Accueil arrow Yôkai arrow Élémentals, Divinités, Yôkai arrow Nirvanana
Nirvanana Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 03-11-2018 00:45

Pages vues : 932    

Favoris : 128

Publié dans : Elementals Yôkai, Élémentals, Divinités, Yôkai

Tags : Amour, Artifice, Babel, Banques, Christ, Clairière, Conte, Diable, Dictature, Dieu, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Forêt, Fractale, Gratuit, Idiodynamique, Information, Instant, Israël, Jardin, Labyrinthe, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Messie, Mondialisme, Nirvana, Païen, Pays, Paysan, Ptah, Raison, Rien, Religions, République, Révolution, Sagesse, Saint, Satan, Scarabée, Science, Sécurité, Self, Serpent, Sexe, Silence, Social, Spirale, Stargate, Tao, Tapis, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Thermodynamique, Univers, Vase, Vide, Volonté, washingtonisme, Xatemme, Yokaï

 
levesoleil_ci3-4a400.jpg
 
 
Nirvanana
La perte de l’individualité et
Paradoxe de la Réalisation du Soi.
 
 
« Dans le nirvana il n’y a rien que la Félicité de la pure conscience d’être » (Ramana Maharshi, entretien 406).
 
 
RAPPEL : comme tout est symbole, TOUTES CHOSES EST À VIVRE EN MOUVEMENT (d’où d’ailleurs la notion de quanta [probabilisme] et maintenant son quantisme ou opinion à la mode normande ”ptet bin q’oui, pter bin q’non”. Les Normands auraient-ils inventé le quantisme avant Max Planck ?).  Planck, planque : cacher… comme le « probable » cache ou enterre, « serre » plein de trucs ou de possibles… Cacher : resserrer ? contraindre ? Mais alors, c’est restreindre, le contraire du probable ?……
TOUTES CHOSES EST À VIVRE EN MOUVEMENT = LA VOIE DU MILIEU DE NARGAJUNA, SOIT LE FLÉAU. Mouvement du Tout en mouvement énoncé par les Anciens Chinois, pas ceux du capitalisme mais ceux de l’école du chan (Mazu Daoyi, etc.) : « Dès que l’encre est séchée, nos formules sont fausses », ce qui correspond exactement que LE VRAI CESSE D’ÊTRE VRAI DÈS QU’IL EST VU (et encore plus maintenant de langage écrit ou big dataïsé…) et correspond aussi aux textes alchimiques… Le Vrai devient FAUX dès que quelqu’un s’en empare, ou le big dataïse, ou en fait un dogme, une loi.
PAR CONSÉQUENCE, NE JAMAIS S’ARRÊTER SUR AUCUN POINT DE LOGIQUE, surtout venant du Tetralemme (voir le Xatemme qui intègre le mouvement sous forme de Stargate ouvrant vers le sans limite ; le sans limite peut être aussi bien tous les possibles que tous les mouvements possibles).

Dès la naissance, on nous inculque que nous sommes Matière, et c’est ainsi que l’on fabrique la Matière et les cinq sens de l’humain qui vont avec, comme pour se protéger de cette Matière ! Matière (et avec l’empir-isme) qui est devenu la fond de commerce du système capitaliste depuis des millénaires maintenant.
Maintenant, s’il n’y a ni matière ni non-matière, qui pourra le dire ???
« Dès la naissance, on nous inculque que nous sommes matière » : notre ADN est ainsi programmé depuis au minimum la catastrophe OXYGÈNE.

Le polémiste pourra avancer que si tout est Vide, sans matière, à quoi sert le nirvana qui pourrait être comme un « outil » pour arrêter ou éliminer quelque chose qui est déjà éliminé ?
Nirvana étant l’extinction de la personnalité, le ‘je’ ou ego, Candrakirti compare la première extinction du ‘je’ à une ville dont tous les malfaiteurs [de nos jours les terroristes ou délinquants des banlieus] ont disparu. Dans la seconde extinction c’est la ville elle-même qui a disparu (avec les « bons et les méchants »). Cette extinction est évoqué dans l’entretien 239 de R. Maharshi, quand M. Frydman expose : « Krishnamurti dit que l’homme doit découvrir le ‘je’. Puis le ‘je’ se volatilise n’étant qu’un agrégat [grégarisme-égrégore] de circonstances. Il n’y a rien derrière le ‘je’. Son enseignement semble très semblable à celui du Buddha.
Le Maharshi répond : « Oui. Oui, c’est au-delà de toute expression ».

Mais, si cet agrégat ou « complexe » du ‘je’ est non-vide, il n’y a ni apparition ni disparition (ni naissance ni mort). « Qu’y aura-t-il, soit à éliminer soit à arrêter, pour donner lieu au nirvana ? », exprime Nagarjuna dans la stance 25, 2.
Avec la stance 25, 3 Nagarjuna apporte d’autres précisions sur le nirvana : « Sans élimination ni acquisition, sans rien qui soit détruit, rien qui perdure, sans rien qui cesse ou vienne à se produire, tel est ce qu’on appelle nirvana ». Précisions à aux stances 25, 4-6 : « Tout d’abord, le nirvana n’est pas un être, car il serait nécessairement à l’enseigne du vieillissement et de la mort. Il n’est point, en effet, qui ne vieillisse et meure ».
« Et puis, si le nirvana était un être, il serait composé [un complexe]. Car un être incomposé, on n’en trouve aucun, nulle part ».
« Et encore, si le nirvana était un être, comment le nirvana serait-il exempt de dépendance ? On ne trouve, en effet, aucun être qui soit exempt de dépendance [le ‘je’ est dépendant du ‘Je’ et l’inverse, en haut est dépendant du bas, et l’inverse] ».
Comme le nirvana serait un autre nom du Soi, il est serait de l’ordre de l’Être, comme l’indique le Maharshi à l’entretien 406 cité en titre.


NE PAS DIVISER COMME D’ÉMETTRE L’OPINION QU’IL N’Y AURAIT QU’UN SEUL DIEU.

Stance 25, 7 : « Si le nirvana n’est pas un être, est-ce que le nirvana sera un non-être ? Là où l’on ne trouve pas d’être, on ne trouve pas non plus de non-être ». Cette stance rejoint l’entretien 264 du Maharshi où Dieu et l’humain se crées mutuellement, mais en réalité ni Dieu ni l’humain n’ont été créés.
Stance 25, 8 : « Et puis, si le nirvana est un non-être, comment le nirvana sera-t-il exempt de dépendance ? Il n’est point, en effet, de non-être qui soit exempt de dépendance ».
Ici le nirvana serait un néant. Mais le non-être est toujours non-être de… Nombre de personnes depuis longtemps se sont questionnées sur le sens du néant dans son rapport avec l’opinion de négation, style dualité pur-impur. Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux réfute le néant : « Il m’arrive encore de désirer le retour au Néant, l’anéantissement du ‘Je’. Mais, écrivant cela, je m’aperçois que c’est impossible. Retour au Néant ? Mais on ne peut retourner « à quelque chose » qui, par définition, ne peut être le Néant, le Rien. L’anéantissement du ‘Je’ ? Mais ce ‘Je’ est la fine pointe de mon âme, par laquelle je suis une « personne », selon la définition qu’en donne Olivier Clément, par laquelle je touche Dieu, je suis Dieu. Pouvoir tuer mon ‘Je’, ce serait pouvoir tuer Dieu. Idiot, stupide ! Le fleuve qui va à la mer ne peut supprimer sa source ».

Stance 25, 9 : « Ce qui et considéré comme « dépendant de » ou « conditionné par » est le va-et-vient [tic-tac ou Yin-Yang, ou Involution-Évolution] du monde, cela même, hors conditions, hors dépendance, est enseigné comme étant le nirvana ».
Cette stance rationalise le nirvana : samsara [cycle des naissance et des morts, monde des accidents] et nirvana ne sont pas des choses à part, comme si l’ego ou ‘je’ existait indépendamment du Soi ou ‘Je’. Leur distinction n’est que d’ordre du verbiage ou dialectique. Renvoie au Secret de la Fleur d’Or et à la Lumière de l’Essence [« La Lumière jaillit dans la chambre vide »], et la lumière de la conscience [inconscient collectif et conscience conceptualisant qui calcul ou analyse, qui instantise].

Stance 25, 10 : « Le Maître a prescrit l’élimination du devenir comme du non-devenir. En conséquence, dire que le nirvana n’est ni être ni non-être est logiquement correct ».
Ici pointe l’opinion TRANSHUMANISTE et sa « réalité augmentée » ou « homme augmenté » qui rêve de vivre « immortel » : L’INSTINCT DE CONSERVATION, SOIT EN FAIRE UN SYSTÈME, UN TRUC INFORMATIQUE APPELÉ « ÊTRE » (singerie du Soi), qui apporterait selon la mode actuelle du TOUT SÉCURITAIRE, suite à l’après 11 septembre 2001, suivi du terrorisme puis du migranisme, la MATRICE-REFUGE APRÈS LA MORT, donc le PARADIS TRANSHUMANISTE. Dans le cas contraire où l’on ne pourrait se payer les prothèses transhumanistes pour devenir « immortel » (s’augmenter) reste le suicide conformément au nihilisme et au nirvanisme considéré comme un néant. Nagarjuna écarte les deux conceptions par le Neti Neti (ni ceci ni cela, méthode d’élimination exhaustive de l’illusion).

Stance 25, 11 : « Si le nirvana était à la fois non-être et être, la délivrance serait elle aussi non-être et être. Or, cela n’est pas logiquement possible ».
Les Bouddhistes emploient beaucoup la logique du Tétralemme (1) qui reste malgré tout très binaire, TRÈS PASSÉ-PRÉSENT-FUTUR (géométrie euclidienne de la ligne droite).

Maintenant, s’il n’y a ni matière ni non-matière, qui le dit ? Est-ce le monde empirique à la John Locke et au républicanisme ? ou bien le nirvana ?
Si c’est dans le nirvana, il faut probabilister un Réalisé vivant, voir un Ptah, exempt de toute dépendance, qui serait absolu et vraiment éternel ? Cela représente au mental des Bouddhistes une contradiction dans les termes. De même qu’il faut une personne pour voir le temps et ainsi le fabriquer, il faudrait un même quelqu’un pour dire « ni non-être ni être », et comme il n’y a personne dans le nirvana…
Si la question de pose dans le monde de John Locke, le probabilisme se divise en deux :
- Ou bien le sens de ce ni ni bilatéral se révélera au moyen de la lumière de la conscience conceptualisante qui divise tout en petits bouts de machins (qui fonctionne en séquences comme l’informatique actuelle), toutes « choses » qui n’existent pas en nirvana.
- Ou bien le sens se révèle par intuition, dans l’Instant, ce qui met en phase avec la Vacuité, et qui transcende tout l’espace-temps et sa diversité.

À « l’arrivée à la fin des temps », le Réalisé ou Bienheureux existera-t-il ? Bref, Demain, rasera-t-on gratis ? puisque les transhumanistes nous promettent un « monde meilleur » (augmenté) débarrassé de la souffrance ??? Le Réalisé ou « homme augmenté » existera-t-il ? ou n’existera-t-il plus ? Actuellement personne ne peut même l’imaginer. Rejoint la stance 25, 18 : « De son vivant même, le Bienheureux existe-t-il ? Cela ne peut se dire. Il n’existe pas ? Ou bien les deux à la fois, ou encore ni l’un ni l’autre ? Cela ne peut se dire ».
Donc, soit le nirvané ou Bienheureux de son vivant, ou mort ? Candrakirti apporte la conclusion en forme de l’entretien 264 du Maharshi : le Buddha n’est pas « quelqu’un », alors nul n’est le Buddha. Ce qui rejoint la formule chinoise du chan Lin-tsi (Linji) au 9è siècle : « SI VOUS RENCONTREZ LE BUDDHA, TUEZ LE BUDDHA » (applicable donc au messianisme des religions abrahamistes). Cette injonction correspond que TOUT EST MOUVEMENT, dès qu’il y a fixation il y a mort. Donc la Tradition alchimique et son LABOUR qui tient dans ces deux mots : SOLVE ET COAGULE, le coagule correspondant à la fixation ; et le solve à ce qui fluit (verbe fluir : couler, écoulement comme l’eau de la rivière).

Oui, oui, d’accord avec les stances 25, 19-20 en retournement : aucune différence entre samsara et nirvana, et l’inverse. « Ce qui délimite le nirvana délimite le samsara. On ne peut trouver entre les deux fût-ce le plus subtil intervalle ». Impossibilité de diviser entre le Bienheureux dans le samsara et le Bienheureux dans le nirvana, diviser ne serait que bidouillage du mental. Diviser serait faire comme les religions abrahamistes qui promettent le Demain On Rase Gratis (DORG), religions qui PROJETTENT, comme la transmigration au cours de la vie et des vies, et l’extinction ou « fin des temps » d’autre part.
Candrakirti explique qu’on ne peut pas FIXER le Bienheureux de son vivant, ou quand il n’est plus ; il n’y a aucune différence entre le samsara et le nirvana et réciproquement (toujours le probabilisme).
ATTENTION : si nirvana et samsara ne sont pas différents, IL NE FAUT PAS FIXER, soit les considérer comme identiques !!! Nagarjuna ne tombe pas dans le piège du fixisme ! ou PIÈGE DE LA DUALITÉ BINAIRE OUI-NON.
Même chose que pour la fabrication du temps : vous les religions abrahamistes et votre « fin des temps », montrez-moi la « fin des temps », ou « montrez-moi l’extinction » (inmontrable par définition) ; rejoint le problème cause-effet, et les stances y afférentes.

Stance 25, 21 qui rejoint Jean Coulonval et le néant : « Qu’y a-t-il après l’arrêt final. Faut-il parler de fin, etc ? d’éternité, etc ? Les opinions sur ces questions présupposent l’idée d’un nirvana différent du samsara, d’une limite a postea, d’une limite ab ante [opinion créationniste d’un commencement ou « création du monde »] ».
Deux opinions qui concernent ce monde des accidents. Nagarjuna a dénoncé la trinité métaphysique suivante : commencement (Big Bang par exemple), fin (comme celle de l’abrahamisme et son DORG), et l’opinion d’un nirvana sorte de paradis-refuge au-delà du samsara ou monde des accidents.
Le kantisme voit le monde en finitude et infinitude comme les transhumanistes : dans l’HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui coule). Le bouddhisme voit le temps seulement et pas l’espace. Tandis que Kant ne voit que la limite temporelle (laquelle n’existe pas), soit le commencement, avec ensuite déploiement dans l’espace-temps. Nagarjuna examine les deux limites, commencement et fin. Bref, Kant réduit ce monde à une OPINION, donc LA RAISON OU MENTAL, les Bouddhistes montrent que ces polémiques font la partie de questionnement sans commencement ni fin.

Stances 25, 22-23 : « Dès lors que tous les facteurs de l’existence sont vides, quelle chose est sans fin, quelle chose a un fin, quelle chose est sans fin tout en ayant une fin, quelle chose n’a ni absence de fin ni fin ? »
« Quelle chose est telle et rien d’autre ? Quelle chose est différente ? Quelle chose est éternelle, quelle chose est non-éternelle ? Quelle chose est non-éternelle et éternelle ? Ou encore ni l’un ni l’autre ? »
Bref, L’OPINION D’IDENTITÉ N’EXISTE PAS, ce qui est la définition du FLÉAU ou STANCE DU MILIEU PAR EXCELLENCE.
Bref, impossible de penser le même sans penser du même coup son propre contraire, ou d’imaginer une identification qui passerait par l’actuelle culture du narcissisme d’un « ne pas être identique » (2) en quoi se résume paradoxalement et depuis 1789 la fameuse et désormais banale CARTE D’IDENTITÉ DU BIG DATAÏSME DU RÉGIME RÉPUBLICAIN qui n’assure de la personns que pour autant qu’elle la présente à un flic comme différente de tout autre, non identique à quelque autre personne que ce soit, garantissant ainsi son « identité » particulière, personnelle si chère à la diversité capitaliste par l’exhibition d’un CERTIFICAT GÉNÉRAL DE « NON-IDENTITÉ ». Ainsi l’identité du Réel ne peut JAMAIS se connaître directement mais par probabilisme (non fixation ET INVITATION À L’XATEMME OU RÊVE par la claire perception de ce qu’elle n’est pas, soit par questionnement permanent du QUI SUIS-JE ?).

Stance 25, 24 (comme les « 24 heures ») : « Béni est l’apaisement de tout geste de prise, l’apaisement de la prolifération des mots et des choses [les noms-les-formes]. Jamais un quelconque point de doctrine n’a été enseigné à quiconque par le Buddha ».
Comme le précise le Secret de la Fleur d’Or à propos de la Vacuité, qui ne doit pas être pensée, sinon c’est de la fixation sur la Vacuité et ce n’est alors plus de la Vacuité ! Ainsi il faut passer de l’opinion d’extinction à l’extinction de l’opinion, soit du désir de l’extinction à l’extinction de ce désir !
Vacuité exposée en cinq points par Candrakirti :
- Elle est notre nature originelle.
- Elle est repose de la pensée et du langage parlé.
- Elle est élimination des passions et des (re)naissances.
- Elle est extirpation et élimination des résidus inconscients.
- Elle est bien-sûr débarrassée des choses à connaître ou de l’objectivité à la mode. On est alors débarrassé de cette passion subtile : la carotte « connaître » ou POUR-VOIR.
Comme l’exprime un texte, LE NIRVANA EST UN NŒUD FORMÉ DANS L’ESPACE VIDE ET DÉNOUÉ PAR LE MÊME ESPACE (formant le INNÉ-IGNÉ). Anirvanam hi nirvanam loka-nathena de itam / Aka ena krto granthir akasenaiva mocitah //.

Mais alors, Bouddha ou le Christ-Jésus (ou le Maharshi) n’ont donné aucun enseignement ? Comment ce fait-il que les auditeurs du Bienheureux entendent un « discours » qu’Il ne prononce pas ?
Candrakirti citant l’Arya-tathagata guhya-sutra, et correspondant à l’entretien 107 où le Maharshi explique que les instructions spirituelles différent selon le tempérament des individus et leur maturité spirituelle. « Il n’est pas possible d’instruire en masse [j’ajouterais : comme le fait actuellement le big dataïsme du mondialisme capitaliste qui manipule en masse les masses] ». C’est-à-dire que chacun des auditeurs du Bienheureux, « écoute » en fonction de son samsara, soit de ses résidus inconscients, et projette ses réponses sur le silence du Bienheureux et croit entendre les vérités de sa bouche.
SILENCE : Si vous ne parlez pas, qu’aurons-nous à transmettre, demandent les disciples à leur maître. Celui-ci leur répond : le ciel parle t’il ?
« Celui qui sait ne parle pas, celui qui parle ne sait pas » (Tao-tö king, Verset 56 (11), trad. Liou Kia-hway).

[En référence à : Stances du milieu par excellence, de Nagarjuna, traduit du sanskrit, présenté et annoté par Guy Bugault]

À suivre…

Notes.
1. Tétralemme :
1 Une chose existe
2 Une chose n’existe pas
3 Une chose à la fois existe et n’existe pas
4 Une chose ni n’existe ni n’existe pas (c’est le « rien de rien » du ”Circulez ya plus rien à voir” ou le zéro à l’Occidental).
On nage encore dans le terrifiante dualité (le dilemme multi-millénaire) et l’aristotisme dit : ainsi, non-ainsi, ainsi et non-ainsi, ni ainsi ni non-ainsi.

2. À rapprocher de ce qui fait le plus peur aux humains : LE DANGER IMMÉDIAT, comme si le Seul Réel était le seul danger en ce monde. Dans le film de Don Siegel : The Body Snatchers, les E.T. ne détruisent pas les humains, mais procèdent de même que la civilisation à système capitaliste qui rend les humains ALIÉNÉS (privés d’eux-mêmes, privés de leur Soi ou Singularité, Origine, on pirate leur eux-mêmes) : les Body Snatchers ou « ego snatchers » deviennent autres : ils se transforment en jumeaux d’eux-mêmes, comme NARCISSE SE MIRANT DANS L’EAU ET AINSI ESTIMANT ÊTRE UN « HOMME AUGMENTÉ » ou amplifié. La chose augmentée ne peut que devenir autre chose, ne peut qu’être artificielle. La duplication ou augmentation du ‘je’ aboutit ou augmente en final sa néantification. D’où je soupçonne la « fin des temps » de l’abrahamisme d’être du pur nihilisme !
 
 

Dernière mise à jour : 03-11-2018 01:50

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >