Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Colle Forte
Colle Forte Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 24-11-2017 02:08

Pages vues : 2466    

Favoris : 271

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Appareil, Banques, Brighton, Capitalisme, Chimère, Chrétien, Christ, Civilisation, Diable, Dualité, Eau, Ego, Empire, Évolution, Fractale, Gentil, Goulag, Gratuit, Guerres, Histoire, Huile, Instant, Juif, Laïcité, Langage, Liberté, Loi, Loser, Lucifer, Lumières, Maçon, Mahométan, Médecine, Mental, Microbes, Multiculturalisme, Musiques, Opinion, Orgie, Ouvrier, Païens, Paix, Pierre, Peste, Porc, Porte, Radicalisme, Raison, Réalité, Religions, République, Réseaux, Sacrifice, Satan, Seuil, Simple, Socialisme, Société, Sommeil, Spiritualité, Technique, Templiers, Terrorisme, Transhumanisme, Universel, Valeur, Vaisseau, Vérité, Vin, Winner

 
colle_forte220.jpg
 
 
Colle Forte
L’ego ou Attachement sujet-objet.
L’extérieur-attachement.
La laïcité est une très bonne colle forte
qui travail au corps du consommateur.
Aussi est-il nécessaire pour le
régime républicain de séparer le
consommateur de sa Liberté naturelle
pour mieux le posséder par la City.
 
 
Tant que les cinq sens et le me(n)tal (plomb si lourd) est dirigé vers les objets extérieurs, il est impossible de regarder à l’intérieur (le plomb opacifie mais constitue bien le ‘je’ ou base la plus modeste d’où puisse partir le Sentier de la Libération). Phase difficile à franchir qui correspond à un renversement total des objectifs dans la personnalité (surtout celui qui se dirige vers l’Alchimie). Le résultat est le « Connaître toi-même par toi-même ». Il y aura alors à distinguer l’authentique découverte de soi et l’égocentrisme si présent à notre époque si mercantile. De toute façon, le « Connaître toi-même par toi-même » est un état qui transcende l’individualité, qui résout l’antique dilemme Individualisme-Collectivisme.
L’ego isole, le « moi je » isole des autres, alors qu’une vraie conscience de soi permet de ressentir sa juste place dans la relation à l’autre.
 
Une vision claire et immédiate de la Réalité demande un autre mode de fonction mental que ce mode du triomphe de l’opinion.
Généralement, quand une information est reçue, les spéculum en loge ou au grand jour spéculent puis déclenchent une action automatiquement emprunte de subjectivité ou opinion.
Nos actions et nos pensées viennent doublement de l’EXTÉRIEUR : ce qui est extérieur au corps, et d’autre part par tout ce qui lui étant intérieur, est extérieur à la Conscience : le mental incluant inconscient et subconscient. Toute pensée courante et toute action résultent d’une interaction entre ces deux entités externes.

Une conscience pure n’a plus d’action basée sur l’intérêt personnel ; les choses se passent comme : « Je vois, je sais que je pourrais agir, j’agis pour l’autre et sur sa demande ».


En Sommeil profond, sans rêve, chaque être humain retourne « dans son Cœur » et est baigné de la Lumière de l’Essence.

« Il faut qu’il y ait un endroit pour des excursions ; et cet endroit ne peut que se trouver en dehors de soi-même. Ce qui n’est pas possible dans la véritable nature du Soi. […] L’écran de cinéma [ou maintenant celui de l’écran informatique] n’est pas conscient et a donc besoin d’un spectateur, alors que l’écran du Soi inclut le spectateur et le spectacle, ou plus exactement, il est tout lumière » (Ramana Maharshi, entretien 635).

À l’entretien 617 : « Le Soi est sous-jacent à toutes les expériences. Il est leur témoin ainsi que leur support. La Réalité est donc différente dans les trois états, veille [synonyme du ‘je’ ou ego], rêve et sommeil profond ».

Entretien 520 :
- Maharshi : Vous dites que vous vous trouvez  sur le plan physique en ce moment [état de veille]. Sur quel plan vous trouvez-vous en sommeil profond ?
- Question : Je crois me trouver encore sur le plan physique.
- Maharshi : Vous dites « Je crois ». Vous dites cela maintenant, en étant éveillé. Ainsi, vous admettez que vous existiez en sommeil profond. Est-ce juste ?
- Question : Oui, mais je ne fonctionnais pas alors.
- Maharshi : Donc, vous existiez en sommeil profond. Et vous êtes le même qui continuez à exister. Est-ce vrai ?
- Question : Oui.
- Maharshi : Avec cette différence, toutefois, que vous ne fonctionniez pas dans votre sommeil. Plus exactement, vous êtes associées à la faculté de penser en état de veille et vous en êtes dissociée dans l’état de sommeil. N’est-ce pas ?
- Question : Oui.
- Maharshi : Quelle est alors votre nature réelle ? Est-elle associée à la faculté de penser ou bien d’en être dissocié ?
- Question : Je saisis maintenant. Mais je n’étais pas conscient de mon existence dans le sommeil.
- Maharshi : Vous dites cela maintenant. Vous ne le dites pas dans votre sommeil. Ou bien niez-vous votre existence pendant le sommeil ?
- Question : Non.
- Maharshi : Cela revient à dire que vous existez dans les deux états. L’existence absolue est le Soi. Vous êtes également conscient de l’Existence. Ainsi, cette Existence (sat) est aussi Conscience (chit). Telle est votre nature réelle.
- Question : Mais penser est nécessaire, même pour la Réalisation.
- Maharshi : Ce « penser »-là a pour but d’éliminer toute autre pensée.
- Question : En raison de mon ignorance, je ne réalise pas l’existence-conscience absolue.
- Maharshi : Qui est le ‘je’ ? De qui est l’ignorance ? Les réponses à ses questions suffiront à vous prouver que vous êtes déjà réalisé. Y a-t-il quelqu’un qui nie sa propre existence ? Ou bien qui affirme qu’il n’existait pas dans le sommeil ? Ainsi, la pure existence est admise. Cette admission implique aussi la conscience. Tous les hommes sont des réalisés. Il n’y a aucun homme qui soit ignorant.

Le questionneur croit qu’en l’état de Réalisation l’être humain étant un non-désire (non-dualité il « cesse d’être humain ».
- Maharshi : Vous admettez votre existence dans le sommeil. Vous ne fonctionniez pas alors. Vous n’étiez conscient d’aucun corps. Vous ne vous limitez pas à ce corps-là. Vous ne pouviez donc rien trouvez qui fut séparé du Soi.
Actuellement, à l’état de veille, vous poursuivez la même existence mais en la limitant au corps. Cette limitation vous fait voir d’autres objets. De là naît le désir. Mais l’état sans désir du sommeil ne vous a pas rendu moins heureux que maintenant. Vous n’éprouviez alors aucun besoin. Vous ne vous sentiez pas malheureux parce que vous n’éprouviez aucun désir. Maintenant, vous éprouvez des désirs parce que vous vous êtes limité à cette forme humaine. Pourquoi tenez-vous à conserver ces limitations et à continuer d’éprouver des désirs ?

Votre corps vous dit-il qu’il est là ? C’est certainement quelque chose d’autre, distinct de votre corps, qui est conscient. Qu’est-ce que c’est ?
Dites-vous que c’est le ‘je’, en pensant à l’ego qui s’élève en même temps que l’individu se réveille ? Qu’il en soit ainsi. Le corps n’est pas conscient. L’absolu ne parle pas. L’ego le fait. On n’aspire pas à la Libération dans le sommeil. L’aspiration s’élève seulement à l’état de veille. Les fonctions de l’état de veille sont celle de l’ego, lui-même synonyme du ‘je’ [le plomb cité plus haut]. Découvrez qui est ce ‘je’. Si vous faites cela et que vous demeurez en tant que ‘Je’, tous ces doutes s’éclairciront ».
Ramana Maharshi, entretien 520.

Colle très forte de l’opinion ou extérieur :
« Vous parlez du monde et des événements qui s’y déroulent. Ils ne sont que des idées en vous. Ces idées sont dans le mental [si développé par la mode de la « raison » des perruques poudrées du 18è siècle]. Le mental est en vous. Donc le monde est en vous ». (Ramana Maharshi, entretien 487).
 
 

Dernière mise à jour : 24-11-2017 02:19

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >