Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Adam et sa glèbe capitaliste
Adam et sa glèbe capitaliste Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 29-04-2018 22:43

Pages vues : 2412    

Favoris : 13

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Alchimie, Banques, Capitalisme, Catastrophe, Chan, Chimère, Christ, Circoncision, Confort, Corps, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Gratuit, Humain, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Japon, Jardin, Juif, Klan, Langage, Liberté, Lucifer, Maux, Méditation, Mental, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Orient, Panique, Paradis, Phallus, Pierre, Porte, Puce, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Simple, Social, Soi, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Vérité, Vide, Vieux, washingtonisme, Yokaï

 
ptah_logoarbre_gd1.png
 
 
Adam et sa glèbe capitaliste
et certainement pas « l’innocence adamique »
avant éjection du paradis !


Page dédiée à PTAH (qui-est-au-Sud-de-son-Mur, au beau visage [stèle du musée du Vatican, époque saïte]), et par conséquence aussi dédiée à l’Akasaja indien (le né dans le vide ou né de Lui-même comme Ptah).
 
 
- Partie trois : Bandelettes et espace-temps
 
Adam l’insensé qui prend conscience de son corps fait de terre et ainsi se trouve enchaîné à la matière et par là même au capitalisme qui saute sur tout ce qui bouge…. C’est même écrit dans la Genèse 2, 7 que le Yahvé est PREMIER CAPITALISTE ET PREMIER FABRICANT EN GROS : « Alors Yahvé Dieu modela l’homme avec le glaise du sol, il insuffla dans ses narines une haleine de vie et l’homme devint un être vivant », donc UN PRODUIT ET FUTUR CONSOMMATEUR ET SON POUVOIR D’ACHAT. Ce Dieu là est EXTÉRIEUR à l'être humain....

YAHVÉ = CAUSE-EFFET. IL EST BIEN À L’ORIGINE DU MATÉRIALISME QUI CANCÉRISE CE MONDE.
 
 
Or Il n’a jamais rien créé : ni de « ceci » ni de « je », Il a seulement fait de L’INFORMATIQUE : DU VIRTUEL, DE L’ILLUSION, « SON » UNIVERS ET « SON » PEUPLE DONNENT L’ILLUSION D’ÊTRE UNE PRODUCTION (hollywoodienne…). Le Yahvé n’a fait que DE LA PHOTOCOPIE, du Samsâra (cycle des naissances et des morts, monde phénoménal des noms-les-formes ou de la diversité chère au capitalisme), soit le monde de l’HOTC, le monde de l’emprisonnement. MONDE DE LA CRÉATION = DÉSIR ET POUVOIR D’ACHAT et MAYA (illusions).

Le Yahvé n’a fait que DE LA PHOTOCOPIE, or l’Absolu ne peut être ni réalisé ni connu par un autre sans tomber dans la copie ou dualité sujet-objet, cause-effet. SEUL L’ABSOLU PEUT SE RÉALISER LUI-MÊME COMME L’INFINI ÉMERGE DE L’INFINI ET EXISTE EN LUI EN TANT QU’INFINI PARCE QU’IL EST SANS POURQUOI. C’EST AINSI QUE CE MONDE N’A JAMAIS ÉTÉ CRÉÉ, « IL EST LE MÊME QUE CELUI D’OÙ IL ÉMERGE ».
Quand l’opinion de ‘je’ est détruite par privation de combustible fourni par le principe du vagabondage mental, seul ce qui EST est l’Infini (Connaissance+Connaissant+Connu = UN).

AKASA : Espace de la Conscience (cidakasa), Espace du mental (cittakasa) et Espace des éléments (bhûtakasa). Ramana Maharshi en donne une description dans la question de savoir quand le mental est inopérant. (Note : Cit ou Chit : conscience, pur conscience).
« Si l’on prend le ciel comme exemple, on doit dire qu’il est de trois sortes, cidakasa, cittakasa et bhûtakasa. L’état naturel est appelé cidakasa. Le sentiment [ou opinion] ‘je’, né de cidakasa, est cittakasa. Quand ce cittakasa se dilate et prend la forme de tous les bhûtas (éléments), tous cela est bhûtakasa. Quand le cittakasa qui est conscience du soi ‘je’ ne voit pas le cidakasa, mais voit le bhûtakasa, on dit qu’il s’agit de mano âkasa, et quand il quitte le mano akasa et voit le cidakasa, on dit qu’on a alors affaire à cinmaya (ou chinmaya : pure conscience). La retombée du mental [son domptage, son inexistance] signifie que la multiplicité des objets disparaît et que l’idée de l’unité des objets apparaît. Quand cela est réalisé, tout apparaît naturel ».
« Dimension » est le sens du mot Akasa, selon le point de vue dans cette dimension : spirituelle, mentale ou conceptuelle, physique (ego).

YAHVÉ = OBJECTIVITÉ (ou vu comme telle par certains). Comme il n’existe pas de monde, la Seule Réalité porte aussi le nom d’Âtma, Brahman, Soi, Dieu, Vérité, Centrum Centri, Foi, etc.
Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux parle souvent des ESSENCES, comparable à l’Or ou un autre métal formant un bracelet : ce bracelet ne saurait exister sans cet Or ou cet autre métal. L’Essence existe en toutes choses comme l’arôme dans les Fleurs, et la faculté de la perception libératrice existe chez celui qui vit ces Essences.

Yahvé est donc un matérialiste comme cette création qui engendre toutes souffrances et qui se manifestent dans le mental : l’idéation ou principe du vagabondage ou nomadisme de la pensée crée l’opinion des objets créés.
Une LOI IMMUABLE contre le créationnisme du Yahvé dit que l’irréel, donc le monde, ne possède pas d’existence réelle et que le Seul Réel ne peut cesser d’être. En effet, dès qu’il y a naissance, comme celui du monde du Yahvé, il y a aussitôt mort de ce monde (souffrance, accidents, etc., jusqu'aux catastrophes cosmiques). Et s’il y a naissance il ne peut qu’y avoir le tiqoun de la cabale lourianique (Isaac Louria Achkenazi 1534-1572) et surtout la nécessité de faire le mal pour soi-disant engendrer le bien : « En fin de compte, toutes leurs explications [des lourianistes] tournaient autour de la nécessité implicite d’éliminer la qelipa (1) de la sphère de sainteté en amenant les germes latents du mal à une existence réelle et une identité distincte », écrit G. Scholem page 50 de son Sabbataï Tsevi, qui précise que le lourianisme transforma la notion d’exil en un symbole cosmique (plutôt en messianisme). Bref, Louria tombe plein pot dans l’HOTC en faisant un système de l’événement ou accidents de ce monde, et par là même participe déjà politiquement (matériellement) à l’actuel mondialisme.
Voir aussi la page : Observations sur l'oeuvre de Gershom Scholem.

Comme le dit parfois le Maharshi dans ses entretiens, la mort, donc la naissance aussi, ÇA N’EXISTE PAS, ce que conforme les rapports d’Akasaja (le né de l’Espace) avec la Mort venue le chercher, et qui se plaignit de ne pouvoir s’emparer d’Akasaja. Mais en Réalité la mort ne s’empare jamais de personne, car la mort d’un humain est provoqué par son emprisonnement dans les chaînes sans fin de cause-effet, ce que précisait aussi Jean Coulonval dans l’Œuf et la poule : cause de la poule et l’effet œuf, mais la poule est dans un monde aussi « création » du Yahvé, donc chaîne sans fin de causes et d’effets « dont les deux bouts ne se rejoignent pas et qui peuvent s’allonger à l’infini », évolutionnisme en tous bénéfices pour les matérialistes et leur capitalisme.

Cause ou KARMA (fruits du Faire/Fer) : si Akajasa est vraiment né dans l’Espace ou le Vide, il ne possède pas de cause et donc pas d’effet ! Il est comme le « fils ou la fille » d’une femme stérile, donc introuvable, non-né ! Bref, AKASAJA EST UNE MOUTURE DU THÈME PTAH-OSIRIS-JÉSUS. AKASAJA EST DÉLIVRÉ DU MENTAL, OU N’EN A JAMAIS EU, Il n’est donc pas engagé dans le moindre bidouillage du mental susceptible de permettre quoi que ce soit à la mort venue le chercher.

Akasaja n’est qu’une « masse d’intelligence » pure. « Ce n’est qu’à nos yeux qu’il apparaît comme un être vivant. Il n’existe en Lui aucun concept susceptible de générer du karma » (Yoga-vasishtha III,2).

La conscience est reflétée dans la conscience, comme la copie est reflétée par l’original ; et c’est cette copie qui va vouloir son indépendance et qu’ainsi vont naîtres L’HUMANISME (culte de l’Homme et sa laïcité), LE CULTE DU NARCISSISME, L’EGO ET TOUTES LES SOUFFRANCES ACTUELLES. C’est cette copie que nous appelons « réalité » qui ne l’est pas.

La manifestation de vie d’Akasaja n’est pas déterminé par une cause : « Il n’est pas né », ou mieux, COMME PTAH IL EST NÉ DE LUI-MÊME (d’où d’ailleurs le symbole d’emmaillotage de Ptah : il est comme immobile ou non participatif de ce monde des accidents tout en y participant, en plus il est sur un socle…). Cet emmaillotement comparable à un « suaire » qui gaine plus qu’il ne le couvre d’où seules émergent la tête et les mains tenant un long bâton ouser (wsr : puissant, puissance). Le bonnet bleu de Ptah peut correspondre à l’Eau Primordiale ou « liquide amniotique bonheur du nouveau-né ». Le bonnet de Ptah signifie qu’il n’a pas de mental, donc que rien ne peut l’atteindre. C’est du Thème de l’INVISIBILITÉ aux yeux humains comme de couvrir quelqu’un d’un manteau pour le rendre invisible et le mettre à l’abri de ce monde des accidents. Le bonnet affirme la spiritualité exceptionnelle de Ptah puisqu’aucun Dieu Égyptien autre que Lui n’en porte, et le rend réellement invisible comme le Dieu des Chrétiens, et Jésus-Christ, et avant Osiris. Ptah préside aux Arts et Artisans et Ouvriers, donc ceux qui sculptent les nombreuses statues qui seront ensuite « animée » grâce à des rituels spécifiques.

L’insensé comme Adam qui se prend pour un corps parce que dans le temps, un « jour », il se découvre nu et donc comme un corps fabriqué de terre et va effectivement de ce fait être prisonnier de la matière, et la mort pourra facilement venir le chercher à toutes heures du jour et de la nuit et à longueur d’année… Puisque Akasaja ne se prend pas pour une filiation d’Adam, il échappe à la mort et n’est jamais à sa portée.

Comme Ptah en bandelettes, Akasaja n’est jamais né. Il est pure conscience qui n’a subit aucune modification.

Yahvé avec sa création est nécessairement dans l’HOTC, avec le karma inévitable, parce qu’il y a un avant et un après. Or celui qui ne possède pas de corps physique n’esr pas né et est uniquement spirituel. Les mortels du monde des accidents ont pour ainsi dire deux corps, un physique et un spirituel, et en régime républicain on leur impose une vie unique en mode physique de consommateur : la laïcité (surtout en France judéo-maçonnisée spéculum). Le créateur comme Ptah qui n’est pas né ne possède qu’un corps spirituel (l’emmaillotage ou bandelettes qui symbolisent aussi la conservation comme un « fluide vital » et rappel la résurrection et les soucoupes volantes ou vimana, mais ce n'est pas le sujet de cette page...).

Comme Ptah, Akasaja n’ayant pas été créé, il est le créateur de tous les nom-les-formes, il est ESSENCE. Le créé, comme le bracelet, est de la même substance que celle qui l’a créé (l’Or, ou une autre matière). La Pensée du Ptah Créateur est cause de cette création multiple et le Créateur lui-même n’a pas de corps physique (emmaillotage de Ptah), la Création est alors véritablement de nature du mental, mais sans matérialité (ce qui n’est pas le cas du Yahvé).
PTAH ou AKASAJA SONT PULSATION ou TIC-TAC engendrant l’Univers, puis l’intelligence ou corps subtil, proche du Thème du rêve, comme le plaisir sexuel dans un rêve.
Ptah ou Akasaja bien que dénués de corps paraissent en posséder un (bandelettes protectrices faisant apparaître ou révélant Ptah, comme le plaçant dans un écrin renforçant son amplification au sens électronique ou vibratoire, à y ajouter le SOCLE... et pourquoi par le Shockley…).

Le Créateur qui crée ne peut que se retrouver dans le temps : conscience et pensée. Dans la non-dualité on est dans le SAINT CHAOS (fusion). Le Créateur semble faire de la dualité en se « levant » (en naissant), mais il n’en est rien puisqu’Il est Essence.

Quand il y a oubli des Essences et du Soi, il y a COAGULATION (fixation, prison), les noms-les-formes prennent l’illusion d’être physiques, ainsi font de même les Démons, même s’ils sont pour certains dénués de forme, ils paraissent se vêtir de forme en raison de l’hallucination de celui qui les perçoit (réf. YV III,3).
Le Créateur n’est que spiritualité et sa création est spirituelle par Essence, ce qu’exprimait aussi Jean Coulonval (lettre 9) : « Parce que je sais cela [guérir l’humain = guérir la Création, guérir la Création = guérir l’humain], il ne m’est pas possible de faire du spirituel et du temporel, de la religion et de la science, du sacré et du profane, deux plans séparés ».
Ainsi le Créateur est toujours de nature spirituel, et sa Création est en réalité spirituelle par Essence : une Création dénuée de cause, donc spirituelle… La matérialité de la création du Yahvé est identique aux châteaux en Espagne, projections d’illusions ou de virtuel du mental et de l’informatique.

Le Créateur est donc le mental ; l’intelligence est son corps.

OR-ne-ment : un OR ne ment pas puisqu’il est fait d’Or, l’Objet n’existe que par le Sujet. Cependant, quand cette opinion de l’objet-objectivité est fermement rejeté et retirée du Sujet, la Conscience ou Soi seul existe sans aucune objectivité potentielle. Quand l’être humain retrouve cela, des aberrations comme attirance et répulsion ou dualité winner-loser, ou amour-haine, cessent dans son cœur, ainsi que les conceptions erronées qu’il se fait du monde comme « tu », « je », « nous », etc. Même la tendance à objectiver prend fin, laissant place à la Félicité.

Seul le mental invente le quantitatif ou diversité et les différentes actions et expériences, avec l’opinion d’asservissement et le rêve de libération.
En fait il n’existe que l’UNstant ou Soi. Seul le mental peut inventer « des mondes » alors que le sien n’a même pas encore été créé (2) ! Malgré le Yahvé et sa « Genèse », ce monde n’a jamais vraiment pris naissance (sauf pour les Talmudistes), et conformément à l’actuel presque tout virtuel grâce surtout à l’informatique, il donne (SEUL GRATUIT DU YAHVÉ des Hébreux-Juifs) l’impression d’être. Ce qui est perçu en tant que « je », que « tu », etc. fait illusion car il n’a jamais été créé, donc chacun est bien naturellement le Soi (sauf pour les Talmudistes ”élus”)…

Soi ou Principe Originel Universel.
L’Éternel non-né, le Soi, le Sans Pourquoi resplendissant de son propre EST. COMME TOUTES CHOSES, COMME CHAQUE GRAIN DE POUSSIÈRE, COMME EXISTENT DES MONDES INFINIS À LA FAÇON DES ONDULATIONS QUI PLISSENT LA SURFACE DE L’OCÉAN.

À suivre…

[Voyage en cette dimension en compagnie de Vasistha (ou Vasishtha), un des grands Sages de l’ère du manvantara. Énorme merci à son traducteur le Swami Venkatesananda (1921-1982). Hymnes composés par Vasishtha dédiés à Agni (Igné-Inné…), Lotus ou maîtrise du mental ; le Lotus ŒUF perfection surgissant des Eaux Primordiales ; tout est lié et délié et à la fois illimité et limité, le Tout et la Partie sont étroitement corrélés : Inné-Igné, c’est-à-dire que toutes choses sont parfaites en soi, rien ne manque, elles sont Sans Pourquoi…]


Notes.
1. Sorte de « vase » ou dualisme de « coquilles » bien-mal et forces du mal, ou corps ou ego.
 
2. Monde illusoire qui sera tous bénéfices pour les Talmudistes capitalises comme les frères Abraham et Simon Oppenheim qui, en 1840, déclarait ceci : « Vendre une perle que vous avez à quelqu’un qui en a envie, ce n’est pas faire des affaires ; mais vendre une perle que vous n’avez pas à quelqu’un qui n’en veut pas, voilà ce qui s’appelle faire des affaires ». (Réf. Jacques Attali : Les Juifs, le monde et l’argent). On a là aussi un très bon exemple de la créativité talmudiste… non négligeable…. car Un est le Tout.
 
 

Dernière mise à jour : 01-05-2018 23:33

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >