Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Liberté = oppression
Liberté = oppression Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 29-08-2017 23:16

Pages vues : 2025    

Favoris : 285

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Adam, Ailleurs, Alchimie, Amour, Artifice, Babel, Banques, Christ, Clairière, Conte, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Forêt, Fractale, Information, Instant, Israël, Jardin, Labyrinthe, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Mondialisme, Musique, Nature, Païen, Pays, Paysan, Potier, Ptah, Radical, Raison, Religions, République, Révolution, Sagesse, Saint, Satan, Scarabée, Science, Sécurité, Self, Serpent, Sexe, Silence, Social, Soi, Spirale, Stargate, Tao, Tapis, Tautologie, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Univers, Vase, Vaisseau, Vide, Volonté, Yokaï

 
loge_maconnique_plan.jpg
 
 
Liberté = oppression
en l’état actuel des consciences.
 
 
Si souvent certains cherchent à arracher l’être humain à l’oppression, ils ne font que le livrer à la corruption.
En l’état actuel des consciences et du germe qui y est contenu, l’âmes des peuples se conserve relativement en climat rigoureux ; mais la plonger sans précaution, sans transition, et pour un objectif uniquement mercantile et confortable (« liberté »), c’est attiser le germe, le dragon ego qu’elle porte en elle.
 
Les droits de l’hommistes ont inventé leur démocratie pour que l’être humain soit « libre ». Mais qu’est-ce qu’ils entendaient pas « libre » ? Il ne sert à rien d’essayer de coller des ailes à l’être humain si l’on n’est pas capable de créer en lui une « nature ailée » (qui retrouve son Origine, son Soi). La chute d’Icare illustre le dénouement de cette illusion démocratique catastrophique.

Tous régimes politiques étatiques fondés sur l’oppression qui entraîne de plus en plus de palanquées de lois entraîne fatalement une corruption des mœurs : aucun humain ne peu vivre sainement en oppression. Si le régime tyrannique engendre une certaine corruption, les régimes basés sur l’argent ne peuvent qu’être corrompus, et eux, aboutissent à la tyrannie universelle, mondialisée. Comme maintenant l’humanité fonce dans ce climat politique de plus en plus obsessionnel et de plus en plus corrupteur et mensonger.

L’État abstraction comme l’est le régime républicain judéo-maçonnique actuel (GODF)(1), qui conduit et assiste ses sujets, tarit en eux le courant d’initiative personnelle et le besoin de compassion, supprime la Vraie Fraternité (suppression de la famille et de l’entre-aide familiale, de la caste, de l’Église, de tout le milieu organique et DANS L’INSTANT de l’individu), et, par là, ce régime abolit les possibilités profondes de vraie vivre ensemble. Ensuite en ouvrant aux prolétaires des aides et assistances en tous genres, ce régime républicaine fabrique des parasites, cultive et entretient les habitudes anti-sociales. Rien n’isole l’être humain comme de dépendre de l’État, monstre abstrait, digitalisé.
Le socialisme du régime républicain c’est : entretenir les masses dans la généralisation des privilèges : tous égaux, tous des rois, TOUS EXPLOITEURS : EXPLOITEZ-VOUS LES UNS LES AUTRES.

La conclusion est annoncé par Jacques Attali, qui n’a point besoin de travailler du chapeau comme ses coreligionnaires, quand une civilisation se voit perdue, une réaction terriblement humaine se produit. LA TYRANNIE LA PLUS TERRIBLE SORT AUTOMATIQUEMENT DE LA DÉMAGOGIE-DÉMOCRATIE.
Et pour cause ! Si le régime républicain veut vivre, et son État avec, il doit suppléer, par la seule contrainte extérieure, l’équilibre qui résultait partiellement autrefois de la présence d’une « âme collective », sorte d’instinct social naturel et familial.

Le régime républicain a d’autant plus besoin d’être inhumain, froid et abstrait, qu’il a plus sapé, pour s’établir, le sens des responsabilités personnelles et de la résignation sociale, base de toutes communautés humaines authentiques.
Aux liens intimes et SPONTANÉS qui unissent naturellement l’humain à son semblable, et qu’on a détruit (notamment par l’informatique et son artifice de « tout connecté »), on substitue, pour assurer l’existence de la cité, les chaînes de lois et de libéralisme.


Des tyrans jadis ont pu vampiriser les peuples mais sans les corrompre totalement : leur oppression restait un moteur de résignation saine, parce que leur tyrannie était celle d’un être humain, CONCRET, et que sa tyrannie restait sous la dépendance de son ego ; néanmoins le tyran et ses peuples formaient une famille, une tradition nourricière ; un humain vivant écrasait des humains vivants ! C’était terrible évidemment, mais atrocité tragiquement humaine.

Dans la « civilisation » de l’après encyclopédie des Diderot et 1789, dans l’HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui coule) et sa City de Londres et ses banques et ses calculs et analyses et logiques, dans son HOTC de l’égalité, le « isme » ou système se contente de sucer les peuples plus savamment que l’ancien tyran : LA CHEFFERIE DU RÉGIME RÉPUBLICAIN CAPITALISTE GÂTE, en introduisant dans l’âme des masses des appétits fabriqués d’insatisfaction permanente, en pompant le sang des masses.

Au terme de cette (r)évolution de 1789, nous avons eu le capitalisme d’État (URSS) et le capitalisme de la City de Londres nombril de l’économie mondiale. Depuis cette évolution et son régime républicain et avec son capitalo-socialisme, l’être humain est dévoré corps et âme par un fantôme étranger à la nature humaine et par là même insatiable de sang humain. En d’autres mots : L’HUMAIN EST ALIÉNÉ.


« POUR L’EMPLOI » (LES SALARIÉS NOUVEAUX ESCLAVES MODERNES) : REFRAIN CAPITALO-SOCIALISTE.
L’humain-objet, ou patate dans un sac à code-barres.


L’humain est devenu un objet pour l’humain. Comme le Grand Maître judéo-maçon, l’humain qui possède comme objets un ou plusieurs autres humains est celui qui est reconnu comme possédant le mieux la doctrine capitalo-socialiste, et l’humain-objet possédé est celui qui consent à se laisser fabriquer par son possesseur qu’il reconnaît comme ayant pénétré plus avant dans les arcanes de la manifestation [espace 3D mercantile).
Comme cela, la démocratie et son socialisme ne fait que conduire à ses dernières conséquences logiques le règne de l’opinion, aboutissant à la laïcité du GODF : une religion et une mystique à l’envers, en creux, soit au renoncement volontaire de l’humain à sa liberté propre, à son Soi. Voilà la définition de l’esclave moderne, de l’aliéné ; ses chaînes se sont, comme de presque tout, virtualisées.


Note.
1. Les judéo-maçons à spéculum style GODF n’ont pas compris que le Soi ne remplit pas le ‘je’ (le soi) quand il est déjà plein (travail du chapeau) ; il ne faut donc pas se présenter devant le Soi la tête pleine ; il faut se présenter avec la tête vide en renonçant au « savoir » du mental ou travail du chapeau.
Ces judéo-maçons ne sont que spéculum-spéculatifs pour vainement essayer de faire fusionner divin-profane. Or qui dit travail du chapeau dit vérité vécue comme POSSESSION, COMME OPINION.
QU’EST-CE QUE C’EST LA JUDÉO-MAÇONNERIE GENRE GODF QUI CONTRÔLE LE RÉGIME RÉPUBLICAIN FRANÇAIS ?
C’est le MOTEUR CACHÉ des sociétés où l’opinion et le principe de la majorité numérique (Thème égalitarisme) sont érigés en DOGMES, en critères infaillibles de la Vérité, donc de la TOTALE ILLUSION.
L’ouvrier sait, vit la vérité ‘Je’-‘je’ par ses mains et dans l’Instant ; le spéculatif bourre tout de logique et de « dialectique ». Pour l’ouvrier la non-conformité ‘Je’-‘je’ est immédiate et sanctionné : son œuvre est loupé et il ne passe pas à la paye. Pour le spéculatif, il peut passer sa vie à travailler du chapeau qui satisfera sa vie de « vérité possédée », passer sa vie d’avocat, de politicard, d’universitaire à enseigner des conneries sans s’en porter plus mal, au moins financièrement. S’il sait prendre le vent de l’opinion à la mode, la température des pulsions telluriques du Super Égrégore (chef de l’inconscient collectif de C.G. Jung et extrêmement contagieux), et de l’HOTC, il fait fortune et imaginant un nouveau philosophisme, qui dans peu de temps sera balayé par un autre, au grès de l’ego et de son « savoir », donc privation de voir !
La judéo-maçonnerie spéculum de 1717 est une singerie de la maçonnerie opérative. Le GODF ne construira jamais rien, sauf au minimum des HLM et de l’architecture républicaine imitation d’art grec !

Comme pour l’œuf et la poule et Dieu donné en exemple par Jean Coulonval, la judéo-maçonnerie symbolisée par le damier de carreaux noirs-blancs de ses loges (dessin en haut de page) illustre cette dualité cause-effet qui ne mène à rien : on peut la reculer selon l’âge du capitaine, et l’avancer selon la même opinion et le goût du jour, c’est toujours ça de gagner pour l’économie basée sur la « valeur » de la matière RENDUE LAÏQUE (entendre : vulgarisée, même soupe, même égrégore pour tous dans cet effroyable dilemme Individualisme-Collectivisme, toujours non résolu). Non, le damier judéo-maçonnique ne conduit pas à l’éveil ! À la politique certainement, vue le nombre qu’il y a « d’initiés » à la chefferie de l’État français et autres grosses administrations et institutions.
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 29-08-2017 23:45

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >