Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Macron et le voyage dans le temps
Macron et le voyage dans le temps Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 14-12-2018 00:33

Pages vues : 844    

Favoris : 128

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Banques, Capitalisme, Catastrophe, Chan, Chimère, Christ, Circoncision, Confort, Corps, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Gratuit, Humain, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Japon, Jardin, Juif, Klan, Langage, Liberté, Lucifer, Maux, Méditation, Mental, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Orient, Panique, Paradis, Phallus, Pierre, Porte, Puce, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Simple, Social, Soi, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Violet, washingtonisme, Yokaï

 
nsa_phenix_temps.png
 
 
Macron et le voyage dans le temps
Quel rapport ou analogie, pourrez-vous me dire ?

Il y en a un, qui résume à lui seul
CE QU’EST L’UNIVERS, cette opinion du mental.
TOUT EST LIÉ (et délié) MACRON EST AUSSI
DANS NOTRE TÊTE.
TOUT EST DANS TOUT (fractal)

Voyage « dans le temps » ou FLÉAU (qui supprime
le temps, SUPPRIME SURTOUT LA CAUSE,
c’est pour ça qu’Il est appelé Fléau,
comme le Fléau qui bat le blé (et aussi l’argent
le mot ”Blé” voulant dire argent en Art-Got).
Celui qui « bat l’argent » est un faiseur d’Or
et naturellement un criminel, LE CRIMINEL où à
côté Alexandre le Grand ou Pol Pot sont des Saints !

Avec le Fléau s’en ai finis de l’espace-temps.
Et ce monde fait tout le contraire : IL
SPEED EN CROISSANCE SANS ARRÊT.
Ce monde étant obsédé par les calculs et donc les
positions (invention de la carte d’identité qui va
fourbir par la suite le big dataïsme informatique,
le GPS etc.), ne jure que par l’extérieur en
oubliant totalement son intérieur, alors qu’une
grande partie de la vie est DANS la Terre
plutôt que sur elle, alors il parle de
« vitesse de la lumière » et en fait
un dogme, comme sa république « universelle »,
qu’il va appeler « constante universelle »
(c’est l’opinion en forme de dogme qui le dit…),
de se faite la géométrie de la ligne droite
allait avoir le vent en poupe, ET EXIT LE CYCLE,
LA COURBE, L’ÉTERNEL RETOUR ou SPHÈRE.

FLÉAU : quelle catastrophe ! quel gravitationnel !
On ne peut plus employer les « milliards d’années »
pour dire que la lumière est partie de A pour
arriver à B au bout de X milliards d’années !!!
Quel gravitationnel ! Albert Einstein n’existe plus !
Quel gravitationnel ! la partie immergée de
l’icederberg, cette montagne du capitalo-républicanisme
comportant le macronisme-rothschild n’existe plus,
y compris la plus grosse partie cachée (dans le
Bilderberg et autres Berg…).

Quel gravitationnel ! le nomadisme de l’argent
N’EXISTE PLUS : LES JUIFS NOMADES ET LEUR ARGENT
N’EXISTENT PLUS !!! L’IDÉATION NOMADE ET ATTALIESQUE
DU PRINCIPE DU MENTAL N’EXISTE PLUS.
C’EST VRAIMENT UN FLÉAU ! UNE GRAVITATION (grave invitation !)
 
 
 
L’usure du temps, des Talmudistes et des transhumanistes (ça va ensemble : « Ils réparent tous » genre Tiqoun, à y intégrer les rédemptionnistes).
 
 
Pas d’espace-temps, pas de gravité.
« Pourquoi pensez-vous que vous êtes actif ? Prenez l’exemple concret de votre arrivée ici. Vous avez quitté votre maison dans une charrette, pris le train, êtes descendu à la gare, remonté dans une charrette et vous vous êtes retrouvé dans cet ashram. Quand on vous a demandé ce que vous avez fait, vous avez dit que vous avez voyagé depuis votre ville jusqu’ici, n’est-ce pas ? Le fait n’est-il pas plutôt que vous n’avez jamais bougé et que ce sont les divers moyens de locomotion qui vous ont transporté tout au long de votre route [moyens de locomotions ou ”atomes”] ? De même que vous confondez ces mouvements avec les vôtres, vous faites ainsi pour les autres activités. Mais ce ne sont pas les vôtres. Ce sont les activités de Dieu ». (Ramana Maharshi, entretien 78)

« Où allez-vous ? Vous n’allez nulle part. À supposer même que vous soyez le corps, votre corps est-il venu de Lucknow à Tiruvannâmalai ? Vous étiez simplement assise dans la voiture ou autre moyen de locomotion qui a bougé ; pour finir, vous dites que c’est vous qui êtes venue ici. Le fait est que vous n’êtes pas le corps. Le Soi ne bouge pas. Le monde bouge en lui. Vous êtes seulement ce que vous êtes. Il n’y a pas de changement en vous. Par conséquence, même après un soi-disant départ d’ici, vous êtes ici, là-bas et partout. Ce ne sont que les scènes qui changent.
Quant à la Grâce, elle est en vous. Si elle était extérieurs, elle n’aurait aucune valeur. La Grâce est le Soi. Vous n’êtes jamais hors de son activité. La Grâce est toujours présente ». (Ramana Maharshi, entretien 251).

Ainsi, le problème c’est le corps, la matière ou espace-temps, donc l’ego. Dans l’entretien 78, le Maharshi parle indirectement, ou de façon cachée du « voyage dans le temps », et ça revient sans fin au cours des entretiens annotés de 1935 à avril 1939 :
- Question : Quel raisonnement [donc nomadisme du mental] me conduira vers le vide du mental et le travail ne progressera pas [temporalité].
- Maharshi : Remontez jusqu’à ce vide et vous m’en parlerez ensuite. […] Si la Source est trouvée, le doute disparaîtra [il n’y aura plus de nomadisme dans l’espace-temps du mental et donc dans la matière] ».

Avez-vous remarqué que les animaux « ne parlent pas d’espace-temps ni de voyage ». Remarquez j’écris cela, mais je ne crois pas être un animal, du moins avec quatre pattes, des longs poils partout… Les animaux semblent respecter leurs propres lois naturelles et instinctives, quoi que, pas uniquement… en dépit de leur milieu et des changements (de climat, et surtout à cause des autres animaux que sont les humains au mental atrophié), alors que l’humain et son mental-calcul transgresse sans arrêt la loi sociale de son espèce et par son opinion il n’est lié à aucun système défini parce qu’il en invente tout le temps. À ce stade, je dis que LES ÊTRES HUMAINS SONT PIRES QUE DES ANIMAUX, PIRES QU’UNE SIMPLE ARAIGNÉE (et j’en ai écrasé plus d’une… uniquement par INCONFORT, CE CONFORT QUI RUINE LE MONDE. CETTE FAUSSE ABONDANCE-CROISSANCE QUI RUINE LE MONDE).
Dans l’entretien ci-dessus le Maharshi dit bien : « Il n’y a pas de changement en vous », quand la personne croit quelle a « voyagé » pour aller voir le Maharshi.

ESPACE-TEMPS = CROISSANCE, PROGRÈS, ABONDANCE, UTILITARISME QUI DÉBOUCHE SUR L’EXTINCTION.
Jadis les disciples ou chercheurs venaient vers le sage pour écouter son Silence tellement éloquent, et en permanence. Un authentique maître de sagesse ne peut qu’enseigner par le Silence.
De nos jours, il faut beaucoup d’espace-temps pour trouver un tel maître du Silence, ce qui signifie que notre monde sombre de plus en plus dans l’IGNORANCE ET LA DIVERSITÉ DE SUPERMARCHÉ, paradoxe de cette civilisation bétonnée au tout connecté. Mais, ce pourquoi vous êtes venu dans ce monde n’est pas dû au hasard de votre naissance, car ce pourquoi vous êtes venu au monde est aussi ce qui ne peut qu’avoir crée le monde, une cause créatrice qui ne peut qu’AUSSI PRENDRE SOIN DE VOUS (je fais référence à l’entretien 20)


LE FLÉAU C’EST AUSSI LE SILENCE. Un Fléau parce que ce monde est dirigé-digéré par l’opinion maintenant en tout connecté par informe-atique. De plus, le Silence est un Fléau absolu pour toute personnalité s’occupant (mal) de politique, ces gens qui fabriquent des mensonges de secondes en secondes selon le principe de leur démocratie qui bouffe des conflits d’intérêts comme alimentation vitale ; une alimentation nécessaire pour soigner sa frustration permanente à cause de ses propres limites.

SILENCE : LE MENTAL PUR, DONC LIBÉRÉ. L’être humain s’éveillant dit bien : « J’ai dormi comme un Bienheureux », ou « Je n’ai plus pensé à rien ».

MAIS LES ÊTRES HUMAINS ATTEINT DE CIVILISATIONITE AIGÜE, VOUS N’AVEZ PAS COMPRIS QUE LE GÉNIE ET LA VRAIE LIBERTÉ RÉSIDE DANS LE SOMMEIL…PROFOND : RÊVER C’EST ENCORE TOMBER DANS LE FAIRE/FER. DANS LE SOMMEIL PROFOND ON EST EN STARGATE PERMANENTE… C’est là que se situe le « Tout est possible, mais Tout n’est pas permis » de Roger Bacon

Je vais vous dire ce qu’est le Fléau : LE COUR, LE RECUL PAR RAPPORT À, QUI VA ENGENDRER L’ÉNERGIE LIBRE, ce que certains appellent parapsychologie (phénomènes « extérieurs » venant du mental), et d’autres « pouvoirs siddhis » (1)
RECUL ou COUR : le Fléau constate ou certifie l’équilibre des deux plateaux de la Balance. Le Fléau « balance » en quelque sorte : en Art-Got il balance ou dit la vérité. 
Le RECUL ou COUR est parfaitement résumé par le Yoga Vasistha : « L’apparence de ce monde est une confusion ; de même que le bleu du ciel est une illusion d’optique. Mieux vaut ne pas s’y intéresser et l’ignorer » (YV 1, 3).
Idem pour l’ANALOGIE : prendre du recul avec le raisonnement par anologie tant elle est source d’innombrables méprises. L’analogie est un rapport entre des êtres ou des opinions essentiellement différentes mais semblables seulement sous un certain aspect : « la colère de Dieu », par exemple, n’a qu’un rapport d’analogie avec la colère de l’humain.


LE COUR : comment marier Individualisme et Collectivisme ? Question toujours non résolu depuis des millénaires.
HISTOIRE TRANSCENDANTE DU MOI.


Le « Je suis CE JE SUIS » n’est rien d’autre que l’expression même de la venue à soi-Soi, et cette venue à soi-Soi qui s’exprime dans le « Je suis » présuppose alors, un recul, comme un passé ou extériorité : UNE DISTANCE OU RECULE du soi au Soi, ce soi qui auparavant était en dehors du Soi, parce qu’il se prenait pour un corps mortel. En effet, cela seul peut venir à soi, ce qui était auparavant EN DEHORS de Soi car tourné constamment vers des solicitations extérieures.
Pourquoi le Moi originel sort-il hors de lui-même ? Ce Moi originel ou Soi resté en deçà de la conscience ou lumière de la conscience conceptualisante, N’EST PAS ENCORE, POUR CETTE RAISON MÊME, LE MOI INDIVIDUEL OU EGO ; mais naturellement, le Soi dans sa venue au soi devient ego ou individu, un indivisé ou « unité », IL DEVIENT UN REFLET, UNE COPIE, DONC UN « DIVIDU » OU UN SOCIAL AFIN DE RECOUVRIR OU IGNORER SA SINGULARITÉ ! L’EGO NE PEUT QU’ÊTRE RELATIF, DONC DUEL DANS LE SUJET FACE À L’OBJET ET DONC FACE AU TEMPS. L’ego a perdu son chemin.

Quand le Moi devient individuel ou ego et qu’il a perdu son Moi ou Soi, la Lumière de l’Essence, il ne peut que s’agir pour TOUS LES HUMAINS, TOUTES LES FORMES DE VIE, DONC DE L’UNIVERS, QUE D’UN SEUL ET MÊME MOI, L’INSTANT OU ICI ET MAINTENANT. Cet Instant qui ne devient pour chacun son moi ou ego À PARTIR DE SA NAISSANCE DEPUIS LE VENTRE DE SA MÈRE (ou possiblement dans un futur transhumanisté dans une éprouvette) MAIS ALORS C’EST EN LUI QUE REVIENT LA POSSESSION NATURELLE DU SOI OU INSTANT, LE ICI ET MAINTENANT QU’IL RISQUE DE PERDRE POUR LE RESTANT DE SA VIE CORPORELLE S’IL SE PREND POUR UN CORPS.
Ainsi le Soi une fois devenu le « Je suis » par où commence sa vie de « consommateur » (la diversité, l’individualisme, le narcissisme), le moi devenu ego NE PEUT QUE PERDRE LA MÉMOIRE OU LA SOURCE DE CE QUI L’A AMENÉ JUSQUE LÀ. Car, puisque l’aboutissement de tout ce chemin se nomme conscience ou lumière de la conscience (en Taoïcité), cette lumière amplifiée par le mot « raison » au 18è siècle EST DEVENUE INCONSCIENTE SANS S’EN RENDRE COMPTE ! (par grégarisme certains pouvoirs l’ont aidé).
Ainsi le moi individuel en sa lumière ne trouve plus « en chemin » que des ruines, des pollutions, et non le chemin lui-même ; il ne trouve plus la Lumière de l’Essence (en Taoïcité).

Re-trouver la Lumière de l’Essence s’appelle en Taoïcité : Le Secret de la Fleur d’Or (SOIT LE RETOURNEMENT DE LA LUMIÈRE) ; et en Occident ça s’appelle SCIENCE.
RETOURNER LA LUMIÈRE ET Y RESTER (AU CENTRUM CENTRI) : c’est ce qu’on appelle LE MENTAL PUR. Le Secret de la Fleur d’Or dit que quand on utilise ce Retournement, on a l’impression d’un non-être dans l’Être. « Mais une fois le travail achevé [donc la Science achevée], quand on a un corps au-delà du corps [au-delà de l’ego et du mental], on a l’impression d’un Être dans le non-être [ce état de zombi de l’humain moderne] ». La Lumière étant l’Univers même DANS le mental : « Voilà pourquoi si l’on retourne la Lumière, le monde entier se retourne également [et il ne s’en rend même pas compte…] ».


LE FLÉAU : quand il n’y aura plus de distinction entre la dualité veille-sommeil, ce qui sera un Fléau pour le capitalisme et son salariat productiviste ! Oui, parce que l’état de veille appelé « réalité » n’est qu’un rêve qui maintenant, à cause de l’Or métal (le Fric/Flic), tourne au cauchemar. Il faut être atteint de civilisationite aigüe pour croire que la veille c’est la réalité, car des communautés d’Aborigènes d’Australie, ou la tribu des Sénois de Malaisie ne voient pas de frontières entre les états de rêve et de veille, tout du moins les frontières sont très poreuses par rapport au binaire jour-nuit de la civilisationite aigüe.


Comme dit le Yoga Vasistha (YV VIb, 167, 18) : « En réalité, il n’y a ni état de veille, ni état de rêve, ni état de sommeil profond, ni quatrième état (turiya), ni état au-delà, car tout est le firmament vide [la Conscience infinie] apaisée ». L’être humain « moderne » étant si utilitariste et si salarié est totalement prisonnier de cette dualité veille-sommeil ; ALORS QUE LES ÉTATS DE VEILLE, DE RÊVE ET DE SOMMEIL PROFOND NE FONT QU’UN : ils s’interpénètrent en circumincession les uns les autres (un sre ba, comme diront les Tibétains), si bien qu’ils sont quasiment identiques les uns des autres ; alors que pour la pensée unique surtout de l’Occidental, l’alternative veille-sommeil est si attachée, qu’elle exclut tout passage d’un terme à l’autre.


EMMANUEL MACRON LA PARTIE IMMERGÉE DE L’ICEDERBERG.

Il n’y a pas de degré dans la Vérité, elle EST, ou n’est pas. Par contre en régime capitalo-républicain il y unité et diversité, soit des degrés de diversité à l’infini façon commerciale dans ce qui n’est qu’illusion et faux-semblant.

Depuis 1789 et la victoire du matériel sur le spirituel, qui va amplifier la laïcité, les Citoyens bétonisés se disent maintenant : « Il y a un truc ! », « Macron nous escroque », « On nous cache tout », ils opinionnent depuis. LE TOUR DE MAGIE DE L’ÉGLISE DE ROME ET DU ROI NE PASSE PLUS. Mais il n’est pas vrai que le tour de Magie n’opère plus après 1789, et qu’il aurait perdu irrémédiablement TOUT POUVOIR DE FASCINATION ou de CRÉDIT-CRÉDO-CROYANCE, DÈS LORS QUE LE CITOYEN BÉTONISÉ QUI EN CONNAÎT MAINTENANT PAR SA « CULTURE » LE MODUS OPERANDI PEUT EN ANTICIPER À LOISIR LA SURPRISE.
La Nouvelle Magie qui hypnotise les masses se nomme « Pouvoir d’Achat », ou « emploi », donc utilitarisme du ventre et du bas-ventre, soit le principe judaïque.

MAIS, COMMENT OPÈRE LE MAGICIEN, DONC COMMENT OPÈRENT CEUX QUI TIENNENT LE MONDE ENTRE LEURS MAINS (LA CITY DE LONDRES ET LES ROTHSCHILD) ?
LE MAGICIEN NE S’ENTOURE D’ILLUSIONS, DE CRÉDIT-CRÉDO-CROYANCE, QU’AUX YEUX D’AUTRUI, LES PEUPLES, ET NON À SES PROPRES YEUX. AINSI IL N’EST AUTRE QUE COMME DIEU ! ALORS IL N’EST POINT ÉTONNANT QUE LE PEUPLE ÉLU SE DÉCLARE « ÉLU » ET VEUILLE « RENDRE SERVICE » AUX AUTRES, SOIT LES PROGRAMMER À COUPS DE TOURS DE MAGIE OU DE CRÉDIT-CRÉDO-CROYANCE. Ils prêtent à usure aux illusionnés mais ne se prête pas à usure entre « Dieux »…
TALMUDISTE = DIEU.
C’est-à-dire que n’est absolument pas résolu le passage du Moi-Collectif ou Tribal, où c’était le Magicien qui détenait le pouvoir et qu’ainsi IL N’Y AVAIT PAS DE VICTOIRE INDIVIDUELLE SUR LA MORT ; vers le passage au Moi-Individuel, différencié du groupe, censé ne pas subir le grégarisme, et censé être capable d’assumer son autonomie face au groupe, ce que dans le Moi-Collectif cette autonomie était jusque là assurée par la chefferie, les sorciers ou magiciens, les prêtres.

Les nouveaux prêtres-sorciers-magiciens ce sont les TALMUDISTES programmeurs du Moi-Individuel des masses (la diversité qui rapporte à l’unité capitaliste). Les masses programmées croient qu’elles ont enfin la fameuse « liberté d’expression », alors qu’en réalité ceux qui la possède sont leurs programmeurs. Les Masses qui se croit en Moi-Individuel se croient autonomes par leur « culture » : « Le fait d’accéder à la connaissance du connaissable », À SAVOIR L’AUTHENTIQUE SERVITUDE, alors que ce sont les Magiciens qui programment tout cela ; de cette manière l’apparence n’est pas simplement une fausse illusion ou faux apparaître, mais elle est devenue la malignité d’une illusion qui enchaîne, QUI CONNECTE PAR INFORMATIQUE où se trouve prisonnier le désir de vivre, d’être libre, de pouvoir réellement se retrouver dans ses pensées.

Si pour nombre d’humains le monde apparaît comme une illusion de Magicien, d’où alors vient l’adhésion massive ou la convention-contrat au packaging « effet du réel » que suscite le monde-spectre-spectacle actuel ? Et : le problème de QU’EST-CE QUE CE MONDE ? se pose-t-il sur la dimension de l’Être, ou bien sur celui de la connaissance ? Et dans ce dernier questionnement, qu’est-ce qui se manifeste alors ? (quel pour-voir ?).

Comment naît le mental ? Vasistha dans YV V, 82, 47 explique que ce qui fait apparaître le mental est aussi illusoire que la liane que fait surgir le Magicien et sa magie [ce qui peut alors expliquer le pouvoir Siddhi (1) ], et que c’est la Conscience ou Soi qui est projeté (qui revient comme UN REFLET) et qui devient « le monde ».

LE MAGICIEN TALMUDISTE EST UN MAÎTRE EN COUR, EN RECULE. ÉVIDEMMENT IL Y A LE DANGER DE SE PRENDRE LES PIEDS DANS LE TAPIS… S’IL ABUSE DU POUVOIR ET EN EST CONTAMINÉ. TOUT POUVOIR PAR ESSENCE NE PEUT QUE PIÉGER FINALEMENT SON POSSESSEUR (1). Chez l’être humain il n’y a pas plus eyes candy que le pouvoir, le Crédit-Crédo-Croyance, à cause de son ego ou mental.

Le Magicien talmudiste en tant « qu’élu » doit savoir que cet Univers n’existe pas : il n’y a pas d’entité appelée « monde », ce dernier n’étant qu’une invention HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui coule), car CE MONDE N’EST QU’UNE SÉQUENCE DE LA COPRODUCTION CONDITIONNÉE, ET EN MÊME TEMPS NUISIBLE, DESTRUCTEUR, PARCE QU’IL PRATIQUE À FOND L’HOTC.
Ce monde étant une coproduction, donc l’invention de Dieu et Dieux qui produisent l’humain et diverses choses de la Nature, et inversement l’humain fabriquant ces entités, vouloir rechercher une cause première à des productions de fabrication utilitariste, donc résultant d’une somme de causes et de conditions, un Big de Big dataïsme genre qui aimante la juiverie maçonnique : LE SYNDROME ARMAND BÉDARRIDE ou POUR-VOIR (le voyeur) : La vérité est contenue dans un ensemble de vérités collées les unes aux autres et qui de ce fait en devient observable (pour devenir un Big Dataïsme) ; ce que Bédarride appelle : « la Parole Perdue » (entendre la Chute façon Bible). Selon Bédarride la « perte » à retrouver se situerait dans : la Bible, le Livre des Morts de l’ancienne Égypte, Le Yi King, etc., Les Védas et les Upanishads etc. en Inde, le Coran chez les Mahométans, le Zed Avesta en Perse, l’Eddas en Scandinavie. Soit un polyèdre dont chaque croyance qui préside à chaque civilisation n’a qu’un côté et en vit. Mais Bédarride voudrait pour-voir reconstituer et voir simultanément toutes les faces du polyèdre et que ce serait là la Vérité, donc celle du voyeur, celle DE L’UTILITAIRE À LA YAHVISTE. La judéo-maçonnerie n’est qu’utilitaire. Le 33è degré judéo-maçonnique Leadbeater écrit page 115 dans son livre : Rites Mystiques Antiques - Une brève histoire de la Franc-Maçonnerie : « La tradition attend avec impatience l’ère future où les conditions seront réunies pour rétablir l’authentique méthode de prononciation [de cette parole perdue], l’homme rejoignant ainsi Dieu dont il est issu, et pouvant prononcer le Mot dans toute sa puissance pour commander aux forces latentes dans sa propre divinité ». Incroyable preuve de L’UTILITARISME DOUBLÉ DE POUR-VOIR DE CETTE JUDÉO-MAÇONNERIE TORDUE). Et qu’est-ce que ce judéo-maçon en sait ? Il ne peut dire Cela que quand il est un Libéré vivant, pas avant !

Ya un problème. Nous sommes sortis de l’Eau. C’est malin !!!



Note.
1. Les facultés surnaturelles du mental : en Inde elles se nomment pouvoirs Siddhis, et elles sont « huit siddhis » attribués au Seigneur Shiva que l’ascète est censé pouvoir acquérir par ses austérités (et sa Science) :
- Anima : se rapetisser soi-même ou toute autre chose, jusqu’à la taille d’un atome. (Pouvoir utilisé pour l’étude de la Matière).
- Makima : pouvoir augmenter indéfiniment son volume corporel.
- Ilakima : pouvoir se rendre léger ou pouvoir alléger n’importe quoi, donc vaincre la gravité ou poids.
- Karima : pouvoir augmenter le poids de son corps et sa solidité.
- Piratti (en sanskrit prapti) : le pouvoir d’obtenir tout ce que l’on désire.
- Pirakamiyam : pouvoir vaincre les obstacles naturels et aller n’importe où.
- Icattuvam (en sanskrit ishatva) ou icitai : domination suprême sur la nature animée ou inanimée.
- Vacittuvam (en sanskrit vashitva) ou vicitai : le pouvoir d’enchanter, de changer le cours de la nature ou de prendre n’importe quelle forme (fait très « Merlin l’enchanteur » ou sorcière de contes de fées… fait très SPECTACLE…).
En fait, les pouvoirs siddhis même s’ils font très Hollywood et Superman, ou eyes candy, ils sont comparable à la gourde qui flotte sur l’océan : le mental du jnani égaré peut être assimilé à une gourde qui, plutôt que de s’enfoncer, de se MÉLANGER dans l’Océan du Soi ou EAU PRIMORDIALE, flotte à la surface des illusions renforcées par ces pouvoirs, continuellement ballotés de-ci de-là au gré des mouvements ou nomadisme du mental et donc des OPINIONS. Mouvements du mental : cosmopolitisme ou nomadisme à la Jacques Attali… Mouvements du mental : mirage du monde.
 
 

Dernière mise à jour : 14-12-2018 01:35

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >