Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Les diarrhéiques des lois
Les diarrhéiques des lois Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 10-12-2016 01:22

Pages vues : 2640    

Favoris : 512

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vent, Vide, Volonté, Yokaï

 
gutenberg_bible_jurer_juger.jpg
 
 
Les diarrhéiques des lois
soit les républicanistes, soit le
résultat des symptômes déjà annoncés par
les perruques poudrées du 18è siècle.
Républicanistes = drogués aux lois,
donc au contraire de la libération.


NE JUGE PAS !

Les lois c’est comme les pensées et leurs vagabondages :
elles correspondent au Big Bang ou « création » de l’UN-I-vers.

La république et ses « valeurs » est anti-vie. Elle croule dans ses déjections de valeurs.
 
 
AUCUNE LOI HUMAINE N’EST RESPECTABLE, SURTOUT EN L’ÉTAT ACTUEL DES CONSCIENCES ET DU CANCER DU POUVOIR (DE L’EGO).
CE QUI EST NÉ (ego) DOIT MOURIR, IL EN EST DE MÊME DE N’IMPORTE QUELLE LOI. AUSSI ÇA NE VAUT PAS LE COUP DE SE CASSER LE CUL POUR LA PLUS PETITE LOI QUI N’EST PAS ÉTERNELLE !

Tant qu’il n’y a pas Réalisation éternelle, comme une loi elle ne sert à rien. Comme un Dieu à quatre bras qui n’est pas éternelle mais phénomène illusoire, car il faut bien quelqu’un qui voie ou croit en cette loi. Seul celui qui voit est réel et éternel.
 
Loi-Loisir : Loi du Sire (loi : écriture, serment, coutume, justice) c’est le ROI (SIRE) d’où la permission de PLAI-SIR (et son contraire la douleur ou prison ou « l’amande amère » du capitalisme et ses « travaux forcés » comme marqué sur ses anciens billets mais réel sur le marché du travail ou de la souffrance). Le maître d’école donne des belles images aux bons élèves et des coups de règle métallique aux mauvais (il y a longtemps… dans les années 1950).
Lois = la guerre de tous contre tous, c’est-à-dire que ça engendre naturellement des lois humaines pour empêcher des personnes de tomber dans les pièges tendus par d’autres personnes, et on tombe alors dans une évolution imbécile sans fin.
Une théorie est faite pour naître et pour mourir, et les lois et les théories sont faites pour « enfermer », mettre en prison. Par ce système on a besoin de repères (comme les 4 murs de la prison) ! Plus une théorie semble extravagante et plus il va falloir l’expliquer ! Se méfier d’une théorie ou d’une loi, c’est une cristallisation ou fixation, une immobilisation, une certitude qui tue. On apprend « tout le temps » Tout étant perpétuel Mouvement.

Dans ce monde de l’après 1789 et son républicanisme il n’y a jamais eu autant de diarrhéiques de lois : sur le site politique.net et en 2008 il est mentionné qu’il y avait déjà en France plus de 10.500 lois et 127.000 décrets (règles ou normes ou compas-équerres).
L’étatisme républicain est comme un chien fou qui tourne en rond pour se mordre la queue et qui n’y arrive jamais. Bref, la diarrhée républicaine c’est comme l’évolutionnisme : ça part en un passé, un Big Bang reculable selon l’opinion, et ça fuit vers un futur tout aussi reculable selon l’opinion et sa « fin des temps ». Le républicanisme français est anti-vie, il empêche le Soi, l’Instant, il prône l’ignorance soit le triomphe dans la dualité cause-effet : à chaque problème (cause) il chie une loi (effet), et ça jusqu’à « la fin des temps », c’est-à-dire qu’à cette « fin » il n’y aura absolument plus aucune liberté pour personne !!! Ainsi le républicanisme est-il d’une grande imbécilité, soit ses cancéreux du Pour-Voir. La mode du terrorisme accélère la diarrhée des lois ; comme la maffia : « Je met le feu à ta maison, et si tu ne veux pas que ça recommence, je te pond une loi pour te protéger si tu me payes un impôt tous les mois ».

LOI = SENTIMENT (on chie des lois sous le coups de l’émotion, donc de l’opinion).
Certains cancéreux « promettent une nouvelle loi » imitant ainsi la Super Carotte « fin des temps ».

« Si chacun s’occupait de ses propres affaires, il n’y aurait pas de querelles » (Ramana Maharshi, entretien 479 du 22 mars 1938). Ainsi il n’y aurait pas besoin de diarrhée de lois !
À l’entretien 63 : « L’homme, qui n’est qu’un grain de poussière dans le monde, veut en obtenir davantage et récolte ainsi les ennuis ».

Les cancéreux du républicanisme se comportent comme les dix insensés, histoire racontée par Ramana Maharshi à n’entretien 63 :
« Dix insensés qui, après avoir traversé une rivière et atteint l’autre berge, se comptèrent et ne se trouvèrent plus que neuf. Ils devinrent inquiets et se mirent à pleurer sur la perte  du dixième sans savoir qui c’était. Un passant, après avoir demandé la cause de leur chagrin, les compta et en trouva dix. Chacun des dix avait compté les autres et oublié de se compter soi-même. Le passant donna alors à chacun un soufflet en leur demandant de tous les compter. Ils comptèrent dix et furent satisfaits. La morale de cette histoire, c’est que le dixième homme n’avait pas réapparu. Il avait toujours été là ; c’est l’ignorance qui avait été la cause de l’affliction des autres ».

Il est salutaire de se libérer de cette dualité infernale de cause-effet du républicanisme français où à chaque problème = une loi. C’est de la démence qui entraîne des peuples entiers vers la mort intérieure. Comme le dit R. Maharshi dans le même entretien : Il n’y a rien de nouveau à gagner [donc pas de loi nouvelle]. L’ignorance du Soi est responsable de la souffrance présente ; la connaissance du Soi apporte le bonheur [et pas besoin de loi].
De plus, si quelque chose de nouveau doit être obtenu, cela implique que c’était absent auparavant [cas d’un loi modèle républicanisme]. Ce qui a été une fois absent peut disparaître encore. Ainsi le salut ne serait pas permanent. Mais le salut est permanent parce que le Soi est ici et maintenant, et éternel [et c’est l’INSTANT].
Les efforts de l’homme sont donc dirigés vers la disparition de l’ignorance. La Sagesse semble survenir, alors qu’elle est naturelle et toujours présente ». oui puisque NOUS SOMMES SINGULARITÉ.

Idem : il n’y a pas de Loi au-dehors comme il n’y en a pas non plus qui puisse être obtenue au dedans de chacun. Tout est parfait à l’Origine, rien ne manque, et c’est l’état naturel nommé FÉLICITÉ.
Chercher le trésor en dehors de sa propre demeure conduit là où notre monde présent en est rendu : une imbécilité totale de lois modèle république française !

LES LOIS C’EST FAIT POUR FAIRE PEUR (et pour faire rentrer du fric chez les avocats : si pas de loi pas d’avocat ; l’un ne va pas sans l’autre et ne va pas sans la City de Londres ou finance internationale !).
En effet, qui dit loi humaine dit ego, et qui dit ego dit peur, ou dualité plaisir-douleur. La peur provient de l’ego. La loi c’est comme la dualité MAÎTRE-DISCIPLE (ou guru-disciple) : il y a toujours CRAINTE de ceci ou de cela. Peur, crainte et loi sont sources d’ignorance et donc d’ÉGAREMENT. Or l’absence de crainte est justement une des caractéristiques d’un Buddha ou Réalisé.

CE QUI EST NÉ (ego) DOIT MOURIR, IL EN EST DE MÊME DE N’IMPORTE QUELLE LOI. AUSSI ÇA NE VAUT PAS LE COUP DE SE CASSER LE CUL POUR LA PLUS PETITE LOI QUI N’EST PAS ÉTERNELLE   L’être humain s’illusionne à cause de la confusion entre le Soi conscient et le corps inconscient.
Ce qui est né doit mourir. L’illusion est concomitante à l’ego qui s’élève et disparaît. « Mais la Réalité ne se lève ni ne disparaît jamais. Elle demeure éternelle » (entretien 80).

Il ne peut pas y avoir de loi humaine, car tout dépend des points de vue qui VARIENT SELON L’ÉTAT MENTAL DANS LEQUEL ON SE TROUVE. Cela s’appelle l’OPINION parce que ça dépend de l’individu, de l’ego, et non du Soi ou Instant. De plus, ces opinions ou lois sont sans importance parce que la seule chose qui compte est la Félicité.

La perception actuelle du corps en tant que ‘je’ ou « raison » est si profondément enracinée que tout ce qui vu, (preuves, mesures, analysent, témoins ou opinions) est considérée comme pratyaksha [vision directe, immédiate] et pas celui qui voit. « Personne ne désire la Réalisation parce qu’il n’y a personne qui ne soit pas réalisé. Est-ce que quelqu’un peut dire qu’il n’est pas déjà réalisé ou qu’il est séparé du Soi ? Non. Il est évident que tout le monde est réalisé. Ce qui rend l’homme malheureux, c’est le désir d’exercer des pouvoirs extraordinaires [dont chier des lois et autres dogmes ou philosophismes]. Il sait qu’il ne peut pas y arriver. C’est pourquoi il veut que Dieu apparaisse devant lui pour lui conférer Ses pouvoirs tout en restant à l’arrière-plan [les transhumanistes se comportent comme cela, chez eux tout ce résume par le mot Pour-Voir ou pouvoir]. En bref, Dieu devrait abdiquer Ses pouvoir en faveur de l’homme », dit Ramana Maharshi à l’entretien 469.

GURU-DISCIPLE.

« Dieu, le guru et le Soi sont identiques » (Ramana Maharshi, entretien 23).
« Dieu, Grâce et guru sont synonymes et ils sont aussi transcendants et immanents. Le Soi n’est-il pas déjà en vous ? Est-ce au guru de l’accorder par son regard ? Si un guru croit cela, il n’est pas digne de ce nom » (entretien 398).

Pas besoin de loi, comme l’indique l’entretien 479 ci-dessus, aussi : ne jugeons pas les autres. Les normes du monde spirituel sont différentes de celles qui prévalent dans le monde des hommes ordinaires. « Un honnête cireur de chaussures est aussi bon qu’un roi honnête ». Et pour faire référence aux « valeurs » du républicanisme où tout est à l’envers : « Un balayeur immoral est plus élevé et plus excusable qu’un empereur ou son gouvernement immoral », car le pauvre balayeur peut n’avoir jamais eu la possibilité d’apprendre la moralité (morale ou opinion), on peut lui avoir enseigné dès l’enfance à voler pour survivre. Celui qui retrouve le Soi est plus grand que celui qui gagne de nombreuses batailles, ou qui gagne de nombreuses médailles et diplômes.

NE JUGE PAS !

Dans une des Lettres des Mahatmas à A.P. Sinnett, le Mahatma (”Grande âme”) écrit : « Vous voyez seulement que Bennet n’a pas les mains lavées, a les ongles sales et utilise un langage grossier… Il y a, mon ami, une odeur morale comme il y a une odeur physique. La pulpe suave de l’orange est sous la peau ».

Les lois des humains sont pitoyables à vomir, car nous nous détruisons les uns les autres en même temps que nous détruisons notre planète, notre Vaisseau : nous bafouons de façon très irrespectueuse la terre dont nous vivons, et nous exploitons sa générosité à nos fins égoïstes. Tout ceci n’est ni de l’harmonie ni du respect de la Nature, et par conséquence il n’y a AUCUNE raison de respecter la moindre des lois des humains. De plus ces lois humaines se voudraient des vérités, des perfections assurant la « paix », mais, dans nos relations avec les êtres humains, au lieu de remarquer, d’apprécier et d’encourager les bonnes qualités chez les autres, nous avons plutôt tendance à leur trouver des défauts, à les juger, à critiquer leurs insuffisances et leurs erreurs et à désapprouver leurs méthodes de travail et leurs points de vue, comme si nous étions nous-mêmes des modèles de perfection. Or aucun juge ici-bas n’est un étalon de platine de perfection.

La compréhension de notre nature profonde vient de l’observation de soi et de la vigilance. Ramana Maharshi renvoie toujours au : « Qui suis-je ? ». Et la vigilance est importante car un petit écart peut quelquefois ruiner la recherche spirituelle et de libération pendant toute une vie. D’où l’exhortation – restez éveillé, restez toujours bien éveillé. « Réveillez-vous/Toujours en guerre », écrivait Jabir. Ne pas être le « Ils furent heureux et eurent beaucoup d’enfants » que l’on trouve à la fin de certains contes de Fées, après que les héros eurent lutté dans bien des aventures/guerres, et qui pue trop la fin des temps et son « Circulez ya plus rien à voir ! ». C’est comme les bons élèves ou les personnes douées : aucun intérêt ! Sauf que le doué ou bon élève doit travailler encore plus que la personne banale et ignorante.
Le SACHANT EST L’ÉTAT DU TOUJOURS EN GUERRE CAR TOUT EST MOUVEMENT PERPÉTUEL. AUSSI, UNE SEULE CONSTANTE EN CE MONDE : « Quel problème suis-je ? », ou « QUI SUIS-JE ? »

Le corps est la croix. Jésus, le fils de l’homme, est l’ego ou l’idée « Je suis le corps ». Après avoir été crucifié, il est ressuscité comme le Soi glorieux - Jésus, le fils de Dieu !
« Renonce à cette vie si tu veux vivre ».
(Ramana Maharshi, fin de l’entretien 396).
 
 

Dernière mise à jour : 10-12-2016 01:50

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >