Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Le LANGAGE est universel
Le LANGAGE est universel Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 31-05-2017 00:10

Pages vues : 2219    

Favoris : 274

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Amour, Anarchie, Argent, Banques, Behaviorisme, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Chimère, Christ, Communisme, Conte, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Fusible, Génocide, Histoire, Humain, Illusion, Image, Information, Inquisition, Instant, Islam, Israël, Jardin, Jeu, Judaïsme, Kronstadt, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Merde, Métal, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Moteur, Nature, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Ptah, Pays, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Scarabée, Science, Sécurité, Serpent, Sexe, Silence, Social, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Univers, Usure, Vase, Vide, Volonté, Yokaï

 
 
 
Le LANGAGE est universel
puisque DANS LE MENTAL,
dans « les mailles », la trame
ou damier de carreaux noirs-blancs.


Page dédiée à l’Abime Hypercosmique (l’Infini).
 
 
Aux temps anciens, l’humanité se portait sur tout ce qui « n’a pas vie » et s’abstenait au contraire de tout ce qui a vie. (D’après un témoignage ancien sur Orphée). Cela veut dire que de nos jours nous ne vivons plus que sur de l’artifice, de l’illusion d’illusions. La digitalisation et robotisation des humains conformément aux transhumanistes est en marche.
 
Orphée devait comme Ramana Maharshi connaître le Sommeil profond quand il dit que la Nuit étant Première Substance, pour cette raison, elle est dite nourrice de Tout. L’énergie réparatrice œuvre la nuit : pendant le sommeil profond, le corps reprend des forces ; on se repose le cerveau, afin de le préparer à accueillir les songes. NUIT = SILENCE et NON-DUALITÉ qui permet tous les possibles (no limit). Novalis (Hymnes à la nuit) valorise la Nuit dans le sommeil et le rêve.
La nuit porte conseils, elle précède l’aube céleste : les Rêves, les Mystères.
Sommeil profond ou LES TÉNÈBRES, Lumière abstraite ou absolue.
Ce sont eux qui sont la racine de la Lumière. Sans Ténèbres pas de Lumière ! C’est bien dans les caves, les grottes sombres que l’on trouve les « Trésors » !
Le Hiéroglyphe Égyptien en dessin d’une vibration en trait ondulé se dit NWN ou NOUN, c’est l’Eau Primordiale, une Vibration, la nourrice de Tout d’Orphée, ou le TAO en Chine. Comme dit une devise Alchimique : « Aller vers l’obscur et l’inconnu par ce qui est plus Obscur et Inconnu encore ». C’est une ode à la Sainte Chimère.

D’après ORPHÉE : « Un est le Tout ». Et comment aboutirai-je à faire que l’Univers soit un et chaque chose en même temps séparée ?
Réponse de la Nuit : Embrasse toutes choses dans le Cercle de l’Éther indicible, qu’au milieu de ce Cercle, Tout soit placé, le Ciel, la Terre sans bornes, la Mer, et toutes les constellations qui font au Ciel une couronne.
Quand tu auras étendu sur tous les êtres un lien puissant, un lien qui a suspendu à l’Ether une chaîne d’Or ».
L’Origine est l’opposé de l’Aboutissement, entre les deux c’est l’INSTANT.
Pour FIXER son FEU intérieur ou Base, comme Parménide (philosophe Grec considéré comme le père de l’ontologie), il est bon d’admettre la permanence de la substance primordiale. Tout se réduit à une essence unique, éternelle, immobile. (UN est le TOUT). Mais TOUT en perpétuel changement, (FIXE en perpétuel changement). Le TOUT, qui est infini, ne peut être immobile qu’a un INSTANT donné.
Chercher la Source pour nourrir l’avenir ; le fil rouge viendra ensuite. Comme la circulation de la sève de la racine à la feuille, et retour de la sève élaborée par le LIBER.


ORPHÉE = PIERRE : Le Pierre persuadée par les charmes du chant d’ORPHÉE suit icelui.
CAILLOUX/CALCUL du Latin CALCULUS – CAILLOUX.


Indubitablement Orphée connaissait le LANGAGE PRIMORDIAL EXPRIMÉ PAR LE RÈGNE MINÉRAL. Charles Perrault l’évoque même dans son conte avec Les cailloux du Petit Poucet qui cherche à retrouver son chemin, donc son ORIGINE. La Pierre en plus d’être elle-même est autre chose.
Dans autrefois, le « corps » n’était pas défini comme aujourd’hui. Il pouvait être autre chose. Le mot corps pouvait prendre le sens de statue, ou prendre la forme d’une image, sans pour autant perdre sa caractéristique.
Et je n’ose imaginer le « mental » d’un cailloux ! Orphée y arrivait.
Le langage originel ne s’appuie pas sur la parlote, le Verbe. Il est de ce fait beaucoup plus riche, comme les rêves. Par exemple chaque fois qu’il s’est établi une « convention sociale » entre les animaux d’une même espèce pour associer le signifié au signe, il s’est élaboré un authentique langage abstrait. Voir par exemple les expériences de Karl von Frisch sur les abeilles. Au moyen de mouvements très précis, ressemblant à une danse, une abeille est capable de transmettre à la ruche un message tel que le suivant : « Vous trouverez dans une fleur de cyclamen, dans la direction qui fait un angle sud de 30 degrés avec la direction présente du soleil, à 600 mètres de distance, de la nourriture en grande quantité ».
Cela pour le niveau de langage de l’abeille. MAIS IL EN EST DE MÊME DU RÈGNE MINÉRAL, ce qu’Orphée connaissait. Toutes les sociétés animales, à des degrés divers, ont ainsi leur langage abstrait de communication. C’est pareil dans le règne végétal où par exemple « chimiquement » certaines plantes « préviennent » un prédateur de ne pas les toucher.

L’être humain paraît supérieur aux autres règnes mais uniquement DANS LA LECTURE DE SIGNES ARTIFICIELS, à cause de son ego (le tien et le mien ou extrême division), alors que l’animal paraît nettement supérieur à l’humain dans la lecture des signes naturels, des signes MAÂT (direct). Il est fort connu que les animaux reconnaissent les signes avant-coureurs d’une tempête ou d’un tremblement de terre, ou sont capables de s’orienter dans l’espace, ou sont capables de deviner les produits naturels qui les soignent. Avec les animaux nous sommes totalement chez Orphée, dans le langage originel. L’être humain presque « tout digitalisé » et déjà « tout connecté » et big dataisé, est un vrai sauvage par rapport à ses racines, son origine. De nos jours qui peut encore comprendre le langage d’un simple Caillou ? d’un gros Rocher ou d’un Arbre ? Comme si l’humain pouvait se permettre de se mettre à la place de Dieu, c’est-à-dire se permettre d’évoluer SEUL, péter plus haut que son cul sans se préoccuper des prodigieuses énergies sous-jacentes en œuvre partout autour de lui, même dans son urbanisme en tout bétonné et tout connecté, de ces énergies rayonnantes dans l’Univers qui sont évidemment en lui.

Cailloux et Eau SONT LA MÉMOIRE MÊME. Voir les récentes recherches de Jacques Benveniste en 1988 face à la raison résonnante des thermodynamistes occidentaux… La mémoire est d’abord du travail du chapeau ; ensuite également travail du chapeau en imagination ; ensuite et le plus dangereux au niveau de l’opinion ; ce qui conduit au niveau de la parlote.
Orphée désespéré après la perte de son Eurydice, durant sept mois entiers il se met au pied d’une roche « aérienne », sur les bords du Strymon désert, puis il pleura et conta ses malheurs en charmant les tigres et en entraînant les chênes par son chant.

Orphée était arrivé à un tel degré de réputation, qu’il paraissait toucher, par sa mélodie vibratoire, par sa mélancolie, aussi bien les bêtes sauvages et les arbres. C’est Orphée qui instruisit les Grecs en astrologie, mais il ne le fit pas très ouvertement et il ne produisit point sa science au grand jour, mais sous une forme magique et mystique conforme à sa tournure d’esprit. Ayant construit une Lyre, il célébrait les mystères et chantait ses dogmes sacrés. Sa Lyre (ou Cithare) avait sept cordes symbolisait l’harmonie des planètes. La Lyre ou l’instrument à cordes étaient déjà un instrument de « civilisé » par rapport à la Flûte, instrument à vent, comme n’importe quel berger pouvait se tailler un roseau et souffler dedans pour en sortir des sons divers. Voir la sublime interprétation du flutiste Jean-Pierre Rampal dans Orfeo ed Euridice, de Gluck. On a aussi une jolie version, très aérienne et nostalgique comme le sujet le demande, avec la flutiste Paula Robison, à mon avis la meilleure version.
C’est en cherchant ces secrets du Ciel, en remuant ces questions, qu’Orphée charmait et subjuguait tous les êtres. D’ailleurs on a donné à un groupe d’étoiles le nom de Lyre d’Orphée.

Orphée avait surtout pour auditeurs les peuples de Thrace et de Macédoine. Il plaisait énormément à la foule. Le bruit courut qu’il serait descendu dans l’Hadès (le Soufre, le Yang, le Sommeil profond) par amour pour son Eurydice, et après avoir charmé Pluton et Koré par ses chants vibrations. Finalement il reçut sa femme mais il ne put jouir de la faveur de cette résurrection parce qu’il oublia ce qui lui avait été ordonné au sujet de sa femme. Il était tellement doué à enchanter et à charmer par ses chants vibratoires, que les fauves, les oiseaux, les arbres et les pierres l’accompagnaient sous l’effet de l’HARMONIE. Il mourut hélas déchiré par les femmes de Thrace et de Macédoine parce qu’il ne leur donnait pas accès aux mystères, et probablement aussi pour d’autres raisons.

Orphée vivait surtout en FORÊT. Le judéo-maçons du 33è degré : C.W. Leadbeater, dit qu’Orphée était une réincarnation du « Grand Instructeur du Monde » venu en Égypte en 40.000 ans avant J.-C. sous le nom de Thot, ou Hermès, pour prêcher la science de la Lumière cachée. Certains parlent de la Lyre d’Orphée à cinq cordes. Je crois plus probable une Lyre à sept cordes. La musique d’Orphée est incontestablement LA SCIENCE VIBRATOIRE PAR EXCELLENCE, qui éveillait l'Origine dans chaque SIGNATURE des êtres. Bref, il enseigna que le SON (vibration) était en toute chose et que si l’être humain parvenait à s’harmoniser, donc à Réaliser le Soi, la FÉLICITÉ ou Harmonie divine ne pouvait que se manifester à travers lui ET RAYONNERAIT AINSI DANS LES AUTRES RÈGNES DE LA NATURE. Ainsi, Orphée traversait la Grèce en chantant, repérant en chemin des personnes susceptibles de le suivre. Il n’y a pas si longtemps, comme pour tout ce monde des accidents, on ne tombait pas encore dans l’Église, mais on tombait dans les écoles orphiques (religions orphiques), puis dans celles de Pythagore et même temps que dans les mystères d’Eleusis (voie de l’Agriculture) et les mystères de Dionysos (symbolisme de l’extase sous toutes ses formes).

Suite à la perte de son Eurydice, on dit qu’Orphée prit tout le sexe en aversion. À des jours fixés, une foule de Thrace et de Macédoniens en armes se réunissaient à Libéthra dans un grand édifice conçu pour les initiations aux mystères. Quand ils entraient pour les mystères, ces gens déposaient leurs armes devant les portes. Les femmes avaient remarqué cette habitude ; alors elles dérobèrent les armes et irrités de l’affront qu’on leur infligeait, elles tuèrent ceux qui leur tombèrent sous la main, elles écartelèrent Orphée et dispersèrent ses membres dans la mer. Par la suite une peste ravagea la région. Un Oracle dit que le fléau cessera lorsque les femmes et les habitants retrouveraient la tête d’Orphée. Évidemment tous eurent du mal à la retrouver, mais grâce à un pécheur ils récupèrent la tête à l’embouchure du Mélès. Cette tête était comme aux premiers jours CHANTANTE et n’était aucunement dégradé. Ils la prirent et l’ensevelirent sous un vaste monument qui devint par la suite un temple, dont l’accès est formellement interdit aux femmes. Cette histoire est dans le Thème d’Osiris coupé lui aussi en morceaux.

Je vais vous dire : LA VOIE D’ORPHÉE EST CELLE DE LA VOIE DE L’HORTICULTURE (les végétariens), si mon chant persuadait les rochers de me suivre ce ne pourrait qu’être LA VOIE DES JARDINS.
La vie dite orphique était celle de l’humanité proche de l’ÂGE D’OR, qui se rejetait sur tout ce qui n’a pas de vie et s’abstenait, au contraire, de tout ce qui a vie. L’inventrice de l’Agriculture, Demeter (la bouffe et la nuit qui nourrit en songe), l’humide et le chaud combiné à l’Oxygène n’avaient pas encore frappé !!!

On dit qu’Orphée est le premier qui a trouvé les noms des Dieux, qui a rapporté leur généalogie fort complexe. Orphée fait donc sortir le premier Dieu : O-céan, ce qui est logique puisque avant l’arrivée de la catastrophe Oxygène tout était Eau. O-céan ou  Chaos
On retrouve chez Orphée l’Universelle Trinité (le Triangle première figure fermée et le Tantra : T en trois ou mieux : tel que C’EST), ici « Mêtis, Phanès, Erikepaios » (Conseil, Lumière, Donneur de vie). Orphée dit que ces trois puissances divines ne sont qu’en réalité une puissance unique et forme un seul Dieu, que personne ne voit, et que ladite puissance personne ne peut la connaître en aucun nom-la-forme ; et qu’à partir de cette puissance toutes choses sont nées, y compris l’espace. On trouve la même opinion chez les Chrétiens.
Orphée appelle la Cause première de toutes choses « Chronos », le truc qui tue par temps qui coule (Kronos ou Chronos). TEMPS QUI COULE : on dit que tous les enfants que Kronos engendrait, ensuite il les mangeait, il vomissait ceux qu’il avait déjà absorbés. On dit qu’il avala une pierre à la place de Zeus et que, la pierre lui étant descendu dans l’estomac, il vomit tous ses enfants.

POUR-VOIR : l’œil (aigle et soleil) dans le triangle et sur le billet de un dollar, si cher aux judéo-maçons spéculatifs anglais de 1717, correspond de trop au POUR-VOIR, dans toutes formes possibles et imaginables de sa symbolique. L’œil correspond trop au sens, à l’ego ou mental (de la pensée arrêtée ou possédée, donc ambiguïté et opinion…). Le monde n’a pas besoin ni d’yeux ni d’oreilles ni de cordes vocales pour voir, entendre et émettre des sons. Il n’en a pas besoin puisqu’il est DIVIN. Orphée disait d’ailleurs : « Ce Dieu détient un AMOUR SANS YEUX ». Bref, la « sensation » est UNE, et non fragmentées en sensations multiples fabriquées par le mental. Voilà pourquoi Orphée parle de ce Dieu sous le nom de Phanès : le premier « entrepreneur » en Noms-les-Formes.
Re-garder est le propre du Pour-Voir ou pouvoir. Re-garder ou posséder, mesurer pour se rassurer.
Oui, L’AMOUR SANS YEUX n’est pas ce Pour-Voir ou pouvoir tout court.
AMOUR SANS YEUX = NON-DUALITÉ (pas de sujet-objet).

Orphée eut plusieurs disciples, dont le plus célèbre reste Musée, que des Juifs et des Chrétiens voulurent identifier à Moïse, à cause de la similitude phonique du nom.
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 31-05-2017 00:36

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >