Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Graffitis de Cabinet présidentiel
Graffitis de Cabinet présidentiel Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 08-05-2017 20:40

Pages vues : 2467    

Favoris : 263

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Amour, Anarchie, Argent, Banques, Behaviorisme, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Christ, Communisme, Conte, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Eau, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Fusible, Génocide, Histoire, Humain, Illusion, Image, Information, Inquisition, Instant, Islam, Israël, Jardin, Jeu, Judaïsme, Kronstadt, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Merde, Métal, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Moteur, Nature, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Ptah, Pays, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Scarabée, Science, Sécurité, Serpent, Sexe, Silence, Social, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Univers, Vase, Vide, Volonté, Yokaï

 
mariannefm.png
 
 
Graffitis de Cabinet présidentiel

MONDE SADIQUE !
Monde du cabinet d’aisance ou isoloir !
 
 
La France vient de se trouver devant ce dilemme [ou poussière d’opinions et de désordre, ou opinion unique et pseudo-ordre], qu’elle a résolu en se donnant un roi. Car le peuple de France A TOUJOURS EU LA NOSTALGIE DE SES ROIS. On y joue à la royauté, mais c’est une royauté noire, comme il y a des messes noires. Son apparente indépendance cache en réalité sa dépendance des puissances économiques mondiales et occultes.
Pour résoudre ce dilemme, le communisme a franchi le Rubicon en décrétant que l’homme n’est qu’une émanation de la matière [darwinisme], prenant ainsi le positionnement diamétralement opposée à celle des mystiques chrétiens, Saint Ignace entre autres, qui enseignent la sainte indifférence envers les choses de la Terre.

(Jean Coulonval : Synthèse et Temps Nouveaux, chapitre : La catholicité face au capitalisme et au communisme, écrit en 1960).
 
 
Les Français sont comme les Graffitis obscènes sur les murs des cabinets de toilettes publiques : en cachette ils révèlent leur vrai ego. Même symptôme de l’ego dans les ascenseurs. Conséquence du culte du « moi-je », culte du narcissisme et de la négation de l’âge, qui se résume même dans le slogan du parti du Macronthschild : En marche (la république), puisque l’argent circule partout et qu’il n’a point d’odeur vu qu’il est accepté sur toute cette planète qu’il contamine. Emmanuel Macron est un symbole du culte du narcissisme, comme Donald Trump et tout le washingtonisme mondialisé. Ces gens sont à eux seul : le mondialisme, l’européisme, le libéralisme, le washingtonisme doublé du sionisme ; donc plus que jamais DES ISMES.
Alors système pour système, il est désormais interdit de vieillir, voyez l’âge du Macronthschild. Pourtant, le culte du jeunisme ne provient pas de la peur de vieillir, MAIS DU CULTE DU MOI-JE. ET AU DIABLE LES GÉNÉRATIONS FUTURES. Le mouvement pour la prolongation de la vie, le transhumanisme et son « homme augmenté » en est la preuve de ce pouvoir absolu et sadique, qui se trouve dans le Thème du narcissisme ; parce qu’il s’agit bien de SADISME. L’inspiration du transhumanisme EST PATHOLOGIQUE, RELIGIEUX MÊME : LA FOI DANS LE SALUT MATÉRIALISME DÉGUISÉE EN MÉDECINE DU FUTUR, QUI EXPRIME LES ANGOISSES D’UNE CIVILISATION QUI IGNORE L’AVENIR ET N’EST CERTAINEMENT PAS « EN MARCHE » (de fonctionner).

Toujours à propos d’excrément, tant qu’il y aura de la bouffe dans leur frigo, les Français continueront leur train-train de « social républicain », soit la couverture sociale si légère, légère, légère ! Et « circulez ya rien à voir » l’argent doit circuler, les gens doivent bouffer et chier, bref : consommer-consumer.

Les graffitis obscènes dans les cabinets en dehors de chez eux, reflètent de culte du narcissisme qu’on ne trouvait pas chez les anciens Romains, qui chiaient à plusieurs assis les uns à côté des autres, et qui sans se cachez, pouvaient refaire le monde ; comme de nos jours, fesses non à l’air, certains font de même en opinions de bistrot en consommant leur café ou autres boissons. En un sens les Anciens Romains étaient plus civilisés que nous Français et autres Occidentaux ! Dans la Pompéi ancienne on trouve, en pleine rue, donc pas cachés, des graffitis obscènes ; au moins ces gens n’avaient pas honte de leurs intérieurs ! Alors, point d’étonnement sur le résultat de cette érection républicaine judéo-maçonnique de mai 2017. Il y a en effet un gouffre entre ce que les Français montrent aux yeux de leurs semblables et ce qu’ils chient en cachette dans leur cabinet (leur isoloir, symbole parfait du cabinet « d’aisance »).
Il est vrai que la merde, les excréments, en Radiesthésie, ça vibre comme l’Or métal !

Il y en a marre, ce sont toujours les winners qui gagnent, les MENEURS, cette culture FAUSSEMENT élitiste ou de « premiers de la classe » (« grandes écoles » et diplômes en tous genres), et nous on reste losers. Mais ça ne peut pas encore durer bien longtemps, car ça dure déjà, comme j’écris souvent ici, depuis les 10.000 ans de cette voie de l’Agriculture.
Macronthschild, je ne le vois pas terminer son mandat, 2020 vers décembre ça risque de fort chahuter, et même avant !

Couverture sociale légère, légère, légère ! Et « circulez ya rien à voir » l’argent doit circuler. SOCIAL = CAPITALISME et VANITÉ.
RÈGLE D’OR : VILLES = CAPITALISME et MARCHANDS : une ville gouvernée par des marchands vivra autrement qu’une ville gouvernée par un Prince !

SOCIAL = CAPITALISME : PERSONA : très tôt, les États-villes d’Italie ne sont que des États-marchands : Milan en 1229, Florence en 1289, Venise vers 1297, l’argent c’est le social, le CIMENT DISCRET DE L’ORDRE SOCIAL, LA COLLE FORTE. Pour gouverner, point besoin d’éblouir, de développer de eyes candy, l’argent suffit. À Venise, chez les jeunes nobles, le port du masque : persona, qui donnera l’actuel « persona grata » : personne bienvenue. En diplomatie il représente un État lorsqu’il est agréé par un autre État (inversement le représentant jugé indésirable sera qualifié de « persona non grata ») Par analogie c’est une personne, un persona, UN MASQUE, qui a ses entrées dans un milieu officiel ou très fermé genre secte GODF.
Le masque du vénitien n’est pas uniquement réservé au carnaval et aux fêtes publiques, le masque sert à l’anonymat, se mêler à la foule, pratiquer la COUVERTURE sociale, le SUPERFICIEL puisqu’on est protégé par un masque ET EN MÊME TEMPS ON SE DONNE EN SPECTACLE, SPECTRE : FANTÔME, celui qui est caché sous le masque du drap blanc. Les nobles vénitiennes l’utilisent pour se rendre dans les cafés, les lieux publics interdits en principe à des dames de leur rang. Goldoni disait : « Le masque, quelle commodité », et le mot « commodité » veut aussi dire : lieux d’aisance, là où on se vide le ventre… ce qui explique bien des choses sur les graffitis obscènes des cabinets situés en dehors des habitations personnelles les gens (qui en principe ne font pas de graffitis dans les cabinets de la maison ou de l’appartement parisien qu’ils ont acheté avec leur salaire ou héritage !)

Sous le masque, dans les cabinets, TOUT LE MONDE EST À ÉGALITÉ : tout le monde s’assoie au minimum une fois par jour SUR LE TRÔNE, et certains font des GROSSES COMMISSIONS EN BOURSES : voyez les Macronthschild et Cie. Ainsi, le président aussi bien que le doge de Venise en son temps peuvent se trouver sous le masque ou « couverture sociale » de cette société du spectacle déjà si ancienne.

Il n’y a pas plus vanité et superficiel que le social de nos jours lié au capitalisme.
Plus personne ne peut s’étonner que l’économie tienne sa place dans la promotion sociale, la classe. Et dans certains réseaux, c’est contagieux comme la grippe. la fortune marchande est pire que la grippe, et ça contamine l’Europe entière au 16è siècle, puis sous les perruques poudrées au 18è siècle. De nos jours comme hier, les hommes d’affaires s’empressent de déserter leur business pour pantoufler dans les rangs de la « noblesse », maintenant entendre la chefferie du régime républicain, et pas seulement par ambition sociale, mais parce que la mentalité qui avait assuré le succès de leurs pères et mères les rendrait incapables de s’adapter aux entreprises des temps nouveaux.
Hier comme à ce hui, les familles de Couilles en Or, leur force créatrice une fois épuisée au bout de deux ou trois générations, elles glissent vers le pantouflage pépère, préférant alors à leurs comptoirs les fonds de terrains et de l’immobilier qui leur permettent l’obtention facile de leur « lettre de noblesse » (entendre accéder à la chefferie républicaine : voyez un Donald Trump, en toute proportion gardée un Macronthschild lui est comparable. Visiblement les meneurs, l’oligarchie actuelle, a décidé en 2017 de renouveler les acteurs de son script, TOUT ÉTAIT ÉCRIT À L’AVANCE, PAS BESOIN DE VOTER (Marine le Pen n’était visiblement pas là pour gagner ces élections, elle était une simple actrice) ; renouvellement des acteurs par l’oligarchie sans passer par des « spécialistes ». Ça sens les fins de règne, les urgences, ÇA SENS PLUS QUE JAMAIS LE DANGER POUR TOUS !).

PANTOUFLAGE = RÉGIME RÉPUBLICAIN : voyez le refuge d’un Macronthschild, déjà à 39 ans, il est précoce en pantouflage le bougre ! D’ailleurs ça se voit sur sa dégaine générale : il fait « vieux » et froid et sec (maintenant ce n’est que mon opinion !).
Pour le peuple ce ne sera pas du pantouflage, moins de confort, nous avançons sans heurt vers le « exploitez-vous les uns les autres », la marchandisation totale de la société européenne occidentale. Nous sommes effectivement « en marche » vers la société fourmilière (uniformité, mondialisation) que dénonçait déjà Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux il y a presque un demi-siècle. Une société de ismes ou système : MÉCANISATION DES ÂMES, VIOL DES FOULES. Historiquement, la mécanisation sociale a progressé parallèlement à la mécanisation industrielle, donc grâce aux banques et à leur capitalisme. Encore une fois le « social » actuel qui a si vent en poupe est bien du pur capitalisme !

RAPPEL : en 1969 une Couille en Or des Rothschild montait sur le trône du régime républicain : George Pompidou, et avec un taux d’abstention record de 33% (sans compter les bulletins de vote nuls ou blancs). Près de cinquante ans après, le cycle recommence, et notez que Pompidou ne termina pas son mandat, pour cause de maladie.

Jean Coulonval précise dans le même chapitre cité en encadré :

En vérité, tout régime démocratique, construit par définition sur la base de l'opinion, ne peut subsister que s'il s'en débarrasse. Car l'opinion, en tant que phénomène de pensée, n'est valable que comme hypothèse de travail, n'est pleinement légitime que pour l'étude de la matière et de la physiologie. Une opinion n'est jamais absolument celle de la veille et sera différente le lendemain, elle est le centre de gravité d'une série d'impressions successives, et toujours instable pour peu que l'homme soit d'esprit logique et toujours prêt à réviser son jugement. Toujours, sauf lorsque elle s'extrapole et prend valeur d'axiome métaphysique intangible et immuable à travers les temps. Aussi toute opinion est de gauche à sa naissance, de droite et réactionnaire par rapport à celle qui la suit. Cela est vrai et constitue un processus absolument général de l'évolution des pensées individuelles.

Processus que la dialectique matérialiste et historique prétend imposer à des groupes, à une nation et finalement au monde entier qui devrait alors se comporter comme un individu unique, comme n'étant qu'un seul corps physique, un seul corps intellectuel, un seul corps spirituel, ces trois corps n'en faisant qu'un, engendré d'un principe unique la matière. Chaque individu ne serait qu'une cellule de ce corps. Singerie du Corps mystique [qui transparait chaque jour dans le « United Colors of Bennicon » : la fausse spécialisation résulte de l’uniformité, le quantitatif, et par là même elle ne connait pas de limites : on peut diviser sans fin un corps indifférencié, nous sommes devenu des patates dans un sac à code-barres. Voilà le paradoxe qui fait croître simultanément l’atomisation et l’uniformité, et c’est le « vivre ensemble » du capitalo-socialisme. L’individu en foule est un grain de sable que le vent soulève à son gré. En régime républicain les « spécialistes » judéo-maçonniques et autres obédiences « laboratoires d’opinions » et financiers fabriquent à l’aise les candidats, et sous étiquette « démocratie »].

Le règne politique de l'opinion, du prétendu pouvoir du peuple, est la plus fantastique des illusions collectives de toute l'histoire, le plus grandissime tour d'illusionniste accompli par les puissances occultes avec l'assentiment des illusionnés. En réalité, l'opinion n'a jamais eu aucun pouvoir politique, sauf celui de créer le désordre. Nous avons vu que les régimes démocratiques ont pu tenir ou tiennent encore parce qu'ils dissolvent la conscience politique dans la conscience économique, en asphyxiant la vie métaphysique de l'âme sous le débordement des réactions sensibles, physiologiques et psychologiques, en procédant en somme à la « massification des peuples ». Et cela est vrai de l'américanisme [washingtonisme façon « Big Boys » dont fait partie un Macron] aussi bien que du communisme. Par-dessus la masse, les sociétés occultes exercent le véritable pouvoir politique [les obédiences judéo-maçonniques spéculatives à pouvoir comme le GODF, qui, pourtant dans leurs statuts, précise « qu’ils ne s’occupent pas de politique »… « Non, non, pas de ça chez nous ! »].


Culte des rois, culte du narcissisme et du winner et messe noire. CULTE DU SENTIMENT ou DE L’EGO.
Adolph Hitler était aussi le « dépositaire » de l’étatisme. Il déclara dans sa folie des grandeurs : « Je prends sur moi l’entière responsabilité ». Quiconque a encore un brin de conscience et un instinct de conservation intact sent parfaitement que seul un imposteur, un persona à la vénitienne, peut se prétendre « sauveur » et soulager le peuple de toute sa responsabilité. Un être humain sain d’esprit songera-t-il à prendre la responsabilité de l’existence d’autrui ? Quiconque promet tout ne tiendra rien, et quiconque promet trop, court le danger d’en venir aux expédients pour tenir sa promesse, ce qui le met sur la pente de la catastrophe ! Bientôt la houlette devient la règle de fer et les bergers se changent en loups…
 
Avec la bande organisée des Emmanuel Macron & Cie du Nouvel Ordre Mondial de la City de Londres et de ses banques, l’être humain n’est plus la mesure de toutes choses, il est mesuré par les choses (du capitalisme).
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 08-05-2017 22:01

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >