Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Le mental n’use que si l’on s’en sert
Le mental n’use que si l’on s’en sert Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 28-05-2018 00:30

Pages vues : 1073    

Favoris : 182

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Capitalisme, Catastrophe, Chan, Chimère, Christ, Circoncision, Confort, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Fétiche, Gratuit, Grégaire, Guerre, Humain, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Japon, Jardin, Juif, Klan, Lait, Langage, Liberté, Lucifer, Matrice, Maux, Méditation, Mental, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Phallus, Pierre, Porte, Puce, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Simple, Social, Soi, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Vérité, Vide, Vieux, washingtonisme, Yokaï

 
 
frise_moulin.png
 
 
Le mental n’use que si l’on s’en sert
en référence à une ancienne marque de PILE
 
 
Page précédente : Nourriture = Psychosomatique et Placébo

PILE : pilier, colonne, entassement, empiler, puis système de Volta en disques empilés QUI VONT CONDUIRE UN COURANT DE PUISSANCE DE DÉSIRS COMME LE MENTAL TRANSPORTE LE CORPS FAIT DE CHAIR, D’OS ET DE PEAU. Ce corps ou mental fonctionne en fonction des désirs qui l’animent !
 
PILE : « Tu es le fil sur lequel tous ces mondes sont enfilés. Les mondes sont à jamais potentiellement présents en toi et, par toi, ils sont rendus manifestes ainsi que la saveur des aliments se voit manifesté par la cuisine. Toutefois, ces mondes qui semblent exister cesseront d’être si tu n’es pas. […] L’expérience du bonheur, etc., n’est rendue possible que par la lumière de la Conscience issue de toi », explique Prahlâda, dans le Yoga Vasistha.
Plaisir-douleur, bonheur-malheur : ”Ils apparaissent à la lumière de la Conscience et disparaissent une fois perçue comme ne différant en rien de cette conscience. Ils naissent à l’instant où ils meurent et meurent à l’instant où ils naissent. Quel est celui qui perçoit la vastitude de ce mystère ?” (YV V, 36). Tout est ainsi en changement perpétuel [chaîne sans fin de causes-effets] ».

Prahlâda (fin de sa prière) : « Je connais le Grand Bonheur. Je suis dans un état de parfait équilibre et de Paix suprême. Je demeure fixe. J’ai atteint le connaissance de Soi. Je suis le vainqueur. Salutation à moi-même ; salutations à Toi. Tant que Toi, ô mon Soi, tu existes en tant que pure Réalité que rien ne peut ternir, où est la servitude, où est l’infortune, où est la bonne fortune, où est la naissance, où est la mort ? Je vais demeurer pour toujours dans la Paix suprême ».

Paix suprême délivré du LIBÉRALISME : « Les démons parcouraient le pays librement [comme les Nomades de Jacques Attali et son monde hôtel], guidés seulement par leurs caprices et leurs fantaisies. Il régnait un désordre absolu et les forts subjuguaient les faibles, tout comme dans l’océan les gros poisons dévorent les petits », explique Vasistha au prince Râma.

Le mental n’use que si l’on s’en sert. Il use surtout celui qui ne sait pas s’en servir et qui en est la victime !

« La vie convient à celui dont le mental est parfaitement maîtrisé par sa connaissance de Soi qui est au fait de la Vérité. Est vraiment vivant celui qui n’entretient pas de notions égoïstes, qui n’est attaché à rien, qui n’est plus le jouet des inclinations et des aversions et possède un mental tranquille, qui a atteint l’état de non-mental (1). Il convient qu’il vive, celui qui est établi dans la perception de la Vérité et qui fonctionne ici comme s’il s’agissait du jeu, qui - en son for intérieur - n’est ni ravie ni déprimé par les événements extérieurs, et qui est libéré du désir d’acquérir ou de rejeter, explique le Seigneur Vishnu [aussi le Soi].

« C’est notre Soi qui s’efforce d’abandonner notre propre souffrance ; et, pour ce faire, il n’est d’autre moyen que la Réalisation de notre propre Soi par nous-mêmes », dit Vasistha à Râma.

Le Pot, Vase ou Vaisseau et son contenant :
”Même à l’intérieur du corps, état donné que tu ne possèdes par le corps, tu es dépourvu de corps. Tu es l’observateur [contenant du pot ou son espace] qui est intelligence immatérielle. Semblablement, l’air qui existe dans l’espace n’est pas attaché à l’espace et se trouve dans dégagé de la limitation spatiale” (YV V, 40). Pourtant, d’une certaine façon, tu es le corps, puisque tu fais l’expérience des sensations par icelui », explique le Seigneur Vishnu.
L’espace dans le pot est comme l’écran de cinéma qui n’est pas affecté par les images projetées : « Cette apparence du monde loge dans ton mental, à la façon don( l’espace occupe l’intérieur du pot. Si on brise le pot, la division illusoire de l’espace disparaît ; et si le mental cesse, le concept d’un monde à l’intérieur du mental cesse du même coup. Ainsi qu’un insecte prisonnier du pot recouvre sa liberté de mouvement une fois le pot brisé, tu goûteras aussi la Liberté que le mental cessera d’être en même temps que l’illusion du monde qu’il contient.
”Vis dans le présent avec ta conscience extériorisée momentanément, mais sans effort : alors, quand le mental tranche ses liens avec le passé et l’avenir, il devient non-mental” (YV V, 50). Si par moments ton mental s’attarde sur ce qui survient et le relâche aussitôt sans effort, le mental devient non-mental rempli de pureté », explique Vasistha.

GRATUITÉ OU TRANSPARENCE.
« Le Seigneur suprême [Vishnu, le Soi] habite le corps [comme le Vide habite le pot]. Il ne meurt pas quand le corps meurt et ne change pas quand le corps se modifie. Quand tu as renoncé aux fausses opinions « J’appartiens au corps », ou « le corps m’appartient », alors « je vais l’abandonner » ou « je ne vais pas l’abandonner » sont des expressions dénuées de sens. Bien que constamment occupés à des activités, les Éveillés ne font rien. Ce n’est pas par l’inaction qu’ils parviennent à l’état de non-action ! l’état même de non-action te libère des expériences, car il n’y a rien à récolter là où rien n’a été semé. Ainsi, quand les notions de « je fais » et de « je fais l’expérience » ont toutes deux cessé, ne reste que la Paix. Une fois cette Paix solidement arrimée, il y a Libération.
Pour un être ainsi éveillé, qu’y a-t-il à acquérir ou à abandonner ? Car la Libération n’advient qu’à la disparition des opinions de sujet et d’objet. Des Êtres éveillés de la sorte vivent en ce monde comme perpétuellement plongés dans un état de profond sommeil. Semblablement, ô Prahlâda, perçois ce monde comme si tu étais à moitié endormi ! »
Vishnu explique encore que les Réalisés vivants fonctionnent sans l’intervention de la volonté, « de même qu’un cristal reflète les objets proches sans intention de le faire. Ils sont totalement éveillés dans la connaissance de soi, mais ils sont endormis, pour ainsi dire, dans leur rapport au monde. Ils fonctionnent en ce monde ainsi que des enfants, sans sentiment de l’ego et tout ce que cela implique ». Et là, on rejoint le principe qui résume tout l’extraordinaire Yoga Vasistha : ”L’apparence de ce monde est une confusion : de même que le bleu du ciel est une illusion d’optique. Mieux vaut ne pas s’y intéresser et l’ignorer” (YV I, 3).

« Ce monde me dégoûte et je vais l’abandonner [ou je vais le détruire[ » - de telles pensées ne voient le jour que chez les ignorants. Eux seuls pensent que le malheur est dans le corps et qu’il n’est pas de malheur une fois icelui abandonné. « Ceci est plaisir, cela est le bonheur », ou « ceci est », « cela n’est pas » - seul le mental de l’ignorant balance ainsi, pas celui du sage” (YV V, 41). Les notions de « moi » et de « l’autre » n’existent que dans le mental des ignorants. « Il faut obtenir ceci » et « il faut abandonner cela » - on ne voit poindre de telles pensées que dans l’esprit des ignorants. […] L’univers tout entier est imprégné de la Conscience : que faut-il donc obtenir et que faut-il abandonner ? », dit Prahlâda.


Définition du CORBOCOCO (analogie, correspondance, courant), et preuve que cette analogie est casse-gueule et dépend de la dualité sujet-objet.

Ce monde des accidents ou spatio-temporel avec ses accidents reflétés dans le mental bien qu’ils se soient produits sans aucun rapport avec le Soi, « de même qu’il semble y avoir un lien [une analogie, une correspondance, un courant] entre l’arrivée du corbeau qui se pose sur un cocotier et l’effet de la chute d’une noix de coco », explique le Seigneur Vishnu au brahmana Gâdhi, grand érudit et dharma [loi, règle, morale, devoir] personnifié.
Il était question de rêves à plusieurs : « Pareille coïncidence n’est pas rare   il arrive que la même illusion soit perçue par un nombre important de personnes. ”Beaucoup de gens font parfois le même rêve ; plusieurs personnes sont quelquefois le jouet de la même hallucination et il peut très bien arriver qu’une foule d’ivrognes voient le monde tourner autour d’eux simultanément” (YV V, 49). Une telle confusion peut aussi voir le jour en rapport avec le temps. Le temps est un concept du mental », explique le Seigneur Vishnu à Gâdhi.
De nos jours et depuis plusieurs siècles, le temps est normalisé et mondialisé À L’I(U)NIQUE PROFIT DE L’ARGENT.


Qu’est-ce que c’est la « révolte de Lucifer » ou « péché originel » ? C’est l’ignorance, forme mental de renversement l’ordre Essences-Accidents : « Le tour, ou toute autre machine pour usiner le métal avec des outils de coupe. Il possède une essence : la conjonction de deux mouvements, l'un circulaire de la pièce à usiner, et l'autre de translation de l'outil sur la pièce (ou l'inverse). Cette conjonction, ou sa possibilité, existe de toute éternité dans les essences de la Création, avant même qu'aucun homme ait eu l'idée, dans le temps et l'espace, de construire un tour. Les tours, fraiseuses, perceuses, imaginés à partir de ces essences géométriques pour une multitude de besoins particuliers, je les appellerai des « accidents ». Il se trouvera toujours un imbécile pour essayer de faire fonctionner la machine à l'envers, c'est-à-dire renverser l'ordre essences-accidents. Résultat : il bousille quelque chose.
La révolte de Lucifer, le péché originel, ce n'est rien de plus. C'est simple comme le fil à couper le beurre », explique Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux. « Renverser l’ordre Essences-Accidents » est effectivement une totale ignorance du Soi, ou plutôt, l’attachement à quelque chose à cause de l’opinion ou ego.

RÉVOLTE DE LUCIFER = PARASITISME DE L’ÊTRE HUMAIN : depuis les 10.000 ans et même comme sous les nomades Chasseurs-Cueilleurs, l’humain rend sa vie possible en détruisant son environnement et en recomposant au service de ses propres intérêts et ego ce qui à été détruit. L’HUMAIN NE PEUT S’INSTALLER, SE FRAYER DES VOIES, SE LOGER ET S’HABILLER QU’EN DÉTRUISANT LA NATURE, QU’IL TRANSFORME ENSUITE AVEC MÉTHODE ET VOLONTÉ. Cette loi du parasite humain est particulièrement valable pour sa nourriture.
RÉVOLTE DE LUCIFER = IGNORANCE ou FRUIT DE L’ARBRE DE LA CONNAISSANCE, DONC VIE DANS LA DUALITÉ SUJET-OBJET : désormais, il faut que l’humain travaille à la sueur de son front pour entretenir son corps, PREMIÈRE LAÏCITÉ. Abel devient premier éleveur et Caïn premier agriculteur. L’idée reçue de la nourriture lançait ce terrible Super Égrégore et sa prière chrétienne « Donnez-nous notre pain quotidien ».

CENTRUM CENTRI OU SOI, LE CONTENANT ET LE CONTENU OU TORE : ”En conséquence, adore le Soi par le soi [le ‘Je’ par le ‘je’], et sois fermement établi dans le Soi par le soi [paradoxe de la Réalisation du Soi” (YV V, 43).
Vishnu à Gâdhi : « Du fait que tu n’es pas totalement éveillé, ton mental se cramponne à l’illusion de la perception objectivé et des concepts [l’opinion]. cette maya s’étend aux quatre vents. Qui demeure établi au centre [Instant] ne peut plus s’abuser ».
Tore, Roue, Couronne royale, soit la Roue-Vaisseau Involution-Évolution unissant divin et profane, soit la transformation de la Personne et nécessairement en corrélation la transformation de l’Univers.

Le mental n’use que si l’on s’en sert : Nous sommes drogués depuis les 10.000 ans de la voie de l’Agriculture et du départ du Néolithique et de la sédentarité ; cette voie dans laquelle il faut faire quelque chose (labour), à la sueur de son front, PAYER, afin de recevoir en retour, en échange, une PRODUCTION, UN FRUIT, donc le monde de la dualité cause-effet ; alors que la GRATUITÉ C’EST LA GRÂCE OU FÉLICITÉ ou encore l’Harmonie. Grâce qui est évidemment notre état naturel (pas de Chute… trinitaire, pas de dualité sujet-objet). La nourriture « gagnée à la sueur de son front », donc aux champs et plus tard dans l’esclavage du salariat en capitalisme-libéralisme, FONCTIONNE SELON LE PRINCIPE DU TROC OU ÉCHANGE : FAIRE QUELQUE CHOSE AFIN D’EN RÉCOLTER LES FRUITS, principe du commerce ET DE L’ESCROQUERIE : « Et bien tu commences par vendre, en échange d'une pièce de cuivre, la vieille robe de ta femme ; avec ta pièce tu achètes une robe neuve et tu la vends en échange de 2 pièces de cuivre. De cette façon, en doublant tout ce que tu achètes, tu peux t'enrichir rapidement ». (D'après un extrait tiré d'un recueil de contes populaires russes, d'Afanassiev - Conte : Les deux chances - Index Afanassiev : 304/172 - Index Aarne-Thompson : 735 + 735 A. Traduction de Lise Gruel-Apert).
Les chasseurs-cueilleurs nomades ne produisaient pas, mais quand leur territoire de nourriture était épuisé, ils partaient en coloniser un autre, puis une fois épuisé leur territoire en ressources énergétiques, ils allaient saloper un autre nouveau territoire ; c’est le même système qui se produit actuellement avec l’argent, la « délocalisation », etc.
Bref, sur la planète nous ne sommes pas encore sorti mondialement de l’auberge de la cause-effet ! Nomadisme cher au Hébreux-Juifs, comme l’explique si bien Jacques Attali dans son livre : Les Juifs, le monde et l’argent. Nomadisme qui, pour Attali, aurait permit aux Hébreux d’inventer un Dieu unique, « parce que ça leur était plus pratique… » : « Une telle percée [invention du Dieu unique] ne pouvait être faite que par des nomades : en voyageant, ils transportent leurs Dieux avec eux ; ceux-ci finissent nécessairement par se fondre en un seul, pour être transportable », écrit Attali page 692.

À suivre…    

[Voyage en cette dimension en compagnie de Vasistha (ou Vasishtha), un des grands Sages de l’ère du manvantara. Énorme merci à son traducteur le Swami Venkatesananda (1921-1982). Hymnes composés par Vasishtha dédiés à Agni (Igné-Inné…)]

Note.
1. ”La conscience libérée des limitations du mental porte le nom d’intelligence du dedans [auto-nourriture, PTAH] : c’est la nature essentielle du non-mental et elle n’est pas souillée par les impuretés des concepts et des perceptions” (YV V, 50). C’est la Réalité, c’est le Bien souverain, l’état appelé Soi suprême, l’omniscience ; et cette vision est impossible quand fonctionne le mental malfaisant », dit Vasistha.


Oui, oui, nous sommes né pour NE PAS NOUS NOURRIR pas essence, en d’autres mots NOUS SOMMES PRÂNIQUE, puisque nous sommes le Soi-Instant ; la Félicité est déjà là et elle est éternelle. C’est aussi simple que cela. Oui, le Prâna est indissociable du Soi. Là où je ne suis pas d’accord avec G. Lesquoy dans la vidéo ci-dessous, c’est quand il parle « d’émotions », sauf quand il parle d’émotions par rapport à la nourriture, comme « se remplir » plus que pour se nourrir ; se remplir comme pour mieux POSSÉDER : rapport avec les excréments, et donc l’argent, les « commissions » comme la grosse commission ou gros tas de merde, ou « être dans le besoin », la Bourse, etc., tous en relation avec l’argent, et donc le salaire et le travail à la sueur de son front…
Oui, le corps est avant tout vibratoire, et énergie : « on ne met pas du Soi dans le Soi », on ne double pas Dieu ou l’Instant ! Car s’il y avait deux Soi, ou deux Instant, on se retrouverait dans la dualité où chacun serait limité par ce qui le distingue de l’autre, et ainsi aucun ne pourrait être qualifié d’Instant, de Soi, et par conséquence être éternel.
Oui, oui, ÊTRE c’est vivre ici et maintenant, dans l’unique Instant, donc délivré du monde des accidents. Non, comme l’indique G. Lesquoy, le temps ce n’est pas qu’une ligne droite avec aux deux bouts passé et futur et au milieu l’Instant ! Comme indiqué plus haut l’Instant se situe pour moi DANS un Tore.

Celui ou celle, mais dans l’Absolu il n’existe aucune dualité, celui qui vit totalement l’Instant ou le Ici et Maintenant est véritablement comme Dieu et ignore le sens même du mot nourriture (physique : le lait du départ, et mental : la connaissance).

Oui, Silence : faire le vide dans le mental. Cela rejoint le principe de tout le Yoga Vasistha cité plus haut et sa conclusion : « Mieux vaut ne pas s’y intéresser et l’ignorer » (ignorer les illusions de ce monde).
Plus je suis ignorant, et plus je suis matérialiste et ai besoin de me nourrir de choses physiques.
Plus je suis dans le spirituel, plus je suis « léger », comme le sens du mot spirituel l’indique : souffle, ou immatériel, incorporel, et plus je me rapproche de l’Eau Primordiale.
LE RECUL sens de TRANSPARENCE : le Wou-wei ou Wuwéi : le "non-agir", ou plus vulgairement : le "lâcher-prise". Tout ce qui se fait spontanément est supérieur à ce qui se fait volontairement ; ce qui rejoint le passage sur la GRATUITÉ cité plus haut.

G. Lesquoy parle à juste titre de VERTICALITÉ, donc le « être bien dans ses pompes », ou « aller au pieu » (comme la prise de terre…) : retrouver son AXE, à l’endroit du BLANC DE L’INSTANT DANS LE TORE, et pour la couronne dans le moyeu immobile, atemporel, de la roue, MOYEU QUI LA FAIT TOURNER COMME l’INSTANT FAIT TOURNER L’UNIVERS (Verset 11 du Tao-tö king) ; c’est le Brahman ou Être qui fait tourner la Roue ou Couronne. Couronne ou Lotus aux mille pétales (Sahasrâra padma) ou moyeu-axe par où l’âme s’échappe des limitations corporelles pour s’élever aux états naturels supra-humains. La couronne, donc aussi le Tore, est nécessairement liée au Thème du Paradis ou du Jardin, ou du Tapis volant : l’Arbre de Vie fournissant les matériaux du Vaisseau-Couronne.
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 28-05-2018 23:39

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >