Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Le VASE ou VAIS-S-EAU
Le VASE ou VAIS-S-EAU Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 01-05-2017 01:43

Pages vues : 2382    

Favoris : 307

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Amour, Anarchie, Argent, Banques, Behaviorisme, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Christ, Communisme, Conte, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Eau, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Fusible, Génocide, Histoire, Humain, Illusion, Image, Information, Inquisition, Instant, Islam, Israël, Jardin, Jeu, Judaïsme, Kronstadt, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Merde, Métal, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Moteur, Nature, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Ptah, Pays, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Scarabée, Science, Sécurité, Serpent, Sexe, Silence, Social, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Univers, Vase, Vide, Volonté, Yokaï

 
 
 
Le VASE ou VAIS-S-EAU
 
 
Le Manque de Prométhée expurgeant ses péchés. Il ne passe point par la Mort mais par le Point Focal : Prométhée cloué sur un rocher servant de nourriture à un Aigle qui aime le(a) Foi(e) ! Passé-Futur ne font que le Présent.
Prométhée c’est le NILEF : la sortie de l’Eau primordiale ou liquide amniotique, LE SUPPLICE DE VIVRE, LE CHÂTIMENT DE VIVRE, L’EXIL comme le NILEF qui tombe du Ciel et est condamné à vivre. Il est cependant protégé par un « Vaisseau-Miroir »… La plupart des épitaphes antiques proclament que la mort n’est pas un mal. Ils devraient aller le leur dire aux transhumanistes, eux qui veulent vivre, ici sur Terre, une « éternité ». Bref, on retrouve la dualité encore valable à ce hui entre les éternalistes et les s'en-fout-la-mort (ne prend pas de s au pluriel) ou nihilistes.
 
Dans la Kabbale, le Vase a le sens de Trésor. Le Vase : le Tout. On retrouve la symbolique du Vase dans la Pistis Sophia. la Shekina dans la mystique juive est elle-même comparé à un beau Vase. Dans la littérature médiévale le vase est bien-sûr le Graal. Le Vase est celui de l’Alchimie (la Coction). Vase ou Fontaine de Jouvence, MATRICE, MOTEUR à mise à la Terre céleste et terrestre.

Le Vais-S-Eau de par le « Je » Vais, identique à « Je suis ce JE SUIS », a le S de : Sagesse, Serpent, Sifflement, Science, Serein, Saint, Songe, Silence… qui sonne comme ”ça je estre”, et Eau, de notre état primordiale (avant l’arrivée de la catastrophe Oxygène).
Le Vaisseau évoque LA TRAVERSÉE dans le monde des accidents ou spatio-temporel. Le Vaisseau est comme un AXE, une Étoile Polaire (Point Fixe ou Axe, Centre).
VAISSEAU = VIE.
En Égypte, puis à Rome, il existait une fête du VAISSEAU D’ISIS (une des deux Pleureuse avec sa sœur ou second côté du symbole en sa sœur Nephtys) ; fête ayant lieu en mars, au début du printemps. Le Vaisseau d’Isis demandait la protection des Dieux pour les autres Vaisseaux ; il représentait donc la COMMUNAUTÉ DES HUMAINS ET LEUR DESTINÉ.

Le Vaisseau Fantôme, dont le musicien Richard Wagner a tiré un opéra, symbole cette recherche de Graal : l’Amour éternel, qui se révèle n’être qu’un « fantôme ». Ce qui rejoint : le réel n’apparaît qu’aux yeux de celui qui a réalisé le Soi ; c’est-à-dire à celui qui y a déjà vu et SAIT Y VOIR À L’AVANCE (Fixation Cavalante), et déportation du regard À CÔTÉ du Point (et non sur le Point).
Étant donné que nous sommes tous Singulier ou Idiotès, sans double, ce qui correspond au Seul Réel, il en vient à être « reconnue » comme Réel par la non-existence du double, donc par la non-dualité, comme une figure d’un envers qui permet par imagination son visible endroit.
Bref, la dualité ou double, de par son manque à être, porte du même coup le contraire direct de l’être. On dirait que le Seul réal a besoin de la dualité pour se faire reconnaître. C’est-à-dire qu’il a besoin de NÉGATION (la « Masse »). Le Trésor ou Félicité c’est la Félicité ; deux, c’est comme si la Félicité était détruite. « La dualité c’est la guerre » écrit Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux, à la dernière page de son livre.

MASSE (Terre et Ciel) = théologie du Réel négative : on ne peut voir que par cécité, connaître que par non-connaissance, comprendre que par déraison, selon la formule de Maître Eckhart. Ce qui rejoint l’exemple déjà cité du sketch des Croissants, de Fernand Raynaud. Bref, L’ABSENCE ASPIRE (« La Nature a horreur du vide »).
Dans le Vaisseau Fantôme le Hollandais erre sur mer dans l’espoir de trouver la femme « d’une fidélité éternelle ». De son côté, Senta s’enferme dans le même idéal et jure fidélité jusqu’à la mort du Hollandais. mais, elle devient infidèle et est entraîné dans la même malédiction que le Hollandais quelle s’apprêtait à sauver. Le Hollandais s’enfuit alors sur son Vaisseau au milieu d’éléments sinistres ; Senta le poursuit dans la mer de rocher en rocher alors que le Vaisseau sombre. Tous deux réapparaissent aux dessus des flots calmés, ils sont transmutés par leur sacrifice. La Réalisation du Soi n’est pas dans l’imaginaire du mental mais dans la courageuse acceptation de sa Réalité. Ici le Vaisseau Fantôme symbolise la Chimère ou travail du chapeau (le Heredon de la judéo-maçonnerie moderne et mère de la pensée), l’impossible idéal, LE MANQUE.

MANQUE aussi exprimé, page 64 de « L’Œuf d’émeraude », de Ania Teillard, quand elle écrit dans ce récit sur le Suprasensible : « Tout est tellement différent de ce que pensent les hommes, de leurs idées du Bien et du Mal, de la vie et de la mort… J’ai essayé de résister à Ara, des nuits entières comme jadis à Nina. Mais elle fut plus forte que tous mes arguments. Cette nostalgie de mourir par amour est plus profonde que tout raisonnement, elle vient des temps lointains où il y avait des sacrifices humains rituels, elle est plus ancienne que notre mémoire, elle vient de quelque part où l’Amour et la Mort ne font qu’un ».

VAISSEAU = CIRCULATION SANGUINE. L’église avec sa nef est construite comme un Vaisseau dont le fond touche le Ciel et les paroissiens sont À LA MASSE TERRESTRE (masse-Ciel et masse-Terre) et donc en INVITATION AU VOYAGE. NEF, NAUTE.

Le schéma en haut de page parle d’excréments, qui vibrent en radiesthésie comme l’Or métal, comme on peut le voir avoir les mouches, l’excréments est puissance biologique, véritable PÉTROLE ANIMAL (et humain si on pouvait produire du « courant » à partir des excréments humain). Aussi je dis que excréments et nourriture prânique sont identiques : même source énergétique. De nombreux mythes amérindiens font de la charogne, du cadavre putréfié, LE VASE, LA MATRICE, LA FONTAINE DE JOUVENCE qui régénère la vie. Pour les Indiens Cashinaua (ou Kaxinawa), les premiers hommes du monde actuel sont apparus, après le déluge, sous la forme de vers éclos dans les cadavres des géants qui formaient l’humanité précédentes. Au vers il faut ajouter le champignon, qui lui aussi, éclos de la décomposition organique, et il ne manque pas de trouver la source ! Chez les Orotch, peuple Toungouse de Sibérie, l’âme humaine à la mort s’envole vers la Lune sous la forme de papillon, qui se réincarne sur Terre sous la forme d’un champignon. Bref, les excréments représentent un concentré de forces biologiques propre à régénérés les êtres ; concentré proche de la nourriture prânique. Dans le monde kabyle, la bouse de vache est la vase de tous les charmes de transfert magique du lait. (Réf. dict. des symboles, de J. Chevalier et A. Gheerbrant) 

Tel un Fantôme comme le Hollandais cité plus haut, l’Être comme le Sacré est ambiguïté : une incapacité de jamais apparaître comme telle et rien que telle : matérialisation d’un quelconque ceci ou ici et maintenant, ne pouvant concrétiser ce ici et maintenant que dans la mesure où il pénètre dans la dualité sujet-objet, ou cela-ailleurs.
Comme déjà écrit, le Réel semble être Fixation Cavalante : le ici et maintenant comme la Stargate permet le Tout : le PLUS que le total des parties.
Le Réel ne désigne pas seulement le ici et maintenant, mais aussi, comme Fixation Cavalante, tout ce à quoi il advient d’être présent, soit l’entretien 264 de Ramana Maharshi toujours cité en refrain ici : « Dieu créa l’homme ; et l’homme créa Dieu. Ils sont tous deux les créateurs des noms et des formes. Mais en réalité, ni Dieu ni l’homme n’ont été créés ».


EAU, VAISSEAU ET NAUTES ET NAUSICAA (les Lavandières qui lavent la Terre : terre à foulon ; voir Proserpine, Lavandière des Enfers).

Voir aussi la page : CENTRUM CENTRI (partie Isis (la Sainte Vierge Marie).

Découlant d’Osiris (le copti, qui en égyptien désigne « le coupé en morceaux »), les deux Pleureuses : Isis (Sirius) et Nephtys (Vénus) : Eau de Vie (passivité agissante- et Eau de mort-colle (passivité négative). Isis est source de toute fécondité et transformation, Nephtys corrompt pour donner vie : immanence à Isis en sa fonction de Pleureuse qui provoquera la Putréfaction. Notez qu’on retrouve de nombreuses fois la mention d’Eau de Vie et d’Eau de mort-colle dans les contes populaires russes recueillis par Afanassiev. Ces Eaux sont donc une universalité. RAPPEL : Isis est, et était, très présente en France : à Paris un grande statue d’isis fut longtemps conservée dans l’église de Saint-Germain-des-Près, jusqu’à ce qu’un prêtre la détruise à coups de pioche au 18è siècle ! La nef qui orne les armoiries de Paris ne serait autre que la Barque d’Isis, et la devise Fluactua Nec Mergitur rappel la navigation des Suivants d’Horus (survivants de l’Atlantide…) et aussi les initiés allant et venant dans les temples secrets. Dans de nombreuses régions de France se trouvaient autrefois de beaucoup de traces visibles de sa filiation à Isis et à son autre aspect : Nephtys.

Pilier des Nautes, Musée de Cluny.
La face principale représente un arbre, ARVOS, et un veau (ARVOS ou TARVOS), ayant pour sens le Rouge (passé, Adam). L’arbre porte trois « grues » TRIGARANVS ; GARANVS signifie « fontaine », « couleur » (garance). Le côté Sud de Paris est encore de nos jours représenté par MONTROUGE, en gaulois « Vanves », en breton « gwinvi » (couleur d’écureuil). À l’Ouest d’ARVOS TRIGARANVS, on trouve la première couleur et source ESVS, représentée par une hache (ES en gaulois), soit la couleur du fer (bleu sombre), le lugaios de Tanagra, de nos jours le village d’Issy. (Réf. Revue britannique, octobre 1876, Grasset d’Orcet). Le Blanc des trois couleurs Bleu-Blanc-Rouge, est au Nord avec LOVIS tenant perche à la main (en breton : laz, en français : latte). Couleur du « bois écorcé » ou Blanc. Lovis = Paris, voulant aussi dire « perche, pont, passage », le Blanc de l’Instant ou Point Focal qui fait passer le « Pont » comme le Pontife-Stargate fait passer l’initié. Selon l’orthographe étrusque, adoptée par les peuples gaulois avant les Romains, LOVIS se prononçait Lothuich, que les Romains écrivaient Lutecia (Loutetchia) ou « ville des ponts ». Voir les actuels Loudéac, Loches, Louèche, toutes situées sur des ponts ; le quartier de Clichy voulait dire « tortue », en gaulois boath, d’où provient le nom des « Batignolles » (mon quartier, avec le square des Batignolles, proche de l’ancienne zone SNCF et Sernam, qui transporta ma mobylette à Avignon…).

Isis est le « Sucre » ou corpuscule : Nephtys est l’ondulatoire. Isis-Nephtys-Osiris est LA Trinité identique à celle du christianisme. La non-dualité comme la réunion de la Haute et de la Basse Égypte. Non-dualité figurée par Osiris (ses morceaux sont enfin « recollés »). Osiris ou ÂGE D’OR (du temps d'avant et de l’Atlantide). Après ça se dégrade, puisque Osiris est censé avoir inventé l’agriculture et inventé la recette de faire du pain, puis enseigné à « distinguer » le bien du mal !!!…
Osiris-Soi : Principe régénérateur de la vie :
NOYAU « NUCLÉAIRE » :
« La Lumière est la Flamme Froide, et la Flamme est le Feu, et le Feu produit la Chaleur qui donne l’Eau. L’Eau de la vie de la Grande Mère [Chaos] » (Doctrine Secrète. Tome 1, stance III (9), page 59, H.P. Blavatsky).
Flamme froide : HYLÉ : bois, forêt, mais aussi mondes manifestés :
1) Latent (vierge froide)
2) Réveillé (Mère) d’où sortit la Matière.
Fohat ou flamme froide, « électricité » chaleur cosmique lien entre Esprit et Matière qui électrifie l’atome et lui donne vie. Fohat créer des charges électriques Plus-moins et Moins-plus.
C’est une énergie qui actionne la Matière, issue de la Matière Première Primordiale Éternelle, coexistante à l’Espace (ni chaude, ni froide, ni commençant, ni finissant, mais possède une nature propre spéciale !). Fohat est la Lumière du Logos « le Verbe ». (D’après La Doctrine Secrète. Tome 1, page 60, H.P. Blavatsky).

Voir aussi l’importante étude sur le Pilier des Nautes dans la page : Étain = Stargate et rayonnement de la Gaule
 
 
 
vase_amathonte.jpg
 
 
Vase d’Amathonte in situ, et qui se trouve maintenant au Musée du Louvre grâce à Grasset d’Orcet.
 
 
 
vase_amathonte_anse.jpg
 
Anse du vase, dessinée par Edmond Duthoit. On reconnaît les deux courants aux
deux extrémités de l’anse formant un « aimant » en fer à cheval avec à ses
deux bouts émission « limaille de fer » rendant visible le « champ magnétique »
ou « masse ». En rapport avec l’Eau (voir les réactions de l’Eau
détectées par exemple par Masaru Emoto).




etole_pretre.jpg

Courant d’énergie à travers l’étole du prêtre du christianisme. L’énergie qui s’accumule pendant le service de l’office s’élance par l’encolure et est attirée par la croix en métal fixée au milieu de l’étole. De là, il s’écoule le long des deux pans de l’étole jusqu’aux extrémités, où il forme un Vortex autour de chacune des croix qui s‘y trouvent. Puis de là elle rayonne sur les fidèles par les franges de métal. L’étole est une bande étroite, genre ruban, généralement bordée d’un galon d’Or, et porte à chaque extrémité une large frange d’Or. Au Moyen-Âge cette frange était souvent faite de chapelets de perles ou autres joyaux, entremêlés de petites clochettes d’Or.
Bref, un vêtement n’est pas nécessaire à la dévotion. On peut réaliser le Soi en plein boulevard de Paris et en n’importe quel vêtement ! Bien-sûr depuis la « raison » du siècle dit « des lumières », il y aura des personnes avec une logique de « septiques » qui ne croiront pas à ces lignes énergétiques, mais leur opinion ne saurait nullement diminuer les faits…
 
 

Dernière mise à jour : 01-05-2017 17:50

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >