Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Maât aboutit à la Planche à billets
Maât aboutit à la Planche à billets Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 23-03-2017 00:58

Pages vues : 2522    

Favoris : 321

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : ADN, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Behaviorisme, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Christ, Communisme, Conte, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Génocide, Histoire, Humain, Illusion, Image, Information, Inquisition, Instant, Islam, Jardin, Jeu, Judaïsme, Kronstadt, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Merde, Métal, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Ptah, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Science, Sécurité, Serpent, Sexe, Silence, Social, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Univers, Vide, Volonté, Yokaï

 
1dollarmaat.png
 
 
Maât aboutit à la Planche à billets
Maât : ce qui est direct comme l’Instant
aboutit aux Noms-les-Formes de la civilisation.
Ce qui fait dégénérer Maât c’est la naissance du MENTAL.
LA PLANCHE À BILLET OU ÈRE DU LANGAGE ÉCRIT PUIS DIGITALISÉ.


NAISSANCE ET MORT NE SONT QUE DES OPINIONS, DES CHOSIFICATIONS DANS UN MONDE « OBJECTIVÉ », DONC POSSÉDÉ PAR L’EGO ET AGGRAVÉ PAR L’ÉCRIT ET MAINTENANT LE NUMÉRIQUE.

Page dédiée aux marins et ouvriers de Kronstadt.
 
 
Simple : Avec Maât, AVANT, les humains attribuaient par exemple les couleurs des PIERRES et MINÉRAUX à une manifestation divines MAÂT, direct. Ce qui permettait de RÊVER en des effets ou miracles les plus divers en correspondance directe avec les éléments : Terre, Air, Eau, Feu, Bois, Métal ; CE QUI CORRESPONDAIT AU VRAI SENS DU MOT SCIENCE. Mais si ça dérive en rites, en scénarii, c’est foutu ! À la base il ne peut pas exister de division Occultiste (sectes, FM. etc.) et Mystique, comme l’écrit le 33è degré C.W. Leadbeater, dans Rites mystiques antiques, une brève histoire de la Franc-maçonnerie. L’Occultiste et ses rites se livrant à « sauver le monde », et le Mystique se livrant à « le contempler » ! L’occultiste est proche du Pour-Voir : « exercer des pouvoirs latents » à des fins de ceci ou cela, notamment pour a-pprendre !…
L’après Renaissance, ou « modernité », a détruit, divisé, coupé en rondelles tout ça et ça va donner ce qu’on nomme « technique », la science sera éjectée. De nos jours, pour reprendre l’exemple du Métal et des Minéraux, leurs Couleurs sont « rationnalisées » (objectivisées, donc chosifiées) : couleurs = fréquences propres et « longueur d’onde » propre. C’EST LE MENTAL DE L’HUMAIN DE L’APRÈS RENAISSANCE QUI INVENTE TOUT ÇA. Son mental lui fait même se réfugier dans une norme, par exemple : DIN 6164 !
 
Bref, LE MERVEILLEUX, L’EXTRA-ORDINAIRE A ÉTÉ TUÉ : MÊME SOUPE POUR TOUS. NOUS SOMMES BIEN TOMBÉS DANS LES NOMS-LES-FORMES.

Idem pour « la planche à billets » : diviser, créer des noms-les-formes à non plus finir : CONSOMMEZ, libéralisation du crédit-crédo-croyance, fabriquons le « pouvoir d’achat » pour faire cracher au bassinet les masses. Telle est la stratégie de la « gauche » dans la tradition de l’après 1789 et de son « Enrichissez-vous » (libéralisme), donc : consommez, consommez, consommez.

PLANCHE À BILLET = FABRICATION DE MONNAIE (FAUSSE).

Évidemment tout ça est une création du mental de certains humains à gros ego. C’est proprement le monde des accidents ou spatio-temporel, là où se déroulent des événements ou Histoire-Opinions-Temps qui coule, soit des noms-les-formes. Tout cela ne sont que des opinions dans le mental. Et le mental est l’ego. Donc le monde et ses accidents sont EN NOUS.
- Maharshi : Le monde existe-t-il dans votre sommeil profond ?
- Question : Il existe.
- Maharshi : Le voyez-vous dans votre sommeil ?
- Question : Non, pas moi. Mais les autres qui restent éveillés le voient.
- Maharshi : Dans votre sommeil, en étiez-vous consciente ?
Ou ne serait-ce pas plutôt maintenant que vous savez que les autres voient le monde ?
- Question : Oui, dans mon état de veille.
- Maharshi : Vous parlez donc de votre perception du monde à l’état de veille et non pas de votre expérience dans le sommeil. Vous admettez l’existence du monde dans les états de veille et de rêve parce qu’ils sont le produit du mental. Le mental se retire durant le sommeil profond et le monde se trouve dans la condition d’une graine. Au réveil, le monde se manifeste à nouveau. L’ego s’élance, s’identifie avec le corps et voit le monde. Ainsi, le monde est bien une création du mental.
- Question : Comment cela se peut-il ?
- Maharshi : Ne créez-vous pas un monde dans votre rêve ? L’état de veille est également un rêve, mais prolongé. Il faut qu’il y ait quelqu’un qui voie les expériences du rêve et du sommeil. Qui est-il ? Est-ce le corps ?
- Question : Il ne peut pas l’être.
- Maharshi : Est-ce le mental ?
- Question : Ce doit être lui.
- Maharshi : Mais vous existez aussi en l’absence du mental.
- Question : Comment ça ?
- Maharshi : Oui, en sommeil profond.
- Question : Je ne sais pas si j’existe alors.
- Maharshi : Si vous n’existiez pas, comment pourriez-vous vous souvenir de vos expériences d’hier ? Est-il possible qu’il y ait eu une cassure dans la continuité du ‘je’ durant le sommeil ?
- Question : C’est possible.
- Maharshi : Si c’était le cas, un Johnson pourrait alors se réveiller comme un Benson. Comment l’identité de l’individu est-elle alors maintenue dans ces conditions ?
- Question : Je n’en sais rien.

- Maharshi : L’écran de cinéma est-il affecté par des scènes d’incendie ou d’inondation ? Il en est de même avec le Soi.
L’idée « je suis le corps ou le mental » est si enracinée qu’il est difficile de s’en défaire, même quand on est convaincu du contraire. Quand on a fait un rêve, on sait au réveil qu’il était irréel ; et l’expérience de veille devient irréelle dans les autres états. Par conséquent, chaque état contredit les autres. Ils ne sont donc que des états changeants qui se déroulent dans la conscience de celui qui les perçoit. Ce sont des phénomènes apparaissant dans le Soi qui, lui, ne change pas et reste non affecté par eux.
Tout comme les états de veille, de rêve et de sommeil profond ne sont que des phénomènes, la naissance et la croissance et la mort ne sont, elles aussi, que des phénomènes dans le Soi, lequel continue à demeurer inchangé et non affecté. Naissance et mort ne sont que des idées [des opinions]. Elles relèvent du corps ou du mental. Le Soi existait avant la naissance de ce corps et demeurait après la mort de celui-ci. Il en est de même de tous les corps qui ont été pris successivement. Le Soi est immortel. Les phénomènes changent et sont mortels. La peur de la mort relève du corps, pas du Soi. Une telle peur est due à l’ignorance. réalisation signifie vraie connaissance de la perfection et de l’immortalité du Soi. La mortalité n’est qu’une idée qui cause la souffrance. Vous pouvez vous en débarrasser en réalisant la nature immortelle du Soi.
(Ramana Maharshi, entretien 487 du 2 mai 1938).

Maât aboutit à la Planche à billets, mais AVANT, elle aboutit au langage écrit (avec sa logique propre genre Aristote), au traçage de cartes géographiques, schémas et peintures (comme celle des peintres hollandais à la Renaissance et la perspective italienne avec Piero della Francesca). Il s’ensuivra la littérature, la technique (imprimerie, poudre à canon et aimant) confondue de nos jours avec la science, la philosophie, la religion puis le droit et ses lois. Tous constituent des artéfacts ou artifices du Thème de l’écrit. Avec eux nous inventons le monde que nous prenons pour la « réalité ». Bref, NOUS N’HABITONS PAS VRAIMENT LE MONDE, MAIS CELUI QUE NOS ILLUSIONS ONT FABRIQUÉES ET QUI NOUS REPRÉSENTENT. On comprendra facilement ou Google et ses transhumanistes veulent nous enchaîner !

Maât aboutit à la Planche à billets et à l’idée reçue : peuple de l’écrit = peuple « civilisé » (urbanisé et bétonné).
Le monde n’est plus Maât ou direct, depuis la Renaissance il n’est même plus dans le mental, IL EST SUR LE PAPIER, ET MAINTENANT DANS UN ORDINATEUR (Big Datas, réseaux et « tout connecté » en « Inconscient collectif » à la C.G. Jung et Teilhard de Chardin). C’est la porte ouverte à la création d’un nouvel Univers (artificiel style Étoile de la Mort des Star Wars).
À la Renaissance, avec les Galilée, Luther et Calvin, Descartes et le philosophisme empirique britannique, ils apportent une nouvelle logique de lecture, de mettre en rapport ce qui est écrit et ce que cela signifie. Le mental-ego entrait fortement en piste.

La Renaissance est directement connectée avec le monde gréco-romain et ses révolutions conceptuelles, notamment politiques, grâce surtout à son langage écrit et donc artifice total et « socialisation » grâce à la CIRCULATION genre « tout connecté » de l’époque. Mais CIRCULATION = ÉCHANGE (marchand).
À la Renaissance commence les GRANDES COLONISATIONS : Conquistadors espagnols et portugais déciment les Peuples du Soleil (Incas, Mayas, Aztèques, etc.) pour des besoins énergétique, l’Or, puis de nos jours le même colonialisme pour le pétrole ou le gaz ou les richesses du sol.
Avec Luther commence l’éducation obligatoire. « Tout retard ne peut que mener à « la colère divine », l’inflation, la peste et la syphilis, et au règne de tyrans sanguinaires et aux révolutions ». Donc ON SE CIVILISE !!! Pensez-donc, en USionistan au 19è siècle un « enseignant » de l’Ontario déjà initié aux calculs et à la raison et en droite ligne d’un Jules Ferry et sa judéo-maçonnerie moralisante affirmait : « Une personne non instruite commet cinquante-six fois plus de crimes qu’une personne instruite ». C’était le siècle où en troisième république on disait que les Gaulois étaient des « sauvages » qui habitaient des forêts et allaient nus aux combats, et qui pratiquaient des sacrifices humains !

Avec l’éloignement de Maât par le langage écrit, ça va permettre L’ASSERVISSEMENT PUISQUE L’ÉTATISME VA SE DÉVELOPPER : LOIS, ADMINISTRATION, JUSTICE, ETC. L’emploi de l’écriture à des fins gratuites, pour chatouiller l’ego et l’esthétisme, est secondaire, même s’il se réduit souvent à un outil pour renforcer et justifier, ou dissimuler l’étatisme et ses lois.
« De nombreuses études historiques ont montré que l’alphabétisation a permis de mettre en place un contrôle social, afin de former de bons citoyens, des travailleurs productifs, et, si nécessaire, des soldats obéissants ». (Aries P., Century of childhood : A social history of family life, cité par R. Olson dans : L’univers de l’écrit).

La vidéo ci-dessous montre un certain délire hélas mal embouché car il y avait des idées intéressantes dans cette communauté « boule dans un jeu de quilles », et suite aux marins et ouvriers de Kronstadt, et plus grave : ses suites actuelles toutes aussi mal embouchées. ÇA CONTINUE, RIEN N’EST RÉSOLU… À CAUSE DU MENTAL : alphabet-écriture et raison sont en court-circuit permanent.
Depuis le passage au langage écrit ont est entré dans un orgueil monstrueux qui s’appelle « SOLENNEL », ce qui ressemble à la vérité ! D’autres parleront de « loi ». Et de nos jours c’est transformé en bits de zéro et de uns dans une machine, on parle de « digital », et ça tient lieu aussi de « solennel », de « l(f)oi ». DANS TOUS CES CAS IL S’AGIT D’ACCUMULATION D’INFORMATIONS ET DE RENFORCEMENTS D'EGO.

« Ce sont des signes dénués de signification, reliés à des sons qui n’en ont pas davantage qui donnent sa forme et son sens à l’homme occidental ». (McLuhan M. The Gutenberg Galaxy, cité par R. Olson). De même : le mythe de la « raison » qui, lui-même, a été élaboré à partir d’éléments irrationnels multiples vont donner des « évidences » tout confort sur lesquelles reposeront les « principes d’intelligibilité » que finalement, personne ne saurait expliquer ni définir de façon rationnelle parce que tout ne sera qu’OPINION. « Le domaine de l’histoire n’est pas le domaine des « faits » ni, encore moins, celui des « phénomènes ». Il est celui de la reconstitution de l’événement, d’une « re-composition » de ce qui a été « dé-composé » par le temps, DONC NON SEULEMENT DÉFORMÉ MAIS AVANT TOUT CONSTRUIT PAR L’EGO.

IMBÉCILITÉ OCCIDENTALE DE CIVILISÉ : « Dans le Grand Nord, où il y a de la neige, tous les ours sont blancs. Novaya Zemlia est dans le Grand Nord et il y a toujours de la neige. De quelle couleur y sont les ours ? »
Oh que j’ai envie de répondre : VIOLET ! CAR ILS PEUVENT AVOIR MUTÉS, OU ÊTRE TEINTÉS PAS UN EXTRATERRESTRE DESCENDU DU CIEL… La « prémisse » occidentale et ses « valeurs », ils peuvent se la mettre où je pense ! Parce que ces Occidentaux et leur « démocratie » et leurs « valeurs » (de la City de Londres) sont des énormes bouffis d’ego, dont l’unique valeur est justement L’OPINION ET DONC LA GUERRE.
En effet, les cultures orales ET SANS CHEFFERIE accordent un grande importance au consentement les uns envers les autres pour arriver à se mettre en harmonie sur une interprétation : la signification SERA CELLE DU GROUPE QUI L’ACCEPTERA COMME TELLE (en moi-collectif). Alors que les cultures du langage écrit dérivent vers l’opinion individuelle, vers l’ego de chacun (le moi-individuel), avec la guerre de tous contre tous, soit LA DIVERGENCE D’INTERPRÉTATION, CHACUN VOULANT POSSÉDER SA PETITE VÉRITÉ ; ainsi l’opinion naîtra de lectures particulières, en chaque ego, où l’on prête plus d’attention aux normes, aux formulations ou au conventionnel, au sécuritaire et au confort et moins au contexte, ou aux indices non verbaux de la valeur d’illocution (ce que l’on veut vraiment dire en parlant, et qui ne remplacera jamais la Vraie Télépathie, qui elle seule peut retranscrire non seulement ce qui a été émis, mais aussi LA MANIÈRE OU LA SOURCE qui a permise cette émission, et ce que l’émetteur voulait que son auditeur comprenne). Avec le langage écrit, et maintenant celui du clavier informatique, il n’existe plus la valeur d’illocution perdu dans l’acte de transcription comme un « interprète » traduit une autre langue vers celui qui ne la parle et ne la comprend pas. Par exemple (donné par R. Olson) lorsque Empédocle dit que la mer salée est la sueur de la Terre, parle-t-il littéralement ou métaphoriquement ? L’enregistrement de l’écrit ne le dit pas.

Page sur l’initiative russe de libération de l’étatisme des Lénine-Trotsky-Staline par les marins et ouvriers de Kronstadt. Et s’il faut en croire Lénine : bolcheviques et kronstadiens se battaient entre eux pour obtenir l’aide de la bourgeoisie (capitaliste).
Les kronstadiens ont failli faire sauter l’État russe (« la patrie socialiste » comme l’appelait Trotsky dans son Ultimatum à Cronstadt), et avec lui le mensonge démocratique qui maintenant règne partout sur cette planète ; mensonge parce que démocratie = argent et aliénation marchande.
 
 
kronstadt.jpg
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 23-03-2017 01:26

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >