Accueil arrow Films arrow Films hors du Japon arrow LE JARDIN DE PTAH 11
LE JARDIN DE PTAH 11 Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 24-12-2016 01:35

Pages vues : 2194    

Favoris : 299

Publié dans : Flash sur films, Sommaire films hors du Japon

Tags : ADN, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Behaviorisme, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Communisme, Conte, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Génocide, Histoire, Humain, Illusion, Image, Inquisition, Instant, Islam, Jardin, Jeu, Judaïsme, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Ptah, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Science, Sécurité, Serpent, Sexe, Silence, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Vide, Volonté, Yokaï

 
mt-p-monceau23_5-460.jpg
 
 
LE JARDIN DE PTAH 11
 
 
Suite de la publication du scénario d’un projet de long métrage. On en était arrivé au moment quand survenait un drame et quand l’enceinte du Jardin de Ptah était terminée ; la porte venait d’être mise en place ; le roi Djeser venait consacrer le Jardin Sud de la Pensée et de la Parole.
 
(Grande Maison couloir et salle aux gros blocs. Intérieur jour)
Le couloir de la Grande maison, on passe près de deux gardes armés de lances pour aboutir sur un serviteur accompagnant Imhotep revêtu d’une robe luxueuse donnée par Djeser. Ils se dirigent vers le grande salle. Un garde leur ouvre la porte. On pénètre dans la grande salle constituée de gros blocs, avec un éclairage naturel d’où émane une lumière orange pâle. Sur deux côtés il y a des colonnades de section carrée, le sol est pavé d’albâtre formant un dessin. Djeser est assis sur un large trône de pierre recouvert de tissus et de coussins. Au bas du trône est assis Anoupou. A côté de Djeser : un scribe, Hésyré, deux gardes, deux grands prêtres et cinq courtisans (dont l’un jouera un rôle par la suite). Un brûle-parfums dégage de la fumée d’encens, d’un autre côté se trouvent une dizaine d’habitants de Mur-Blanc.
Imhotep s’avance seul vers Djeser et le salue des deux mains sur les genoux. Le serviteur qui l’accompagne s’éloigne sur le côté de la salle. Djeser fait signe au scribe, celui-ci s’avance et donne une tablette d’argile cuite à Imhotep. Djeser se lève avec son air toujours aussi austère.

- DJESER : A la place d’enfant ministre, je te nomme jeune ministre.

Djeser réfléchit un court moment.

- DJESER : Bien qu’il y ait la vipère cornue d’Ennana et de Sechy au-dessus de la porte, il te faut choisir celui qui sera le deuxième gardien.

Imhotep est très gauche et intimidé en se dirigeant vers cinq courtisans. Il les salue, les jauge un peu et choisit le plus robuste et gros.

- IMHOTEP : Tu seras le deuxième gardien de la porte. Quel est ton nom ?
- OUPKHETEM : Je me nomme Oupkhetem, Vie, Santé, Force Imhotep.

Ils viennent tous deux au centre de la salle. Djeser toujours austère montre à Imhotep le verrou clef de la porte du Jardin Sud.

- DJESER (à Imhotep) : J’allais oublier les serrures (il indique les personnes dans l'assistance).

Imhotep se dirige vers 4 courtisans restants ; il hésite, et choisit le plus maigre.

- IMHOTEP : Tu seras le huileur de serrures. Quel est ton nom ?
- JEH : Je me nomme Jeh. Vie, Santé, Force Imhotep.

Ils reviennent au centre de la salle. Le scribe inscrit le choix d'Imhotep sur ses tablettes d'argile. Djeser se croise les bras, regarde en l'air.

- DJESER : Maintenant, pour pouvoir te promener dans le Jardin, je te propose quatre énigmes : qui y a-t-il au monde de plus fort et de plus rapide ; de plus gras, de plus mou, et de plus délicieux ?

Imhotep réfléchit un instant, regarde Oupkhetem qui ne sait que dire ; puis :

- IMHOTEP (partiellement off) : Il n’y a rein de plus rapide que ta jument baie, elle rattrape un lièvre. Il n’y a pas plus gras que la terre qui nourrit tout ce qui vit. Il n’y a pas plus mou que la main sur quoi on s’allonge, on pose toujours sa main sous sa tête. Et il n’y a rien de plus délicieux que les rêves !

Sur un côté, des habitants de Mur-Blanc : ils sont ravis. Deux courtisans trafiquent en s’échangeant des pièces de cuivre contre des bijoux.

- DJESER : C’est bien Imhotep, mais la première énigme est fausse. Il y a encore plus rapide que ma jument.

Imhotep réfléchit, puis lève la tête vers le ciel. De derrière le côté des habitants de Mur-Blanc surgit Ptah avec son bâton et tapant un coup sonore sur le sol. Il va vers Imhotep.

- PTAH (à Djeser) : Il n’y a pas plus fort ni plus rapide que le vent. Laisses Imhotep se promener le temps qu’il veut dans mon Jardin. Magnifique le mur qu’il a fait avec son équipe.
- DJESER (à Imhotep) : Tu peux aller dans son Jardin autant de fois que tu veux.

Djeser lui donne le verrou. Anoupou se sauve en douce et se faufile derrière les colonnes vers un endroit où il n’y a personnes, puis il disparaît dans une ouverture de couloir.

- PTAH (à Ré) : On leur donne le langage. Ils inventent des pièces pour troquer ! (À Djeser) Tu ferais mieux de surveiller ton Anoupou.

Ceux qui sont proche du trône cherchent de leurs yeux. Djeser se lève et court lourdement vers la collonade où s’est défilé Anoupou. Ceux présent à ses côtés le suivent.

SÉQUENCE 32
(Devant la porte porte du jardin. Extérieur soir et matin)
De chaque côté de la porte se trouvent Jeh et Oupkhetem. Arrive Imhotep précédé de Khenen avec sa lanterne allumée. Le gardien s’écarte, car Imhotep ouvre la porte avec sa “ clef “. Alors Jeh et Oupkhetem tirent les 2 lourds battants.

- IMHOTEP (à Khenen) : Attends-moi ici Khenen, je ne serais pas long.

Khenen s’assied et pose sa lanterne. Une fois Imhotep dans le jardin, les 2 préposés referment les lourds battants.
L’ombre change rapidement ; le temps a passé (trucage).
Les 2 préposés dorment au pied de la porte comme Khenen, qui a éteint sa lanterne.
L’ombre est à son opposé car c’est le matin. Khenen se réveille, regarde autour de lui, il veut pénétrer en voulant ouvrir la porte du jardin, mais Oupkhetem lui fait obstacle.
Alors Khenen s’en retourne vers la maison d’Imhotep. (On suppose qu’ensuite il s’est décidé à retrouver la jeune Redejet !)


NOTE : Le Jardin de Ptah se nommant « Jardin Sud de la Pensée et de la Parole » représente le « Pays Circulaire », soit la capitale de l’ATLANTIDE, là où tout le monde connaissait la Parole Divine ou Vraie Télépathie avec ce qui s’en suit : l’encodage de tous langages. Là, il s’agissait d’édifier un mur d’enceinte autour du « Jardin » : prédominance du règne végétal et minéral où la notion de « ville » n’existe pas. Il y a à la fois un apprivoisement de la Nature DANS LES DEUX SENS : « HUMAIN-NATURE - NATURE-HUMAIN ».
Le mur d’enceinte du Jardin maintient les énergies internes qui fleurissent. Aussi on ne pénètre dans un Jardin que par UNE PORTE. Pour le rêveur, il est forcé en permanence de chercher cette Porte en faisant le tour du mur d’enceinte. Cela correspond à la Réalisation du SOI-INSTANT, illustré par un Grand Arbre ou une Fontaine (de jouvence). Pour l’homme le Jardin pourra aussi être la partie sexuelle du corps féminin. Évidemment pour le Réalisé le JARDIN est beaucoup plus qu’un simple amour charnel. Féminin et masculin ou Réalisation du SOI-INSTANT représente la non-dualité ou absence de sujet-objet.


(Dans le jardin. Extérieur jour)
Nous découvrons Imhotep encore endormit, allongé près du bassin. Il s’étire et baille, se relève, ne sait dans quelle direction se diriger, puis il prend au hasard un sentier.
Au bout d’un moment au loin, un bélier avec des cornes d’or se rapproche d’Imhotep.

- IMHOTEP (à un Khenen invisible) : Pourquoi a-t-il des cornes d’Or ce bélier ?

Imhotep tend de l’herbe au bélier, puis continue sa progression.

Un groupe d’oiseaux multicolores s’envolent, effrayé par la cavalcade d’Anoupou venant à la rencontre d’Imhotep. Anoupou lui montre sa toupie, et tous les deux s’amusent un instant avec la toupie.

- IMHOTEP : Ton père te cherche, va le rejoindre.
- ANOUPOU : Pas encore, joues avec moi !

La toupie s'emballe.

- ANOUPOU (en se sauvant en riant) : Reviens me voir Imhotep.

Imhotep tend son bras vers lui et essaye de le rattraper, puis il y renonce. Il continue sa promenade dans une plaine où pousse du blé, et il a la surprise de rencontrer Houy coupant le blé avec sa faucille de silex dentelés. Derrière lui sa femme Jenemet ramasse les épis. Houy aperçoit Imhotep :

- HOUY (sans saluer Imhotep) : Tu ne m’as pas payé depuis longtemps. Donne-moi une pièce, je te servirai.

Imhotep donne une pièce.

- IMHOTEP : Houy, tu ne te souviens pas ? j’ai déjà un serviteur, c’est Khenen.
- HOUY : Mais moi, je suis vieux et borgne, tu devrais me nourrir jusqu’à la vieillesse.

Imhotep prend congé de Houy et Jenemet.

- IMHOTEP : Je ne sais pas Houy, je ne sais plus ; vie, santé, force à toi et à Jenemet.

(Dans le jardin, autre coin. Extérieur jour)
Près des grands cyprès Hésyré est en train de construire avec des pièces de cuivre une petite maison brillante au soleil. Proche de là déboule Sepa l’air mauvais. Dans sa progression il se cache derrière les troncs des cyprès. Arrivé près de Hésyré il se montre très avenant.

- SEPA : Que fais-tu ici noble Hésyré ?
- HÉSYRÉ : Je n’ai jamais appris à travailler de mes mains, aussi comme tu le vois, je m’entraîne en construisant ma maison avec le cuivre du trésor royal.
- SEPA : Le cuivre du trésor royal... enfin !
- HÉSYRÉ (soupirant) : Tout ce travail m’épuise, j’ai du mal a respirer.

Sepa s’approche de Hésyré et met sa main sur le haut de son vêtement pour l’aider. Il lui serre le cou, et lui serre le cou jusqu’à ce que mort s’en suive.

- SEPA : Puisque tu es si riche, maintenant tu peux te reposer !

Il entre dans la maison et on le voit détruire un bout du toit, car il met les pièces dans un grand sac. Il emporte ainsi les trois quart et traîne avec peine sur le sol son gros sac.

- IMHOTEP : Sepa !

Imhotep l’appel au loin et le rejoint.

- IMHOTEP : Possédé d’Apophis ! Tu te rends compte où ton système te mènes ? Tu es devenu un criminel.

Imhotep le saisit par le bras, Sepa le repousse, Imhotep le saisit à nouveau, Sepa se retourne et lui envoie son poing sur la figure. Imhotep tombe, se relève et il s’agrippe à Sepa. Tous deux se battent.

- IMHOTEP : Criminel !... criminel !... fils d’Apophis !

Ils roulent tous les deux sur la verdure du Jardin parmi les pièces de cuivre échappées du sac de Sepa. Au bout d’un moment Sepa assomme presque Imhotep d’un coup à la tête et sort un couteau et blesse sévèrement Imhotep. Celui-ci reste inconscient. Sepa ramasse quelques poignées de pièces éparpillées et s’en va en sifflant comme si de rien n’était. Du sang se répand sur le vêtement d’Imhotep.

SÉQUENCE 33
(Dans le Jardin Sud. Extérieur soir)
(Hommage à Herbert George Wells). (En partie avec trucages numériques).
Imhotep est allongé sur un sol recouvert d’herbes, son vêtement est encore taché de sang. Au loin une panthère tachetée l’aperçoit, elle s’approche et renifle Imhotep. Puis elle se dirige vers sa compagne panthère qui n’était pas loin. Les 2 félins s’en retournent côte à côte. Imhotep n’a rien aperçu.

(Dans le Jardin Sud. Extérieur matin)
Imhotep se réveille doucement, puis se met à rire des rencontres de la veille. Il rit tellement qu’il en tousse.
Il se lève et poursuit sa promenade.
Soudain, dans une plaine recouverte en partie d’herbes diverses, Imhotep aperçoit au loin 2 panthères tachetées (celles de la nuit dernière) qui jouent avec une balle, en la faisant rouler avec leurs museaux au milieu d’une allée spacieuse entre 2 bordures de marbre blanc.
L’une des bêtes vient vers Imhotep, et frotte son oreille ronde contre sa main qu’il tend. La panthère ronronne fortement.
Alors, Imhotep se met à jouer avec les panthères, qui se sont fait ainsi un « nouvel ami ». (La scène dure le temps nécessaire !)
Les panthères quittent leur ami, lorsque vient à la rencontre d’Imhotep Khenen accompagné de Redejet. Ils rient tous les deux, et se donnent un baiser.

- KHENEN : Salue à toi Maître Imhotep. Nous avons cassé la jarre ensemble, et Redejet a connu l’homme (Khenen) pour la première fois.

Redejet rougit.

- KHENEN : Ma bouche est ta source, boit à ma source. Mon corps est ton pain, gouttes son odeur. Viens Redejet, pressons nous l’un contre l’autre.

Et Redejet entoure de ses bras la taille de Khenen (qui a un peu embelli physiquement), et tous les deux s’allongent sur l’herbe.
Ils se donnent pleins de baisers. Imhotep rigole, mais réfléchit ensuite.

- IMHOTEP : Il va falloir que je retrouve Houy… Et ces deux-là vont rendre Ptah jaloux !

Khenen et Redejet enlacés roulent sur l’herbe jusqu’à disparaître dans un bosquet. Imhotep reprend sa route, mais il n’est pas au bout de ses surprises.
Une femme vient à la rencontre d’Imhotep. C'est Naharana (elle porte un livre sous le bras). Stupeur d’Imhotep, qui manque de défaillir.
Elle s’avance souriante, nullement surprise et lui baise la bouche.
Imhotep la serre dans ses bras les larmes aux yeux.
Naharana le prend par la main, et l’emmène vers un endroit ombragé de vieux arbres où des colombes apprivoisées voltigent. Des blocs de pierre lisse servent de bancs.
Ils continuent mains dans la main leur progression, et croisent un vieillard (Ptah déguisé)qui n’arrête pas de rire, et semble ne pas être affecté par des rhumatismes, ni autres maladies. Le vieillard les salue et continue sa route.
Un peu loin, Imhotep et Naharana croisent un caquetage de perroquets multicolores à côté d’une fontaine.
Plus loin, d’autres fontaines encore et des sculptures étranges. Parmi ces sculptures, une douzaine de personnes hommes et femmes font la fête. Imhotep et Naharana s’avancent parmi ces gens, dont les visages reflètent tous la bonté et la beauté.
Imhotep comprend que ces gens sont animés d’une grande bienveillance à son égard. Ces personnes sont en fait heureuses d’avoir Imhotep parmi elles.
Leurs gestes, le contact de leurs mains, leurs regards d’amour remplissent de joie Imhotep.
Les 2 panthères tachetées au loin continuent leurs jeux avec leur balle.
Imhotep toujours aux côtés de Naharana semble voir les fêtards s’estomper par moments. (Trucage optique).
Deux serviteurs leur apportent des fruits et des pains dans une corbeille. Un autre serviteur offre des petites jarres de vin.
Naharana pousse Imhotep à la suivre. Pendant que se poursuit la fête, Imhotep et Naharana saluent les uns et les autres à la manière égyptienne, et tous deux reprennent leur promenade.
Ils sont suivis un moment par les 2 panthères et leur balle.
Arrivée devant les bancs de pierre lisse dans l’endroit ombragé où les colombes voltigent, Naharana avec une expression douce et grave, invite Imhotep à s’asseoir.
Elle lui montre ensuite une page de son livre. (Sorte d’ensemble de papyrus cousus). Imhotep se penche.

- IMHOTEP : C’est le livre de Thot que tu tiens là ?

Imhotep voit sa vie se dérouler rapidement depuis sa naissance : un père sévère et austère, une mère dont il n’a plus souvenir, un grand vizir, des serviteurs (trucages).
Imhotep stupéfait lève les yeux interrogateurs vers Naharana avec l’envie d’en savoir davantage. Imhotep prend le livre et feuillette les pages hâtivement, et hésite sur la dernière page.

- IMHOTEP : Ensuite ?

Il s’efforce d’écarter la main de Naharana qui le stoppe, Naharana cède, la page tourne, on ne peut rien voir car le livre tombe en se refermant, car Naharana se penche pour embrasser Imhotep sur la bouche. Imhotep veut saisir le livre, mais celui-ci a disparu sous terre (trucage).

SÉQUENCE 34
(Dans le Jardin Sud. Extérieur soir)
Naharana et Imhotep sont allongés dans l’herbe côte à côte, lorsque le vieillard de la séquence 32 arrive, toujours rigolard. Il tire Imhotep par le bras.

- VIEILLARD : Venez à la fête, venez vous divertir.
- IMHOTEP : Non vieil homme, on en vient. Laisses-moi dormir.

Le vieillard énervé tire sur le bras d’Imhotep, et sur celui de Naharana endormie. Alors Imhotep ouvre sa boîte de médecine qu’il avait à côté de lui, prend une fiole qu’il tend au vieillard.

- IMHOTEP : Tiens vieil homme, prends ce vin, car là-bas il ne dois plus en rester beaucoup.

Le vieillard boit et s’endort en soupirant et sifflant.

- IMHOTEP (à Naharana encore endormie) : Bon Naharana, avec ce narcotique on est tranquille pour un moment.

Imhotep s’allonge à côté de Naharana, le vieillard ronfle.

(Dans le Jardin Sud. Extérieur aube)
Imhotep se redresse à moitié endormi et s’aperçoit que Naharana n’est plus à ses côtés. Il appelle.

- IMHOTEP : Naharana... Naharana...

Proche de là, le vieillard ronfle encore. Imhotep colle son oreille sur sa poitrine, lui secoue un peu la tête.

- IMHOTEP : Vieil homme, la fête est terminée, le vin t’a tourné la tête.
- VIEILLARD (qui ouvre ses yeux) : Tu viens à la fête ?
- IMHOTEP : C’est terminé !
- VIEILLARD : Tu viens à la fête ? Tu viens à la fête ?

Il saute sur place en tirant sur le bras d’Imhotep, qui se dégage péniblement. Imhotep prend sa boîte de médecine et se sauve en courant. Le vieillard court après lui et le rattrape facilement. Au bout de cette course Imhotep n’en peut plus, et lorsqu’il se retourne, le vieillard est devenu Ptah.

- PTAH : J’espère que tu n’as pas oublié notre rendez-vous ? Ton vin est cependant un peu lourd !

Imhotep s’approche de Ptah et celui-ci l’invite a sceller leur rencontre par une manière religieuse égyptienne : ils se rapprochent et Ptah frotte son nez sur celui d’Imhotep. Ptah prend par la main Imhotep.

- PTAH : Viens, je vais te montrer ma nouvelle création, celle de la chaleur active, que les mauvais Atlantes n’ont pas perturbé par leur magie.
- IMHOTEP : Il y a des mauvais Atlantes ?
- PTAH : La quatrième ronde, nos ancêtres, et certains ont perturbé la troisième ronde, celle qui est cachée et accessible.

Ils marchent vers le bord d’un lac (toujours dans l’onirisme). Un vent se lève et agite leurs vêtements, ils pénètrent dans une brume.

- PTAH : Tu peux connaître si tu le désires encore, l’origine de la Matière. Notre origine ; l’origine de Ré.

Imhotep se met à rire !

- PTAH : Ris donc, mais je suis tout de même le moteur de la création corporelle.
- IMHOTEP (en riant) : Oui, mais tu es ligoté, emmailloté dans ton vêtement. Tu as comme moi chuté dans la Matière, bien que toi tu aies chuté à moitié seulement.
- PTAH : Je suis l’ouvrier des ouvriers. Je suis le moteur secret de ta vie Imhotep. Et qu’est-ce que la vie ?
- IMHOTEP : C’est le pouvoir aux choses crées de se transformer par successives destructions de leurs formes, jusqu’à la libération de l’influx originel.
- PTAH (en faisant oui de la tête) : Les choses ne meurent que par leur corps, mais l’âme retourne à la source toujours vivante. Et malheur au Ka qui ne retrouve plus son âme !

Ils se lèvent, et pendant qu’ils se dirigent vers une étrange construction, dont le sol et le plafond forment un angle de 45 degrés environ.

- PTAH : Pour connaître l’origine de la Matière, son autre arrangement, tes yeux ne le peuvent pas. Ils sont faits de Matière actuelle.

Arrivé devant la construction étrange.

- PTAH : Après ce préambule rasoir, je te convie à venir voir l’autre arrangement, celui que les Atlantes ont perturbé par leur mauvaise magie.

Ptah prend par le bras Imhotep et ils s'avancent vers un plan incliné.

- PTAH : Puisque tu sembles d’accord, nous allons nous placer dans cet angle que l’arpenteur Mew aurait pu calculer facilement. Attention Imhotep, toi qui n’aime pas la violence, accroche-toi ! Parce que tu vas la rencontrer dans ton intrusion parmi l’autre Matière. Tu risques aussi d’y perdre ton coeur pendant un moment (folie).

À suivre… Si Ptah, Père des Dieux, le permet…

[En haut de page : Parc Monceau à Paris, aquarelle de M. Roudakoff]

Distribution, pour les séquences ci-dessus :

IMHOTEP (35 ans) : architecte du Roi Djeser
DJESER ( 45 ans) : Roi de la troisième Dynastie de l’Ancienne Égypte
JEH (hurleur) (40 ans) : graisseur de serrures (le maigre)
OUPKHETEM (ouvrir, fermer) (40 ans) : gardien de la porte (le gros)
DES GARDES (Maison Djeser)
UN SCRIBE (Maison Djeser)
HÉSYRÉ (50 ans) : le Chef des Juges du troc
5 COURTISANS (Maison Djeser)
PTAH : Dieu honoré à Mur-Blanc (Memphis)
UN VIEILLARD (Ptah)
ANOUPOU (9 ans) : un des 5 enfants de Djeser
4 ENFANTS DE DJESER
KHENEN (troublé) (23 ans) : assistant de Sechy
DES TAILLEURS DE PIERRES
DES GARDES DU CHANTIER DU JARDIN
SECHY (30 ans) : Chef des dessinateurs
ENNANA (25 ans) : Chef des tailleurs de pierres
UN BÉLIER AUX CORNES D’OR
HOUY (35-45 ans) : le serviteur borgne d’Imhotep
JENEMET (couleur) (35 ans) : la femme de Houy
SEPA (Mille-pattes) (22 ans) : l’ingénieur et Chef des travaux
2 PANTHÈRES TACHETÉES
REDEJET (accorder) (20 ans) : la femme aux coloris
NAHARANA (30 ans) : la femme d’Imhotep
DES SERVITEURS AU JARDIN SUD
DES COURTISANS DU JARDIN SUD
PLUSIEURS PERSONNES
 
masse_d90.png
 
 

Dernière mise à jour : 28-12-2016 18:38

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >