Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Le Tiqoun juif En Marche LTJEM
Le Tiqoun juif En Marche LTJEM Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 08-12-2018 01:21

Pages vues : 1544    

Favoris : 197

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Amour, Anus, Artifice, Babel, Banques, Blanc, Capitalisme, Chimère, Christ, Désir, Dictature, Dieu, Dieux, Dualité, Eau, Ego, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Fléau, Forêt, Fractale, Gratuit, Guerre, Information, Instant, Jaune, Julien, Liberté, Lumière, Médecine, Mental, Messie, Mondialisme, Ouvrier, Païen, Pays, Paysan, Pierre, Ptah, Raison, Rien, Religions, République, Révolution, Sagesse, Saint, Science, Sécurité, Serpent, Sexe, Silence, Social, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Thermodynamique, Tiqoun, Univers, Vase, Vide, Volonté, Yokaï

 
macdo_tiqounpacher.jpg
 
 
Le Tiqoun juif En Marche LTJEM
ou La Chute En Marche
Qui dit Tiqoun dit chose cassée et à réparer,
comme la voiture qui a vieilli.
Tiqoun le réparateur juif.
Tiqoun la réalité augmentée :
elle est améliorée, réparée…
Tiqoun en vente dans toutes
les épiceries paschères.

Tiqoun = oublier (sens de perte de mémoire :
« C’est un oubli »), aussi sous opinion juive,
il n’est pas étonnant que le « devoir de mémoire »
fasse des ravages, et financiers, et en pensée unique.
Ainsi, fabriquer de la mémoire c’est donner à manger
à l’oubli, au Tiqoun, ou fabriquer en industriel des
nœuds à ses mouchoirs, ou plus pratique, produire des
mouchoirs à nœuds, ce qui sera tout confort en évitant
de sans arrêt y faire des nœuds en notre époque
de Big data ou de mémoire.
ÉTRANGE TOUT DE MÊME, certains poussent au
« devoir de mémoire » ET L’ÊTRE HUMAIN A OUBLIÉ SES
ORIGINES, A OUBLIÉ SES RACINES AUXQUELLES SON SOI
COLLABORE POURTANT ACTIVEMENT :
LE MOI EST ALIÉNÉ, IL NE CONNAÎT PLUS SON PROPRE AUTEUR,
MAIS UNIQUEMENT LES AUTRES, L'EXTÉRIEUR.
Ainsi il a besoin de la quincaille Tiqoun réparatrice en tous genres.
 
 
TIQOUN : POURQUOI NE-JE SUIS NÉ (ou nostalgiquement pourquoi je suis né dans le sens des cinq sens) ? POURQUOI JE SOUFFRE (du pouvoir d’achat et autres) ?
 
 
Tiqoun or not Tiqoun ?
Le sommeil est aussi réparateur que le Tiqoun.
Nombre de gens rêvent maintenant d’un « monde meilleur », mais DÉSORMAIS ce fait, ces rêveurs, ne sont plus ignorés par ceux qui, EUX AUSSI, rêvent d’un « monde meilleur » en le détruisant par ce qu’ils appellent « réformes ». Nous avions déjà donné par la « réforme » de 1789… de la démocratie…

Quelle imposture que ce « réel » diurne totalitaire comme son régime républicain, avec sa prétention abusive de « peuple élu » à monopoliser l’existence, notamment sous le nom de « laïcité », ou de « réalité ». Car il est évident que l’expérience du rêve faisant irruption à l’intérieur de ce que certains appellent « réel» pour le subvertir par effraction par diffusion corrosive de nature à rendre suspect la totalité des images ou conscience d’origine sensible, attendu que l’expérience du rêve apporte un terrible fatal démenti au caractère prétendument normatif, et « pour tous », de la conscience vigile ou veille : la perception nécessairement momentanée des noms-les-formes ou monde, QUI NE PEUT PRÉTENDRE EN AUCUN CAS à cet autre nom-la-forme que certains nomment « réalité », puisque cette pensée ou opinion peut aussi ressortir de l’imagination, étant donné que le rêve s’accompagne de formes écloses que l’on ne peut percevoir à l’état dit de « veille ».
Bref, ce que l’être humain appelle « perception » n’est finalement pas différent D’UNE ILLUSION PERMANENTE OU HALLUCINATION. L’ÊTRE HUMAIN EST UN HALLUCINÉ DEPUIS…


Si un jour vous rêvez que l’on vous pousse sous la Guillotine républicaine, vous prendrez conscience que vous n’avez pas été un « bon citoyen », ou un « bon républicain » (autrefois un bon chrétien). Comme cela, beaucoup se sont fait couper la tête, HORS DE LEUR RÊVE, DONT UN CERTAIN CAPET qui perd sa tête sous la Guillotine en plein hiver de janvier 1793.

Exemple de Chute tiqounique : Christophe Castaner dans un discours parle des gilets jaunes en les fabriquant en « compatriotes de tout poils », ce qui est sympathique, sauf qu’il voulait dire « complotistes… ». Tel est pris qui croyait prendre ! Tel est surtout un personnage totalement halluciné, totalement dépassé qui n’est pas en rapport ni avec sa fonction, donc ni avec le peuple ni avec les problèmes urgent du peuple.

Autre exemple de Tiqoun donné par Héraclite, Fragments, Kranz n°B.26 : « L’homme s’allume une lumière dans la nuit [période du rêve], étant mort pour lui-même, la vue éteinte ; vivant, il touche au mort, endormi, la vue éteinte ; éveillé, il touche au dormant ».

TIQOUN = RÉDEMPTION et principal Thème des religions adamistes ou abrahamistes. « Réaliser son Soi pour ”réaliser son tiqoun” ». Comme dirait ce bon Maréchal de France : « Plus un homme se perfectionne, plus il se rapproche de son être propre [sa Vraie Nature] ». Ainsi certains faisant dans le quantitatif et la pensée unique font dans la machine Israël faisant du Juif LE POSSESSEUR DE LA CLÉ DU TIQOUN DU MONDE, en d’autres mots/maux le faisant « peuple élu », celui qui se croit capable de PESER LE BIEN DU MAL par le moyen de l’accomplissement des commandements ou lois de la Torah (réf. Gershom Scholem, dans : Sabbataï Tsevi le messie mystique 1626-1676).
Ce peuple élu qui fait le pluie ou le climat, dans tous les sens du terme…. y compris politique… à travers son capitalisme, sa City de Londres et ses Rothschild…

Ainsi le Tiqoun est un acte spirituel qui s’inscrit au sein du cosmos, soit dans le mental. « Mais quand il sera achevé, cette perfection spirituelle cachée [ici et dans l’adamisme ou religions du Salut : PROJETÉE, donc avec invention du temps] se manifestera également à l’extérieur, puisque la réalité extérieur est toujours le symbole de la réalité intérieure », écrit justement G. Scholem. Ce qui renvoie directe à ce que par les malheureux cinq sens de l’humain tout peut s’observer ou se ressentir et ainsi en devenir SYMBOLE, et par là même ce SYMBOLE PEUT EN DEVENIR À SON TOUR OBSERVABLE (Tout est dans Tout, Tout est lié et délié…).

RAPPEL : les cabbalistes juifs considèrent que le « mal » n’est pas un produit de l’imagination, donc du mental, mais que c’est une « puissante réalité » (je cite Scholem). « Les cabalistes recherchèrent l’origine de cette force toute-puissante dans un drame caché, à l’échelle divine [donc ILS DIVISENT, ILS FONT DANS LA DUALITÉ BIEN-MAL, DIEU-DIEUX, ETC.], qu’ils en vinrent à décrire en termes fort réalistes. Selon eux, le mal résulterait d’une opération dont la dynamique provenait du sein profond de la Divinité [soit qui proviendrait directement du Soi, ou d'une singerie de Soi]. Cette conception était suffisamment audacieuse pour justifier tous les efforts qu’elle suscita afin de dissimuler ou du moins obscurcir ses aspects et implications les plus effrayants. En un sens, la doctrine cabaliste suggérait qu’il n’y avait eu, dans le processus divin [la cause], aucune ratée, aucun événements désastreux ou catastrophique, mais que ce qui était arrivé n’était que l’application, dans un fonctionnement organique [c’est moi qui souligne], de certaines lois établies et inhérentes à l’activité créatrice de Dieu », écrit Scholem, et ici il s'agit bien du Démiurge ; comme si cette cause ou création avait été parasité par « quelque chose ».

RÊVE/VEILLE (définition) : « Le veille est un état de vigilance, une connaissance du monde issu des organes sensoriels dirigés vers l’extérieur [émission] relatifs au objets communément perçus par tous [grégarisme, convention, renvoie au symbole pouvant se matérialiser cité plus haut], tandis que l’état de rêve est un ensemble de (re)présentations nées uniquement de la pensée et dont le domaine est spécifique à chacun [donc DU DOMAINE DE L’OPINION], du fait que les pensées dualisantes y prédominent » (réf. F. Chenet, vol.1, Psychogenèse et cosmogonie selon le Yoga-Vasistha).

Définition selon le Yoga Vasistha (YV IV, 19, 33) : « On nomme rêve l’état d’expérience dans lequel, en l’absence de toute stimulation provenant des orifices des sens physiques [les sens n’étant plus assaillis], la conscience, sujette à une excitation [de nature exclusivement interne], perçoit rapidement des objets à l’intérieur d’elle-même ».

Bien que le corps soit en retrait dans le rêve, ce corps est laissé à la garde du prâna ou énergie vitale, laissant le sujet assoupi percevoir et agir, dans une dimension plus subtile que celle de l’état de veille.

La « réalité » c’est comme la colle, ÇA COLLE COMME LES GRUMEAUX QUI FORMENT LES PHÉNOMÈNES OU NOMS-LES-FORMES, que de nos jours certains nomment DATA (sens de temporel puisque dans le mot data il y a date, datable, donc simplement une information, un truc qui colle [comme une étiquette]). Ces trucs qui collent qui vont interagir dans le rêve. Dans le rêve « le temps est transporté hors du temps vulgaire » [il devient un ”Temps philosophique”], temps de tout ce monde de grégarisme ou de trucs qui collent comme des grumeaux dans le PORRIDGE ANGLO-SAXON (le potage ou soupe en français), ce temps sera donc LA MÊME SOUPE POUR TOUS.
Dans l’état de rêve on est délivré de cette même soupe pour tous, ce porridge infecte qui colle fort : l’état de rêve n’a plus sa colle forte entre « rêve » et « veille » ; l’état de rêve n’obéit plus à la loi du grégaire qui colle la « réalité » sur n’importe quoi. Le propre du rêve est qu’il fonctionne sur l’infinitif (aucun ego, du moins très amoindri car suppression partielle du subjectif, aucun temps).

Mais alors, qu’est-ce que c’est être « aliéné » ? Car rêver ou halluciner, est-ce se priver de sa Vraie Nature, de son Soi ? À l’entretien 2 le Maharshi dit que dans l’état de veille le corps grossier perçoit les noms-les-formes eux aussi grossiers ; dans l’état de rêve le corps mental perçoit les créations mentales sous de multiples noms et formes ; dans le sommeil profond il n’y a plus d’ego ou identification au corps et donc pas de perceptions ; « de même, dans l’état transcendantal, l’identité avec le brahman [le Soi] met l’homme en harmonie avec toutes choses, et il n’y a rien qui soit séparé du Soi ».

À l’entretien 399, le Maharshi dit que aussi bien rêve que veilles, ils sont tous deux irréels. À l’entretien 617 le Maharshi dit que le Soi ou Réalité est différente de veille, rêve, sommeil profond. Mais dans le sommeil profond l’individu est encore uni au Soi. « L’individualité demeure donc à l’état potentiel dans cet état ».
L’expérience du sommeil profond est « Félicité de Brahman ». « Mais c’est seulement l’aspect négatif de cette Félicité [un genre de Tiqoun], puisqu’elle est fondée sur l’absence de pensée. De plus, elle est transitoire. Une telle félicité n’est que le reflet, une copie ou contrefaçon de la Félicité suprême. Elle n’est pas différente du sentiment de félicité provoqué par les plaisirs sensuels », dit le Maharshi.

En Inde l’état de rêve est autant une réalité que la veille que l’Occidental appelle « réalité ». La pensée indienne a heureusement échappé à la dualité subectivité-objectivité ! Ça aussi ça compte sur la manière de vivre sur cette planète et de ne pas se faire avoir par les autres, mais ÊTRE.

Tout est dans Tout : la Transparence à soi-même du rêve, où le sujet intérieur à son propre songe (« J’étais dans mon rêve, il ne pouvait être que dans ma tête », ce qui pour un Occidental pourrait paraître pour une hallucination grave où le sujet est autant trompé qu’il se faire avoir par lui-même », ce que Paracelse mettait en garde contre une imagination, donc une Chimère mal contrôlée, c’est-à-dire qui avait un manque à être TENUE EN LAISSE PAR L’INSTANT. Comme un chien il ne faut JAMAIS laisser la Chimère gambader sans la tenir en laisse… Regardez ce qui est arrivé à LUCIFER…
Le mot/maux OPINION est très bien résumé par ce simple mot en latin et reflète totalement notre époque de « liberté d’expression » qui fait tant de ravage depuis sa montée sur le trône : FALLOR (Je pense que). Fallor renvoie aussi à la Chimère. Fallor est aussi un gouffre sans fond (un autre gouffre sans fond…).
Quand on ne tient pas la Chimère en laisse, ou quand on ne la pointe pas dans l’Instant, le mot « objectivité » n’existe pas.
Il y a deux variations de la Chimère :
- Percevoir en rêve des objets sous package « objectivité intra-mentale »,
- Percevoir en rêve des objets par imagination, donc par chimère que l’on prend pour objectivité de son expérience vécu, tant le caractère de la dualité sujet-objet se révèle « réalité » autant que dans le première Chimère, mais ici ça tient de l’hallucination débridée de la soi-disant volonté (le gouffre s'agrandie).

L’être humain adore les fictions, surtout depuis Hollywood, la tétévision, le tétéphone portable, et le tout connecté de cette période des images sous domination « électricité ». C’est son expérience de ce qu’il appelle « veille » mais qui depuis longtemps est devenue hallucination (voir à l’extérieur de chez soi le nombre de personnes « tétants » leur écran). De nos jours le monde diurne ou nocturne n’a plus aucune différence : les deux sont ÉCLAIRÉS de façon permanente 24 heures sur 24 et toute l’année. LES DEUX ÉTATS DEVIENNENT AUSSI VIRTUELS L’UN QUE L’AUTRE : l’expérience de la veille peut se voir contredite par l’état de rêve, et vice-versa.
ALORS, D’OÙ VIENT QU’IL EXISTE DEUX UNIVERS QUE BEAUCOUP TIENNENT ALTERNATIVEMENT POUR RÉEL ? COMME CERTAINS DISENT QU’IL N’Y A QU’UN SEUL DIEU, ET D’AUTRES QUI DISENT QU’IL Y EN A PLUSIEURS ?
SI LA VIE EST UN SONGE, CE SONGE PEUT SE MATÉRIALISER (voir plus haut ce que le symbole peut devenir).
Calderon, 1635, a écrit : « La vie est un songe », quasiment l’année de L’Illusion comique, de Corneille, 1636, thème familier au théâtre baroque dans lequel triomphe la possible confusion entre veille et rêve. Mais cette confusion est universelle et atemporel, car comment pouvez-vous être certain que votre vie n’est pas un rêve permanent, et que tout ce que vous pensez apprendre par vos propres cinq sens n’est pas faux : « Ah, je me suis coupé le pouce, le sang coule, ça doit être réel », mais quelle différence si je me coupe le pouce dans un rêve ? Ce qui peut être prémonitoire et fera que dans plusieurs jours je me couperai le pouce « réellement ». Mais même cela n’est pas une preuve !


Tiqoun or not Tiqoun ? L’humain pense, alors tragiquement il devient ! S’il pense, il façonne, et la boîte de Pandore est ouverte en grand. Elle laisse notamment échapper DEUX DIEUX :
- Le Démiurge ou le GADLU judéo-maçonnique spéculum (Grand Architecte De L’Univers), le Créateur, celui que les Gnostiques détestent.
- Le Soi, ce qu’un Pierre Hillard en bon catholique coincé et moralisateur appelle « naturalisme » (”le rejet du surnaturel”, dit P. Hillard), ce « naturalisme » que les Hébreux appelaient en leur temps « les Prostitués », soit la spiritualité cosmique des PAÏENS et de la fertilité SUR LAQUELLE NE PEUT QUE REPOSER LA RELIGION DE PIERRE HILLARD. S’il n’aime pas les Païens, il procède comme les Hébreux persécutants ces mêmes Païens, ET À LEUR SUITE CES MÊMES PERSÉCUTEURS CHRÉTIENS DE L’ÉGLISE DE ROME. (Sujet déjà traité ici dans nombre de pages). Non Monsieur Hillard, contrairement à ce que dit le dictionnaire Le Robert, le « naturalisme » ce n’est pas l’absence d’irrationnel, etc…. Nature veut dire PAN, le TOUT, je ne peux que renvoyer au début de la page Maharshi 264.

Pour Pierre Hillard :
Il n’y a pas de RELIGION supérieure à la VÉRITÉ (qui Elle-même EST et Sans Pourquoi, Elle n’a pas besoin de soutiens nécessairement polémiques ou d’avoir des défenseurs).
Pierre Hillard n’a pas compris que derrière le conditionné, et il est un conditionné par son Dieu, il y a le non-conditionné. Derrière l’Être (même celui issu de la Providence de Mr. Hillard) il y a le Non-Être. Derrière l’Action il y a la Non-Action (qui est toujours de l’Actions par la nature des choses). Derrière le Moi est le Non-Moi. « Je ne suis pas ‘Je’ », sinon je deviens une croyance monothéiste comme Mr. Hillard, ce qui fait que « Je suis Je » (Je suis CE JE SUIS). Mr. Hillard, transformez ‘Je’ en ‘Non-Je’, et alors ‘Non-Je’ deviendra ‘Je’, Celui du Soi ou Dieu, le ‘Je’ absolu : ‘Je’ suis seulement ‘Je’ parce que ‘Je’ suis Dieu ou Singularité, c’est-à-dire dans ma Vraie Nature, c’est-à-dire dans Mon Principe Absolu, ou Signature authentique comme l’exprimait Jacob Boehme. (J’entend déjà hurler « Au Paganisme » Mr. Hillard, bien que je puisse aussi me tromper. Jean Coulonval très chrétien disait pourtant la même chose que Boehme quant il parlait de l’Ainsité, ou Être (l’opposé d’Avoir qui fait si fureur en notre temps) :
 
« Il m’arrive encore de désirer le retour au Néant, l’anéantissement du ‘Je’. Mais, écrivant cela, je m’aperçois que c’est impossible. Retour au Néant ? Mais on ne peut retourner « à quelque chose » qui, par définition, ne peut être le Néant, le Rien. L’anéantissement du ‘Je’ ? Mais ce ‘Je’ est la fine pointe de mon âme, par laquelle je suis une « personne », selon la définition qu’en donne Olivier Clément, par laquelle je touche Dieu, je suis Dieu. Pouvoir tuer mon ‘Je’, ce serait pouvoir tuer Dieu. Idiot, stupide ! Le fleuve qui va à la mer ne peut supprimer sa source ».

Monsieur Hillard : Nous n’agissons pas, nous ne vivons pas, NOUS SOMMES AGIS, NOUS SOMMES VÉCUS, PARCE QUE NOUS SOMMES CONDITIONNÉS DÈS LA NAISSANCE.
Même celui qui croit agir par les nombres comme le pythagorisme est le même soumis à la Matière, parce que comme son corps IL NE CONNAÎT PAS SA VRAIE NATURE : LES NOMBRES CHERS AU JUDAÏSME TRAVAILLEURS DU CHAPEAU SONT ÉGALEMENT LA CHIMÈRE AU GOUFFRE SANS FOND (voir notamment le nombre 3,14).
« Le monde est une production de la pensée ; manœuvré par la pensée ; toute chose obéit à cette chose appelée pensée ». Évidemment cette « pensée » n’est nullement une quelconque « cause première » ou principe originel…


POUR LES GILETS JAUNE DE COULEUR.

Lorsque l’ego est transcendé, toutes les manifestations de l’orgueil, du désir, de la haine et de la violence, du mensonge ou de ce que vous voulez DISPARAÎTRONT NATURELLEMENT. C’EST POUR CETTE RAISON QU’IL N’Y AURA PLUS BESOIN D’AUTORITÉ OU DISCIPLINE : DISPARITION NATURELLE DE L’ÉTAT ET DE CE QUI VA AVEC : GOUVERNEMENT, TRINITÉ ARMÉE-POLICE-JUSTICE, SYSTÈME FINANCIER ET ÉCONOMIQUE ARTIFICIELS VOLEUR ET SOURCE DE GUERRES.

UNE MALADIE NE PEUT PAS ÊTRE GUÉRIT EN SOIGNANT LES EFFETS, IL FAUT SOIGNER LA CAUSE. On ne met pas un pansement sur une prothèse en acier pour lui soulager son angoisse, ou son engourdissement ! Évidemment vouloir une démocratie directe c’est déjà une goutte d’eau dans l’Océan. La suite devrait s’enchaîner naturellement. En fait en France, il n’y a jamais eu de révolution, juste un coup d’État sanglant en 1789. De plus, tout est cyclique et impermanent ici-bas.

J’ai rêvé de la Pierre Philosophale ; et comme énoncé plus haut à propos de symbole, c’est bien que cette Pierre est une authentique Réalité, même à l’état nanométrique…
J’ai imaginé de l’Eau en poudre, même si cela paraît idiot, c’est bien qu’un jour cette poudre devenant Eau potable existera et que ce sera vraiment tout confort en cas de sécheresse !…

Shakespeare disait : « Les choses sont faites du même tissu que les rêves ». Ce TISSU ou SPATIO-TEMPOREL, ce devoir de mémoire, ce PORRIDGE BIG DATA QUI INTERFÈRE, QUI COLLE, QUI ENTRAVE, QUI CASSE LE VASE OU LA PIERRE. TISSER C’EST CONSTRUIRE OU PRODUIRE LE FAIRE/FER QUI ENTRAVE COMME LE TISSU DE LA CAMISOLE DE FORCE.  MÉMORISER (met i à mort) condense le Salut ou Rédemption, le Tiqoun à la place du Soi ou Ici et maintenant. Le Big Data mémorise (met I à mort, donc met l’Axe ou cosmique à mort…).
TIQOUN = ÉLABORATION, TRAVAIL DU CHAPEAU POUR EN AUGMENTER LA LOURDEUR (de ce tissu) et après ça il y en a qui veulent s’envoyer en l’R, parce qu’ils s’installent dans l’objet-objectivité qu’ils prennent pour le Sujet en oubliant leur Vraie Nature, le ‘Je’. Cela va tisser immanquablement un tissu d’une lourdeur incroyable, qui va nécessiter tant d’énergie qui coûte si chère aux Terriens…


 
SE PASSER DE TIQOUN OU ÉCHAPPER À LA « CIVILISATIONITE ».
 
 
 

Dernière mise à jour : 08-12-2018 01:57

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >