Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Capitalisme = Démocratie et Conflits
Capitalisme = Démocratie et Conflits Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 05-04-2018 22:59

Pages vues : 1701    

Favoris : 236

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Banques, Capitalisme, Catastrophe, Chan, Chimère, Christ, Confort, Corps, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Gratuit, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Japon, Jardin, Juif, Klan, Langage, Liberté, Lucifer, Maux, Méditation, Mental, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Orient, Panique, Paradis, Pierre, Porte, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Simple, Social, Soi, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Vérité, Vide, Vieux, washingtonisme, Yokaï

 
statue_liberte_liberalisme.jpg
 
 
Capitalisme = Démocratie et Conflits
Système qui ne fonctionne que par conflits d’intérêts.
La démocratie est ainsi condamnée par la
frustration de ses propres limitations,
un comble pour le capitalisme anglo-américain
condamné à son toujours plus !
Une Règle saine ne peut pas fonctionner sur un conflit,
ni sur un intérêt, mais seulement sur un coopération
et sur un désintéressement, non pas sur des droits
mais sur des devoirs.
En capitalisme et laisser faire, laisser passer,
le libéralisme n’a recours qu’à de calculs,
de la ruse et des envies, de la haine et de la malice.
Or la démocratie et son régime républicain
NE FONCTIONNENT QUE SUR DES CONFLITS :
À CHAQUE PROBLÈME SA LOI.


LA DÉMOCRATIE ET SA CUPIDITÉ DE POUVOIR D’ACHAT NOUS CANCÉRISE TOUS.
 
 
INTÉRÊTS : qui est attaché à l’ego faussement considéré comme « être » (narcissisme). Ou qui se situe dans la dualité par le fait étymologique de entrer, pénétrer, donc dans le Faire/Fer.
Le capitalisme ne peut fonctionner qu’avec l’intérêt (et sa carotte l’intéressement) ! Voir les fameux groupes d’intérêts qui dirigent ce monde au-dessus des États…
L’intérêt étant dépendant de l’ego, on ne peut pas lui jeter des pierres comme à un chien agressif et gênant. Il s’en ira seulement quand on viendra à prendre conscience qu’il n’existe pas ! Et qu’alors il y a vraiment de quoi ÉCLATER DE RIRE !
 
 
Cette mode du SOCIAL découlant du démocratisme est mortelle.

Le social FABRIQUE, COULE DANS UN MOULE l’être humain : « On devient ceci ou cela en vertu des fictions [opinions] sociales » (Fernando Pessoa : Le banquier anarchiste).
SOCIAL = dictature de ceux qui précisément parlent de « démocratie » et qui par là-même veulent fabriquer une « société libre ». Ce « social » veut détruire, pratiquer la Tabula rasa comme en 1789 en France ou en 1917 en Russie, mais POUR MIEUX RETOMBER DANS LES PROBLÈMES PRÉCÉDENTS : détruire les anciennes fictions et frictions sociales pour en instaurer des nouvelles, tout aussi nuisibles que les précédentes, en vertu de LA FRACTALE non identifiée ! 1789 et 1917 qui se vendirent comme « liberté » devinrent de pure dictature (pendant un moment, mais pas pour le principal : l'ARGENT).
SOCIAL KILLER : un type rêve de liberté et commence à vouloir commander les autres, et en faisant tout ce qu’il veut ; ou bien un autre oblige les autres à être tel qu’il les veut, ou bien par manipulations il pousse les autres à faire ce qu’il veut. ET EN FRACTALE CELA SE RÉPÉTERA TOUS LES JOURS. LA NON-TYRANNIE ENGENDRAIT UNE TYRANNIE PIRE QUE LA NATURELLE ! (Réf. Fernando Pessoa). La chefferie de 1789 qui rêvait de liberté en créant un État à la place d’un autre État a créé au sein de sa communauté et au bout de plusieurs mois une seule chose concrète et positive : DE LA TYRANNIE AU SEIN MÊME DE CE GROUPE (voyez le nombre de têtes coupées qui appartenaient à ce groupe et qui se sont retrouvées dans le panier suite à cette tyrannie et à des divergences d’opinion…).
1789 comme 1917 ont remplacé un système par un autre système… ALORS LE PROBLÈME NE FUT ET N’EST TOUJOURS PAS RÉSOLU… À CAUSE DE L’EGO… Les républicains de 1789 s’attaquaient à l’ego des anciens royalistes et anciens catholiques, MAIS ILS NE VOYAIENT PAS LEUR PROPRE EGO, ILS NE VOYAIENT PAS LEUR SOI VULGAIRE ILLUSOIRE. L’ego n’est que dans le relatif, dans la dualité et peut être masqué par un ‘je’ imaginaire ou « faux soi » (un mental conflictuel). Qui sur Terre a un mental sain ? Ou plutôt un NON-MENTAL ?

Aussi longtemps que nous croyons à la dualité illusoire du « moi » ou « pas moi » et du fantasme du « nous », il sera impossible pour n’importe quel être humain de réaliser sa nature véritable ou originel : se retrouver naturellement un avec le Tout, et ainsi vivre enfin en harmonie avec les autres.
La mode du « nous » fait partie du même attachement qu’à l’ego du ‘je’, du même attachement qu’aux sentiments et sensations, dont ses valeurs sont nécessairement duelles, construites sur une comparaison ou calcul par rapport à des contraires et, de ce fait, relatives. Ces valeurs duelles, telles winner-losers ou bien-mal, ou pur-impur n’ont aucune valeur selon lesquelles nous menons normalement notre vie, et ne peuvent avoir une quelconque existence dans le Seul Réel.

Le social n’est seulement que superficiel, nous vivons tous dans le superficiel et dramatiquement doublé du SUPERFLU (surabondance surtout visible chez les Occidentaux, particulièrement chez ceux de l’Empire USionistan… paradis des Big Boys…).
Nous ne vivons que sur des surfaces appelées OPINIONS, même chez ceux qui « explorent la matière » jusqu’à soi-disant « l’infiniment petit » qui ne trouveront jamais rien d’autre que des surfaces. « Infiniment petit » n’est qu’un concept du mental, son contraire aussi.
Ici de la naissance à la mort nous ne vivons que des surfaces et ne voyons jamais l’intérieur de quoi que ce soit. Nous ne vivons que de la COUVERTURE SOCIALE COMPOSÉE DE NOS EGO, le « moi je ». Ce « moi je », qui ne peut-être un total, puisqu’il se définit par rapport à un toi, par rapport à un nous, qu’il est donc limité par ce qui le différencie de ce toi et de ce nous. La Théologie chrétienne dit qu’il ne peut y avoir qu’un Dieu, car s’il y en avait deux, chacun serait limité par ce qui le différencie de l’autre, et aucun ne pourrait être dit in-fini.


Le Soi ou ‘Je’ étant une Fractale de Fractale il « inclut à l’intérieur de lui-même » le TOUT, soit la Réalisation même, donc sans ego. Si on commence à foutre dedans le temps, on tombe dans l’ego. Temps ou durée : sorte d’outil comme un prisme décomposant la lumière blanche de l’Instant en sept couleurs de l’Arc-en-Ciel. DURÉE : la poussière qui se dépose sur les meubles = le Passé, le ménage n’a pas été fait depuis un temps long. Tomber en poussière : poussières d’empire.
BLANC DE L’INSTANT : comparable à maints exemples de l’écran de cinéma donnés par Ramana Maharshi : les images du film projeté bougent parce que projetées à la cadence mécanique de 24 images par seconde ; essayez d’attraper ces images ! Que saisirez-vous ? Rien que l’écran, ou actuellement rien que l’écran du système informatique. Coupez le flux du projecteur de film, qu’est-ce qu’il reste alors ? Encore l’écran du Blanc de l’Instant.
Le film qui n’est qu’une série de photos, ou de pixels en informatique, est comparable à ce que nous appelons « la vie »

S’il n’y a personne pour observer le temps qui coule, il n’existe pas. S’il n’y a aucun observateur, donc aucun ‘Je’, comme tout est fractale, peut-il y avoir encore un « observé » ?
Le mental fait qu’il ne peut y avoir un observateur sans quelque chose observé, ni quelque chose observé sans observateur. Ce qui rejoint que tout ce qui est observable peut être symbolique, et que ce symbolique est lui-même observable, en vertu de la LOI DES CROISEMENTS… offerte seulement aux êtres humains… pour le meilleur et pour le pire, surtout pour le pire…
Pas de Sujet sans Objet, ou inversement. C’est le TIC-TAC ou FRÉQUENCE de la pendule.

Chacun à travers ses sens PERÇOIT (Per : de père et paix et de maison, intérieur [en ancien égyptien] ; et soi, le ‘je’ en paix, dompté). PERÇOIT = INSTANT. Mais si l’ego se développe, soit le mental, le sujet et le calcul et la dualité sujet-objet naissent ET OPÈRENT SUR CE QUI EST DÉJÀ PASSÉ, SUR CE QUI N’EST DÉJÀ PLUS DANS LE BLANC DE L’INSTANT.
Ce qui est perçu arrive vivant, dans l’Instant, mais saisit par le mental il, « le perçu », ne plus plus vivre et mourra, car le mental ne se nourrit que de substance morte, comme les carnivores humains mangent de la viande morte depuis la voie de l’Agriculture. L’acte de la raison EST LE KILLER DE CETTE PLANÈTE, par conséquence les perruques poudrées ou philosophistes de leur siècle orgueilleusement appelé par eux « lumières » sont naturellement des criminels qui imposent leurs opinions aux autres.

La MORT est nécessairement LA STARGATE vers l’éternel, vers la Vraie Permanence sans nom-la-forme. La Stargate ou ‘Je’ acteur-spectateur dans l’Instant, donc sans temps qui coule, Stargate ou ‘Je’ contenant la Trinité Avant-Pendant-Après ; l’Eau-Instant étant ce qui fait circuler les Trois. C’est-à-dire que le ‘Je’ ou Conscience est nécessairement A-TEMPOREL, comme le dit Ramana Maharshi à l’entretien 96, qui ajoute : « Chacun sait ”Je suis !”. Personne ne peut nier son propre être ».
Quand on meurt, tout doit bien devenir serein et merveilleux. C’est le retour vers le Saint Chaos ou Eau Primordiale de la Stargate.

L’Occidental et sa démocratie ont une maladie spécifique clairement identifiée : LE FAIRE/FER qui rouille partout dans le monde, en un autre mot il s’agit de la MALADIE DU TRAVAIL, naturellement lié au « pouvoir d’achat » et au productivisme capitaliste. En fait, chez l’Occidental sa maladie serait plutôt celle du FAIRE/FER SUPERFLU. Car après maintes choses examinées, une très grande proportion de ce que l’Occidental appelle « travail » est finalement inutile !!! Sauf que ça sert à engrosser les comptes en banques des Couilles en Or.
Rien que l’ensemble « pouvoir d’achat » renferme la psychose obsessionnelle du « travail » et du « faire ». Une psychose nettement plus importante depuis l’après 1968, du moins en Europe. UNE PSYCHOSE DEVENUE DOGME, UN SUPER GRÉGARISME tant c’est important pour la chefferie dépendante de la City de Londres et de ses banques. Et même depuis l’aube de l’ère chrétienne et de l’Église de Rome, tout le monde doit « faire quelque chose », TOUJOURS ET TOUT LE TEMPS, c’est écrit dans la Bible de la voie des 10.000 ans de l’Agriculture que « l’Homme doit travailler à la sueur de son front ». Alors c’est bien connue, certains qui préfèrent se reposer font travailler les autres à leur place… comme les banquiers profitent de notre argent sans rien faire sauf des calcules… On peut facilement deviner quelle population a tendance à esclavagiser ceux qui ne font pas partie de sa paroisse…

Selon la Bible de l’Agriculture et les ennemis des oiseaux, c’est pas bien de rester à ne rien faire, ça engendrerait des délinquants genre « oisiveté est mère de tous les vices », certainement énoncé par un partisan de la voie de l’Agriculture et du productivisme…  oisifs supposés excellents clients pour les bistrots et autre bouffe y compris par le mental comme les jeux vidéos (qui sont plutôt une forme de travail déguisé).
Donc cette psychose biblique des ennemis des oiseaux au même titre que les "mauvaises herbes" (les Païens) est devenu une vertu et son hérésie sera considéré comme un vice. My God ! Encore un coup du camp de la dualité winner-losers côté winners qui continue imperturbablement d’ENGENDRER SA DICTATURE sous d’autres formes de ce capitalisme déjà présent au temps du TROC et des ÉCHANGES.

Je ne répéterais jamais assez que LE FER ÇA ROUILLE, CONSÉQUENCE DU ROUGE OU ACTION, ROUGE DE LA PASSION, LE FAIRE AUSSI ROUILLE ET DÉROUILLE (usure et usuriers) !… D’un autre côté le rouge sang de la vie terrestre et son contraire le vert de la chlorophylle. ROUGE = PASSÉ (Adam), LE RUBEDO et la résolution du conditionnement individuel par l’ego. Toujours ce paradoxe de la Réalisation du Soi (‘je’ n’existe pas sans le ‘Je’, et l’inverse). Donc ambivalence totale du Rouge comme du Sacré : libération-oppression… tant de drapeaux rouges de nations flottent en ce moment et nous en montre la preuve… Rothschild veut dire enseigne, bouclier ou signe rouge (comme un signe héraldique ou un logo).
CATASTROPHE OXYDE-OXYGÈNE : Fer + Oxygène = Rouille (Rouge du Passé…), et peut être comme un ÉCHAPPATOIRE À L’INSTANT (paradoxe…).
L’Occidental et son « pouvoir d’achat » croit que les choses sont matérielles, qu’elles sont non seulement utiles mais bénéfiques. Il vit uniquement dans l’utilitarisme. Il est en pleine psychose… Il est en plein dans son avoir AU LIEU D’ÊTRE DANS SON NATUREL ÊTRE.

OISIVETÉ + FAIRE = ÊTRE, sommet de cette trinité. ACTION + INACTION = NON-ACTION OU VRAIE ACTION.
Comme nous sommes prisonnier du « pouvoir d’achat », nous n’arrivons jamais à ÊTRE. Si nous le savions, personne ne serait assez idiot pour continuer de faire comme actuellement du faux travail, MAIS RÉALISERAIT DU VRAI TRAVAIL OU VRAIE CRÉATION libérée enfin de cette saloperie de thermodynamique ! Et l’oisiveté n’existerait plus ou ne voudrait plus rien dire.

OISIF : du latin otiosum, de otium (loisir), français de 1175 : oisos (paresseux, qui reste à rien faire) ; oisos (oisiveté). Oisif commence par la lettre O, le TOUT, comme le POINT SUR LE I qui procède du Centrum Centri). Oisif sonne comme oiseau, oisel, oiseler (de joie, tressaillir de joie, oisellare). Proche, nous avons osellons (petits oiseaux) (réf. Glossaire de Du Cange). Loisir peut aussi s’entendre par la Langue des Oiseaux : Loi-Sir (loi du Sir, ce qui est censé être juste, son représentant étant sous la « protection de Dieu » [entendre : l’Église de Rome], sa loi qui permet le loisir ; par exemple on dit « prendre à loisir », donc c’est autorisé).
 
Les Occidentaux et maintenant même le monde entier ONT PEUR DU VIDE tant ils leur faut du Faire/Fer. Particulièrement l’opinion prétend se construire sur des bases logiques. Mais cette « logique » ne dépend que de l’ego. Logique qui sera donc calculé, qui ensuite deviendra un concept affectif ou sentimental, qui prendra valeur de constante ou dogme, qu’on en soit conscient ou pas. Et ce dogmatisme sera d’autant plus dictatorial qu’il sera inconscient, parce que tout danger de n’y plus croire crée la PANique devant le VIDE, donc devant la possibilité de ne plus avoir de raison de vivre, de ne plus avoir de carotte ou croyance pour avancer.
Alors la possibilité de n’avoir rien à faire devient une horreur, une PANique, une peur de ne plus rien trouver entre son ego relatif et son ‘Je’ véritable. Et effectivement ça peut provoquer une douleur absolue nommée PANique (le TOUT), surtout par panique de perdre entièrement sa « personnalité » (Je est un autre…) face à la vraie conscience d’ÊTRE.

Actuellement nous avons la dualité travail-loisir, donc le faire, et l’oisiveté nommée depuis un moment « congés payés » ou vacances (on a aussi les « grèves »…). Si le Faire/Fer se trouvait devant le ‘Je’, il s’écroulerait instantanément conscient de sa nullité !

Seule trinité matérialiste authentique : Tout le monde dort, chie, crève. Allez faire inscrire ça sur les façades des institutions du régime républicain ! Ce ne serait pas bon pour le commerce…
 
 

Dernière mise à jour : 06-04-2018 00:13

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >