Accueil arrow JDramas arrow Dramas du JAPON arrow Kekkon Dekinai Otoko
Kekkon Dekinai Otoko Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 01-01-2009 15:41

Pages vues : 6010    

Favoris : 475

Publié dans : Sommaire JDramas, Sommaire Dramas du JAPON

Tags : Architecte, Carnivore, Dramas, Kekkon Dekinai Otoko, Japon

 
Kekkon Dekinai Otoko
結婚できない男
 
Drama bien bien matérialiste.
Et ne pas oublier le papier hygiénique, car ce qui rentre d’un côté
doit bien ressortir de l’autre.
 
 
http://wiki.d-addicts.com/Kekkon_Dekinai_Otoko

Drama en 12 épisodes diffusé au Japon sur Fuji TV en 2006, sur un scénario de Ozaki Masaya et une musique de Nakanishi Kyo.
 
Shinsuke Kuwano (joué par Abe Hiroshi), 40 ans, a réussit en architecture. Solitaire, il n’aime pas les gens mais est capable de leur construire de merveilleuses maisons.
Il a l’habitude de se préparer un délicieux dîner, et d’écouter de la musique classique dans son fauteuil tout en se prenant pour le chef d’orchestre. Une nuit, il écoute de la musique à un volume si fort que sa voisine, Michiru Tamara (joué par Kuninaka Ryoko) frappe à sa porte pour se plaindre. Quand Kuwano lui sort une réponse au travers de la porte, il est pris d'une terrible douleur à l'estomac et s'effondre sur le sol. Heureusement pour lui, Michiru est assez aimable de l'accompagner à l'hôpital, où il est traité par le Dr Natsumi Hayasake (joué par Natsukawa Yui). Il est vraiment impoli avec Natsumi, mais elle est toujours déterminé à le soigner.
Ensuite, Michiru et Natsumi font partie de la vie de Kuwano. Ils se font des amis avec des collègues de Kuwano. Tous ils aiment parler de la façon étrange et excentrique du comportement de Kuwano. Est-il possible que quelqu'un puisse un jour l'épouser ? (Résumé d’après le DramaWiki)
 
 
On commence à fond dans le physique de la Matière : superbe appartement à la décoration de catalogue, coin repas tiré au cordeau, table de cuisson dernier modèle avec une poêle qui n’en est pas moins, et avec dedans une tranche de viande énorme et très graisseuse ! Le monsieur devant la caméra n’est pas végétarien hélas. Il a l’air de jouir des plaisirs de la bouche et tout ça en solitaire. Comme c’est un acte quasiment cérémoniel et rituel pour lui, il commet une erreur : laisser à ses côtés un téléphone portable. Immanquablement il sonne au bout de sa deuxième bouchée de viande graisseuse. Pour tout acte important, on doit prendre des précautions... Avec ce « coup de téléphone » d’un assistant (Murakami Eiji joué par Tsukamoto Takashi) parlant d’étages, de maisons et d’espace, on comprend que cet homme solitaire est architecte (Kuwano Shinsuke joué par Abe Hiroshi). Vu les réflexions toutes fabriquées que sort Kuwano à Eiji, ça le rend peu sympathique. Répondant à l’interrogation d’une jeune femme sur le comment Kuwano est devenu architecte, il lui répond : parce que Dieu me l’a dit ! Peut-être qu’il plaisante, mais ça a été dit !...
 
 
 
Ses périodes de loisir, Kuwano les passent à louer des DVD et a les regarder bien-sûr. En vieux célibataire il semble posséder en plus des DVD des manies : il déteste qu’on l’appel sensei (équivalant de professeur, ou maître, ou docteur). S’il n’y avait que ça, mais il fait des leçons à un futur acheteur d’une maison qu’il a construite, si bien que l’acheteur potentiel s’en va dépité.
Le cabinet d’architecte de Kuwano est super équipé : table a dessin avec énorme outil pour tracer tout ce que vous voulez, ordinateur Apple... Vu comment Kuwano mangeait dans la première séquence, on ne peut que trouver logique sa volonté de faire d’une cuisine la pièce de lieu de vie... et que ses futurs résidents découvrent le bonheur de vivre confortablement. Alors là, je ne sais pas ce qu’il entend pas bonheur, et confortablement. Si pour lui le bonheur c’est bouffer sauvagement de la viande animal pour remplir son estomac et regarder des DVD, il est mal parti, surtout s’il continue a sortir des certitudes tracées à la règle de sa table à dessin. Ses assistants de demandent si Kuwano avait une fiancée, son caractère s’améliorerait peut-être.
 
 
Ah ! encore un drama où le cameraman est enfermé dans le frigo : le plan est bref mais il est là ! et pour nous montrer le goinfre Kuwano. Comme dans son cabinet, c’est l’opulence : le frigo est rempli à ras bord. Ça doit rapporter le métier d’architecte.
La réalisation et le scénario sont intéressant : tout est fait pour rendre Kuwano non sympathique. Installé dans son fauteuil de luxe avec un verre à portée de mains, il écoute à fond de la musique style Anton Bruckner et se prend pour un chef d’orchestre massacreur... de ses musiciens. Il massacre également les oreilles de sa voisine, Michiru Tamara (joué par Kuninaka Ryoko).
 
 
Loi de cause et effet, sa bouffe l’a puni, il est pris de douleurs au ventre. C’est le moment où sa voisine, au lieu de tambouriner bêtement sur les murs pour faire cesser le Bruckner de Kawano, décide de tambouriner à sa porte.
A l’hôpital des infirmières ou docteurs femmes veulent lui faire un examen rectal. On peut doucement sourire à la tête que fait Kawano ! Et effet psychosomatique garantie : il n’a plus aucune douleur ! Mais après un examen médical par un médecin homme et ami, il s’avère que Kawano mange mal. Ba oui ! rien qu’à voir le morceau de viande graisseuse du début de cet épisode ! Kawano a un polype. Concernant sa voisine, Michiru Tamara, il a entendu parlé de Ken-san et s’imagine qu’elle est marié. Ken-san est le nom du chien de Michiru.
 
 
Ce premier épisode de Kekkon Dekinai Otoko est bien fade ! Heureusement que le scénariste y glisse un peu de « suspens » : une amie de la voisine de Kawano vient le trouver, elle lui explique que Michiru ne répond pas à ses appels. Kawano joue donc les acrobates, ou les montes-en-l’air au-dessus du vide dans la rue pour essayer de voir ce qui se passe à l’étage de Michiru. Celle-ci avait simplement bu un peu de trop et en était tout étourdie ! C’est là que Kawano découvre le chien Ken-san. Mais Michiru a un malaise dû à l’alcool qu’elle a bu. Rebelote : à nouveau ambulance et hôpital, avec la variation que cette fois c’est Kawano qui accompagne Michiru à l’hôpital. Follement intéressant : on apprend que Ken-san était le nom de « l’ex » de Michiru, et qu’elle a acheté le chien pour rompre sa solitude !
Et rebelote à l’hôpital pour Kawano en fin de cet épisode, il a de nouveau mal à l’estomac. Cette fois, pour le pauvre Kawano, le supplice du « trou de balle » devraitt avoir lieu, et le jour de son anniversaire (40 ans). Et vous pourrez voir les belles fesses de Abe Hiroshi.
A part ces petites joyeusetés d’un goût douteux, ce n’est pas bien intéressant.
 
 
Épisode deux : curieux pour un architecte ou un homme sans profession : Kawano assis dans une salle d’attente de l’hôpital n’arrive pas à sourire à un ravissant bébé qui lui lance un large sourire innocent. Kawano a vraiment un problème. Enfin il est coincé quelque part, à tel point que maintenant qu’il fait pleurer le bébé... Au résultat de nouvelles analyses, il s’avère que Kawano a trop de graisse dans le sang ! Ba oui, souvenez de la première séquence et de son morceau de viande graisseuse ! Ça tombe mal pour la bouffe, la spécialité de Kawano c’est la transformation des cuisines ! C’est moche pour ce sombre carnivore solitaire, et a l’entendre, même sur les conseils d’un ami médecin, il n’est pas près d’être végétarien et d’abandonner sa cruauté envers les animaux. (Il y a quelques restaurants végétariens à Paris qui font une cuisine délicieuse et très énergétique).
Ce sadique de Kawano va dans un restaurant où chaque table comporte un petit réchaud pour faire griller la viande de ces malheureux animaux tués par le plus grand prédateur de la planète : l’homme ! J’espère que son cholestérol va avoir Kawano !
Bon ba je vois un drama à zéro étoile. Il se passa pas grand chose là-dedans ; peut-être par la suite une histoire de rivalité avec un autre architecte ? et même j’en doute, puisque cet autre architecte serait un faux d’après Kawano ! Je n’irai pas au-delà de deux épisodes même pour retrouver Kawano emporté de nouveau à l’hôpital par son cholestérol, ou pour savoir s’il s’est enfin marié et avec qui... ou pour voir un peu d’humour semblant poindre vaguement en fin du deuxième épisode. Si Kuwano Shinsuke n’aime pas les gens, c’est pour faire avancer le smilblick de Kekkon Dekinai Otoko.

M. Roudakoff
 
 
[ Cliquez sur les vignettes, puis pour afficher l’image suivante : cliquez sur suivant ou précédent ou sur la partie droite ou gauche de l’image, ou utilisez les flèches du clavier ]
kekk10.jpg
kekk11a.jpg
kekk12.jpg
kekk13.jpg
kekk14.jpg
kekk15.jpg
kekk16.jpg
kekk17.jpg
kekk19.jpg
kekk20.jpg
kekk21.jpg
kekk23.jpg
kekk24.jpg
kekk25.jpg
kekk26.jpg
kekk27.jpg
kekk28.jpg
kekk3.jpg
kekk30.jpg
kekk31.jpg
kekk32.jpg
kekk33.jpg
kekk34.jpg
kekk35.jpg
kekk36.jpg
kekk7.jpg
kekk8.jpg
 
 

Dernière mise à jour : 01-01-2009 16:15

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >