Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Le plus grand prédateur de la planète : le libéralisme
Le plus grand prédateur de la planète : le libéralisme Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 31-10-2018 00:41

Pages vues : 822    

Favoris : 138

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Amour, Artifice, Babel, Banques, Christ, Clairière, Conte, Diable, Dictature, Dieu, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Forêt, Fractale, Gratuit, Idiodynamique, Information, Instant, Israël, Jardin, Labyrinthe, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Messie, Mondialisme, Païen, Pays, Paysan, Ptah, Raison, Rien, Religions, République, Révolution, Sagesse, Saint, Satan, Scarabée, Science, Sécurité, Self, Serpent, Sexe, Silence, Social, Spirale, Stargate, Tao, Tapis, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Thermodynamique, Univers, Vase, Vide, Volonté, washingtonisme, Xatemme, Yokaï

 
 
 
Le plus grand prédateur de la planète : le libéralisme
ou simplement le mental de l’actuel être humain :
60% d’espèces du plus gros au plus petit ont
disparues depuis 45 ans
, et il faut « 10 millions d’années »
pour que la « diversité » renaisse.

Et oui, depuis l’après 1789 en Occident l’être humain
n’a plus que des droits. Les devoirs qui éviteraient en partie
la destruction de la planète, ça ne fait pas « démocratie » !

Et oui, en un éclair nous sommes passés de l’éclaire à la bougie et
du voyage à cheval à l’électricité et du voyage en avion.
Autant de preuves que tout est CYCLE et que
RIEN N’EST PERMANENT (pas même les Google-transhumanistes),
et surtout PREUVES QUE RIEN N’EST ARRÊTÉ ou dans le
« Plus jamais ça » des fixistes, morale du winnerisme
et autres paroissiens du libéralisme.

Et oui, il y a là LE BIG Problème, car le mot NATURE
veut dire INSTANT, exprimé dans la stance 15, 8
de Nagarjuna :
« Car une « Nature » est ce qui n’admet, en aucun cas,
de changement d’état ».

Alors : Pourquoi l’évolutionnisme et la disparition des espèces
remplacées, ou non et avant longtemps, par d’autres
(dont l’espèce augmentée du transhumanisme) ???
Nagarjuna en 15, 9 : « S’il existe une Nature première,
comment pourra-t-telle être sujette à un changement d’état ? »,
et entrer dans le cycle de disparition de la « biodiversité ».


Bref, yen a marre de l’évolutionnisme, cette
ILLUSOIRE flèche du temps
ou déterminisme à un seul sens à la Euclide en
une géométrie de la ligne droite qui ne coulerait que
dans un « sens unique », donc VIOLATION DE L’ENTROPIE
collée à la saloperie de thermodynamique.
L’ÉVOLUTIONNISME EST LA CHUTE FAÇON ANCIEN TESTAMENT.
L’ÉVOLUTIONNISME (croissance) EST LE
PRINCIPE DU CAPITALISME.
CAPITALISME QUI, EN PLUS DE SON INVENTION DU TERRORISME,
PUIS DU MIGRANISME, INVENTE LA GÉO-INGENIÉRIE
(Réchauffement clim. etc.), que ça fait plus « naturel »…

POURQUOI LES PIERRES, LES CAILLOUX NE
SONT PAS EN VOIE D’EXTINCTION ?
SONT-ELLES DESTINÉES À RESTER TOUJOURS
LE SOI ELLES-MÊMES ?
MAIS, QUI VOIT CES PIERRES, CES CAILLOUX ?
ELLES NE PEUVENT SE TROUVER QUE DANS VOTRE MENTAL,
ET LE MENTAL DE QUI ???
QUAND LA PIERRE EST TROUVÉE, ELLE DEVIENT
LE RÉALISÉ OU GRAND ŒUVRE…
QUI EST CELUI QUI VOIT ?
ET QUI INVENTE L’EXTINCTION OU NON ?
ALORS EN RÉPONSE IL N’Y AURA PLUS D’EXTINCTION
DE LA BIO-DIVERSITÉ… TOUT EST LIÉ… ET DÉLIÉ…


Deuxième page dédiée à Jason Behr.
 
 
Cette page suite à un rêve dans la nuit du 29 au 30 octobre 2018, où en compagnie d’un ami je « réconfortais » un gros buisson vert, joue contre joue et le caressant (to care, en anglais : aimer, s’occuper de, faire attention à).

Rester Nature, à la stance 15, 10 :
Dire il y a , ou son contraire, c’est ne vouloir que leur destruction [comme actuellement en tyrannie de l’opinion et en unilatéralisme démocratique si présent]. C’est pourquoi l’être humain éveillé ne fait pas dans la fixation, ou winnerisme du ni d’un côté, ni de l’autre [ou  partage scolaire entre bons et méchants, ou faire d’un côté comme les transhumanistes vers l’éternalisme, ou de l’autre vers l’annihilaisme]. Winnerisme ou opinions unilatérales, dont la fabrication du « terrorisme » depuis le 11 septembre 2001 est un parfait exemple ; terrorisme d’ailleurs suivie du migranisme !

Ceci peut rejoindre le fait que la Vacuité est Vacuité d’être et de non-être. Faire du nihilisme de la Vacuité c’est comme affirmer qu’il n’existe qu’un seul Dieu (sans d’ailleurs ne rien comprendre au mot Vacuité et par conséquence au mot Dieu), ou simplement pratiquer le winnerisme ou unilatéralisme et tuer les losers.
Tout étant cycles il est, presque, naturel que des espèces disparaissent et que d’autres arrivent : il n’existe pas, pour ainsi dire, de Vacuité comme si sur plusieurs décennies ou siècles disparaissent définitivement une espèce. Aussi, VACUITÉ = PRODUCTION CONDITIONNÉE : « Ce qui naît de conditions est en fait non né, n’a pas de production en un sens substantiel. On appelle vide ce qui dépend de conditions. Celui qui connaît la Vacuité se trouve en état de Vigilance (c’est moi qui souligne] », stance de l’Anavataptabradapasamkra-manasutra. Bref, il n’y a pas de production de quelque chose. Dire : « Un tel est né » est contradictoire, puisqu’on le présuppose, ON L’OPINIONNE avant sa naissance.
Ainsi, quand passions et actes n’existent plus, C’EST LA DÉLIVRANCE ; ACTIONS ET PASSIONS PROVIENNENT DE L’IMAGINATION OU MENTAL, SOIT LE VAGABONDAGE DE L’IDÉATION ET PAR LÀ MÊME DU TEMPS, ET ÇA S’ARRÊTE À LA FOCALE VACUITÉ OU NON-DUALITÉ.

Comme l’exprime Candrakirti : « On enseigne donc la Vacuité pour apaiser toute différenciation sans exception. Par conséquent, le but de la Vacuité c’est l’apaisement de l’univers différencié [diversifié et multi-dimentionnel] ». La Vacuité est comme Le Sauveur, comme une Rédemption, parce qu’elle correspond à l’Instant, seul mot à mon intuition qui puisse la définir alors que par essence elle est indéfinissable puisqu’échappant au temps cause de l’idéation.
Comme la Vérité, la Vacuité n’est possédé par personne, aucun concept ne peut indiquer ce que veut dire Vacuité sans tomber aussitôt dans le temps de la dualité entre un sujet et son objet.

Il y a deux Vérités ou simple la « Loi » à retenir pour se libérer de la tyrannie de Super Grégarisme, et expliquée dans Le Secret de la Fleur d’Or :
- La Lumière de l’Essence : « La Lumière jaillit dans la Chambre vide » (le mental purifié avant que l’on n’ait vu la Lumière. Cela correspond à la Vérité de sens ultime ; ou pureté « supra-mondaine » (au-dessus de l’inconscient collectif à la C.G. Jung).
- La Lumière de la conscience ou vérité conventionnelle (on passe contrat entre au minimum deux individus), c’est la « vérité mondaine » ou vulgaire opinion qui fait tomber dans la conscience conceptualisante et calculatrice qui n’est pas la Lumière de l’Essence. Vérité mondaine qui ne peut naître qu’à travers le langage parlé, puis écrit… et alors SINGER la Lumière de l’Essence… notamment sous forme de religions… D’ailleurs Nagarjuna l’exprime dans la stance 24, 10 : « Faute de prendre appui sur l'usage ordinaire de la vie, on ne peut indiquer le sens ultime. Faute d’avoir pénétré le sens ultime, on ne peut atteindre à l’extinction (nirvana) ». Ici Nagarjuna souligne vigoureusement la nécessité de s’appuyer sur le langage ordinaire afin évidemment de s’en libérer, pour ensuite pénétrer dans la STARGATE : VOIR LE TROU OU POINT FOCAL COMME LE TROUVÈRE. COMME LE SOULIGNE CANDRAKIRTI, on doit se servir d’un récipient pour puiser de l’eau ! Sans cela, comment comprendre que le Buddha, ou le Christ-Jésus aient prêché !!!

Idem en MAGIE : il y a une Magie noble (Blanche), et une magie noire (celle de ceux qui veulent posséder). Il est extraordinairement facile de tomber dans l’une ou l’autre TANT LA FRONTIÈRE ENTRE LES DEUX EST MINCE, VOIR QUASI INEXISTANTE (car fait la partie du pouvoir Siddhi) !

Quand on perçoit des objets, sans analyser, donc DANS L’INSTANT, c’est la Lumière de l’Essence, pareille à un miroir qui reflète tout, et sans intention de le faire. Mais il suffit de retomber dans le temps qui coule pour faire de la discrimination et tomber dans la lumière de la conscience. « Lorsqu’une image occupe l’espace du miroir, il n’y a plus réflexion [d’autres images]. Lorsque la conscience occupe l’espace de la lumière, quelle lumière reste-t-il ? ».
Bref, quand la Lumière se transforme en pensée, cela donne la conscience. Lorsque surgit cette conscience, dont un REFLET, ce reflet ne peut que dissimuler la lumière ou original qui a disparu - non parce qu’il n’y a plus de Lumière ou l’original, mais parce qu’il est devenu conscience. L’Empereur Jaune disait : « Un son qui se déplace ne produit pas de son mais des échos ». On ne peut pas être plus clair dans ce passage du Secret de la Fleur d’Or.

Le Buddha connaissait ces deux lumières, dans sa discipline (dhamma-vinaya) : « Je l’enseigne comme double ». Ainsi Il distingue clairement la pureté mondaine (harmonie de l’ensemble ou couverture de surface, la fameuse "paix" des politismes) et la pureté supramondaine. La vérité de surface est très active à notre époque mondialisée par la technologie du « tout connecté », une vérité transformée presque totalement en mensonges généralisés ! À ce mensonge de vérité ne peut que s’opposer le « dernier mot » qui ne peut que cacher la Vacuité. C’est-à-dire QU’IL N’EXISTE PAS DE VÉRITÉ ABSOLU, UN TRUC QUI SERAIT TOUT CONFORT POUR L’HUMAIN (comme le voudraient certainement les transhumanistes avec le tout binaire et ZÉRO-DÉFAUT du productivisme industriel évolutionniste). Comme il n’existe pas de Vérité absolue, il ne peut pas exister de réalité absolue ou « augmentée » comme le rêve les paroissiens de la Silicon Valley.

Oui, oui, nous en sommes à nos jours à la VACUITÉ MAL COMPRISE, COMME LE STIPULE LA STANCE 24, 11 : « La Vacuité mal comprise perd l’homme à l’intelligence courte, comme un serpent mal saisi ou une formule magique mal appliquée [voir l’Apprenti sorcier…] ».
Pour les gens à « l’intelligence courte », ils font dans la fixation ou le winnerisme et croient que Vacuité = Néant (le Circulez ya plus rien à voir), c’est le nihilisme ou isme, système tout court. On va alors lui édifier un temple, une église puis un autel, et l’hypostasier comme avec le monothéisme qui se prend pour le Graal de la Réalité. Donc mieux vaut vivre la voie du FLÉAU en façon Xatemme ou Zéro indien, l’Instant Stargate sans limite.

En fait, qu’est-ce que c’est le délire « d’immortalité », ici-bas, des transhumanistes ? C’EST UNE HORRIBLE LIMITATION, L’INVERSE DE L’IMMORTALITÉ, SOIT EMPÊCHER LA MORT EN RENDANT HYPER MORTEL. VOULOIR DEVENIR « IMMORTEL » EST SE PRENDRE POUR DIEU, UNE PURE PRODUCTION DE L’ÉGO DEVENU ALIÉNÉ (privé de Singularité).
VOULOIR DEVENIR IMMORTEL PAR TROUILLE DE LA MORT FAIT DE VOUS, TRANSHUMANISTES, DES ALIÉNÉS DOUBLÉS D’IMBÉCILES MONSTRUEUSEMENT ÉGOÏSTES, DIVISEURS.
Ce site a pour devise : « La vérité tout entière ne peut consister en un puzzle de vérités partielles cueillies un peu partout. Le Tout est autre chose et plus que le total des parties ».
Quel est cet « autre chose » ?
C’est vous, c’est moi, QUI NE CHERCHONS PAS, COMME L’ACTUELLE JUDÉO-MAÇONNERIE, À RECOLLER LES MORCEAUX DU PUZZLE POUR POSSÉDER LA VÉRITÉ QUI N’EXISTE PAS (et la mode actuelle du big dataïsme procède de cet appétit judéo-maçonnique GODF). LE PRINCIPE DU TRANSHUMANISME EST LUCIFÉRIEN, PRINCIPE DU VOYEUR, PRINCIPE DE LA DUALITÉ SUJET-OBJET, PRINCIPE DE BIG BROTHER ET DE SON « VIVRE ENSEMBLE » (la « fraternité » ou grégarisme).
ALORS, RÉALISEZ LE QUI-SUIS-JE ? SOIT TROUVER UN CENTRUM CENTRI, UN AXE OU SQUELETTE, QUI NE PEUT PAS SE SITUER DANS L’ESPACE-TEMPS OU MONDE DES ACCIDENTS, QUI NE PEUT PAS SE SITUER DANS LA MOINDRE RELIGION, CES CONSTRUCTIONS RAISONNÉES, CES OPINIONS. AUCUNE OPINION POLITIQUE, RELIGIEUSE OU PHILOSOPHIQUE, SCIENTIFIQUE, NE PEUT APPORTER LA VRAIE PAIX.
Rêver de la Chrétienté est déjà réaliser le Soi à l’aide du Christ-Jésus [Christ étant synonyme de Soi ou Instant], ce qui veut dire FUIR LE CHRISTIANISME COLONIALISTE ET SES MAISONS À BON DIEU, FUIR LES MAISONS DU RÉPUBLICANISME TOUT AUSSI COLONIALISTE ET EN PLUS SINGERIE DU CHRISTIANISME.
RÊVER DE TOUCHER DES FEUILLAGES VERTS EST UN COMMENCEMENT, UNE ORIGINE.

VIVRE L’INSTANT, ABOLIR LE TEMPS QUI COULE OU LINÉAIRE POUR NE VIVRE QUE LE ICI ET MAINTENANT. C’est vous qui croyez à ce temps linéaire : vous vous êtes couché hier soir pour dormir, puis le lendemain vous mangerez, mais en vivant le seul ici et Maintenant VOUS ÊTES NATURE, IL N’EXISTE PAS DE TEMPS QUI COULE. Vous n’êtes que le Ici et Maintenant, l’Instant, le Soi. C’est à cet Instant, à cette STARGATE ou ZÉRO INDIEN, que vous passez d’une dimension à une autre : VOUS CHANGEZ VOTRE PERSPECTIVE DE TEMPS : COMME L’ÉCRIVAIT L’ALCHIMISTE ROGER BACON : « Tout est possible, mais Tout n’est pas permis » (comme d’interférer de force avec la Stargate d’un autre… rejoins la résolution du dilemme Moi-Collectif/Moi-Individuel)…


Comment échapper à la destruction par le libéralisme ?

Explication du schéma en haut de page (avec en fond l’Anu ou atome ultime (1)) : Vous êtes dans un Tore-Vaisseau comme « coupé » dessiné sur le schéma, PREMIÈRE SPIRE, et à l’Instant, le Blanc ou Soi, le VASE, vous êtes alors par exemple devant votre ordinateur en train de lire ce texte. Si vous modifiez la couleur, vous déplacez comme l’Instant et vous n’êtes plus devant votre écran d’ordinateur mais devant moi qui suis assis en face de vous (PREMIÈRE SPIRE MODIFIÉE ET SECONDE SPIRE), et nous sommes discutant dans un jardin contre un buisson très vert dans le Périgord (TROISIÈME SPIRE). Donc pour « sélectionner » une réalité ou une « adresse » sur le cadran de la Stargate (les couleurs DANS le Tore) nous allons simplement APPROCHER la modification de la perception des couleurs, si tant est que le phénomène des couleurs est mental, comme la douleur est ce qui dépend des cinq sens, TOUT N’EST QUE CONSCIENCE (”vibrations” diront les « scientifiques ») et la couleur n’est que le résultat du traitement que subit la lumière. Être dans l’Instant est recevoir la totalité des couleurs en forme de PANique ou douleur absolue, car le mental est totalement absent (aucun temps, aucun ego, aucune possibilité d’aviser face à), le mental pas encore dans son état de purification. Passé la PANique ou « passage à travers la Stargate »  ou mental pur, tout se stabilise et nous vivions une autre alternative ou « ligne de conscience-vibration ».
ATTENTION : ÊTRE DANS L’INSTANT SIGNIFIE VIVRE UNE ABSOLUE PUREMENT DE MENTAL, SOIT UN PARFAIT ÉVEIL SPIRITUEL, ORIGINEL

Dans l’évolutionnisme le plus crasse comme actuellement, nous faisons tous dans le « progrès » ou « croissance », soit UNE PROJECTION, UN DÉSIR DE TOUJOURS PLUS (« l’homme augmenté ou réalité augmentée » du transhumanisme), DE CE FAIT NOUS FUYONS CONSTAMMENT LA SEULE RÉALITÉ, LE SOI-INSTANT. « Devenir quelqu’un » c’est du capitalisme, du winnerisme, du culte du narcissisme du républicanisme et de son libéralisme ; c’est vouloir être autre chose que soi-même, comme le veulent les transhumanistes QUI SONT TOTALE FUITE EN AVANT, PROJECTION, comme tout ce que fait le capitalisme. On ne peut pas réaliser le Soi et en même temps vouloir « vivre éternellement », c’est absurde ! NOUS SOMMES DÉJÀ ÉTERNELS COMME L'EXPRIME R. Maharshi. On ne peut Réaliser le Soi que quand on renonce à vouloir se prendre pour Dieu, ici façon le Royaume de Dieu (juif) sur Terre, quand on renonce à projeter genre « fin des temps », C’est-à-dire que les religions abrahamistes tentent de réaliser ce qui est DÉJÀ réalisé, l’Instant, le Soi ou éternité. Toujours projeter, fuite en avant, alors que « le bonheur est notre condition naturelle ou notre nature […] L’ego est heureux quand la perfection originelle est rétablie » (Ramana Maharshi, entretien 28).
Le problème du « libre arbitre » et du « destin » existe aussi longtemps que quand on se prend pour un corps (réf. entretien 193 de R. Maharshi). « La sagesse les transcende tous deux ». À l’entretien 209 le Maharshi dit que nous sommes au-delà du libre arbitre et de la fatalité. « Demeurez Cela [Être, vivre Ici et Maintenant] et vous les transcendez tous les deux ».

Projeter, essayer de vivre des choses que nous vivons nous éloigne de l’Instant ou Soi. Essayer de vivre l’Instant est comme croire que l’on en est à l’extérieur et qu’il faudrait « rejoindre cet Instant ». C'est exactement comme de vouloir sortir de l'Univers pour le mesurer... Le Un ou Univers n’est pas extérieur, IL EST NOUS, IL EST NOTRE MENTAL.
Avec l’abrahamisme et le capitalisme, nous ne vivons jamais, nous ne faisons que projeter, nous sommes devenus des ZOMBIES : voyez le « C’est notre projet » et le Graal des réformes miracles d’un Emmanuel Macron totalement à côté de ses pompes !!! Mais il est prisonnier de la City de Londres, nombril de la finance internationale, il est un zombie lui aussi, et même un des chefs des zombies.
PROJETER C’EST CHIER DU VERBIAGE : « Je fais, j’agis, je travaille, je fais des réformes ». Ego démocratie ou culte du Moi-Individuel (libéralisme) à n’en plus finir (en évolutionnisme) !

Si des espèces ont disparues de la Terre il y a des millions d’années, ça ne peu qu’être la faute à des « humains » ou FORMES DE CONSCIENCE de cette « époque », faute doublée inévitablement - car tout est lié - par des événements cosmiques, chutes de météores, activités terrestres volcaniques monstrueuses et autres déluges et périodes glaciaires aussi totalement imbriquées avec les formes de conscience ou dimensions quand la Terre était « pure »… De même si des animaux se mangent les uns les autres, le plus gros déchiquetant le plus petit et le plus faible, C’EST AUSSI UN PROBLÈME DE CONSCIENCE OU VIBRATIONS (problèmes de noms-les-formes…)
Encore une fois, LE PROBLÈME DE LA DISPARITION DES ESPÈCES, IL Y A DES MILLIONS D’ANNÉES OU DE NOS JOURS N’EST PAS EXTÉRIEUR, MAIS INTÉRIEUR (l’Univers est dans le mental), PROBLÈME DE CONSCIENCE DE FORMES DE VIE DE CETTE ÉPOQUE (même un caillou est une conscience, d’autant plus que la pollution n’existait presque pas, sauf à l’apparition de la catastrophe oxygène…).
De nos jours de conscience de matérialisme, il était normal que depuis l’après 1945 et le développement technologique démentiel tout allait se dégrader beaucoup plus vite, et à l’échelle mondiale.

RETOUR AU JARDIN : LÀ OÙ POUSSE DES POMMES :
Celui qui en mange n’a plus faim, ni soif, ni douleurs, ni maladies ; et ces POMMES poussent tout le temps.
Quand la biche pourra brouter aux côtés du lion herbivore.
Quand le liseron ne bouffera plus le géranium.
Aimez-vous les uns les autres, oui, mais pas au point de se bouffer les uns les autres COMME DEPUIS DES MILLÉNAIRES OU DES MILLIONS D'ANNÉES...
Quand la forêt ne connaîtra plus la hache de l’homme… et l’autoroute qui la saccage….
Quand on ne fera plus attention au temps et au profit matériel.
Quand l’Or ne servira plus de monnaie (et que la City de Londres et son Wall Street n’existeront plus).


[En référence à : Stances du milieu par excellence, de Nagarjuna, traduit du sanskrit, présenté et annoté par Guy Bugault]

À suivre…

Note.
1. Anu ou Atome ultime : « Il faut d’abord comprendre le contexte et l’historique où ces techniques de perception directe par magnification de l’observation ont été mise au point. En Orient, la vision de le structure de la matière a été imprégné par la conception philosophique dès le sixième siècle avant JC. L’utilisation des siddhis [pouvoir surnaturel] permet d’obtenir une cognition directe par la conscience [donc comme décrit plus haut, de littéralement « voyager » dans une autre dimension]. L’un d’entre eux nommé Anima, permet de « devenir » aussi petit qu’on le désire, et de pouvoir aussi observer et décrire les anus et leur agencement. Ces atomes ultimes étaient considérés comme différents selon les types d’éléments (bhuta). Les Vaisheshika qui avaient fait de l’atomisme une de leurs théories principales, pensaient que les atomes se groupaient avant de former les éléments de la matière. Chaque atome était sensé posséder des caractéristiques spécifiques (vishesha), lesquelles donnaient son caractère à la matière que leur association composait. Selon cette école, quatre éléments étaient dépourvus d’atomes (dravya) : le temps, l’espace, l’éther (akasha) et l’âme.
En Occident, la conception corpusculaire de la matière remonte aux philosophes grecs du cinquième siècle avant JC.  Ce sont Leucippe puis Démocrite qui les premiers ramenèrent la multiplicité des matières à un nombre grand mais fini d’atomes divers en mouvement dans l’espace. Ces atomes conçus comme insécables diffèrent en taille et en forme, et ne demeurent liés les uns aux autres que pendant un certain temps sans fusionner.
Ensuite il a fallu attendre le développement des outils d’investigation avec l’essor technique du début du XIXième siècle. Contrairement à l’approche subjective où seule une conscience épurée est requise [pureté mentale], l’approche objective a besoin d’abord d’élaborer des machines et des capteurs. C’est en analysant les gaz, que John Dalton, chimiste anglais, élabora vers 1804 la première théorie atomique moderne. […]
… les multiples associations possibles des anus pourraient expliquer les nombreuses particules sub-atomiques trouvés par les physiciens tout en montrant l’unité de ces diversités. Même l’électron, décrit comme un anu sur le plan astral […] reproduit le modèle à une échelle encore plus subtile », extrait du texte comme projet de préface complémentaire du livre d’Annie Besant et C.W. Leadbeater : La Chimie Occulte.
 
 

Dernière mise à jour : 31-10-2018 02:05

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >