Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Cadavre Stargate et Soi martial
Cadavre Stargate et Soi martial Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 22-03-2018 17:51

Pages vues : 1318    

Favoris : 206

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Alchimie, Banques, Capitalisme, Catastrophe, Chan, Chimère, Christ, Confort, Corps, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Gratuit, Information, Innocence, Instant, Japon, Jardin, Juif, Langage, Liberté, Lucifer, Maux, Méditation, Mental, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Orient, Panique, Paradis, Pierre, Porte, République, Rien, Sagesse, Simple, Social, Soi, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Vérité, Vide, Vieux, washingtonisme, Yokaï

 
cadavre_stargate.jpg
 
 
Cadavre Stargate et Soi martial

Page dédiée à Amédée
 
 
Je me demandais une nuit étant réveillé, que mourir ce n’était pas « propre » : on laissait son cadavre pour les autres, et pour les pleurs aussi, à charge pour eux de « faire le ménage », de « faire leur deuil », et puis ça encombre les cimetières, sauf pour ceux qui se sont fait « cuir » au four et réduire en cendre.
Alors peut-on mourir SANS LAISSER DE TRACE, SANS POLLUER OU LAISSER AUX VIVANTS LA CHARGE DE « NETTOYER » (et de payer les obsèques) ?
 
Comme je pense qu’il est possible de mourir sans laisser de cadavre et laisser la place nette, et comme tout est dans le mental, cela doit être une réalité, ET C’EST MÊME PERMIS, alors que tout ce qu’on pense n’est pas naturellement permis. L’Alchimiste Roger Bacon écrivait : « Tout est possible, mais Tout n’est pas permis ». Peut-être qu’il pensait aux futurs transhumanistes qui veulent digitaliser l’Univers…

Je me souviens de mon grand-père, Amédée, blessé et médaillé de la guerre 1914-18, dans une ville de l’Yonne et hébergé dans l’annexe de l’appartement de l’économat à l’école normal d’institutrices. Déjà âgé, il s’y reposait à longueur d’année, c’était tout de même mieux qu’à Paris à Barbès-Rochechouart où se situait les Grands Magasins Dufayel, chez qui mon grand-père avait acheté une salle à manger style Henri II (buffet, table et les six chaises, lors de déjeuné chez lui le dimanche je me cachais parfois sous la table, peut-être pour échapper à quelque chose…). Souvent il ne se levait plus que pour des besoins naturels. Un matin je rentre dans sa chambre, je vois son lit défait, et personne aux alentours. J’appelle mes parents au rez-de-chaussée pour leur demander s’ils n’ont pas vu mon grand-père. Il était introuvable. On alla même regarder dans le jardin s’il n’était pas tombé par la fenêtre. Mais il n’y avait rien que le gravier sur le sol. Où était passé mon grand-père ? Même son pyjama et ses pantoufles étaient introuvables…
Ce fut très pratique, parce qu’il n’y avait pas à payer de cercueil et tout ce qui tourne autour comme une concession au cimetière, et qui coûte très cher.

Que vous me croyez ou pas n’a aucune importance. L’essentiel est que LE CADAVRE STARGATE OU CADAVRE ARC-EN-CIEL EST UNE RÉALITÉ (1). Oh certes, ce n’est pas pour tout le monde, que vous ayez de l’argent ou pas : arriver à transcender dans l’invisible ses viscères et autres organes, ses os, il faut tout de même une « bonne » préparation mentale, uniquement mentale, l’argent ne permettra pas de disparaître façon « Cadavre Stargate ». Les transhumanistes n’inventeront jamais le Cadavre Arc-en-Ciel, ou la Transformation du transfert. Certaines personnes « dissolvent » entièrement leur corps, ne laissant pas de cadavre ; puis en disparaissant elles réapparaissent dans un autre corps ou sous une autre forme comme un arbre par exemple. Ces personnes se « dépouillent » comme une cigale, dit la tradition taoïste et bouddhiste.
Il y a aussi ceux dont le corps perdure comme « neuf », comme un bébé à travers le temps qui coule, tel celui d’un des derniers grands Houtouktou bouriates en plein 20è siècle.
En Occident comme en Orient la littérature spirituelle regorge de tels récits, souvent haut en couleur et irrationnels au possible !

En Taoïcité il y a trois formes de « Délivrance du Cadavre » :
- La voie de petite spontanéité.
- La voie de spontanéité médiane.
- La voie de Grande Spontanéité, celle des maîtres.

Donc à la fin de leur vie certains êtres cultivent une pratique qui consiste à transformer et dissoudre le corps, « l’évaporer ». Parfois on retrouve le bâton ou les sandales du Réalisé, comme dans la légende de la disparition du Bodhidharma.
Un Taoïste du 3è siècle décrit trois sortes d’Immortels :
1 - Ceux qui ont pratiqué la délivrance du cadavre et qui à leur mort se dépouillent de leur corps.
2 - Ceux qui sont des Immortels terrestres qui hantent les monts sacrés.
3 - Les Immortels célestes qui s’élèvent avec leur corps et montent dans « le vide ».
Les premiers n’ont pas réussi de leur vie terrestre à sublimer suffisamment leur corps pour « s’envoler avec lui », donc le travail de purification se poursuit après la mort, le corps ne s’envole qu’après et le cercueil reste vide.
Les seconds ont un corps qui peut se mouvoir librement dans un paradis épuré. Les derniers s’envolent en plein jour…

Poésie, ou non ? Mais il y a des témoignages des dzogchenpa tibétains sur la réalisation du corps Arc-en-Ciel ou moins poétique le Cadavre Stargate. Il y a deux méthodes : une réalisé avant la mort, et l’autre réalisé au moment du transfert, ce qui est plus le cas des Incas et autres peuples antiques du Soleil qui se couchaient dans un lit d’une certaine matière, en un certain lieu et orienté précisément, car cette deuxième méthode recouvre quatre modes : l’espace, le feu (inné-igné), et deux autres méthodes attachées à la vie que mena le mourant. On retrouve dans la Taoïcité les mêmes méthodes très proches. Comme pour Amédée, il y a le cas du corps qui disparaît en plein jour ; en d’autres cas le corps disparaît progressivement en laissant cheveux, ongles, cœur ou langue… Un autre cas où le corps grossier a disparu, mais conserve une apparence de corps « visible » aux êtres et apte à communiquer et à transmettre.

Comme le remarque le maître Namkhai Norbu Rimpoche, aucun des grands maîtres récents n’a réalisé le Cadavre Stargate. Au contraire, ceux qui réussissent à réaliser le Cadavre Stargate sont DISCRETS, INCONNUS, non investi dans un isme comme le « monde spirituel », et certains avaient même en charge de la famille. NOUS SOMMES LÀ EN PRÉSENCE D’UN « AUTO-AVALEMENT » comme pourrait l’illustrer le solénoïde ci-dessous (attracteur étrange, par Steve Smale à Berkeley, qui évoque un peu le HUIT de l’infini, la boucle ou ruban de Moebius comme un Tore et le trou noir…). Grand père Amédée avait compris ce qu’était un trou noir (je ne sais pas comment il savait cela), il savait qu’il en avait en lui, et l’avait simplement « emprunté », à savoir il s’était AUTO-AVALÉ en absorbant les quatre éléments sensoriels, physiques et mentaux, et toutes leurs distinctions dans la conscience infinie, donc la survenu dans l’Instant, PAN le TOUT, de cette Conscience par le BLANC DE L’INSTANT.
 
solenoide_attract400.jpg
 

Je passe sur le phénomène de la réincarnation importante au Tibet et sur le fait qu’elle est devenue incompréhensible pour les Occidentaux bien trop rationnels et bien trop culte du narcissisme ou de l’individualité… En Occident on ne peut pas comprendre le fait du bardo (l’intervalle ou état intermédiaires entre la vie et la mort qui s’appelle en Occident l’agonie)
Pour la tradition occidentale, la résurrection de Jésus-Christ peut correspondre à celle d’un corps « désubstantialisé » ou corps subtil, comme chez les yogis ou les adeptes. Il y a des cas où le corps se momifie et se conserve anormalement très longtemps après le décès. Voir le cas de l’ermite chrétien Charbel Makhlouf, dont le corps est resté non dégradé depuis le début du 20è siècle. Voir aussi le cas de l’houtouktou mongol, Ychilev, qui, déterré après plusieurs dizaines d’années sur sa propre requête testamentaire, reste dans un état de conservation inexplicable. Voir aussi la femme-yogi, Ayou Khandro, qui passa plus de la moitié de sa vie dans le noir total. Voir aussi le cas de ce moine de Bouriatie qui a un corps rose et comme vivant 70 ans après sa mort (il y eu un documentaire Arte sur ce moine en 2006).

Comme TOUT EST LIÉ (SYNCHRONICITÉ), il n’est pas étonnant que le Cadavre Stargate déclenche des phénomènes de climats, nuages colorés, lumières, chute de neige soudaine ou éclaircie soudaine, orage violent, etc. Il y a trop d’anecdotes dans les croyances bouddhistes, hindouistes, chrétiennes, taoïstes, judaïstes, etc., faisant cas de ces phénomènes pour qu’on puisse n’y voir que fantasmes.
Cas de la mort de Ramana Maharshi : « Quand la fin s’approcha, toute l’assemblée se mit à chanter l’Akshara-mana-malai avec le refrain « Arunachala Shiva »... Les yeux de Bhagavan (Maharshi) s’ouvrirent un peu ; sur ses lèvres apparut un léger sourire ; le long d’une joue coulèrent quelques larmes de félicité ; et à 8h 47 du vendredi 14 avril 1950, une expiration... et aucune inspiration. Pas le lutte, pas de spasme, aucun signe qu’il mourait. A ce moment même, une comète d’une lumière éclatante traversa lentement le ciel, se dirigea vers Arunachala et disparut derrière le sommet. La forme visible de Bhagavan s’était absorbée dans la Réalité suprême d’Arunachala. La comète a été vue dans toute l’Inde du Sud. Des fidèles à Madras se doutèrent alors de ce qui s’était passé et se précipitèrent à Tiruvannamalai ; Henri Cartier-Bresson, qui avait pris les fameuses photos des derniers jours du Maharshi, accourut pour vérifier si l’heure de la comète coïncidait bien avec le mahanirvana de Shri Ramana ».

« Ils disent que je vais mourir. Mais je ne pars pas. Où pourrais-je aller ? Je suis toujours là ».

Passage d’un système au suivant : en rapport avec la figure du solénoïde ci-dessus, la transformation (F) prend un anneau (A), soit contenu dans A et fasse deux fois le tour du trou central. Partant d’un point X0 dans l’anneau A, on peut marquer les points X1, X2… jusqu’à X5000, et l’on voit alors se dessiner un nouvel attracteur étrange, le solénoïde, faisant penser à un enroulement de fils autour d’un axe. Le solénoïde est non seulement contenu dans l’anneau A, mais aussi dans les images successives qui sont des boudins très minces qui tournent de nombreuses fois autour du trou central. Les paramètres X1(t) X2(t)…Xm(t) doivent décrire un système physique, chimique ou biologique au temps t ; on suppose que le système a une évolution temporelle déterministe défini par des équations […]. Bref nous sommes toujours en présence de la FRACTALE, de NUAGES, de GALAXIES, soit du MONDE DES NOMS-LES-FORMES. (En référence à David Ruelle).

Par rapport au SOMMEIL PROFOND, dont parle souvent Ramana maharshi : Quand nous mourons, pour « l’extérieur » qui est toujours prisonnier du temps qui coule il se passe deux jours avant que le corps ne se dégrade de façon irréversible. Différence entre le « vivant » et le « mort » dont la dégradation physico-chimique n’est pas encore intervenue : le mort n’a plus de contact sensoriel, ou de son ego, avec le monde dit « à l’état de veille » ou monde de l’ego, du ‘je’. Pour le dormeur, s’il est en sommeil profond il n’a plus de contact avec l’extérieur, s’il rêve il est encore en lien faible avec cet extérieur. Or le temps qui coule est une invention du mental, de l’ego : ce temps ne peut exister que s’il y a un ego pour l’observer et donc le fabriquer, comme de mesurer l’angle de l’ombre de l’aiguille sur un cadran solaire gradué. Quand on rêve le mental est encore à l’action mais le temps devient plus « philosophique », plus personnel : cinq minutes de rêve au matin avant de se lever peuvent paraître plusieurs heures. Dans le rêve le temps est parfaitement ÉLASTIQUE et DANS LES DEUX SENS comme un voyage temporel ! Ce temps fabriqué par l’ego n’existe plus dans la mort CLINIQUE et avant la dissolution de la mort CHIMIQUE. Cela se passe en 48 heures, mais pour uniquement l’observateur extérieur… Et pour le mort ?

Simple : il n’invente plus le spatio-temporel : aucunes 48 heures n’existent. Comme l’exprime Ramana Maharshi, c’est le « vécu » de l’éternité, soit notre état naturel la Seule Réalité : « l’existence sans commencement ni fin ;  l’existence partout et sans limites, infinie ; l’existence sous-jacente à toutes les formes, tous les changements, toutes les forces, toute la matière et tout l’esprit. Le multiple (les phénomènes) change et disparaît, alors que l’UN (le noumène) perdure éternellement. L’UN qui remplace les triades, à savoir le connaisseur, la connaissance et le connu. Les triades ne sont que des apparences dans le temps et l’espace, tandis que la Réalité s’étend au-delà et derrière elles. Elles sont comme un mirage qui cache la Réalité. Elles proviennent de l’illusion » (entretien 28).
Le Maharshi précise dans cet entretien : « Le ‘Je’ [le Soi] rejette l’illusion du ‘je’ et cependant demeure en tant que ‘Je’. Tel est LE PARADOXE DE LA RÉALISATION DU SOI [c’est moi qui souligne]. Ceux qui sont déjà réalisés n’y voient aucune contradiction. Prenez la bhakti [dévotion] : je m’approche d’Ishvara et je prie afin d’être absorbé en Lui. Je m’abandonne dans la foi et le recueillement. Que reste-t-il après ? À la place du ‘je’ initial, ce qui subsiste après l’abandon total de soi-même est Dieu, dans lequel le ‘je’ s’est dissous… ».

Concernant le Soi martial, ce sera sur une autre page… À suive donc !
 
 
Note.
1. ARC-EN-CIEL : Le Tore et ses sept couleurs et le Blanc de l’Instant. Symboliquement l’Arc-en-Ciel est CHEMIN entre le Haut et le Bas ; il est donc un PONT, ou un PASSAGE, fonction quasi universelle. L’Ancien Testament des Hébreux fait de l’Arc-en-Ciel la matérialisation de l’ALLIANCE (Genèse 9, 12-17). Bref, dans le Caucase, on exhorte les enfants à faire attention à ce que l’Arc-en-Ciel ne les emporte pas dans les nuages.
 
 

Dernière mise à jour : 22-03-2018 18:30

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >