Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Conscience mentale - Conscience du Soi
Conscience mentale - Conscience du Soi Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 02-04-2018 20:09

Pages vues : 2181    

Favoris : 333

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Banques, Capitalisme, Catastrophe, Chan, Chimère, Christ, Confort, Corps, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Gratuit, Information, Innocence, Instant, Japon, Jardin, Juif, Klan, Langage, Liberté, Lucifer, Maux, Méditation, Mental, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Orient, Panique, Paradis, Pierre, Porte, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Simple, Social, Soi, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Vérité, Vide, Vieux, washingtonisme, Yokaï

 
 
frise_wagons.png
 
 
Conscience mentale - Conscience du Soi
Les deux sont totalement différents
L’un bouge (idéation) et l’autre ne « bouge pas »
(en apparence car Tout est Mouvement (1),
mais pas au sens spatio-temporel)


Échange d’espace, échange de sujet-objet.
 
 
Ramana Maharshi, entretien 512 du 11 septembre 1938, le nombre onze représentant le TAO en Chine (à ne pas confondre avec le 1+1=2 de la dualité…) : « Tout le monde confond la conscience mentale avec la conscience du Soi. En sommeil profond (1), il n’y a pas de mental ; mais personne ne nie sa propre existence dans le sommeil [d’où l’apparence de non-mouvement (1)]. Même un enfant dit au réveil ”J’ai bien dormi” et ne nie pas existence durant son sommeil. Lorsque le ‘je’ [ego] surgit, le mental se tourne vers l’extérieur par les cinq sens et perçoit des objets. On appelle cela la perception directe. Quand on demande aux gens qu’ils perçoivent directement le ‘je’, ils sont troublés parce que le ‘je’ ne se présente pas à leurs yeux comme un objet ; seule la perception par les sens est reconnue par eux comme un facteur de connaissance. Cette habitude est très forte en eux. Une strophe dans le Thevâram dit ”Ô dévots qui êtes tant désireux de vous libérer de la souffrance, ne vous préoccupez pas des raisonnements et des exemples ! Notre lumière brille toujours au plus profond de nous-mêmes ! Avec un mental limpide, vivez en Dieu”.
C’est la perception directe (pratyaksha). Les gens vont-ils l’admettre ? Ils veulent que Dieu apparaisse devant eux [comme le messie des Talmudistes], tel un être resplendissant monté sur un taureau. Une telle vision, une fois née, doit aussi prendre fin. Elle est donc passagère. Le Thevâram parle de l’Être éternel dont on fait l’expérience continûment. Ces hymnes nous mènent directement à la Réalité ».
Il en est de même d’un système temporel comme le politique humain ou laïcité : l’État la monarchie est née un jour et a vécue ET A DISPARUE, la république et l’État fera de même.
 
« Le mental se tourne vers l’extérieur par les cinq sens et perçoit des objets. On appelle cela la perception directe », dit plus haut le Maharshi, qui indique là l’ego ou excès d’intérêt pour soi-même, particulièrement développé en capitalisme avec son « pouvoir d’achat », comme si notre seule activité mentale était l’origine de notre perception. Il y a donc confusion comme l’indique le Maharshi. RIEN N’EST PERÇU SANS QUELQU’UN POUR PERCEVOIR, ET PERSONNE NE PEUT PERCEVOIR SANS Q’UNE CHOSE SOIT PERÇUE : VOILÀ LE VRAI ÉCHANGE et pas celui du mercantilisme de Wall Street et de la City…

Maintenant, comme tout est dans le mental, voici un exemple de la Réalité avec le Couleur BLEU. On dit « Avoir une peur bleu », d’ailleurs proche du BLANC de l’Instant, comme si on devenait Blanc comme un FANTÔME (plus une goutte de sang dans les veines, donc froideur du corps comme la froideur du Bleu), mais dans l’effet Doppler le Bleu c’est le FUTUR, l’immatériel ou la rêverie : le Bleu n’est pas encore passé, rien ne s’est encore manifesté comme le précise d’ailleurs le Tao-tö king au Verset 1 : « Sans nom, il représente l’origine de l’Univers ; avec un nom, il constitue la Mère de tous les êtres [donc arrivé au Ici et Maintenant]. Par le non-être, saisissons son secret ; par l’être, abordons son accès [orifice]. Non-être et Être sortant d’un fond unique ne se différencient que par leurs noms. Ce fond unique s’appelle Obscurité. Obscurcir cette obscurité voilà la porte de toute merveille » (trad. Liou Kia-hway).
En d’autres mots, la fréquence de l’onde est modifiée par le changement de mouvement par exemple d’une voiture qui passe devant une personne l’observant. La personne est fixe à une endroit et observe au loin la voiture en mouvement. Plus la voiture se rapprochera de la personne et moins la fréquence sonore du bruit de la voiture sera élevé ; lorsqu’elle sera assez éloignée de la personne le bruit deviendra grave (ROUGE).

Comme il y a 7 millards de Terriens qui potentiellement peuvent observer une voiture en déplacement, ils entendront tous des fréquences différentes, comme des PASSÉ-PRÉSENT-FUTUR différents ; je dirais comme des INSTANTS DIFFÉRENTS DANS UN TORE : ils seront à des INSTANTS DIFFÉRENTS DANS LE TORE (TAO ou SOI ou TRINITÉ). Et là on rejoint le PARADOXE DE LA RÉALISATION DU SOI (interdépendance du ’Je’ et ‘je’ et aussi bien Blanc de l’Instant que son contraire le NOIR), parce qu'en comparant avec l’effet Doppler, si j’ai un bonnet de laine bleu sur la tête cet hiver, et que je marche à une certaine vitesse (comme si j’étais la voiture cité plus haut), les autres personnes verront mon bonnet de couleur différente selon la vitesse à laquelle elles se déplacent par rapport à moi. Ainsi elles pourront voir mon bonnet de toutes les couleurs de l’Arc-en-Ciel. Chacun de nous a donc vécu un morceau de l’Instant, une FRACTALE dans le TORE. Comme l’Univers est dans notre mental, il y a donc des Univers à l’Infini, MAIS UNE SEULE RÉALITÉ : L’INSTANT, et Tout est lié et INNÉ-IGNÉ.

Le Temps n’existe que s’il y a quelqu’un pour l’observer : On passe du Bleu du Futur (aigu) au Blanc de l’Instant vers le Rouge (grave) du Passé. Certains parle « d’Horizon des événements », donc comme la personne qui observe le temps qui coule et qui l’invente par là-même. Mais qui dit « Horizon » dit LIMITE (comme quelque chose qui « s’étend jusqu’à l’horizon »), comme l’Instant : l’observateur qui EST le ICI ET MAINTENANT, qui EST le Centre est nulle part et en même temps la Circonférence partout ! Ce « Centre qui est nulle part » est le Tore, le Tao. Dans cet « Horizon » le temps qui coule n’existe plus. Chacun étant le Soi, les Réalités sont sans fin, éternelles.

« Voyager » d’Univers en Univers : dans le Blanc de l’Instant en une perception absolue de l’action, soit LA SIMPLICITÉ même (dont ne pas être un miroir insupportable pour l’autre). On devient en un état de GRATUITÉ ou action désintéressée, il n’existe plus de conditionnement par aucun grégarisme, ni action ni réaction par la peur, le confort etc. Les problèmes sont perçus dans leur juste dimension, ils ne sont ni insolubles ni graves.

Effet Doppler, déplacement et Paradoxe de l’Instant étaient déjà abordé par Savinien de Cyrano de Bergerac de même que l’Univers situé dans le mental : « … de mesme les viandes, les parfums, l’air poussé par un canon, & la flâme, estant appliquez chacun à son organe, nous ne sçaurions connoistre sans raisonnement que les seules sensations, & non pas ce qui les cause. Il résulte de là cette consequence universelle, que tout ce que nous connoissons clairement, certainement, distinctement, & sans détours, sont les sensations qui sont en nous, & que nous ne connoissons rien du tout du costé des objets, se ce n’est par conjonctures & par raisonnements ». (Fragment de Physique, chapitre 1).
Cependant Savinien voit les causes à l’extérieur…
Concernant le déplacement voir la note 1 et ce qu’il en écrit encore :
« Ayant sérieusement médité sur la nature du mouvement, il me semble que tout ce que nous pouvons en dire pour expliquer la connoissance que nous en avons, consiste à dire qu’il est le passage d’un corps du voisinage de certains estres dans le voisinage d’autres estres. Et en cela je m’éloigne un peu du sentiment du vulgaire qui le définit le passage d’un corps d’un lieu en un autre ; car il conçoit tous les corps logez dans une étenduë ou espace de laquelle ils diferent réellement ; de sorte qu’attribuant des parties à cette étenduë, il conçoit le corps mobile appliqué successivement au lieu dont il est contenu... » « Se mouvoir donc, c’est se détacher de certaines parties d’un corps, pour s’appliquer à d’autres : & parce que tout détachement est réciproque, c’est-à-dire qu’un corps ne se sçauroit détacher d’un autre, que cet autre ne se détache en mesme temps de luy ; il s’ensuit que l’on ne sçauroit concevoir qu’un corps se meuve au respect d’un autre, que cet autre ne se meuve au respect de celuy-ci... ». (Le Fragment de Physique, chapitre V).

La description du déplacement par Savinien est décrite de la même façon par Lama Anagarika Govinda : « Le rapport de la forme et du vide ne peut être conçu comme une relation d’opposés s’excluant mutuellement, mais seulement comme deux aspects de la même réalité, qui coexistent et sont en continuelle coopération ». (J’emprunte cette description au livre de Fritjof Capra : Le Tao de la Physique).

L’oligarchie anglo-américaine et sa maison-mère la City de Londres (la Couronne, ses banques et Couilles en Or Rothschild) veulent nous foutre tous dans LEUR univers, ce que j’appelle sur de déjà nombreux articles le SUPER GRÉGARISME (on peut aussi l’appeler « Nouvel Ordre Mondial », ou « gouvernance mondiale »).
SUPER-GRÉGARISME = TOUS ESCLAVES DE LA CITY DE LONDRES ET DE SON CAPITALISME ; tous formatés inconsciemment à l’oligarchie anglo-américaine et à son système financier.
 
 
Note.
1. « … Dans le Monde le mouvement n’augmente ny ne diminuë, puisque ce qu’un corps en perd se conçoit possédé par un autre », écrit Savinien dans : Le Fragment de Physique, chapitre VII).
 
 

Dernière mise à jour : 02-04-2018 21:05

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >