Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Enfermé dans l’Histoire
Enfermé dans l’Histoire Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 17-02-2019 01:19

Pages vues : 631    

Favoris : 90

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Apocalypse, Banques, Béton, Capitalisme, Carotte, Catastrophe, Chan, Chimère, Christ, Confort, Corps, Cul, Démocratie, Dépendance, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Étoile, Gratuit, Histoire, Humain, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Jardin, Juif, Klan, Langage, Liberté, Lucifer, Maux, Méditation, Mental, Miroir, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Opinion, Orient, Pagan, Panique, Paradis, Pierre, Plume, Porte, Puce, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Serf, Siddhi, Simple, Social, Soi, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Toupie, Vérité, Vide, Vieux, washingtonisme, Yokaï

 
temps_echange.jpg
 
 
Enfermé dans l’Histoire
ENFERMÉ DANS L’IDÉATION ÉCHANGE :
LES DÉBATS ET LES ÉBATS SONT À LA MODE
DANS CETTE TYRANNIE DE L’OPINION et
DU TEMPS ET DONC DE L’INFORMATION :
Quel temps il fait ?
- Sans Temps : Le mois de Lyyar dans l’année
trente-cinq de Haretat, Roi de Nabatène.
- Avec Temps et en Histoire et évolutionnisme :
1843 après J.-C. mois de mars.
 
HISTOIRE : le E de Évolution, de Espace et Étendue, de Entendement (projeter, raison idéation), mais aussi le E de Éternité. Le E horizontal : la tête et les deux bras. D’où le E du D-E-Sir : le E de Espace ou manifestation et du Sir Ser-viteur à partir de cet E-space. Donc le E de l’Être (et certainement pas de l’Avoir comme maintenant de l’individualisme outré et capitaliste : cette tête qui n’est toujours pas tombée).
HISTOIRE : depuis l’oubli de l’ÂGE D’OR, tentative de s’auto-gérer (par le mental tout en supprimant ce mental, tout en tombant dans le senti-mental ou histoire !).
L’imagination fait la partie de l’Histoire et du Désir. Dès que le Désir engendre l’efficacité et l’utilitarisme, le temps est inventé et avec lui la pros-père-I-T (de pro : premier, le Père du S de Science et I de l’Axe cosmique et le T de Terre, donc en principe l’ÉNERGIE LIBRE… et ANDROGYNE : ambi-gu (goût). Prospère : Bonheur, Félicité, et ambiguïté de par ce qu’il s’y passe avec l’argent et la politique (pouvoir économique et pouvoir politique maintenant mélangés où c’est le pouvoir économique qui dirige-digère tout…).
Prospérité du capitalisme ou VACHE À TRAIRE OU PLANCHE À BILLETS, OU DE L’ARBRE EXAUÇANT DES DÉSIRS GENRE PARADIS DES MAHOMÉTANS.
 
Enfermé dans l’Histoire : enseigner quelque chose nécessite une REPRÉSENTATION, une Histoire, mais si cette représentation en vient à être saisie ou possédée que quelque chose en soi, quelque chose de concret à laquelle ON ATTRIBUE UNE VALEUR, comme dans le cas des Hébreux-Juifs attribuants une valeur à leur dualité Yahvé-politique, alors la valeur ou l’enseignement lui-même en est invalidé, LE JUDAÏSME EST UN SIMPLE SYSTÈME DE MAINTENANCE DU SOCIAL, SOIT UNE OUTRANCE DU GRÉGARISME, de l’instinct fourmilière (de nos jours en forme de république). Pourquoi ? Parce que le concept de possession par l'ego qui vient d’être créé n’est pas immédiatement détruit et en est transformé en Histoire : des faits se retrouvent valorisés parce qu’attribués à la CROYANCE en une action divine, DONC À UNE DUALITÉ SUJET-OBJET. Ce processus de l’Histoire inventé surtout par le judaïsme sera repris par le christianisme lui aussi faisant dans le pur lien social et accessoirement dans la croyance.
Tomber dans l’Histoire c’est tomber dans le temps comme de dire qu’il n’y a qu’un seul Dieu, ou un seul « BIEN », C’EST NE VOIR QU’UN SEUL CÔTÉ DES CHOSES, C’EST SURTOUT INVENTER LE TEMPS QUI COULE POUR ARGUMENTER, LOGIFIER À N’EN PLUS FINIR POUR TENTER DE REJOINDRE L’AUTRE CÔTÉ ET DE BOUCLER SUR LE PREMIER CÔTÉ POUR MARIER L’ENSEMBLE. Celui qui se met prisonnier dans la logique ou la dialectique ne sera délivré que lorsqu’il ne sera plus enchaîné à cette dialectique, qu’il en soit conscient ou non. Car quand il en arrive à ce que toute logique le choque, l’offusque, et qu’alors il l’exclu de son intellect avec dégoût, alors il est proche de son état naturel : la Connaissance.

Comme l’explique Alphonse Allais : la logique mène à tout à condition d’en sortir ! (disait un sage).
« Ce sage avait raison et le Pasteur [le killer Louis] qui découvrira, pour le tuer, le bacille du corolaire ou le microbe de la réciproque, rendra un sacré service à l’humanité.
Sans aller plus loin, j’ai un ami qui serait le plus heureux garçon de la création sans la rage qu’il a de tirer des conclusions des faits et d’arranger sa vie LOGIQUEMENT, comme il dit ». Bref, j’abrège, mais ce « logicien » qui était étudiant dépensait sa pension mensuelle à payer des breuvages à toutes les « petites » femmes qui passaient sur le boulevard Saint-Michel [à Paris]. Ainsi, son tailleur pouvait attendre pour se faire payer. Un jour, impatienté, le commerçant toc-toc à la porte de l’étudiant. N’entendant aucune réponse il insiste lourdement en criant à travers la porte qu’il sait que le jeune homme est là puisque ses chaussures sont devant sa porte.
Ce fut une bonne leçon pour l’étudiant qui au matin rentra ses chaussures. À quelques jours de là, revient le tailleur. Ses toc-toc demeurèrent sans écho. Mais comme il insistait lourdement, ce fut au tour du jeune homme de se fâcher. Il lui cria depuis son lit : « Est-ce que vous avez bientôt fini de faire du vacarme dans le couloir, espèce d’imbécile ? Vous voyez bien que je ne suis pas chez moi, puisque mes chaussures ne sont pas devant la porte… ».
(Extrait de l’un des 52 contes d’Alphonse Allais : Inanité de la logique).

La chaussure est-elle à la porte ? ou non ? Le tailleur est-il le « bien » qui vient récupérer son « bien » ? Retournement de logique :
Actuellement nous avons la même logique imbécile avec la monstruosité suivante, qui peut se retourner en logique binaire comme les chaussures du jeune étudiant conté par Alphonse Allais : « Qui a osé dessiner une Simone Veil sur une Svastika universelle et ainsi la profaner ? » (Svastika déjà profanée en son temps par le politisme d’Adolphe Hitler, et plus anciennement par Charlemagne, tant ce symbole représente l’extrême développement d’un pouvoir temporel : ce qui tourne comme la roue dans le chemin marquant l’espace-temps. La Svastika exprime la TOTALITÉ. Les judéo-maçons voient le centre de la Svastika comme l’Étoile polaire et les quatre branches comme les quatre points cardinaux de la Grand Ourse autour d’elle… La Svastika  symbolisant la rotation autour de l’AXE immobile est symbole d’action, de cycle-rythme ; en ce sens la Svastika a souvent accompagné l’image des sauveurs de l’humanité : le Christ des Catacombes à l’Occident médiéval et au nestorianisme des Steppes : les Christ romans sont souvent conçus autour d’une spirale ou d’une Svastika. Le Bouddha figurant la Roue de la Loi tourne autour de son Centrum Centri immuable : AGNI OU IGNÉ…)
Bref, QUEL EST LE BON SYMBOLE, L’UNIVERSEL SVASTIKA OU LA MORTELLE RÉPUBLIQUE censée être représentée par S. Veil elle aussi mortelle mais devenu une IDOLE, UNE SAINTE DE LA RÉPUBLIQUE avec culte français évidant de la personnalité ?? ALORS, QUE FONT LES JUIFS cancérisés de pouvoir CONTRE CETTE IDOLÂTRIE, CETTE PROSTITUTION RÉPUBLICAINE AU LIEU DE CRIER À L’ANTISÉMITISME ? Eux qui en leurs très lointains ancêtres les Hébreux cassaient du Païens qu’ils appelaient prostitués ?!
(De plus, tout symbole est double : négatif-positif, et ne peut se concevoir QU’EN MOUVEMENT, jamais arrêté, jamais dogmé comme de nos jours). Nous sommes dans le pur dualisme de ce Dieu unique qui nique le Mal et se prend pour le Bien comme son même Démiurge qui se prend pour un architecte avec son petit compas et sa petite équerre et son petit fil plombé redresseur de TORE (arrangeur de la Nature tout en la dénaturant). Tant qu’il y aura cette dualité, les marchands d’armes et d’uniformes feront de plus en plus des affaires !

Cette logique étant celle du CAUSISME elle est identique à l’opinion ou à la polémique qui n’a pas de fin puisqu’entrant dans l’Histoire, comme l’exemple de l’Œuf et la Poule de Jean Coulonval que je remets ici :
Avec un Dieu créateur on fabrique une sanctification de la dualité. C’est ce que symbolise parfaitement Jean Coulonval dans son livre Synthèse et Temps Nouveaux, dans « L’œuf et la Poule » : « Une jeune cousine, élevée par les bonnes sœurs, me disaient un jour : ”Pour avoir un œuf il faut une poule et pour avoir un monde il faut un Dieu”. À quoi je répondais : ”Pour avoir une poule il faut aussi un œuf. Tu t’enfermes dans une chaîne de causes et d’effets dont les deux bouts ne se rejoignent pas, et que tu peux allonger à l’infini, sans que ton raisonnement soit valable” ». Notre monde malade actuel fonctionne de cette façon : l’évolutionnisme en une course sans fin (ou vers la Super Carotte « fin des temps »). « Pourquoi une ligne aurait-elle une fin, puisque après un pas je peux en faire un autre ? ». Je « progresse », donc je « construis » (Faire/Fer), JE CAPITALISE… JE FAIS DANS L’ABRAHAMISME.

Donc dès que l’Histoire commence à se fixer, à se coaguler, c’est la catastrophe, comme celui ou celle qui devient « enseignant » ou « enseignante » et qui professe, qui divise entre profane et initié, comme l’explique le Sutra du Diamant XIII : « La « Connaissance transcendante » est transcendante parce qu’elle n’est pas une transcendance [elle ne se prend pas pour un enseignant ou enseignement, un dogme]. C’est pour cela qu’on l’appelle Connaissance transcendante. Dis-moi, Subhuti, existe-t-il quelque réalité qui ait été enseignée par le Tathagata [titre du Bouddha ou du Réalisé vivant] ?
- Certainement pas, Bienheureux, il n’existe rien de tel qu’une réalité que le Tathagata aurait enseigné ».
Donc, enseignement par la NON-POSSESSION, la NON-SPÉCIALISATION (spécialisation si mortifère de nos jours car purement de l’ego), pour retrouver la NON-DUALITÉ. Dès qu’il y a enseignement il y a concept, IL Y A HISTOIRE, IL Y A NOTION OU OPINION DE MOI-JE, D’OPINION D’ÊTRE ANIMÉ, D’OPINION D’ÊTRE NÉ, D’OPINION DE L’INDIVIDU (et consommateur) : « En effet, ô Bienheureux, ces êtres seront affranchis de toutes les idées comme le concept de moi, d’être animé, de moi ou d’individu [et du consommateur]. Et pourquoi donc ? Parce que les bienheureux Bouddhas sont libres de tous ces concepts ».

Précision du Sutra du Diamant pour ne pas tomber dans le monothéisme et le seul côté de la chose ou du symbole : « Il n’y a en moi ni concepts ni absence de concepts. En effet, Subhuti, si, au contraire, m’était alors venu l’idée d’un moi, il ne serait aussi venu l’idée de malveillance [par l’opinion, par la dialectique, l’argument, bref par l’Histoire]. S’il m’était venu l’idée d’un être animé, d’une vie et d’un individu, il me serait aussi venu l’idée de malveillance [comme par exemple faire de la politique] ».

Ainsi, dès l’Instant où nous retrouverons nôtre état naturel, nous pourrons faire des miracles, ceux de l’ÂGE D’OR ou du SAINT CHAOS : les objets et les êtres peuvent voler, les animaux peuvent se métamorphoser en humains et inversement, les cultures germent spontanément et la chair des animaux dépecés repousse aussitôt ; C’EST-À-DIRE QUE LE CONCEPT DE MIRACLE N’EXISTE PAS (il ne peut exister que dans la dualité du profane et de l’initié, ou du banale et son contraire l’extraordinaire, du laïque et du religieux).
ÂGE D’OR : infléchir le cours des lois naturelles, parce qu’il y a la pureté absolue du Cœur qui assume à sa perfection innée son rôle de Centre nulle part et de Circonférence partout (indemne de tout accumulation de karma négatif). C’est ainsi que dans l’Âge d’Or, l’Être par son énergie de Singularité peut influencer les forces cosmiques.
Dans les Upanishad où la pratique de la méditation à partir de symboles enveloppe une foi magique dans l’efficacité de la participation (action opérative), l’affirmation de la vérité est réputé être douée d’une force magique permettant de changer l’ordre naturelle des choses et de vaincre ses lois, par exemple dans la parabole de l’ordalie de feu :

Libération du connaisseur de Brahman.
Mon fils, [les officiers du roi] amènent un homme les mains liées, déclarant : ”Il a emporté des biens, il a commis un vol. Chauffez à blanc la hache pour lui !” Si cet homme a réellement commis cet acte et le nie, de ce simple fait il s’est souillé lui-même moralement. S’enferrant dans son mensonge comme sous un masque qui le dissimulait, il lui faudra saisir la hache chauffée à blanc. Il sera brûlé, aussi le mettra-on à mort.
Si au contraire il n’a pas commis de forfait, il est alors véridique dans son déni. S’en tenant à la vérité et en se réclamant de sa sincérité, il pourra saisir la hache : il ne sera pas brûlé, aussi le relâchera-t-on.
De même que l’homme véridique n’est pas brûlé, de même l’homme qui connaît l’Être n’aura plus de naissance. Tout ce qui existe possède Cela comme étant son Atman [son Soi]. Cela est la Vérité (le Réel). Cela est l’Atman. Tu es Cela, ô Svetaketu ! » À ces mots, Svetaketu comprit qu’il était Cela. Oui, il le comprit.
(Chandogya Upanishad, Chapitre 6, Section 16, 1-3)

Ce monde FRACTAL n’est pas binaire : bon-méchant, pur-impur etc. mais FLOTTANT : AUCUNE FRONTIÈRE TRANCHÉE : des entités conceptuellement différentes, y compris « extraterrestres » (donc aussi dans le mental) et des opinions qui se muent les unes en les autres comme à l’ÂGE D’OR cité plus haut, ces possibilités d’animaux se métamorphosant en humains. Pour l’aspirant à la libération il n’est pas nécessaire de coller des étiquettes et d’adhérer à des noms-les-formes tous artifices du mental, et par ce mental de fabriquer des connections, des « échanges » ou du « social » sans fin ! Au centre de ce monde du souffrant ou de sacrifice se tient le sacrifiant pour le bénéfice duquel les processus cosmiques, donc mental, sont mis en mouvement par les synchronicités. Alors comme tout est dans le mental le monde entier a pour Centre le jiva, qui « devient tout cela » et qui incarne en son soi le drame cosmique.
L’Être de l’Âge d’Or, se situe juste avant l’invention de Ciel et Terre qu’Il est capable de faire naître comme, air et espace, eau et énergie radiante, et tous les êtres. Ainsi, pour Celui qui connaît le Soi, il est à même de renvoyer les désirs à leur source, désirs ou pur Réalité : TOUTES LES PENSÉES SONT RÉALITÉ CAR INSTANTÉES, SANS HISTOIRE ; PAR LA FORCE DE SON DÉSIR (acte mental d’imagination réalisatrice à partir de son Centrum Centri) SANS ESPACE-TEMPS DONC SANS IDÉATION OU DUALITÉ SUJET-OBJET, PARCE QU’IL EST ORIGINEL, SANS ÉVOLUTIONNISME OU HISTOIRE.
L’initié upanisadique peut accéder au monde qu’il désire : « Quelqu’objet qu’il ait vu, quoi qu’il désire, il n’a qu’à le penser, et cet objet se présente à lui » (Chandogya Upanishad, Chapitre 7, Section 2, 10). Évidemment à ce stade ça fait un peu « méthode Coué »

La Brhadâranyaka Upanishad I, 4, 15 affirme que, pour « celui qui considère que le Soi est son véritable lieu ontologique [son Centrum Centri], quelque chose qu’il désire, il le tire de ce Soi » (ÉNERGIE DE LA PURE SINGULARITÉ OU ÉNERGIE LIBRE). À la manière du dixit et facta sunt ! (Il a dit qu'il était là !) : ACCÈS À L’UNIVERSEL QUI N’EST PAS L’UNIVERSEL ! ALORS IL EST CET UNIVERSEL ! CE SAINT CHAOS non encore divisé en un « moi » et un « non moi » ou en dilemme Individualisme-Collectivisme. C’est en accédant à la transparence du Soi que l’être au pur mental voit ses désirs réalisés : « Quel que soit le monde que l’homme au mental purifié souhaite en son Cœur, il l’obtient, ainsi que toutes les satisfactions qu’il convoite [voir les « miracles » de l’Âge d’Or plus haut]. Ainsi donc, quand on désire la prospérité, on doit honorer celui qui a réussit à atteindre le Soi » (Mundaka Upanishad III, 1, 10). Cependant, comme dit souvent Ramana Maharshi dans ses entretiens, on n’atteint pas le Soi vu qu’Il est nôtre état naturel ; ce qui fait toute la différence avec le judaïsme et le christianisme (et le marxisme) où le « Soi » qui de ce fait n’est plus le soi parce qu’ils le placent à LA FIN DES TEMPS, DONC ILS FABRIQUENT AINSI L’HISTOIRE QUI SE DÉROULE DEPUIS ADAM OU DEPUIS UNE CAUSE JUSQU’À UN EFFET au bout de quelque chose nommé « fin des temps » donc FIN DE L’HISTOIRE comme le mot FIN sur l’écran de cinéma quand l’histoire est terminée engendrant le « Circulez ya plus rien à voir » (plus aucune histoire et on va bien s'emmerder...). Voilà dans quoi l’être humain est enchaîné, L’OBSESSION DE LA FINALITÉ AU LIEU DE VIVRE L’INSTANT, puisque le reste n’est que FICTION et CONVENTION et POSSESSION !

Placer le Soi à la fin des temps est idéal pour faire fonctionner le commerce et la carte bancaire !


Dans la mesure ou l’être humain et l’infini sont en osmose, la lumière de la conscience est à même de recevoir les énergies de la Lumière de l’Essence ou Soi : « Comme elle est à l’unisson de l’Unique puissance, l’âme individuelle possède de manière innée tous ses pouvoirs ; au contact de l’infini, l’âme individuelle finie est naturellement emplie de sa nature inhérente [rejoint « l’Eau en poudre »…] » (Yoga Vasistha YV VIa 64, 26). Dans la mesure où l’âme individuelle se dévoile comme modulatrice-réceptrice et émetteur de l’Énergie divine ou libre, LA GRATUITÉ, il peut s’expliquer l’omnipotence de ce pouvoir créateur de l’Âge d’Or présent en chacun de nous et capable de merveilles comme décrites plus haut ; ce qui est une définition de tous les possibles à l’ÂGE D’OR TOUJOURS PRÉSENT QUAND LE MICROCOSME ET LE MACROCOSME NE SE DISTINGUENT PLUS.

Le Yogi est identique à l’Alchimiste : tous deux maîtrisant parfaitement leurs cinq sens soignent dans l’universel : créer des choses communes à tous. Ainsi « l’imagination purifiée par la connaissance de soi recouvre-t-elle son efficience native ; l’énergie créatrice chez un yogi réalisé se confond avec l’énergie libre qu’il puise à sa source : de là la cognition dans l’Instant (au-delà de l’intuition), et la totale maîtrise de la Pré-Matière (Ce qui n’est pas encore du monde de la manifestation. La graine d’un arbre est comme une sorte de Pré-Matière ou futur arbre). Le Réalisé vivant ou Alchimiste délivré de cette vie et du Temps et de l’Histoire devient omniscient, et omnipotent, ce que confirment certains textes alchimiques (ce qui ne plait pas du tout aux créationnistes et à leur Dieu extérieur en une ignorance du Centrum Centri propre à chacun…. « Le Royaume des Cieux est en Vous », dit le Christ-Jésus).

À suivre…
 
 

Dernière mise à jour : 18-02-2019 02:26

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >