Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Époque de l’âge du Faire/Fer
Époque de l’âge du Faire/Fer Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 31-07-2018 23:45

Pages vues : 883    

Favoris : 147

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chan, Chimère, Christ, Circoncision, Confort, Conscience, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Fétiche, Gordiasade, Gratuit, Grégaire, Guerre, Humain, Ignocratie, Information, Innocence, Instant, Intelligence, Intérêt, Japon, Jardin, Juif, Klan, Lait, Langage, Langue, Liberté, Lucifer, Matrice, Maux, Méditation, Mental, Migrant, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Phallus, Pied, Pierre, Poisson, Porte, Privilège, Puce, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Viscères, washingtonisme, Yokaï

 
 
 
Époque de l’âge du Faire/Fer
Pourquoi faire/fer ?
Nous ne sommes ici sur Terre
que des Voyageurs.
Alors,
Pourquoi ?
et Faire ?
(caractère de ce monde duel et de son usager-usure)

L’âge de Pierre ou « Temps long » : PIERRE/DURE/DURÉE elle meure très tardivement.

Manger une Pierre à chaque repas.


Page dédiée au Granite.
 
 
Notre époque de l’âge du Faire/Fer : ça commence indubitablement par le MASSACRE DE LA PIERRE : PIERRE TAILLÉE, qui en deviendra comme une « mauvaise herbe », ou comme les pierres que l’on jette à la personne à qui on veut du mal, et physique et mental (voir l’ancienne horrible lapidation par exemple et absolue injure au plus petit Caillou).
La Pierre taillée c’est déjà de l’OGM !
La Pierre naturelle, non taillée, correspond au Saint Chaos : il y a Tout dedans (voir les Cailloux du Petit Poucet de Charles Perrault et le superbe symbolisme qui y est rattaché) ; l’Âme habite la Pierre dans les temps anciens. Dès que l’on commence à tailler la Pierre, c’est signe de sédentarisation (et vil et ville) : chez les Hébreux la Pierre taillée produira le temple de Salomon : valorisation ou invention du « peuple élu » qui deviendra plus tard en Variation le « Citoyen » ou habitant des cités de l’après 1789 tout bétonné et tout engorgé (tyrannie de l’opinion et de la mauvaise bouffe par la gorge).
 
PIERRE TAILLÉE, NOURRITURE TAILLÉE (chimique et industrielle) ou GRAINE QUI SUBIT LE SUPPLICE DE L’ENGRAIS = RÉVOLTE D’ICEUX (favorisent les maladies et la fatigue) !!!

LA PIERRE BRUTE DESCEND DU CIEL. S’il y a construction, elle  ne peut, comme dans l’Ancien Temps, se monter qu’en Pierres brutes et sans ciment : « En levant ton ciseau sur la Pierre, tu la rendrais profane », est-il écrit justement dans : Exode 20, 25 ; Deutéronome 27, 5 ; Rois 6, 7. La Pierre taillée n’est œuvre que de l’humain ; ainsi ELLE DEVIENT FAUSSE en action du Faire/Fer. La Pierre brute ou naturelle est comparable au Soi, d’ailleurs Maître Eckhart enseignait que la Pierre est synonyme de connaissance.

La Pierre naturelle étant connaissance, et Saint Chaos, cela veut dire qu’elle est INFORMATION comme on dit de nos jours de « tout connecté » ou de « tout intelligent ». Tout étant dans Tout, Tout étant « information », il est logique que pour la NOURRITURE IL EN SOIT DE MÊME : L’ALIMENTATION N’EST QUE DE L’INFORMATION STOCKÉE DANS LE SOI, SOUS FORMES DE VIBRATIONS DANS QUELQUES MATIÈRES. Vibrations ou prâna.
De la même façon qu’une Pierre naturelle, une GRAINE NATURELLE, « non taillée », c’est-à-dire cultivée avec la conscience du Soi, aura elle aussi, pour ainsi dire, « réalisé le Soi » et fournira une nourriture prodigieuse (voir les travaux de Fritz-Albert-Popp).

Tailler une Pierre c’est la mutiler, la diviser, la limiter, COMME DE LUI DONNER UN EGO, LUI DONNER UNE CRÉATION. une COPIE. Bref, LA REMPLIR, LA SALIR. Ainsi l’être humain acquière-t-il également un ego, UN GONFLEMENT ou une FAUSSE AMPLIFICATION. La Pierre taillée ou l’ego auront désormais la peur du vide, et concernant la Pierre limitée par sa taille ELLE NE SERA PLUS NATURELLEMENT ANTI-SISMIQUE (dans le cas d’une construction naturelle comme on les observe encore au Pérou notamment. comme sur la photo en haut de page).
Tailler la Pierre et lui fourguer ainsi un ego C’EST INVENTER LE TEMPS OU HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui coule).

La Pierre naturelle C’EST LA TRANSPARENCE : La Pierre ou par la suite le Métal représente le moyen d’entrer en contact avec des réalités jusque-là inconnues (comme le précise Mircea Eliade). Donc Pierre mémoire : Qu’est-ce que vous mettez dans ses mailles ?!
Pierre-Cuisine : en plus de la chaleur interne : pierres pour construire un foyer, un four afin de cuisiner.
Mettez quelque chose dans la Pierre : une graine, une idée, un symbole (une force), mettez ce qui n’est pas visible. De même, mettez quelque chose dans la GRAINE qui va produire votre PAIN (de Sarrasin le meilleur pour l’énergie, ou encore pure petit épeautre).

La TRANSPARENCE comme la SIMPLICITÉ c’est ce que tout le monde cherche, comme la Paix, et que bien peu trouve, alors que la Transparence ou Simplicité est notre état naturel (comme l’ancienne Vraie Télépathie…).
Nous allons nécessairement vers cette Transparence, à ne pas confondre avec le « progrès » si lié au matérialisme et à sa technologie tueuse et à sa géométrie de la ligne droite. Transparence veut dire que TOUS LES EGO VONT TOMBER ET ALORS IL N’Y AURA NI MENSONGE NI CALCUL OU TRAVAIL DU CHAPEAU. Parce que l’ego croit qu’il se cache comme vous vous cachez pour faire caca dans votre cabinet, mais l’univers entier et le Soi VOUS OBSERVE.
TRANSPARENCE = ENVELOPPER et CARESSER ou AMOUR ou GRATUITÉ.


RAPPEL : On n’agit pas, on est agi : par le Soi, par ce qui n’est pas visible. On est agi par le JEU : ce qu’il y a entre deux éléments, donc l’invisible, le vide ; le jeu est l’âme de la mécanique dit-on. Le « flou artistique » qui se dégage de l’œuvre d’un artiste peintre.
« Une maison est percée de portes et de fenêtres, c’est encore le Vide qui permet l’habitat » (Tao-tö-king – Verset 11).

Une Pierre taillée ou une Graine dénaturée sont coupées du Soi. Elles sont comme l’humain ignorantes du Soi, voilà une définition possible de la Chute façon Ancien Testament.

Non, il n’y a pas de « progrès » dans ce messianisme et sa « fin des temps » super Carotte pour faire avancer les ignorants. Dans ce même messianisme il n’y a pas non plus d’adamisme ou « commencement », comme ce même commencement nommé « Big bang » qui invente le temps.
Comme le dit le Yoga Vasistha, dans le Soi ou Conscience infinie, « Tout est ici », bien qu’aux yeux de la perception ordinaire quelque chose puisse être éloigné ».
Vasistha précise que le roi Vipascit adorait le feu, et que le cerf [libéré de sa misérable existence] « en pénétrant dans le feu recouvrera son état antérieur, tout comme l’Or recouvre son lustre en étant purifié dans le feu. Regardez, je vais faire entrer ce cerf dans le feu ».
 
« Sur ce, le sage Vasistha prit son pot à Eau sacré, but une gorgée, et créa un feu au milieu de la salle sans le moindre combustible. Ce feu éclatant ne produisait ni étincelles ni fumée. Les membres de l’assemblée s’éloignèrent du centre de la salle. Le cerf fut ravi de voir ce feu. Il se mit à batifoler de bonheur. Vasistha était en état de profonde contemplation. Il bénit le cerf, en priant qu’il soit délivré de ses tendances pécheresses passées. Il poursuivit sa prière en s’adressant au Dieu du Feu : « En souvenir de son existence précédente, ô feu, s’il te plaît, redonne à ce cerf son ancienne forme de roi Vipascit ». Dès que le sage eut prononcé ces paroles, le cerf ravi bondit dans le feu. Il demeurera plusieurs minutes à l’intérieur pendant que tout le monde regardait ; peu à peu sa forme changea et il prit l’apparence d’un être humain. C’était un bel homme rayonnant. Dès qu’il se leva au beau milieu du feu, icelui disparut. Tous les sages assemblés s’exclamèrent d’une seule voix : « Ah ! quel éclat possède cette personne ! Il brille comme le soleil (bhâsa) ». Ce qui lui valut le nom de Bhâsa ».

L’assemblée comprend Vasistha, Bhâsa, et le roi Dasaratha, qui dit à Bhâsa : « Bien qu’essentiellement irréelle et inexistante, cette illusion a une puissance confondante, au point d’apparemment créer autant de mondes divers dans la Conscience infinie, et des expériences aussi variées ».
Un autre membre de l’assemblée, Vismâtra : « Approfondir la nature des objets du monde intéresse ces ignorants, et ils sont continuellement pris dans les flots de ce samsara [cycle des naissances et des morts, monde phénoménal et des noms-les-formes] sans jamais s’en détourner.
Cette création existe au sein de l’espace infini en tant que simple opinion dans le mental du créateur Brahma. Les gens se déplacent à la surface de la Terre de même que les petites fourmis s’affairent de-ci de-là à la surface d’une boule. Dans l’espace, il n’y a ni « au-dessous » ni « au-dessus ». La direction dans laquelle tombe un objet s’appelle « au-dessous », et celle que prennent les oiseaux dans leur essor : « au-dessus ».

Comme dans l’opinion il n’y a pas de fin, dans l’illusion c’est la même chose puisque ces illusion et opinion proviennent de la Conscience infinie, et en semble infinies. ”L’essence (la réalité ou la substance) de l’opinion est le suprême Brahman et inversement. Ils sont tous deux pure Conscience ; et il n’y a ni différence ni division dans la Conscience, pas plus qu’il n’y a de distinction entre l’espace et le vide” (YV VI 2, 131).

« Au sein du plus petit atome de la Conscience infinie existe la potentialité de toutes les expériences, à la façon dont il y a des pierres et des rochers à l’intérieur de la montagne. Toutes ces expériences existent, elles font constamment l’expérience de leurs propres modes particuliers d’expérience partout. En réalité, bien-sûr, elles n’existent pas en tant qu’expériences, mais seulement en tant que Conscience infinie. Ces expériences multiples sont collectivement appelées le monde, lequel est l’apparence brillante de Brahman. Mais c’est assurément un grand sujet d’étonnement que cette Conscience infinie, sans jamais abandonner sa réalité, pense d’elle-même : « Je suis un jiva » [une âme individuelle, et c’est moi qui souligne].

TRANSPARENCE.
Bhâsa raconte qu’il a vu un monde dénué de soleil, de lune et d’étoiles, où il n’y avait aucune obscurité, parce que tous ses habitants, radiaux, étaient illuminés ; ce qui est une description possible du futur de notre MONDE TRANSPARENT COMME L’EAU PRIMORDIALE.
Dans ce monde Bhâsa s’aperçu qu’il n’y avait pas de direction comme l’Est et l’Ouest, pas de jours ni de nuits, pas de textes sacrés et donc pas de polémiques, pas de distinctions entre les Dieux et les Démons. Puis il vit un être céleste du nom d’Amarasoma, et il vécut en ascète pendant quatorze ans.
« Grâce à la faveur que m’avait accordée le Dieu du Feu, je me déplaçais dans l’espace à une vitesse extraordinaire. À un endroit je tombai dans un grand océan et, à un autre, j’eus l’impression de chuter dans l’espace. Me déplacer dans cet espace était ma seule occupation. La fatigue me gagna et je dormis pendant un temps considérable.
Pendant mon sommeil, je pénétrai à l’intérieur du monde des rêves. Là encore, je découvris des mondes et des objets divers, et pendant tout ce temps j’étais très agité. Il suffisait que mes yeux voient quelque chose pour que j’y sois aussitôt [il n’existait plus de « lieu » ou localisation]. De cet endroit je voyais autre chose, et j’y étais à nouveau en un Instant, quelle que fut la distance à parcourir.
Je passai ainsi de nombreuses années à errer d’un monde à un autre à grande vitesse, mais je n’avais pas vu la fin de la manifestation de l’ignorance connue sous le nom « d’univers objectif » car c’était une illusion qui s’était débrouillée pour solidement s’ancrer dans mon cœur, tout comme la peur d’un fantôme s’empare du cœur d’un enfant. ”J’avais beau avoir bien conscience que « Cela n’est pas réel » après une investigation intense, le sentiment « Cela est »  n’en persiste pas moins” (YV VI 2, 132).
Je me souviens également d’un gigantesque pic montagneux qui brillait de sa propre lumière bien qu’il n’y eût ni soleil ni lune à cet endroit. C’était si beau que ce spectacle charmait le cœur de ces sages qui aiment tant vivre dans la solitude ».

La Pierre moulée est aussi proche de la Pierre naturelle, mais pas comparable avec l’actuel béton, bitume, en plus « armé ». Parce que la Pierre Moulée EST COMPARABLE À L’EAU qui peut prendre n’importe quelle forme (photo en haut de page)… La Pierre moulée en devient aussi HYDRAULIQUE, comme LE SABLE. Le béton inonde la planète et la citoyenise ! La Pierre moulée est proche de la pâte comme on peut en voir dans la vidéo ci-dessous. Aussi, il y a pâte et pâte ! comme le béton de nos jours qui est totalement industrialisé, quantitatif, comme tout ce qui se faite en mondialisme-capitalisme.

PÂTE : autre symbole du Saint Chaos et de tous les possibles, et paradoxalement opinion ou concept fondamental du matérialisme ! (Bachelard ; L’eau et les rêves). Le béton dissout ou divise à la façon Satan, alors que la pâte est un reflet du Soi en l’être humain. PÂTE ou BOUE sont du même Thème, alors il est facile de comprendre pourquoi les enfants aiment le pétrissage des pâtes et aussi sauter les deux pieds dans la boue, ou se l’envoyer à la figure. Évidemment : mains ou doigts et pâte = pénétration sexuelle… Et plus il y aura d’Eau et plus ce sera jouissif et félicité… Forme de PAGANISME qui sera l’horreur au mental des Hébreux et ensuite de celui des Chrétiens qui cassèrent nombre de Pierres levées à partir d’environ les débuts du troisième siècle de notre ère.
PÂTE OU ARGILE-ADN DU DIVIN POTIER CHNOUPHIS/KHNOUM qui donne vie à la Pâte (d’où l’expression « mettre la main à la pâte », mais pas dans le sens industriel de l’actuel Faire/Fer et d'en récolter les fruits ou bénéfices.
Le Potier des Formes, le Logo manifesté, le mâle phallique qui féconde la Nature-Temps.
Chnouphis/Khnoum est :
1) le Potentiel
2) l’Ouvrier/Potier avec SES 2 MAINS (comme Dieu brasse dans les deux sens).

À suivre…

[En références à : Padamalai, enseignements de Ramana Maharshi recueillis par Muruganar (1890-1973). Et en compagnie de Vasistha (ou Vasishtha), un des grands Sages de l’ère du manvantara. Énorme merci à son traducteur le Swami Venkatesananda (1921-1982)]
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 01-08-2018 22:41

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >