. Les poètes, tout au moins, ne l’ont point oubliée. Aux yeux des beaufs et citoyens de tous pays, un être qui reste sans mouvement apparent (le speed), toujours à la même place, qui grandit avec une lenteur injurieuse envers la modernité et sa technologie, qui ne grandit pas plus vite qu’un Cristal plongé dans une solution saline, un être qui ne réagit ni aux influences les plus pénibles, ni aux conditions de vie les plus favorables, ne peut être qu’aux yeux d’un beauf, un être vivant ; surtout que le moindre vermisseau se tord quand il est piétiné, la plante reste, en apparence, immobile. Évidemment il n’en est rien : la plante a tout d’un être vivant : mouvement, sensibilité, réaction violente aux interventions brutales, et gratitude profonde pour les bienfaits. Bien-sûr il faut de la patience pour communiquer, se socialiser avec la plante puisque nous avons oubliés l’Âge d’Or où dans le Saint Chaos tout était pareil à NOUS (NOUN ou Eau primordiale). Tout fut à l’Âge d’Or pareil à NOUS, puisque dans le mental, de la bactérie en passant par l’algue, par le champignon unicellulaire jusqu’au Chêne formé de millions de cellules. La plante n’ayant pas d’ego elle ne se laisse pas piégé par le temps qui coule : elle ne se hâte pas : les géants du Royaume de Flore vivent des centaines de millions d’années et voient des milles et des milles de générations animales, donc humaines, naître et mourir à leurs pieds.


Note.
1. ESSENCE : ce qui existe de toute éternité à l’état latent, en Vraie Télépathie, et qu’on a appris à connaître au fur et à mesure de l’évolution de notre cerveau. Ce qui n’a pas l’Essence ne peut produire l’Essence. « L’essence qui voit est la seule chose qu’on ne puisse attribuer à rien » dit Le Secret de la Fleur d’Or. « Mais, lorsqu’on voit le voir, si ce voir n’est pas le voir, l’essence qui voit est alors aussi attribuable à quelque chose. Cela renvoie à l’essence qui voit, telle qu’elle s’exerce dans la continuité répétitive de la conscience habituelle - ce que les Écritures bouddhiques évoquent en ces termes : « Faire usage de la conscience habituelle et répétitive, c’est faire erreur ».

Lumière de l’Essence et lumière de la conscience sont donc totalement différentes. « Si ceux qui étudient la Voie ne connaissent pas la réalité, c’est parce qu’ils n’ont reconnu que la partie ”conscience” de l’esprit, racine d’une succession infinie de naissances et de morts depuis des temps sans commencements [évolutionnisme], et que pourtant les imbéciles appellent ”l’être originel” », dit un grand maître chan du 9è siècle du nom de Tchangsha, cité dans Le Secret de la Fleur d’Or.
Le principe du Secret de la Fleur d’Or étant « Le Retournement de la Lumière » (Réalisation du Soi), cela consiste à correctement retourner la lumière primordiale qu’on ne peut attribuer à rien, de telle sorte  que n’intervienne aucune pensée consciente [donc une Réalisation du Soi] ».
Le mot « Essence » peut se définir à travers l’entretien 363 de Ramana Maharshi, le guide : « Par « guides spirituels », nous entendons ceux qui sont « spirituels » [entre guillemets parce que mot est un fourre-tout] par opposition à ceux qui sont « matériels ». L’Esprit est illimité et sans forme. Il en est de même du centre spirituel. Il n’y a qu’un seul centre de cette sorte. Que ce soit en Occident ou en Orient, il ne peut être différent ; ni être localisé d’aucune manière. Étant illimité, il inclut les guides, les hommes, le monde, les forces de destruction et de construction. Il n’y a pas de distinction. Vous parlez d’établir des contacts parce que vous pensez que les guides spirituels sont des êtres incarnés. Mais les hommes spirituels ne sont pas des corps ; ils n’ont pas conscience de leur corps. Ils ne sont qu’esprit, sans limite et sans forme. Ils sont toujours en unité entre eux et avec tous les autres ; bien plus, ils englobent tout.
L’Esprit est le Soi. Si le Soi est réalisé, ces questions ne peuvent pas s’élever ».
Avec la razzia laïcité, de nos jours la foi prend sens de conditionnement éducatif en se faisant une idée de Dieu à partir du temporel. C’est donc une fausse foi comme la démocratie n’est pas une démocratie… Mais la Vraie Foi c’est la Connaissance : voir le temporel à partir de Dieu ou du Soi, et ensuite seulement on peut parler de « création ». Donc la Vraie Foi ou Soi étant notre état naturel, elle ne se cultive pas, ne s’approfondie pas !

« Le Soi ne peut jamais être illusoire. Il est la seule Réalité. Ce qui apparaît doit également disparaître, ce n’est pas permanent. Le Soi n’apparaît jamais et ne disparaît jamais, il est donc permanent ».
Les Essences, ce sont les « Maîtres » intérieurs. Le Maître n’est JAMAIS à l’extérieur. « Si le maître était vraiment un étranger dont vous attendez la venu, il serait voué à disparaître lui aussi. Quel est l’intérêt d’un tel être transitoire ? » pourrait répondre Ramana Maharshi sur l’attente de leur messie par les Juifs !!!
R. Maharshi ajoute cette importance, que tant qu’une personne se considère comme le corps, le ‘je’ ou mental, alors le maître devient nécessaire et il apparaîtra avec un corps ; d’où ce judaïsme totalement matérialiste attendant un Guru (Messie), et système purement politique de manipulation des foules, comme du temps de Moïse…
 
 

Dernière mise à jour : 12-11-2016 00:08

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >