Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Crime contre l’éternité
Crime contre l’éternité Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 23-04-2017 23:42

Pages vues : 1893    

Favoris : 277

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Amour, Anarchie, Argent, Banques, Behaviorisme, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Christ, Communisme, Conte, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Eau, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Génocide, Histoire, Humain, Illusion, Image, Information, Inquisition, Instant, Islam, Israël, Jardin, Jeu, Judaïsme, Kronstadt, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Merde, Métal, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Moteur, Nature, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Ptah, Pays, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Scarabée, Science, Sécurité, Serpent, Sexe, Silence, Social, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Univers, Vide, Volonté, Yokaï

 
analogie_similitude.jpg
 
 
Crime contre l’éternité
Ce ne sont pas les transhumanistes
mais ceux qui ne vivent pas l’Instant,
le ici et maintenant.
En vivant l’Instant on
sauve l’éternité,
le reste n’est que fixation et
terrorisme contre l’éternité.
L’Instant si bref soit-il,
accompli absolument l’éternité,
il n’existe plus alors de « fautes ».

Il n’y a pas un « autre monde » il
n’y a même pas ce monde ci !
car les humains des 10.000 ans de
la voie de l’Agriculture sont incapables
de vivre dans l’Instant, il leur faut
le tout confort de l’avenir et du passé,
avec l’angoisse et le regret et
la Super Carotte « fin des temps » !
Cela s’appelle : PÉCHER.
L’humain des 10.000 ans est un criminel
de l’éternité car il est sans présent.
Il est une inversion (sans Instant) de la non-existence !
Il est dans la psychose d’angoisse de renoncer à
vivre vraiment, ici et maintenant.
 
 
En vivant cent ans d’esclavage des apparences et des « mesures » et des agitations opérées par l’être humain, même si un seul jour on vit ici et maintenant, et même quelques minutes, non seulement toute la vie en bénéficie, mais aussi celle de tous les êtres pour l’éternité : on retrouve l’Âge d’Or. Ces minutes là auront été dignes de respect, de même que le vaisseau corps.
 
Le plus grand prédateur sur cette planète est l’espèce humaine : elle se distingue par son mental, grâce auquel l’humain construit toutes sortes de machines. Il a aussi la manie à se quereller et il use d’un langage avec habilité. Bref, le premier prédateur est doué de talents, qui évidemment le limite. Car chez les humains, rares sont les individus qui font bon usage de leurs facultés.
Si l’humain ordinaire fait des études et engrange des diplômes, c’est pour mieux fabriquer des illusions ! Il va à l’université, et plus il fait dans l’évolutionnisme de la technologie et plus il en fabrique !
Quoi qu’il en soit, de jour en jour on fabrique des illusions, il faut manger, dormir et changer de vêtements.
Le problème est que tout est lié ! Comme avec la Fractale.

SUCRE-FRACTAL (dominos). UN EST LE TOUT, TOUT EST UN.

FRACTAL : une seule Lune apparaît sour toutes les eaux. Cette Lune sera comparable à un REFLET-MAQUETTE : la Lune en propre, et non son reflet qui deviendra effectivement reflet sur toutes les eaux puisque les reflets de la Maquette Lune ne peuvent provenir que d’elle. la Lune sera comme la Fractale.
Fractale comparable à ce qui EST, comme la Vérité : il y a une Lune ou il n’y en a pas, comme il n’existe qu’une seule Vérité ou Universalité.
Quelque que soit la quantité mentionnée, l’Argile est de l’Argile, l’Or est de l’Or. Où que vous alliez, l’Argile sera toujours de l’Argile, et l’Or restera toujours de l’Or.
FRACTAL : une seule nature pénètre toutes les natures, un seul phénomène inclut tous les phénomènes, Principe alchimique : Tout dans un Principe à partir de ce Principe :

NATURE A NATURE.
Nature esjoir Nature (esjoir : contient/lien) :
La Nature se répand rapidement dans son propre corps, alors qu’on ne peut l’unir à un corps étranger. Ou d’après Pernety : trouver la Semence de chaque chose pour faire chaque chose !  Thomas Vaughan écrivait dans Traité du Ciel terrestre : « Prends ceci et fais un monde », ou bien : « Prends n'importe quoi et fais-en une pilule ou un clystère ».
Nature esjoir Nature c’est Aimer/Aimant, le lien entre élément de la même famille.
CODE DE TOUTE VÉRITÉ et FRACTAL, dans le Livre de la Philosophie naturelle des Métaux, de Bernard le Trévisan :
- Nature fait amende en sa nature.
- Nature s’éjouit de sa nature.
- Nature surmonte nature.
- nature contient nature.
« Chaque chose fuit son contraire et se réjouit de son semblable », Bernard Le Trévisan.

1 : NATURE FAIT. 2 : ART PAR-FAIT où administre : car il est clair que l’Art n’y met rien de Forme (surtout de noms-les-formes), ni de Matière, ni de Vertu ; mais seulement aide de ce qui est, et n’est pas fait. L’Art aide Nature (dans le cas de la Chute). Si un grain de céréale n’avait pas été crée par Nature, le Laboureur ne pourrait pas semer et recueillir sa récolte. L’Art est aidé de Nature et Nature de l’Art. (D’après Bernard Le Trévisan).


Écran de cinéma et Miroir.

L’écran de cinéma comme le Miroir est innocent, tous deux renvoient exactement l’image puisque rien ne vient l’empêcher.
« Vous voyez des images bouger sur un écran de cinéma. Quand vous portez votre attention sur les images, vous n’êtes pas conscient de l’écran. Pourtant les images ne peuvent pas être vues en l’absence de l’écran [comme pour peindre une aquarelle il faut du papier]. Le monde équivaut aux images et la Conscience à l’écran. La Conscience est pure [le Blanc de l’Instant]. Elle est identique au Soi qui est éternelle et immuable. Éliminez le sujet et l’objet, et seule demeurera la pure Conscience ». (Ramana Maharshi, extrait de l’enseignement 453, du 8 février 1938)
Le Réalisé vivant est aussi innocent que le Miroir ou l’écran de cinéma. La Vérité ou le Miroir EST, et sans pourquoi, ou n’est pas, comme le Miroir est CHIRAL (de main en grec) ou NON-CHIRAL.


Un caillou est sans pourquoi, un chien aussi.
Alors que celui qui choisit divise.
Prétendre à « l’égalité » comme le vend le régime républicain est du pur mensonge quand son système repose sur le vote, le choix de sa chefferie et de la sauce à laquelle sa population sera bouffé !

Évolutionnisme, paradis ou enfer ne sont que des noms-les-formes, des opinions, comme les nombres, le temps, la direction ou « points d’orientation ». Toutes ces opinions sont sans substance réelle. On ne peut pas « mesurer » un nombre ni « l’examiner sous un microscope » ! On ne peut pas faire de la soupe avec Nord-Sud ou Est-Ouest ! On ne mesure pas le « niveau social » avec un mètre ! De même grand-petit, pur-impur, bien-mal, etc., aucune de ces opinions n’a de consistance.
De même, le temps qui coule n’existe pas, il est le fait de « calculer » ainsi il en va de même de toutes les mesures. Ce que certains prennent pour « valeur », ou « inutile » n’est pas fixe ni « éternel » ; il n’existe pas de « constantes » si chères aux physiciens et autres « scientifiques » ; ce sont des truc sécuritaires, afin de les rassurer, les conforter (« nettoyer » diraient les militaires d’un étatisme).
Toutes « valeurs » se situent dans la dualité guerrière winner-loser, et sont relatives et n’existent qu’en fonction d’une autre : un riche n’est riche que par rapport à un pauvre, un régime démocratique de la bourgeoisie parisienne par rapport aux pauvres sans régime ! La lumière ne peut exister que par rapport à l’ombre.
Tous les phénomènes, bon-mauvais, bonheur-malheur, n’ont aucune relation avec notre vraie nature.


Il n’existe que le SANS POURQUOI : bien ou mal n’est qu’opinion et n’a pas de fondement : ceci étant, ceci EST ; cela étant, cela EST (Je suis ce JE SUIS). La Renoncule est sans pourquoi, elle fleurit parce qu’elle fleurit, elle n’a d’autre souci que d’elle-même, conformément au Code de Vérité du Trévisan :
- Chaque chose fuit son contraire.
- Et se réjouit de son semblable : Nature jouit/contient Nature, ou principe d’identité.
CHAQUE CHOSE EST IDIOTÈS, SINGULARITÉ. Toute chose, tout individu sont ainsi idiotès puisqu’elles n’existent qu’en elles-mêmes, c’est-à-dire sont incapables d’apparaître autrement que là où elle sont, ici et maintenant : incapables, et en premier lieu, de se refléter, d’apparaître dans le double du miroir. Ainsi la Seule réalité ne peut se dupliquer sans devenir aussitôt AUTRE, ILLUSION : l’image offerte par le miroir n’est pas superposable à la Réalité qu’elle suggère. C’est le cas de l’Univers puisqu’il EST… dans notre mental. Ainsi aucun œil ne peut saisir le corps de la Vierge : l’Univers est sans ailleurs. L’univers et ce qu’il contient, Nous, n’ont pas de complément en Miroir, ils sont à jamais idiots !

Je suis ce JE SUIS : un type m’a dit un jour que je n’étais « pas beau », histoire de faire naître en moi la honte d’être né, ou pané (gyrique), histoire de diviser, mais « Je suis ce JE SUIS ». Ai-je un nez long, un visage défoncé, le teint sombre ??? Toutes ces étiquettes sont du relatif, de la division comme de voter le pour et le contre ou pour le gros par rapport au maigre dans la dualité guerrière sujet-objet.
Si l’Univers est Un, il est aussi sans limites, c’est ainsi (Un Ci) ou AINSITÉ (1).

AINSITÉ : ni s’enfuir, ni s’approcher. Le Centre est partout et la Circonférence nulle part.
Ni apparaître, ni disparaître, seulement « Je suis ce JE SUIS » ou immortalité, éternité du ‘Je’. Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux : « Il m’arrive encore de désirer le retour au Néant, l’anéantissement du ‘Je’. Mais, écrivant cela, je m’aperçois que c’est impossible. Retour au Néant ? Mais on ne peut retourner « à quelque chose » qui, par définition, ne peut être le Néant, le Rien. L’anéantissement du ‘Je’ ? Mais ce ‘Je’ est la fine pointe de mon âme, par laquelle je suis une « personne », selon la définition qu’en donne Olivier Clément, par laquelle je touche Dieu, je suis Dieu. Pouvoir tuer mon ‘Je’, ce serait pouvoir tuer Dieu. Idiot, stupide ! Le fleuve qui va à la mer ne peut supprimer sa source ».

L’Instant, c’est prendre les choses telles qu’elles sont : « ce n’est qu’au cœur de l’insaisissable qu’on le saisit », ce qui correspond exactement à la « fabrication » de la Pierre Philosophale. Le « insaisissable » est d’ailleurs en trop car il n’y a rien à « posséder », le Soi ou Vérité on ne le possède pas : il EST notre état naturel. On ne saisit pas l’Univers, il est partout ET dans le mental.

« Dans la réalisation du Soi, il n’y a rien que ÊTRE et rien d’autre que ÊTRE » (R. Maharshi, entr. 33).
« Si Dieu, le monde et l’individu étaient réels, ne devraient-ils pas l’être également dans votre sommeil profond ? Ils dépendent donc seulement de la pensée ‘je’ [ego]. Encore une fois, le monde vous dit-il : « Je suis le monde » ? Le corps dit-il : « Je suis le corps » ? C’est vous qui dites : « Ceci est le monde », « Ceci est le corps » et ainsi de suite [donc uniquement une énonciation d’opinions]. Ce ne sont donc que vos conceptions. Trouvez qui vous êtes et il y aura une fin à vos doutes [concernant Dieu] ». (Ramana Maharshi, entretien 197, du 9 juin 1936).

Comment le monde peut-il apparaître en l’absence du Soi ?
« La Réalité doit être toujours réelle. Elle n’a ni forme ni nom. Ce qui sous-tend ceux-ci est la Réalité. Elle est la base des limitations, en étant elle-même illimitée. Elle n’a pas de liens. Elle est la base de ce qui est irréel, en étant elle-même réelle. La Réalité est ce qui est. Elle est telle qu’elle est [elle est Sans Pourquoi]. Elle transcende la parole, elle est au-delà des expressions, telles que existence, non-existence, etc. » (Ramana Maharshi, entretien 140).
« La Réalité est ce qui transcende tous les concepts, y compris le concept de Dieu. […] L’Être absolu est au-delà de toute expression » (Ramana Maharshi, entretien 112).
« La Réalité est notre véritable nature. Nous restons à tort dans l’irréalité, c’est-à-dire dans les pensées et les activités du monde [le Fer/Faire]. Lorsque celles-ci cessent, la Vérité se révèle » (Ramana Maharshi, entretien 401).
« Les phénomènes sont réalité quand nous les voyons comme le Soi, et mythes quand nous les considérons comme séparés du Soi » (Ramana Maharshi, entretien 315).


Note.
1. L’AINSITÉ, en sanskrit tatathâ ; en japonais shinnyo : « la vérité c’est ainsi ». Il n’y a pas de nom-la-forme. L’ainsité est le Sans Pourquoi, pas de naissance, pas de mort, égalité pour tous. Ainsité = non-dualité, seule Réalité, Soi, Tao, Cœur, etc. Ainsité proche du Samâdhi (absorption totale dans la contemplation ; expérience directe du Soi, mais temporaire).
 
elec_3.jpg
 
 

Dernière mise à jour : 24-04-2017 00:00

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >