Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Privatisation du pouvoir par l’entreprise république
Privatisation du pouvoir par l’entreprise république Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 11-02-2018 18:45

Pages vues : 1807    

Favoris : 268

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Chimère, Christ, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Gratuit, Imhotep, Innocence, Instant, Japon, Langage, Liberté, Mental, Nature, Pierre, République, Rien, Simple, Social, Soi Spiritualité, TAO, Vérité, Vide, Yokaï

 
droit_de_homme_drogue_dure.jpg
 
 
Privatisation du pouvoir par l’entreprise république
par une minorité selon le principe du
« libéralisme » et comme de tout en
capitaliste et système winner-loser,
et du narcissisme libérale.
Démocratie = la loi du petit nombre,
ceux des forts en gueule et en argent.

L’entreprise République & Cie en société ANONYME :
Siège en France à Paris : Guerres en gros,
Commerce en gros, toutes catégories, surtout animales,
spécialités d’import de judaïsme et de
mahométisme et de laïcisme de sectes judéo-maçonniques.
Principe de cette entreprise républicaine :
LA VIOLENCE D’ÉTAT : LA TUERIE EN GROS,
sous packaging « Démocratie » et d’« universalité » (1),
soit de CONFORMISME OU DOGME, appelé par cette entreprise
« Ordre établi », ou « État de droit ».
Entreprise républicaine en société ANONYME, soit la
mode politique si médiatisée construite sur l’espace-temps
de guerres d’opinions permanentes mettant en scène
les intérêts privés et le FRIC/FLIC.
 
 
ANONYME : le président d’une république et sa chefferie ne représentent aucun symbole, sinon celui d’une grande entreprise, mais qui n’a aucune valeur au point de vu de la sagesse et de la Vraie Libération. Ensuite le majoritisme et la partisme ou mouvemisme fonctionnent tous sur le principe étatique. Il y a des partis (ou mouvements) majoritaires au pouvoir, les partis « d’opposition » qui ne le seront plus le jour où les masses leur donneront le pouvoir (par exemple les terroristes, ou tous latents « sauveurs du monde » qui mènent une lutte armée au nom des « masses » et qui, pour cela ou à cause de cela n’en ont pas moins pour modèle l’État comme l’État islamique, nouvelle mouture des Khmers Rouges du Cambodge mais un État disséminé partout comme le virus de la grippe).
 
Si bien que toutes révolutions passent par des balbutiements pour finir de très près par des radotages, dont celui entendu souvent chez le vulgaire par « Plus jamais ça », qui sera traduit par 1789 en une tabula rasa allant jusqu’à recommencer un comptage du temps qui coule à partir de son premier balbutiement. On est dans les temps du PLUS ÇA CHANGE, PLUS C’EST LA MÊME CHOSE, accentué d’une manière éclatante par le colonialisme de la technologie : que ce soit la « découverte » du FEU pour se chauffer un peu et manger chaud jusqu’à la fée électricité et notre ordinateur et son « tout connecté », on est dans le PLUS ÇA CHANGE, PLUS C’EST LA MÊME CHOSE. Concernant la folie du progrès amorcée depuis Diderot et son encyclopédie au 19è siècle et jusqu’à l’après guerre de 1939-45 nombre de café se nommaient « Café du Progrès », ou « le Progrès ». Ce mot comme « les droits de l’homme » c’était quasiment le Paradis annonçant le « tout connecté » et le smartphone ou tablettopsychose, soit annonçant « LA LIBERTÉ » (entendre esclavage, car tout est inversé).

PROGRÈS = DROGUE DURE : soit qui porte la graine de son contraire : LA DÉPENDANCE ET FINALEMENT LA MORT. À chaque progrès nait un anti-progrès ; l’exemple est flagrant avec l’arrivée de la Fée électricité (énergie, le nucléaire, etc.), avec l’arrivée de la télévision. Le Progrès actuel construit sur la thermodynamique est ANTI-NATURE, ANTI-CRÉATION PAR PRINCIPE.
THERMODYNAMIQUE = BRÛLER LES CORPS : la liste des morts pour le progrès est interminable ! (Pensez au travail des enfants et des femmes au 19è siècle… pensez à l’économie étatique du Goulag…).
THERMODYNAMIQUE = ANTI-GRATUITÉ : le progrès coûte en vie humaine et en argent, et en SAVOIR : l’inform-atique conduit à l’abandon de l’écriture manuscrite (les Japonais n’ont pas le même problème tant leur écriture est déjà du DESSIN, ils ont ça dans le sang et par conséquent ils peuvent facilement triompher dans les MANGAS, pour ceux qui désirent pratiquer cet art).

PROGRÈS : CE QUI ÉNIVRE : « Nous savions déjà que l'argent de la drogue représente plus du tiers du flux de devises et des échanges boursiers mondiaux et que, sans elle, le système bancaire international s'effondrerait. En clair, le trafic de la drogue est indispensable à l'équilibre économique mondial. Si l'on ajoute le prix des substances nuisibles à notre santé et le gaspillage des dépenses d'armement, justifié également par l'équilibre de la terreur, on peut considérer que l'économie dominante, dite « libérale », est une entreprise de destruction ».
Philippe Desbrosses, docteur en environnement, expert consultant auprès de la C.E.E. et du Parlement européen.
Il y a donc une flagrante contradiction promise par les vendeurs de « liberté » et de « paix » ! Leur « liberté » c’est de l’illusion, et dangereuse comme une drogue dure… mais si rentable pour ces vendeurs….
PROGRÈS = MIRAGE ÉCLATANT D’UN AVENIR SANS ÉTERNITÉ (il est fixé par la « fin des temps »). On aura donc à choisir entre ce « progrès » et sa laïcité, et le Centre nulle part construisant la Circonférence partout, soit une éternité qui n’en aura plus rien à foutre de l’avenir et de sa Super Carotte « fin des temps » !

L’Entreprise République vous apportera POUR L’ÉTERNITÉ une TRANSFORMATION PROFONDE DE L’HUMANITÉ CAR PLUS RIEN NE SERA JAMAIS COMME AVANT.
CE QUI FUT INDISCUTABLEMENT VRAI, MAIS EN SENS INVERSE : ABSOLUMENT TOUT MAINTENANT A ÉTÉ PIRE ET LE SERA EN MODE ÉVOLUTIONNISME SAN FIN, JUSQU’À LA FIN DES TEMPS (entendre l’extinction de l’ère des êtres humains). Il est désormais connu depuis des millénaires que tous les vendeurs de paix sont des assassins qui voient la vie en rose, car il sont naturellement cancérisé par le pouvoir ou Pour-Voir (notamment judéo-maçonnique spéculum).
Les vendeurs de « liberté » et de DORG (Demain On Rase Gratis) ont généralement cessé depuis longtemps de vouloir du bien à quiconque ! Ces vendeurs de « liberté », comme si c’était « Nouveau, Vu à la Télé ! », fonctionnent tous sur le mode thermodynamique : ILS REFUSENT LA GRATUITÉ, OU RÉEL, TANT IL VOIT CELA COMME UN DANGER POUR LEUR COMPTE BANCAIRE ; ILS PRÉFÈRENT L’ORDRE QU’ILS IMPOSENT, DONC ILS PRÉFÈRENT LEURS « VALEURS » À IMPOSER AUX AUTRES.

Jules Ferry, Jean Jaurès, Staline, Hitler, De Gaulle, Mao, le « Vivre ensemble », le « Pensez au tri » sur les emballages, sont une même logique de chefferie qui veut IMPOSER À L’ENSEMBLE EN PRENANT LES PEUPLES POUR DES IMBÉCILES DE CONSOMMATEURS : IL Y A UNE INVERSION, NOUS NE SOMMES ABSOLUMENT PAS EN DÉMOCRATIE NI TOUS DEVENUS DES ROIS (de la consommation oui, mais intérieurement nous sommes toujours les esclaves de cette chefferie et de son économie de la City de Londres).
Nous serons des rois pas avant de nous connaître par nous même au plus profond de notre être, pour ensuite, rayonner naturellement, et de ce fait nous n’aurons plus besoin d’une chefferie genre maître d’école de Jules Ferry pour nous faire la moral et nous dire de faire caca-pipi bien dans le caniveau.

Jules Ferry, Staline ou le régime républicain, peu importe son numéro, C’EST LA DICTATURE RÉPUBLICAINE EN MARCHE MODÈLE MARXISME : l’individu est le produit de son milieu (de son « usine »). Seul le dictateur fabricant d’âme a droit au ‘Je’. Depuis 1789 le dressage mondialisé des Terriens n’a jamais été autant une ingénierie. Qui dit éducation genre « Pensez au tri » dit dressage, coulage dans un moule. MAIS CETTE SÉPARATION NETTE ET BRUTALE ENTRE FABRICANTS (quelques uns et à la limite un seul) ET FABRIQUÉS (les 7 milliards de Terriens) N’A JAMAIS ÉTÉ AUSSI NETTE, SURTOUT DEPUIS L’APRÈS 1945.
LA QUESTION EST : POURQUOI ?


« Supprimez tous les journaux, mais en tête du décret de suppression de la presse, mettez six pages de considérations libérales sur les principes », ordre donné par Napoléon Bonaparte à Joseph Fouché, amorçant ainsi le libéralisme actuel et sa « liberté d’expression », conformément au principe voulant que depuis le triomphe de la libre pensée, icelle signait son arrêt de mort, puisqu’il est évidemment impossible pour le moindre gouvernement étatique de reconnaître à chacun le droit de ne pas être d’accord.

Qu’est-ce que c’est « les valeurs républicaines » ?
- Il paraît que ces « valeurs » reposent sur les perruques poudrées du 18è siècle, donc qui dit perruques dit riches (ce ne sont pas les Paysans qui portent des perruques : pas pratique pour travailler aux champs ou au jardin…) ; les perruques sont donc LES GENS DES VILLES ET CITÉS, CEUX DU BÉTON, que l’on nomme de nos jours « Citoyens ». pour la suite de ces « valeurs » et plus de détail, voir par exemple le site Le Figaro.

RAPPEL : le symbole du régime républicain de 1789 c’est tout de même le RASOIR NATIONAL : LA GUILLOTINE, en fonction jusqu’en fin 1970. Le rasoir républicain qui vous drogue à coup d’alcool et de « dernière cigarette »…
Daesh guillotine à la hache, la république c’est plus machinerie, plus « civilisé », c’est fait au rasoir bien net qui dégage une tête impeccable. Dans les deux cas IL S’AGIT DE TERRORISME D’ÉTAT, DONT LE PREMIER PRINCIPE EST CELUI DE FAIRE LA GUERRE. Le régime républicain est né en créant le terrorisme, la terreur en Vendée, qui sera copié par les Juifs bolcheviques en 1917 en Russie, puis par les Khmers rouges et autres.
Le régime républicain a torturé, assassiné des prêtres pour faire avaler son opinion, ce qui sera là encore copié par les Juifs bolcheviques en 1917.

« Dieu, s’il n’est pas la Lumière qui transfigure, devient le masque qui déguise ». (Gustave Thibon).
En deux siècles, le régime républicain n’a pas su créer de symbole représentant le besoin d’absolu, l’Homo religiosus présent en chaque être humain. Comme Sigmund Freud, la république ne s’occupe que du ventre et du bas ventre, elle s’occupe des instincts.
C’est encore l’Église de Rome qui rassemble : voir les obsèques de Johnny Hallyday.
Je remonte même aux DRUIDES, qui eux savaient rassembler les communautés !

De nos jours on dit « république » pour ne pas parler de la France, et concernant les Gaules, c’est comme si elles n’avaient jamais existé.
Concernant ses « valeurs », la république considèrent qu’on est « français » parce qu’on adhère à son opinion, on est de sa paroisse, PURGÉE DE TOUTE RÉFÉRENCE À CE QUE NOUS, À CE QUE JE SUIS !

Le pouvoir républicain est-il légitime, surtout quand il a été construit sur des centaines de milliers de morts ? et sur la tyrannie de l’opinion ?
TOUT POUVOIR EST UN DRAME, ce que savaient parfaitement les Anciens, qui s’en méfiaient plus que de la mort ; ils se méfiaient de « l’autorité supérieure ».

RAPPEL : C’est d’abord l’Empire romain (notamment à travers son « droit romain » toujours en vigueur), puis ensuite l’Empire du Vatican, qui vont porter l’étatisme à sa maturité. Les Communautés gauloises sans État ne pouvaient plus résister, elles allaient mourir.
L’ÉGLISE MONDIALISE DÈS LES PREMIERS SIÈCLES DE NOTRE ÈRE : ELLE « ROMANISE ». En 1148 avec saint Malachie, l’Église d’Irlande se « romanise ». Trois ans plus tard le pape Adrien pousse Henri II a envahir l’Irlande pour « proclamer la vérité du christianisme chez un peuple rude et ignorant », et en avant la colonisation et les futurs massacres des Peuples du Soleil (Incas, Mayas, etc.).
L’étatisme commence au Néolithique quand l’humain devient calculateur, productiviste, et de ce fait fonde une « civilisation » et le business qui va avec, dont le progrès (voir plus haut), et entrainer l’exploitation des uns par les plus forts et surtout construire l’esclavagisme.

Autre RAPPEL concernant la différence entre le roi style Clovis (monarchie médiévale puis monarchie absolue genre Louis XIV), et le ROI au temps des Gaules : Pour les Gaules le roi n’est pas un intermédiaire entre Dieu, les Dieux et les hommes, MAIS ENTRE LES DRUIDES ET LES HOMMES. De plus, il n’est en aucun cas un chef de guerre (le chef des armées Emmanuel Macron est un monarque déguisé) et encore moins un chef d’État, il pourrait seulement envier les pouvoirs actuels d’un sous-préfet ou d’un général. Alors les Druides sont-ils tout puissant ? Ont-ils un pouvoir démesuré dans ce qu’on peut appeler une THÉOCRATIE ? Démesuré si on veut, mais COMME CONTRE-POUVOIR, POUVOIR CONTRE UN ÉVENTUEL ÉTAT (inverse d’une théocratie car dans le mot -cratie il y a encore le mot ”pouvoir”) : les Druides sont les garants des communautés, garants de la symbolique de base et de leur identité ; ils sont ce qui existe pour empêcher que ne se mette en place toute machine étatique. Pour cela, comme les chamans amérindiens, ils tiennent le discours de la tradition : maintenir l’égalité et conserver l’indivision ; ce qui n’a aucun rapport avec une prétendue caste sacerdotale comme le furent les brahmanes en Inde. (Réf. Le Défi Celtique, d’Alain Guillerm).

Paradoxe en étatisme de démocratie : le pouvoir émane du peuple (”peuple-roi”), il n’est le pouvoir de personne. Au bout de plus de deux siècles, ça pose des problèmes, CELUI DU CHAOS HUMAIN !!!
 

Note.
1. La France qui se bombarde « d’universelle » notamment par la langue de Clemenceau et le sacrifice de millions d’êtres humains : « La France, hier soldat de Dieu, aujourd’hui soldat de l’humanité [il devait penser aux fameux « droits de l’homme »] ». Le Graal des droits de l’homme allait enfin apporter la « paix » au monde ! Quinze ans après ces croyances et opinions allait surgir Adolph Hitler ! Depuis 1945 pour éviter les nouveaux Adolphe Hitler, la City de Londres et ses banques ont porté à maturité le « pouvoir d’achat », si lié à la technologie. Comme ça : « tout confort ! », DOGR (Demain On Rase Gratis), conformément au ventre et au bas ventre du régime républicain ; bien plus, conformément à la devise franc-maçonnique adonhiramite toujours intéressée par une Super Carotte au bout, et selon le principe du réseau : « Une cave m’est apparue, une lampe m’a éclairée, une source m’a désaltérée », du temps où cette franc-maçonnerie était l’unique dépositaire de la « liberté de penser » (de nos jours c’est devenu la judéo-maçonnerie en une société d’admiration mutuelle, surtout en réseaux de copinage industriel, dont le mystère commence plus à la gêner plus qu’il ne peut lui servir désormais…)..
 
 

Dernière mise à jour : 11-02-2018 19:30

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >