Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Cette civilisation des assistés… par la Ré-publique
Cette civilisation des assistés… par la Ré-publique Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 20-01-2019 20:06

Pages vues : 736    

Favoris : 111

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Apocalypse, Banques, Capitalisme, Carotte, Catastrophe, Chan, Chimère, Christ, Circoncision, Confort, Corps, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Gratuit, Humain, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Japon, Jardin, Juif, Klan, Langage, Liberté, Lucifer, Maux, Méditation, Mental, Miroir, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Opinion, Orient, Pagan, Panique, Paradis, Phallus, Pierre, Plume, Porte, Puce, République, Réseaux, Rien, Sadisme, Sagesse, Serf, Simple, Social, Soi, Souffrance, Spiritualité, Talmud-baby, TAO, Temps, Toupie, Vérité, Vide, Vieux, Violet, washingtonisme, Yokaï

 
apocal_crotte_tr.png
 
 
Cette civilisation des assistés… par la Ré-publique
Certain que Ré le Soleil nous assistent beaucoup,
sans Lui, c’est ici la mort ! Mais attendez,
les transhumanistes ce nouveau « peuple élu »
prendra la relève.

Nous sommes dans la civilisation des « personnalisés »,
ce que le régime nomme « les responsables », donc
les présumés quelque chose… puisque c’est
le principe dualiste de cause-effet.
Le numérique programmant tout, nos vie de demain
sont DÉJÀ programmée (avec les prothèses en tous
genres ou « objets connectés et ”intelligents” »).

Le « principe de précaution » est une Variation,
une projection qu’illustre le Thème du Messianisme.
MESSIANISME, TRANSHUMANISME = ÉVASION comme si
le Seul Réel était trop cruel, donc REFUS DE LA GRATUITÉ.

Précaution, projection en une « fin des temps », progrès,
tout ça est du messianisme nommé ÉVOLUTION.

Toute innovation comporte UNE GRAINE de danger de mort (1)
Et le Google-transhumaniste est une grosse graine,
totalement lié au dilemme Moi-Individuel/Moi-Collectif.
Le « bien » privé ou EGO CONTRE le bien vital de
l’humanité et de toutes les formes de vie.
 
 
Page dédiée à ce monde de MERDE : les excréments Énergie Libre : « Apocalypse » est le Nom de l’Énergie Libre. (Le Saint Jean du Nouveau Testament devait avoir des problèmes digestifs plutôt que des problèmes de « grosses commissions »…)
APOCALYPSE : ce monde digère en un temps très long et il défèquera (fera caca) par l’action nommée par certaines croyances : « fin des temps », qui sont ainsi les excréments nommés « Apocalypse » dans le Nouveau Testament, EXCRÉMENTS RÉVÉLATEURS DE LA SANTÉ DE CE MONDE. Ainsi le messianisme est une opération digestive, tout comme d’ailleurs l’Alchimie…. Donc UN JEU MÉDICAL. MAIS UN JEU TEMPOREL SEULEMENT, DONC DE TUYAUX (”Tuyauter quelqu’un” : lui révéler quelque chose ou le renseigner ; on dit aussi que « le blé commence à tuyauter », ce qui peut s’attribuer aussi à de l’argent… L’eau du robinet est une ”eau de tuyaux”).
 
 
Page précédente : Civilisation = Moyen et très très très moyen
Page suivante : GRANDE LIBÉRATION


CROTTE, CROTTE, CROTTE ; FLÉAU, FLÉAU, FLÉAU.

Cette « civilisation » des « personnalisés » sera de plus en plus en souffrance parce qu’elle fonctionne selon le culte du narcissisme : « Elle durera [la souffrance] tant que l’individualité n’aura pas disparu », dit Ramana Maharshi à l’entretien 420 du 4 juin 1937.
Dans le même entretien :
- Question : Si Dieu est Tout, pourquoi l’individu doit-il souffrir de ses actions ? Les actions dont l’individu doit souffrir ne sont-elles pas inspirées par lui ?
- Maharshi : Celui qui croit être l’auteur de ses actions est également celui qui souffre.
- Question : Mais les actions sont inspirées par Dieu et l’homme n’est que son instrument.
- Maharshi : Ce genre de raisonnement est tenu lorsqu’on souffre et non pas lorsqu’on est heureux. Si l’on parvient à en être convaincu en toute circonstance, la souffrance disparaîtra.
- Question : Quand la souffrance cessera-t-elle ?
- Maharshi : Elle durera tant que l’individualité n’aura pas disparu. Si les bonnes et les mauvaises actions sont celles de Dieu, pourquoi devriez-vous penser que le plaisir et la souffrance n’appartiennent qu’à vous seul ? Celui qui fait du bien ou du mal récolte joie ou la peine. Laissez donc la souffrance à sa place et ne vous en chargez pas ».

Aucune fiction ne peut dépasser la Réalité qui est DÉJÀ une fiction-illusion puisque presque personne ne vit dans la Seul Réalité possible : le Soi, la non-copie insaisissable. Car le Seul Réel est précisément ce qui, pour être sans copie, sans double, demeure réfractaire à toute entreprise de personnalisation ou identification. Seul est visible la copie, donc le faux, l’illusion, LA FICTION : le sentiment qui fait prendre le Seul réel pour la Réalité : le sentiment qu’on en a et que par l’opinion on en suggère. Le Vrai cesse d’être Vrai dès qu’il est vu, donc possédé. Voilà pourquoi le Moi-Individuel winner de nos jours va prochainement devenir le loser et en mourir.

De nos tristes mais excitants jours, qu’est-ce qui est caché et en Radiesthésie qui vibre comme de l’Or métal ? Ce sont les excréments cachés dans les boyaux comme se cache l’argent non plus dans les coffres mais dans les bites informatiques et leurs algorithmes talmudiques (nombre de rabbins travaillent à Wall Street…). CACHER sonne proche de CASHER qui sonne proche de « pas-cher »… En hébreux kasher signifie : propre, OK ou d’accord. Or il y a là le même dilemme que l’Individualisme/Collectivisme évoqué plus haut : En NOMMANT les choses elles deviennent comme « non sales » (elles ne sont pas sales), comme si les excréments RECONNUS ou EXISTANTS n’étaient soudain plus une saleté, une merde, un loser. Car enfin, qu’est-ce qui pourrait apparaître comme sale si on considère que la merde n’est pas sale et est même de la nourriture pour des mouches, donc quelque chose de propre, de positif ?
En fait, qu’est-ce qui paraît sale ? C’EST CE QUI N’EST PAS IDENTIFIABLE, DONC CACHÉ, UNIVERSEL. SEUL SERAIT TOTALEMENT SALE LA CHOSE NON IDENTIFIÉE, DONC « INNOMMABLE » ! IMMONDE (de in- variation il- devant b, m, p, ir- devant r : étymologie de NON. IMMONDE = NON-MONDE ou « pas de ce monde »  (inconnu). (Réf. Dic. Le Robert).
Le Gilet Jaune n’étant pas identifiable dans sa manière de revendiquer devient effectivement aux sens du régime, un immonde, une saleté à nettoyer à coups de fusil LBD-40 suisse.

Ainsi chaque fois qu’une autorité quelconque aura repéré, identifié quelque chose conforme à son opinion, OU SURTOUT À LA LOI EN PLACE, ELLE POURRA AFFIRMER QUE C’EST OK, CONFORME, QUE CE N’EST PAS SALE, QUE CE N’EST PAS DOUTEUX, QUE CE N’EST PAS UN SALE GILET JAUNE OU UN SALE TERRORISTE. Ainsi en ce monde de la voie de l’Agriculture qui fonctionne totalement en dualité sujet-objet, dès que le sujet identifie l’objet, ce n’est plus du caca, ce n’est plus sale, ce n’est plus douteux, ce n’est plus la PANique parce que LE MENTAL FONCTIONNE OU A DU GRAIN À MOUDRE PAR BIDOUILLAGE DE NOMS-LES-FORMES.

ÉVITEZ DE DIRE DE CECI OU DE CELA, OU D’UNE PERSONNE, QUE « C’EST UNE MERDE », OU « QU’EST-CE QUE C’EST CETTE MERDE ?  , car les excréments son une variante de l’Énergie Libre, DU GRATUIT (récupération des excréments comme « moteur biologique »).
De nombreux mythes amérindiens font de la charogne, du cadavre putréfié, la matrice placentaire où se régénère la vie. Pour les Indiens Kaxinawa, les premiers hommes du monde actuel sont apparus après le Déluge, sous la forme de vers éclos dans les cadavres des géants qui formaient l’humanité précédente. (Réf. Dic. des Symboles, de J. Chevalier et A. Gheerbrant). Au ver peuvent allègrement se substituer les champignons et les ENZYMES (ces « éprouvettes » vivantes, ces activateurs en des ferments produit par les cellules).

Avec les Google-transhumanistes sans pipi-caca, tout cela risque de disparaître pour être remplacé… par leur merde digitalisée… Pour les Bambaras, l’excrément est considéré comme le « résidu » du monde, principe où naquirent tous les êtres vivants (voir la couleur rouge symbole de force vitale, associée pour les Bambaras aux cadavres et aux mouches (le même mot veut dire mouche et rouge). Chez les Hébreux-Juifs le sang est leur symbole de l’âme…).

Ce qui est caché, comme la nuit qui cache tout, explique le pouvoir initiatique accordé aux vautours, à l’hyène et à tous les animaux charognards, nettement attesté chez les Dogons et les Bambaras. « Ce qui est mangé, c’est la lumière du soleil ; l’excrément, c’est la nuit » (cité par Marcel Griaule), ce qui rejoint la symbolique alchimique de l’Or. Pour les Bambaras l’Or est une sublimation du Cuivre rouge, son frère puiné, le Cuivre rouge nommé « l’excrément du Dieu Nommo, organisateur du monde » (aspect du « triage » par le système digestif).

Donc les saloperies et toute l’obscénité de ce monde consiste non pas dans les choses réelles comme des excréments ou du « sale » ou impur et dans LEUR MENTION MAÂT (directe), mais seulement dans l’opinion-sentiment qu’on en et qu’on en colporte par l’opinion et surtout par le tout connecté formant un ÉGRÉGORE. Alors qu’est-ce que ça sera avec les Google-transhumanistes ?!!….. Mais nous en subissons déjà la tyrannie de l’opinion à cause de la technologie et son déluge de Big Data que plus il y en a et plus c’est n’importe quoi, c’est du chaos et certainement pas de la merde (le terme « merdias » souvent employé sur l’Internet actuellement est inapproprié…).

Donc l’expression vulgaire : « C’est la merde ! » veut dire qu’on se trouve, ENFIN, en coïncidence avec le Seul Réel : on ne peut plus aviser, raisonner, calculer face à l’Ici et Maintenant, l’Instant !
Le mot APOCALYPSE est du même Thème que les EXCRÉMENTS : révélation de ce qui est caché (du latin ecclésiastique d'origine grecque apocalypsis « révélation », famille du grec apokaluptein « découvrir », apparenté au latin celare « cacher » : celer) (Réf. Dic. Le Robert). On dit d’un acte quelconque qu’il a été accompli « en catastrophe » parce que le temps n’existe plus, le mental et son temps-idéation n’existe plus, il n’y a plus de temps d’agir ou d’aviser, de se re-tourner, LE SEUL RÉEL ÉTANT SURVENU EN MÊME TEMPS QUE LA REPRÉSENTATION ! ALORS TOUT DEVIENT NON-IDENTIFIABLE, COMME CACHÉ, PARCE QU’IMPRÉVISIBLE, qui peut revêtir des formes d’hébétude ou de démence, de l’évanouissement, ou la survenue de spasmes nerveux du genre pouvant aller jusqu’aux convulsions.

Avec les Google-transhumanistes, terminés les pipi-caca et la procréation à la papa dans l’homme augmenté du futur, alors pas d’Apocalypse… DONC PAS DE RÉVÉLATION, CE SERA TRÈS TRÈS TRÈS TRISTE, d’où le besoin de seconde en seconde d’avoir le SE-COURS OU D’ÊTRE SOUS LA SOUMISSION PERMANENTE DE LA TRINITÉ : SEXE, PLAISIR, AMOUR (désir). Ils vont appeler ça « liberté »

Alors, que vont chier les êtres s’ils sont encore humains en 2050 ? Les Google-transhumnistes osent parler de « singularité » évidemment pas au sens de la Réalisation du Soi ou Vraie Libération ! Donc plutôt une « cingléarité » ! C’est-à-dire que pour ces apprentis sorciers l’intelligence artificielle dépassera de loin « l’intelligence humaine ». Alors quand on voit où icelle en est arrivé depuis la Renaissance, il y a de quoi se poser des questions sur 2050 !!! Ainsi seulement la technologie sera capable de bidouiller des Big Data de façon hautement plus Maât que la cervelle humaine actuelle. Comme déjà expliqué maintes fois, ça rejoint les judéo-maçons spécu genre Grand Orient de France et autres grosses obédiences à pouvoir politique et leur même religion que celle des Google-transhumanistes : Le VOYEURISME (voir d’un seul coup ou en un seul Instant toutes les faces du polyèdre, ce que permettra sans doute la Big data machine de 2050, et ainsi cela ne restera que du voyeurisme et rien de plus). Évidemment SI LES BIG DEVENU GROSSES DATA DÉCIDENT DE PRENDRE DES INITIATIVES ELLES-MÊMES, IL FAIT QUOI LE SANS PIPI-CACA ? (Voir ou revoir les prophétiques épisodes de Stargate SG1 avec les RÉPLICATEURS…)

Il est à craindre grandement que vers 2050, si rien ne vient contrer cet évolutionnisme imbécile, de ce qui reste de l’espèce animale et végétale actuellement sera diminué de la moitié… Cela pourra immanquablement déclencher un flux migratoire de RÉFUGIÉS CLIMATIQUES INCONTRÔLABLE (même par les machines juives Google…). Alors la violence sera inimaginable à l’heure où je tape ce texte. Les mers et océans vont monter inondant les terres cultivables, les mégalopoles comme Paris, Londres, New York, Rome, Amsterdam, Tokyo, etc. seront sous les eaux.
JAMAIS DEPUIS QUE CE MONDE EXISTE, L’ÉCOLOGIE PLANÉTAIRE N’A ÉTÉ AUSSI ATTEINTE QUE DURANT CES 100 DERNIÈRES ANNÉES (depuis la fin de la guerre de 1914-18) À CAUSE DE l’INDUSTRIALISATION DE LA COMMUNAUTÉ HUMAINE ET DE SA MARCHANDISATION. MERCI LES JUIFS ET MONSIEUR JACQUES ATTALI ET SON CHER ARGENT « L’AUTRE FACE DE DIEU ». L’accélération est maintenant en évolutionnisme exponentielle notamment dans les NBIC (la matière ou le corps).

Avec l’homme augmenté, bardé de prothèses dans sa « réalité augmentée » (donc son illusion ou virtualité augmentée) remplaçant tel ou tel organe usé ou défaillant, micro-pucé et sous sa peau et dans son cerveau et dans ses yeux, on se dirige vers ce que résume Isaac Asimov dans Fondation : les habitants d’une planète recherchent une hypothétique planète « originelle » qui serait nommée « LA TERRE ». Bref, LA PERTE DE TOUS REPÈRES DU FOND DES TEMPS. Dans la série de romans d’Asimov l’entité semble encore humaine (par exemple elle fume encore, un ersatz de cigarette électronique).

En conclusion, avant la catastrophe Oxygène (grande Oxydation), l’entité ontologique étant l’univers elle-même, elle était en son origine EAU (sens de Soi ou Pure Conscience infinIe, pure Connaissance). Si les Google-transhumanistes voit cette Conscience infinie à mettre dans un serveur gros comme un nano-truc, ils procèdent comme les Hébreux-Juifs et Karl Marx qui, non seulement inventent l’HOTC (Histoire-Opinions-temps qui coule) et ainsi placent l’Âge d’Or et la Révélation, l’Apocalypse, non pas au début, MAIS À LA FIN DE L’HOTC EN OUBLIANT DE LE METTRE AUSSI AU DÉBUT, SOIT DE L’ANNULER TOUT SIMPLEMENT ! L’HOTC EST ABSOLUMENT MATÉRIALISTE ET C’EST SUR QUOI TRAVAILLENT EXCLUSIVEMENT LES GOOGLE-TRANSHUMANISTES.

« Là où il y a de la gêne, il n’y a pas de plaisir », dit un proverbe populaire, ce que veulent appliquer à la lettre les Google-transhumanistes. Vous remplacez « gêne » par son contraire la « liberté », le résultat sera le même car toujours matériel, et dans gène il y a aussi « gène » (Big Data génétique ou simplement des informations à n’en plus finir, soit le BAGAGE, LA CULTURE au sens agriculture productiviste moderne).

TRÈS IMPORTANT en ce qui concerne le causisme ou créationnisme chez les abrahamistes :
Depuis je pense l’Église de Rome, il se balade un Big Égrégore qui crache sur les Gnostiques, donc sur la Bibliothèque de Nag Hammadi, où par exemple un croyant de cette Église déclarera que l’Ouroboros, ce serpent qui se mange la queue, et qui se prend pour son propre créateur, donc comme le Dieu Ptah, comme le Soi, comme le ‘Je’ ou l’Ainsité du chan/zen et du Bouddhisme ! Ça fait beaucoup à avaler pour l’Égrégore de Rome ! Et pour ces croyants, les Gnostiques et leur Serpent sont carrément l’image du totalitarisme. Pierre Hillard est un de ces croyants crachants sur les Païens et évidemment sur les Gnostiques. Ces croyants voient dans le symbole de l’Ouroboros le « renouvellement de la substance », ce qui effectivement peut laisser à penser au Google-transhumanistes et à leur « homme augmenté » et renouvelé à coups de pièces ou prothèses de rechanges, et ainsi pouvoir tenir largement au-delà de l’âge actuel, et pourquoi pas vivre pendant 200 ans ou plus. Alors ces croyants contre les Païens et les Gnostiques avancent que ce « renouvellement » a un sens panthéiste (le Tout, la Nature) qui frise le matérialisme du « retour perpétuel » (mythe de l’éternel retour si bien résumé par le Grand Œuvre de Mircea Eliade). Ces croyants anti-Païens, prenant violemment la succession ÉGRÉGORIENNE des Hébreux, ne voient nullement qu’ils sont en plein dans l’évolutionnisme qu’ils veulent dénoncer chez les Google-transhumanistes ! C’est grave chez eux… Je retrouve ce même Big Égrégore chez le psychiatre A. Stocker (son livre : Folie et santé du monde, par ailleurs très pertinent), et dans la conférence de Jean Boboc sur le transhumanisme (conférence intéressante mais qui n’apporte vraiment rien de nouveau sur par exemple le renouvellement de la catholicité pour faire face à ce matérialisme googlien galopant, comme le rêva en son temps un Jean Coulonval dans son unique livre : Synthèse et Temps Nouveaux ; Coulonval qui par sa compagne adhéra à la catholicité (dans le vrai sens du terme), n’attaqua jamais les Païens et les Gnostiques, que je sache, du moins dans son livre composé de lettres à diverses personnalités des sciences et des chercheurs concernant la Vraie Liberté !)

Leibniz voit la monade en une addition d’univers, genre une addition de vérité qui en formerait une grosse, alors le Yoga Vasistha implique une production transcendantale des « espaces et temps » à l’infini, sans commencement ni fin donc SANS POUR AUTANT ÊTRE TOTALISANTE comme dans le cas de Leibniz et de la judéo-maçonnerie spéculative genre Grand Orient de France. Ainsi la formation de l’univers s’accomplit en chacun des points (vérités des « Je suis CE JE SUIS ») selon des perspectives variées à l’infini, l’univers se multipliant ainsi à l’intérieur de lui-même (FRACTAL) : une monadologie pointilliste en d’innombrables « boules » de réalité s’interpénétrant en dehors de tout rapport duel de contenant à contenu ou de contexte spatial.
L’espace-temps se métamorphose de la sorte selon la Liberté, la spontanéité surtout de la « projection » de chacun. Bref, l’existence de divers temporalité (le temps philosophique) exclusifs les uns des autres détruit dès lors l’unicité et l’universalité de tout espace-temps qui se voudrait « universel » ou créationniste à la façon abrahamiste, ces fixistes dont l’horizon resterait toujours semblable à soi (l’ego). Derrière le « pointillisme » de la Nature il n’est alors plus possible de découvrir un « temps unique » qui les comprendrait, genre Dieu ou Chronos façon GADLU (Grand Architecte De L’Univers) du démiurgisme judéo-maçonnique et hiramiste (le temple et le roi Salomon), ni un unique substrat qui les engloberait (un univers bloqué dans un « boule » unique…).

Le Yoga Vasistha professe un espace idéal sans temps ni distance : un nombre indéfinissable de mondes (loka) ou de PLANS PARALLÈLES, pouvant se déployer et coexister entre lesquels n’existe nulle connexion [le INNÉ-IGNÉ : tout est lié et cependant délié], puisqu’elles ne sont pas contenues dans un espace, de sorte qu’il est très possible que même à l’intérieur du monde que nous croyons connaître existent d’autres mondes, en des ordres différents de réalité qui ne peuvent que donner naissance à des perceptions totalement différentes dont l’imagination  humaine est incapable de concevoir (même par une hypothétique « intelligence artificielle »). On peut donc avoir une multiplicité de durées enracinées dans la latence de rythmes vécus différents, engendrant une multiplicité de régimes de temporalité, et cela à l’infini ! Relativité ou dualisme d’un temps éphémère, pour qui le coucher du soleil prend figure de fin des temps ou du monde, qui ne sera pas le temps d’une vache ou d’un éléphant ni d’une fourmi, ni a fortiori celui d’un humain, alors que le pouls du monde bat très lentement comme le voit, de son côté, la géologie des humains.
Leibniz eut cependant l’intuition qu’il puise exister d’autres espaces et de mondes entièrement différents du nôtre ; « ils n’auraient à être à aucune distance de nous si les esprits les habitant avaient des apparences sans rapport avec les nôtres. Exactement comme le monde et l’espace des songes diffèrent de notre monde de veille, il pourrait y avoir en eux d’autres lois de mouvement » (concept qui sera utilisé génialement par Howard Phillips Lovecraft avec ses « Grands Anciens »).

Ces « MONDES ET MERVEILLES » s’ils impliquent l’HOTC façon humains, ce temps en forme d’évolutionnisme ou temps traditionnel modèle abrahamisme, lisse et uniforme de géométrie de la ligne droite (et son « droit »), alors C’EST FAIRE DE L’ANTHROPOMORPHISME TYPIQUE ET DE CROYANCE RELIGIEUSE ! L’invention d’un « temps universel » tel que nous le subissons maintenant et depuis des millénaires est, comme l’opinion, UNE TYRANNIE QUI SE VOUDRAIT SOCIALISER, PLUTÔT RENTABILISER LES HUMAINS. HOTC = échafaudage de temporalités » identique aux vérités que l’on récolterait un peu partout pour en former une grosse genre APOCALYPSE ou RÉVÉLATION, le « Bon Dieu [ou Bon sang façon âme en symbolisme juif] mais c’est bien-sûr », de Raymond Souplex.


Vouloir identifier une chose c’est REFUSER le Gratuit, le Soi, puisqu’Il est déjà là : la chose EST (sans pourquoi).
Le CENTRE est nulle part, la CIRCONFÉRENCE est partout.

 
À suivre…


Note.
1. « Avez vous réfléchi aux conséquences fatales qui résulteront d’un progrès illimité [et d’un ego illimité genre « intelligence artificielle »…] ? ». Déjà, à cause de la multiplicité des acquisitions scientifiques, l’homme ne parvient à vivre qu’à force d’énergie et d’endurance, dans une ambiance d’activité trépidante, enfiévrée et malsaine. Il a créé la machine qui a centuplé ses moyens et sa puissance d’action, mais il en est devenu l’esclave et la victime : esclave dans la paix, victime dans la guerre. La distance n’est plus un obstacle pour lui…
C’est la course éperdue vers l’abîme, l’usure constante [la dette constante], l’activité impatiente [tout tout de suite], forcenée, appliquée sans trêve ni repos. « Dans notre siècle, a dit fort justement Jules Simon, il faut marcher ou courir : celui qui s’arrête est perdu [puisque nous sommes en nomadisme à la Jacques Attali…] ». A cette cadence, à ce régime, la santé physique périclite », écrit justement Fulcanelli dans : Les Demeures philosophales.
 
 

Dernière mise à jour : 21-01-2019 22:54

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >