Accueil arrow News arrow Dernières news arrow FAUSSETÉ DU JUDAÏSME ET DU CATHOLICISME
FAUSSETÉ DU JUDAÏSME ET DU CATHOLICISME Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 15-04-2018 22:43

Pages vues : 1727    

Favoris : 231

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Banques, Capitalisme, Catastrophe, Chan, Chimère, Christ, Confort, Corps, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Gratuit, Humain, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Japon, Jardin, Juif, Klan, Langage, Liberté, Lucifer, Maux, Méditation, Mental, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Orient, Panique, Paradis, Pierre, Porte, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Simple, Social, Soi, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Vérité, Vide, Vieux, washingtonisme, Yokaï

 
israel_long666.jpg
 
 
FAUSSETÉ DU JUDAÏSME ET DU CATHOLICISME
les MESSIANIQUES VENDEURS DE LEUR CAROTTE TEMPOREL,
qui va déclencher la plus grande tragédie
des 10.000 ans de la voie de l’Agriculture :
Le Coup d’État de 1917 en Russie, la révolution
et la catastrophe capitalo-socialiste ou
social-démocratie bâtit sur
LE MENSONGE depuis des millénaires hébraïques
et de leur « socialisme » (PRINCIPE DE L’INTÉRÊT,
général ou individuel, c’est toujours
l’ego en package « collectivisme » soit
l’antique dilemme guerrier Individualisme-Collectivisme).

1917 en Russie est le coup d’envoie du
Nouvel Ordre Mondial ou « république universelle »
des judéo-maçons spéculum, comme le montre encore
les affiches de propagande politique d’époque URSS,
comme le montre les défilés filmés en URSS.
Nouvel Ordre Mondial et république universelle ou
CRIMES EN BANDES ORGANISÉES (contre la Libye, l’Irak,
la Syrie, etc., tout de qui n’est pas de ses opinions).
 
 
NAISSANCE DU MATÉRIALISME ACTUEL.
Merci les Hébreux-Juifs et banquiers de la City de Londres POUR VOTRE INFESTATION… Merci Jacques Attali pour votre parasitisme d’opinion sans vergogne au sein de votre oligarchie et de celle de la France entre vos méninges.


PREMIÈRE PARTIE
 
 
Inventer LA CRÉATION comme le firent les Hébreux-Juifs et les Catholiques en leurs églises (Empire de Rome) est seulement une opinion, une construction du mental, où même les Païens tombèrent dedans, puisque Judaïsme et Catholicisme ne pouvaient que s’en inspirer. Après les Païens, contraints de reconnaître l’Unité et l’immuabilité de l’Être ou Soi, mais ne voulant surtout pas abandonner leur matérialisme, soit leur autonomie dans ce monde spatio-temporel, les Hébreux-Juifs ont inventé la Création d’une manière totalement arbitraire, plutôt politique dans le sens actuel que peut l’être « la république » (socialiste).
 
Rien que le fait d’inventer une création détruit tout idée de sacré, de divin, et engendre un caractère arbitraire, diviseur, dans tout le système de croyance des Hébreux-Juifs et des Catholiques. Cela va conduire à la fameuse RAISON si mise en triomphe par les perruques poudrées du 18è siècle. Une « création » ne peut qu’être ANTI-NATURE en son principe car pensée ; JAMAIS PERSONNE NE L’A PENSÉE (voir le refrain 264 (1) LE FAIT D’INVENTER UNE CRÉATION, DONC UNE NAISSANCE… PUIS NÉCESSAIREMENT UNE MORT, EST NÉCESSAIREMENT UNE FAUSSETÉ, comme inventer un « Big Bang ».

Pour le créationnisme en nihilo ou à partir de l’opinion, Yahvistes et Catholiques et ce qui s’en suit l’évolutionnisme, CRÉER = CAUSE, donc tomber dans la dualité CAUSE-EFFET, TOMBER DANS LE TEMPS ET SA CAUSALITÉ. L’opinion de causalité comme imaginer un départ, une cause, invente par là-même l’HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui coule). Par conséquent, la dualité cause-effet est une illusion humaine dans le spatio-temporel, et l’invention de la création n’a rien de divin mais est purement LA NAISSANCE DU MATÉRIALISME ACTUEL ET DE SON DÉSIR. Inventer une création est inventer le POURQUOI, INVENTER UNE THÉOLOGIE, UNE MÉTAPHYSIQUE OU AUTRE TRAVAIL DU CHAPEAU POUR EXPLIQUER, CE QUI EST À JAMAIS INEXPLICABLE PAR LA MOINDRE CERVELLE, ARTIFICIELLE OU HUMAINE.

Inventer une cause c’est CROIRE EN L’EXTÉRIEUR, DONC CROIRE EN UN DIEU QUI SERAIT « QUELQUE PART », UNE « RÉALITÉ » EXTÉRIEURE, UNE FILIATION, UN PÈRE.
La création façon Yahvistes et Catholiques fabrique une puissance surnaturelle d’un monde qui est de sa fabrication, qui est de son copyright ! Ce qui réalise l’inconcevable scandale d’une promotion du néant à l’Être, comme si l’Ainsité n’existait pas : « Il m’arrive encore de désirer le retour au Néant, l’anéantissement du ‘Je’. Mais, écrivant cela, je m’aperçois que c’est impossible. Retour au Néant ? Mais on ne peut retourner « à quelque chose » qui, par définition, ne peut être le Néant, le Rien. L’anéantissement du ‘Je’ ? Mais ce ‘Je’ est la fine pointe de mon âme, par laquelle je suis une « personne », selon la définition qu’en donne Olivier Clément, par laquelle je touche Dieu, je suis Dieu. Pouvoir tuer mon ‘Je’, ce serait pouvoir tuer Dieu. Idiot, stupide ! Le fleuve qui va à la mer ne peut supprimer sa source », écrit Jean Coulonval dans : Synthèse et Temps Nouveaux.
Comment un « Dieu » ou une entité décide comme ça, « un jour » : « Je vais créer un monde ”pour mon peuple” ! », ou genre ”Volonté divine” : « Que cela soit fait ! » ???
Naïvement j’imagine plutôt que ce Dieu là est à l’origine du « pouvoir d’achat » et de la dualité cause-effet… et de la date de péremption : une naissance comporte automatiquement une mort.
Dans les croyances indiennes, ensuite tibétaines, c’est l’opposé du yahvisme et catholicisme et de leur créationnisme, en ce sens que la création n’est pas un absolu ou un « miracle primitif », mais bien plutôt comme un processus continu et éternel de redéploiement perpétuel, comme une RESPIRATION. Il n’y a donc jamais « Rien ». D’ailleurs George Gamow a émis la théorie d’un Univers oscillant, un Univers qui « respire » en passant éternellement par alternance d’inspiration en expiration (Involution-Évolution).
La croyance chinoise est aussi à l’opposé du yahvisme et catholicisme et de leur créationnisme, et même de la croyance hindou, puisqu’il n’y a pas de dualité avec une cause « première » qui inévitablement engendre un évolutionnisme, mais en Chine au « Commencement » il ne pouvait qu’y avoir L’ALTERNANCE.

Introduire le mot « commencement » c’est déjà inventer l’HOTC comme le scolaire  de l’avoir : « Une éprouvette a été utilisé », au lieu de vivre l’Instant, l’ÊTRE : « J’ai utilisé une éprouvette… »
Comme expliqué à l’Ainsité plus haut, « Le fleuve qui va à la mer ne peut supprimer sa source », le lien de l’Être se « situe » dans le ”non-Être”. Mais un ”non-Être” jamais né, sinon, il serait mortel.
On pénètre là dans le « domaine » de la SAINTE CHIMÈRE (Mère du Chi ou Ki chinois : l’Archée ou Principe Universel…) et des croyances de l’Être et du non-Être, lequel serait générateur de « l’Être ».
La Réalité (Ré-AL-I-T) étant SINGULARITÉ, IDIOTÈS, elle ne comporte pas de double, elle est AUTOGÈNE comme le Dieu égyptien PTAH emmailloté dans ses bandelettes signifiant ni commencement ni fin, qui n’a pas de cause et par conséquent pas d’effet. (il est emmailloté). Surtout : le Ptah emmailloté signifie qu’il ne tombe pas dans la manifestation (le spatio-temporel), IL NE TOMBE PAS DANS LE CRÉATIONNISME D’UN YAHVÉ  ET AINSI N’OUBLIE PAS SON ÉTAT NATUREL DU SOI.
Or le Dieu des Yahvistes et des Catholiques veut se « multiplier », faire de la progéniture pour travailler l’Agriculture à la sueur de ses fronts et fourbir des salariés.

Introduire le mot « commencement » c’est inventer LA RELATION, LE TEMPS ou CAUSALITÉ, INTRODUIRE UN ABSOLU, comme s’il se pouvait que cet Absolu soit principe de toute relation, DE TOUT ÉCHANGE, SI CE N’EST EN INTRODUISANT L’IMMANENCE DU DÉSIR AU SEIN DU PREMIER PRINCIPE, ET EN AFFIRMANT QUE LE PRINCIPE PORTE DÉJÀ EN LUI TOUTES LES POTENTIALITÉS DU DÉSIR !
Ce qui rejoint le Dieu qui décide, qui DÉSIR « un jour » créer un monde, DE CE FAIT IL N’EST PLUS LUI-MÊME, Il est le DÉSIR qu’éprouve l’éternellement UN de s’enfanter lui-même, DONC D’ÊTRE LA SINGULARITÉ, L’IDIOTÈS, LE SOI ÉTERNEL ; IL OUBLIE SON ÉTAT NATUREL.
Le DÉSIR ne peut qu’être la base d’un Dieu : le fondement d’un éternel acte de TIC-TAC D’AUTO-RÉVÉLATION. Une réponse au DÉSIR encore obscur ou première émotion de l’être divin, bref, DIEU S’APERÇOIT LUI-MÊME EN SON IMAGE… et fiche tout en l’R…
Emil Cioran, dans Précis de Décomposition, écrivait : « Chacun de nos désirs re-crée le monde et chacune de nos pensées l’anéantit… ». Nous en avons des exemples actuels : alternance de cosmogonie et d’apocalypse ou alternance de constructeurs et de démolisseurs au quotidien (deux guerres mondialisées, latence de chaos de l’après 1945 et après 2001), qui illustrent à notre échelle microscopique les mythes « éternels ».

Introduire le mot « commencement » c’est inventer la PSYCHANALYSE de Freud : parfaite dualité du sujet s’interrogeant sur sa cause et tombant dans le temps et sa conséquence LE DÉSIR. D’ailleurs le KARMA repose sur le principe du FAIRE/FER : Faire ou action né du DÉSIR et de rien d’autre. L’acte de la création est l’ARCHÉ ou PROTOTYPE de tous actes ou faire possibles. Et cet acte Premier du fait QU’IL EST et Sans Pourquoi, parce qu’il ne peut avoir aucun « truc » en plus. Sans Désir il ne peut y avoir d’acte de création. MAIS, QU’EST-CE QUE LE DÉSIR ?
DÉSIR : D-Sir : Seigneur ou Roi dans le spatio-temporel, ou état depuis la Trinité (d’E : Entendement et donc Espace et Évolution). Important, important…

Dans le même Thème du paradoxe de la Réalisation du Soi et de l’entretien 264 (1), dans les EAUX PRIMORDIALES ou SAINT CHAOS IL Y A « RIEN DANS LE TOUT et TOUT DANS LE RIEN », ce qui rejoint aussi le Thème du DÉSIR. Voir ci-dessus la citation de Cioran.

Les cosmogonies indiennes reconnaissent dans le cas d’un Univers extérieur comme chez les Yahvistes et Catholiques, le déploiement et donc le temps du Principe fabriqué comme creator spiritus.

PTAH = L’ABSOLU SIMULTANÉMENT ET SANS COMMENCEMENT NI FIN SE CRÉE LUI-MÊME.
Le ‘Je’-‘Je’ ou Super Tautologie : le Premier Principe dirigeant son mental, qui n’existe pas, sur Lui-même (Je suis ce JE SUIS), ce qu’on peut aussi appeler RAYONNEMENT (comme l’Auréole ou « couronne d’Or » des saints du christianisme) ou LUMIÈRE DE LA MANIFESTATION, en d’autres mots LE SANS POURQUOI, L’ORIGINE EST NÉCESSAIREMENT SANS POURQUOI, SANS DUALITÉ, SANS CONDITION (sans opinion) C'EST DONC GRATUIT, ce qui renvoie à l’OUROBOROS : l’Origine qui se précède elle-même, une SPONTANÉITÉ AUTO-AFFIRMATIVE comme la Super Tautologie « Je suis ce JE SUIS » ou causalité de soi par soi et engendré par le Premier Principe « NÉ DE SOI-MÊME » COMME LE DIEU PTAH SI « PARLANT » (L’AUTOGÈNE), le Père-Fils de lui-même, Celui qui naquit à l’Être, se transforme lui-même, et (ou) se fit lui-même un Soi », CHOSE IMPOSSIBLE PUISQU’IL EST EST D’ORIGINE LE SOI… Ptah étant par Principe le Dieu des gens simples, DONC DE TOUS, et vraisemblablement une des premières notions D’ÉGALITÉ, mais dans son vrai sens, pas dans celui de l’après 1789 et du 1917 soviétique où ne règnent que des CLASSES (pyramide maçonnique), tous égalités capitalistes (lin(b)éralisme) et « même soupe pour tous », ce qui ne pouvait fonctionner puisque l’ego soi-disant « égalisé » continuait ses ravages PAR LE FANTASME MALADIF DU « NOUS », FAISANT POUR N’IMPORTE QUEL ÊTRE HUMAIN L’IMPOSSIBILITÉ DE RÉALISER SA NATURE RÉELLE, ORIGINELLE, UNE, AVEC LE COSMOS.

CRÉATION = DÉSIR DE L’UN DE S’ENGENDRER LUI-MÊME. Là encore, renvoi à l’entretien 264 (1)
En résumé : pourquoi quelque chose plutôt que Rien ? Mais introduire la question est déjà du temporel et de la dualité… Comme de se poser la question : d’où vient que l’Absolu ait dû exprimer son essence et tomber dans la dualité sujet-objet ? (1)
Oh Sainte Chimère…

LE JUDAÏSME EST PURE MATÉRIALISME,
il était facile qu’il puisse produire la suite du Coup d’État russe de 1917, puis la conséquence : la révolution de 1917.
En 1922, parmi les 25 membres du présidium du parti communiste, dont le journal La Pravda publia le portrait, il y avait 11 Juifs, 8 Russes, 3 Caucasiens et 3 Laitons. Au 12è congrès du Parti en 1923, trois des six membres du polit-bureau étaient des Juifs. La liste des dignitaires bolcheviques d’origine juive est interminable.

« Quiconque avait le malheur de tomber aux mains de la Tcheka, était presque sûr de se trouver face à un juge d’instruction juif, et d’être fusillé sur son ordre », (Léonard Schapiro, cité par Alexandre Soljénitsyne : Deux siècles ensemble, 1917-1972).

RAPPEL : ce sont les Hébreux et plus tard les Juifs qui inventèrent l’Histoire :
Le Dieu du « peuple juif » n’est pas un Dieu cosmique (ou païen), ni oriental, mais une « personnalité » du monde spatio-temporel qui intervient sans cesse dans la Chronologie tueuse, ou temps, et la politique, et qui révèle sa « volonté », son DÉSIR, donc son « opinion » RÉPÉTÉE, REFLÉTÉE, à travers des événements temporels (invasions, batailles, sièges, pénuries, etc.). Les faits historiques ou opinions sont transformés en des « situations face à Dieu », donc une opinion se transformant en une valeur religieuse nommée « Histoire », une IDOLÂTRIE, que rien jusque là ne pouvait leur assurer. En d’autres mots/maux, ils transformèrent leur opinion en Dieu ; ils inventèrent Dieu ! (pour l’entretien 264 (1).
Les Hébreux furent les premiers à inventer l’Histoire, à comprendre tous les bénéfices qu’ils pouvaient en tirer partie : une épiphanie commerciale à leur Dieu. Et cette conception fut quasiment au même moment celle des Chrétiens épluchée de commerce, qui l’amplifièrent (voir la page 2000 ans de christianisme ?) ; de nos jours nous sommes toujours prisonniers de l’anno domini.

Partout où sévissent les Talmudistes cancérisés par le Pour-Voir, la « lutte contre le racisme et l’antisémitisme » est leur priorité. CELA VEUT SIMPLEMENT DIRE QU’ILS SONT LA CAUSE DE CETTE « LUTTE », COMME LEUR DIEU-CAUSE DE CRÉATION. S’ils étaient bien dans leurs pompes où avaient trouvé chaussure à leurs pieds, s’ils avaient « les pieds sur Terre » (sans opinions et dans le Ici et Maintenant), la plupart n’auraient pas besoin de cette violence extrémiste comme leur « lutte contre la haine et l’antisémitisme » suspectement acharnée et si temporel (de générations en générations de mutilés au huitième jour de naissance, ce qui renforce leur lien d’opinions et donc de remarquable géométrie mentale).

A suivre…

Note.
1. « Dieu créa l’homme ; et l’homme crée Dieu. Ils sont tous deux les créateurs des noms et des formes. Mais en réalité, ni Dieu ni l’homme n’ont été créés ». Ramana Maharshi, entretien 264, du 20 octobre 1936.


Vidéo (en 4 parties) a voir et à conserver tant elle est instructive et pertinente. Il est salutaire de prendre en considération tout CE GRÉGARISME TYRANNIQUE MONDIALISÉ AFIN DE S’EN PROTÉGER.
Comme la plupart des talmudistes luttent de façon générationnelle contre « la haine et l’antisémitisme », nous avons à nous protéger de leurs opinions qui veut tout bouffer comme leur capitalisme.
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 17-04-2018 20:10

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >