Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow KA et Paradis de Pierres
KA et Paradis de Pierres Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 19-07-2018 00:00

Pages vues : 882    

Favoris : 146

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chan, Chimère, Christ, Circoncision, Confort, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Fétiche, Gordiasade, Gratuit, Grégaire, Guerre, Humain, Information, Innocence, Instant, Intelligence, Intérêt, Japon, Jardin, Juif, Klan, Lait, Langage, Langue, Liberté, Lucifer, Matrice, Maux, Méditation, Mental, Migrant, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Phallus, Pied, Pierre, Poisson, Porte, Privilège, Puce, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Viscères, washingtonisme, Yokaï

 
ka_statue_hor.jpg
 
 
KA et Paradis de Pierres
 
 
KA : le Soleil, dans le sens de Soufre. Le Point d'appui pour toutes manifestations. Il y a un Ka supérieur et un ka inférieur. Ka le Taureau est l'incarnation animale du Feu de Ptah : ardeur, stabilité, etc...
Le Ka est le Principe réalisateur de la Création continu (Brahman ou Soi et non-Soi). Par exemple, les qualités vitaminiques, vitalisantes de toutes nourritures sont leur Ka. Le Ka est triple : actif, neutre, passif. Il est représenté par 2 bras reliés entre eux (photo du haut de page, comme une antenne, ou comme Involution-Évolution).
 
Autre composante du Soi chez les Anciens Égyptiens, le BA : la Lune, dans le sens de Mercure. Le Souffle-animation (sorte "d'Énergie") comportant 3 degrés : âme cosmique, âme naturelle (cycles), âme humaine. Dans l'être humain, Ba est à la fois universel et particulier.
Les Dieux aussi ont des Ba ou Baïs. Le Ba est représenté par une sorte de cigogne.
CIGOGNE : comme le Héron Blanc couleur de l’Instant ou Eau Primordiale. Héron, Cigogne, Ibis sont des oiseaux « adversaires du mal », comme Blanc de l’Instant ils symbolisent le Christ ou Soi. Héron ou Ibis solitaires dressés immobiles sur un seul pied évoque naturellement LA CONTEMPLATION. Au Japon la Cigogne qui se confond aisément avec la Grue apparaît comme un symbole d’immortalité, ou de longévité.

Parmi les composés humain que sont Ba et Ka il y a en a 2 autres, la troisième composante : AKH (Ibis), ou i répété, l'oiseau du dieu Thot dans la Manifestation à l'image identique d'elle-même. AKH est la Vie principielle ou Pré-matière ; et elle se situe juste avant la croix ANKH (résurrection de l'Esprit). La quatrième composante est l'Ombre, liée avec le Ka ; elle ne quitte jamais son maître. Elle est le milieu où est inscrit ce qui est la mémoire émotionnelle et instinctive (sorte de deuxième mémoire, la première étant mémoire cérébrale ou apprendre par cœur). C'est une sorte de corps illusoire. Dans ce pays de soleil, l'Ombre est importante notamment pour se reposer.

Tout étant dans Tout, Le Ka se trouve aussi dans un cycle du monde antérieur, dans une certaines création, quand certains vivants sont demeurés en état de sommeil profond. Ils font des rêves qui donnent la forme de cet univers, grâce à l’état de veille au sein du rêve. « Nous sommes tous leurs objets de rêve. Du fait que leur rêve est très long, il nous apparaît comme un état de réalité et de veille » (voir la page précédente : Content est devenu Comptant et même USURE).

Tout ce qui a une naissance a un jour ou l’autre une mort. « Alors seul Brahman [le Soi] existe. […] Nous savons avec certitude que le corps est semblable à un objet de rêve et qu’il n’est rien d’autre que la Conscience. Cette apparence du monde périt maintes et maintes fois. Qu’est-ce qui a péri, et comment ce qui a disparu renaît-il et à maintes reprises ? Si l’on dit que tous ces objets demeuraient cachés dans l’espace, alors il faut admettre qu’ils n’ont pas été détruits - même au cours de la dissolution cosmique.
Il y a similitude entre la cause et l’effet. Puisqu’il n’y a pas de cause à cette apparence du monde, ce n’est pas un effet. L’Un, seul, EST (L'Homme est à l'Image de DIeu...). Les nombreuses branches, feuilles et fleurs d’un arbre, ainsi que ses fruits, ne sont que l’expansion de l’unique graine. Il est inutile d’inventer une relation de cause à effet. Seule la graine est la Réalité [L’Eau Primordiale ou Conscience infinie]. En approfondissant la vérité, nous nous rendons compte que seule l’unique Conscience demeure en tant que Vérité », dit Vasistha, dans le Yoga Vasistha, chapitre : La Libération.

Donc, à la fin du cycle du monde ou dissolution cosmique, tous les objets de perceptions cessent d’exister. Seul demeure le Soi ou Conscience, et cela est indicible car au-delà de la pensée et de la description.
« Il n’est ni temps ni mental, ni être ni non-être, ni conscience ni inconscience. Je l’ai décrit négativement parce que les textes sacrés l’ont fait (comme ”L'Homme est à l'Image de DIeu”). À mes yeux, il est Paix suprême sans mélange. Ainsi, le Soi suprême est à la fois divers et non divers », exprime Vasitha. Correspond à ce bout de Conscience : « Dieu créé l’Homme à Son Image »… Mais si on ignore le Soi, les drames arrivent…

Le phénomène « trou de ver » est un vaste reflet « moderne » lié au galop technologique qui reflète notre ignorance de plus en plus grande, soit une ignorance inversement proportionnelle à cette technologie reposante presque uniquement sur « l’électricité » ou « électromagnétisme ». Je dirais que « l’homme des cavernes » était nettement moins ignorant que nous ! Le tétéphone portable et les machins du « tout intelligent » ou du « tout connecté » nous enfoncent toujours plus dans une ignorance crasse doublée d'un gros orgueil !
Passer de la carriole tirée par deux chevaux pour voyager entre Lille et Marseille, puis par chemin de fer et maintenant jusqu’à l’avion, communiquer par signaux de fumée et de nos jours par le « tout connecté » comme le tout-à-l'égout ; s’éclairer à la chandelle quand la lumière du jour devient trop faible et de nos jours « allumer la lumière »… même en plein jour, n’a rien enlevé de cette ignorance crasse et l’a nettement renforcé, PARCE QUE L’IGNORANCE EST FACTICE, ET NOTRE MONDE DEVIENT DE PLUS EN PLUS FACTICE, FAUX.
Alors le « trou de ver » est un trou du cul ! qui singe la non-division ou non-localité !!! Bien que ce trou du cul se trouve évidemment au sein du Soi ; Tout est dans Tout, ou Un est le Tout. Bref, le Soi est la carcasse même du temps et de l’espace, soit aussi la carcasse de l’HOTC (Histoire-Opinion-Temps qui coule).
Le « trou de ver » tente de concrétiser le fait que la Réalité est indivisée et divisée, qu’elle EST et qu’elle n’EST PAS.
Vasistha donne le bon exemple de la sculpture sur pierre, les images ciselées en son intérieur peuvent être obtenues en taillant avec le ciseau à pierre, mais il est impossible de faire apparaître le monde en taillant la Conscience infinie ! « Par conséquent, divisé bien qu’indivisé, le Soi paraît seulement différer de la Totalité, bien qu’en réalité il soit non-différent d’elle », dit Vasistha. « Dieu créa l’Homme à Son Image »

Le « trou de ver » est donc le truc qui est, et en même temps qui n’est pas (par exemple illustré par la Stargate et son Point Focal en forme d’Eau dans la série télé si étonnante : Stargate SG1).
Eau Primordiale de la Stargate qui « désintègre » pour réintégré « plus tard » un jiva (âme individuelle). Concept de Stargate pas si fou que ça car ayant une certaine réalité… Car lié à la cause-effet ; mais comme la Stargate ou Eau Primordiale au centre n’est pas division ni objet d’observation : elle EST, elle n’a ni cause ni effet ou raison, la création quelconque n’existe pas (image de Dieu), comme si la Stargate en produisant l’Eau Primordiale devait disparaître avec ! Du moins aux yeux des observateurs ou objets distants d’elle.
La désintégration au sein de la Stargate est synonyme de repos dans une tranquillité absolue, le Soi. Puis comme c’est la Réalité, CE MONDE PEUT PARAÎTRE « de l’autre côté » au travers de la Stargate. Mais, l’apparence du monde ne naît pas d’une cause : il n’y a pas un « devant » la Stargate et un « derrière » la Stargate ! Seul existe l’EAU PRIMORDIALE ou Soi qui possiblement engendre cette création, si... (voir le cadran style téléphonique ancien (analogique) des « coordonnées » pour programmer une « destination » à travers la Stargate).

”L’océan, la montagne, les nuages, la terre, etc., sont tous ne non-né et l’incréé. Cet univers existe en Brahman en tant que Grand Silence [kâstha-mauna : silence du rondin de bois]” (YV VI 2, 53-54). Du fait de sa propre nature essentielle, celui qui voit existe dans la scène en tant que voir. Celui qui agit existe en tant qu’action, puisqu’il n’a pas de raison de faire quoi que ce soit. Il n’y a pas d’individu qui connaît ou qui fait, ni inertie ni être qui en fait l’expérience, ni vide ni substance », dit Vasistha ; c’est-à-dire que tout est Eau et non Eau : « la division entre celui qui voit (le sujet) et la scène (l’objet) est imaginaire [même pas besoin de Stargate…] ».

PAS BESOIN DE STARGATE : Sans cause, pas de « passage » et encore moins de chose à passer ou création !!! Vasistha dit que ce qui brille sans raison ni cause est sûrement inexistant, sinon ça n’existe que comme illusion. « Il existe en tant que soi-même et brille parce qu’il EST tel qu’il EST, sans rapport entre créateur et création [sans filiation de cause à effet] », dit Vasistha.

Quand une graine de cause existe, il y a possibilité, ensuite, dans le temps, d’un effet ou création. « Quand tous les éléments sont dissous pendant la dissolution cosmique, où est la graine-forme et où sont les causes coopératives ? Quand seule l’infinie Conscience indivisible est la Vérité, il n’y a pas de possibilité d’existence même d’un particule subatomique, encore moins pour la graine de cette création (1).
L’UNIQUE CONSCIENCE INFINIE SE CONÇOIT ELLE-MÊME COMME FAUSSE DANS LE FAUX ET COMME PURE CONSCIENCE DANS LA PURE CONSCIENCE. De même que l’espace (distance) existe au sein de l’espace, tout cela existe au sein de Brahman ou Soi », exprime Vasistha.

Comme au début la création n’ayant ni cause ni effet, il n’y a ni être ni non-être, ni matière grossière ni mental subtil, ni objets mobiles ni objets immobiles. Comme la Conscience est dénuée de formes elle ne peut pas créer un monde de noms-les-formes, puisque cause-effet sont identiques et que seul ce qui possède une forme peut créer une autre forme, ou se transformer. « Le Soi demeure le Soi tout le temps, imaginant tous ces objets divers au sein de la Conscience indivisée. Tout ce dont cette Conscience fait l’expérience comme en son propre sein, cela et cela seul est « appelé » le monde ou cette création ».

L’infinie Conscience est Conscience infinie [parfaite Tautologie comme le « Je suis ce JE SUIS »], l’Eau est l’Eau : puisque cette « création » est suscitée comme par magie par la Conscience, elle semble ainsi créée.
« Tout comme le monde que l’on rêve est une apparence illusoire dans notre conscience, de même, dans l’état de veille, ce monde apparaît dans la conscience, en tant que Conscience.
”Dans la création original [sans copie], le rêve de la Conscience indivisée porte le nom d’état de veille (le monde dont on fait l’expérience dans l’état de veille). Le rêve qui se lève dans la conscience des êtres qui voient le jour dans cette ignorance port le noms d’état de rêve” (YV VI 2, 55). Ce rêve imaginaire s’est « matérialisé » [temporalisé] pour donner l’ordre de ce monde à la force de répétition [rythme]. Le fleuve n’est que le mouvement de l’eau : la création est le caprice de l’infinie Conscience », dit Vasistha.

Quand cesse la perception de la division, naît la vision de l’unité (et certainement pas celle de la république qui cache sa religion sous le nom de LAÏCITÉ, quoi que certains de ses paroissiens puissent en dire !) Cette non-division porte le nom de Libération. « Que cette création soit ou ne soit pas, adviennent alors de concert une totale compréhension de l’absence des objets et l’expérience de l’indivisibilité de l’infini [et pas de la république]. Quand ainsi l’objet (et par conséquent le sujet) est non-réalisé [pas de saloperie cause-effet] règne alors une grande Paix. Dans le Soi suprême il n’y a bien-sûr ni servitude ni libération. Qui réalise ainsi la Vérité accède au Nirvana. Icelui perçoit aussi cette apparence du monde même, qui n’est que frémissement au sein de la Conscience, en tant que Nirvana. Il découvre que cette création n’est pas diversité, mais seulement pur Brahma », dit Vasistha.

La nature du Soi ne peut être que Conscience, et comme en principe tout bijoux se résume à l’Or métal (dont ils sont faits), la Connaissance objective est une apparence imaginaire au sein du Soi.
LE PLUS DANGEREUX : les cinq sens et leurs perceptions, qui ne sont pas la conscience, ne sont qu’illusions trompeuses comme il est écrit dans Padamalai (signifiant : « une guirlande pour Padam », au sens littéral de « pied », synonyme ici de Soi). Les sens ne collent qu’avec une conscience matérialiste, ou ayant cause matérielle. Les sens ne sont qu’ego qui engendrent l’opinion.
« Lorsque l’on connaît sa Vraie Nature, la Conscience, alors on sait que l’ignorance n’a jamais existé », dit le Padamalai.
Ramana Maharshi explique : Tous les enseignements spirituels visent à faire savoir qu’il n’y a jamais eu d’ignorance. L’ignorance fait partie de ce qui est perçu par celui qui est conscient [surtout depuis la mode de la « raison » instituée par les perruques poudrées en leurs « lumières »]. La conscience est Conscience [jnana]. La Connaissance est éternelle et naturelle ; l’ignorance [ajnana] ne l’est pas et elle est irréelle ».

À suivre…

[En références à : Padamalai, enseignements de Ramana Maharshi recueillis par Muruganar (1890-1973). Et en compagnie de Vasistha (ou Vasishtha), un des grands Sages de l’ère du manvantara. Énorme merci à son traducteur le Swami Venkatesananda (1921-1982)]


Note.
1. Le Point Focal ou Foyer (FLÉAU) : pas de réalité concrète, conception d’un point contenant la totalité de l’image. Il ne peut exister un plus petit grain de Matière (sens Euclidien) Infiniment/non défini/ petit, et Infiniment/non défini/grand = mêmes problèmes. (Jean Coulonval dans : Synthèse et Temps Nouveaux). Le Point Focal ne subit plus la loi de cause et d’effet.
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 19-07-2018 23:34

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >