Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Mayol : À la Martinique
Mayol : À la Martinique Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 21-08-2017 23:56

Pages vues : 2421    

Favoris : 278

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Ailleurs, Amour, Artifice, Babel, Banques, Christ, Clairière, Conte, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Forêt, Fractale, Information, Instant, Israël, Jardin, Labyrinthe, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Mondialisme, Musique, Païen, Pays, Paysan, Ptah, Raison, Religions, République, Révolution, Sagesse, Saint, Satan, Scarabée, Science, Sécurité, Self, Serpent, Sexe, Silence, Social, Spirale, Stargate, Tao, Tapis, Tautologie, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Univers, Vase, Vide, Volonté, Yokaï

 
conry_perstotal475.jpg
 
 
Mayol : À la Martinique
Chanson coquine et qui
par ses paroles et son rythme
à la Scott Joplin annonce
l’AILLEURS, l’ALLO(s).
 
 
Page consacrée à L’AILLEURS (le non mesurable non vérifiable, le mystère, le « rêve américain »).
Chaque être a à reconnaître un Ailleurs, qui se trouve à lui révélé. Chaque humain, a à retrouver le « Qui suis-je ? », le Soi, COÏNCIDER. ‘Je’-‘je’ éclairage du Seul Réel.
 
 
L’Ailleurs et l’Instant, C’EST ÇA QU’EST CHIC !
Effectivement : Jamais malade, jamais mourir !

Faire de deux ce qui n’est qu’UN : l’Indiscutablement Réel.

Y avait un négro
Tout jeune et déjà costaud
Qui venant de la Martinique
Entra comme chasseur
Chez une marchande de fleurs
Qu'avait une jolie boutique
Il eut comme vêtement
Un costume rouge éclatant
Elle lui dit :
C'est épatant
Ca t' rend plus joli
Que l' costume de ton pays
Le p'tit négro répondit
 
A la Martinique, Martinique, Martinique
C'est ça qu'est chic, c'est ça qu'est chic
Pas de veston, de col ni d' pantalon
Simplement un tout petit caleçon
Y en a du plaisir, du plaisir, du plaisir
Jamais malade, jamais mourir
On ôte le caleçon pour dîner le soir
Et tout le monde est en noir

L' négro malheureux
De plus en plus amoureux
Dit un jour à sa patronne
Moi beaucoup chagrin
Toujours attendre demain
Allons, dis-moi oui, mignonne
Elle lui dit : Grand fou
Faut d'abord gagner des sous
Une femme ça dépense beaucoup
Des robes, des manteaux,
Des bijoux, des grands chapeaux
Viens chez moi, répond l' négro

A la Martinique, Martinique, Martinique
C'est ça qu'est chic, c'est ça qu'est chic
Les p'tites femmes se mettent simplement
Une feuille de bananier par devant
Y en a du plaisir, du plaisir, du plaisir
Jamais malade, jamais mourir
Et la feuille ça sert à rien du tout
On sait bien ce qu'y a en d'ssous

Le petit négro
Pour gagner des monacos
S' mit à faire d' la boxe anglaise
Souvent victorieux,
Dans les combats très sérieux
Il gagna bientôt d' la braise
Devant tant d'ardeur
La petite marchande de fleurs
Finit par donner son cœur
Le mariage se fit
Dans le pays du mari
Et l' soir des noces, il lui dit

A la Martinique, Martinique, Martinique
C'est ça qu'est chic, c'est ça qu'est chic
Moi acheter, car je suis connaisseur,
Du terrain pour devenir planteur
Y en a du plaisir, du plaisir, du plaisir
Elle répondit dans un soupir :
J' vois déjà que tu feras sûrement
Un planteur épatant !

[Non chantés par Félix Mayol]
Au bout d' quelques jours
Il avait l' coeur plein d'amour
Pour sa patronne, mamzelle Blanche
N'ayant pas d'espoir
Il avait des idées noires
Qui lui causaient des nuits blanches
Tout en se moquant
Elle lui dit "Mets des gants blancs
D'mande ma main à mes parents
Puis, à la mairie
Tu deviendras mon mari"
Il dit : En v'là des chichis !

A la Martinique, Martinique, Martinique
C'est ça qu'est chic, c'est ça qu'est chic
Pas d' gants blancs, de mairie ni d' parents
Ti me plais, j' te plais, t'y prends, j' t'y prends
Y en a du plaisir, du plaisir, du plaisir
Jamais malade, jamais mourir
L' soir, on s'embrasse sous les palmiers
Ça y est, on est mariés !

(Source : https://www.paroles.net/mayol/paroles-a-la-martinique)
La version plus récente de Maurice Chevalier tombe complètement à plat et n’a pas la liberté de Mayol… La version de Félix Mayol est extraordinaire ! D’autant que ce chanteur n’a pas une voix de musique « classique », quelque fois ça « déraille » un peu. Il se sauve par sa diction impeccable que l’on a perdue de nos jours. Mayol a d’ailleurs eut des débuts difficiles, un directeur de salle criait à ses salariés : « Enlevez-le ! Mais enlevez-le !… On va tout me casse s’il reste là ! » (Les mémoires de Mayol, recueillis par Charles Cluny, chapitre : De l’eau sur le feu).
Et alors les paroles de À la Martinique ! De nos jours toute la daube mondialiste démocratiste et société de faux derches et d'ONU qui nous vend sa « liberté d’expression » lui tomberait dessus pour lui voler de l’argent à coups de procès pour « racisme » et « haine » !!!


AILLEURS, ALLOS, (deuxième ou reflet : la manifestation)

Manifestation, Autre, Deuxième : allos en gaulois. Mot déduit du nom de personne Allobroges, comparable à l’adverbe irlandais all (au-delà), au vieux breton et au gallois all (autre), et forme redoublée alall devenue arall par dissimulation. Ceux-d’un-autre-pays : Allobroges.
Remonte à un celtique alnos parallèle à alios celtique également, qui donne le vieil irlandais aile, au gallois ail, au breton eil (autre), cf le grec âllos, latin alius, gotique aljis (autre), etc.
Le nom de personne Allecnus (puiné, né le deuxième). (Réf. Dictionnaire Français-Gaulois, de J.P. Savignac).

L’Autre, le manifeste est encore la LIEUE : leuca, leuga en gaulois, proche de leukos, leucos (blanc). Ici on est dans le spatio-temporel : une lieue selon Camille Jullian fait 2,217 km, soit 12 stades ou 5000 coudées grecques ou 1 mille et demi, adoptée en Gaule depuis Septime Sévère.

AILLEURS, ALLOS : le ‘je’ ne peut exister sans le ‘Je’. L’Ailleurs est comme « Tout ce qui est en Haut est comme tout ce qui est en bas, et l’inverse ». L’ailleurs sert à faire prendre conscience du Soi (ici et maintenant).
L’ici et l’Ailleurs comme le « Je suis ce JE SUIS », la Super Tautologie de :
Il est mort un vendredi
Le dernier jour de son âge ;
S’il fût mort le samedi,
Il eût vécu davantage.

Aussi extraordinaire que la musique et les paroles de « À la Martinique ». Car ce qu’on appelle une « lapalissade » EST LA DÉFINITION MÊME DE L’INSTANT, DE LA SEULE RÉALITÉ. Si la Réalité prête à rire, c’est pour s’en protéger : le fusible Rire.
Seule une Tautologie peut exprimer une vérité profonde, soit une vérité inattendue, à l’image du réel ou Spontané, comme le chante Félix Mayol, alors que la même chanson interprétée par Maurice Chevalier ne renvoie rien, ou plutôt renvoie le travail d’un faiseur, du moins dans ce contexte.
Comme ‘je’ n’existe pas sans le ‘Je’, l’ici n’est pas repérable sans l’Ailleurs. Et l’être humain Ancien ne se reconnaît comme réel que dans la mesure où il cesse d’être lui-même (il n’a plus d’ego et rayonne alors de façon intense vers les autres, et se contente, tel l’effet domino ou sucre, de transmettre les gestes ou la bascule du sucre précédent.

AILLEURS = PUISSANT AIMANT/AMANT. Les romantiques préféraient l’Ailleurs à tous les ici et maintenant, car ils préféreraient les Histoires-Opinions-temps qui coule. L’Ailleurs : on dit « S’évader du quotidien », et à l’été « On part en vacances », on se protège du seul Réel. Comme si on se perdait pour mieux se retrouver.
COMMENT VOULEZ-VOUS « ATTEINDRE L’ICI » ? AUCUN SENTIER N’Y MÈNE. ICI EST À JAMAIS HORS D’ATTEINTE (on ne ”teinte” pas ici), IL SE DÉ-ROBE À TOUTE APPROCHE DE L’EGO ET DE SES CINQ SENS.

AILLEURS = TERRORISTE : sentiment de l’insolite, comme la Seule réalité. Ainsi toute peur est UNE PEUR DU RÉEL (que le terroriste dans son délire va exprimer par une bombe). Mais « à la fin des temps » c’est toujours le Seul Réel qui fait peur.
INCERTITUDE = PEUR. Quand la « fin des temps » arrive, rien n’est plus à craindre, on tombe dans le « Circulez ya plus rien à voir ». Évidemment, la Seule Réalité étant cachée, elle fait peur car elle est, comme le terroriste, toute proche, et on ne sait quand elle va frapper, alors tous les services « d’ordres » du régime républicain essayent de s’en protéger. Comme le terroriste, la Seule réalité, tout ce qui est caché, invisible, comme la nuit, ÇA FAIT PEUR, CE N’EST PLUS CONVENTIONNEL, FAMILIER, CONFORTABLE, CE N'EST PLUS LA "DÉMOCRATIE".
LA PEUR SURVIENT LORSQUE LE MONDE OU RÉALITÉ EST TOUT PRÈS (ce qui n'est pas normal...).
Que font les terroristes actuels ? : ils protestent contre la Vérité. Comme nous tous, car exister, être né, est une injure à la Seule Réalité. Ainsi, on ne peut survivre dans cette dimension qu’en tenant en respect les terroristes, pardon, la Réalité, ou la prendre en permanence à rebours, voir le mythe de Sisyphe.

Dans la chanson À la Martinique, l’Instant est évoqué, quand le « négro » répond à son amoureuse :

« Moi beaucoup chagrin
Toujours attendre demain [l’Ailleurs]
Allons, dis-moi oui, mignonne
Elle lui dit : Grand fou
Faut d'abord gagner des sous
Une femme ça dépense beaucoup
Des robes, des manteaux,
Des bijoux, des grands chapeaux
Viens chez moi, répond l' négro [donc dans son pays l’Instant]

A la Martinique, Martinique, Martinique
C'est ça qu'est chic, c'est ça qu'est chic
Les p'tites femmes se mettent simplement
Une feuille de bananier par devant
Y en a du plaisir, du plaisir, du plaisir
Jamais malade, jamais mourir [la médecine actuelle ne soigne que les bien-portants]
Et la feuille ça sert à rien du tout
On sait bien ce qu'y a en d'ssous [la Seule Réalité, pas d’illusion] ».
 
Il y a un parallèle avec la Chanson du Cavalier, du poème de Garcia Lorca :
Cordoue.
Lointaine et solitaire.
Cheval noir, lune grande,
Et des olives dans ma sacoche.
Bien que je connaisse le chemin,
Jamais je n’atteindrai Cordoue.
Par la plaine, par le vent,
Cheval noir, lune rouge,
La mort est là qui me regarde
Du haut des tours de Cordoue.

L’ici et maintenant c’est Cordoue, et le cavalier s’en trouve définitivement éloigné, privé de toute relation avec autre chose que lui ; alors il n’y parviendra pas ; il pourra s’en approcher autant qu’il le voudra, il ne sera jamais ici et maintenant, puisqu’il est LÀ-BAS. AUCUNE ROUTE NE MÊME À ICI. Tout ce qui arrive est de l’ordre de l’Histoire-Opinion-Temps qui coule (HOTC) et non de la fin : rien de réel ni de définitif ne se produit ici-bas, c’est pourquoi il est imbécile de coller, par exemple, au mot « république » le mot « universel », qui ne peut que concerner le spirituel, soit le vrai sens du mot « politique » : « JE SUIS ».

ÊTRE : SINGULARITÉ, AUTRE. Mais en Fixation Cavalante ; ne pas se fixer en « n’être rien d’autre », mais ouvrir la Stargate. A-teindre c’est fixer, et une fois atteint ça peut devenir un tombeau.

AILLEURS, ALLOS : DÉSIRER QUELQUE CHOSE.
DÉSIRER : aui ? en gaulois. COURTISER : sureg ? en gaulois. Suirge (courtise) de su-reg-ia « tension vers », composé du préfixe su- (bien), du radical -reg- (diriger, tendre vers, désirer), de -s- suffixe de désidératif-futur, -eti- désinence de 3è pers. sing. et de -si pronom féminin suffixé… (Dic. Français-Gaulois).
Aladin désirait plein de choses, mais avant tout la SAGESSE (ça-je-estre : « Je suis ce JE SUIS »). Aladin est dans le Thème des sucres ou effet domino : CONTINUITÉ. Le Nirvâna (état de Libération) est l’extinction de la lampe ou l’arrêt du Sucre.
Ailleurs : la métaphore, méta-phorein : porter ailleurs, ou nommer une chose par une autre, selon la musique Thème et Variation. La musique est d’essence tautologique : rien n’éclaire de l’extérieur ; et si on l’interroge elle ne pourra que répéter sa propre musique.

Pour revenir à la Tautologie : elle dit Tout ; et évidemment elle ne dit Rien ! Étant riche d’une qualité si éclatante qu’on n’a plus aucun recule pour critiquer, il n’existe plus aucune fausseté.
LE RIEN DU TOUT : SINGULARITÉ : une chose est identique à elle-même : elle est dans le Rien du Tout !
La Tautologie rentre dans le Labour alchimique : Thème et Variation ; le Thème devient Variation qui à son tour devient un nouveau Thème, etc., comme dans l’effet domino. Le Zéro hindou a 26 Tautologies…

[En haut de page : perspective, par Raymond Conry, décédé à l’âge de 20 ans]


EXTRAORDINAIRE. Grandement MERCI Monsieur Félix Mayol. Oui, jamais malade, jamais mourir. C’est ça la signification du mot A-mour (privation de mort). L’amour au Chili (1914), du compositeur Gustave Goublier, et des auteurs William Burtey et Louis Bousquet est aussi une perle rare…
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 22-08-2017 00:31

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >