Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Dressage impérialiste mondialiste
Dressage impérialiste mondialiste Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 19-11-2016 23:56

Pages vues : 2877    

Favoris : 481

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
enfants_veuve.jpg
 
 
Dressage impérialiste mondialiste
La « Paix » ou Père-État.
P de Per, Maison en égyptien hiéroglyphique,
lieu qui contient : les Dieux (ont leur Maison),
le ‘Je’ est hébergé dans le ‘je’.
Mais s’il n’y a pas de lieu, il n’y a Rien.
Alors on invente les Noms-les Formes ou
étiquettes-éthiques (compas-équerre), et on
tombe dans l’anti-Nature ou anti-Création
et dans le Pour-Voir de tout pouvoir
QUI VEUT IDENTIFIER, COLLER DES ÉTIQUETTES.
La non-identité, comme le Silence,
est la peur absolue de tout pouvoir.

UN ORDRE IMPOSÉ NE MÉRITE AUCUNE OBÉISSANCE.


VIVE LA MATRIE.
 
 
Le dressage impérialisme patriarcal du républicanisme et de tout ce qui impose à l’ensemble c’est de faire croire à chacun qu’il ou elle aurait son « libre arbitre » comme moi j’ai ma baguette de pain à la maison, donc QU’IL A UN CORPS (GENRE LIBÉRALISME).
 
SURVEILLER ET PUNIR.
« Il faut soumettre l’enfant, s’il continue à fauter, c’est que la discipline n’est pas suffisante, on renforcera le dressage en intensité et en durée ». Recommandation d’un directeur de l’administration pénitentiaire de la fin du 19è siècle, c’était hier et dans la continuité du Plan de Lepeletier (cité par René Santoni dans son livre : La Colonie Horticole de St. Antoine - Le bagne pour enfants d’Ajaccio sous le second Empire). Au 19è siècle de naissance des banques, Argent = Sacré, donc si hérésie ou larcin : direction le BAGNE. Pour les gens de l’après 1789 la norme, la règle ou lois, c’est le fric, qu’ils appellent « travaille » ou « droit », ou « loi », ou « État de droit » (le joug des normes ou de la raison (1). Voilà un parfait exemple de dictature héritée de l’Empire romain.
Le dictateur Lepeletier précisait le sens de la chefferie ou du patriarcat : « Ployés tous les jours et à tous les Instants [départ de Big Brother] sous le joug d’une règle exacte, les élèves de la patrie se trouveront tous formés à la sainte dépendance des lois et des autorités légitimes ».
Les bagnes pour enfants s’installent en France à partir de 1810 avec le Code Napoléon, bien-sûr quand la finance internationale prend son envol (cette date d’après 1789 dit beaucoup de choses), et ça va se poursuivre jusqu’à 1945. Les bagnes pour enfants étaient appelés par le républicanisme : « colonie agricole » (certains républicanistes ajoutaient « d’enfants trouvés ») ; c’était le départ de l’essor monumental de l’industrie et du commerce qui commençait à larguer un peu partout les « migrants » de l’époque sous forme « d’enfants trouvés » ; alors il fallait « stabiliser les institutions », « retrouver une végétation énergique dont toutes les classes de la nation recueilleront le fruits », début de « vivre ensemble » balancé par un « Projet de société anonyme pour établir une colonie agricole d’enfants trouvés dans le département de la Gironde ». Et en voiture pour le capitalo-socialisme !!!

La citation de ce directeur de l’administration pénitentiaire de la fin du 19è siècle concerne TOUS LES ÉTATS, et pas seulement les personnes privées de liberté d’aller et venir, et même de penser par eux-mêmes, puisqu’il s’agit de « dressage » au sens animal de cirque ou animal « sauvage » (idem pour le terme « mauvaises herbes », microbes, virus, etc… qui vont déranger l'humain) ! Alors l’impérialisme USionistan veut « dresser » à coups de « démocratie » les « sauvages ». Ce dressage est au bénéfice de l’économie, puisque l’argent est devenu sacré, aussi le crime contre lui sera un pur sacrilège.
LA LOI, LE DROIT ET SON ÉTAT C’EST L’ARGENT, C’EST LA CITY DE LONDRES. L’Empire USionistan c’est le Dieu dollar. Bien plus, les Chrétiens et leurs rois et papes, les Hébreux-Juifs furent des colonisateurs de premières classes : éliminations des Païens, des Peuples du Soleil, des Amérindiens, etc. Cette dictature et tragédie est aussi enfantine qu’une cour de récréation d’école primaire du judéo-maçon Jules Ferry quand un enfant beugle que son père est plus fort que le père de son voisin. On en reste toujours au drame du Pour-Voir : celui qui veut posséder ou « avoir raison », celui qui « dé-couvre » et s’arroge le droit de posséder (colonialisme, droit de propriété, droits d’auteurs, brevets). C’est la tyrannie de l’opinion qui ruine le monde : parce que l’opinion c’est la liberté d’expression ou liberté de pensée, donc le triomphe de l’ego ou individualisme, soit le triomphe du corps, du matérialisme. TANT QUE L’EGO EXISTE IL Y A LE LIBRE ARBITRE. Mais la personne cancériseé par le pourvoir de l’opinion s’octroie le droit de pratiquer le principe « Ce qui est bon pour nous est bon pour vous », qui peut correspondre à ce qu’actuellement ces mêmes cancéreux nomment « démocratie », par eux considérée comme le Graal de la civilisation. Parce que qui dit « démocratie » dit ÉTAT. Si l’État, l’étatisme n’existait pas, il n’y aurait pas besoin d’inventer le nom « démocratie » ! Idem pour le mot « république » !!!

Rendez-vous compte : Lumière, Raison - mots ici découlant du siècle des perruques poudrées, donc des bourgeois ou citoyens, ceux qui habitent les bourgs et cités - associent cette raison au patriarcat : le Père, selon ce qu’en développe le juriste et psychiatre Pierre Legendre (dans son livre : Le crime du caporal Lortie - Traité sur le Père). Pour Legendre, l’absence de Père c’est la psychose !!! Mais alors, où est la Mère qui engendre tout ? Le mot « patrie » sonne comme père, dont il est l’étymologie. Mais alors Monsieur Legendre, pourquoi n’y a-t-il pas de MATRIE ? Dans le dictionnaire des symboles de J. Chevalier et A. Gheerbrant, je lis que le Père symbolise la génération, la possession, la valeur ; qu’il est une figure inhibante, castratrice (surtout en freudisme et en politique), qu’il est une autorité, un chef (de famille), un patron, un PROTECTEUR, un « Dieu », bref UNE COUILLE EN OR. Voilà toute la définition de l’étatisme ! Parce que, ajoute le dictionnaire, le rôle paternel est conçu comme découragent les efforts d’émancipation et exerçant une influence qui prive, limite, brime, stérilise, maintient dans la dépendance. C’EST EXACTEMENT CE QUE FAIT CET ÉTATISME DE RÉPUBLIQUE ET SA DÉMOCRATIE, IDEM POUR LES ROIS, QUELS QU’ILS SOIT (surtout s’ils sont « représentant de Dieu sur Terre »).
Non, non, le père ce n’est la raison ou la « conscience » face à des « pulsions instinctives » ou « élans spontanés de l’inconscient », tous terme ANTI-NATURE, ANTI-CRÉATION, CAR LA SPONTANÉITÉ EST LA CRÉATION, LE SOI OU INSTANT ; le Wou-wei ou Wuwéi : le "non-agir", ou plus vulgairement : le "lâcher-prise". Tout ce qui se fait spontanément est supérieur à ce qui se fait volontairement. Faire le vide pour faire le plein ! Le Wuwéi est l'état de celui qui a atteint l'Union mystique (comparable au Nirvâna bouddhiste). Cette opinion de patriarcat héritière de l’abrahamisme (un homme) est une dictature qui impose à l’ensemble du monde, car le patriarcat c’est le monde de la chefferie face à la VRAIE CRÉATION (et cela fait peur à tous États et sa chefferie).
PÈRE = LOI (Dieu tout puissant). On dit d’ailleurs « pépère », dans le sens que c’est tout confort (comme la « Paix », donc LE SOMMEIL PROFOND) puisqu’on se repose sur le Père-État, ou on se soumet à Dieu (ou à des Dieux). Le père genre « le Seigneur » est source d’institutions à toutes les sauces. Le père est un genre de Superman, un héros, un machin genre but à atteindre ou « fin des temps » de cet abrahamisme. Le père est donc LE PROGRÈS, C’EST POURQUOI IL EST CELUI QU’IL FAUT APPRIVOISER (comme on apprivoise le Dragon ou ego).

Les pauvres losers comme les peuples des Gaules en vinrent à comparer leur vainqueur César comme « le père de leur race » ! Aussi il ne faut point s’étonner des « droits de l’homme », des rois depuis Clovis et de toute cette quincaillerie et chefferie étatique française et occidentale, et mondiale.
Les Hébreux-Juifs dans leur interprétation de l’Arbre de Vie nomment Abba Amona (Père-Mère) de « père », qui effectivement ne peut qu’être privé de dualité (ni positif ni négatif, ni mâle ni femelle). « Père-Mère (Abba Amona) les noms occultes des deux plus hautes Sephiroth, Hochmah et Binah, de la triade supérieure, dont le sommet est Sephira ou Kether. De cette triade sort le septénaire inférieur ou Arbre séphirotique », est-il écrit dans le Glossaire théosophique (inachevé) de H.P. Blavatsky parlant de l'interprétation juive de l'universel Arbre de Vie.

Le Saint Chaos est un Père-Mère par excellence ! La Vierge est un Père-Mère comme le sont les EAUX PRIMORDIALES ! Le Principe Originel Universel est un Père-Mère. Le Dieu Ptah est un Père-mère car il se procréé par lui-même, il n’est pas limité (malgré l’apparence en son corps gainé…), alors que le père simple n’est que le responsable de la procréation, donc plein pot dans la dualité cause-effet ou sujet-objet ! UN ÉTAT SERA TOUJOURS ANTI-CRÉATION, ANTI-NATURE.
Pas besoin de père.
À ce hui on invente la mode de « l’adulescence » : le vieux jeune qui reste dans le confort de papa-maman comme c’est pratique et un fusible anti-chômage. Mais cette inversion est dans la pure trame de l’évolutionnisme : étiquette de « refus de grandir », donc REFUS DE LA CROISSANCE ! (‘Vous avez refusé votre développement’, me disait le Doc Emile Rogé… J’ai surtout refusé de me laisser embrigader dans le « social » et sa couverture mitée et sa « reconnaissance » (par l’autre)… son « monde du travail » et sa « conjoncture économique » nouvelle religion, etc…)

« Dieu devient l’enfant et l’enfant devient Dieu ». Ce qui veut dire que les samskâra [tendances innées, impressions] sont chez l’enfant à l’état latent et c’est pourquoi son innocence est totale. Quand les samskâra sont éradiqués, même l’homme adulte devient à nouveau un enfant et ainsi il devient Dieu », explique Ramana Maharshi à l’entretien 414.
« Les enfants sont toujours « chez soi » [le spontané, l’Instant]. Nous aussi [adultes] nous y sommes, mais nous rêvons et imaginons que nous sommes au-dehors ».
Toujours dans ce même entretien : RENAÎTRE VEUT DIRE REDEVENIR UN ENFANT. On doit renaître avant d’atteindre le jnâna [Connaissance, Sagesse], c’est-à-dire retrouver son état naturel ».

RAISON = PÈRE, mais qui dit naissance (du ‘je’) dit mort, or le Soi-Instant est éternel. Quand le corps est né, le ‘je’, c’est lui qui mourra. En quoi la naissance [jeunesse et enfance] ou la mort [vieillesse et maturité] peuvent-elles affecter le Soi-Instant éternelle ? (entr. 426). Entre une naissance et une mort se situe bien la terrible Chronologie tueuse ou trinité Histoire-Opinions-Temps qui coule !
C’EST L’EGO QUI FAIT CROIRE AU PÈRE OU « CHEF DE FAMILLE ». Il créé votre corps et le monde et vous fait croire que vous êtes un chef de famille. (R. Maharshi, entr. 54).

Ainsi, qui dit Père dit famille et ego, et l’étatisme français présent veut détruire la famille. Normal, tout est à l’envers ! Et la chefferie de l’État français ne sait pas ce qu’est le mot « famille » ! « Les membres de la famille vous lient-ils à eux ou bien est-ce vous qui vous liez à eux ? Viennent-ils vous dire : « Nous sommes votre famille ; restez avec nous », ou bien est-ce vous qui les considérez comme votre famille et qui êtes lié à eux ? » (entre. 524).

EN RÉSUMÉ : Selon P. Legendre la raison vient du judéo-christianisme en passant par l’Empire romain : « De la sorte, il n’y a pas en Europe deux cultures, mais une seule, manœuvrant l’enjeu fondamental de toute constitution normative de l’humain : s’assurer de la Raison », écrit Legendre avec la Raison en R majuscule. Et il persiste : « La décorporalisation du mode d’entrée dans la filiation, jusqu’à l’abstraction rationaliste assumée par les États sécularisés sous la forme administrative d’une simple inscription d’état civil, est le fruit de ce drainage du judaïsme vers une représentation, que j’appellerai rationaliste, du principe de Raison. Le droit romain impérial, PILIER DU JURIDISME MODERNE [c’est moi qui souligne], disait les choses avec simplicité : les Juifs se livrent à des interprétations folles », et là-dessus Legendre rappelle la Novelle 146 de Justinien, texte qu’il a longuement étudié. C’est là que Legendre explique que Adolph Hitler a désarticulé le système juridique occidental en une mise en scène de la filiation comme pure corporalité. Bref, Hitler renforce l’ego qu’il « soude » pour fabriquer une société fourmilière. Legendre ajoute que « les textes hitlériens sont le prototype de la conception comptabiliste du droit ». Legendre ajoute que « le passage à l’acte hitlérien constitue aussi un geste de mise à mort à l’adresse du système de la Loi dans la culture : exterminer les Juifs, c’est prétendre tuer à travers eux la Référence européenne dont procèdent les exégèses de la ligature en Occident, c’est-à-dire la construction même de la filiation, dans sa version juive ». Mais, alors… Adolphe Hitler est un saint homme !!! Il est plutôt un diviseur comme toute chefferie qui se respecte et qui prétend « réunir » les humains telle une religion. Cependant Legendre écrit « la filiation, dans sa version juive ». Il est vrai que côté filiation les Hébreux-Juifs en connaissaient un rayon (de Yahvé), y compris sur leur corps avec leur circoncision !

Isaac et Abraham et leur Dieu sont un prototype parmi d’autres (dont la circoncision) de filiation dans les 10.000 ans de la voie de l’Agriculture !!!
Pour Legendre, la filiation enlevée par le nazisme est remplacé par le « scientisme » comme Isaac attaché à l’autel par son père Abraham pour être sacrifié : « désormais, le sacrifice se transforme en geste technique adapté à la nouvelle raison scientifique [bonjour les transhumanistes et autres Google !], qui prend ici son sens de dé-Raison : il n’y a plus ni père ni fils [un peu comme dans la mode ‘théorie du genre’], le montage de la Référence est mis en pièces, la haine elle-même devient caduque, l’humain n’ayant plus à se fonder [sic]. Ainsi, pour nous aujourd’hui, le nazisme prend-il place au titre de ce renversement historique dans la structure ; le sujet du meurtre sort de la scène mythologique. Cette revendication folle constitue le prototype moderne de la désubjectivation. […] Le programme scientifique d’extermination des Juifs était en définitive un programme de désinstitutionnalisation de cette question centrale de la culture ; après coup, il indique la voie obligée d’une réflexion sur la filiation : l’interrogation sur les fondements du meurtre ».

Monsieur Legendre, pour « tuer le père », encore faut-il dès l’enfance considérer en avoir eu un ! Donc travail du chapeau…
Le mondialisme et son N.O.M. veulent supprimer la filiation : les patries. Ils veulent supprimer le Père pour le remplacer PAR LEUR PÈRE-EGO (mot proche de pérégrination, soit le monde-hôtel de Jacque Attali, principe de la libre circulation de l’argent et de l’opinion et du vagabondage mental…).
Le Dieu Ptah, née de lui-même, Père-Mère, sans parents : A-P-parens : engendreur sans P, soit né directement de la Source ou SOI. Centre partout et Circonférence nulle part (Père : autour, comme Périphérie : autour de l’Axe ou I porté, comme la gaine de Ptah. P comme Période : autour du I le Tout (O) dans tous les possibles. Per-fide : filiation à l’opinion nommée « perte de foi », or la Vraie Foi comme le Soi ne se perd pas comme on perd son porte-monnaie ! On ne perd pas l’éternité…).

On nait seul, on vit ensemble, on meurt seul. Le problème est dans le « on vit ensemble », espace-temps ou évolutionnisme lieu de toutes les horreurs, PARCE QUE L’ÉVOLUTION ÇA NE BOUCLE PAS. LA CAUSE-EFFET OU IDÉATION ÇA NE BOUCLE PAS. LA FILIATION (sens de fil) NE BOUCLE PAS. Boucle évidemment pas au sens de lien, de nœud, car il y a la « boucle fermée » genre Ouroboros se bouffant la queue et la « boucle ouverte » où l’Ouroboros SE FERME LA BOUCHE avec sa queue. C’est simple et à la fois hyper-rationnel et va plus loin que le confort qui sort : « la boucle est bouclée » (le circulez ya plus rien à voir, soit l'anti-Nature), ressemblant à l’Inconscient collectif ou à la Noosphère d’un Teilhard de Chardin, ou au genre de truc de psy : « le signifié et le signifiant sont enfermé dans la boucle » (surtout dans la gueule !) Ça me rappel la devinette enfantine : « Pince-mi et Pince-moi sont dans un bateau. Pince-mi tombe à l’eau, qu’est-ce qu’il reste ? » (voir en bas la vidéo de Martin en animation). Bien-sûr anneau = mariage, anneaux de Saturne, « Seigneur des anneaux », etc…. Nombre de peuples anciens et actuels, hommes et femmes, portent des boucles aux oreilles. Boucle, oreille, bouche, trou, vagin, nombril (trou bouché)… Comme humain pour communiquer nous avons 9 trous : 2 yeux, 2 narines, 1 bouche, 2 oreilles, 1 sexe, 1 anus (avec le nombril bouché ça fait 10). Sûr et certain que beaucoup de choses ont tendance à vouloir passer au travers d’un trou ! Et les moisissures aiment bien aussi les trous.
Alors, entre la boucle et l’évolutionnisme il y a bien autre chose…

JETEZ À L’EAU LE SIGNIFIANT ET SON SIGNIFIÉ QUI SONT MÉTASTASES À OPINIONS ! Ils vagabondent comme l’argent et l’idéation et les bites informatiques !


Note.
1. « Qu’est-ce que le principe de la Raison dans une société ? Je dirai : c’est la construction cultuelle d’une image fondatrice, grâce à laquelle toute société définit son propre mode de rationalité, c’est-à-dire son attitude devant la question humaine de causalité. Cette construction produit un certain type d’institutions, une politique de la causalité, dont procède ce montage de l’interdit que nous appelons en Occident l’État de Droit », Oh, que voilà une belle définition de Pierre Legendre sur le Super Grégarisme (ou troupeau humain, ‘loi de l’espèce’ ou social) en dimension de dualité sujet-objet ! Pour Legendre la Loi des lois est la dualité cause-effet qu’il nomme « Raison ». Cause = Père ; Effet = Fils !!! Manque le Saint Esprit. C’est avec ce genre de dualité que le monde depuis plus de 10.000 ans croule dans les pires horreurs ! Par ailleurs le jargon de Legendre est imbuvable, très peu clair dans une syntaxe pas possible… Donc une syntaxe de psymachin à la Freud doublé d’un mental d’intellectuel en système de pensée freudienne dont doit faire partie Legendre.


Bravo à Martin, 7,5 ans, et à sa maman pour la fraîcheur du rendu. La fraîcheur enfantine peut dramatiquement se transformer en colonialiste adulte et scolaire dans le genre « civilisé » contre « sauvage » dans par exemple le syllogisme suivant : « Toutes les femmes qui vivent à Monrovia sont mariées. Kenu n’est pas mariée. Kenu vit-elle à Monrovia ? ». Une dernière pour la route : « Toutes les pierres sur la lune sont bleues. L’homme qui est allé sur la lune a vu une pierre. La pierre qu’il a vue était-elle bleue ? » (Deux exemples tirés de : L’univers de l’écrit - Comment la culture écrite donne forme à la pensée, de David R. Olson).
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 20-11-2016 01:13

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >