Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Les contes de Fay
Les contes de Fay Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 26-11-2017 20:33

Pages vues : 1803    

Favoris : 221

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Appareil, Banques, Brighton, Capitalisme, Chimère, Chrétien, Christ, Civilisation, Diable, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Empire, Estragon, Évolution, Fractale, Gentil, Goulag, Gratuit, Guerres, Histoire, Huile, Instant, Juif, Laïcité, Langage, Liberté, Loi, Loser, Lucifer, Lumières, Maçon, Mahométan, Médecine, Mental, Microbes, Multiculturalisme, Musiques, Opinion, Orgie, Ouvrier, Païens, Paix, Pierre, Peste, Porc, Porte, Radicalisme, Raison, Réalité, Religions, République, Réseaux, Sacrifice, Satan, Seuil, Simple, Socialisme, Société, Sommeil, Spiritualité, Technique, Templiers, Terrorisme, Transhumanisme, Universel, Valeur, Vaisseau, Vérité, Vin, Winner

 
dragon_chine.jpg
 
 
Les contes de Fay
ou de Fées désignant le Connaissant
et non plus le croyant,
le Hêtre, du francique : Hester (jeune arbre),
Hêtre ou Fag, Fou en ancien français,
soit le ÊTRE en son êtreté originelle
(H : jonction de Ciel et Terre ou
Yoga, Réalisation du Soi).
Le Connaissant ou Druide, du celtique
dru (fort) et racine vid (savoir).
 
 
 
anipucsac1.gifVoir aussi la page : Dragon Estragon et Vibrations rouges-vertes

FAY : aussi écurie, étable (voir où est né « l’Enfant Jésus »…). Et FÉE : espèce de démon, femme à qui l’on attribuait un pouvoir extraordinaire, écrit le Glossaire de Du Cange.
En français du Moyen-Âge nous avons : fei, foi : croyance, fidélité envers son suzerain, parole ou engagement de fidélité, confiance, loyauté, ami, etc. Feiaul : vassal, sujet. Feignas : lieu planté de Hêtres ; Feignement : prétexte, feinte (feindre). Feilliée : tas de branches d’arbres avec leurs feuilles. Feillier : fagot d’épines, de bruyères. Fel : perfide ; et Felenier : irriter ; dérive vers félonneusement : fortement, avec vigueur, etc.
À rapprocher de Feie : foie (organe). À rapprocher de fe, fed, du latin fatum : démon, diable, homme de basse condition, fée, sorcière : qui peut donner feble, foible, feule, flebe : faible (manquant de force), faiblesse (feblece, qui sonne comme fée-blesse) ; dérivant vers feignant, foinoient : paresseux ; et feim : fumier (femer, fumer) ; fein (foin) ; feindre : simuler, montrer de la molesse, être paresseux ; feignement : tromperie, dissimulation, etc. Feable : à qui on peut se fier.

Les deux interdits majeurs de la communauté humaine qui ne sont plus maintenant interdits :
CANNIBALISME MODERNE = LE CAPITALISME et SATURNE, l’OGRE (HOTC, Histoire-Opinions-Temps qui coule) QUI BOUFFENT TOUT.
INCESTE MODERNE = RELATIONS SEXUELLES ENTRE DES PERSONNES « PROCHES » (de nos jours entendre ”du même sexe”).
 
MATÉRIALISME : celui du monde du SORT (par sa laïcité entièrement tourné vers le matérialisme destructeur). Sort : celui qui sort, du latin sors : objet mis dans l’urne pour « tirer au sort ». En Vénerie un oiseau qui n’a pas mué est « sors », à rapprocher de Sort (sourd), et Sors, ou Sorz (sorcier, sorcellerie, bourreau) d’après le Glossaire de Du Cange.

Le héros d’un conte de Fay n’est pas celui de Hollywood : il n’est ni le fils au moulin du studio (plan matériel ou physique), ni le fils du Faire/Fer (plan émotionnel, affectif) ; qui font de ces deux plans un rapport avec l’A-Chat  : voir le conte de Fay : Le Chat Botté, le filius, soit le vocable français en « ils ». Le Chat Botté n’est pas de chez Hollywood ! Tant ce Chat est déjà un Réalisé à lui tout seul. Réalisation : Réal-I (I réel, « royal », c’est-à-dire apte à a Re-production, à l’I-MA-GE ou lien avec l’Axe I de la Création ou Principe Originel Universel.
AMOUR = GRATUITÉ.
INSTINCT = ÉGOCENTRISME ET A-CHAT. INSTINCT = OUTIL.


FILUIS : « la difficulté de vivre et d’affirmer ses propres sentiments aboutit à FIGER LE LIEN AVEC SES PARENTS [donc le renforcer], à lui donner une permanence qui empêche toute délimitation. Car les parents ont trouvé dans le faux-soi de l’enfant [ego égaré qui ne trouve plus son propre ego, ego ”fantôme”] la confirmation souhaitée, un substitut de la sécurité qui leur fait défaut, et de son côté l’enfant, qui n’a pu construire son propre sentiment de sécurité, est consciemment d’abord, puis plus tard inconsciemment, dépendant de ses parents [c’est moi qui souligne]. Il ne peut se fier à ses propres sentiments, n’en a aucune expérience, il ne connaît pas ses vrais besoins, il est, au plus haut degré, ÉTRANGER À LUI-MÊME. De ce fait, il est incapable de se séparer de ses parents et reste, à l’âge adulte, tributaire de la confirmation de personnes qui vont le représenter, comme leur partenaire, des groupes et, SURTOUT, ses propres enfants. Les souvenirs inconscients, refoulés, qui nous obligent à nous dissimuler à nous-mêmes notre Vrai Soi [plutôt le vrai ego et pas celui du voisin ou du héros de la télé] sont les successeurs de nos parents [pas encore « coupé le cordon ombilical »]. Et c’est ainsi que succédera, à notre solitude dans la maison paternelle, un ISOLEMENT INTÉRIEUR », écrit, en trop généralisant, Alice Miller.
Oui, moi aussi, dés le départ j’ai été « un petit adulte », ON A VOLÉ, EN PARTIE, MON ENFANCE.
FAUX SOI (ou faux ego) : L’ENFANT DÉVELOPPE QUELQUE CHOSE DONT LA MÈRE A BESOIN, et qui à cette période va comme « lui sauver la vie » (l’« amour » de sa mère ou de son père) mais risquera de l’empêcher, jusqu’à la fin de ses jours, d’être lui-même. « En pareil cas, les besoins naturels de l’enfant, correspondant à son âge, ne peuvent être intégrés, mais écartés ou refoulés. Plus tard, cet individu vivra dans son passé. Sans le savoir », écrit Alice Miller.

Comme nous vivons de plus en plus dans une société du winnérisme, mépriser le loser, le plus faible ou le pauvre est le meilleur rempart contre l’irruption du sentiment de sa propre impuissance, et en même temps l’expression de la faiblesse dont on s’est dissocié par sécurité. LE MÉPRIS EST L’ARME DU FAIBLE ET LE FUSIBLE CONTRE DES SENTIMENTS ÉVOQUANT SA PROPRE HISTOIRE. « Et à l’origine de tout mépris; de toute discrimination, se trouve le pouvoir exercé par l’adulte sur l’enfant, un pouvoir plus ou moins conscient, incontrôlé, secret, et toléré par la société (sauf en cas de meurtre ou de graves sévices corporels). L’adulte est libre de faire ce qu’il veut de l’âme de son enfant, il la traire comme si elle était sa propriété », écrit justement Alice Miller.

Qu’est-ce que c’est le « Connaissant » ? Il est celui qui ne croit plus (notamment en ses parents)  : « L’âme devient par Connaissance sans connaissance » (rappel Maître Eckhart). NE PLUS CROIRE = GRATUITÉ, DÉLIVRÉ DU MENTAL et ADHÉSION À L’INSTANT, comme le Chat Botté n’ayant aucune valeur aux yeux du Marquis de Carabas…

RAPPEL : les contes de Fay et les rêves sont de retour en force à la fin du 19è siècle si matérialiste et rationnel ; de même qu’il y a un renouveau de l’Hermétisme et de l’Alchimie dès la fin du 18è et le début du 19è siècle. Voir la science des rêves qui commence à se « rationaliser » avec Charcot, Bernheim, Janet, etc. Le philosophe Bergson réhabilite l’intuition et a boulversé la vision mécaniste des encyclopédistes de 1789. On redécouvre « l’inconscient » grâce à Carus, Schopenhauer, Hartman et autres ; même Sigmund Freud se met aux rêves. On entrait dans un winnérisme ou optimisme niais qui colle encore actuellement, surtout chez les existentialistes, les hégélianistes, les marxistes et le scientisme genre transhumanistes pour coller à l’opinion à la mode.
WINNÉRISME, TRANSHUMANISME = GRANDIOSITÉ ET MYSTIFICATION : société du spectacle, être admiré, ne pas pouvoir vivre sans cette admiration qui va donner cette culture du narcissisme. ÊTRE ADMIRÉ donc dépendre uniquement des autres en cette société totalement marchande.
WINNÉRISME, TRANSHUMANISME = IVRESSE DU SUCCÈS ou BAUME SUR SES VIEILLES BLESSURES.
Sous la poussé mécaniste des encyclopédistes et tueurs de curés de 1789, où transparaît déjà le winnérisme, la seconde moitié du 19è siècle devient hygiéniste à l’extrême et par là même en profite pour développer ses bagnes pour petits et grands (pas de vagabonds ni de « terroristes » dans nos villes et nos villages ! Protégeons nos banques !). On refoulait donc tout ce qui était instinctif et naturel (par exemple la masturbation « ça rendait aveugle »). Suppression de la vie sexuelle surtout faisant ses ravages dans le monde anglo-saxon (voir le cas d’Oscar Wilde).

Concernant le régime républicain français et même de tous les régimes qui se disent « démocratie », en voulant « combattre la haine » (au lieu de combattre l'argent), leur chefferie se comporte exactement comme une pure dictature. Parce que comme le précise judicieusement Alice Miller (dans Le drame de l’enfant doué) : « L’avenir de la démocratie dépend de cette démarche individuelle [du « Connaître toi-même par toi-même »]. En appeler à l’amour et à la raison restera vain tant que nous nous interdirons de tirer au clair nos sentiments d’enfant. Il est vain de tenter de combattre la haine par des arguments [et à coups de lois] : il faut comprendre où est la source source et employer les outils permettant de l’éteindre ». Elle écrit aussi cette justesse : « La haine gratuite, transférée sur des innocents est sans fin. Elle ne peut jamais s’éteindre ».


DRAGON-ESTRAGON.

« Le symbole du Dragon, aussi bien phallique que féminin [Dragon volant, Dragon terrestre], exprime toujours quelque chose de tout puissant et de terrifiant, qui est à vaincre. Seul, celui qui triomphe du Dragon est un héros. C’est à lui que revient le trésor, le joyau inestimable », écrit Ania Teillard, dans : Ce que disent les rêves - Le Symbolisme du Rêve.
Dragon : image archétypique de la libido ; voir les ; Sphinx, baleine (Jonas), etc.

Ania Teillard citant Artémidore écrit que le Dragon vu en songe signifie aussi le temps, « Parce qu’il est long et ondoyant, le Dragon signifie aussi le temps. Il se rapporte enfin aux richesses et fortunes [le gardien des trésors cachés].
Ania Teillard précise bien que le Dragon c’est l’ego : « Le dieu inconnu qui est en nous ! Si le Dragon, ce grand maître des enfers, roi du temps, protecteur des trésors, daigne nous adresser la parole, cela signifie que nous sommes en bons termes avec les puissances de l’inconscient.


LE SOI OU INSTANT.

Le Soi ou Instant et tout autre chose que l’actuel individualisme qui règne surtout en Occident où l’ego est devenu le tyran moderne. L’Individuation, mot qui sonne mal et qui devrait être remplacé par Réalisation (de soi), signifie la redécouverte de sa Vraie Personne, qui n’a plus a subir les projections inconscientes de son Dragon ego, et qui ainsi sans se perdre, peut s’unir au monde. Le Réalisé (l’individué dirait un psychiatre du courant C.G. Jung) ne projette plus façon « fin des temps » (si cette « fin » arrive, ce sera bien la fin du monde… le « Circulez ya plus rien à voir »…). Le Réalisé vivant n’extériorise pas des parties séparées de son mental, mais les rassemble autour d’un point central, le Soi ou Instant : LE POINT SUR LE I. Graphiquement ça se symbolise par la ROUE (Ouroboros, Cercle ou Unité primordiale, Infini, Serpent cosmique se nourrissant de sa propre substance comme Ptah naissant à lui-même), la ROSE, le TORE. La Réalisation échappe à toute compréhension rationnelle.
En un seul mot qui les résume tous : SPONTANÉ.

SPONTANÉ.
Instantanéité du mental, donc indépendance des sens ou corps, et Amour du Principe Originel Universel.
Indépendance des fonctions sensorielles, donc de l’opinion, signifie qu’il n’y a plus d’obstacle à la perception VRAIE : icelle est dans l’Instant, la Vérité, tout comme l’action. Le conducteur du Vaisseau ou Vase a repris le contrôle du Vaisseau ou Vase.
Finalement, le domptage du Dragon ou des sens permet, par la Réalisation ou Connaissance de la cause première des émotions, des opinions comme des événements, de mieux en prendre ses distances (il est plus facile de courber un arbre jeune plutôt qu’un arbre centenaire !).

TOUT RESTE DE DRAGON OU EGO FAIT ÉCRAN.
En permanence la question : « Qui suis-je ? ». Mais si je réponds : « Je suis cela ! », je retombe dans la dualité sujet-objet, je retombe dans le mental conceptualisant. Si la Réalisation ou omnipotence est encore semé de la moindre parcelle d’ego, elle va retomber dans l’ego AMPLIFIÉ PAR LE POUVOIR (fierté de posséder ces pouvoirs et attachement à iceux). Comme le précise Le Secret de la Fleur d’Or : « Si l’on s’attarde sur le vide de la vacuité, c’est que la vacuité n’est pas encore vide. Un esprit vide et qui ne pense pas à sa vacuité, voilà ce qu’on appelle la Véritable Vacuité ».
VACUITÉ = RONCE (couronne d’épines) ; la Ronce aime particulièrement ce qui est Vide (même Thème que l’ARAIGNÉE…). RONCE = ESPACE VIERGE (”terre des épines”, expression sémitique et chrétienne pour exprimer une terre sauvage non cultivée, non « civilisée »).

La Réalisation du Soi ou SPONTANÉITÉ c’est vivre dans UN ÉTERNEL PRÉSENT : effet des sucres ou dominos figurant l’ondulation éternelle des Instants « circulant sur le Tout ».
SPONTANÉITÉ = NON DUALITÉ, NON DIFFÉRENTIATION. ALORS IL DEVIENT POSSIBLE DE DISTINGUER UNE DIFFÉRENCE SI SUBTILE QU’ELLE SOI, définition de LA VRAIE CRÉATION. Toute répétition, tout cliché ou poncif ou idée reçue, dans la saisie ou l’expression disparaissent : TOUT EST ADAPTÉ À L’INSTANT. De là on rejoint le PARADOXE DE LA RÉALISATION DU SOI : le Principe Originel Universel ne peut être perçue qu’à travers ses « doubles » ou manifestations, des plus grossières aux plus subtiles. En  d’autres mots, rechercher sa propre identité est paradoxale car il est imposSible de pouvoir identifier ce qui est le Seul réel, car il est précisément ce qui, pour être sans double, demeure réfractaire à toute prise d’identification. On ne peut donc le per-ce-voir qu’à travers ses manifestations, DONC À TRAVERS SON EGO, SON DRAGON, D’OÙ LE TERME DE DRAGONNIER, SYNONYME DE RÉALISÉ OU BIENHEUREUX (chevauchant le Dragon en Chine). On ne peut pas « saisir l’Instant », il est déjà « passé » quand on le réalise dans une action quelconque. Même problème avec : SEUL EST VISIBLE LE FAUX. LE VRAI CESSE D’ÊTRE VRAI DÈS QU’IL EST VU.

Question sociale et politique en étatisme de régime républicain, RAISON = TÊTE ET PHALLUS ET DONC VIRILITÉ (Jung, Freud, Stekel, Allendy). Voir la Pallas Athéna qui a surgi armé du crâne de Zeus et, par là, représente la fonction créatrice pure du mental.
TÊTE = PÈRE, CHEFFERIE, PHALLUS, MENTAL, ARMES. LA GUILLOTINE DE 1789 CHÂTRE, COUPE LA GÉNÉRATION.

LIBERTÉ, LIBÉRATION = LIBÉRATION DE L’OPINION : l’ego ne déforme plus sur son passage ni les perceptions, ni les paroles, ni les actions : le mental est nettoyé, incolore, TRANSPARENT (Vraie Télépathie). Sans dualité sujet-objet ou cause-effet ou relation intérieur-extérieur, il n’y a plus aucun attachement, même à une « bonne cause ».
RÉALISATION = NE PAS NAÎTRE EN CE MONDE : « Je leur ai donné ta parole et le monde les a haïs, parce qu’ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde. Je ne te prie pas de les enlever du monde, mais de les garder du Mauvais. Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde ». (Jean 17, 14-16).

Libéré de l’opinion : l’être humain doit trouver un soutien uniquement en lui-même s’il ne veut pas devenir le jouet des divers intérêts et idéologies toutes devenues MARCHANDES. Ainsi, pour vivre sans dépression ni dépendre des marchands de drogues légales ou illégales, il est salutaire et maintenant urgent de trouver sa Source dans le Soi.

RÉALISATION : VIVRE LE TAO OU INSTANT : LA LUMIÈRE BLANCHE (Centrum Centri des sept Couleurs de l’Arc-en-Ciel). « Dieu brasse dans les deux sens » écrivait Jean Coulonval (Synthèse et Temps Nouveaux) ; Yin et Yang sont ces deux brassages Involution-Évolution : il n’existe plus de distinction sexuelle (qui n’a rien à voir avec le grégarisme égalitarisme actuel se mettant en place si sournoisement).

Ania Teillard a raison d’écrire que l’être humain actuel : « Détaché plus ou moins de l’Église et des lois qui le guidaient autrefois, l’homme moderne est à la merci des forces élémentaires qui sont en lui et ne sait pas les maitriser », avec cette culture du narcissisme qui demande ses spectateurs, plus que jamais cet humain là ne sait pas maîtriser son Dragon ! Le « détaché de l’Église » est aussi valable pour les deux autres religions abrahamistes (judaïsme et sa mouture le mahométisme).
Mieux nous connaissons l’histoire intime de notre vie, mieux nous pourrons détecter les innombrables manipulations, d’où qu’elles viennent ; elles seront désormais de plus en plus nombreuses en vertu de la libre pensée qui venait de triompher, et par là même signait son arrêt de mort, car il est naturellement impossible pour un étatisme qui se dit « démocratie » de gouverner en reconnaissant à chacun le droit de ne pas être d’accord.
« Vouloir être ou faire comme ”tout le monde” » c’est se trahir soi-même, et c’est aussi une définition du GRÉGARISME ACTUEL si présent, si collant.


Civilisation actuelle totalement idiote qui mélange le patriarcat abrahamiste avec le matriarcat maternel-matrice du tout béton de l’urbanisation de la planète : dans l’Ancien Testament les villes sont appelées des vierges, et à Babylone des prostituées, allusion à la guerre contre les Païens déclenchée par les Hébreux-Juifs et leurs prophètes et reprise par les Chrétiens de l’Église de Rome.

EGO : Egg (œuf en anglais) et G de Ground et Glèbe ; et O (Eau primordiale). ŒUF : Soi (‘Je’) et soi (‘je’) vont ensemble.


 
 

Dernière mise à jour : 26-11-2017 21:33

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >