Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Ci- vil-isation des êtres assis
Ci- vil-isation des êtres assis Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 18-01-2019 20:59

Pages vues : 652    

Favoris : 108

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Banques, Capitalisme, Carotte, Catastrophe, Chan, Chimère, Christ, Confort, Corps, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Gratuit, Humain, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Japon, Jardin, Juif, Klan, Langage, Liberté, Lucifer, Maux, Méditation, Mental, Miroir, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Opinion, Orient, Pagan, Panique, Paradis, Phallus, Pierre, Porte, Puce, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Serf, Simple, Social, Soi, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Yokaï

 
table_loi_tr_chaiseconfort.png
 
 
Ci- vil-isation des êtres assis
Si vile : villes et villages en
sont les symptômes essentiels.
Si-vile-isation : entrer dans les gonds d’icelle,
sinon on est un Libéré nommé : Dé-vergondé :
en dehors des gonds, en dehors du pharisaïsme
ou maladie de la Talmud-baby : le malade se
croit vertueux parce qu’il respect les digues
où l’eau la plus souillée lui apparaît vierge
pourvu qu’elle coule au fond du lit des
conventions sociales et du « vivre ensemble ».
Un symptôme qui ne trompe pas.

Celui qui ne s’assoie pas est le Paysan,
le Païen, celui qui n’est pas encore
citoyenisé (conta-miné miné par les fictions
ou le narratif opinionesque).
 
 
Suite sur : Civilisation = Moyen et très très très moyen

Comment nous en sommes arrivé de l’Eau Primordiale au non liquide béton (solidifié). L’OPPOSITION multi-millénaires ENTRE NATURE ET CULTURE (la chaire et être assis sur la chaise de la civilisation de la bureautique dans un immeuble tôles-boulons-béton-verre…).
 
 
L’État, une mauvaise herbe dans le Cosmos.

Pour calmer son chien ou le dompter, le maître lui lance : ASSIS !
Comme pour lui faire bouffer l’ordre de se civiliser, de se sédentariser, de se bétonner, comme si le maître voulait le RENDRE NON-NATUREL, LE RENDRE ARTIFICIEL ! béton-bitume…

ASSISE : fondement, base ou socle, chaise, trône, fond (de quelque chose), soubassement. Mais aussi : cour d’assises (1808), réunion politique, séance, session (tenir une assise, discuter de ceci ou cela). Nous sommes bien dans LE SÉCURITAIRE, LE FIXE, LE CONFORT, LA LOI, LA CONVENTION ou CONTRAT. « L’ordre public » est typiquement une assise, un soubassement (du moins pour les gens qui croient à cela).

LE PREMIER LIT DES CONVENTIONS ou ASSISES EST ÉVIDEMMENT L’ÉTAT.
Celui ou celle qui sort des gonds ou encore de l’URBAIN de l’État (le citoyenisme) est donc un ou une dévergondée (de nos jours il sera traité par les médias de l’État de « terroriste », d’« antisémite », de « barbare », de « sauvage », d’« anarchiste », de « GILET JAUNE », etc., la liste est désormais longue.
Donc Si-Vil-isation est synonyme d’État et de ce qui va avec : le social. Nous pouvons y ajouter ce que les partisans de l’État nomment « le progrès » (« l’ordre public », le sécuritaire ou santé, les loisirs lié à l’argent).

Assis, sis, choir. Ainsi il n’est pas étonnant que maintenant les être humains veulent s’envoyer en l’air, notamment pas engin volant, puisqu’ils cultivent sur sol fixe, ils fixent en bétonnant tout.

Les premiers États sortent. Le PAYSAN en sera victime : PAYSAN, PANRA (paysan en ketchuas) ; racine en égyptien ancien : sh (en un parenthèse convexe sous le h) : shty (schtii). Le Paysan, même s’il se sédentarise par l’agriculture, est encore le « dévergondé », le clown, le non encore citoyenisé ou non encore bétonné, non encore prolétaire-ouvrier dans les usines du CAC 40.

CIVILISATION = BÉTON, CONCENTRATION, DURETÉ, FIXATION ou COAGULATION, GRÉGARISME OU GRUMEAU CE QUI N’EST PAS NATUREL (le sang circule, s’il ne circule pas c’est la mort).
Dés qu’il y a culture CULTURE-GRAINE-GRÉGARISME (il y a environ entre 10.000 à 12.000 ans). Avant, l’humain prédateur comme chasseur-cueilleur a vécu en petites bandes autonomes et mobiles et relativement égalitaires entre elles.

CIVILISATION = BÉTON, CONCENTRATION, DURETÉ, FIXATION ou COAGULATION, GRÉGARISME OU GRUMEAU : ON ENFERME LES CITÉ ENTRE DES MURS, ça commence entre les rivières Tigres et Euphrate il y a environ 5000 ans, soit plus de 4000 ans après la domestication des plantes et des animaux. Domestiquer la pierre et la dénaturer n’allait pas tarder !

CIVILISATION = ÉVOLUTIONNISME À LA JOHN LOCKE ET L’EMPIRISME AVEC SA BITE ET SON COUTEAU : on passe de la boue du Paysan ou du Païen au béton de l’urbain ou citoyenisé. On passe de la campagne au béton du village, de la ville, de la mégapole Tôle-Boulons-Béton-Verre. C’est typiquement la pensée unique en marche depuis l’après 1789 : le passage d’un mode de subsistance au suivant est vu comme « définitif », soit irréversible, comme si personne n’était plus capable de vivre SANS PRESQUE RIEN, ET MÊME DE SE PROTÉGER DU FROID, SOIT PAR DES PEAUX DE BÊTES, SOIT PAR MODIFICATION MENTALE…. Quand je m’aventure à dire que nous pourrions nous passer de l’État, les gens font une drôle de tête… comme si j’étais un martien… Si vous croyez que l’État va organiser et financer une recherche en archéologie en en histoire de l’humain, c’est l’équivalent de ce que j’exposais souvent sur la « recherche du mental » afin de le contrôler, équivalent du voleur se transformant en policier pour procéder à sa propre arrestation. De cette manière, le mental continue à subsister, mais échappe à lui-même, et se renforce d’autant en prenant comme maintenant de plus en plus d’autonomie… En référence de Ramana Maharshi, entretien 43.

ÉVOLUTIONNISME EN MACRONIE : Plus il y aura de manifestations de Gilets Jaunes ou autres et plus la chefferie du régime fera taper, estropier, TUER les manifestants. Ça ne peut fonctionner que dans l’infernale dualité « action-réaction » totalement imbécile voir digne d’une cour de récréation d’école primaire.

L’État c’est comme le mental, si on admet son existence et qu’on s’y soumet, cela équivaut à ce que cet État soit au service des soumis à cet État. Or un État qui veut « aider » ou « sauver » les gens ne pourra jamais le faire sous peine de devoir disparaître, parce qu’il ne pourra jamais accorder à chacun le droit de ne pas être d’accord !
Le refus du Gratuit, toujours le refus du Gratuit !!! (Voir plus bas).

L’État c’est comme Ali-baba et sa maison où il a entreposé le trésor des bandits. Ces bandits qui cherchent l’Ici et Maintenant, mais ils n’ont trouvé aucun RECUL qui permette de désigner assurément, digitalement, cet Ici en tant qu’Ici. Les marques extérieurs, soit l’État, le sécuritaire, sur lesquelles comptaient les bandits (telle une croix sur la porte dont la servante d’Ali-Baba annule l’effet en reproduisant la croix sur les portes avoisinantes), se sont effacées dans la nuit, ou plus précisément ont cessé d’être des marques distinctives ; et cela parce qu’elle étaient des marques extérieures, seulement des marques extérieures comme la COUVERTURE SOCIALE ÉTATIQUE SI SUPERFICIELLE, SI FRAGILE, donc quelque chose incapable d’aider ou de signaler un Ici en tant que tel pour demeurer nécessairement étranger à lui (l’État n’aidera jamais mais corrompra surement, voyez l'affaire Benalla). Bref, l’Ailleurs ou le RECUL ne peut pas se comparer à un Ici et Maintenant. Voir le fameux NŒUD À SON MOUCHOIR qui est trop étranger à la chose qu’il prétend signaler pour en garantir la retrouvaille. Vous avez la même chose avec le fumisterie du « Grand Débat » de la Macronie de janvier 2019 !

CULTURE ÉCRITE OU GRAVÉE = ÉTAT ET CIVILISATION : l’écriture cunéiforme indique des archives fiscales, des rapports de travail, des listes de tributs payés, des généalogie royales, des règles administratives. Plus il y a d’archives et plus ça amplifie et conforte l’étatisme.
Donc les premiers États apparaissent autour du Tigre et de l’Euphrate se jetant dans le Golfe Persique. Ils apparaissent bien-sûr en Égypte, en Chine, à une époque (vers il y a 5000 ans) où il ne devait y avoir qu’autour de 25 millions de Terriens. De tous petits États entourés des peuples non-étatiques évidemment appelés « dévergondés » ou « barbares », « bandits » ou brigands (comme les Républicains de 1789 appelaient les Vendéens). Les États de l’époque étaient ainsi une originalité, une « mauvaise herbe » dans le Cosmos ! Car jusqu’à l’arrivée des Chrétiens, les trois quarts des peuples du monde étaient toujours constitué de chasseurs-cueilleurs, de bergers, de cultivateurs en agriculture mobile et donc semi-nomade. Alors que les États essentiellement agraire se limitaient dans les zones tout confort à cultiver. Ainsi, une grande partie des peuples du monde n’ont jamais été contaminé par le système étatique des impôts et de leurs collecteurs.

L’arrivé de l’État à maturation en Occident surtout commence environ avec la « christianisation » de divers peuples, mais surtout après l’époque de la Renaissance, donc après les ravages causés par les Conquistadors Espagnols et Portugais (au nom de leur État et de leur croyance « vérité » ou « opinion de civilisé »). Donc AVANT, mettons l’an 300 de notre ère, la presque totalité des peuples a vécu sans État. Les États de l’Asie du Sud-Est sont contemporains de l’Empire de Charlemagne, soit plus de 6000 ans après « l’invention de l’Agriculture ».

Comme déjà écrit ici maintes fois, rien de plus fragile qu’un État, puisqu’il suffit de deux personnes de même opinion pour fabriquer quelque chose, ou un code, permettant de donner l’illusion de « triompher du réel » ! Donc extrême fragilité du réel tel que l’actuel humain de la voie de l’Agriculture le voit.

Pour moi ce n’est pas l’agriculture qui est à l’origine de l’État, MAIS LE REFUS DU RÉEL, DONC LE REFUS DU GRATUIT. En effet, l’agriculture n’a rien de gratuit, il faut suer à la sueur de son front comme le stipule d’ailleurs sadiquement la Bible des Hébreux suivie de celle des Chrétiens.
On doit s’interroger sur les raisons inconscientes de la PANique face au non-nécessaire, qui va autoriser ainsi la résignation ou masochisme au profit d’un État soit au profit d’un ORDRE IMPOSÉ, UNE LOI, UN MACHIN NON GRATUIT, NON NATUREL. IL EST INCONTESTABLE QUE SE FAIRE SÉCURISER PAR UN ÉTAT C’EST REFUSER LE GRATUIT DONC REFUSER LE SEUL RÉEL, PARCE QU’IL SERA VÉCU COMME CRUEL : LE ICI ET MAINTENANT NE PERMETTANT PAS DE RECUL, DE TEMPS OU IDÉATION (on ne peut plus aviser, on ne peu plus bétonner, fixer, établir ; on ne peut ou ne sait plus vivre dans l’EAU PRIMORDIALE comme si on allait s’y noyer….

Et qu’est-ce que va faire un État pour « sécuriser » ses dominés ? Il va bien-sûr s’empresser à travailler à l’amélioration de la condition humaine comme le rêve de faire tous politismes républicains, donc en ayant cessé depuis la semence de la graine d’agriculteur de vouloir du bien à quiconque !!! Bref, tous politismes étatiques « pond » des œufs clairs qui ne donneront jamais de poussins. En janvier 2019 le « Grand Débat » est une exemple flagrant de big œuf clair !



Tous les États sont fondés sur le GRAIN (ce qu’on appelle « la culture »). LE GRAIN OU CAUSE : LA PRODUCTION, L’EFFET. Alors oui ! « Lorsque j’entend le mot ”culture”, je sors mon dogme agraire » ! LE GRAIN, LE CALCUL = L’IMPÔT, LE BIG DATA (enregistrement de cadastre par culture de langage écrit). Ce GRAIN qui va favoriser la PRODUCTION et corrélativement l’accroissement du nombre de Terriens, et aussi corrélativement une forte densité de population à DOMINER.
Le grain qui POUSSE c’est du Big Brother : facilement visible, on ne peut pas le cacher comme la culture du tubercule cassave (manioc ou yucca) qui pousse sous terre et demande très peu d’entretien, est facile à cacher, mûrit en un an, et peu rester dans le sol en toute confort en demeurant comestible pendant plus de deux ans. Donc l’État n’y verra que du feu, comme on dit.

L’État = la bouffe, le ventre et le bas-ventre, la merde richesse qui vibre comme l’Or métal sous le pendule du Radiesthésiste. Le mot BLÉ en argot indique l’Or, le pécule. BLÉ : blé, orge, riz, maïs (Wall Street n’est pas loin).

État = des remparts (voir la muraille de Chine par exemple), un langage écrit pour une administration et ses institutions, avec une économie monétaire et un système d’impôts (ce que ne connaissaient pas les Incas). La plupart des États anciens ont un roi au sommet de leur hiérarchie pyramidale. Rien n’a changé depuis l’après 1789 ! Seuls les noms ont changés, c’est comme si on avait repeint les murs de la prison en une autre couleur !

RAPPEL : les « barbares », les « sauvages » ou les « dévergondés » sont ceux qui refusent ou qui ne sont pas encore soumis à l’État (comme actuellement les Gilets Jaunes dont certains ne veulent pas se laisser soumettre par l’État macroniste rothschildesque). C’est aussi simple que cela. « La ligne de démarcation où la terre barbare commence est la ligne à partir de laquelle prend fin la culture céréalière et l’impôt », écrit James C. Scott : Against the Grain….. soit LE REFUS DU GRATUIT, comme indiqué plus haut. On peut aussi faire « l’amalgame » des barbares qui mangeaient CRU, et les civilisés qui mangeaient « CUIT ». Les CRUS sont ceux qui ne sont pas inscrit sur la Carte (du restaurant de l’État et de sa police…) ou big dataïsés dans les fichiers de l’État.
Vrai que je n’ai jamais encore vu un chat faire réchauffer sa pitance ! Mais il est certain que le feu appliqué à la nourriture va DÉNATURER LES PROTÉINES, provoquer des destructions chimiques. Mais résultats de la cuisson : l’humain mange une grande variété de nourriture par rapport aux chasseurs-cueilleurs qui mangeaient des plantes à épines, des peaux épaisses et des écorces, des graines dures et des fibres, des petits animaux. Bref, le feu de cuisson fut nettement la plus grande invention humaine.
Terriens nous sommes ENCORE sous la domination de la saloperie de thermodynamique.

Avant la catastrophe Néolithique il y a avait l’autre voie : celle de L’HORTICULTURE, qui a été totalement délaissée. Si dans la voie de l’Agriculture ou domestique les céréales, ON PRODUIT. Alors que dans la voie de l’Horticulture on domestique aussi mais on produit peu. La voie de l’Horticulture est plutôt celle où l’on APPRIVOISE LES PLANTES, AVEC EN PLUS DANS UN JARDIN L’ACCÈS À LA SÉRÉNITÉ.
- VOIE DE L’AGRICULTURE = CIVILISATION.
- VOIE DE L’HORTICULTURE = HARMONIE.

Dans la voie de l’Agriculture il y a la déforestation, l’assèchement des zones marécageuses pour les transformer en champs céréaliers puis en village qui va avec à côté. On civilise en somme les terres arides, soit les irriguer. Un jardin n’est pas nécessairement proche d’un village ; plutôt proche d’une maison : un jardin peut se situer au milieu d’une forêt ; un champ, non. Le jardin transforme des zones en lieu D’APPRIVOISEMENT, ce que ne saurait faire la production agricole.
Faites bien attention au mot HISTOIRE, lié à la MÉMOIRE et au BIG DATA : récolter un peu partout des vérités pour former ce que les Google et transhumanistes veulent appeler « conscience ». Pour preuve, l’invention du mot « préhistoire » bien dans l’évolutionnisme : les « sauvages » de la préhistoire et les « civilisés » de l’agriculture et de l’État (du grain et de la culture).
Pour les « civilisés » (les civils, les citoyenisés) HISTOIRE = ÉTAT, PENSÉE CONDITIONNÉE (par le grégarisme dû à cet État).
Histoire = développement dans le temps, cause-effet, soit l’évolutionnisme partant des « sauvages » pour remonter dans l’HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui coule) vers les « civilisés ». Nous sommes donc en pleine FICTION.

La Vraie Paix œuvre infiniment loin du dualisme de l’être et du non-être. Si on tombe dans les fictions-opinions, ça donne effectivement cet évolutionnisme partant des « sauvages » aux « civilisés », ces « blancs qui vendent tout »…. Ça va donner l’étatisme et son actuel « État de droit » qui pour Pierre Legendre (psy et juriste) est la Loi avec un L majuscule, donc la CAUSALITÉ que Legendre et d’autres de sa bande vont appeler « raison », soit la filiation ou SÉQUENCE de petits bouts de machins : LES F(R)ICTIONS, les PHÉNOMÈNES. Fil-iation, paternité, qui mènent sec au capitaliste-ego « droit d’auteur » ou « propriété intellectuelle ». Le problème est bien la Cause et le causisme et ses effets-fictions. Le corps, ses possessions, le monde environnant, tout cela n’est que fictions-opinions de chacun ; ce qui va donner à l’État l’effet de sa nécessité socialisante….


Bon, il n’y a pas que l’humain qui modifie son environnement, ça se passe de même dans les deux autres Règnes : les végétaux modifient leur environnement (voir la ”ceinture de Chêne” lors de la dernière glaciation), des animaux comme les castors modifient leur environnement, des insectes comme les fourmis font de même : alors les minéraux aussi (voir l’œuvre de Corentin Louis Kervran ; je ne met pas les liens wikipedia anglais ou français qui chahutent allègrement l’œuvre de Kervran sous prétexte que ce ne serait pas « scientifique »… Opinion quand tu nous enfermes… Kervran étant justement anti-dogme de cette pseudo-science-opinion colonisatrice).

Ne pas oublier que le premier outil de l’être humain C’EST LE FEU, LA THERMODYNAMIQUE. CETTE THERMODYNAMIQUE QUI MET LA CHARRUE AVANT LES BŒUFS !!! Or le feu n’est pas la gratuité, IL A BESOIN DE LATENCE (caché, potentiel) ET DE NOURRITURE ; sans nourriture SOLIDE, comme l’humain avec sa nourriture SOLIDE.

James C. Scott cite l’économiste danoise Ester Boserup, qui précise que la culture par labourage demande bien plus de travail (”à la sueur de son front” dit la Bible des Hébreux) pour bouffer des calories en comparaison de la chasse, de la pèche et de la cueillette des Chasseurs-Cueilleurs. Cet économiste dit que l’Agriculture fut prise comme un dernier recours lorsqu’aucune autre alternative ne subsistait.

Le problème avec le mot DOMESTIQUÉ (aussi bien en agriculture qu’en horticulture) c’est comme avec un animal dit « sauvage » : une fois domestiqué IL DEVIENT DÉPENDANT DE VOUS ; IDEM POUR LES PLANTES. Si l’animal ou la plante cesse de nous plaire, il ou elle sera délaissé comme inutile voir nuisible, et en périra incapable de retrouver son autonomie de « sauvage ». Cependant des plantes et animaux comme l’avoine, les bananes, les marguerites, les jonquilles, les chiens et les cochons ont résisté à la domestication complète et son capable de survivre en dehors de la « civilisation ».

DOMO-estication : DOMO : DOMAINE, MAISON, CONFORT, SÉCURITAIRE. RÉSULTAT : DIMINUTION DU CERVEAU À CAUSE DE CE TOUT CONFORT, TRANSFORMATION TOTALE DE LA FLORE INTESTINALE, DIMINUTION DE LA TAILLE DU CORPS. Même conséquence ou effet chez les poissons de l’aquaculture (les truites arc-en-ciel élevées en captivité ont de plus petits cerveaux que leurs cousines sauvages).
DOMO-MAISON : « Tout comme la sédentarité humaine représente une réduction dans la mobilité et une augmentation de densité de population dans les villages, le domus, de même le confinement et la promiscuité chez les animaux domestiques ont des conséquences directes sur la santé ». Cela va provoquer du stress, donc des maladies, des pathologies osseuses dues aux infections chroniques en relation avec l’inactivité (par l’automobile…) et le tout confort alimentaire (bouffe industrielle à l’effet très visible sur les chairs des Américains).

Bref, LA SÉDENTARITÉ A TRANSFORMÉ HOMO SAPIENS EN UN ANIMAL DE TROUPEAU (LE GRÉGARISME QUE JE NE CESSE DE DÉNONCER), GIGANTESQUEMENT PLUS QU’AUPARAVANT (voir l’actuel slogan du régime : « Vivre ensemble » et sa « fraternité »). La civilisation (concentration dans des lieux de béton) a produit de parfaites conditions pour le développement d’épidémies et le partage de parasites (là encore je renvoie à l’œuvre de Louis Kervran).
DOMO = PARTAGER SES MALADIES COMME PARTAGER SES HOTC = SOUFFRANCE. VIVRE ENSEMBLE = PARTAGER SES MICROBES (d’où actuellement le business invraisemblable de Big Pharma…)
SÉDENTARITÉ, PROMISCUITÉ DANS LES VILLES-BÉTON, RÉGIME ALIMENTAIRE INDUSTRIALISÉ ET DOMINÉ PAR LES CÉRÉALES laisse des traces cuisantes pour les archives archéologiques futures.

Bon, il est évident que le Chasseur-Cueilleur de par son mode de vie devenait un Big Data ou une encyclopédie à lui seul dont nous, « civilisés », ne pouvons même pas nous imaginer. En revanche, le fermier confiné entre sa ferme et ses champs était dans un tout confort sécuritaire adapté à son tempo de vie spécifique. Bref, chasser et récolter comme les chasseurs-cueilleurs est d’une complexité qui est totalement différente de la culture céréalière domestiquée ressemblant au travail productif et répétitif d’une chaîne d’assemblage d’automobiles dans une usine du CAC 40 !
Ainsi, la domestication des plantes nous a enfermés dans un semblant de robot qui est éclatant de nos jours de salariat et de structure sociale : UNE VIE RITUALISÉE (le ”métro-boulot-dodo”). Déjà la république de 1789 basa son calendrier sur la voie de l’Agriculture, alors que dire des cérémonies publiques d’il y a 4000 ans, avec ses cultes de la fertilité que voulaient détruire les Hébreux sous prétexte d’idolâtrie ! Les cérémonies d’AVANT l’ère du Néolithique et de son Agriculture devaient tourner autour du CULTE DE LA PIERRE…. Âme et Pierre sont en rapport étroit… Évidemment la Pierre non domestiquée, non taillée ! La Pierre aussi ambiguïté que le sacré (si un humain s’en empare ou la domestique par un FAIRE/FER, il engendre un artifice, un phénomène…). Quoi de plus fidèle qu’une Pierre non domestiqué…
(voir le conte du Petit Poucet).

Toute innovation comporte UNE GRAINE de danger de mort (voir ce qu’il se passe avec l’électricité, le tétéphone, le tout connecté…).

À suivre…
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 19-01-2019 21:54

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >