Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Instant : Porteuse et sous-porteuse
Instant : Porteuse et sous-porteuse Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 19-05-2018 01:01

Pages vues : 974    

Favoris : 172

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Alchimie, Allégeance, Banques, Capitalisme, Catastrophe, Chan, Chimère, Christ, Circoncision, Confort, Corps, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Fétiche, Gratuit, Grégaire, Guerre, Humain, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Japon, Jardin, Juif, Klan, Langage, Liberté, Lucifer, Maux, Méditation, Mental, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Phallus, Pierre, Porte, Puce, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Simple, Social, Soi, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Vérité, Vide, Vieux, washingtonisme, Yokaï

 
frise25tr.png
 
 
Instant : Porteuse et sous-porteuse
 
 
« Quand le mental n’est pas en paix, le monde paraît être en désordre de diversité » (Yoga Vasistha).

Porteuse et sous-porteuse : l’intention se condense et donne ainsi naissance dans le mental à la substance projetée. « Le mental reproduit immédiatement la substance comme dans le champ objectif. À ce stade, il émerge une notion de cette création qui a effectivement abandonnée sa nature fondamentale et authentique d’infinie Conscience ».
Le Soi ou infinie Conscience est comparable AUX SUCRES (effet domino) : quand une bougie est allumée à la flamme d’une autre bougie, il n’existe entre elles aucun rapport de créateur à créature : seul le feu est un. « La création n’est qu’un mot, auquel ne correspond aucune réalité substantielle », explique Vasistha.
”La Conscience est Brahman, le mental est Brahman, l’intellect est Brahman, Brahman est la substance. Le son ou verbe est Brahman et Brahman est l’unique constituant de toutes les substances” (YV IV, 40). Tout est assurément Brahman [le Soi-Instant] ; il n’y a pas de monde en réalité ».

Vasistha à Râma : Fais en sorte que ces choses [les descriptions de la création] ne colorent pas ton mental. Une fois que tu réaliseras ce dont parlent les mots, alors tu cesseras tout naturellement de jongler avec les mots. […] Ô Râma, bien que cet univers semble exister, rien n’existe vraiment en tant qu’univers. Ce n’est que l’apparence ou le reflet de l’infinie Conscience qui, seule, est la Réalité. Au sein de cette Conscience, la création apparaît comme en rêve. Ainsi, Seule la Réalité au sein de laquelle elle apparaît est réelle : cette Réalité est le Vide infini. Tu vois le monde parce que les yeux (ou les autres sens) perçoivent le monde. Pareillement, si tu penses, crois ou sais qu’il existe, c’est que ton mental le pense. Ce mental a donné naissance au corps pour en faire la demeure. […] Tous ces Dieux, Démons et humain ont été créés par un tour de magie du mental. Quand le mental cessera de nourrir de telles opinions, icelles s’éteindront ainsi qu’une lampe sans combustible ».

« Si une apparence irréelle s’est dissipée, que perd-on au juste ? Si elle est tout à fait irréelle, comment peut-elle être détruite ; et pourquoi pleurer la perte qui n’en est pas une ? Ou, si elle était réelle, alors personne ne pourrait la détruire ou la rendre irréelle. De ce point de vue, ce monde n’est que Brahman, l’Éternelle Vérité. Dans ce cas, y a-t-il la moindre trace pour la souffrance ?

À l’Instant où on prend conscience de l’illusion, elle disparaît. Comme dans l’exemple d’une corde qui dans la pénombre est confondu avec un serpent ; ce soi-disant serpent semble réel, mais son existence est purement illusoire.
Cette illusion voile la vérité et crée la diversité. Cette illusion ignore sa propre nature. « Elle règne tant que l’homme ne s’interroge pas sur sa vraie nature ; mais dès qu’icelui enquête sur l’identité de l’illusion, elle cesse ».
« En vérité, celle maya [illusion] n’existe pas. tant que tu n’auras pas fait directement l’expérience de cette Vérité, il te faudra me croire sur parole. Celui qui sait que le seul Brahman est la Vérité se trouve libéré. Tout autre point de vue vise à assujettir l’homme à l’ignorance. Cette ignorance ne partira pas sans connaissance de soi », explique Vasistha à Râma.

Le monde de la manifestation ou des accidents ne diffère en rien du Soi. Cet aspect du Soi - qui se rapporte à la manifestation des noms-les-formes et du temps, et à la causalité - porte le nom de « connaisseur du champ » ou de conscience témoin. Le corps est le champ. Celui qui connaît ce champ à fond et dans tous ses aspects est le connaisseur du champ de conscience témoin.
Dans cette conscience témoin s’installe dans des prédispositions latentes et développe l’ego. Quand ce sentiment de l’ego génère en son sein des opinion et des intentions, il porte le nom d’intellect. En tant qu’instrument de la pensée, il est connu sous le nom de mental. Quand l’intelligence est modifiée ou dénaturée plus avant, elle devient les sens. Tout cela constitue le corps. Comme le fruit qui subit diverses modifications de taille, de couleurs, etc., en murissant, la même conscience subit ces changements apparents tandis que l’ignorance croît en profondeur et en opacité. « L’insensé abandonne alors toute pensée juste ou investigation sur la Vérité et il embrasse volontairement l’ignorance, synonyme pour lui de félicité. Pris à son propre piège d’activités diverses, il se prend pour celui qui les accomplit et subit d’innombrables souffrances qu’il s’imposer obstinément à lui-même.

Univers des noms-les-formes.
La manifestation du Soi apparaît sous l’aspect des millions de formes de vie qui peuplent l’univers. « Ces êtres innombrables sont prisonniers de leur propre conditionnement mental. On les trouve dans chaque pays et en tout endroit de l’univers [c’est moi qui souligne], et ils connaissent tous les genres de situations concevables ».
Vasistha : Toute cette création n’a lieu que de la façon dont elle le fait en rêve. Cette création n’est pas réelle ; elle donne simplement l’impression de l’être.

”Cette apparence du monde est naturellement créée chez tous les jiva [âme individuelle] à toutes les époques, jusqu’à ce que le jiva parviennent à la libération” (YV IV, 44). L’infinie Conscience qui est déniée de temps, d’espace et de causalité; s’amuser à faire comme si elle en était pourvue. Ainsi prend naissance la personne cosmique. Cette personne cosmique est aussi le mental cosmique et la vie cosmique [c’est moi qui souligne] ».
« Personne cosmique » qui va faire l’expérience du son et de l’espace pour créer et transporter ce son. Puis elle va faire l’expérience du toucher ; l’air est ainsi créé. Comme espace et air sont subtils et invisibles, elle souhaite voir, ce qui donne naissance à une myriade de sources lumineuses, et ainsi de suite pour les autres sens.
« Dotée de toutes ses facultés, la personne cosmique est toujours extrêmement subtile et divisée. Elle donne l’impression d’abandonner cet état et se perçoit en tant qu’infinie étincelles dans l’espace. Elle se pense en tant que chacune de ces étincelles ; le sentiment de l’ego voit le jour ». Puis cet ego possède l’intelligence et va créer un corps à l’aide des cinq éléments cité plus haut. Corps considéré comme grossier, physique et matériel, et c’est ainsi qu’il devient.
« Cette personne cosmique est Brahma. Il apparait pour créer tous ces êtres innombrables ; et Il les protège Lui-même ».

Le Brahman et Brahma est l’ULTIME INTÉRIEUR, LE CENTRUM CENTRI, LE SOI-INSTANT. C’est Nous. Nous ne sommes pas à l’extérieur du Soi parce qu’Il est Nous et Nous sommes Lui. Le Soi ou Seule Réalité ne possède ni intérieur ni extérieur !
Dans l’entretien 452, Ramana Maharshi répond à la question : « Pourquoi Brahma, qui est Perfection, nous créé-t-Il et nous met-Il à l’épreuve dans le but de le réintégrer ?
Maharshi : « Où est l’individu qui pose cette question ? Il est dans l’Univers et inclus dans la création. Comment peut-il poser cette question alors qu’il est enchaîné dans la création ? Il faut qu’il aille au-delà d’elle pour voir si alors quelque question se pose encore ».

À suivre…    

[Voyage en cette dimension en compagnie de Vasistha (ou Vasishtha), un des grands Sages de l’ère du manvantara. Énorme merci à son traducteur le Swami Venkatesananda (1921-1982). Hymnes composés par Vasishtha dédiés à Agni (Igné-Inné…]
 
 

Dernière mise à jour : 20-05-2018 00:20

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >