Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow La Délivrance ou Liberté N’EST PAS individuelle
La Délivrance ou Liberté N’EST PAS individuelle Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 25-10-2018 01:26

Pages vues : 766    

Favoris : 117

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Amour, Artifice, Babel, Banques, Christ, Clairière, Conte, Diable, Dictature, Dieu, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Forêt, Fractale, Gratuit, Idiodynamique, Information, Instant, Israël, Jardin, Labyrinthe, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Mondialisme, Païen, Pays, Paysan, Ptah, Raison, Rien, Religions, République, Révolution, Sagesse, Saint, Satan, Scarabée, Science, Sécurité, Self, Serpent, Sexe, Silence, Social, Spirale, Stargate, Tao, Tapis, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Thermodynamique, Univers, Vase, Vide, Volonté, washingtonisme, Xatemme, Yokaï

 
zero-de-conduite_evolutionism.jpg
 
 
La Délivrance ou Liberté N’EST PAS INDIVIDUELLE
Si vous gagnez au « Loto » X milliards, vous
en serez automatiquement prisonnier
(la singerie de « liberté » sera de courte durée).
De toutes façons, on est possédé par ce qu’on possède.
La ou le drogué au smartphone et au tout connecté,
ET AU TOUT SOCIAL peut désormais envier, jalouser
et désirer ce que les monstrueusement riches
entreprennent dans leur capitalisme, donc les PREMIERS DE CORDÉE.
C’est une des Super Carottes pour faire avancer
le monde selon la City de Londres et
ses représentants comme E. Macron.
 
 
Suite de la page : TEMPS = Dilemme Individu/collectif

Page dédiée au futur SANS PIPI-CACA et grande facilité d’utilisation des transhumanistes (si avant le Ciel ne leur tombe pas sur la tête), soit une machine algorithmique sur pattes, ou avec des ailes ; le Sans Pipi-Caca ne sera plus l’ancêtre qui a construit la cathédrale de Chartres et inventé le régime républicain. Non, ce ne sera pas La Singularité ou retour au Soi, MAIS AUTRE CHOSE, et comme souvent écrit, le mot « bien » ne voudra plus rien dire. Nous nous retrouverons alors dans l’infernal dualité winners-losers : soit le triomphe du spirituel, soit le triomphe d’autre chose qui pourrait porter le nom de Lucifer (le porteur de Lumière… au sens technologique du terme… et donc au sens du googolisme et de ses paroissiens talmudo-élus de la Silicon Valley, aussi bien américaine que chinoise d’ailleurs, et aussi certainement russe).
Si rien ne vient contrer cette humanité, il est certain qu’il va y avoir prochainement (dans 100 ans tout au plus) cette dualité winners-losers amplifiée de plus belle, jusqu’à ce que TOUT IMPLOSE APRÈS LE TRIOMPHE DE L’UN, OU DE L’AUTRE…
 
 
Trinité de la dualité winners-losers (le winnerisme étant aussi le compétitivisme industriel) :
- Les futurs winners sans pipi-caca croiront détenir la vérité et voudront éliminer les losers, ceux qui ne sont pas de grande facilité d’utilisation.
- Les futurs winners sans pipi-caca pourraient reconnaître une « valeur » à l’humanité pipi-caca seulement de façon communiste, ou en Moi-Collectif, soit l’URSS à la puissance informatique et de son calcul… soit des individus pilotés selon le désir des winners et fabricants d’âmes. Là, rien d’original.
- Les futurs winners sans pipi-caca se considérant comme une « intelligence artificielle supérieure intégrée » decident simplement d’annihiler tout ce qui n’est pas winners, soit éliminer le reste de l’humanité. (Les actuelles professions sont presque toutes susceptibles d’être remplacées par des I.A. Voir aussi l’ordinateur qui pour la première fois gagne face un humain joueur d’échec, et probablement prochainement l’ordinateur qui sait se réparer tout seul… mais alors ce ne sera pas compétitif et rentable pour le capitalisme).

La Délivrance ou Liberté ne peut qu’être UNIVERSELLE : le Soi est insécable, mais certainement pas le régime républicain qui se dit « indivisible » et par conséquent se prend tout simplement pour une spiritualité (une laïcité judéo-maçonnique) !!!
République qui se prend pour indivisible et donc universel = mondialisme, empire ou gouvernance mondialisée en tout connecté, en tout « vivre ensemble », mode du social de chez social déjà dénoncé il y a un temps par Simon Simone Weil, cité par Gustave Thibon.

Seul un total peut connaître un total.
Or, le moi ou ego, le ‘je’, le mental ou raison, ne peut pas être un total puisque le mental fonctionne dans le temps : EN SÉQUENCES, et donc ce ‘je’ se défini par rapport à un toi, à l’autre, à l’extérieur (voir la page : TEMPS = Dilemme Individu/collectif), ce ‘je’ est donc limité par ce qui le différencie de ce toi, de cet autre. C’est ce que la théologie exprime en disant qu’il ne peut y avoir qu’un seul Dieu, car s’il y en avait deux, chacun serait limité par ce qui le différencie de l’autre et ne saurait donc pas être in-fini. Il en est ainsi du moi ou ‘je’ de chaque individu qui ne peut être un in-fini, un tout, et pour pallier à cela le système capitaliste a trouvé le moyen de la consommation en tout et n’importe quoi, amplifiant ainsi énormément ce ‘je’.
« Par contre, le ‘Je’ vécu dans la plénitude du sentiment océanique n’est plus une partiellité à côté d’autres [comme maintenant un ensemble de « multiples séparatifs » ou unités dérivant cahin-caha]. Ce ‘Je’ n’est pas non plus la perception d’une collectivité, d’une multitude [comme la « diversité » chère au capitalisme et à son nomadisme]. Ce ‘Je’ est au-delà des accidents et de la quantité cosmique. Il est Essence pure. Je dirai que la conquête du ‘Je’ est un moyen de transcender le moi (le ‘je’). C’est l’accès au véritable infini. En ce ‘Je’, dans la non-différenciation du sujet et de l’objet s’efface l’opposition de l’individuel et du collectif qui est la toile de fond de tous les conflits politiques [et depuis le Néolithique de tous les États et de leur système]. Le communisme [ou capitalisme étatique], en prétendant donner à ce conflit la solution […], se présente là aussi comme une singerie de la véritable catholicité. Qui reste à faire. Hélas !
Le ‘toi’ et le ‘moi’ sont transcendés dans le ‘Je’ qui les unifie par triangulation :

     Je
Moi    Toi

C’est dans le ‘Je’ que se réalise ce que l’Église appelle la Communion des Saints. Ce qu’exprime le Christ [le Soi incarné] en disant : « Je suis le Cep (‘Je’) et vous êtes les Sarments (Moi-Toi - Nous-Vous).
Il ne m’est arrivé que deux fois de vivre cette plénitude. Elle se réalise par-delà le temps de l’horloge, dans un Instant qui n’est pas du temps temporel, mais 100 ans de temps d’horloge ne valent pas un seul de ces Instants. Ils sont inexprimables parce que parler implique un sujet exprimant et un objet exprimé. Or, dans ces Instants, c’est le non-différencié, la non-dualité, la non-pluralité [Seule alors existe la Singularité]. Je puis dire ce qu’ils ne sont pas, je ne puis dire ce qu’ils sont, sinon qu’ils sont plénitude vécue. C’est un fait vital dont ne rendront jamais compte les électrodes sur le cortex cérébral, ni les observations d’entomologistes, des cinglés de sciences sociales [actuelle ingénierie sociale]. Le plus surprenant, c’est que ces imbéciles font prime sur le marché universitaire et disposent de budgets énormes », écrit Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux, lettre 34 du 22 avril 1975 à Arthur Kœstler, où Jean le remercie de lui avoir envoyé Le Cheval dans la locomotive.

Si le Dilemme Individu/collectif n’est pas enfin résolu, l’humanité est condamné dans peu de temps, et sera peut-être remplacé par son double robotique et plus performant, plus winner.

Le problème ou dilemme des 10.000 ans de la voie de l’Agriculture se trouve aussi dans la dualité action/inaction, évoqué au chapitre IV, Verset 18 de la Bhagavad Gîtâ : « Celui qui dans l’action peut voir l’inaction, et qui peut voir l’action continuant encore dans la cessation des œuvres, celui-là est parmi les hommes l’homme de raison vraie et de discernement ; il est en yoga et il est l’Ouvrier universel  aux capacités nombreuses », qui est aussi une définition possible de « l’énergie libre », anti-thermodynamique ! Car « énergie libre » veut dire : POUR LE BIEN DU MONDE (les marchands de pétrole ou « pétrodollar » n’existent plus).
Le même Thème est décrit au Verset 20 : « Ayant abandonné tout attachement aux fruits de ses actions, à jamais satisfait, sans aucune sorte de dépendance, il n’agit pas, bien que [par sa Nature, son Soi], il s’engage dans l’action ».
Verset 23 : « Quand un homme libéré, délivré de tout attachement, le mental, le cœur et l’intellect fermement fondés sur la connaissance de soi, fait les œuvres comme sacrifice, toute son activité se dissout ».

AINSI LA DÉLIVRANCE, LA LIBERTÉ NE PEUT PAS ÊTRE INDIVIDUELLE (en encore moins dans la jouissance-drogue avec son smartphone ou son « tout connecté » caricature d’un communisme, d’un collectif républicain et démocratie marchande ; gagner des millions est le même problème).

Le ‘je’ ou ego s’appelle IGNORANCE ou NOSTALGIE DE L’ÊTRE QUI ET DEVENU AVOIR ET SE FAIRE AVOIR (par le commerce de tout et de son Faire/Fer). S’il n’existe pas d’Être sans Avoir, sans possession (le ‘je’ ne fonctionne pas sans le ‘Je’), de nos jours il existe seulement l’Avoir.

Cette nostalgie de l’Être qui se fait avoir se traduit par la mode du transhumanisme des Google, techno-religions et MAGIE et autres juiverie financière PAR LE DÉSIR D’ÉTERNITÉ aussi traduisible en « Jérusalem céleste » (très possible en virtuel ou « réalité augmentée » et « augmenter l’humain » ou « développement personnel » techno new-age à l'utilitarisme anglo-saxon). Mais qu’est-ce qui désir s’approprier l’éternité ? C’est évidemment la raison ou intellect ! Mais si c’est retrouver le Soi, comme alors il n’existe plus de personnalité ou d’ego, il est imbécile de réclamer l’immortalité pour le Soi ! Les transhumanistes sont des ignorants qui voudraient artificiellement singer le Soi ! Or la Vraie Nature des choses est d’apparaître et de disparaître, car l’individu se constitue d’Instant en Instant, l’Instant n’est jamais le même. Alors, qu'est-ce que c'est l'éternité ?
Notez que le rêve d’éternité est universel et N’A PAS D’ÂGE, NI DE RACE OU DE RELIGION (les Taoïstes faisaient des cuisines et recettes pour devenir « immortel » il y a presque 2000 ans ou plus). De plus, à distinguer ÉTERNITÉ, et IMMORTALITÉ...

Les transhumanistes et tous les vendeurs de DORG (Demain On Rase Gratis) ou « Fin des temps » sont comme l’expose Nagajurna à la stance 16, 9 : « Un jour je m’éteindrai libre de toute appropriation, le nirvana m’adviendra ». Prendre les choses ainsi, c’est le comble de l’appropriation ».
Le DORG ici c’est l’équivalent de la carotte : « Un jour mon prince viendra, un jour il me pénétrera » ; rêve de jeune fille, ou de jeune homme en version gay.

Stance 16, 10 : « Du moment qu’on ne peut ni ajouter le nirvana à quoi que ce soit [nirvana que j’appelle aussi « zéro indien »], ni supprimer le samsara [cycle des naissances et des morts, monde spatio-temporel des phénomènes et des noms-les-formes], quelle idée reste-t-il, en propre, du samsara, quelle idée du nirvana ?
Donc le Nirvana est comme la Vérité : INSAISISSABLE, DONC INDISCERNABLE, NON UTILITAIRE COMME DE DEMANDER L'IMMORTALITÉ. On ne peut pas en faire du verbiage nécessairement dans le temps qui coule. Mais arrêter le flux de ce flux existentiel est impossible, car un flux à l’arrêt n’est plus un flux.

IL EST VRAI QUE CE SONT NOS MÉPRISES (nos ignorances donc) QUI SONT NOTRE POUVOIR D’ACHAT.
La City de Londres et ses banques, le MALIN, nous enchaîne dans le Crédit-Crédo-Croyance de la jouissance, de son contraire, du désir boulimique, etc., soit prendre pour « éternel » ce qui est impermanent ; prendre pour le bien-être, comme le tétéphone ou la tétévision pour du bien-être ! prendre pour pur ce qui est impur ; prendre surtout le ‘je’ ou corps pour le Soi.
Prendre conscience de nos méprises, donc de nos ignorances et c’est la Vraie Délivrance.
La Délivrance ne consiste pas dans un événement du monde de l’HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui coule) et donc de l’évolutionnisme, elle ne peut qu’être dans l’éveil ou Conscience infinie. Quand on se rend compte que personne n’est lié ou soumis, alors il n’y a rien à libérer, RIEN À AUGMENTER OU À ÉVOLUTIONNER ! Car quand la compréhension est totale, son objet disparaît, comme l’ego pointé ou repéré, il s’évanouit.

Les Hébreux et ensuite les Chrétiens qui voulaient détruire les Païens sous prétexte d’idolâtrie font dans l’idolâtrie la plus crasse : LE FAIRE/FER : hypostasier l’acte et le fruit, les passions et le sentiment, et l’agent ou ego, donc celui qui déguste ou qui consomme, le corps ou ‘je’. Comme l’exprime Coulonval cité plus haut, dans le Seul Réel il n’existe ni ego, ni fruits et Faire/Fer.

Le système capitaliste dépend de la dualité, du winnerisme, de la volonté : « Si tu as fait le mauvais choix, tu vas crever, tu dégages ! »

Faire/Fer dépend de la volonté : La « Volonté » dit Van Helmont, est la première de toutes les facultés... La volonté est la propriété de tous les êtres spirituels et d’autant plus activement elle se montre en eux, qu’ils sont affranchis de la Matière ». Ce qui peut laisser penser que LA VOLONTÉ PREMIÈRE DE L’HUMAIN C’EST D’ÊTRE IMMORTEL (nostalgie, nostalgie… et Alchimie…). Certains monstrueusement riches espèrent « tromper la mort » de décennies en décennies ; j’ai des doutes concernant leur MÉMOIRE (même assistée par ordinateur…). En tous cas c’est du tout bon pour la capitalisme ce business de « l’immortalité »… Soit le marché du bonheur et amplification de l’utilitarisme du Faire/Fer, L’OPTIMISATION, pouvant aller vers un humain de plus en plus artificiel, de plus en plus mental, de plus en plus OGM ou fonctionnel ; et sans retour arrière, parce que ce sera à nouveau la dualité winners-losers des Supermen contre ceux qui ne le sont pas encore, ou qui n’en ont pas encore les moyens et que ça fait saliver. On invente le marteau, tout le monde voudra acheter ou fabriquer un marteau, etc., et au niveau transhumaniste voyez ce que cela pourrait produire au niveau business et social !
Paracelse enseigne : « Qu’une volonté déterminé est le début de toutes opérations magiques. C’est parce que les hommes ne savent pas imaginer parfaitement et ne croient pas au résultat [aux fruits], que les Arts (occultes) sont autant incertains, tandis qu’ils pourraient être absolument sûrs ».
La Volonté : intention, redoutable, car si je paye un tueur pour me débarrasser de quelqu’un, et qu’au dernier moment son coup rate, je reste tout de même un assassin !

L’acte ou Faire/Fer ne va pas sans le temps (non résolu car toujours en géométrie euclidienne de la ligne droite) : s’il a commencé d’être permanent, il cessera avec difficulté. Le bouddhisme dit que tout acte est impermanent, comme avec une date de péremption ! DILEMME...

ACTE = ÉCHANGES OU RÉACTIONS FACE À DES SITUATIONS ; DONC ACTES = TROC, WALL STREET OU TRANSACTIONS, ET DESTRUCTION DE LA NATURE COMME SI ELLE ALLAIT NOUS MENACER ALORS QUE NOUS SOMMES LA NATURE (menaces anciennes comme le climat, des animaux dangereux, la recherche de nourriture, etc., alors l’humain entre en RÉACTION). Alors, où se trouvent des actes ou initiatives ex nihilo ?
Stance  17, 22 : « Si l’acte existait en soi, il serait éternel assurément. Et l’acte resterait inaccompli, car une chose éternelle ne peut être accomplie [car elle tombe dans une durée] ». Ceci pour les transhumanistes utilitaristes.
Stance 17, 26 : « L’acte a même nature que les passions. Or, les passions n’ont pas d’existence réelle [elles dépendent de l’ego]. Si les passions n’ont pas d’existence réelle, comment l’acte existerait-il réellement ? ». Bref, tout se passe dans la quincaillerie du mental : stance 17, 27 : « L’acte et les passions sont, il est vrai, présentés comme étant la cause des corps. Mais si l’acte et les passions sont vides, comment parler de corps ? »
Stance 17, 28 : « L’homme investi par l’ignorance, enchaîné par la soif [et son pouvoir d’achat], c’est le jouisseur. Il n’est pas autre que l’agent ni identique à lui ».
Jouisseur = l’affecte-affectif, celui qui subit les affects (de être affecté par quelque chose) ; il est en couple avec l’agent.

Stance 17, 29 : « Puisque l’acte n’est le produit ni de conditions ni d’un absence de conditions, pour cette raison il n’y a pas, non plus, d’agent ».
Stance 17, 30 : « S’il n’y a ni acte ni agent, comment y aurait-il un fruit né de l’acte ? Dès lors, en l’absence d’un fruit, comment y aurait-il quelqu’un pour en jouir ? ».

Le Yahvé créationiste véritable commerçant des Hébreux-Talmudistes est un agent désireux de récolter des fruits-bénéfices tant Il est violant envers son « peuple élu ». Le fruit suprême étant la Palestine (Terre promise) et son package la « Jérusalem céleste » !
Or, Nagarjuna estime que l’acte, l’agent, le fruit, n’ont pas de nature propre ; ils sont comme un genre de mode du « n’être pas » ou du neti neti indien (ni ceci ni cela).
Bref, il n’y a aucune incompatibilité entre le fait d’être dépourvu de Nature propre ou Singularité, et le fait d’être dans le Faire/Fer. Parce qu’un Être en soi ou Être Sans Pourquoi est sans dualité production-produit ; ce qui va permettre l’énergie libre et son efficacité : l’ABSENCE D’ÊTRE EN SOI.
Alors ce monde spatio-temporel est bien celui des ACCIDENTS, des phénomènes et des artifices à n’en plus finir, dont le prochain : le transhumanisme galopant. Comme l’énonce plus haut Paracelse à propos d’une Magie trop incertaine : « C’est parce que les hommes ne savent pas imaginer parfaitement et ne croient pas au résultat, que les Arts (occultes) sont autant incertains, tandis qu’ils pourraient être absolument sûrs [donc en étant EUX-MÊMES] », cela veut aussi dire que : QUAND UNE MAGIE FONCTIONNE TOUTES LES MAGIES FONCTIONNENT, c’est comme la Vérité, Elle EST, ou Elle n’est pas (de nos jours de laïcité et de raison, et de libéralisme ou humanisme, il est évident que les miracles fonctionnent rarement…).

Comme souvent écrit déjà, voici en refrain : « Tout ce qui est observable est symbolique [donc conscience], et tout ce qui est symbolique [conscience] est observable », ce qui amène que le monde est un LANGAGE, du plus petit grain de poussière à une grande montagne, et il est une organisation de symboles et donc d’informations (que voudraient stocker les transhumanistes), mais sans référents extérieurs au ICI ET MAINTENANT CAR PROJECTION, DURÉE. Qui dit informations dit MÉMOIRE, MÉMORISATION (met I à mort ou met la focal du Point sur le I à mort, bref, tue le Soi). Langage = élaboration, le E-laboratoire : s’installer dans l’objet, dans l’Avoir, en oubliant l’Être…

Encore une fois, et comme Ramana Maharshi, le KILLER DE CE MONDE C’EST LE MENTAL DE L’HUMAIN, SA « RAISON », SON PARASITE, soit son LANGAGE MAINTENANT ÉCRIT PAR INFORMATIQUE, PAR BIG DATA (que voudraient stocker, mémoriser, les transhumanistes). Big data ou véritable dataïsme ou sempiternel système QUI SE PRÉTEND LIBRE (la culture pour tous) ! Là encore dilemme Individu/Collectif doublé de Moi-Individuel/Moi Collectif, et REMPLACEMENT du Soi ou Conscience infinie par un sujet vidé de cette Conscience et n’existant plus que par sa capacité à communiquer que par le tout connecté (le ”vivre ensemble” et le tout connecté du nouveau socialisme de l’après 1789), donc le culte du narcissisme ou de l’ego absolument coupé du Soi ou même de la simple conscience du ‘je’. Avec le social de l’internet du tout connecté l’individu n’existe que par l’autre, il n’existe que comme dualité acteur-spectateur, et plus grave, dans une totale virtualité, un total artificiel.
Le Big dataïsme est principalement le calcul algorithmique à la Wall Street (nombre de rabbins travaillent à ces calculs… ).

RAPPEL IMPORTANT, ESSENTIEL : « Si un être existait par sa nature même, il y aurait pour lui aucune possibilité d’inexistence. Car une « nature » est ce qui admet, en aucun cas, de changement d’état ». (Nagarjuna, stance 15, 8, et définition du Soi éternel, qui ne change pas, qui n’entre pas dans l’évolutionnisme).
Vers une moitié du Paléolithique, l’humain acquière un langage PARLÉ sophistiqué, supérieur aux autres animaux de son espèce : les mammifères, ceux aux mamelles. Par quel artifice ? Cette page déjà longue ne peut avancer ici d’argument quelconque. À PARTIR DE CE LANGAGE PARLÉ L’HUMAIN VA COMMENCER À SE COUPER DES CHOSES, IL PROJETTE. Ce que définit très bien à propos du langage écrit David R. Olson dont je cite souvent la conclusion de son livre important : L’univers de l’écrit - Comment la culture écrite donne forme à la pensée :
« Mais il semble peu douteux que l’écriture et la lecture aient joué un rôle essentiel dans la genèse d’un bouleversement, par lequel nous sommes passés d’une pensée sur les choses à une pensée sur les représentations des choses, c’est-à-dire à une pensée sur la pensée [donc le RE et une distance entre]. Notre conception moderne du monde et de nous-mêmes est, pourrait-on dire, un sous-produit de l’invention du monde sur le papier », dernière page ; et page 220 : « Les signes ont été considérés au Moyen-Âge comme faisant intrinsèquement partie des choses, tout comme leur nom ; au XVIIè siècle, les signes deviennent des ”modes de représentation”. Les représentations finissent par être radicalement distinguées des choses représentées. Pour représenter de manière fidèle, la langue doit être amenée le plus près possible des mots ».
Alors vous pensez, quand au Paléolithique l’humain se découvre un langage parlé prenant certainement la place de la VRAIE TÉLÉPATHIE, il croit posséder l’Univers… et inventera plus tard l’argent et Wall Street…

À partir du lancement et développement du langage écrit, il se pourrait bien que l’être humain actuel soit sur le point de perdre le contrôle de l’évolutionnisme qu’il a engendré, et d’être débordé par son évolutionnisme, et que cette dynamique qui a commencé avec le passage du langage parlé, puis du langage écrit, quand surtout par le langage écrit quelque chose à pris la place de l’humain pour se mettre à sa place (”nous sommes passés d’une pensée sur les choses à une pensée sur les représentations des choses, c’est-à-dire à une pensée sur la pensée” écrit Olson), cette dynamique ou évolution pourrait bien arriver à sa maturité en REMPLAÇANT L’ÊTRE HUMAIN ACTUEL PAR « AUTRE CHOSE » (par exemple le sans pipi-caca tout utilitaire…).

Comme écrit plus haut concernant le symbole ou conscience pouvant devenir « réalité », et bien nous sommes en plein les deux pieds dedans !!! À la différence que nous ne sommes pas dans le Soi, donc dans le Christ-Jésus, mais dans son inverse ou Super artifice, caricature ou singerie.
Avec le développement du langage parlé, L’AUTRE, L’EXTÉRIEUR va prendre une importance considérable et jusqu’à nous. Le langage écrit n’en est que la simple amplification, et dénaturation de notre propre Soi, donc de notre propre Liberté, ainsi avec le mental ou raison et avec l’outil « social » (vivre ensemble) nous allons devenir les PREMIERS PRÉDATEURS DE NOTRE MONDE, SOIT UNE DÉGÉNÉRESCENCE DE CHASSEUR-CUEILLEUR LUI AUSSI PARFAIT PRÉDATEUR….

Tout ce qui est exposé sur cette page entre dans le même THÈME INDIVIDUALISME/COLLECTIVISME (Moi-Individuel/Moi Collectif), et en conséquence le même Thème que la dualité NOMADE/SÉDENTAIRE. Lié au même Thème également l’HOTC et donc LA MÉMORISATION (on stocke comme on stockait autrefois et encore maintenant les céréales dans cette voie de l’Agriculture, par contre, on ne sait toujours pas stocker l’électricité dynamique).

Voir aussi, si vous avez le temps mais vaut le coup, la vidéo de 2 heures de Michel Drac sur Sapiens et Homo deus, du travailleur du chapeau et winneriste façon « peuple élu » (élitisme bon teint) : Yuval Noah Harari, qui expose plus ou moins le même Thème que cette page, et qui reste à mes yeux un googoliste bon teint… comme tout imprégné de talmudisme… Mon Dieu que ces Talmudistes manquent de simplicité… surtout si en plus il est gay (il ne peut pas être neutre, il est conditionné, de plus en court-circuit...), et l’Arbre de Vie postule le négatif et le féminin… ou Involution-Évolution. Israël est la communauté gay de Tel-Aviv (population jeune et le gayisme ne peut fonctionner à plein que dans le jeunisme…)
Le googolisme et les paroissiens de la Silicon Valley sont quasiment l’équivalent ou très proche des Nazis des débuts de l’Allemagne d’Adolph Hitler et veulent aux aussi fabriquer un monde, non pas pour 1000 ans comme les Nazis, mais aller donc : pour « l’éternité », depuis 1945 l’ego ayant gonflé considérablement, ce dont ce Yuval Noah Harari ne parle jamais, à ce qu’en retranscrit M. Drac. Pas un mot non plus sur le pouvoir de la banque, ce qui est un comble pour un talmudiste… Pas un mot sur la fabrication des élites actuels. La pensée de Yuval Noah Harari ouvre la porte à l’extrême droitisme à la Nazis (le Surhomme ou élite globale ou winnerisme intégré, le Super existentialiste) ; je suis bien d’accord avec Michel Drac. Une extrême droite autrement plus dangereuse que le traditionalisme à la Donald Trump et son « America first ».


[En référence à : Stances du milieu par excellence, de Nagarjuna, traduit du sanskrit, présenté et annoté par Guy Bugault ; en référence à David R. Olson, professeur de science cognitive appliquée à l’Institut Ontario de recherche en éducation de l’Université de Toronto]


À suivre…
 
 

Dernière mise à jour : 25-10-2018 02:51

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >