Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Rien dans le Tout et tout dans le Rien 2
Rien dans le Tout et tout dans le Rien 2 Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 28-09-2018 01:10

Pages vues : 810    

Favoris : 144

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chan, Chimère, Christ, Circoncision, Conflit, Confort, Conscience, Corde, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Fétiche, Fruit, Gordiasade, Gratuit, Grégaire, Guerre, Humain, Ignocratie, Information, Innocence, Instant, Intelligence, Intérêt, Japon, Jardin, Juif, Klan, Lait, Langage, Langue, Liberté, Lucifer, Matrice, Maux, Méditation, Mental, Migrant, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Opinion, Orient, Oxygène, Paix, Panique, Paradis, Phallus, Pied, Pierre, Poisson, Porte, Privilège, Puce, République, Réseaux, Rêve, Rien, Russie, Sagesse, Sel, Silence, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Trouvère, Vérité, Vide, Vieux, Viscères, washingtonisme, Yokaï

 
bankster_citi_americfirst.jpg
 
 
Rien dans le Tout et tout dans le Rien 2
Pas de fruits à récolter, ils viennent
d’en Haut sans crier gare !
Car il n’y a que Celui, la Singularité,
qui est au-delà du moindre nom-la-forme est
un Vide absolu des noms-les-formes et
pourtant ce Vide est en même temps
L’ABSOLU COMPLET.

La vérité tout entière ne peut consister en
un puzzle de vérités partielles cueillies
un peu partout. Le Tout est autre chose
et plus que le total des parties.
Ainsi la Réalisation du Soi comporte autant
de Sentiers qu’il y a de Terriens, et même plus…
Car ne pas oublier la Grâce.
 
 
Le yahvisme invente la Création (de son monde) pour mieux nous vendre par la suite avec l’aide de ses paroissiens de générations en générations de mutilés au huitième jour de leur naissance sa came(lote), objet du désir et principe du capitalisme : vendre, vendre, vendre n’importe quoi, mais VENDRE ! (Même un pantalon à une jambe… ou le business migrants…). Il leur faut TOUT rentabiliser, ou mourir. Ces mutilés au huitième jour ignorent le mot GRATUITÉ.
 
Mon cher, Ici dans le spatio-temporel c’est Hollywood depuis la catastrophe Oxygène (Grande Oxydation) : les cinq sens sont apparus et le mental avec ! Ce spatio-temporel est une fiction qu’aucun scénariste d’Hollywood n’est capable d’imaginer ou de rêver, justement à cause du fameux mental.
Mon cher, j’ai cherché vainement d’où le monde avait jailli, genre Big Bang inventé au début de ce 20è siècle après le Crucifié ; j’ai réalisé que ce monde, cet univers venait de nulle part, du PAN ou Rien du Tout, C’EST-À-DIRE QU’IL NE PEUT PROVENIR QUE DU ‘JE’ OU EGO, DONC DU DEDANS, ET NON DU DEHORS COMME LE CROIENT CEUX QUI VEULENT S’ENVOYER EN L’R (voyages spatiaux et pétards ou fusées qui a le feu au cul… et au mental).

Le Vrai Voyage consiste à retrouver le PAYS DU RIEN DU TOUT, LA VRAIE DEMEURE.
« Vous avez un grand Arbre et vous vous souciez de son inutilité. Pourquoi ne le plantez-vous pas dans le Pays du Rien du Tout [ou du néant et de l’infini] ? Tout le monde pourra se promener à loisir sous son ombrage et s’y coucher à son aise. Il ne subira ni les coups de la hache [de nos jours les déchirements de la tronçonneuse], ni l’attaque des autres êtres. Ainsi, comment son inutilité peut-elle vous inspirer du souci ? », écrit Tchouang-tseu à la fin du chapitre : Liberté naturelle.
 
INVENTER UN BIG BANG C’EST INVENTER UN TEMPS, DONC UN CORPS (naissance et mort, avec entre les deux les problèmes et les intoxications aux plaisirs des sens).
TOUTES LES THÉORIES DE LA CRÉATION, Y COMPRIS CELLE DU YAHVISME, FONT DANS LE DEHORS… CE QUI VA MENER AUX BANQUES…. (Lire Attali : Les Juifs, le monde et l’argent).
La théorie de la Création c’est comme le capitalisme et les migrants, plus il en coule et plus il y en a encore qui arrivent, le capitalisme récupérant absolument tout ! Donc la théorie de la Création n’a pas de fin, c’est la Carotte genre messianisme et sa « fin des temps ». Comme l’explique le Maharshi, temps et espace étant sans limites : ILS NE BOUCLENT PAS et sont donc dans la logique juive de l’évolutionnisme et de sa « croissance », et par là même de l’imposture transhumaniste (qui cherche à rendre l’impermanent en permanence, donc à amplifier le temps qui coule ; or la production du mental, même à coups de bites informatiques, ne peut qu’être de l’éphémère… à cause de limites inévitables). Mais Création sans fin et sans fond ne sont que du travail du chapeau (surtout juif…). Mais lorsque vous pointez le mental, temps et espace n’ont jamais existé, seul le Soi existe et est Réalisé.
« Nous expliquons la Création de manière scientifique ou logique pour notre satisfaction personnelle. Mais y a-t-il quelque finalité à tout ceci ? De telles explications traitent de la création graduelle [krama srishti]. D’autre part, la théorie selon laquelle le monde est créé par celui qui le voit [drishti srishti] est création simultané [yagapad srishti]. Sans celui qui voit, il n’y a pas d’objets vus. TROUVEZ CELUI QUI VOIT ET LA CRÉATION FAIT PARTIE DE LUI [c’est moi qui souligne]. Pourquoi regarder au-dehors et continuer à expliquer les phénomènes sans fin [comme tout évolutionnisme qui mène nulle part, sinon dans une prison du mental].

Toutes les opinions multi-millénaires sur la Création sont des OPINIONS. Le Maharshi expliquait souvent que la Création ne s’était jamais produite (voir l’entretien 264 si souvent mis en refrain sur le site). Effectivement, c’est ce qui me fait écrire aussi souvent CONTRE LA THERMODYNAMIQUE à la mode depuis les Anciens Grecs : ces gens qui ne jurent que par le monde physique ou spatio-temporel.
Le Maharshi : « Les livres donnent des explication variées. Mais, y a-t-il création ? Si la Création a effectivement eu lieu, nous devons expliquer comment elle est survenue. Tout cela, nous ne pouvons le savoir. Mais, ce qui est certain, c’est que nous existons maintenant. Pourquoi ne pas connaître le ‘Je’ et le présent [Instant ou Ici et Maintenant], et voir si la Création existe ?
- Question (je résume) : Dans le Vedanta de Shri Shankaracharya, le principe de création du monde est accepté par égard envers les débutants, mais aux disciples avancés on enseigne le principe de NON-CRÉATION.
- Maharshi (citant une strophe du Vaithasthya Prakarana du Karika de Gaudapada, qui au chapitre 2 traite de l’irréalité du monde par l’analyse des trois états de conscients) : « Elle signifie [la strophe] qu’en fait, il n’existe ni création ni dissolution. Il n’y a pas d’asservissement, il n’existe personne en quête de libération spirituelle (1), ni de personne libérée. Celui qui est établi dans le Soi voit cela de par sa connaissance de la Réalité.

Le Maharshi évoquant la façon dont le monde vient à exister, exposait le plus souvent les théories de la création DANS L’INSTANT. Le monde, disait-il, est une projections du mental qui le perçoit. C’est une expansion de la pensée ‘je’ et ses tendances [vasana].
Le sentiment de l’ego sans début ni fin parce qu’il se trouve au Centrum Centri est le germe de ce monde.
Ainsi la manifestation ou la SORTIE AU JOUR des tendances anciennes [vasana] est la Création. La destruction des tendances ou vasana met naturellement fin à la Création ! TENDANCE OU DUALITÉ SUJET-OBJET : il faut un sujet pour observer sa tendance !

Le Maharshi déclarait souvent que le monde est projeté au dehors à la façon dont les images sont projetées sur un écran dans une salle de cinéma.

Les travailleurs du chapeau juif créaient le monde par leur outil Yahvé : LE SANKALPA (pensées, volition, intention, souhait, imagination, tendance, attachement, pensée conceptuelle, détermination). La Vraie Paix que l’on retrouve lors des destructions des sankalpa est la destruction PERMANENTE DU MONDE ; et ça ce n’est pas bon pour le commerce (juif et de leur City de Londres)…

On ne voit ce monde que dans les états de veille et de rêve, états où les sankalpa ont émergé. Mais on ne voit jamais le monde en sommeil profond. Les seules sankalpa ou pensées sont la substance de ce monde.
Exemple repris sur le cinéma si parlant au Maharshi : l’écran est la conscience qui projette le monde dessus sous forme « des images qui bougent ». Le monde est donc UN REFLET (chidabhasa : chit est la conscience sous-jacente qui soutient l’image). Abhasa est l’image reflétée qui apparaît dedans. Chidabhasa est en fait la manifestation de la conscience FAUSSE ET DIVISÉE, la suttarivu. Cette dernière projette le monde et le divise artificiellement en deux : le monde d’un côté et celui qui le perçoit de l’autre, soit le sujet et l’objet perçu.

« Au moment où il émerge, le mental n’est que lumière ; ce n’est qu’ensuite que surgit la pensée « Je suis ceci ». La pensée ‘je’ forme l’individu [jiva] et le monde ».
Pour qu’il y ait reflet, il faut une surface sur laquelle il rebondit :
Le Maharshi : « Seule la lumière reflétée de la conscience [chit] fait croire au ‘je’ qu’il est différent des autres. Cette lumière reflétée de chit fait aussi en sorte que le ‘je’ crée des objets mais pour que ce reflet apparaisse, il doit y avoir une surface sur laquelle il se repose.
Quelle surface ?
À la Réalisation du Soi, vous découvrirez que le reflet et la surface sur laquelle il rebondit n’existent pas réellement, mais que tous deux sont une et même conscience [chit] ».

Le mariage du jiva et de la Réalité impersonnelle (Brahman ou Soi) = élimination de la conscience reflétée.

Le Maharshi : « Pour le Soi, il n’existe rien à connaître ni qui doive être connu de Lui. C’est celui qui est dépourvu de connaissance qui doit faire l’effort de l’acquérir ; et c’est ce qui se produit à l’état de veille ».
CONSCIENCE REFLÉTÉE = IGNORANCE. Connaître, et son contraire, ne pas connaître, appartiennent au domaine du non-Soi. Le Soi n’a pas à obtenir de connaissance car Il est la Connaissance même (comme la Vérité). « Lorsqu’on a conscience de celui qui sait, ou conscience reflétée, c’est que l’ignorance prédomine. […] Lorsque la conscience reflétée obtient la Connaissance, elle ne se maintient plus. Cela parce que la conscience reflétée est toujours accompagnée de l’ignorance, ou fausse connaissance. La conscience ne se reflète pas pendant le sommeil. En conséquence, aucune fausse connaissance ne peut être acquise pendant cette période [fausse connaissance comme l’opinion]. Connaître le Soi signifie connaître la forme du Soi ». Bref, il n’y a rien à connaître ni à savoir.

Le Maharshi dit qu’aucun intellect n’est d’utilité pour réaliser le Soi. « Pour voir le monde ou des objets extérieurs, il faut le mental et la lumière reflétée qui s’élève avec lui. Pour voir le Soi, le mental doit simplement être dirigé au dedans et la lumière reflétée n’est d’aucune utilité ».

Le Maharshi enseignait que le mental, comme la lune, ne possède aucune lumière propre. Il ne peut que sembler briller (à l’instar des Juifs), lorsqu’il reflète une lumière venue d’ailleurs, dont en évolutionnisme ou forme de géométrie de la ligne droite. « C’est donc la lumière qui émane du soleil du Cœur qui illumine le mental-lune ».
« À la façon dont le soleil donne sa lumière à la lune, ce Cœur donne sa lumière au mental.
Un mortel [celui qui se prend pour le corps et qui est donc mortel], absent du Cœur, ne perçoit que l’activité mentale, tout comme en l’absence du soleil la lumière de la lune n’est perçue que la nuit.
Ne percevant pas que la véritable source de lumière est son propre Soi et percevant mentalement les objets comme séparés de lui-même, l’ignorant est le jouet de l’illusion.
Le Connaissant [jnani] présent dans le Cœur perçoit la lumière du mental fondue dans celle du Cœur comme le clair de lune dans la lumière du jour ».

L’actuelle mode du social est le KILLER du Soi ou pure Conscience infinie, car le social ne fait que DANS LA SURFACE, DANS LE COUVERTURE SOCIALE. Or quand nous nous donnons la peine de passer SOUS le surface, nous passons des contraires apparents de ce monde de la dualité guerrière à, non à ce qui sépare façon winner-loser ou cause-effet, MAIS À CE QUI UNIT.


[En référence à : Padamalai, enseignements de Ramana Maharshi recueillis par Muruganar (1890-1973)]


Note.
1.
LES TENDANCES JUIVES ET HÉBREUX.
Sauf les Hébreux et leur singerie les Juifs ou Talmudistes, ces être caméléons qui prennent instinctivement la couleur du lieu où ils se trouvent, INVENTENT UNE LIBÉRATION… SURTOUT PAR L’ARGENT (comme l’écrit Jacques Attali dans son livre : Les Juifs, le monde et l’argent). Juifs-caméléons ou INSTINCTS DE DISSIMULATION, OU ART DE LA TROMPERIE COMMERCIALE ET FINANCIÈRE… Ces gens là suintent le faux, voir le marranisme notamment… Mais s’il n’y avait que ce passé ! Toute la finance internationale suinte le faux ; elle ne peut reposer que dessus : l’escroquerie, le leurre ajouté au leurre du corps ou matière.

Les Hébreux-Juifs, assassins de Païens, et pour cause DU PRINCIPE D’INVERSION ACCUSATOIRE : ça consiste pour l’agresseur à se faire passer pour la victime et par là-même d’inventer, et DE VENDRE, un asservissement et son contraire la libération, afin de vendre (justifier) sa propre violence comme RÉTRIBUTION (commerce de la souffrance notamment devenant positivité pour certains). Les Hébreux-Juifs sont LE PEUPLE ÉLU DE LA DUALITÉ QUI NE PEUT QU’ÊTRE GUERRIÈRE. Le travailleur du chapeau juif projette à l’extérieur sur l’autre, tout ce dont il se sent coupable : IL MET DONC EN VENTE SES PROBLÈMES, surtout sa propre inclination à l’inversion accusatoire. Utilisé de façon boulimique, ce système de travaille du chapeau juif a permis de substituer dans le mental de l’Européen le mode de l’antisémitisme rejeton de la mode multi-séculaire de la « question juive » : la raison du rejet des Juifs par tous les peuples ne se cherche pas dans le « comportement juif », mais dans un FREUDISME-NÉVROSE OU CHIMIE MENTALE CONSÉQUENCE DE LA MUTILATION AU HUITIÈME JOUR DE LEUR NAISSANCE ; ET COMME DEPUIS TOUT EST INVERSÉ, LES ÉLUS ÉTANT LES JUIFS, LES NÉVROSÉS… C’EST VOUS ET C’EST MOI, QUI NE SOMMES PAS CONTAMINÉS PAR LE YAHVISME, EUX SEULS ÉTANT LES COPYRIGHT DE LEUR DIEU ! Les névrosés, ce ne sont pas eux, mais nous.

Travailler du chapeau juif C’EST RUSER : le yahvisme et son patron Yahvé accusent tous les autres Dieu d’être nuisibles, d’où ces guerres contre les Païens, qui seront reprises par les Chrétiens. Pour la première fois de l’histoire humaine, une caste de prêtres-prophètes pré-exiliques et de chefferie (si tant est qu’il exista réellement un exile…) attaquent avec une férocité inconnue jusque là la spiritualité liée au TOUT, à l'UN. Pour ces Hébreux c’était de « l’idolâtrie », Hébreux qui plus tard en singerie de Juifs seront le peuple élu winners de l’idolâtrie : L’ARGENT.
Le dualisme est Hébraïque par principe : leur Dieu est EXTÉRIEUR puisque leur Graal c’est L’ALLIANCE (et l’Arche d’Alliance, ou du Témoignage, donc du REFLET) : entre les Hébreux-Juifs et leur Dieu Fabriquant. Le principe de la judéité modèle Moïse est l’Alliance (matériellement Alliance entre eux et eux… soit le RÉSEAU, surtout judéo-maçonnique après 1717…). Le yahvisme est LE BIG ÉGRÉGORE QUI A LA VIE DURE GRÂCE À LA CITY DE LONDRES… SOIT DOMINER, MINER CE MONDE (avec le nucléaire de la thermodynamique, l’humain peut détruire sa planète plus de 20 fois…)

ALLIANCE : ON PASSE CONTRAT (comme avec Moïse et ses commandements ou Alliance, contrat), ON PACTISE.
Alliance, voir : Exode 24, 4-8.

Avec les Talmudistes et leur Dieu, ce qui est écrit dans le libre d’Attali déjà cité, le monde de l’après Christ-Jésus est uni seulement par les biens, le corps, le mental et donc la technologie destructrice et polluante. Nous sommes donc à un moment extraordinairement dangereux de l’histoire de l’humanité. La seule voie de salut pour l’humanité est la voie de Ramana Maharshi, ou de ses Anciens : la Voie du Soi, seule alternative à notre destruction certaine, et pour des millions d’années.
 
 

Dernière mise à jour : 28-09-2018 01:51

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >