Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Celui qui a la plus grosse
Celui qui a la plus grosse Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 21-06-2017 02:15

Pages vues : 2888    

Favoris : 324

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Amour, Anarchie, Âne, Argent, Artifice, Banques, Behaviorisme, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Chimère, Christ, Communisme, Conte, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Fusible, Génocide, Histoire, Humain, Illusion, Image, Information, Inquisition, Instant, Islam, Israël, Jardin, Jeu, Judaïsme, Kronstadt, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Merde, Métal, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Moteur, Nature, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Ptah, Pays, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Scarabée, Science, Sécurité, Serpent, Sexe, Silence, Social, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Univers, Vaccin, Vase, Vide, Volonté, Yokaï, Zombie

 
mayflower_laplusgross.jpg
 
 
Celui qui a la plus grosse
donc le winner,
le premier de la classe,
le boss.
 
 
Comme les garçons qui comparent leur bite et sont fière quand elle est grosse ! Comme disait je ne sais plus qui, mieux vaut être riche et en bonne santé, beau, et en avoir une grosse, que d’être moche, pauvre et malade et en avoir une petite ! Voilà où peut conduire l’imbécilité du culte de l’ego, et l’autre imbécilité : l’égalitarisme. Et bien ça se retrouve parfaitement chez les Couilles en Or : voyez le film 2012 de Roland Emmerich où la Terre et ses continents s’effondrent pour en former un autre. Conséquence : des milliards de Terriens morts, sauf… sauf… les quelques centaines de Couilles en Or qui auront pu s’en payer une grosse, à savoir une place en survivaliste à un milliard de dollars dans une grosse arche métallique à la Noé, destinée à flotter un long moment avec possiblement le retour à une nouvelle terre ferme, un nouveau continent (dans le film il y deux ou plusieurs autres arches, puisque le temps pour les construire suite à l’annonce du désastre était très court : à peine 6 mois, avec l’incohérences concernant la disponibilité de telles quantités d’acier trempé en si peu de temps…). Arche du film 2012, qui comme une vulgaire locomotive à charbon, crache à un moment donné une bouffé de fumée noire ! Un comble pour une arche si sophistiquée !!! Et qui devrait être obligé de flotter de longs mois sans rencontrer une nouvelle terre… Autre incohérence, les arches sont toutes tassées au même endroit les unes à côté des autres, si bien qu’une énorme vague va les chahuter et en abimer certaines…
 
L’arche du film 2012 comme tous yachts actuels sont LE symbole moderne des Couilles en Or qui ne savent plus quoi faire pour dépenser leur argent et montrer « qui a la plus grosse ? » ; parce que c’est ça : du niveau d’imbécilité de cour de récréation d’école primaire des écoles du judéo-maçon Jules Ferry : « Moi, mon père il en a une plus grosse que ton père ! ». Comme le symbolise l’arche gigantesque du film 2012, il y a un concours de yachts privés, à savoir qui aura la plus grosse, pardon, le plus long. C’est du niveau de cour de récréation pour enfants de riches, mais pas de celui des modestes salariés de ces mêmes Couilles en Or.

RAPPEL : Sur l’Arche d’Alliance chez les Hébreux se manifeste la Shekinah, censée être la « présence de Dieu », soit évidemment la Grande Paix ; et l’Arc-en-Ciel apparu au-dessus de l’Arche de Noé représente cette Paix, le Tore au sept Couleurs. C’est le Soi ou Centrum Centri, la Paix, la Libération, la Vérité et une foule d’autres noms selon le point de vue de chacun. Le Livre des Morts des Anciens Égyptiens parlent d’une navigation conduisant à la Cité de la Paix. Nous avons aussi l’Eau Primordiale et la vie naît de l’Eau. Le Bouddha qui fait passer sur « l’autre rive », traverser l’existence-o-céan, est appelé « le Grand Nautonier ».
Les Écritures canoniques insistent sur l’abandon de la barque ou radeau après la traversée, idée qui se retrouve aussi chez Maître Eckhart.
La barque de Pierre est symbole de l’Église parce le Christ Jésus s’y trouve présent. Alors BARQUE = SALUT (comme dans le film 2012).
La nef des église ressemble à une coque de navire renversée, et peut figurer l’outil d’une navigation céleste. Voie aussi la navigation à la recherche de la Toison d’Or par les Argonautes.

Ainsi il n’est pas étonnant que maintenant LA fortune ce soit le yacht, et pas l’ancien palais du maharadja ! Le yacht d’Aristote Onassis, le Christina, était « une barque » en comparaison du toujours plus de notre époque évolutionniste en ligne droite. voir la liste des plus grands yachts actuels, dont beaucoup appartiennent aux nababs et pilleurs de l’huile de pierre de la Terre. À défaut de réaliser le Soi et de se libérer réellement, ces Couilles en Or s’envoient en l’R sur l’eau à coups de millions de dollars, et à la course de cour de récréation à savoir : « C’est moi qui est la plus grosse », le NOUVEAU PHALLUS QUI BANDE DRU À L’HORIZONTAL par rapport au minaret et autres phallus verticaux tours et grattes-ciel.

Nous sommes bien dans une société de dualité winners-losers. D’autre part l’O-céan c’est l’espace ouvert, sans frontière, monde hôtel à la Jacques Attali, C’EST L’EMPIRE ANGLAIS de la révolution industrielle.
Au moins dans la fiction de R. Emmerich l’Arche servait à sauver des Terriens fortunés, mais les yachts des Couilles en Or ne servent strictement à rien ! Sauf à faire mousser facilement son ego, son culte du narcissisme à coups de millions de dollars.

Le phénomène de yachts de plus en plus gros est symptôme de l’industrialisme de notre civilisation. Industrialisme qui REMPLACE la révolution industrielle. Nous sommes passé du monde agricole au monde est « arts et métiers », dont la révolution fut comme un accélérateur (voir l’Encyclopédie des Diderot et Cie.). L’industrialisme se résume par le mot : CROISSANCE. CROISSANCE = ÉVOLUTION EN LIGNE DROITE SUR UNE LONGUE DURÉE.
- CROISSANCE ÉQUILIBRÉE. Pour les Nurske, Young, Harftwell, la croissance met en mouvement tous les secteurs à la fois, dans une progression assez régulière, qui mise sur la demande, qui valorise le rôle du marché national, moteur principal du développement.
- CROISSANCE DÉSÉQUILIBRÉE. Pour les Innis, A.O. Hirschman, Schumpeter, Rostow, elle fait tout partir d’un secteur privilégié dont le mouvement se transmet aux autres. La croissance est alors le rattrapage d’un coureur de tête par des retardataires et, dans sa vue d’ensemble, l’offre, et par suite le côté volontaire de l’économie serait mis en lumière ; puis ce qui compterait ce seraient les à-coups du marché extérieur plus que le gonflement du marché intérieur, même si ce dernier était sur le point de se métamorphoser en marché national.

Le phénomène yachts est dans le Thème capitalo-socialisme : LES RÉSEAUX, à commence par le chemin, d’abord en bois, puis en fer. Voir aussi les formidables réseaux que sont rivières et écluses, déjà en Angleterre à partir de 1600. Un certain T.S. Willan disait que l’écluse était une découverte qu’il fallait presque placer à la hauteur de l’invention de la machine à vapeur. CANAUX = CIRCULATION DE L’ARGENT ET DES MARCHANDISES. Les canaux commencent même à être objet de spéculation, en liaison avec le charbon !
En Angleterre, « la folie des canaux », comme l’écrit Fernand Braudel, a commencé en 1755, avec le canal latéral à la rivière Sankey qui débouche dans le Mersey, lequel précède de quelques années le célèbre canal du duc de Bridgewater qui relie à Manchester les mines de charbon proches de Worsley.

RÉSEAU, RAIL, BARRE.

TRAIN = symbole d’évolution. Chemin de bois puis de fer = TRAFIC, qui sera virtualisé miniaturisé) par le circuit imprimé de l’industrie électronique, avec son horloge en mégahertz comme en plus gros son horloge-horaire des chemins de fer : LA PONCTUALITÉ, qui figure aussi le digitalisation et son binaire oui-non, ou zéro-un. Tout cela IGNORE LES SENTIMENTS qui seront réinjecté dans la propagande du régime républicain et de ses médias.
RÉSEAUX = SOCIAL : chemin de fer publique plus important que les transports privés.
CHEMIN DE FER = COLLECTIF, on y perd sa personne (on devient aliéné), on est ensemble, l’intérêt général passe avant les intérêts particuliers. Comme dans les circuits imprimés, il y a les composants GARES DE DÉPART, GARES D’ARRIVÉE, CHEF DE GARE ET CONTRÔLEUR, ET LOCOMOTIVE, BAGAGES et BILLET DE CHEMIN DE FER. Tout une mythologie s’est construite autour du chemin de fer moderne (voir la BD Le Transperceneige, le roman La Flèche jaune).

Bref, les premiers rails étaient en bois sur lesquels circulaient des chariots aux roues aussi en bois. C’était pour transporter du charbon autour de Newcastle et depuis les mines de Cornouailles. Sur un tel système, un cheval pouvait tirer une charge trois fois plus lourde que sur une route. Dès 1767 on commence à remplacer les rails de bois par des rails en fonte. « A partir de 1800, la recherche s’orientera vers l’adaptation d’une machine à vapeur qui assurait la traction : la première locomotive apparaîtra en 1814 ».
Du chemin de bois à la locomotive, le rail a joué un rôle dans le « roulage » britannique des marchandises et a été un élément important de son essor.
RÉSEAUX : les vitesses de communication concernent aussi évidemment le Big data non encore virtualisé et indispensable pour « faire des affaires » (le temps c'est de l'argent...).
« Thomas Williams aurait-il réussi, vers 1790, à établir et à maintenir le monopole du cuivre et toutes ses affaires dispersées de la Cornouailles aux Shetland, si ces lettres marchandes de Londres au Lancashire et au pays de Galles n’avaient couru déjà aussi vite qu’aujourd’hui ? ».
En 1833, Le voyage de Manchester à Liverpool par le « rail-way » et la « voiture à vapeur » avait les honneurs de la presse française. Les « chemins à bandes de fer » devenaient à la mode capitaliste de industrialisme en fureur.


C’est moi qui ai la plus grosse (religion).
Le « peuple élu » se prend EN SON ENSEMBLE, pour UN Réalisé vivant. Il se veut « peuple-prêtre » intermédiaire d’un Dieu extérieur (le Démiurge ou GADLU compas-équerres) et les peuples ses paroissiens. Or : « Le Royaume des Cieux est en vous » et nullement à l'extérieur ou chez un groupe d’individus ou dans un extérieur paradisiaque !

De même que le « c’est moi qui ai la plus grosse », idem pour le peuple qui se veut « élu » (de Dieu) qui va fonder cette actuelle dualité winner-loser. Parce qu’il n’est pas possible que le « Je suis ce JE SUIS » lancé à Moïse (ou qu’il se lança à lui-même) soit aussi diviseur que le judaïsme actuel si diviseur.
Comme dit Ramana Maharshi à l’entretien 112 : « Le terme hébreu Jehovah (Je suis) exprime Dieu correctement. L’Être absolu est au-delà de toute expression ». Il me semble clair que Moïse est un Réalisé vivant, que son message est authentique, et ce qu’il se passe actuellement ne peut absolument pas découler de Lui.
C’est à partir de la naissance du christianisme qu’un courant du judaïsme va devenir l’ennemi absolu du christianisme, donc de l’Église ou christianisation de l’Empire romain établi par l’Empereur Constantin. À partir de là le rabbin Akiva va faire naître le courant rabbinique actuel et le Talmud et ses talmudistes (la rabbin-synagogue de travailleurs du chapeau circoncis), et donc la division winner-loser ou « élus » contre non élus. De là va aussi découler la Kabbale, la magie et toute une quincaillerie comme la gematria, etc., symptôme du Pour-Voir. Plus tard nous allons avoir le Qoran, texte descendu du Ciel et intouchable, donc s’il est descendu du Ciel à un moment, c’est un faux : il y retournera un jour. Tout ce qui a une naissance a une mort…

À partir de cette date de rabbinisme, la forte spiritualité dérivant de Moïse (déjà rendue très artificielle du temps de Jésus) va passer du langage parlé au langage écrit, avec toutes les conséquences funestes que cela allait comporter !
Donc entre 100 et 500 ans après Jésus le nouveau judaïsme se met en place, lequel n’a rien à voir avec celui de l’époque de Moïse. Le nouveau judaïsme se met en place EN OPPOSITION AU CHRISTIANISME naissant. En cela je suis d’accord avec Pierre Hillard, sur ce point là (P. Hillard qui par ailleurs semble oublier que sa « Sainte Trinité » est UNIVERSELLE, on la retrouve par exemple chez les Anciens Égyptiens sous la triade divine : Ptah-Sekhmet-Nefertoum ; et que par ailleurs l’Arbre de Vie est aussi universel, et n’est pas seulement une construction de la Kabbale et autres bricolages du mental ; je passe aussi sur son interprétation des Gnostiques…).
En l’an 100 l’enseignement de Jésus était déjà rendu artifices et dogmes qui allaient aboutir à fabriquer un isme : le catholicisme et ses églises et ses papes et sa hiérarchie quasi militaire. Or : « Le Royaume des Cieux est en vous », et sans condition, c’est pour tous et C’EST GRATUIT (sens de pas isme et pas besoin de lieu à construire puisque c’est AU-DEDANS DE VOUS).


Selon Pierre Hillard, ce courant rabbinique s’est construit uniquement pour s’opposer à l’Église (de plus ce courant ne reconnaît pas la réalité de Jésus Réalisé vivant).
Je remonte plus loin que Pierre Hillard, au temps des prophètes des Hébreux, ceux de la chute de Jérusalem, qui attaquèrent les façons de penser des Cananéens, pensées qu’ils appelaient « la prostitution », c’est-à-dire la spiritualité cosmique multi-millénaires, le Tout, une des formes les plus répandues : la croyance au Tout, donc le divin qui s’incarne du grain de poussière qui vole un soir d’été à l’être humain le plus imbécile, et qui s’incarne évidemment dans les RYTHMES ET CYCLES, car ces prophètes hébreux ne juraient que par la géométrie de la ligne droite (le Salut). Ces prophètes dénonçaient ce qu’ils appelaient « idolâtrie ». Or une telle croyance a été dénoncé depuis la pénétration des Hébreux en Palestine. En fait ces prophètes étaient CONTRE LA NATURE, DES KILLERS DE MAUVAISES ET BONNES HERBES.
LA TERREUR HISTORIQUE, REPRISE EN 1789 ET 1917 EN RUSSIE, PREND SA SOURCE AVEC CES PROPHÈTES HÉBREUX. Cela correspond à UNE THÉOLOGIE DU SALUT déjà esquissé par Jérémie (nouvelle Alliance notamment. Jérémie qui a un ego gros comme Sion et marchande quand il s’adresse à son Dieu extérieur : « Pourquoi ma souffrance est-elle continue, ma blessure incurable, rebelle aux soins ? Vraiment tu es pour moi comme un ruisseau trompeur aux eaux décevantes ! [15, 18]) ». Et son Dieu extérieur lui répond (15, 19) : « Si tu reviens, et que je te fais revenir, tu te tiendras devant moi. Si de ce qui est vil tu tires ce qui est noble, tu seras comme ma bouche. Eux reviendront vers toi, mais toi, tu n’a pas à revenir vers eux ! ». Ensuite son Dieu lui fait des promesses style Super Carotte en lui faisant comme endosser un costume de Superman. Bref, toujours du marchandage de boutiquiers. Pas étonnant qu’il y ait autant de marchands juifs !!!

À ce jour de tabula rasa intégrale, il n’y a plus de cause, il n’y a que des effets : EYES CANDY, place au monde des artifices, à la société du spectacle. Inquisition sournoise et déguisée, pire que l’inquisition qui torturait les chairs : si vous cherchez et parlez des causes, vous êtes un complotiste, un fasciste, un antisémite. On a coupé toutes racines. On est hors sol, on est pasteurisé, « majeur et vacciné ». On brûle les « mauvaises herbes », pas de ça chez nous, pas de terroristes. On est en démocratie, qu’est-ce que c’est ce complotiste ?!



[En référence partielle à : Fernand Braudel : Civilisation matérielle, économie et capitalisme, 15è-18è siècle, vol.3 Le temps du monde].
 
 

Dernière mise à jour : 21-06-2017 02:46

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >