Accueil arrow News arrow Dernières news arrow inversion
inversion Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 18-08-2017 23:47

Pages vues : 1856    

Favoris : 282

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Amour, Anarchie, Âne, Argent, Artifice, Babel, Banques, Behaviorisme, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Chimère, Christ, Communisme, Conte, Corée, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Fréquence, Fusible, Génocide, Gnostiques, Histoire, Humain, Illusion, Image, Information, Inquisition, Instant, Islam, Israël, Jardin, Jeu, Judaïsme, Kaléidonome, Kronstadt, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Merde, Métal, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Moteur, Narcisse, Nature, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Prostitution, Ptah, Pays, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Psychiatre, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Scarabée, Science, Sécurité, Self, Serpent, Sexe, Silence, Social, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Toufta, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Univers, Utile, Vaccin, Vase, Vide, Volonté, Yokaï, Zombie

 
1dollar_laborumfeld.jpg
 
 
inversion
médicale


Attacks = Good medicine for liberalism !

Page sur l’actuelle médecine tôle-boulons.
 
 
Pour l’humain d’avant la voie de l’Agriculture, la mal-à-dit n’est pas un ego sur pattes qu’il faut conforter ou rassurer à coups de base chimique (médicaments), mais elle est un perte du Tout, soit l’affecte de la totalité de l’Être. À l’origine de l’humanité la mal-à-dit, comme son nom l’indique - le dit étant le Verbe et transcrit en D.I.T (déité) - était de nature spirituelle, globale, sans division. De nos jours elle est devenue de nature purement matérielle, organique et cellulaire : elle correspond au triomphe de l’ego, de l'opinion, soit une entité individuelle, soit-disant identifiable, affectant une partie du corps, nerfs, cœur, peau, estomac, etc.
 
La mal-à-dire est devenue un objet, comme une voiture, on appelle d’ailleurs le malade « un patient », celui qui va subir l’effet de la cause (face à son contraire un agent, l’opérateur) ; il y a déplacement du sujet vers l’objet avec perte de la signification réelle de la mal-à-dit. Alors comme objet il devra subir des méthodes appropriées, comme la voiture chez le garagiste-dépanneur. À partir de cet « objet » on ne traite bien-sûr plus le malade en tant que centre énergétique et mental, victime d’une agression avant tout mentale, mais la mal-à-dit que l’on combat avec du matérialisme : plantes, saignées, massages, prières). Il y a déplacement du sujet vers l’objet, perte du sens de la mal-à-dit. Le patient n’est pas malade, il a un compte en banque, une maison, un job, une femme, ALORS IL A AUSSI UNE MALADIE PUISQU’ON EST DANS LE LIBÉRALISME ! On a glissé de la dimension de l’ÊTRE vers celle de l’AVOIR. On perd de vue progressivement qu’à l’origine du mal se situe un être humain, pour se focaliser sur une chose EXTÉRIEURE : la mal-à-dit. Cette conception démarre timidement au 18è siècle avant J.-C. à Summer, chez les Anciens Grecs et leur atomisme et à Rome pour s’imposer partout sur la planète occidentale, puis mondiale. Cependant la médecine non mercantile existe toujours de nos jours, celle qui ne coupe pas le malade en petits morceaux : l’Homéopathie par exemple qui voit l’ensemble de l’individu (et fait la partie de ce qu’on appelle « les médecines douces », les semblables par les semblables). La conception mécaniste de l’humain commence évidemment à partir de la Renaissance et de la Réforme.

Vu que la chimie se développe après 1789 au cours du 19è siècle pendant l’industrialisation de la civilisation occidentale, la médecine actuelle totalement mercantile en Occident ne pouvait que se développer uniquement sur la base de sa chimie artificielle, et sur ses résultats obtenus par la biologie moléculaire (les mesures et le pour-voir). La médecine de ces deux derniers siècles est donc exclusivement chimique, artifice. Ce qui explique QU’ELLE NE SOIGNE PAS, MAIS ENGROSSE LES COUILLES EN OR PROPRIÉTAIRES DE BIG PHARMA. ELLE N’EST QUE EYES CANDY, CAUTÈRE SUR JAMBE DE BOIS
Une médecine qui ne considère que le corps, donc l’ego ou mental, ne peut qu’être nulle ! Alexis Carrel exprimait aussi cela en son temps.

Si notre médecine chimique de Big Pharma du mercantilisme a réussi à « allonger la durée de vie », la qualité de cette vie n’est nullement au rendez-vous !!! De plus les personnes âgées dans de nombreux cas sont maintenues à l’état de zombie, de mort-vivants. Car le vieillissement est lui-même une maladie ! IL Y A ALORS UNE MAUVAISE CIRCULATION D’INFORMATIONS : déséquilibre Involution-Évolution (entropie-néguentropie mais actuellement seulement en évolutionnisme, car il s’agit du même problème spirituel que les cycliques et leur ÉTERNELLE RETOUR À L’ORIGINE ; et les évolutionnistes et religions du Salut qui courent à une entropie, laquelle va de « l’ordre » vers un soi-disant désordre (perte d’info ou d'organisation) alors que les salutistes partiraient du désordre pour aller vers leur « ordre » (la fin des temps » ou le Demain On Rase Gratis, DORG). Je ne crois pas que l’on puisse lutter par le mental contre le désordre qui partirait de l’ordre contenant de l’information qui se dégraderait selon la Chronologie tueuse. Voir le paradoxe de la Réalisation du Soi
La Réalisation du Soi est ANTI-ENTROPIE : NÉGUENTROPIE, TOUT DEVIENT INSTANT-INSTANTANÉ, FORME DE VRAIE CRÉATION OÙ L’ENTROPIE DÉCROIT PERPÉTUELLEMENT, DONC L’INFORMATION OU VRAIE CRÉATION ET SA SIGNIFICATION AUGMENTENT D’INSTANT EN INSTANT. Là-dedans la « vitesse de la lumière » aussi idiote qie ”l'âge du capitaine” (opinion) ne signifie plus rien ! Dans la Réalisation du Soi la cause-effet ne signifie plus rien.

LE VIEILLISSEMENT EST LA SEULE MALADIE MORTELLE DE L’HUMAIN, ce qu’avaient fort bien compris les Alchimistes. La Réalisation du Soi freine le vieillissement. À ce propos je renvoie à la page : Le Vieux Monsieur de 10 millions d’années.

Le problème du vieillissement c’est comme la vitesse de la Lumière, ÇA SE DÉPASSE… Affirmer qu’on ne peut pas dépasser la vitesse de la Lumière est de l’Inquisition, de la police de la pensée, comme tous ce que ces gens appellent « constantes », et jusqu’aux « droits de l’homme »… En un sens le projet des transhumanistes de vivre 1000 ans et pourquoi pas « un peu » plus n’est pas si idiot. Mais probablement ils ne voient que le corps de l’humain, et donc son seul aspect mercantile et matériel (technique).

La médecine du futur NE SERA PLUS CHIMIQUE NI CHIRURGICALE MAIS ONDULATOIRE. Dans l’intéressant film de science-fiction Elyseum on voit une machine fonctionnant avec les ondes et capable de régénérer un corps entier. Pour moi l’être humain devrait normalement vivre ici-bas jusqu’à 200 ans. Au-delà il lui faut « vivre dans l’Eau »… sous « forme d’Eau »… Et dehors l’Oxygène-Occident qui oxyde Tout !

La médecine actuelle est de type, comme pour les ovnis, tôles et boulons. Par exemple si on compare l’organisme à un tissus, une trame, qui est soumis par accident aux forces de la lumière ; à la longue il va se percer de trous ; la médecine traditionnelle va essayer de raccommoder ces trous ; elle invente le mastic de plus en plus performant pour réparer le tissus. Il vaudrait mieux REMPLACER LE TISSUS : enlever « l'émission holographique défectueuse » (accidentée) pour la remplacer par une « émission holographique » À LA SOURCE tFontaine de Jouvence) ; c’est peut-être le type de machine utilisé dans le film Elyseum cité plus haut.
 
 

Dernière mise à jour : 19-08-2017 00:08

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >