Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Si tout est VIDE Tout est Conscience
Si tout est VIDE Tout est Conscience Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 10-01-2019 23:04

Pages vues : 1355    

Favoris : 200

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Banques, Capitalisme, Carotte, Catastrophe, Chan, Chimère, Christ, Circoncision, Confort, Corps, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Gratuit, Humain, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Japon, Jardin, Juif, Klan, Langage, Liberté, Lucifer, Maux, Méditation, Mental, Miroir, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Opinion, Orient, Pagan, Panique, Paradis, Phallus, Pierre, Plume, Porte, Puce, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Serf, Simple, Social, Soi, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Toupie, Vérité, Vide, Vieux, Violet, washingtonisme, Yokaï

 
no_vide_hotcunitedcolors.jpg
 
 
Si tout est VIDE Tout est Conscience
donc RIEN DU TOUT


Le ZÉRO INDIEN : le PLEIN INFINIE,
LA LUMIÈRE DE L’ESSENCE ou TRINITÉ :
Focale de la Vacuité
Focale du sans nom-la-forme
Focale du sans désir
 
 
Le Zéro Indien en Gilet Jaune : TOUT DEVIENT POSSIBLE (et ça fait peur au sommet de la pyramide, l’absolutisme capitalo-républicain). Zéro Indien, énergie infinie centripète et l’inverse de l’évolutionnisme centrifuge. Zéro Indien : VOIR LE TROU (éveil).
 
 
Tout ce qui se bombarde d’« Absolu » comme d’« Universel », de « sage de la République » comme de « Shoah » (bref, comme de religieux) ne peut que renvoyer une CROYANCE-IGNORANCE du genre : « Je ne sais pas comment faire ou dire, je suis un ignorant mais n’ose pas l’avouer » ; aussi concernant cette république qui se bombarde d’universelle (avec ses « sages »), vous avez en clair son principe, dont nous subissons les conséquences depuis 1789 !

Ce régime républicain se veut LA SÉCURITÉ POUR TOUS. Or il n’y a pas plus INSÉCURITÉ que celle construite sur l’illusion de sécurité, les violences policières du Macron-Rothschild en sont un exemple ; la sécurité en régime républicain constitue même et est au fond l’ILLUSION EN PERSONNE : « La sécurité est la plus grande ennemie des mortels », dit Hécate dans Macbeth, nous le voyons avec ces violences policières qui ne feront que s’accentuer à l’avenir à cause du capitalisme.
Cette Big Sécurité illusoire est mariée avec la BÊTISE (du nom-la-forme en pouvoir d’achat et d’opinion) : CONTENU : tout attachement à des Thèmes dérisoires (ils sont inépuisables, dont la rémunératrice Shoah) ; et à ce contenu la bêtise va revêtir deux formes, selon qu’elle intervient dans le spontané ou dans le temps qui coule. Dans le spontané le mental est bloqué au « mauvais moment » (et rattrapable), dans le différé il calcul, il raisonne et c’est quasi inguérissable !

Mais QU’EST-CE QUE LA BÊTISE ?  C’est vouloir échapper à la bêtise ! On sait tous qu’il ne faut pas paraître être « bête » (alors que le Taoïste authentique ou Réalisé justement paraît bête), alors on singe la tête d’un premier de la classe comme le Macron-Rothschild (Freluquet 1er). Naturellement cette singerie n’est autre que la Bêtise en personne, comme ces étudiants fils de bourgeois qui en mai 1968 se déguisaient en ouvriers « parce que c’était à la mode » (contestataire)… Il y a peut-être de riches gilets jaunes qui sont déguisés en jaune et qui cassent puisque ils ne paieront pas (vous avez déjà vu un Mitterand, un Sarkozy ou un Hollande payer pour leurs destructions en forme de constructions ou réformes ?…). Cette Bêtise en personne est comme un Soi inversé, une conscience qui aurait enfin la lucidité, l’éveil. Cette Bêtise, apanage des personnes généralement considérées, comme Freluquet 1er, le genre cultivateur en diplômes, constitue une maladie incurable, à la différence de la bêtise dans le spontané. L’imbécilité confirmé se trouve dans la prison voisine de celle de l’illusion : incurable de trop bien raisonner.
Triste la bêtise qui dans son sécuritaire veut échapper à la bêtise en devenant autre (aliéné). Même illusion de sécurité liée à une même confusion entre l’Ici et Maintenant et l’Ailleurs : on imagine la bêtise éloignée à jamais (en tout confort) et donc une certaine intelligence ici, alors que la bêtise est bien ici et l’intelligence s'est faite la malle !
Cet effondrement se retrouve dans le SNOBISME (et Freluquet 1er est un snobe : le roi de la république), et de manière générale de tous ceux qui sont aliénés (qui doute d’eux-mêmes), entreprenant alors de chercher le Salut au dehors, par projection dans un modèle ou loi : « Une magie qui j’espère me fera échapper à mon sort, alors qu’il m’enferme inexorablement en moi-même », COMME LE RÉGIME CAPITALO-RÉPUBLICAIN : essayez de vous passer de votre carte bancaire et d’un simple distributeur de billets, essayez de ne pas payer vos impôts (qui depuis janvier 2019 en France sont pompés à la source, même logique Big Brother que de supprimer le paiement par cash ou en liquide) et vous m’en direz des nouvelles….

Tout ce qui se bombarde de « Droit », de « Dix Commandements », ces « Décrets de Dieu [juif] » ou de « Droits de l’Homme » EST SANS VALEUR : dès que l’encre de vos formules est sèche, vos formules sont fausses (alors imaginez quand elles sont gravées sur une pierre !). C’est l’œil qui regarde le doigt qui montre la Lune, quand on s’attache à la lettre, la Seule Réalité s’enfuie : Hop ! Elle est déjà passé ! Car la Conscience est comme une ballerine, la pensée étant la jongleuse, et ça va donner la scène du monde visible à la Hollywood, le eyes candy.
LA SEULE RÉALITÉ EST INSAISISSABLE.

« L’œil, l’acte, le désir et l’ignorance
Ne valent par mieux ”ici”
Que l’œil, la forme, la conscience
Et le mental souillé

(Lankâvatârasutra : Sutra de l’Entrée à Lankâ)

Symbolise cette encre séchée qui fixe et tue ces formules, ces constantes-refuges, le ”ici” indiquant le langage écrit qui ne peut que fixer, tuer : l’œil tombe dans le FAIRE/FER et dans le spatio-temporel en lisant, ainsi il tombe dans l’ignorance, cet œil appréhende seulement la forme des lettres par le truchement de l’outil conscience conceptualisante, celle qui sans tarder veut posséder l’expérience comme de « s’envoyer en l’R » ! Alors ce n’est pas comme cela qu’il faut lire. Mais, comment lire ? La réponse est dans le Ici et Maintenant.

- FOCALE 1 : non existence d’être l’auteur de ceci ou de cela, pas de possession de « Je fais ceci », ou « Je suis cela », ou « j’ai ceci ou cela ».
- FOCALE 2 : pas de noms-les-formes : cessation de la cessation, pureté ou transparence, inconcevabilité, éloignement absolu. Aucun son, forme, odeur, saveur, texture, polarité (mâle-femelle), naissance et mort, cessation ou « fin des temps » à la messie juif. Pas de « Parole perdue » à retrouver ou autre « manière de prononcer le nom de Dieu » dans une queste qui se veut utilitariste… Dire que 666 c’est pas bien, c’est tomber dans la limitation (militation) par le mental ! (Militation : militaire, de miles ou distance, espace-temps donc limite, et soldat et calcul [stratégie] et calcul puisque le soldat touche un salaire, un sou(dard)… comme le serviteur de l’État…)
- FOCALE 3 : celle des sans désirs, celle de « Aucun but à atteindre ». Le Soi Lui-même n’existant pas puisque Nôtre propre Nature. « Accéder au Réel ? » Mais vous y êtes déjà ! Alors, où est l’entrée ? Même chose avec le Mot « Paix », il n’a aucun sens étant nôtre état naturel.

Cette Trinité de la Lumière de l’Essence constitue ce que j’appelle le ZÉRO INDIEN : tous les possible à l’infini de l’extrême pureté. Extrême pureté qui ne peut qu’être le MOTEUR essentiel de l’Énergie Libre. ZÉRO INDIEN = LA CACHETTE ou VASE VAISSEAU, la COUR, la VALLÉE. Pas de potentiel dans le Vase : on est DEDANS SANS DEHORS (ni l’un ni l’autre n’existe). Correspond aussi au Sans Pourquoi, par exemple la Vraie Nature d’un Chat est Sans Pourquoi, de même que celle d’une Rose.

COUR : peindre à l’aquarelle est un moyen extra-ordinaire de vivre ce COUR, parce qu’il y a évacuation de l’HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui coule, à y ajouter maintenant le « scientifique » qui fait dans le pur espace-temps du calcul à petits cailloux…). En 47 ans de pratique de l’aquarelle je n’ai jamais peint de l’HOTC, jamais une œuvre d’imagination comme font les gens qui dessinent des bandes dessinées avec des personnages et des objets fruits de leur imagination. NON, peindre à l’aquarelle est LE RETOUR À SOI : PEINDRE LES CHOSES ET NON LES ÉVÉNEMENTS (comme ces tartines de peinture à l’huile de ces peintres techniciens qui illustraient naïvement des histoires bibliques à n’en plus finir : du Hollywood avant l’heure et sur les murs et même au plafond : de l’anecdote, du journalisme façon moderne avant celui du tout connecté et de ses « informations » !!!)
Peindre à l’aquarelle c’est SAISIR LA LUMIÈRE DANS L’INSTANT, parce qu’elle n’est JAMAIS LA MÊME D’UN INSTANT À L’AUTRE. ALORS ON PROCÈDE PAR L’EAU (primordiale et l’eau de tuyau, à défaut d’eau de source non javelisée). La lourdeur de la peinture à l’huile ne permet que l’HOTC…
AQUARELLE = VOIE DU MILIEU ou VOIE DU FLÉAU (comme l’art de la Calligraphie en Orient) :  pas de Soi qui ne soit que Soi (‘Je’ et ‘je’ sont nécessaire), pas d’Ici qui ne soit qu’Ici, par de Maintenant qui ne soit que Maintenant.


Maintenant, QU’EST-CE QUI EST D’UNE LOURDEUR EXTRÊME ET QUI EMPÊCHE TOUTE LIBERTÉ ?

C’est évidemment le Pour-Voir : un ensemble de grandes gueules ou d’ego très ego et qui sont riches qui vont « unifier » ce qu’ils vont appeler « une nation » (tragiquement ce mot a pour étymologie « naître »), et mot signifiant un groupe de dividus censé former des individus auxquels on suppose une origine commune, ce qui ne peut que produire de l’HOTC. Les forts en gueule et en argent qui nous veulent du bien veulent toujours unifier, c’est une névrose obsessionnelle chez eux, unifier et construire en imaginaire, en HOTC, des frontières. Pour que l’ensemble fonctionne ces même têtes d’œufs vont fomenter les institutions (typiquement de Faire/Fer en son absolu ! institutions ou isme, machines à broyer). Ensuite pour harmoniser les dividus singés en individus (soi-disant indivisibles…), les têtes d’œufs vont nous proposer l’os à ronger qu’ils appellent « ÉLECTIONS ».

L’État est par essence une création PAR l’opinion ; et rien de plus FRAGILE qu’une construction à base d’opinion : on dit qu’il suffit de deux Anglais pour faire un match de football, de trois pour fonder un Empire ; ainsi il suffit de deux ego dont l’opinion s’accorde, se coagule, pour que cette coagulation s’appelle « réalité », ou « État », ou pire : « raison » (selon ce qu’en donne comme définition le psychiatre et juriste Pierre Legendre sur « l’État de Droit »). C’est la preuve de l’extrême fragilité du réel illusoire perçu par l’être humain de l’après Néolithique. Si le cuivre est bon conducteur de ce qu’on nomme « électricité », l’être humain de l’après Néolithique n’est absolument pas conducteur de la Réalité : il ne produit que des mauvais contacts à n’en plus finir.
POURQUOI CES MAUVAIS CONTACTS ? SIMPLEMENT PAR REFUS DU GRATUIT, MAIS TOTAL SOUMISSION À L’ORDRE IMPOSÉ, DONC AU CHAOS IMPOSÉ, SOIT AUX « DÉCRETS DE DIEU (juif) » IMPOSÉS. LE REFUS DU GRATUIT ET DONC LE SÉCURITAIRE EST LE REFUS DU SEUL RÉEL, PARCE QU’IL EST OPINIONÉ COMME NON CONFORTABLE, CRUEL (IL N'EST PAS THERMODYNAMIQUE...).

Donc l’État est bien une construction à partir d’au minimum deux ego… Il est criant maintenant de nos jours que les serviteurs de cet État ne peuvent qu’être les chiens de garde des affairistes capitalo-républicains, et rien de plus, donc surtout pas des représentants du peuple ou de ceux qui veulent servir le peuple ! L’État ne peut qu’être lié aux intérêts des Rothschild et Cie et de la juiverie financière internationale (voir le Jacques Attali et son livre : Les Juifs, le monde et l’argent).
Le système de la démocratie fonctionne sur le principe par conflits d’intérêts, ce qui est la condamnation à la frustration par ses propres limites, les serviteurs de cet État ou politicards feront tout pour CACHER SOUS LE TAPIS ce principe démocratique. Ce principe de la démocratie est le danger PERMANENT qui pèse sur le confort des politicards de l’État républicain. Alors ils nous font croire que « nous sommes tous égaux en droits… » alors que les riches sont toujours plus riches et les pauvres toujours plus pauvres, principe de la croissance ou évolutionnisme style messianisme obligatoire.

Bizarrerie ou paradoxe de l’anti-décret décret de Dieu transformé en despotisme le plus sévère.

Système politique des Incas, pur système socialiste ou communiste (communautaire) : « Un gouvernement patriarcal, donc dans le style Petit-Père-des-Peuples, MAIS SANS ARGENT.
Le peuple était vu comme un DON, et non comme un droit. Le peuple renonçait à tout droit personnel, la nation, l’État était soumis à l’Inca. « Sous ce régime extraordinaire, un peuple raffiné à beaucoup d’égards, chez qui l’industrie et l’agriculture avaient fait, comme on l’a vu, de grands progrès, ne connaissaient pas la monnaie. Il n’avait rien qui méritât le nom de propriété. Il ne pouvait exercer aucun métier, se livrer à aucun travail, à aucun amusement, autres que ceux que la loi avait spécialement réglés. Les Péruviens ne pouvaient changer de résidence ou d’habits qu’avec la permission du gouvernement. Ils ne jouissaient pas même de liberté qui appartient aux plus misérables dans les autres pays, celle de choisir leurs femmes. L’esprit impératif du despotisme ne leur permettait pas d’être heureux ou malheureux, autrement qu’il n’était réglé par la loi. Le pouvoir d’agir librement - droit inestimable et inné de tout être humain - était annulé au Pérou.
Le mécanisme étonnant du gouvernement péruvien pouvait résulter uniquement du concours de l’autorité morale et de la puissance positive dans la personne du chef de l’État, porté à un degré sans exemple dans l’histoire de l’homme. Cependant une forte preuve de sa conduite généralement sage et modérée, c’est qu’il ait pu si heureusement fonctionner, et durer si longtemps contrairement aux goûts, aux préjugés et aux principes de notre nature », écrit William H. Prescott dans : Aztèques et Incas - Grandeur et décadence de deux empires fabuleux. Donc les Incas respectaient infiniment leur Empereur, LEUR AXE. Paradoxalement ils s’approchèrent le plus près de la résolution du dilemme Individualisme/Collectivisme, parce que n’utilisant pas de système économique, chose probablement UNIQUE dans l’après Néolithique, et même bousculant le TROC à la base de l’actuel Wall Street et la City.

Prescott ajoute, que le gouvernement est fait pour l’homme (ce qui n’est plus le cas en régime républicain), tandis qu’au Pérou, l’homme ne semblait fait que pour le gouvernement [COMME AUJOURD’HUI OÙ LE FRANÇAIS, OU L’AMÉRICAIN, OU D’UNE AUTRE NATION EST FAIT POUR L’ÉTAT OU NOUVEL ORDRE MONDIAL ET LA CITY DE LONDRES ET DE SON RÉGIME RÉPUBLICAIN. De nos jours il y a INVERSION : si au Pérou le peuple était un DON pour l’Inca (l’Empereur), son peuple malgré tout ne pouvait qu’être la mesure de toute chose, sans cela l’Inca n’avait plus qu’à aller se faire habiller ailleurs. De nos jours tout est à l’envers, l’Inca ou Empereur, C’EST LA CITY DE LONDRES QUI MESURE LES CHOSES : NOUS LES HUMAINS DÉTRUITS PAR LE POUVOIR D’ACHAT ET ENCHAÎNÉ PAR LES CHOSES. Cela indique l’évolutionnisme scolaire ou de religions du Salut qui veulent mesurer les choses en partant de l’inférieur (le sauvage) pour aller vers le supérieur (le civilisé). Ainsi la grande boîte à ordures de Big Data est érigée en pupitre ou pyramide dominatrice où au sommet un chef d’orchestre aveugle dirige des musiciens très dépressifs car aliénés ! Freluquet 1er est cet aveugle snobe dirigeant des musiciens gilets jaunes révoltés mais encore losers].
Prescott ajoute cette remarque fondamentale : « Le Nouveau Monde est le théâtre sur lequel ces deux systèmes politiques, de nature si opposée, ont été mis en pratique. L’empire des Incas a passé et n’a pas laissé de traces [puisque l’URSS fonctionnait en capitalisme étatique]. L’autre grande expérience dure encore [la nôtre], expérience qui doit résoudre le problème si longtemps discuté dans l’Ancien Monde de l’aptitude de l’homme à se gouverner lui-même. Malheur à l’humanité, si elle doit échouer ». Parce que l’être humain naturellement n’a pas le besoin d’un État, donc d’un gouvernement.
Merci beaucoup Monsieur William H. Prescott.

En fait, le peuple Inca était peut-être en voie D’ACCÈS AU SEUL RÉEL, mais ses constructions n’étaient pas faites de joyaux les plus variés (pas de palais florales), leurs murs n’étaient pas festonnés (les Indiens font beaucoup de festons floraux partout, un signe qui ne trompe pas).
L’Inca était le vénéré sans supérieur, pour le bien de tous les Incas ; le Un est le Tout ou la Grande Oreille hélas spatialisé ! Si le peuple faisait des offrandes à l’Inca, Icelui devait de même en faire au peuple. Accepter des offrandes des deux côtés est prendre conscience de la COMPASSION. Je crois savoir que l’Inca ou Empereur avait aussi le rôle de PSYCHANALYSTE moderne ou de CONFESSEUR dans l’Ancien Régime (dans un cas vous êtes allongé sur un divan, dans l’autre vous êtes assis ou agenouillé à la vertical dans un confessionnal…).

Si tout est VIDE Tout est Conscience……..
Mais en régime capitalo-république pas d’égalité, oh non non ! Vous avez un boxeur gilet jaune qui se retrouve préventivement en tôle et boulons (et qui risque 7 ans de tôles), et vous avez un serviteur de l’État et aussi boxeur, qui est médaillé, et qui n’a eu qu’un avertissement administratif (même pas une pénalité ou un mauvais point comme à un mauvais élève). Voilà où dérive la conscience de ce régime infecte dédié uniquement à l’argent et à son évolutionnisme.

RAPPEL : la conscience ou pouvoir du mental est d’une efficacité redoutable sur le plan phénoménal ou illusoire, telle que par exemple une représentation de blessure puisse se traduire, au plan de la réalité d’un enveloppement rayonnant, sous cette forme dans une autre conscience ou autre individu. Dans le cas d’un homme tuant son ennemi, on doit admettre que le désir de tuer l’ennemi suscite une même représentation dans sa conscience [rayonnement égrégore], en même temps qu’elle est notifiée à la conscience des autres individus qui l’accuseront de ce crime.
« Comment se fait-il que la connaissance de ceux qui lisent dans le mental d’autrui [télépathie] ne soit pas la connaissance des choses telles qu’elles sont réellement ? Réponse : Parce que leur connaissance est analogue à celle qu’ont les sujets [non éveillés ou ignorants] de leur propre intellect. Cette espèce de connaissance ressortit en fait à la non-connaissance. Voilà ce qu’aperçoivent les Buddha [ceux qui vivent la non-dualité], et qui constitue le domaine de leur connaissance » (réf. Yogacara-Vijnanavada 21).
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 10-01-2019 23:57

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >