Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Inconscient collectif à la C.G. Jung
Inconscient collectif à la C.G. Jung Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 30-06-2018 22:49

Pages vues : 1057    

Favoris : 156

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chan, Chimère, Christ, Circoncision, Confort, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Fétiche, Gordiasade, Gratuit, Grégaire, Guerre, Humain, Information, Innocence, Instant, Intelligence, Intérêt, Japon, Jardin, Juif, Klan, Lait, Langage, Langue, Liberté, Lucifer, Matrice, Maux, Méditation, Mental, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Phallus, Pied, Pierre, Poisson, Porte, Puce, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Viscères, washingtonisme, Yokaï

 
 
frise_fresq_itali.jpg
 
 
Inconscient collectif à la C.G. Jung
Inconscient : opinion idiote qui divise
entre conscient et inconscient,
comme si c’était automatique (naturel).
Problème de l’objet-monde et l’individu.
 
 
Notre actuel monde de l’image et de la tablette-média, de la « diversité » (marchande) et du « progressisme » : celui qui voit et ce qui est vu (celui qui vend et celui qui achète… celui qui « échange » comme à Wall Street sur les « réseaux sociaux »…).
 
Comme l’exprime Bhagavan (R. Maharshi), le monde est « ressenti » dans les états de veille et de rêve, bref, il est l’objet de perception et de la pensée (la panse… les intestins-neurones…) ; perception ou pensée sont des activités mentales. « Sans activités telles que les états pensés de la veille et du rêve, il n’y a pas de « perception » ou de déduction de l’existence d’un « monde ». L’état de sommeil profond ne comporte pas ce type d’activité et « les objets du monde » [les noms-les-formes] n’y existent pas. De ce fait, l’ego peut créer la « réalité du monde » par son acte d’émergence du sommeil ; cette « réalité » [illusion] se trouve être résorbée ou disparaît lorsque l’âme retrouve sa nature dans le sommeil. Ainsi, l’émergence et la disparition du monde sont comparables au fin fil de que l’araignée tisse puis résorbe ».

Le major A.W. Chadwick (Anglais arrivé auprès de Bhagavan en 1935 et proche disciple a vécu à l’ashram jusqu’à sa mort en 1962) voulait que même pendant le sommeil profond le monde ne « disparaissait pas » pour l’endormi. « Car si l’on tient compte des expériences de ceux qui sont conscients du monde pendant que je dors, il faut bien déduire que le monde a été créé et existe à jamais dans un immense esprit collectif ? [l’inconscient collectif de Jung ou le Big-Data rêvé par les Google-transhumanistes qui veulent le stocker]. Si c’est bien le cas, comment peut-on affirmer qu’il n’y a pas de monde et qu’il n’est qu’un songe ? », se demande le major.
Pour Ramana Maharshi, « Le monde ne déclare pas qu’il a été créé dans l’inconscient-conscient collectif ni qu’il est la création du mental individuel. Il n’apparaît qu’au sein de notre petit mental. Si votre mental est détruit, il n’y aura pas de monde ».
Remarque fondamentale de Bhagavan qui enlève tout possibilité de CRÉATION DE LEUR MONDE par les Google-transhumanistes et leur oligarchie dictatoriale qui veulent « nous foutre dedans » !

« Vous ne pouvez servir en même temps Dieu et Mammon » est-il énoncé : on ne peut pas servir deux maîtres, deux soi et Soi (c’est pourtant ce que font par exemple les marannes…) ! Ainsi le Soi et le monde ne sont pas superposables : la vision ou « pointage » du mental qui perçoit le non-Soi ou non-pensée est ce qui voile la nature du Soi (Paradoxe de la Réalisation du Soi) ; la recherche de sa propre identité semble impossible parce que identifier le Seul Réel est précisément ce qui, pour être sans dualité, SANS DOUBLE, demeure réfractaire à toute tentative d'identification. Le Soi est SINGULARITÉ, IDIOTÈS ou SOLITAIRE.

Le machin « inconscient collectif » de Jung en rapport avec le Seul Réel ou Soi est un rapport de pure ignorance, puisque c’est un rapport, une relation, un échange, une connexion, une analogie, une filiation, une conformité-uniformité… Identifier c’est de la création ou fabrique de nom-la-forme (droit d'auteur ou d'ego...)!
 
Donc la VRAIE LIBÉRATION consiste à distinguer MAMMON : le monde et sa laïcité totalitaire à la française, ou le Soi ! « Le Deux c’est la guerre » écrit Jean Coulonval en dernière ligne de Synthèse et Temps Nouveaux. Essayer de conserver et le monde et le Soi est totale illusion : l’un va voiler l’autre, et l’un d’eux est une apparence imaginée au sein de l’autre.
Tout comme le bracelet en Or : lorsqu’on voit l’Or on ne voit plus le bracelet (les pilleurs Conquistadors espagnols et portugais faisaient fondre les bijoux pour récupérer l’Or…). De même que dans la statue d’un chien en pierre, le chien et la pierre ne peuvent pas être vu ensemble.

Bhagavan expliquait le proverbe « Chien vu, pierre non vue ; pierre vue, chien non vu ». Quand on veut chasser un chien errant agressif on ne trouve jamais de pierre ou de brique à lui lancer ! Bhagavan explique ce conte :
La maison d’un homme riche était bien gardée par un chien féroce enchaîné à un pilier du portail. Bien que sculptés, le chien et la chaîne semblait réels et vivants. Un passant fut effrayé à la vue de l’animal. Un voisin bienveillant eut pitié de lui et lui montra que le chien n’était pas vivant. Une autre fois lorsque cet homme passa devant le chien il admira l’œuvre du sculpteur et oublia son illusion passée. Il ne voyait donc plus le chien mais seulement la pierre sculptée, d’où le proverbe.

Bhagavan et le Yoga Vasistha donnent souvent l’exemple de la corde prise pour un serpent quand l’éclairage fait défaut. La Vérité perceptible est bien-sûr la corde, et tant que persiste la fausse apparence du serpent prit pour la corde, serpent ou monde considéré comme « réel », la Réalité sous-jacente, le Soi, ne se révèle pas.
Sont illusoires toutes les autres vies dans lesquelles on s’identifie intérieurement aux différences que sont les objets de la connaissance relative [la fameuse « diversité » vendue par « l’unité » régime républicain devenu une religion puisqu’elle se veut « indivisible » et « universelle » et veut que nous soyons tous connectés, tous en « vivre ensemble »].

« Le monde » = ce qui est vu, donc fondé sur les différences, sur la diversité si chère au régime républicain, à nouveau preuve que ce régime est totalement matérialiste et commerçant et n’en à rien à foutre des êtres humains !
Quant au mot LUMIÈRE si vendu depuis les perruques poudrées du 18è siècle, il signifie l’éclat du Seul Réel, la pure Conscience libre de tout nom-la-forme.
La Seule Lumière possible est donc la vie dans laquelle on s’est fondu avec la Lumière du Soi. Toutes les autres vies, donc la diversité, sont illusoires : toute connaissance fondée sur la différenciation donc sur la diversité MARCHANDE, même sur la connaissance relative aux mondes divins, n’est qu’ignorance.

Bhagavan : « Par cette émanation lumineuse véritable, qui est la connaissance du Soi, le monde sera entièrement éclipsé et se transformera en pure Conscience ». C’est la définition même de NOTRE ÉTAT ORIGINEL D’EAU ou EAU PRIMORDIALE.

Ce qui est vu n’existe pas sans un être conscient qui voit et fabrique ce qui est vu.
Bhagavan : « Le monde peut-il exister sans qu’il n’y ait quelqu’un pour l’apercevoir ? Lequel précède l’autre ? L’être-conscience ou la conscience émergente ? L’être-conscience est constamment présent [ici et maintenant], éternel et pur. La conscience qui émerge s’élance puis s’évanouie. Elle est éphémère ».
À la question de savoir si le monde existe ou non quand on dors, Bhagavan répond : « Ce monde vous rit au nez parce que vous le connaissez sans vous connaître vous-même. Le monde est le résultat de votre activité mentale. Connaissez votre mental. Puis voyez le monde. Vous réaliserez qu’il n’est pas différent du Soi ».
« Les gens voient le monde. La perception implique à la fois l’existence de celui qui perçoit ou le voyant et celle de ce qui est perçu ou vu. Les objets sont distincts et étrangers à celui qui voit. Celui qui voit est intime, car il est le Soi [Singularité]. Toutefois, les gens ne dirigent pas leur attention pour découvrir celui qui voit pourtant si évident, et préfèrent aller de-ci de-là pour analyser ce qui est vu. Plus le mental se développe, plus il s’éloigne et plus il rend la réalisation du Soi difficile et compliquée [c’est moi qui souligne]. L’homme doit voir directement celui qui voit et réaliser le Soi ».

Les gens qui « préfèrent aller de-ci de-là pour analyser ce qui est vu » SONT DANS LA THERMODYNAMIQUE, DANS L’ACTIVITÉ DU FAIRE/FER. ILS SONT DANS LE PAYANT, contraire de la GRATUITÉ. Car la Gratuité ou ÉNERGIE LIBRE est l’état originel dénué d’effort (le Vrai Confort) qui demeure, une fois éradiqué le mental et toutes ses activités et donc toute sa thermodynamique. La Connaissance est l’état naturel libre du mental qui n’a jamais existé, alors que par exemple, les illusionnistes genre siddhi yoga sont dans un état mental sans réalité par qu’ils illusionnent comme les illusionnistes de Las Vegas !
GRATUITÉ = NON IDÉATION ou NON ESPACE-TEMPS : la Vérité brille par sa propre Lumière dans le Cœur sans aucune lumière distincte d’Elle.
AGIR OU FAIRE = THERMODYNAMIQUE : ÇA CHAUFFE PARCE QUE C’EST RELATIF, C’EST DE L’É-CHANGE (2). L’énergie suppose le mouvement et donc l’échauffement ! « Bien que Dieu Ishvara, se meut par sa propre énergie [shakti], laquelle est mouvement, Il transcende le mouvement. Il est immobile [achala] et transcendant [atita] », explique Bhagavan. (Une définition de ce que j’appelle « Fixation Cavalante »…).

Shakti ou Padam (le Pied ou Soi) ne sont qu’Un. Aussi il est juste de dire que toutes les activités du monde sont l’accomplissement de Padam (le Soi).
Shakti dans l’entretien 323 : « Ce n’est que dans la lumière réfléchie (lumière mêlée à l’obscurité ou Connaissance souillée d’ignorance) que le monde, qui n’est pas indépendant de sa source, semble naître, s’épanouir et se dissoudre. Sa diversité ne peut exclure la Réalité, la Source originelle. Il s’agit ici d’un jeu dans lequel le seul et unique Être se multiplie, est objectivé, puis se résorbe. Pour accomplir cela, il doit y avoir une shakti (Pouvoir), et merveilleuse en plus ! Elle ne peut pas non plus être indépendante de son origine. Dans l’Être pur, lumineux en soi, cette shakti ne peut être perçue. Et pourtant, ses activités ne sont que trop bien connue. Que son jeu est sublime ! ». Principe Originel Universel (vibration primordiale donne la lumière réfléchie de sattva ; de là découle l’ego rajasique, puis les noms les formes ou connaissance.

La stance 6 (du Arunachala-ashtakam) développée dans le long entretien 323 se termine ainsi :
« Les pensées ‘je’ et ‘ceci’ sont toutes des émanations de la même lumière. Elles correspondent respectivement aux rajoguna [qualité originelle représentée par la couleur Rouge, Adam chez les Hébreux est rouge et donc le « Passé »] et tamoguna [obscurité, ignorance représenté par la couleur noire, que je vois aussi en couleur bleue sombre représentant le futur, l’inertie, pas encore en mouvement, c’est encore la nuit]. Pour que la Lumière réfléchie (pur Sattva : existence, Blanc de l’Instant, de la pureté et de la bonté) soit dépourvue de rajas et de tamas, elle doit resplendir en tant que ‘Je’-‘Je’ [Super Tautologie], non-interrompue par la pensée ”ceci” [ou dualité sujet-objet]. Cet état pur survient, d’une façon temporaire, entre le sommeil et la veille. Si cet état de transition se prolonge, il devient Conscience cosmique ou même Ishvara [Soi]. C’est l’unique passage vers la Réalisation de l’Être suprême, lumineux en soi.
En résumé, on peut dire qu’il y a deux sortes d’expériences durant le sommeil profond dont on se souvient au réveil lorsque l’on dit ”j’ai dormi comme un bienheureux et je n’avais conscience de rien”. C’est l’expérience du bonheur et de l’ignorance. Nous pouvons donc constater que le Pouvoir s’est transformé en : 1) avarana (obscurité), et 2) vikshepa (diversité). Le mental est le résultat du vikshepa ».

Tant que celui qui voit, le voyant, ne fait pas UN avec la vérité de sa vraie Nature, il ne peut gagner la sérénité de la Paix du mental.
« Celui qui voit, par le fait de voir la vérité de sa Nature réelle, sera libéré de l’asservissement stérile de l’attachement [thermodynamique] qui naît de la dense obscurité (ignorance) ».
« La stupidité de l’ego en proie à l’illusion c’est d’être obnubilé par ce qui regarde ce qui est en mouvement » (”ce qui regarde” est celui qui perçoit les objets dont il est témoin, ”ce qui est mouvement” est le monde qu’il voit).
« Par la fermeté dans la pratique du Renoncement [Putréfaction] devenez indifférent au monde, réalisant ainsi qu’il est irréel, puis rejetez-le ».
« Lorsqu’a pris fin la fausse distinction entre voyant et vu [entre sujet et objet] et que l’on se connaît en tant que substrat sur lequel le monde apparaît au lieu d’en être le témoin (1), voir et être se transforment alors en un seul et même acte ».
Bhagavan : « En premier on voit le Soi en tant qu’objet [Non-la-forme], puis on voit le Soi en tant qu’un vide et enfin, on voit le Soi comme le Soi ; le fait de voir n’est absent que de ce seul dernier état, car voir est Être ».

Voir c’est supprimer l’espace-temps entre sujet et objet donc supprimer l’idéation (être alors intuitif).
Bhagavan : « Nous devons voir Brahman [le Soi] en tout et partout » n’est pas tout-à-fait correct. Seul est final ce stade dénué du fait de voir et d’où sont absents le temps et l’espace. Il ne restera donc ni voyant, ni le fait de voir, ni objet à voir. Tout ce qui existe est l’Œil infini ». L’Œil est entièrement ouvert, la Stargate, il ne peut alors exister une seconde vue qui ne sera qu’une copie si elle se produit. Bref, un autre « œil » n’est pas nécessaire.
La Stargate ou Œil ultime détruit les objects extériorisés ou concepts extériorisés, les opinions.

Concernant le futur monde des Google-transhumanistes : LA NATURE DES CHOSES DÉPENDRA DE LA NATURE DE CELUI QUI VOIT ET DONC QUI FABRIQUE ! Alors pas de possibilité « d’immortalité » là-dedans !

L’œil qui voit est de nos jours fait de chair(e) et alors seules les formes grossières seront vue. Si l’œil possède lui-même une forme [système photographique du nerf optique), il ne voit rien d’autre que des formes, puis des noms !
Bhagavan dit que « Ni l’œil physique ni le mental ne possèdent le pouvoir de la vision par eux-mêmes. L’Œil véritable est le Soi ; comme Il est sans forme, car Il est la Conscience infinie, la Réalité, Il ne voit pas de formes [et donc Il ne voit pas d’opinion] ».

Pour finir et en finir avec les RELIGIONS-OPINIONS et leur Dieux qui foutent la merde partout et sont aussi de la thermodynamique : le Centrum Centri ou Vérité, ou Soi, ou Padam (Pied), transcende le mental dans lequel les nombreuses religions se fondent naturellement, leur verbiage d’opinions (3) nécessairement discordant ayant cessé. C’est alors que le Grand Silence engloutit le mental et par conséquence conquiert ainsi toutes les religions qui existent comme conséquence de l’activité mentale et ne sont donc que des opinions.

Le Dieu de toutes les religions EST PRISONNIER DES OPINIONS, mais pour le Libéré Vivant, qui est sans fausseté et qui s’est libéré par lui-même de toutes les opinions ou concepts, Il est son propre Soi (IL EST LE ROI). Bhagavan dit : « Puisque même ceux qui disent que (Dieu) n’existe pas ne (disent) pourtant pas qu’ils n’existent pas [les athées], Padam [le Soi] demeure tel que tous peuvent l’accepter ».

À suivre…

[En références à : Padamalai, enseignements de Ramana Maharshi recueillis par Muruganar. Et en compagnie de Vasistha (ou Vasishtha), un des grands Sages de l’ère du manvantara. Énorme merci à son traducteur le Swami Venkatesananda (1921-1982)]


Notes.
1. « Le monde apparaît au lieu d’en être le témoin » résumé par la célèbre maxime du bouddhisme chinois : « Les doigts pointés vers la Lune ». Les doigts ce sont les images projetées sur l’écran de cinéma figurant la Lune, écran ou Lune non affectée par les images projetées ou les mouvements des humains. Ce « doigt pointé » ce sont les actions-mouvements ou les faire/fer de ce monde, le geste de pointer, CE NE SONT MÊME PAS DES ACTIONS MAIS DES RÉACTIONS (celles de l’ego envers notre non-ego). Ainsi nous réagissons du matin au soir, NOUS SURVIVONS, NOUS N’AGISSONS PAS.

2. CHANGE : changement, troc, échange, arbitrage entre partie, effet, change complet (couche-culotte de nos jours [capitalistes] jetable, autrefois lavable…).

3. Depuis des siècles la terreur de l'homme (ou de la femme) politique c'est le silence ! Il en est de même des discours ou des livres religieux dogmatistes, intouchables ; pourtant bourrés de noms-les-formes du mental.
 
 

Dernière mise à jour : 01-07-2018 21:04

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >