Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Sacrifice
Sacrifice Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 04-12-2017 00:59

Pages vues : 1725    

Favoris : 225

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Appareil, Banques, Brighton, Capitalisme, Champignon, Chimère, Chrétien, Christ, Civilisation, Diable, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Empire, Épine, Estragon, Évolution, Fractale, Gentil, Goulag, Gratuit, Guerres, Histoire, Huile, Instant, Japon, Juif, Laïcité, Langage, Liberté, Loi, Loser, Lucifer, Lumières, Maçon, Mahométan, Médecine, Mental, Microbes, Multiculturalisme, Musiques, Opinion, Orgie, Ouvrier, Païens, Paix, Pierre, Peste, Porc, Porte, Radicalisme, Raison, Réalité, Religions, République, Réseaux, Sacrifice, Satan, Seuil, Simple, Socialisme, Société, Sommeil, Spiritualité, TAO, Technique, Templiers, Terrorisme, Train, Transhumanisme, Universel, Valeur, Vaisseau, Vérité, Vin, Winner

 
serpvigie440.jpg
 
 
Sacrifice
Oblation (proche d’ablution et même sens)
Amorcer la Pompe
et problème économique
depuis 10.000 ans

Sacrifice : ce qui coûte cher et chère et chair(e).


Notre monde CANNIBALE.
 
 
SACRIFICE, SACRIPANT : étymologie de Saint (sain) : se laver de tout soupçon, se laver de tout péché, être pur. Voir la page : Prière de la Pureté.
SACRIPANT : le vaurien, celui qui ne vaut rien pour la City de Londres et ses banques, il ne rapporte rien, il n’est pas rentable, pas compétitif ; bref il est un loser, un « terroriste » qui ne rapporte pas au régime républicain et à ses « valeurs ». Il n’est même pas un veau qui suit le troupeau. Il est loser naturel : un DÉVERGONDÉ… Sûr que le « Vaurien » ne travail pas « à la sueur de son front » de ce Thème de la Voie de l’Agriculture QUI RAPPORTE DU BLÉ !
Non, non, le Sacrifice, ce n’est pas : « Si je fais ceci ou cela, qu’est-ce que ça me rapporte ? », « quels fruits ça va me donner ? », ou « Qu’est-ce que ça me soulage ? ». Cela est seulement le « sacrifice marchand »… celui du salariat ou burnaouté… celui du Salut (la méritocratie du Paradis, la méritocratie du céréalier).
Le type qui nourrit et entretien le psychiatre en analyse interminable par la force de l’Être fait un sacrifice marchand : en récolter les fruits de sa « libération ». Le psychiatre devient une sorte de Carotte pour le faire marcher et faire marcher le tiroir-caisse des deux.
 
SACRIFICE : ateberta (oblation) en gaulois. Possiblement à partir du vieil irlandais edpart, du gallois aberth, du vieux breton, aperth, du breton aberzh, composé du préfixe ate- « re- »  et du thème bert- issu de la racine indo-euro. bher (porter). (Réf. Dic. Français-Gaulois, de J.-P. Savignac).

Le Sacrifice est du Thème de la GRATUITÉ (abandon, don, soumission et dévouement). Le Sacrifice est du Thème de la PUTRÉFACTION : RENONCEMENT [RENOIERIE]/DIGESTION/ABANDON ; bref, CE QUI VAU-RIEN.
Faire acte de renoncement. Le Labour Alchimique se résume en un mot : PUTRÉFIES ! PUTRÉFACTION = ŒUVRE AU NOIR et les Celtes vénéraient le noir puisqu’on part de l’intérieur pour aller vers l’extérieur (les Chrétiens et physiciens ”laïques” font le contraire en partant de l’extérieur, la lumière, le visible, le mesurable, pour aller vers l’intérieur (le senti-ment, le mental).
MENTAL : QUI MENT À AL (le Divin, la Croix de AL) : « Sachez que le mental qui les commandes [activités quotidiennes] n’est pas réel, il n’est qu’un fantôme [reflet] procédant du Soi. Voilà comment le mental peut être détruit » (Ramana Maharshi, entretien 76).
Laisser un grand repos à son intelligence ; la LAISSER DIGÉRER. LACHER PRISE/FLUIDE/COULER/COLON.
Rejoins le Wou-wei ou Wuwéi de la Taoïcité : le "non-agir", ou plus vulgairement : le "lâcher-prise". Tout ce qui se fait spontanément est supérieur à ce qui se fait volontairement. Faire le vide pour faire le plein ! Le Wuwéi est l'état de celui qui a atteint l'Union mystique (comparable au Nirvâna bouddhiste), et en devient un Libéré vivant.

Le Sacrifice s’inscrit dans la dualité pur-impur. Comme écrit sur la page précédente, depuis l’après 1789 LA PROPRETÉ (sain) ET LA PROPRIÉTÉ SONT MÉLANGÉS inextricablement ! Avec l’égalitarisme de la démocratie marchande et capitaliste, comme nous serions tous « roi » (tous purs), tous « spécialistes », tous « autonomes », tous « responsables », nous serions tous « libres », « purs » comme l’air. Selon l’oligarchie anglo-américaine nous serions tous « bien » et « biens » (de consommation et son pouvoir d’achat). Et les « pas biens » ce sont évidemment les « terroristes » à la mode oligarchique de la City de Londres. My God ! Mais alors, pourquoi Monsieur City de Londres qui digérez tout il y encore des guerres et des pauvres sur la Terre ? Et des sans abris et des gens qui meurent de faim ???

Depuis 1789 le « Bien » n’est plus offert à Dieu mais à la City de Londres. Autrefois le Bien offert à Dieu en Sacrifice était souvent brûlé ou détruit, ou intouchable, parce que « propriété » de Dieu, et à ce titre fascinant et redouté. De nos jours le « bien » ne se brûle plus car il a une date de péremption et est « garantie » pendant 1 an minimum (et il est assuré…), comme pour enfoncer le clou qu’il est bien votre possession, comme votre ego….
Comme écris ci-dessus le Sacrifice c’est la Putréfaction, soit le renoncement aux « b(l)iens » terrestres, par amour de la divinité, ou du Soi. Nous avons le vieux poncif occidental et un peu tueur du Règne Végétal du sacrifice d’Abraham et d’Isaac. Évidemment le sacrifice peut devenir mercantile : obtenir quelque chose en échange !
ÉCHANGE MARCHAND : DONNER POUR RECEVOIR UNE ÉNERGIE OU AUTRE. Et c’est comme l’Or ou la « valeur » : plus l’objet matériel offert est précieux, comme offrir une bague avec diamant à sa « bien » aimée (ou bien-aimé), et, en principe, plus en retour on est censé recevoir ; même si la « bien » aimée vous l’envoie à travers la gueule parce qu’elle ne veut pas de vous et le fait savoir ! Un symbole quel qu’il soit, et tout est symbole, est tantôt positif et dans l’Instant peut devenir négatif (envoie de la bague à travers la figure).

Tout symbole peut devenir Sacrifice : un « bien » matériel symbolise un « bien » spirituel, ce qui va alors en faire un marchandage : l’offrande de la cause attire le don de l’effet en récompense, réalisant la dualité sujet-objet en une forme de THERMODYNAMIQUE : ÇA CHAUFFE, DONC ÇA COM-PENSE (balance, peser, et oublier le FLÉAU…).
COM-PENSE : CALCULER, MESURER, QUI VA AMENER LA MAGIE DANS SON SENS NÉGATIF : Pour-Voir ou dualité Matière-Intellect, CROIRE QUE LE MENTAL PEUT AGIR PAR LA MÉDIATION DE LA MATIÈRE SUR L’ÉNERGIE SPIRITUELLE.


SACRIFICE = NOUVEAU MODE D’ÊTRE.

INNÉ et IGNÉ : construire l’Autel, ou Athanor (Croisel) ou Vase (ouverture du U ou V vers l’Unité) c’est la même chose, du Sacrifice : le Labourant et son Vase s’identifient l’un et l’autre, le Labourant EST le Vase ou Athanor-Autel. Par cette TRANSMUTATION le Sacrificateur ou Labourant se construit un NOUVEAU VASE (nouveau corps) ; IL NAÎT UNE SECONDE FOIS ET OBTIENT L’IMMORTALITÉ (après la mort il deviendra « non-mort »), ayant vaincu la dualité sujet-objet ou cause-effet.
RÉALISATION DU SOI-INSTANT = ÊTRE COMPLET. Ce qui se rapproche de cette chanson extraite d’un projet de film : NIS L’ÉGYPTIEN.

- APOPHIS : Qui es-tu… Qui vient là.
(Et Nis s’arrête d’un coup).
- NIS : Je suis Nis l’Égyptien.
- APOPHIS : Es-tu complet ?
- NIS : Je suis complet.
- APOPHIS : Es-tu équipé ?
- NIS : Je suis équipé.
- APOPHIS : Que viens-tu faire ?
- NIS : Reprendre Sataï.
- APOPHIS : Et bien tu périras.
(Nis veut descendre aux Enfers pour récupérer sa bien-aimée Sataï piquée accidentellement par un Serpent).

Selon Mircea Eliade en Inde les Dieux védiques sont soit ignorés, soit soumis aux énergies magiques du Sacrifice. On proclame dés le début que les Dieux étaient mortels (Taitt. Sam. VIII, 4, 2, 1, etc.) ; ils devinrent divins et immortels par le Sacrifice. Le Sacrifice renvoie à une victoire intérieure. Le RITE peut rentrer en jeu, et le RITUEL est particulièrement flagrant dans l’actuelle judéo-maçonnerie née à Londres en 1717.
Rituel vu comme un FEU (celui du Vase ou Athanor). Rituel à voir comme un RYTHME (rien n’est jamais pareil d’un Instant à l’autre). À la fin de l’Œuvre nait la per-sonne : de Per (maison en égyptien) et sonne (vibration), qui se traduit dans la chrétienté par l’auréole autour de la tête des saints, ou âtman en Inde : le Soi, Dieu, etc., ce qui est au-delà de la connaissance et de l’ignorance, donc CE QUI EST, et sans pourquoi. (Entretien 49 de Ramana Maharshi).
SANS POURQUOI ou AINSITÉ : ce qu’aucun nom-la-forme ni aucun savoir ne peut exprimer sans tomber aussitôt dans la dualité sujet-objet ; il n’y a alors ni naissance ni mort. Ainsité ou Soi, le Seul Réel.

SACRIFICE : L’OGRE, SATURNE DÉVORE SES PROPRES ENFANTS : CHRONOLOGIE TUEUSE, HISTOIRE-OPINIONS-TEMPS QUI COULE TUEUR. Lucifer et faire régissant ce monde : le O-géré de O-g-re ou Maître des illusions comme l’est l’O-ligarchie anglo-américaine et son régime républicain. Maître des A-p-parences ou pompe n’ayant aucune racine comme le rêvent les transhumanistes voulant se passer de racines que c’est pas « propre » et c'est encombrant, etc. De plus l’O-g-re est lourd, ignorant et méchant et gonflé d’ego comme cette moderne culture du narcissisme.
L’Ogre du Petit Poucet ou du Chat Botté est ce ministre des Noms-les-Formes qui sera détruit pas le Marquis de Carabas : Celui qui, comme nous tous, EST SUR LE SENTIER (ceux qui ne se croient pas « arrivé », au sens actuel de « réussite sociale » ou de richesse et de Fer/Faire). ET AU-DELÀ DE L’EGO…

Le Sacrifice n’est pas du Thème de 1789 et de son régime républicain !

1789 : naissance du « peuple-roi » ?
Quelle opinion toute faite (préjugé et grégarisme) : les masses ignorantes se croient « éveillées » en désormais distinguant le Roi d’un Paysan ! 1789 et son régime républicain est bien l’arrivée à maturation de cette tyrannie de l’opinion et des préjugés. Le tout confort de l’argent et plus aucun sacrifice : TOUT POUR MOI (”Enrichissez-vous”) ou LIBÉRALISME !
Rien n’a changé depuis 1789, le préjugé est toujours en place solidement : le roi c’est l’oligarchie anglo-américaine et de la City de Londres et ses banques, et le « paysan » c’est vous c’est moi.
C’est toujours la même division capitaliste WINNERS-LOSERS ou PROPRIÉTAIRES-PROLÉTAIRES. Notez que le manouvrier, le loser total qui n’a aucun diplôme, aucune richesse, et qui ne possède que « sa force de travail » (ses bras), est peu à peu condamné et remplacé par l’ère des machines et du social commencé après 1789 tout au long du 19è siècle ; et que les transhumanistes vont définitivement mettre dans la tombe quand « tout le monde sera intelligent » et puissant (pucés à coups de raison et logique et de bites informatiques…)… Donc il y a longtemps que le Manouvrier (le manuel) et le Brasseor (celui qui charge quelque chose sur ses bras) n’existent plus, comme disparaissent de ce monde certains végétaux et certains animaux et insectes… évidemment à cause de l’être humain et de son délire de RENTABILITÉ. Certains appellent ça « l’évolution », le « progrès »… My God !

Pour qu’il n’y ai plus de préjugé, c’est à l’oligarchie anglo-américaine de rejoindre « les paysans », LES PAÏENS. Ce n’est pas demain la veille vu le catholicisme de certains qui s’accroche à ses Églises de Rome ou des Calvin-Luther ! Et ici en France dont certains en font encore « la Fille aînée de l’Église »… Par exemple avant la laïcité française un René de La Tour-Du-Pin-Chambly, qui veut vendre son « ordre social chrétien », écrit, p.25 : « Ainsi il peut exister des chrétiens sous une législation païenne [il doit penser aux Romains de l’Empire], mais il ne peut se former une société de mœurs chrétiennes, et cela se vérifie aujourd’hui, hélas ! comme au temps des Césars romains ». Encore un diviseur Païens-Chrétiens… Cependant son approche est intéressante et repose sur les trois castes : spirituelle, politique, économique (Tiers état français d’avant 1789 et universalisme des anciennes communautés).

Le Sacrifice chez Tchouang-tseu, chapitre La voie du Ciel : « Celui qui n’agit pas met le monde à son service et pourrait faire davantage ; celui qui agit se met au service du monde et n’y suffit pas. C’est pourquoi le non-agir était en honneur dans l’antiquité ».

Chant 13 de Nis l’Égyptien.
Quand serons-nous sages ?
Jamais, jamais, jamais.
Quand serons-nous Seth ? (l’adversaire ou le diable des Chrétiens)
Toujours, toujours, toujours.
La terre nourrit tout,
Les sages comme les fous.

Poème.
- NIS : Pour mon retour à la Cour de ton père, écoutes ceci :
Même le plus petit serpent a du venin
Même la petite vérité sauve son possesseur.
Même le petit mensonge cause le malheur de qui le dit.
Même le petit souci brise les os.
Même la petite joie fait vivre le coeur.
Même la petite rosée fait vivre le champ.
Nombreuses sont les petites choses qu’il faut craindre.
Rares les grandes choses qu’il faut admirer.
(Civilisation de l’Égypte pharaonique, de F. Daumas).
 
 

Dernière mise à jour : 04-12-2017 01:39

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >