Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Friponnerie du peuple élu
Friponnerie du peuple élu Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 22-01-2017 23:41

Pages vues : 3527    

Favoris : 594

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : ADN, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Behaviorisme, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Communisme, Conte, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Génocide, Histoire, Humain, Illusion, Image, Inquisition, Instant, Islam, Jardin, Jeu, Judaïsme, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Ptah, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Science, Sécurité, Serpent, Sexe, Silence, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Vide, Volonté, Yokaï

 
toilettes_pompei.jpg
 
 
Friponnerie du peuple élu
en bandes organisées sous
le Yahvisme abrahamystificateur
et protestantique
.

PAIX (voulue par la chefferie de démocratie) = COMMERCE (1).
 
 
L’argent circule comme les opinions, comme le social et la merde. Chacun donne bien son argent à l’État en guise d’impôts ou de « valeur » personnelle. Et bien, qu’il donne aussi ses excréments à l’État ! Cela fera de l’énergie en plus au lieu qu’elle se perde dans les égouts (des places boursières)… Hélas, la nouvelle classe au pouvoir des citoyens ou bourgeois habitants les bourgs qui ne jure que par « la morale », le « bien » et le « beau » a désormais abaissé son seuil de réception à tout ce qui touche au « sale » : voyez la mode du terrorisme depuis l’après 11 septembre 2001… Et auparavant, voyez la mode des « brigands » avec les républicanistes contre les Vendéens (les brigands ou terroristes de l’époque). Ainsi les bourgeois s’attaquent aux « racines » du dégoût ! Pourtant, ce monde croule sous la merde (vibrations radiesthésistes identiques à celles de l’Or métal). Ce monde croule sous les ordures en tous genres, y compris les ordures politiques en régimes d’immondices démocratiques !
Excrément va d’ailleurs avec COPROPHAGIE : organismes vivant dans les excréments, et les politiciens vivent là-dedans, les « hommes d’affaires » aussi, la finance internationale s’y vautre ! Chez les Bambaras du Mali, après avoir brûlés les immondices, on jette leurs cendres dans le Niger, en offrande au Dieu Faro organisateur du monde (Grand Architecte…), qui se fera un plaisir, suite à ce marchandage, de bien vouloir envoyer la pluie pour faire pousser la bouffe des Bambaras… et ainsi de suite jusqu’à ce que mort s’en suive ! Bref, on s’approche tout de même de la symbolique alchimique de la Putréfaction et du cadavre en décomposition, le NAUSÉABOND… Chez les Bambaras et les Dogons l’Or métal est une sublimation du Cuivre rouge ; Cuivre rouge nommé « excrément du Dieu Nommo », organisateur du monde.
Les mouches grosses ou petiotes ADORENT LA MERDE SI BON MIAM-MIAM. Les mouches seraient-elles Alchimistes ? N’oublions pas que Mouches = social : l’union fait l’énergie : « Plein de petits moteurs valent mieux qu’un gros qui peut casser ». Les mouches sont transmutés, démultipliés sur la Putréfaction ; ELLES SYMBOLISENT LA VOIE NON-LOCALISABLE, SPEED, INSATIABLE. Belzébuth fut d’ailleurs appelé « Seigneur des Mouches » et devenu « Prince des Démons ». La mouche représente aussi L’HOMME D’AFFAIRE, LE SPEED MODERNE VOYAGEANT PAR AIR, L’ILLUSION MARCHANDE QUI RÉCLAME ET FAIT DE LA RÉCLAME ET RÉCLAME SON SALAIRE (son sale air) après n’avoir fait qu’imiter (miter) les travailleurs (donc un parasitisme comme le font tous les intermédiaires marchands et capitalistes), comme le fait la mouche du coche de la fable
Pour éviter toute cette merde, ses grosses commissions et idolâtries de l’anus contrôlées par leur raison ou ego, une seule issue : NOURRITURE PRANIQUE et SOI-INSTANT !

Assez de la tyrannie non seulement de l’opinion, mais depuis des millénaires : De L’ANUS ET SES GROSSES COMMISSIONS EN BOURSE ! D’ailleurs, voyez les transhumanistes : COMME DES BOURGEOIS ILS ONT HORREUR DU NATUREL. La terreur bourgeoise étant celle du naturel, les Couilles en Or et leur démocratie ont horreur de l’Ancien Régime ! Ils ont horreur de tout ce qui entrave ses besoins élémentaires en grosses commissions, et l’Église de Rome contre les « marchands du Temple » entravait gravement leurs grosses commissions. À plus forte raison ils auront encore plus horreur de peuples se gouvernant SANS ÉTAT !!!
 
 
TYRANNIE DE L’OPINION.

Principe du capitalisme ou religion de l’argent : VIRTUALITÉ, EGO, SPÉCULATION SANS MÊME AVOIR D’ARGENT NI D’ACTIONS ENTRE LES MAINS.
SPÉCULER-SPÉCULATION-SPÉCULUM, CALCULER : TRAVAILLER DU CHAPEAU, DE LA RAISON OU DE L’EGO, DE L’OPINION. La judéo-maçonnerie spéculative genre GODF spécule en cachette depuis 1717 en faisant et défaisant les gouvernements français.
SPÉCULUM : « Instrument servant à explorer des cavités ou conduits de l'organisme, muni d'un dispositif permettant de les élargir en vue d'en faciliter l'examen. Spéculum vaginal, anal, rectal. Examen gynécologique au spéculum. Des spéculums » (réf. Dict. Le Robert). Donc Spéculer = POUR-VOIR, POUVOIR.
Joseph de La Vega (1650-1692), juif d’origine espagnol, dans son libre paru à Amsterdam : Confusion de confusiones, écrit que bien avant 1688 « on a vendu à terme du hareng avant qu’il n’ait été attrapé, les blés et autres marchandises avant qu’ils aient poussé ou qu’elle aient été reçues ».
Le principe est l’artifice, le virtuel total, la spéculation ou OPINION : le joueur vend ce qu’il ne possède pas, achète ce qu’il ne possédera pas, ce qui est l’inversion de l’Instant : on dit acheter ou vendre « en blanc ». Ce qui en sort sera ou perte ou bénéfice.
Principe de cette virtualité totale appliqué en maître par le peuple élu dont font la partie en 1840 les frères Abraham et Simon Oppenheim : « Vendre une perle que vous avez à quelqu’un qui en a envie, ce n’est pas faire des affaires ; mais vendre une perle que vous n’avez pas à quelqu’un qui n’en veut pas, voilà ce qui s’appelle faire des affaires ».
(En référence à : F. Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, vol.2 ; et J. Attali : Les Juifs, le monde et l’argent).

ÉCHANGE (LIBRE) : RENVOYER LA BALLE/HALLE (changez le B en H…) et nous avons déjà le social doublé de l’opinion (échanges d’objets et de paroles). Les foires sont organisées pour faciliter les circuits. Elles sont les anciens RÉSEAUX SOCIAUX NON ENCORE VIRTUALISÉS et vont annoncer les Bourses.

En France la Gauche la Droite, ou dans l’Empire USionistan Républicains Démocrates, divisions qui vont se retrouver dans le mental capitaliste des courtiers divisés en COTERIES (clique, secte, paroisse), on disait des rotteries : si l’une joue à la hausse, l’autre, les « contremineurs » jouera  à la baisse : tyrannie de l’opinion devant manipuler la masse molle des spéculateurs dans un camp ou dans l’autre. Évidemment passer dans le camp adverse était un acte de forfaiture, une véritable hérésie ! Bref : LA DUALITÉ C’EST LA GUERRE ! L’OPINION C’EST LA GUERRE !!!


VIRTUEL singeant le spirituel : Le commerçant ou système du mercantilisme (marché, mercerie, foire et bourse, ”corbeille” (2)), vit entre ceux qui doivent de l’argent et ceux à qui il en doit. Là-dedans il n’y a rien de concret, rien qui soit nécessaire à la vie essentielle. Le système de la dette et des banques est aussi virtuel, aussi lié à l’ego… Si on parle de « couverture sociale » dans la mode du socialisme et de l'étatisme, en même temps on parle de « couvert de dettes » grâce à l’illusion des banques prêteuses d’argent aussi virtuel (jeux d’écritures maintenant digitalisés, transhumanisés).

Quelques mots sur la friponnerie organisée en gros.

Petitement nous avions le COLPORTEUR : nomade, marchand ambulant (itinérant poussiéreux ou crotté) qui vend ses marchandises de porte en porte ou de passant en passant. Manger un fruit pour éviter de parler, car ce n’est pas si facile de s’abstenir de colporter des balivernes, des opinions EN RÉSEAUX !
Colporteur ou : contreporteur, porte-balle, mercelot, camelotier, brocanteur ; en Angleterre : hawker, hucktser, petty chaptman, pedlar, packman ; en Allemagne : Höcke, Hueker, Grempler, Hausierer, Ausrufer. Tous ces noms renvoient à un nombre de métiers indéfinissables. Et un Savoyard rémouleur en 1703 est un ouvrier qui « colporte » ses services et vagabonde comme tant de ramoneurs et rempailleurs de chaises. Un colporteur est aussi un forain (venant d’une ville étrangère), qui en France roule de foire en foire.
Bref, colportage = échange, il propage aussi bien l’opinion que les objets. Amazon est un colporteur digitalisé qui crache encore des objets non-virtuels.

Le colporteur de nomade va passer sédentaire au 18è siècle : il s’installe en boutique et en devient moins crotté. Mais cette sédentarité commence déjà aux 11è et 12è siècles dans les villages d’Europe. En Pologne, les colporteurs juifs assument de 40 à 50% du trafic et triomphe en Allemagne.
En France, en 1710 le conseil du commerce de Paris rejette la demande de deux Juifs d’Avignon, Moyse de Vallabrege et Israël de Jasiar, qui voudraient vendre des étoffes et autres marchandises dans toutes les villes du royaume pendant six semaines, dans les quatre saisons de l’année, sans tenir boutique ouverte. C’était « très préjudiciable au commerce et aux intérêts des sujets du roy », une menace directe pour les boutiquiers et marchands sédentarisés.

COLPORTAGE = MIGRATIONS SAISONNIÈRES (COMME LA GRIPPE !) La France des républicanistes et ensuite des impérialistes verra une énorme prolifération de colporteurs. Idem pour la France affamée de 1940-1945 avec le « Marché noir ». Idem en URSS de 1917-1922 avec les trafiquants en tous genres.

Les foires vont amorcer la société du spectacle : nombreux seront les représentations théâtrales sur les lieux de foire, rendez-vous de troupes d’acteurs. À la foire de Saint-Germain en 1511 aux Halles de Paris sera donné le Prince des sots et la Mère sotte, dans la tradition médiévale des farces et soties (genre vaudeville) ; voir aussi la comédie italienne… LE SPECTACULAIRE EST DANS LA RUE (et pas encore digitalisé dans un écran). À la foire dans les rues les seigneurs et leurs dames et les princes se montrent, et vont voir « des choses remarquables », société de consommation en marche. On est déjà dans les mondanités, l’évasion, presque les « congés payés » à venir ! À Venise, la foire de la Sensa de l’Ascension, durant 15 jours, est une rituelle et théâtrale manifestation : sur la place Saint-Marc, des baraques de marchands étrangers s’installent, hommes et femmes sortent masqués… On vient à la foire de Sensa pour se divertir et jouir du spectacle qui attirera chaque année plus de 100.000 étrangers. Idem à Bologne. Foire = Kermesse. Un proverbe dit : « On ne revient pas de foire comme de marché ». Mais la foire reste avant tout UN RENDEZ-VOUS MARCHANDS.

C’est Amsterdam qui n’est pas une vraie ville de foires qui va dominer la vie économique à la place des foires en Europe. Foires et BOURSES COEXISTENT depuis des siècles. La bourse d’Amsterdam va s’emparer du vaste marché des capitaux et organiser de très haut le mouvement des marchandises (poivre, épices d’Asie, grains et produits de la Baltique). Amsterdam devient une ville-entrepôt : marchandises qu’au 17è siècle on expédiera à Rouen, Paris, Orléans, Lyon ; mais toutes ville a ses magasins privés.
QUI DIT GROSSISSEMENT DES VILLES ET CROISSANCE DE L’URBANISATION DIT DÉVELOPPEMENT DU COMMERCE DE GROS : LE QUANTITATIF, LA PRODUCTION TOUT AZIMUT, qui va déborder le réseau des foires pour former une organisation autonome. À Londres, les grossistes s’imposent dans tous les domaines de l’échange. Et à Amsterdam au début du 18è siècle on construit beaucoup de caves pour stocker les marchandises.

BOURSE : d’après Samuel Ricard en 1686 : « Lieux de rendez-vous des banquiers, marchands et négociants, agents de change et de banque, courretiers et autres personnes ». À Paris elle sera longtemps logée à la vieille place des Changes, au Palais de Justice ; la Bourse s’installe au palais Nevers, rue Vivienne. En 1724. À Londres, la Bourse fondée par le marchand Thomas Gresham prendra le nom de Royal Exchange.
La Bourse est également lieu de la TYRANNIE DE L’OPINION et du SOCIAL : « toute une escouade de courtiers y circule entre les colonnes et les petits groupes, ce sont les corredors d’orella, les courtiers d’oreille » dont la mission est d’écouter, de faire des rapports, de mettre en relation les intéressés ».
À Amsterdam la Bourse est achevée en 1631, sur la place du Dam face à la banque de l’Oost Indishe Companie. En 1722 on estime à 4500 le nombre de personnes qui s’y pressent chaque jour de midi à deux heures. « Le samedi l’affluence y est moindre, les Juifs n’y venant pas ce jour-là ».
Donc la Bourse est UNE FOIRE EN GROS, PRESQUE UN ÉTAT à elle toute seule.
À Amsterdam au 17è siècle les spéculations dignes du moderne Wall Street et sur le « marché des valeurs » vont bon train autour de la Compagnie des Indes orientales. Mais Amsterdam n’est pas la première Bourse du marché des valeurs, dès avant 1328 des titres d’emprunt d’État se sont négociés ; idem à Venise.
Le fameux « libéralisme » jouxté à la « démocratie » commence à s’en donner à cœur joie : sur toutes les places boursières, de Londres, Marseille, Paris ou Lisbonne, Nantes ou Amsterdam, des courtiers prisonniers de leur ego s’enrichissent à qui mieux-mieux ! C’EST LE VIRTUEL, C'EST LA SPÉCULATION SANS MÊME AVOIR D’ARGENT NI D’ACTIONS ENTRE LES MAINS.

En 1778, à la veille de l’entrée en guerre de la France aux côtés des colonies anglaise d’Amérique, ça va donner de folles spéculations à Amsterdam (les Rothschild et modernes Couilles en Or ne sont plus loin… de même que les banques protestantes et juives : Rodolphe Emmanuel Haller  prenant en mains la banque Thelusson-Necker, Théodore François Gaillard, les Perrégaux, Isaac Panchaud à Paris et Genève, Alexandre Pictet, Philibert Cramer, Turrettini)
Dès 1695, le Royal Exchange va devenir « le rendez-vous de ceux qui, ayant déjà de l’argent, voudraient en avoir davantage et aussi de cette classe plus nombreuse d’hommes qui, n’ayant rien, ont l’espoir d’attirer à eux l’argent de ceux qui en possèdent ». DUALITÉ GUERRIÈRE, GUERRE DE TOUS CONTRE TOUS ; EXPLOITEZ-VOUS LES UNS LES AUTRES.
En 1789-1793, les 6 places majeurs des « grandes affaires » sont : Londres, Amsterdam, Genève, Lyon, Bordeaux, Nantes ; soit les six sommets de l’hexagone France ! À la même époque Saint-Malo, Rouen, Amiens, Dunkerque, Marseille furent de grandes places commerciales ; et Berne et Zurich seront des places financières.

[En référence partielle à : Civilisation matérielle, économie et capitalisme, 15è-18è siècle. Les jeux de l’échange, de Fernand Braudel]


Notes.
1. Depuis les 10.000 ans de la voie de l’Agriculture et le départ de ses guerre permanentes, il est bien connu que PAIX = COMMERCE.

2. CORBEILLE (ci-dessous, aquarelle de M. Roudakoff) : selon le Hiéroglyphe traduit par Gardiner, elle signifie : maîtrise, suprématie, seigneur. Corbeille qui sert parfois de socle aux représentations des Dieux. Selon Mariette elle signifie le TOUT. Se rappeler du thème des nouveaux-nés déposés dans une corbeille abandonnée au fil de l’eau, genre Œdipe, genre Moïse, ou Isis devant recueillir les morceaux d’Osiris pour les placer restructurés dans une « CORBEILLE-COLLE » (Creuset). Ne pas oublier non plus « la corbeille de la marié » bien dans la tradition de « fin des temps », ou « Ils furent heureux et eurent beaucoup d’enfants »… et circulez ya plus rien à voir !
La corbeille symbolise en son aspect négatif le matérialisme ou l’aspect domestique : la laine pour les vêtements, et les fruits pour la bouffe rejoignant la fertilité…

[En haut de page : toilettes communes à Pompéi]

 
3pommes465.jpg
 
 

Dernière mise à jour : 23-01-2017 00:26

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >