Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Inventer le péché est L’ABOMINATION humaine
Inventer le péché est L’ABOMINATION humaine Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 24-12-2016 20:33

Pages vues : 2634    

Favoris : 461

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : ADN, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Behaviorisme, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Communisme, Conte, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Génocide, Histoire, Humain, Illusion, Image, Inquisition, Instant, Islam, Jardin, Jeu, Judaïsme, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Ptah, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Science, Sécurité, Serpent, Sexe, Silence, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Vide, Volonté, Yokaï

 
poliak7trans.png
 
 
Inventer le péché est L’ABOMINATION humaine
par principe, par dévalorisation.
Aussi, il inventa un Jésus cloué sur une Croix
afin de « racheter » les péchés, et après :
Demain On Rase Gratis (DORG) ou religions
du « Salut ».
« Faire pénitence » est contraire à la Vie.
Inventer une « fin des temps » est le contraire
du Mouvement, de l’Instant, qu’est la Vie.
Le christianisme ou isme est
LA bombe nucléaire
de ces 2000 ans passés.

Comme nombre d’actuels judéo-maçons spéculatifs
et leur monstrueuse prétention à leur
« république universelle », la petite
secte chrétienne avait aussi la monstrueuse
prétention à l’universalité, avec pour
conséquence des mers de sang et de colonisation.
Les religions abrahamistes et de mutilation sexuelle
sont opinion et sources de guerres sans fin.
Notez que les chrétiens sont
« circoncis par le cœur » !


Page dédiée à l’Empereur Julien (331-363)
 
 
RAPPEL : LES PAÏENS depuis la nuit des temps avaient un monothéisme, une moral en substance peu différente de la nôtre, mais ils avaient surtout un trésor de culture infiniment supérieur à tout ce que pouvaient offrir par la suite les chrétiens ; alors, pourquoi nombre de Païens, de Paysans, de Pagans, se sont-ils laissés parasités par les chrétiens ? La question est toujours valable de nos jours et donc reste ouverte.
Jean Coulonval dans son livre Synthèse et Temps Nouveaux résume le christianisme par un seul mot : « sentiment », donc ce qui tourne autour de l’ego, de l’opinion.
 
Le christianisme étant né un jour, tout ce qui apparaît nouvellement doit aussi disparaître ; alors que ce qui EST, ce qui est RÉEL, perdure à jamais.
Les trois religions abrahamiques et leur mysticisme reposent sur les sources païennes.
Les Païens ne pouvaient que réaliser le Soi-Instant : une expérience de régénération dans laquelle un être humain devient « un fils de Dieu » ou « le Tout dans le Tout », soit il devient un composé de toutes les Puissances divines qui sont entrées en lui : PAN et la PANique, parce que c’est l’envahissement réel de l’humain par le Soi ou Dieu, et c’est gratuit et c’est permanent puisque c’est notre état naturel, DONC SANS PÉCHÉ. RÉGÉNÉRATION = CYCLE (comme le tic-tac d’une horloge, le « pneuma » ou souffle).


L’Empereur Marc Aurèle parle déjà « d’un monde unique contenant toutes choses du Dieu unique pénétrant toutes choses, unique substance et loi unique ». Il se rappelle à lui-même sa propre unité avec ce Dieu : « L’esprit de chaque homme est un Dieu et une émanation de la divinité » ; l’homme qui se coupe lui-même de la Cité de Dieu est pareil à une tumeur maligne sur le visage de la Nature » (réf. Païens et Chrétiens dans un âge d’angoisse, de Eric Robertson Dodds, 1893-1979).

Avec le christianisme se développe les villes, là où le progrès de cette secte devient le plus spectaculaire, donc tournant autour de l’ego. Des villes comme Antioche, Corinthe, Rome, Alexandrie, progressent rapidement, les chrétiens étant « membres les uns des autres » ils tombaient dans le Super Grégarisme bien avant l’actuel capitalo-socialisme ! Et ce social est L’UNIQUE CAUSE du succès du christianisme, qui de nos jours va engendrer le mondialisme ou désir étatique arrivé à sa maturité en passant par 1789. Car depuis la catastrophe du Néolithique et ses 10.000 ans de sa voie de l’Agriculture, l’étatisme et sa chefferie n’ont cessé d’aspirer à l’institution d’un « Royaume universel » réunissant sous la direction d’un seul ou d’une oligarchie tous les peuples de la Terre. Mais, comme pour la naissance de toutes religions, tout ce qui est fait de constructions de mains d’hommes atteignant le point culminant de leur puissance et de leur gloire et contenant le ferment de dissolution qu’elles portaient en elles les démolissait. Et qu’est-ce que c’est ce ferment ? C’est évidemment l’ego et le Faire/Fer, l’orgueil, l’autosatisfaction !

SOCIAL = CHRISTIANISME MAIS LE JOUR OÙ IL N’Y AURA PLUS CETTE MODE, CETTE OPINION, LE MONDE REDEVIENDRA PAÏEN. Julien semble avoir partagé cette opinion : il attribue le succès du christianisme à « sa philanthropie envers les étrangers, sa prévoyance pour l’enterrement des morts et sa sévérité dans la vie ».

Comme déjà écris, l’arrivée des religions abrahamaniques va inventer un temps en géométrie de la ligne droite : l’évolution ; alors que les Païens ont un « système numérique » qui a une conception cyclique du temps, totalement incompatible avec l’abrahamisme.

Paul le juif dans l’Épitre aux Corinthiens 6, 9-11 entretient la division, la haine, la dualité winner-loser et la notion de péché, et ne fait nullement dans la gratuité quand on lui fait dire : « Ne vous y trompez pas : ni les impudiques, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les infâmes, ni les voleurs, ni les cupides, ni les ivrognes, ni les outrageux, ni les ravisseurs n’hériteront du Royaume de Dieu. Et c’est là ce que vous étiez, quelques-uns de vous. Mais vous avez été lavés, mais vous avez été sanctifiés, mais vous avez été justifiés au nom de Jésus-Christ ». Bref, le « baptême » c’est la Super lessive chrétienne qui lave plus Blanc que l’Instant de tous les péchés de l’ego.

L’Empereur Julien a parfaitement raison de dire : « N’est-ce pas la plus grande des absurdités de dire que Dieu interdit la connaissance du bien et du mal aux personnes qu’il a lui-même façonnés ? Y a-t-il en effet d’être plus stupide que celui qui ne sait pas distinguer le bien du mal ? Car il va de soi dans ce cas qu’il n’évitera pas le second, je veux dire le mal, ni ne poursuivra le premier, je veux dire le bien. Bref, Dieu a interdit à l’homme de goûter à la Sagesse, alors que rien n’a plus de valeur à ses yeux. Que la capacité de distinguer le bien de ce qui l’est moins soit le propre de la Sagesse est une évidence peut-être même pour les sots ; le serpent fut de ce fait un bienfaiteur plutôt qu’un corrupteur du genre humain ».

L’Empereur Julien constate que les lois ne sont qu’opinion : « Ces lois sont humaines et douces chez les peuples qui sont portés à la douceur, elles sont dures et même cruelles chez ceux dont les mœurs sont féroces. Les différents législateurs, dans les instructions qu’ils ont données aux nations, se sont conformés à leurs idées ; ils ont fort peu ajouté et changé à leurs dispositions naturelles. C’est pourquoi les Scythes regardèrent Anarcharsis [Prince scythe mis à mort] comme un insensé parce qu’il avait voulu introduire des lois contraires à leurs mœurs. La façon de penser des différentes nations ne peut jamais être changée entièrement », semble dire prophétiquement l’Empereur à propos des actuels « Droits de l’homme » et de leur pensée unique en forme de religion de laïcité imposée.

Le fond de toutes religions n’est qu’un, ce qu’exprime admirablement Ramana Maharshi à l’entretien 96 :
« La Vérité Suprême est si simple. Ce n’est rien d’autre que d’être dans l’état originel [être dans l’Instant, le Soi]. Il n’y a rien de plus à dire.
N’est-il pas étonnant que pour enseigner une vérité aussi simple il faille que tant de religions, croyances, méthodes en viennent à exister avec les discordes qui en découlent entre elles ? Oh quelle pitié ! Quelle pitié !
C’est parce qu’ils veulent [les gens] des choses savamment élaborées, attrayantes et difficiles à comprendre que tant de religions sont apparues dont chacune est si compliquée, et chaque secte, à l’intérieur de chaque religion, a encore ses partisans et ses adversaires ». Donc le Royaume des Cieux est en nous, et pas ailleurs, sans influences extérieures ou intérieures ! La Vie, l’énergie du point zéro...

NON, NON, LE GRAND PAN N’EST PAS MORT !!! LES DIEUX SONT TOUJOURS LÀ, IL N’Y A PAS DE « NOUVELLE ALLIANCE » car tout ce qui naît doit mourir.
 
 

Dernière mise à jour : 24-12-2016 20:42

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >