Accueil arrow News arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Corps du délit : Yahvé démiurge gnostique
Corps du délit : Yahvé démiurge gnostique Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 30-05-2018 22:13

Pages vues : 4548    

Favoris : 171

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Capitalisme, Catastrophe, Chan, Chimère, Christ, Circoncision, Confort, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Fétiche, Gratuit, Grégaire, Guerre, Humain, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Japon, Jardin, Juif, Klan, Lait, Langage, Liberté, Lucifer, Matrice, Maux, Méditation, Mental, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Phallus, Pierre, Porte, Puce, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Simple, Social, Soi, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Vérité, Vide, Vieux, washingtonisme, Yokaï

 
1dollar_yahve.jpg
 
 
Corps du délit : Yahvé démiurge gnostique
Le mental n’use que si l’on s’en sert.



La CHUTE des trois Règnes : Minéral, Végétal, Animal-humain.
 
 
anipucsac1.gifPage précédente : Inquisition pépère ou les Hommes en noir

THERMODYNAMIQUE : « Exploitez-vous les uns les autres » selon principe des forts et des gros qui mangent les faibles et les petits. Dualité humaine winner-losers. C’est proprement notre âge du faire/fer, si éloigné de l’Âge d’Or (1).

THERMODYNAMIQUE : Création par travail du chapeau de Yahvé :
« Le Créateur de cet univers n’a créé cet univers, pour ainsi dire, qu’en réaction de ces êtres sans nombre. Iceux constituent assurément un excellent combustible sec pour les flammes de l’enfer qui sévit ici. Au sein de ce monde, sache que toute forme de souffrance est destinée exclusivement à ces êtres. De même que les fleuves se ruent vers l’océan, la souffrance coule tout droit vers ceux qui sont mentalement conditionnés [évolutionnisme…]. Ainsi, cette création tout entière est envahie par l’ignorance. Mais si on réduit à néant cette soif des plaisirs, la limitation du conditionnement mental permet une grande expansion », dit Vasistha au prince Râma, dans le Yoga Vasistha, L’histoire de Bhâsa et Vilâsa.
Nourriture Prânique = anti-thermodynamioque !!!
 
”Le conditionnement mental (attachement au fini et au périssable, dont la thermodynamique : échange, et naissance-mort) est souffrance qui brûle (comme brûler des calories) et rend les membres douloureux.Ô Râma : mais l’expansion infinie (dévotion à l’Infini) est le remède magique qui guérit la brûlure qui fait si mal” (YV V, 68). Attaché à rien et établi dans la Paix de l’expansion infinie, ce mental est générateur de délices. Qui demeure enraciné dans la Connaissance de soi est libéré Ici et Maintenant », dit Vasistha.

Thermodynamique : « Influence du conditionnement stérile ou improductif, le mental devient la proie du désir et du plaisir, croyant à tort que cette expérience est source de délices. Même le fonctionnement des éléments cosmique est dû au conditionnement… […] De même que dans l’océan les gros poissons dévorent les petits, tous ces êtres innombrables subsistent EN SE MANGEANT LES UNS LES AUTRES et sont emportés dans l’espace où ils tournoient sans pouvoir rien y faire à cause de leur conditionnement. C’est le conditionnement qui fait que les étoiles décrivent leurs orbites. Tantôt montante ou descendante, tantôt lumineuse ou obscure, la Lune continue de tourner autour de la Terre DU FAIT DU CONDITIONNEMENT.
Ô Râma, considère cette mystérieuse création, générée par sait qui, par suite des concepts mentaux des êtres [donc par des OPINIONS]. Ce n’est que par le conditionnement mental que cet univers est apparu comme par magie an sein de l’espace vide : IL NE CONSTITUE PAS UNE RÉALITÉ [c’est moi qui souligne].
Cette évidence de Vasistha est identique au fait que le temps n’existe que s’il y a quelqu’un pour l’observer, et ainsi le fabriquer. Vasistha fait remarquer que dans cette création, les désirs et les appétits qui poussent à rechercher le plaisir RONGENT LES ORGANES VITAUX DE TOUS LES ÊTRES QUI SONT ATTACHÉS AU MONDE, AU CORPS, ETC.


CONDITIONNEMENT MENTAL.

En relation avec le corps, donc aussi avec la nourriture en général : « Le conviction de la réalité du corps, chez qui a abandonné la distinction entre le corps et le Soi, porte le nom de CONDITIONNEMENT. Qui croit que le Soi infini est limité, et par conséquent recherche le plaisir, SE LIE (vivre ensemble). Qui demande : « En fait, tout Cela est le Soi, qu’est-ce que je désire, et à quoi devrais-je renoncer ? » est établi dans l’état inconditionné de Libération. Celui qui sait : « Je ne suis pas, et il n’y a pas d’autre non plus », ou « Laissons tout cela être ou ne pas être », et qui ne recherche pas le plaisir, est libéré. Il ne se voue pas plus à l’inaction qu’il ne se perd dans les fruits de l’action. […] C’est par le rejet du conditionnement qu’on se débarrasse de l’asservissement et qu’on obtient le Bien le plus élevé. Le conditionnement et la cause de tous les malheurs. […] Ces arbrisseaux et plantes rampantes tirent leur nourriture du sol et poussent sue la Terre ; et cette illusion même du monde qui fait penser à un fleuve transportant dans ses eaux les expansions du conditionnement.
”Le conditionnement, samsangam [contact intérieur, attachement ou autolimitation] est de deux sortes : adorable et stérile ou improductif [comme la thermodynamique]. Le conditionnement stérile et improductif se rencontre chez les insensés. Le conditionnement adorable se remarque chez ceux qui connaissent la Vérité” (YV V, 68). […] L’insensé s’impose lui-même son conditionnement et considère le Soi infini comme identique au corps physique. […]. Toutefois, l’attachement implique une division et une dualité qui est limitation de l’infini et conditionnement de l’inconditionné », dit Vasistha. L’âge du faire/fer et de la catastrophe Oxygène (et de la thermodynamique) est typiquement du « conditionnement de l’inconditionné ».

PRÂNA : ne pas être affecté par l’infini des couples de contraires (bien-mal, plaisir-douleur, pur-impur, etc.). Dans la non-dualité le prâna devient permanent (2), d’Instant en Instant : « O sage, il n’est en fait rien qui mérite d’être désiré ou abandonné car tant que ces choses sont perçues en tant qu’objets, ce ne sont que concepts, perception et opinions. Quand rien ne vaut la peine d’être acquis, il en découle que rien ne vaut la peine d’être abandonné [donc se libérer des couples de contraires]. […] Au vrai, il n’y a pas d’essence dans tout ce qu’on voit en ce monde - montagnes, océans, forêts, hommes et femmes, et tous les objets. Il n’y a donc pas de désir de les posséder. En l’absence de tout désir, la Paix suprême règne dans le cœur », explique le sage et roi Suraghu, dans le Yoga Vasistha : L’histoire de Suraghu.

« Même si tu vaques aux occupations de ta vie quotidienne, et même si des goûts et des répulsions apparaissent en toi, ton être intérieur ne deviendra jamais impur [puisque cet Être est notre état naturel et originel]. […] Dès l’instant où l’on considère le corps comme une matière inerte, on accède à la connaissance de soi. Une fois dissipées les ténèbres de l’ignorance - ou sentiment de l’ego - la lumière de la Connaissance de soi se met à briller », explique Vasistha à Râma. Vasistha dit que cette Connaissance du Soi est Comparable au Sommeil profond. « Mais, à vrai dire, elle est incomparables, proprement indicible ».

PRÂNA : « pas attaché aux actions, aux pensées ou aux objets ; pas attaché aux cieux en haut ou à ce qui est en dessous ou dans toute autre direction, ni à des êtres extérieurs, ni au mouvement naturel des sens, ni même à la force vitale [prâna]. […] Le mental ne doit pas demeurer loin ou près, devant, dans les objets, ou dans le Soi. […] ». Le jiva [âme individuel] devient non-jiva une fois les attachements ou filiations tranchés net ; et après quoi, les activités ou non activités peuvent toujours se produire. « Dans un tel état de non-attachement, le jiva n’est pas lié aux fruits de l’action [comme manger-digestion]. Ou alors, abandonnant même cet état de présence limitée aux objets, que le jiva demeure dans la Paix suprême ».
Bref, une personne libérée est définitivement délivrée de la douleur et de la peur. Elle rayonnera (auréole chez les saints chrétiens). « S’étant élevée au-dessus des couples de contraire, elle paraît en sommeil profond même à l’état de veille [plus d’idéation ou mouvement de pensé], c’est donc le « Sommeil profond en état de veille ».

Le mental n’use que si l’on sen sert : « Qui connait cet état mène une vie sans intervention de la volonté, dégagée de toutes les formes de distraction mentale. ”Quand ce même état de « Sommeil profond à l’état de veille » prend de la maturité, il porte le nom de turiya ou quatrième état (3) (YV V, 69-70) », dit Vasistha.

”Le Soi est Conscience. Pur, éternel, auteur de sa propre lumière [comme pour Ptah], Il ne subit aucun changement [Fixation cavalante]. Le corps est impermanent et impur [naissance et mort]. Comment peut-il y avoir un lien entre les deux ?” (YV V, 71) exprime Vasistha.

« Que cette vérité s’ancre bien en toi : il n’existe ni asservissement ni libération pour personne, à aucun moment et dans aucun endroit. […] Il n’y a pas de Libération dans le Ciel [Paradis], ou sur Terre, ou en Enfer ; Libération n’est que synonyme de mental pur, de connaissance de soi correcte et véritable état éveillé. La totale absence de tout désir et de tout espoir est la Libération [donc pas de ”fin des temps”]. Avant de parvenir à ce véritable éveil intérieur ou connaissance du Soi, on se considère lié et l’on s’efforce d’obtenir la Libération. Abandonne ces opinions erronées de servitude et de libération, et deviens « un homme du Renoncement (4) suprême », ô Râma ».
Magnifique Vérité tueuse de toutes croyances ou opinions religieuses source de drames permanents que la ridicule laïcité à la française ne comprendra jamais, puisqu’elle se transforme en une nouvelle religion-opinion, ou nouvelle croyance QUI DIVISE, tout en faisant croire À TOUS qu’elle ne divise pas mais qu’elle rassemblerait pour permettre À CHACUN de fabriquer ses propres opinions ou croyances à n’en plus finir !


La même division winner-loser de laïcité se retrouve à des opinions telles que « Je suis heureux ou malheureux », ou « Je suis ignorant » [ou « Je ne suis pas croyant », sens en un Dieu, mais je crois obligatoirement et en conscience en l’argent car l’humain est un Homo religiosus], ces divisions n’apportent que souffrances sans fin.
« Le corps a pris naissance à cause du souffle de vie. Il existe grâce à lui, sa parole est générée par lui, et c’est lui qui fait fonctionner tous les sens. L’intelligence qui s’y manifeste n’est que la Conscience indivisible [l’Instant]. Cette Conscience infinie seule est déployée partout en tant qu’espace, etc. […] CHUTE DANS LA MATIÈRE : Le mental est la seule cause de l’apparition du monde : puisque la Conscience est omniprésente et infinie, bien qu’elle soit la Cause ultime, ELLE N’EST PAS LA CAUSE DE L’APPARITION DU MONDE [contrairement au Démiurge Yahvé]. Au vrai, la cause de cette apparition du monde est donc la non-investigation quant à la nature de la Réalité : l’ignorance », dit Vasistha.

”Le Soi suprême, qui seul est Vérité, est équidistant de l’inerte et de l’intelligent. Lui seul crée la diversité et porte tous ces noms divers [les noms-les-formes ou OPINIONS]” (YV V, 71).
« Si le mental périt, tout périt, et il y a Libération finale [état de l’Eau Primordiale, l’Âge d’Or toujours présent] ».
« Ô Râma, tu ne nais pas à la naissance de ton corps, nie ne décèdes quand il meurt. Penser que l’espace contenu dans le pot est apparue au moment où icelui a été fabriqué, et que l’espace périt avec le pot, est pure folie ».

La laïcité à la française NE PEUT PAS être un outil de liberté, parce qu’elle divise EN IMPOSANT À L’ENSEMBLE, AFIN DE SINGER UNE QUELCONQUE LIBÉRATION QUI N’EXISTE PAS, PUISQU’ELLE EST NOTRE ÉTAT NATURELLE. Or « Le faux est faux, la Vérité est la Vérité ; un mélange des deux est bien-sûr FAUX ! », exprime Vasistha.
Vasistha conseille à Râma cette Libération : « Je suis l’espace. Je suis le Soleil. Je suis les directions, au-dessus et au-dessous. Je suis les Dieux. Je suis les Démons. Je suis tous les Êtres. Je suis l’obscurité. Je suis la terre, les océans, etc. Je suis poussière, vent, feu et tout ce monde. Je suis omniprésent. Comment peut-il y avoir autre CHOSE QUE MOI ? ». En adoptant cette attitude, tu t’élèveras au-delà de la joie et de la tristesse.

(YY V, 73) en forme de Communion des Saints chez les Chrétiens : le ‘Je’ ou triangulation du ‘Toi’ et du ‘Moi’ transcendés dans le ‘Je’ qui les unifie en triangle (le ”Je suis le cep ‘Je’ et vous êtes les sarments (Moi-Toi - Nous-Vous) ; triangle qui va être singé et récupéré par la judéo-maçonnerie spéculum de l’après 1717…
« Je suis le Soi extrêmement subtil et transcendant », et « Je suis tous les Êtres et toutes choses » sont deux attitudes, ou dispositions d’esprit, qui mènent à la LiBération », explique Vasistha, ce qui peut correspondre à la Super Tautologie : « Je suis ce JE SUIS », souvent cité par le Maharshi.
Pour terminer cette page : « Cette connaissance du Soi ne s’acquiert pas par des explications et des descriptions, ni par les instruction d’autrui. De tout temps, rien n’a jamais été connu que par expérience directe [Déesse égyptienne Maât ou sans mental] », dit Vasistha.


À suivre…

[Voyage en cette dimension en compagnie de Vasistha (ou Vasishtha), un des grands Sages de l’ère du manvantara. Énorme merci à son traducteur le Swami Venkatesananda (1921-1982). Hymnes composés par Vasishtha dédiés à Agni (Igné-Inné…)]
 
 
Notes.
1. Âge d’Or : Les pommes du Jardin des Hespérides : celui qui en mange n’a plus faim, ni soif, ni douleurs, ni maladies ; et ces POMMES poussent tout le temps.
- Quand la biche pourra brouter aux côtés du lion herbivore.
- Quand le liseron ne bouffera plus le géranium. Aimez-vous les uns les autres, oui, mais pas au point de se bouffer les uns les autres.
- Quand la forêt ne connaîtra plus la hache (maintenant la tronçonneuse) de l’humain.
- Quand on ne fera plus attention au temps et au profit matériel.
- Quand l’Or ne servira plus de monnaie.
« Quelle que soit la chose que nous avons décidé de faire, persévérons jusqu’à ce que l’absurde ou la lumière de Dieu nous délivre et nous rende libres dans l’acte et dans le repos », exprimait Louis Cattiaux, qui connaissait assurément le Soi.

2. MENTAL et CONDITIONNEMENT : piques d’importance en chronothérapie en corrélation avec LE RYTHME (cycle) : exemple de chercheurs en de nombreuses expériences sur de longues périodes à l’hôpital Fernand-Widal à Paris sur l’heure des morts : insuffisance respiratoire : minuit, maladies infectieuses : 6h, AVC : 18h et surtout en février, maladies coronariennes : 20h, etc. Les accidents sont plus fréquent entre 0 à 7h et spécialement entre 5 à 6h.
Rythme aussi fondamental chez les Végétaux : carotte, haricots, pomme de terre et haricots en grains respirent mieux au levé du soleil et jusqu’à 7h, puis et remonte vers midi, puis nouvelle baisse pour remonter à 18h, puis la consommation d’oxygène va baisser toute la nuit, COMME SI CES VÉGÉTAUX RETROUVAIENT LEUR « SOI » (Un est le Tout).
De la même façon un médicament comme un antihistaminique pris à 7h aura un effet modéré, mais de longue durée, tandis que pris à 19h son effet sera brutal, mais ne dure que 5h. Ici il s’agit D’HEURE SOLAIRE. (Réf. Dictionnaire homéopathique, de Louis Pommier, article : Rythme).

3 : Turiya : entretien 353 de Ramana Maharshi : « Il n’existe que trois états : la veille, le rêve et le sommeil profond. Le turiya n’est pas un quatrième état ; il est sous-jacent aux trois états. Mais les gens ne comprennent pas cela facilement. Voilà pourquoi on dit que le turiya est le quatrième état et la seule Réalité. En fait, le turiya n’est séparé de rien, car il forme le substrat de tout ce qui existe. Il est la seule vérité ; il est votre Être suprême. Les trois états apparaissent sur lui en tant que phénomènes et s’y fondent ensuite. C’est pourquoi ils sont irréels ».
Ensuite le Maharshi explique que les images d’un film ne sont que des ombres qui passent sur un écran, qui lui reste toujours le même quelque soient ces images.
« Turiya n’est qu’un autre nom pour le Soi. Conscients des états de veille, de rêve et de sommeil profond, nous demeurons inconscients de notre propre Soi. Et pourtant, le Soi est ici et maintenant, il est la seule Réalité [donc l’Instant]. Il n’existe rien d’autre. Aussi longtemps que persiste l’identification au corps, le monde semble se trouver à l’extérieur de nous. Réalisez simplement le Soi, et tout le reste NE SERA PLUS [donc la disparition de la souffrance ou Chute] ».
 
4. RENONCEMENT ou PUTRÉFACTION.
CORRUPTION / SATURNE / RENONCEMENT [RENOIERIE] / DIGESTION / ABANDON.
Faire acte de renoncement à l’opinion, à son mental. Laisser un grand repos à son intelligence ; la LAISSER DIGÉRER / LACHER PRISE / FLUIDE / COULER / COLON. Faire Un avec le Tout (Amour, Gratuité).
 
 

Dernière mise à jour : 31-05-2018 22:45

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2023 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >