Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Super Carotte ou Religions du Salut
Super Carotte ou Religions du Salut Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 29-10-2017 01:26

Pages vues : 3683    

Favoris : 100

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Banques, Capitalisme, Chrétien, Christ, Civilisation, Dualité, Eau, Ego, Empire, Évolution, Fractale, Gentil, Goulag, Gratuit, Guerres, Histoire, Huile, Instant, Juif, Laïcité, Langage, Liberté, Loi, Loser, Lucifer, Lumières, Maçon, Mahométan, Médecine, Mental, Microbes, Multiculturalisme, Opinion, Orgie, Ouvrier, Païens, Paix, Pierre, Peste, Radicalisme, Raison, Réalité, Religions, République, Réseaux, Sacrifice, Simple, Socialisme, Spiritualité, Technique, Templiers, Terrorisme, Transhumanisme, Universel, Valeur, Vérité, Vin, Winner

 
carotte_plat.jpg
 
 
Super Carotte ou Religions du Salut
Ces religions qui fixent, croyant que
cela ne bougera plus pour l’éternité !

Le Salut, la Ritaline d’Abraham.
Un monde sous Nutella.
 
 
Le Salut vendu par les religions abrahamistes est symbolisé par la course d’Achille et la tortue, figurant le Paradoxe de la Réalisation du Soi, ou : « on ne possède pas l’Instant », ou « Il n’y a pas de but à atteindre », car le but n’existe pas, le ici et maintenant ne sera jamais atteint puisqu’il est « là-bas », et qu’aucune route ou espace-temps ne mène à cet ici. Dans sa course, Achille ne rattrape jamais la tortue, car il n’atteint jamais d’abord que le point où ÉTAIT la tortue, et il a toujours à atteindre le nouveau point où elle EST, qui devient le point où elle ÉTAIT.
 
Nous avons le même Paradoxe de la Réalisation du Soi où le Vrai qui cesse d’être vrai quand il est vu, dans la chanson du Cavalier, poème de Garcia Lorca :
Cordoue.
Lointaine et solitaire.
Cheval noir, lune grande,
Et des olives dans ma sacoche.
Bien que je connaisse le chemin,
Jamais je n’atteindrai Cordoue.
Par la plaine, par le vent,
Cheval noir, lune rouge,
La mort est là qui me regarde
Du haut des tours de Cordoue.
Ainsi seulement est visible le FAUX, comme dans tout symbole : La chose se découvre, tout en se revoilant. « Ah ! elle est passé » (du conscient, elle est redevenu inconscient !) On perd toujours l’Original, l’authentique : essayez de retrouver une goutte d’eau dans l’O-céan…

L’ici et maintenant c’est Cordoue, et le cavalier s’en trouve définitivement éloigné, privé de toute relation avec autre chose que lui ; alors il n’y parviendra pas ; il pourra s’en approcher autant qu’il le voudra, il ne sera jamais ici et maintenant, puisqu’il est LÀ-BAS. AUCUNE ROUTE NE MÊME À ICI. Tout ce qui arrive est de l’ordre de l’Histoire-Opinions-Temps qui coule (HOTC) et non de la fin : rien de réel ni de définitif ne se produit ici-bas. Le langage courant dénonce ironiquement l’illusion de ceux qui sont formaté avec les chemins ou HOTC et l’arrivée : « Le pauvre ! Il croit que c’est arrivé ! ». Ce qui signifie : c’est bien arrivé comme HOTC, mais cet événement n’a pas la COAGULATION (fixation) définitive que vous lui attribuez : il sera demain balayé et remplacé par d’autres HOTC ou événements, ce qui est la définition même de l’OPINION. Ainsi, rien de ce qui ARRIVE dans le spatio-temporel n’est vraiment « une arrivée » : le Point Focal, genre « mort », fera le POINT ou MARIAGE entre l’événement et l’Être.
Encore une fois : tant que l’on reste dans l’HOTC, on n’est pas arrivé (pas encore de mot FIN sur l’écran), et quand on est arrivé (mot FIN sur l’écran), il n’y a plus d’HOTC, c’est le « Circulez ya plus rien à voir ! ».

Les religions abrahamistes, donc temporel, celles de l’HOTC, refusent le ici et maintenant, le Soi, procèdent de la boulimie de cette Super Carotte en désirant l’éternité SANS PASSER PAR L’INSTANT OU POINT FOCAL : LE SOI, le ‘Je’-‘Je’ du « Je suis ce JE SUIS ». Elles ne font que PROJETER.

Il ne peut y avoir qu’un Soi. Comme l’explique Jiddu Krishnamurti : « Pour découvrir le véritable sens du bonheur [la Vraie Libération], nous devons explorer le fleuve de la connaissance de soi [le Paradoxe de la Réalisation]. La connaissance de soi n’est pas une fin en soi [pas de but à atteindre]. Y a-t-il une source pour un flux ? Chaque goutte d’eau du début à la fin FAIT la rivière [sucres ou effet dominos]. Imaginer que nous trouverons le bonheur à la source [donc un but à atteindre], c’est se tromper. Il se trouve où vous êtes sur la rivière de la connaissance de soi [par conséquence ici et maintenant et pas à la « fin des temps » des religions du Salut] ».

L’invention de l’HOTC, principalement par les Hébreux-Juifs, fait que nous recherchons le bonheur à travers les objets (dont l’actuelle addiction aux écrans informatiques) et tout ce qui est extérieur à nous, comme à travers les fameux échanges depuis le Néolithique jusqu’à la City de Londres, et à travers les opinions si guerrières.
« Quand nous cherchons le bonheur à travers quelque chose, alors la chose devient plus importante que le bonheur lui-même [il y a PROJECTION conformément aux religions du Salut (1)].
Lorsqu’il est énoncé de cette manière, le problème semble simple et en fait est simple. Nous recherchons le bonheur dans la propriété, dans la famille, dans le nom [et les noms-les-formes] ; alors la propriété, la famille, l’idée deviennent les plus importantes, le bonheur est recherché par un moyen [comme les religions du Salut], alors le moyen détruit la fin [c’est le ”Circulez ya plus rien à voi  !”]. Le bonheur peut-il être trouvé par tous les moyens, par tout ce qui est fait par la main ou le mental ? Les objets, la relation et les idées sont de toute évidence si impermanentes qu’elles nous rendent malheureux. Les choses ne durent pas, elles s’usent et sont perdues [d’où l’invention de la mémoire…] ; la relation est une source de friction [dualité sujet-objet] et la mort nous attend ; les idées et les croyances ne sont pas stables. Nous recherchons le bonheur en elles et pourtant nous ne réalisons pas leur impermanence. Ainsi la douleur devient notre compagnon constant et la surmonter est notre problème », explique Krishnamurti.
Depuis au minimum la Réforme et la Renaissance : c’est la Matière qui donne un sens à l’Esprit. C’est une métaphysique en creux, renversée, comme écrit Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux.

Skakespeare dans La Tempête - Prospero, acte IV, scène 1 : « Nous sommes la matière dont les rêves sont faits ; et notre petite vie est enveloppée de sommeil ».
Calderon de la Barca écrit : « Que toute la vie est un songe et rien n’est vérité ni mensonge [rejoins Ramana Maharshi], tout dépend de la couleur du cristal à travers lequel on regarde [c’est pourquoi l’actuel Super Grégarisme du système capitalo-socialisme est mortel] = la vie est un songe.
Le Super Grégarisme actuel est mortel parce que qu’il rabaisse, il avilit au lieu d’être constructif.
Le but de la vague de vie des 10.000 ans de la voie de l’Agriculture est de RETOURNER À L’EAU (primordiale), avant la catastrophe Oxygène… Eau Primordiale ou Soi.

Univers en Fractal ou Schreiber Method : Tout est lié et délié : INNÉ-IGNÉ. Exemple avec « le Filet d’Indra » (ou Perles d’Indra). C’est le Filet du Dieu Védique Indra, Filet suspendu au-dessus de son palais sur le Mont Meru, l’Axis Mundi de la cosmologie Hindoue et de la mythologie Hindoue. Le Filet d’Indra a une perle à multiples facettes à chaque nœud, et chaque perle se reflète dans toutes les autres perles du Filet, comme des miroirs tournés vers l’infini (Schreiber Method). La moderne Théorie des Cordes est du même Thème puisqu’elle nous dit qu’il y a une connexion vibratoire entre tout ce qui existe dans l’Univers, qui de plus ne peu se situer que dans le mental.
La Schreiber Method : à ne pas tenter si on n’y est pas préparé ! Car les parasites et entités perverses y sont nombreuses… et on tombe facilement dans la magie évocatoire.


TOUT EST EN NOUS :

À l’entretien 30, il est question des Dieux, des pouvoirs surnaturels. À la question de savoir si les Dieux existent « quelque part », R. Maharshi répond que l’on doit croire ces gens. Mais où existent les Dieux ?
- Maharshi : En vous.
- Question : Mais alors, ce sont simplement des idées que je peux créer et contrôler ?
- Maharshi : Il en va ainsi de toute chose.
- Question : Mais je peux créer de pures fictions, par exemple des cornes de lièvre ou bien des choses qui ne sont que partiellement vraies, comme des mirages, etc.
Voir aussi la page : MK-Ultra, Pouvoir Siddhi, Âge d’Or, Lourdes.

« Il savait que les Grands Anciens sont des créatures qu’il est très dangereux de rechercher [voir plus haut la Schreiber Method] et que les autres Dieux ont d’étranges façons de les protéger de toute impertinente curiosité » (H.P. Lovecraft, Démons et Merveilles)
 
Pour terminer, et en complément de la page précédente Sachants contre Croyants, nous avons désormais deux voies :
- Éternité : on opte pour le Dieu qui s’est fait Homme : Christ ou Réalisé vivant. Une Éternité sans avenir. C’est le ici et maintenant, le Spontané.
- Avenir ou religions du Salut : on opte pour l’Homme et ses « droits de l’homme » qui s’est fait Dieu ; un humain qui tire son épingle du JEU (coupé de la Source). Un évolutionnisme ou culte d’une fin des temps sans Éternité. Ce sont les PROJECTIONS, la CONFIANCE, le DÉSIR QUI GLISSE SUR L’INSTANT, le TOUT CONFORT, le SÉCURITAIRE, etc., qui tous projettent vers le futur. CE SONT LES INTERFÉRENCES (INTER-faire-E) ; ce qui renvoie à Shakespeare cité plus haut. Avenir, Salut : principe du DÉSIR qui sera de toujours regarder ailleurs, de tout, sauf ce que l’on cherche comme le Soi. Et c’est la CHUTE.
PROJECTION = capt-I-V-I-té : captif du spatio-temporel ou monde des accidents. Captif du monde ou de la possession, le ‘je’ au j minuscule. Ce monde qui donnera DÉ-MON, soit le Dragon à dompter, l’ego à dompter.

Dans une voie comme dans l’autre, l’une étant nettement guerrière, au « final », on n’y trouvera jamais rien d’autre que ce qu’on y cherchait réellement : c’est-à-dire : RIEN. Le génial H.P. Lovecraft évoque ce Rien dans Démons et Merveilles, à plusieurs endroits, notamment quand une horreur d’entité crie à la gueule du héros : « ESPÈCE DE CRÉTIN, WARREN EST MORT ! », une Réalisation du Soi en forme de PANique. Autre passage décrivant PANique : « En face de ce redoutable prodige, le fragment Carter oublia l’horrible anéantissement de son individualité. Cette entité était un tout en un et un en tout, un être à la fois infini et limité qui n’appartenait pas seulement à un continuum d’espace-temps, mais faisait partie intégrante de l’ultime essence motrice du maelstrom éternel des forces de vie, de l’ultime maelstrom sans limites qui dépasse aussi bien les mathématiques que l’imagination. Cette entité était peut-être celle que certains cultes secrets de la Terre nomment à voix basse Yog-Sotoh, et qui, sous d’autres nom, fut une déité ».
PANique : celle des espaces infinis renvoyés par les Perles d’Indra, cité plus haut.
Howard Phillips Lovecraft : pas si agnostique que ça !!! Ou : moi aussi je suis agnostique puisque cette page tente de montrer qu’on ne peut pas « voir » la Vérité ! Vérité ou Dieu inconnaissable à jamais. Un « non croyant » c’est comme les « mauvaises herbes », ça n’existe pas !


Désormais, nous avons deux choix :
- Puiser l’eau à la Source (Soi). INVISIBLE vers Visible : c’est Coulonval, l’Adepte, le Mystique.
- Puiser l’eau au robinet (opinions). VISIBLE vers Invisible (physique actuelle), le rationnel qui veut des preuves, qui veut tout mesurer, tout voir. Période actuelle : démesure et vouloir mesurer l’infiniment petit.
Comme écrit Gustave Thibon dans L’ignorance étoilée : « C’est avec ce qu’il y a de plus solitaire en nous que nous devons aborder les lieux communs » (le mot « universel » ne peut renvoyez qu’à la Vérité, et il ne peut y en avoir qu’Une…).



Note.
1. « Mais il semble peu douteux que l’écriture et la lecture aient joué un rôle essentiel dans la genèse d’un bouleversement, par lequel nous sommes passés d’une pensée sur les choses à une pensée sur les représentations des choses, c’est-à-dire à une pensée sur la pensée [donc le RE et uns distance entre]. Notre conception moderne du monde et de nous-mêmes est, pourrait-on dire, un sous-produit de l’invention du monde sur le papier », écrit David R. Olson dans : L’univers de l’écrit - Comment la culture écrite donne forme à la pensée.
 
 

Dernière mise à jour : 29-10-2017 01:31

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >