Accueil arrow News arrow Dernières news arrow En March(and) = capitalisme
En March(and) = capitalisme Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 22-06-2017 01:51

Pages vues : 1956    

Favoris : 256

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Amour, Anarchie, Âne, Argent, Artifice, Banques, Behaviorisme, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Chimère, Christ, Communisme, Conte, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Fusible, Génocide, Histoire, Humain, Illusion, Image, Information, Inquisition, Instant, Islam, Israël, Jardin, Jeu, Judaïsme, Kronstadt, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Merde, Métal, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Moteur, Nature, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Ptah, Pays, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Scarabée, Science, Sécurité, Serpent, Sexe, Silence, Social, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Univers, Vaccin, Vase, Vide, Volonté, Yokaï, Zombie

 
republiquenmarchandises.png
 
 
En March(and) = capitalisme

La République En March(and) de la même soupe pour tous.


Vil, City, Urbain, Béton.
Bétonisation du monde : malaxer, transformer les Terriens à la solde
des Couilles en Or et autres mutilés au huitième jour de naissance.
 
 
La City de Londres, avec sa concentration de sociétés anonymes et de banques est le Vatican mondial de la finance internationale. La Banque d’Angleterre, fondée en 1694, est le pivot de toute la machinerie. Autour d’elle, appuyées sur elles, les banques privées de Londres sont déjà 73 en 1807, une centaine environ durant les année 1820.
Sous le signe du protestantisme les banquiers exercent des professions diverses : les Fosters à Cambridge sont meuniers et marchand de blé : à Liverpool, la majorité des banques sont issues de maisons de commerce ; à Birmingham, les Lloyds viennent du commerce du fer ; à Nottingham les Smiths sont bonnetiers ; à Norwich les Gurneys sont des marchands de filets et des fabricants de tissus de laines : en Cornouilles, les banquiers sont en majorité des propriétaires de mines (voir la série télé Poldark) ; ailleurs ils sont des marchands de malt ou de houblon, ou des brasseurs, des drapiers, des merciers, des receveurs de péages.
 
« En somme les banques naissent au 18è siècle d’une conjoncture locale, un peu de la même façon que les premiers établissements des industries nouvelles », écrit Fernand Braudel.

CAPITALISME : définition : MERCANTILISME (marchand). S’il y a depuis longtemps DES capitalismes (bancaire, industriel ou commercial), à la base ils n’ont jamais cessé d’être en premier chef MARCHAND. Ce qui est montré dans l’étiquette du nouveau parti politique français : En March(and), Marché, soit la république française du CAC 40.
Maintenant qui dit capitalisme et croissance dit DIVISION DU TRAVAIL (les spécialistes). Et dit également dépeuplement des campagnes au profit du béton-urbain : industrie entre ville-campagne, le putting out system ou organisation du travail généralisée à travers l’Europe, nouvel esclavage qui permet très tôt la récupération, par le capitalisme marchand, d’un surplus d’esclaves ruraux à bon marché. Alors que l’artisan des campagnes travaillait dans sa maison, aidé de sa famille, tout en conservant un champ et quelques bêtes. « La matière première, laine, lin, coton, lui était fournie par le marchand urbain qui le contrôlait, recevant le travail fini ou demi-fini et en réglant le montant. Putting out system = infâme pudding anglais salissant la campagne.

La nouvelle division du travail urbanise, bétonne la société ouvrière, détruit ou écartèle la société des pauvres, qui sont tous à la recherche d’une occupation qui fuit devant eux. Cette nouvelle division donne des rendez-vous inattendus, loin des campagnes familières, et finalement détruit la vie de ces gens. Habiter dans le béton des villes, être privé de l’apport traditionnel du potager, du lait, des œufs et des volailles, travailler dans de gigantesques locaux, subir la surveillance d’une chefferie jamais aimable, obéir, ne plus avoir aucune liberté de mouvement, accepter des horaires fixes de travail, c’est typique de l’esclavage moderne lié au capitalisme : le En March(and).
Les gens deviennent aliénés : étrangers à leur propre existence. Ils mangent mal et peu, dorment et chient comme ils peuvent, parfois sur place pour « gagner du temps » et qu’ils ont interdiction de quitter leur poste pour pisser ou chier.
« Le monde ouvrier perdra des années avant de créer l’abri des habitudes et des protections nouvelles : sociétés amicales, banques populaires. Les trade unions, ce sera pour plus tard. Et ne demandons pas trop aux riches ce qu’ils pensent de ces nouveaux citadins [citoyens]. Ils les voient « abrutis, vicieux, querelleurs et mutins », et, défaut supplémentaire, « généralement pauvres ».
Ce que pensent les ouvriers eux-mêmes du travail à l’usine s’exprime ainsi : « LE FUIR SI POSSIBLE ».

En 1838, 23% seulement des ouvriers du textile sont des hommes adultes ; la masse est faite de femmes et d’enfants, plus facilement résignés. « Et jamais le mécontentement social n’a été aussi profond en Angleterre qu’en ces années 1815-1845 qui ont vu les mouvements successifs du luddisme briseur de machines, du radicalisme politique qui s’essaierait volontiers à briser la société, du syndicalisme, voir du socialisme utopique ».

Si la division engendrée par le capitalisme s’exerce à la base, elle s’exerce aussi au sommet des entreprises. « La règle était jusque-là, c’était, en Angleterre comme sur le continent, l’indivision des tâches dominantes : le négociant tenait tout dans des mains, il était à la fois marchand, banquier, assureur, armateur, industriel… » Ces négociants capitaines d’industrie sont aussi de la Banque d’Angleterre, dont ils orientent les choix et les faveurs, ils siègent aux Communes, ils gravissent les échelons de « l’honorabilit  » [les vanités et les ”irréprochables”], ils gouvernent bientôt l’Angleterre, déjà rendue docile à leurs intérêts et à leurs passions égoïstes. Voilà la définition du mot OLIGARCHIE.

En Angleterre ce qui marche fort c’est l’industrie de la bière. En 1812 un Français décrit une des curiosités de la vile de Londres, la brasserie des Barclay, avec une pompe à feu d’un pouvoir de 30 chevaux vapeur, etc. etc. Il sort de cette usine 250.000 barils de bière annuellement, ce qui chargerait une flotte de 150 navires du port de 200 tonneaux chacun.

Oui, d’accord avec F. Braudel : indépendance financière et industrielle = division (du travail). Le secteur des services était énorme vers 1850, et après l’agriculture était composé de plus d’un million de personnes. Aux États-Unis des années 1960, le secteur des services représente la moitié de la population ; « c’est un record sans égal et la preuve que la société américaine est la plus avancée au monde », écrit Braudel.
En corrélation avec la division et spécialisation du travail L’ÉTATISME SE JACOBINISE DE PLUS EN PLUS : il suit la croissance, il est bureaucratisé à outrance (voyez la machine Union européenne) !
Ceux qui s’engrossent aussi sont les armés d’avocats et professions dites « libérales » qui ont le vent en poupe depuis la fin du 18è siècle.


Début du monde virtuel.

Les banques dites joint stock banks font leur entrée à Londres en 1854, et sont admises au Clearing House des banques de la capitale, donc participent à part entière à la circulation de l’argent et du crédit dont Londres est le cœur unique. Bref, le système bancaire anglais de la circulation « est organisé de façon qu’il n’y a en Angleterre ni papier, ni argent ». Cependant, c’est en ces mêmes termes que des observateurs des 16è et 17è siècles décrivaient les mécanismes des foires traditionnelles de Lyon, de Besançon-Plaisance. À ceci près, et d’importance, que la réunion des clearing se passe à Londres tous les jours ; les anciennes et grandes foires se réunissaient seulement quatre fois par an. Un Français écrit : « Dans ce pays, aucun individu négociant ou autre ne garde d’argent chez lui ; il le tient déposé chez un banquier ou plutôt caissier, sur lequel il tire, qui tient ses comptes et solde toutes ses dépenses au prorata de son crédit ».

LA FONCTION DISTINCTIVE DU BANQUIER COMMENCE DÈS QU’IL EMPLOIE L’ARGENT DES AUTRES. Explique un certain Ricardo, qui définie par là-même NOTRE ACTUEL MONDE VIRTUEL, et SON CULTE DE L’EGO : tout est délégué à x ou y, comme le gouvernement du régime républicain est « représentatif » par une palanquée de « représentants du peuple » (afin que ce peuple ne perdre pas de temps au travail et qu’ils puissent ainsi mieux les engrosser !). Virtuel ou délégation ou spécialistes comme ; « votre voyante, votre coiffeur, votre assureur, votre député, votre caviste, votre ceci ou votre cela ».

Les banques pillent l’argent économisé par les pauvres, « énorme opération », comme le dit un correspondant français, « car « cette fortune du pauvre » [vue de sa masse] est la plus grande en Angleterre que la fortune du riche dans plus d’un royaume ».
Après 1870 les banquiers anglais sont devenus les banquiers de toute l’Europe.

Un mot sur les mutilés au huitième jour de leur naissance.
LIVRE CONTRE COSMOS.
Toute Histoire-Opinions-Temps qui coule est livresque, et donc opinion sur opinion, ou pensée sur les représentations des choses devenues livresques.


Il est probable que les actuels conflits, et en Syrie et dans cette zone : conflits Israël-Palestine, et en Ukraine, soit une stratégie de l’Empire USionistan, surtout sionistisan et autres Couilles en Or du pétrole, voulant faire de l’Ukraine la « nouvelle Israël », à cause du fameux et mystérieux empire Khazar (soi-disant source de la culture ashkénaze)(1). L’opinion fait encore ravage pour savoir le pourquoi et la possible conversion du peuple Khazar au judaïsme talmudique et rabbinique actuel, donc non descendant d’Abraham. Pourquoi ces peuples Khazars qui étaient des Païens auraient adhéré aux opinions des talmudistes ? Ça ne tient pas debout, car que pouvait offrir la culture talmudique totalement déformée par rapport à la culture originelle de Moïse ? et que d’autre part la culture de millions d’années des Païens restait et reste infiniment supérieur à ce que pouvait offrir les trois religions abrahamiques et du Salut. Alors comment les Khazars de Païens sont-ils devenus des talmudistes rabbiniques, des Ashkénazes ?
Mais déjà au départ les mondialistes avant l’heure accusaient les Païens d’être contaminés par la pédérastie, « alors que les Juifs résistaient aux tentations et s’éloignaient des impuretés. C’est pourquoi ceux qui se prosternent devant le bois et la pierre doivent adopter la vraie foi [sic], sinon ils seront punis par les foudres de la colère divine ». Imbécilité criminelle qui se retrouve de nos jours de « guerre contre le terrorisme ».
Un certain Heinrich Graetz, dans son Histoire des Juifs, dira les poncifs opinions suivantes : « Si la colonisation grecque contribua à diffuser le goût des arts et de la science parmi les nations, si celles des Romains développa la notion d’État discipliné par la loi, la dissémination bien autrement considérable du plus ancien des peuples civilisés [qu’est-ce qu’il en sait ? C’est son opinion…], du peuple judaïque, contribua, on ne saurait le méconnaître, à mettre un frein aux folies et aux vices grossiers du paganisme ». Voilà encore un Juif inquisiteur de « loi-opinion » de travailleur du chapeau circoncis de travers !!!
COMME SOUVENT ÉCRIT, NOUS SOMMES TOUJOURS EN DUALITÉ GUERRIÈRE PAÏENS CONTRE RELIGIONS ABRAHAMISTES. NOUS SOMMES BIEN EN GUERRE DE RELIGIONS (et pas en guerre politique), NOUS SOMMES EN GUERRE D’OPINIONS, CARACTÉRISTIQUE DU MONOTHÉISME, ALORS QUE LES PAÏENS SONT TOLÉRANTS PAR PRINCIPE ET ACCEPTENT LA COHABITATION AVEC D’AUTRES DIEUX.

Comment les Khazars passent-ils à une religion de la déchéance, celle du Salut : la CHUTE ? liée à une opinion centrée sur la HIÉRARCHIE PYRAMIDALE avec en haut la toute puissance d’un Dieu et surtout sa jalousie, si étrange pour un Dieu, qui me semble bien uniquement EXTÉRIEUR, un CHEF DE BANDES !?
De toutes façons les religions abrahamistes ne peuvent que reposer sur la spiritualité d’origine et païenne.
À partir du christianisme la religion judaïque deviendra celle du Livre, ayant nécessairement source dans les traditions orales, textes qui seront évidemment bidouillés et digérés-rédigés aux cours des nombreux siècles et jusqu’à nous par des palanquées de rabbins ; on entrait avec le rabbinisme dans les compas-équerres absolue, digitalisée : la Loi (surtout le Deutéronome), et avec la Loi allait arriver inévitablement L’ÉTATISME, L’ADMINISTRATION.

Le judaïsme n’a rien inventé. Mircea Eliade écrit dans le premier tome de son Histoire des croyances et des idées religieuses, que « le génie religieux d’Israël a transformé les rapports de Dieu avec le peuple élu en une « histoire sacrée » [donc une opinion sacralisée, copyrightée] d’un type inconnu jusqu’alors. À partir d’un certain moment cette « histoire sacrée », apparemment exclusivement « nationale », se révèle modèle exemplaire pour toute l’humanité ».
Et bien NON ! je ne suis pas d’accord : « Ce qui est nouveau ne peut pas être permanent. Ce qui est réel doit toujours exister », comme le mentionne si souvent Ramana Maharshi dans ses entretiens (notamment le 41).
« Ce qui est né doit mourir. Ce qui est acquis doit être perdu. Êtes-vous né ? Vous existez depuis toujours. Le Soi ne peut jamais être perdu » (entretien 20, du 30 janvier 1935).
De plus, si vous adhérez à un seul système philosophique ou de croyance, ce qui revient au même, vous êtes obligé de condamner tous les autres, comme l’exprime R. Maharshi à l’entretien 40.
Par contre, OUI, les Yahvistes ont sacralisé l’Histoire-Opinion-Temps qui coule (ne serais-ce que par la manie actuelle du « devoir de mémoire »…), avec ce que comporte de dualité le sens du sacré… (voir ci-dessous). Aussi il n’est pas étonnant que nombre de Juifs talmudistes se retrouvent à la chefferie de la finance internationale, ce sera leur côté Diable…. D’autre part, cette sacralisation de l’Histoire-Opinion-Temps qui coule est politique : établissement d’une rationalité politique de l’ici et maintenant.      

PAS DE YAHVÉ EXTÉRIEUR (pour tribus nomades) : « Où se trouve autrui si ce n’est dans votre propre Soi ? », demande Ramana Maharshi à l’entretien 43. Donc « Connaître toi-même par toi-même ».
Un extérieur renvoie à la dualité intérieur-extérieur, comme la PROMESSE que fait si souvent le Yahvé à son « peuple » (ses paroissiens) et à ses stars : voir le Thème de la Promesse qui revient si souvent dans la Genèse (promesse d’une postérité, promesse d’une terre, ou les deux à la fois… voir maintenant le sionisme galopant…)
De plus, Mircea Eliade me semble oublier que le SACRÉ EST DOUBLE : un Côté Ciel, un côté Enfer : le Saint est l’ombre du Sorcier, et le Sorcier celle du Saint ! Cherchez le Diable en compagnie d'un Saint, il n’est pas loin !


[En référence partielle à : Fernand Braudel : Civilisation matérielle, économie et capitalisme, 15è-18è siècle, vol.3 Le temps du monde].


Note.
1. Ihor Kolomoïsky et co-fondateur de la banque ukrainienne PrivatBank (tout un symbole…), et la chefferie de Kiev, ont enrôlé des ex-membres des Forces de défense israéliennes dans leurs bataillons de volontaires, notamment le bataillon Azov.
Kolomoïsky soutient la communauté juive ukrainienne, avec sa Couille en Or Vadim Rabinovich, ils ont fondé le futur « Parlement juif européen »… 
 
 

Dernière mise à jour : 22-06-2017 02:19

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >