Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Guerre à mort
Guerre à mort Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 09-08-2018 23:01

Pages vues : 1126    

Favoris : 176

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chan, Chimère, Christ, Circoncision, Conflit, Confort, Conscience, Corde, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Fétiche, Gordiasade, Gratuit, Grégaire, Guerre, Humain, Ignocratie, Information, Innocence, Instant, Intelligence, Intérêt, Japon, Jardin, Juif, Klan, Lait, Langage, Langue, Liberté, Lucifer, Matrice, Maux, Méditation, Mental, Migrant, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Phallus, Pied, Pierre, Poisson, Porte, Privilège, Puce, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Viscères, washingtonisme, Yokaï

 
guerre_upa.jpg
 
 
Guerre à mort
depuis les religions abrahamistes, et capitalistes


Guerre à mort du FÉCOND (1) contre le STÉRILE
 
 
Depuis ces temps des religions de « l’homme déchu » (éjection du Paradis et péché), la guerre totale est partout, à cause de l’ego, chacun veut posséder sa petite vérité et c’est la guerre de tous contre tous en bandes organisées que sont les États.
GUERRE À MORT DOUBLE :
- Non résolution de l’antique dilemme Collectivisme-Individualisme ou Moi-Individuel et Moi-Collectif, qui ne peut se séparer du deuxième point :
- Non résolution depuis l’apparition du messianisme du dilemme Temps cyclique ou absence de temps contre flèche du temps et évolutionnisme qui ne mène nulle part.
Guerre à mort double, depuis l’évolutionnisme elle a fait que l’humain se croit redevable de son activité : AUCUNE GRATUITÉ, TOUT PAR CAUSE À EFFET, l’humain croit qu’il accomplir une activité, une HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui coule), alors qu’il est intégré, DANS une puissance autre que lui ; car l’action est fabriqué par le désir, qui ne s’élève qu’après la création de l’ego ; et cet ego doit lui-même son origine à une Énergie supérieure dont dépend son existence (fractal). Le temporel et le spirituel ne peuvent pas être séparé. « Alors pourquoi ce verbiage « Je fais, j’agis ou je travaille » ? exprime Ramana Maharshi à l’entretien 210, qui ajoute qu’un « être réalisé ne peut faire autrement qu’être bénéfique au monde. Sa simple existence est le plus haut bien ».
 
L’exemple de l’œuf et de la poule donné par Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux illustre parfaitement cet évolutionnisme qui ne mène nulle part, qui est STÉRILE :
« Une jeune cousine, élevée par les bonnes sœurs, me disaient un jour : ”Pour avoir un œuf il faut une poule et pour avoir un monde il faut un Dieu”. À quoi je répondais : ”Pour avoir une poule il faut aussi un œuf. Tu t’enfermes dans une chaîne de causes et d’effets dont les deux bouts ne se rejoignent pas, et que tu peux allonger à l’infini, sans que ton raisonnement soit valable” ». Notre monde malade actuel fonctionne de cette façon : l’évolutionnisme en une course sans fin (ou vers la Super Carotte « fin des temps »). « Pourquoi une ligne aurait-elle une fin, puisque après un pas je peux en faire un autre ? ». Je « progresse », donc je « construis » (Faire/Fer), JE CAPITALISE-PRODUCTION…

L’idée de « création » ne peut venir que dans la dualité SUJET-OBJET ou CAUSE-EFFET !!! « C’est parce que vous dites que vous êtes né, que les Écritures [abrahamisme] vous disent « d’accord » et ajoutent que Dieu vous a créé » (Ramana Maharshi, entretien 238).
Avec un Dieu créateur on fabrique une sanctification de la dualité. C’est ce que symbolise parfaitement Jean Coulonval dans « L’œuf et la Poule ». Parabole qui symbolise les religions de « l’homme déchu » : l’homme moderne est prisonnier de l’HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui coule), donc prisonnier de l’évolutionnisme ou progrès, cet HOTC qui éloigne dans un seul sens (flèche du temps) et qui par la même amplifie considérablement ce temps, à tel point que les transhumanistes rêvent d’immortalité, ici sur Terre, C’EST PRINCIPALEMENT UN PLAISIR ÉGOÏSTE, L’ÉGOÏSME DE POSSÉDER LE MAXIMUM DE BIG DATA APPELÉ PAR EUX « CONSCIENCE » (qu’ils veulent mettre « dans une ”puce” informatique »).

Les communautés des Anciens conscientes de l’HOTC ANNULAIENT ICELUI. Il y avait nombre de rites collectifs ou individuels, périodiques ou sporadiques, qui permettaient la régénération par ce que Mircea Eliade appelle dans Le mythe de l’éternel retour : « Répétition d’un acte achétypal ». Et cet acte archétypal ne peut qu’être le Soi-Instant, le Ici et Maintenant ou Conscience infinie : « Le Royaume des Cieux est en vous », donc Ici et Maintenant et pas ailleurs, et C’EST GRATUIT, POUR TOUS ; PAS D’ENFER NI SON CONTRAIRE. C’est l’abolition de l’HOTC ou ce que Eliade appelle « temps historique », le monde des accidents ou monde spatio-temporel.
Eliade écrit que les Anciens refusaient de conserver la mémoire, donc le refus de conserver les tendances et habitudes, bref : le refus du passé, le refus du stockage d’information. Or nous en évolutionnisme, nous faisons le contraire et stockons à qui mieux-mieux du temps en l’amplifiant.

Mircea Eliade écrit bien, page 121, que ce sont les prophètes des Hébreux qui inventent l’HOTC parce qu’ils donnent une VALEUR au temps, à l’histoire, et fabriquent ainsi l’évolutionnisme ET LA GUERRE CONTRE L’ABOLITION DU TEMPS QUE VIVAIENT LES ANCIENS. Comme l’écrit Eliade : « Pour la première fois, on voit s’affirmer et progresser l’idée que les événements historiques ont une VALEURS EN EUX-MÊMES, dans la mesure où ils sont déterminés par la volonté de Dieu [mais duquel ?]. Ce Dieu du peuple juif n’est plus une divinité orientale créatrice de gestes archétypaux [entendre du Soi), mais une PERSONNALITÉ [un Moi-Individuel] qui intervient sans cesse dans l’HISTOIRE, qui révèle sa volonté à travers les événements (invasions, sièges, batailles, etc.). Les faits historiques deviennent ainsi des « situations » de l’homme face à Dieu, et comme tels acquièrent une valeur religieuse que rien jusque-là ne pouvait leur assurer. Ainsi, est-il vrai de dire que les Hébreux furent les premiers à découvrir [à inventer] la signification de l’histoire comme épiphanie de Dieu, et cette conception, comme on devait s’y attendre, fut reprise et amplifiée par le christianisme », écrit Eliade page 122, et confirmant le DÉPART DE L’ÉVOLUTIONNISME ET DE LA GUERRE CONTRE LE TEMPS CYCLIQUE OU NON-TEMPS. CAR VALORISER L’HISTOIRE C’EST MATÉRIALISER, TEMPORISER, ET CE SERA LA PORTE OUVERTE AU CAPITALISME ET À NOTRE HYPER MATÉRIALISME DE MORT, STÉRIL.

Le Yoga Vasistha résume bien cette abolition du temps, donc abolition de l’histoire valorisée par les Hébreux : « L’apparence de ce monde est une confusion ; de même que le bleu du ciel est une illusion d’optique. Mieux vaut ne pas s’y intéresser et l’ignorer » (YV I,3). Ce Verset qui reviens à plusieurs reprises dans le YV est non seulement l’essence même du Yoga Vasistha, mais DE L’ESSENCE DE L’ABOLITION DU TEMPS PAR LES ANCIENS ; en effet, le Temps n’existe que s’il y a quelqu’un pour l’observer, et le fabriquer, lui donner une VALEUR comme le firent les Hébreux (et par la suite : « le temps c’est de l’argent »). Ramana Maharshi dit à l’entretien 17 : « Le temps n’est qu’une idée. Il n’y a en fait que la Réalité. Quoi que vous pensiez qu’elle soit, elle apparaît comme telle [vous la fabriquez comme vous fabriquez le temps]. Si vous l’appelez « temps », c’est le temps. Si vous l’appelez « existence », c’est l’existence, et ainsi de suite. Après l’avoir appelé « temps », vous divisez ce temps en jours, nuits, années, mois, heures, minutes, etc. ». À l’entretien 462 le Maharshi dit que le temps n’est qu’un concept.
À l’entretien 601 : « Le temps postule un état, la connaissance qu’on en a et les changements qui l’affectent. L’intervalle entre deux états est appelé « temps ». Un état ne peut naître que si le mental crée son existence ; le mental, à son tour, repose dans le Soi [fractal ou Tout est dans tout]. Quand on ne se sert pas du mental, il n’y a pas de concept de « temps ». Le temps et l’espace sont dans le mental, mais l’état véritable de chacun se trouve au-delà du mental. La question de temps ne se pose pas pour celui qui est établi dans sa vraie nature ».

Si on s’éloigne du Ici et Maintenant an valorisant l’histoire on tombe inévitablement dans l’invention du temps ou de la DURÉE : un début et une fin de l’histoire. La vie d’un Ancien n’est pas soumise aux ÉVÉNEMENTS si présents et valorisés de nos jours. Bien que la vie des Anciens se déroulait dans le temps, elle n’en portait pas le fardeau comme à ce hui, et n’en enregistrait pas l’irréversibilité ou « flèche du temps » qui ne va plus que dans un seul sens (évolution ou chaîne sans fin de causes et d’effets, dualité éminemment liée à l’histoire). Comme le mystique, comme le moine, l’Ancien vit dans un éternel Ici et Maintenant ; c’est très clairement exposé dans l’essence du Yoga Vasistha décrit ci-dessus.

Depuis l’invention de l’HOTC, du temps, l’ego s’en est corrélativement emparé : il s’est totalement illusionné sur le temps, il croit que le monde est réel puisqu’il l'a valorisé par l’intermédiaire des Hébreux, ce monde a fabriqué l’individu sous l’emprise de la conscience égoïque.
L’ego produit les CCC-CC : Crédit-Crédo-Croyance et Confiance-Consentement.

Les Anciens échappaient au temps par le Ici et Maintenant, par le Christ-Cristal. ILS AVAIENT CONSCIENCE QUE CHACUN D’EUX N’EST AUTRE QUE CHACUN D’EUX : SUPER TAUTOLOGIE DE A EST A ou « Je suis ce JE SUIS ». CHAQUE ANCIEN SAVAIT QU’IL ÉTAIT IDIOTÈS, SINGULARITÉ, SEUL, NON AFFECTÉ PAR LE MOINDRE ASSOMBRISSEMENT PROVOQUÉ PAR L’HISTOIRE OU LE TEMPS ENTRE UNE CAUSE ET UN EFFET OU ENTRE UNE NAISSANCE ET UNE MORT ! La naissance ou création entraîne obligatoirement une cause et un effet, une naissance et une mort.


La Libération véritable ne peut venir que dans l’abolition du temps des Hébreux et des Juifs modernes (les Talmudistes), quand l’humain ou jiva n’a plus conscience de son soi personnel, son ‘je’ avec le j minuscule, le jiva n’est plus une entité distincte, n'est plus un « consommateur » ; de même que la flamme d’une lampe n’est plus visible dans la pleine lumière du soleil. C’est la Vraie Paix universelle ou Plénitude universelle de la Réalité : il n’existe plus de personnalité ou d’identité, de ‘je’, pour la connaître autrement qu’en tant qu’unité. C’est l’état du A EST A ou ‘Je’-‘Je’

A EST A ou ‘Je’-‘Je’, Soi-Même :
« Le sphurana est ressenti en divers circonstances, lors d’une grande peur [PANique), d’une excitation, etc. Bien qu’il existe de tout temps et en tout lieu [PAN], il est ressenti en un certain endroit et dans certaines conditions. On l’associe aussi à des causes antécédentes et le CONFORT avec le corps. Alors qu’il est seul et pur ; c’est le Soi [PAN dans ce cas]. Si l’attention se fixe sur le sphurana et si on le ressent de façon continue et automatique, c’est la Réalisation.
Aussi le sphurana est-il un avant-goût de la Réalisation. Il est pur. Le sujet et l’objet procèdent de lui. Si l’homme se prend par erreur pour le sujet, les objets doivent nécessairement apparaître différents de lui. Ils sont alternativement retirés et projetés, créant le monde et la jouissance qu’en a l’objet. Mais si l’homme parvient à se sentir lui-même comme l’écran sur lequel sont projetés le sujet et l’objet, il ne peut y avoir confusion. Il peut observer tranquillement leur apparition et leur disparition, sans que le Soi en soit troublé », dit Ramana Maharshi à l’entretien 62, du 6 juillet 1935.
À l’entretien 304 le Maharshi dit que le ‘Je’ n’est pas connu dans le sommeil. Ce n’est qu’au réveil qu’il est perçu, associé avec le corps, le monde et le non-Soi en général.

Sphurana = Soi, mais exige un support pour se manifester : « Fixez votre attention sur Lui et n’abandonnez pas l’idée de son caractère ultime », dit le Maharshi à l’entretien 160.

Le ‘Je’-‘Je’ ou A EST A est décrit dans les Upanishads en termes d’abolition du temps ou abolition de la valorisation de l’histoire, soit RE-DÉCOUVRIR LA VRAIE PAIX : « Quand l’homme pourra rouler l’espace sur lui-même comme un parchemin (et évidemment le vivre ainsi) il y aura la Paix sur Terre. Aucun système politique, philosophique, scientifique et technologique, n’apportera jamais un semblant de Paix sur Terre.
« Rouler l’espace sur lui-même comme un parchemin » est « vivre le Cosmos, tout l’existant, à un degré supérieur à la sphère », ce qu’écrit Jean Coulonval et qu’il a vécu, il peut donc assurer la possibilité de la Vraie Paix « parce qu’alors sera dépassé le mode d’intellection qu’on appelle l’opinion, qui implique nécessairement conflits, luttes et massacres » (Jean Coulonval, lettre n°12 du 15 mai 1972, à Jean E. Charon, où est cité cet extrait des Upanishads).
« Rouler l’espace sur lui-même… » : au-delà de l’être et du non-être, sinon on retombe dans la dualité.

Ainsi, aucune religion abrahamiste ou autre, secte ou école de pensée ne peut faire comprendre que l’état final du A est A est non-dualité, puisque depuis trop longtemps, c’est la GUERRE TOTALE CONTRE L’INSTANT, à cause des Hébreux comme décrit plus haut.

A est A est pure identité de soi dénuée de tout objet dans lequel la première personne ‘je’, du mental et de l’ego ne voit pas le jour, donc ne se laisse pas prisonnier de l’HOTC ou valorisation de l’histoire et du temps. Dans la non-existence du temps (ni temps ni non-temps), il n’existe pas de deuxième personne ‘tu’ et troisième personne ‘elle’, 'ça', etc. Sans temps on goûte la Félicité résultant de l’extinction du moi (aucun sentiment de perte, de souffrance, d’incomplétude, etc.) inhérents à la conscience discriminante, l’opinion qui divise. Mais dans la Vraie Félicité il n’y a personne pour dire à quelqu’un : « Vous voyez, c’est la Félicité », car ce serait une vacuité qui prenant conscience de sa vacuité en fait l’expérience et ainsi ne serait pas en Véritable Vacuité (pour faire référence au Secret de la Fleur d’Or). État de Félicité : abolition du temps, il n’y a ni naissance ni mort.

VÉRITÉ-LIBÉRATION-PAIX : le Réalisé vivant n’a en totalité que le devoir de retrouver son état originel : IL N’EST PAS, ET N’A JAMAIS ÉTÉ, AUTRE QUE LE SOI-INSTANT, LE ICI ET MAINTENANT. Les religions abrahamistes de la « déchéance de l’homme » ne peuvent qu’essayer d’enseigner DE NE PAS OUBLIER SA VÉRITABLE IDENTITÉ. Mais comme dit La résorption dans le Soi (Ozhivil Odukkam) : « Si d’aventure tu tentais de connaître cela qui reste en tant que remède de l’oubli [de ton identité véritable], cela reviendrait à pointer ta flèche vers le haut en prenant le ciel pour cible [il est futile de viser le ciel puisque comme le Centre est nulle part comme dans le ciel il n’y a aucune centre, et le ciel se trouve également au point de départ de la flèche que l’on va décocher. Pareillement, comme cette flèche, les pensées se lèvent dans le Soi et retombent en son sein près avoir suivi leurs cours d’idéation. Cela signifie qu’aucune philosophie, aucune religion, aucun système politique ne peut aider à définir la nature du Soi, à établir une base, ce serait comme tenter de donner une définition de la Vérité, et « Circulez ya plus rien à voir ! »). Et cracher vers le ciel pour « échanger » quelque chose (monnayer par la prière) comporte le risque de recevoir son propre crachat sur la figure !


L’évolutionnisme des Hébreux-Juifs et religions abrahamistes n’a pas apporté la révolution imaginée à la place de l’abolition du temps par les Anciens puisque l’abrahamisme l’a amplifié, et même inventé, car il n’existait pas auparavant : naissance du temps, ce qui va entraîner nécessairement « un jour ou l’autre » sa mort.
Valoriser l’histoire va valoriser l’ego, qui va vouloir « sa liberté » : faire ce qui lui plaît, « avoir son libre arbitre » et ainsi tout détruire, tout saloper.
Comme le dit le Maharshi à l’entretien 28, la Liberté ou Paix c’est être libre de souffrance et de plaisir, C’EST UN ÉTAT NEUTRE, sinon on retombe dans l’opinion de la dualité bon-mauvais, pur-impur, etc. À l’entretien 193 le Maharshi dit que « Le libre arbitre et le destin durent aussi longtemps que le corps subsiste [puisqu’il y a opinion de temps et d’histoire]. Mais la sagesse les transcende tous deux ». À l’entretien 209 le Maharshi dit que nous sommes au-delà du libre arbitre et de la fatalité. « Demeurez CELA [sans temps, Ici et Maintenant] et vous les transcendez tous les deux ».

Guerre à mort depuis les religions abrahamistes et capitalistes qui va beaucoup enrichir le commerce de cette guerre à mort et favoriser des familles comme les Rothschild.
Qu’est-ce que c’est le mercantilisme ou la politique sous démocratie ? C’EST DE LA DÉPENDANCE D’UN MOTEUR OU STIMULATION : voyez l’économie mondiale dépendante au trois quarts de la drogue et du business des armes et du sécuritaire, et de ce qui tourne autour des sens et de la sensation (dont l’entertainment). C’est donc DE LA NON GRATUITÉ ; C’EST DE LA THERMODYNAMIQUE : on « échange » comme à Wall Street et ça chauffe comme on échange des opinions et ça chauffe jusqu’à faire mourir par les guerres. THERMODYNAMIQUE = VIOLENCE (moteur à explosion), POLLUTION. THERMODYNAMIQUE = DEPENDANCE À LA MORT, TUERIE INDUSTRIALISÉE. Thermodynamique, terme apparu plein pot dans l’Angleterre capitaliste et sa civilisation occidentale colonisatrice s’industrialisant totalement sous la poussée des banques elles aussi en pleine croissance, en plein évolutionnisme….

INDUSTRIE, DROGUES, THERMODYNAMIQUE = MERCANTILISME, UTILITARISME, USURE ou VIEILLISSEMENT DONC MORT PROCHAINE.
THERMODYNAMIQUE : LES ÉCHANGES : IDENTIFICATIONS DES ACTIONS AVEC LES BÉNÉFICES OU FRUITS DES ÉCHANGES, L’EGO QUI DE NAISSANCE EN NAISSANCE TRIMBALE SES TENDANCES ET LES ÉCHANGES AVEC D’AUTRES NAISSANCES.

Thermodynamique, guerre, feu, tout cela demande de la NOURRITURE, DES ÉCHANGES QUI CHAUFFENT donc de la stimulation, DES EXCITANTS (voyez la mode du café, du verre d’alcool ou de la canette de bière, le sexe, les réseaux, etc.), les soldats de certains pays sont drogués à l’alcool (guerre de 1914-18) et de nos jours ils sont drogués par la chimie de l’économie mondiale de la drogue (amphétamines, etc.). Tout cela fait la partie de l’évolutionnisme fourgué par les Hébreux-Juifs : Jacques Attali l’écrit même noir sur blanc, page 18 de : Les Juifs, le monde et l’argent : « Pour la première fois [et donc prochainement ce sera la mort de leur évolutionnisme], une cosmogonie ne se vit pas comme cyclique ; elle ne se donne pas pour but le retour au même [décrit par Mircea Eliade et évoqué plus haut : Mythe de l’éternel retour]. Elle fixe un sens au progrès [sic] ; elle fait de l’Alliance avec Dieu [tient, c’est nouveau, vu à la télé !] la flèche du temps [plus qu’un seul sens] ; elle accorde à l’homme le choix de son destin [puisque elle fabrique le Moi-Individuel, l’ego] : le libre arbitre (2). Ainsi posé la fonction de l’économie : cadre matériel de l’exil et moyen de réinvention du paradis perdu [ce sera effectivement le ”Royaume de Dieu (juif) sur Terre” ou triomphe du capitalisme ou libéralisme]. L’humanité a désormais un objectif : dépasser sa faute [Attali confirme sa religion de la « déchéance de l’homme » avec Super carotte au loin ou mieux, à l’achat à crédit-crédo]. Elle dispose d’un moyen pour l’atteindre : METTRE EN VALEUR LE TEMPS ». Jacques Attali confirme ce que j’ai écris plus haut sur l’invention de l’HOTC par les Hébreux. Le judaïsme n’est pas une religion MAIS UN MODE DE VIE POLITIQUE ET SOUS COMMERCE ET D’OBJETS ET DE SERVICES, SOUS OPINIONS EN RÉSEAUX ET DONC SOUS « PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ». Attali écrit bien que ce sont les Hébreux qui inventent le temps, qu’abolissaient les Anciens par Réalisation permanente du Soi (ça marchait pour eux plus ou moins bien, peu importe, l’Essence ou Conscience infinie contenait « accidentellement » LA CRÉATION de l’opinion d’évolution par les Hébreux-Juifs).

Les Hébreux-Juifs sont des travailleurs du chapeau (circoncis au huitième jour de naissance) : Temps et Pensée sont, un peu, leur COPYRIGHT, si je puis écrire ; voir le nombre de leurs paroissiens qui exercent le métier de psychiatre, parce qu’ils sont les mieux doués que les non-Juifs, les mieux habilités à plonger dans le « cambouis » de l’idéation temporel du mental des goys qui sont en souffrance.

Jacques Attali a oublié d’écrire dans son livre que ses paroissiens les Hébreux, et à leur suite les Chrétiens, persécutèrent et exterminèrent les Anciens (les Païens) et leur absence d’HOTC (ils firent briser leurs monuments, leurs lieux dits, fontaines, etc., une violence engendrée par l’opinion comme jamais n’en exista auparavant !)


Notes.
1. « L’énergie » est partout, le divin s’incarne partout comme le Centre est nulle part [le Soi] et la Circonférence est partout contenu dans le Soi. Or cette base du Paganisme, ce Tout, a été dénoncé par les paroissiens Hébreux comme idolâtrie par excellence, puisque le sacré, le divin, pouvait aussi s’incarner dans un Caillou, et cette violente attaque commença depuis leur pénétration en Palestine (violence meurtrière qui a recommencé depuis 1948 par une nouvelle pénétration en Palestine…)

2. « Le libre arbitre et le destin durent aussi longtemps que le corps. Mais la sagesse les transcende tous deux », dit le Maharshi à l’entretien 193. À l’entretien 426 le Maharshi dit comme pour le concept de temps, il faut une personne pour l’observer, sinon il n’existe pas. « Le libre arbitre ne se conçoit qu’en fonction de l’existence d’une individualité. Tant que l’individualité subsiste, il y a le libre arbitre. Tous les shâstra [Écritures] sont basés sur ce principe et conseillent comment diriger le libre arbitre sur la bonne voie. Cherchez pour qui le libre arbitre ou le destin a de l’importance. Demeurez en cela. Alors les deux sont transcendés ».
 
 

Dernière mise à jour : 09-08-2018 23:50

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >