Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Outrage au Seul Ré-EL
Outrage au Seul Ré-EL Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 29-10-2017 23:32

Pages vues : 2873    

Favoris : 363

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Banques, Capitalisme, Chrétien, Christ, Civilisation, Dualité, Eau, Ego, Empire, Évolution, Fractale, Gentil, Goulag, Gratuit, Guerres, Histoire, Huile, Instant, Juif, Laïcité, Langage, Liberté, Loi, Loser, Lucifer, Lumières, Maçon, Mahométan, Médecine, Mental, Microbes, Multiculturalisme, Opinion, Orgie, Ouvrier, Païens, Paix, Pierre, Peste, Radicalisme, Raison, Réalité, Religions, République, Réseaux, Sacrifice, Simple, Socialisme, Spiritualité, Technique, Templiers, Terrorisme, Transhumanisme, Universel, Valeur, Vérité, Vin, Winner

 
frise_poliak3.jpg
 
 
Outrage au Seul Ré-EL
LE LANGAGE.
Par conséquence cette page
est un outrage au Seul Ré-EL.
 
 
Les Zaméricains ont inventé la chaise électrique au 19è siècle,
au 20è siècle ils ont inventé le cerveau sur une chaise (1).
Tout ça fonctionnant également à l’électricité.
Le béhavioriste Ugo Cerletti inventera « l’abattage électrique ».
 
Comme il faut quelqu’un pour observer le Temps et ainsi le fabriquer, alors une chose ne devient réelle que dans la mesure où elle y est autorisée, manifestée, par le langage humain maintenant extérieur, et donc par rayonnement par le grégarisme, l’égrégore (deux individus forment déjà un « social »).
 
Le Temps n’existe que s’il y a quelqu’un pour l’observer, pas besoin d’un Werner Heisenberg pour deviner que le sujet qui observe l’objet VA LE FAUSSER : Le Vrai cesse d’être vrai dès qu’il est vu. Ainsi les physiciens et les politiciens professionnels fabriquent LEUR univers. AINSI LE LANGAGE EST UN OUTRAGE AU SEUL RÉ-EL. Et l’être humain qui, depuis le siècle des « lumières » et son Encyclopédie des Diderot et Cie., aime tant le langage, la raison, est un horrible serviteur de la Ré-AL-I-té.

Le fait d’écrire, de coucher quelque chose sur un support quelconque, de la pierre en passant par le papyrus jusqu’au livre relié et maintenant dans le virtuel informatique INVENTE DIEU, INVENTE LA CRÉATION : il crée de toutes pièces les choses de ce monde et le monde lui-même, de la même manière que les enfants, qui portent encore en eux la NON-DUALITÉ : ils ne sont pas encore sexués. Un soldat de plomb en tant qu’objet sera nommé un « canon », un « avion », un « sous-marin », un « char », parfois un « soldat », selon les besoins du moment. Alors qu’aux yeux de l’humain cancérisé par la raison, un soldat de plomb est définitivement un soldat de plomb.
On voit ainsi que l’invention d’un objet dépend de l’ego qui fera soit : dans l’indétermination partielle, soit dans la détermination binaire, soit dans la divinisation mouvante, soit dans la définition façon dogme modèle « constante ».
Seulement les enfants se comprennent mieux entre eux et plus rapidement que ne le laisse prévoir, logiquement, l’incertitude de leur langage et, à beaucoup d’égards, leurs relations mutuelles souffrent moins des équivoques de langages que celle des adultes.

Donc, pour inventer une chose, il suffit de l’écrire, ce qu’avait parfaitement expérimenté Ugo Morichini, un astrologue né comme il n’en existe que 3 ou quatre par siècle, en l’état actuel des consciences. Comme déjà mis de nombreuses fois sur le site, voici à nouveau la description de la recherche de Morochini s’inscrivant dans la même idée que Georges Lakhovsky, et décrite par Jean Haab dans : L’Alphabet des Dieux.

« Morichini avait eu l’idée de braquer plusieurs semaines durant une lunette astronomique sur un astre déterminé en mettant à la place de l’oculaire un petit récipient contenant par exemple du chlorure de sodium en solution. Or, au bout de ce laps de temps, le chlorure de sodium ne cristallisait plus en cubes, mais en prismes !
Il répéta la même expérience avec d’autres solutions puis en exposant des cultures microbiennes au rayonnement de telle ou telle planète. Certaines souches moururent, d’autres mutèrent, qu’il fallut détruire.
Ces résultats auraient déjà largement satisfait un chercheur plus modeste. Cependant, Morichini estima que ce n’était pas forcément le rayonnement astral qui provoquait ces résultats, mais la vibration fondamentale de la planète visée qui devait pouvoir être reproduite en replaçant la rayonnement directe par le symbole, c’est-à-dire par la SIGNATURE COSMIQUE de la planète.

Il se mit à l’œuvre dans une cave pour se mettre le plus possible à l’abri des vibrations extérieures et plaça le symbole de Mars, par exemple, sur une nouvelle solution de chlorure de sodium. Au bout de plusieurs semaines, rien ne se produit. Loin de se décourager, Morichini pensa qu’il n’utilisait pas le symbole approprié. Il procéda par tâtonnements et sut qu’il avait trouvé l’authentique signature martienne lorsqu’il obtint grâce à elle des résultats identiques à ceux qu’il avait enregistrés avec la lunette.

Morichini retrouva ainsi les véritables symboles des planètes et des constellations et travailla même les signatures de Hiérarchies. Il prouva en tous cas que le SIGNE peut suppléer ce dont il est la SIGNATURE et qu’il existe une approche intérieure des choses infiniment plus simple et plus directe en réalité que l’approche extérieure, seule connu de la science officielle. Cette dernière a jusqu’ici délaissé les émissions de formes avec lesquelles de petits groupes de chercheurs ont déjà obtenu des résultats remarquables.

Cette conception re découverte par Morichini remonte à quand l’être humain commença à posséder une conscience : la représentation d’une chose est solidaire de la chose qu’elle représente ; la représentation de la chose est liée à la chose qu’elle représente : façonner la figurine d’un objet ou d’une personne, c’est susciter cet objet ou cette personne (statuette d’envoutement). Et la ressemblance n’a aucune importance, puisque c’est plutôt une convention. En Égypte, l’écriture compte autant, car écrire le nom d’une chose ou d’une personne revient à susciter cette chose ou cette personne. L’écrit est lié à la parole, aussi on craint la « mauvaise parole », car le simple fait de dire du mal d’une personne, c’est déjà agir contre elle. La parole est doué d’un pouvoir aussi puissant que l’écrit, sinon plus, aussi il faut savoir s’en protéger. (Voir par exemple les problèmes de maladies psychiques).

Les recherches de Morichini ont un début de prolongement terrestre dans les travaux sur l’Eau par Masaru Emoto.

Le problème de l’onde c’est L’ESPACE-TEMPS, le domaine du spatio-temporel, or la recherche de Morichini est DIRECTE, il n’y a pas de spatio-temporel, on est dans la NON LOCALITÉ, la NON-DUALITÉ : aucun signal et donc aucun espace ou volume entre l'émetteur et le récepteur. La symbolique ou SIGNATURE de la planète EST la Vérité permettant l’ACCORD avec cette planète et le « récepteur ». Cette conception de NON LOCALITÉ, de NON-DUALITÉ est fondamental et bazarde toute la thermodynamique, et ouvre « la Stargate » à nos frères et sœurs de l’Espace. Ainsi une personne Maître en astrologie qui connaît l’exacte signature de telle ou telle planète et sa fonction particulière peut de passer de la quincaillerie électrique de Lakhovsky, ou plus récemment de Antoine Priore, et soigner jusqu’à un cancer.

Dans la mondialisation actuelle due à l’évolutionnisme technologique (liée au capitalisme), l’opinion va fabriquer le MOT, et le quantitatif ou CONFORT (l’anodin) va devenir dogme genre « république universelle », soit devenir essentiel. Alors nous aurons le lien qui relie le CONFORT à cette culture du narcissisme : dans les deux cas, le fait de dire, de pratiquer sa « liberté d’expression » suffit à certifier que la chose était à dire, alors on tient pour assuré que sa pensée est profonde et son opinion décisive, sa vie de première importance, dès lors que tout cela est ÉCRIT (binaire du noir-sur-blanc, ou l’inverse).
À ce stade, je remets en refrain la conclusion de ce qu’écrit David R. Olson dans : L’univers de l’écrit - Comment la culture écrite donne forme à la pensée : « Mais il semble peu douteux que l’écriture et la lecture aient joué un rôle essentiel dans la genèse d’un bouleversement, par lequel nous sommes passés d’une pensée sur les choses à une pensée sur les représentations des choses, c’est-à-dire à une pensée sur la pensée [donc le RE et uns distance entre]. Notre conception moderne du monde et de nous-mêmes est, pourrait-on dire, un sous-produit de l’invention du monde sur le papier » ; et page 220 : « Les signes ont été considérés au Moyen-Âge comme faisant intrinsèquement partie des choses, tout comme leur nom ; au XVIIè siècle, les signes deviennent des ”modes de représentation”. Les représentations finissent par être radicalement distinguées des choses représentées. Pour représenter de manière fidèle, la langue doit être amenée le plus près possible des mots ».

De même que l’on peut fabriquer une chose par le fait de la dire : le Verbe se confond avec l’Acte : « je jure », « je baptise », « je proteste ». Le mot tient lieu de la chose, la constitue en la disant. Dans les cas ci-dessus on est dans l’HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui coule) : on jure sur l’honneur (donc en principe sur l’ego, que l’on crois vierge), on baptise « au nom du Christ » (Imitation de Réalisation du Soi), on proteste par son ego (en son nom propre, que là aussi on crois vierge) et selon son opinion (conviction intime) ; soit toutes garanties EXTÉRIEURES… Nous sommes dans l’HOTC du How to do things with words (Comment faire des choses avec des mots), ce qui est probablement tombé dans les oreilles des MK-Ultra, de ses gens matérialistes qui salissent tout ce qu’ils touchent et autre « chaise de Montauk »(1) de matérialisation de noms-les-formes par moyen électronique, que l’on va d’ailleurs retrouver dans la série Netflix : Stranger Things.
La série Stranger Things développe un nom-la-forme pas « catholique » du tout, et digne des apprentis sorciers de l’Empire USionistan ! Et digne de cette culture généralisée du narcissisme : le moi-je, le narcissisme et ses « droits d’auteurs » : J’ai une idée, géniale bien-sûr, je vais la faire breveté ; j’ai un souvenir intéressant… Dans cette tyrannie de l’opinion et du tout à l’extérieur va se développer le structuralisme et cette mode du social (y compris le behaviorisme) comme si ça n’avait jamais existé auparavant ! Technologie allant bien avec l’ingénierie sociale de pouvoir tous nous contrôler comme des machines…

Cette culture du narcissisme par son principe va fuir le Seul Ré-EL : par complaisance envers son ego, et par totale ignorance du Soi. NOUS VIVONS DANS UNE CIVILISATION DE L’INDIFFÉRENCE, que les judéo-maçons spéculum du GODF nomment : égalité, ou fraternité.
NARCISSISME = INDIFFÉRENCE À L’AUTRE (because mercantilisme), c’est pourquoi le régime républicain judéo-maçonnique développe tant sous toutes formes son « Vivre ensemble » ou son « Unité dans la diversité ».

Le lien entre le langage extérieur, parlé ou écrit, ne peut qu’engendrer la VIOLENCE : les discours ou écrits politiques, réservoir de mensonges et d’outrages verbales, aussi monotone et répétitif qu’inépuisable parce qu’en évolutionnisme permanent. En politique professionnelle le renoncement au Soi est automatique, puisque ce qui est traité désigne d’abord LE RÉSEAU : droits, valeurs, social, etc. Le langage politique fait dans le quantitatif, rien ne transparaît du singulier, AINSI CES GENS PEUVENT ÉMETTRE N’IMPORTE QUOI, DONT LA DOCTRINE TENUE POUR VÉRITÉ, ce qui n’est possible qu’à la condition d’aménager sans cesse les démentis offerts par la Réalité elle-même.
Antonin Artaud disait dans le Pèse-nerfs : « Toute l’écriture est de la cochonnerie. Les gens qui sortent du vague pour essayer de préciser quoi que ce soit de ce qui se passe dans leur pensée, sont des cochons ».
Toute parole fait dans l’idéation et dans l’HOTC : elle en fait trop par son idéation, son vagabondage. Hélas nous sommes bien dans la dimension des MOTS/MAUX, que certains voulurent même matérialiser (1).


Notes.
1. CHAISE DE MONTAUK : Début matérialiste et capitaliste de l’exploration des possibilités du cerveau humain et de ses types « d’énergie ». Une personne douée de clairvoyance, ou un yogi, ou un bouddhiste tibétain, tous doués de capacités supranormales qu’apporte la clairvoyance, et la précognition, pouvaient facilement matérialiser à partir de leur mental des images visibles ou des objets solides (densification de l'énergie éthérique en particules matérielles), et visibles par l’extérieur, par les autres personnes, grâce à un bidouillage (la chaise) transformant les signaux bio-électriques de la pensée et de ses noms-les-formes. Avec cette « chaise » amplificatrice le clairvoyant pouvait, ou ne pouvait pas faire apparaître DANS L’INSTANT un nom-la-forme, et ce nom-la-forme pouvait aussi apparaître à un autre moment de la journée, ou le lendemain. Il y avait alors comme une possibilité illusoire de transporter ces noms-les-formes dans le « temps ». Si bien que cette « chaise » à Montauk donna l’idée de poursuivre des recherches pour « explorer le temps », donc encore et toujours le mental, et ici à l’extérieur, ce qui renvoie au pouvoir Siddhi de l’Inde. Pouvoir Siddhi ou MAGIE, mais de ce fait tombe dans la dualité (2)… Tombe surtout dans le dramatique pourvoir ou Pour-Voir…
Cette chaise me semble du même Thème que le Chronoviseur
On retrouve des utilisations de la chaise de Montauk, à la fin de la série télé Stargate SG1 et au début de sa suite Stargate Atlantis.

RAPPEL : La chaise de Montauk s’inspire directement de la traditionnelle Alchimie, puisque tout est dans le mental : « Tout ce qui est observable est symbolique [et fabriqué], par conséquent tout ce qui est symbolique est observable [puisque fabriqué] ». Mais si l’Adepte veut « voir » au final le « Symbole suprême du symbole », soit le Soi, il tombera dans la dualité sujet-objet !!! Le Réalisé vivant ne con-temple plus : IL EST, il n’agit plus avec le temple (con-temple), les portes du Temple sont grande ouvertes.

La chaise de Montauk est une matérialisation de ce qu’écrivait Shakespeare : « Les choses sont faites de la même substance que les rêves », qui renvoie au symbole observable cité ci-dessus, qui renvoie à L’IRRÉEL « trop réel », tel que peut l’émettre un Nilakanta Sri Ram, quand il écrit : « Bien que l’indivisibilité soit la marque de l’esprit, les gloires de l’Unité peuvent seulement se manifester par la dualité ; la différentiation est nécessaire pour éveiller l’amour et la compréhension ». Si seulement la dualité permet cela, C’EST LA GUERRE PERMANENTE.
Comme termine son livre Synthèse et Temps Nouveaux, Jean Coulonval écrit le 1er décembre 1978 : « Le « Trois », seul, fait la synthèse et la Paix. Le « Deux » établit nécessairement la dualité et les conflits. La « Trinité », c’est la Paix, en chaque individu, entre individus et entre nations. Le « Deux » c’est la guerre ».
IRRÉEL : ce que de nos jours on prend pour le Réel, puisque projection ou réitération du Divin, soit la manifestation ou unification par le mental humain, le songe.

Le chercheur en parapsychologie Dean Radin a testé la conscience (le mental) et son action à l’échelle « quantique » en Californie à l’Institut des sciences noétiques. Des expériences montrent que des clairvoyants et des méditants sont capables d’influencer le résultat des « fentes de Young » : dualité onde-corpuscule, soit l’une soit l’autre selon « l’âge du capitaine »… Le clairvoyant se comporte comme un détecteur, un observateur par la pensée sur l’état du photon, le forçant ainsi à adopter le comportement d’une particule. Expérience répétée un grand nombre de fois, et sans erreur.
Comme en Alchimie de labor-oratoire, ce que de nos jours on nomme « paranormal » naît bien des interactions de l’ego ou mental et ainsi par la fabrication du domaine du subtil, et de ses dimensions à l’infini. Voir notamment les sept chakras, centres énergétiques permettant l’interaction entre le mental ou corps, et l’environnement. Environnement ou extérieur issu d’autres mentaux : énergie du prâna, des corps subtils aussi sensibles aux vibrations des sons, d’où l’importance des mantras (formules) dans la méditation.
Interactions entre mental et « environnement » est décrit depuis des millénaires dans des textes comme les Yoga-Sutras de Patanjali. En téléchargement pdf ici.

2. MAGIE : Le nom-la-Forme : le signifiant était lié au signifié, le mot à l'être ou à la chose qu'il signifie. Écrire le nom d'une personne ou d'une chose, c'était susciter cette personne ou cette chose, et à l'inverse, détruire le nom abhorré ou sa représentation équivalait à détruire l'être ou la chose elle-même.

Comme le disait souvent Ramana Maharshi à propos de tout pouvoir : magie ou pouvoir surnaturel comme le siddhi, les facultés supranormales (comme l’utilisation des Devas, faire apparaître quoi que ce soit, etc.) ne doivent jamais être recherchées pour elles-mêmes, car elles sont une distraction sur la voie de la Réalisation du Soi ou Vraie Libération.
Quand la possession ou ego disparaît, alors apparaissent les Trésors telle que le laisse entrevoir la Stargate (y compris dans la série télé…). Mais l’ego, le INNÉ-IGNÉ fait que chacun est lui-même la Vérité puisque le Soi, et le Sentier qu’il suit, le Inné-Igné, se projette naturellement à mesure qu’il « avance », selon son Inné-Igné, et ce qu’il EST dans le TOUT.
 
 

Dernière mise à jour : 30-10-2017 00:17

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >