Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Nôtre monde MÉCANISTE DE L’OPINION
Nôtre monde MÉCANISTE DE L’OPINION Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 01-03-2019 02:11

Pages vues : 825    

Favoris : 90

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Apocalypse, Banques, Béton, Capitalisme, Carotte, Catastrophe, Chan, Chimère, Christ, Confort, Corps, Cul, Démocratie, Dépendance, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Étoile, Gratuit, Histoire, Humain, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Jardin, Juif, Klan, Langage, Liberté, Lucifer, Maux, Méditation, Mental, Miroir, Morale, Mort, Mot, Nature, Obsenssion, Occident, Oligarchie, Opinion, Orient, Pagan, Panique, Paradis, Pierre, Plume, Porte, Puce, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Serf, Simple, Social, Soi, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Toupie, Vérité, Vide, Vieux, washingtonisme, Yokaï

 
meca_raison_etatdroit.gif
 
 
Nôtre monde MÉCANISTE DE L’OPINION
Nôtre monde actuel en religion républicaine (1)
où l’on ne tue plus mais on mutile à vie.
LA RÉPUBLIQUE PRÉFÈRE MARQUER AU FER ROUGE SES CONDAMNÉS.
C’est ça le progrès ou évolutionnisme.
C’est ça la dictature du capitalisme et de
l’oligarchie qui prétend à une démocratie.



Page dédiée à Mehmed Fuad Pacha
 
 
Obsenssion = Eyes Candy et Ascension : le sens-ationnel (s’envoyer en l’R par les cinq sens, « s’éclater »), la Re-présentation ou obnubilation : où y aurait-il un commencement et une fin ? Cette Obsenssion des religions du Salut ?
 
RAPPEL (sur les DEUX religions humaines universelles). Premièrement en OCCIDENT : Dualité de la Quart et de la Quinte, du Soleil et de la Lune, de la Droite et de la Gauche, etc. à l’infini, selon le principe de la CAROTTE ou SALUT des religions abrahamistes : DÉTERMINISME ou CRÉDIT-CRÉDO-CROYANCE en un « Plan Divin » (la Providence et sa fin des temps : Pour-Voir, Eyes Candy donc PROVISION ET POUVOIR D’ACHAT), soit l’ordination de l’infinie multiplicité ou diversité des choses et de leur devenir par la « volonté de Dieu » ou Providence : LA CAROTTE, toutes les individualités s’ajustant socialement dans un social ou « ordre » particulier, donc en OPINION sans liberté de changer de modèle donné, et comme dirigeant-digérant ou plutôt racontant l’HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui coule) vers les fins (des temps) ou Carotte voulues par Dieu. Bref, ces deux religions de la Carotte (en ajoutant celle de la république) sont par principe ÉVOLUTIONNISME et la république et son capitalisme suivent exactement le même principe. Ce premièrement c’est « Circulez ya plus rien à voir », c’est aussi le Crédit-Crédo-Croyance des « Plus jamais ça ! ».
Les religions du Salut ou de la Carotte N’ONT PAS DE PRINCIPE À IMAGINAIRE OU MYSTÈRES GENRE SAINTE CHIMÈRE ; LEUR SYSTÈME SACRIFIE LA DIMENSION MÉTAPHYSIQUE POUR IMPOSER SON ASPECT MORAL ET DONC POLITIQUE SOCIALISANT, LA CAROTTE PROMETTANT AUX LOSERS D’ICI-BAS UNE CAROTTE CERTIFIÉE DANS UNE AUTRE VIE, ET PRÔNANT L’ÉGALITARISME DEVANT LA LOI HUMAINE ET BIEN-SÛR « LA LOI DIVINE » COMME LA CAPITALO-RÉPUBLIQUE PROMET SON DEMAIN ON RASE GRATIS (et « Unie dans la diversité », marchande…).

Deuxièmement en ORIENT, dans le Yoga Vasistha le Principe n’est pas évolutionniste et ne déploie son essence qu’au travers d’une diversité de Conscience ou Soi, car chacun est l’expression de Dieu, du ‘Je’ ou Soi, tel que chacun est NATURELLEMENT le « Je suis ce JE SUIS », la Super Tautologie COPIÉE par Moïse (IL N'EN EST EN AUCUN CAS L'INVENTEUR).
En effet, l’Unité Elle-même ne peut exister et s’affirmer dans sa Vraie Nature qu’en devenant L’UNITÉ D’UNE MULTIPLICITÉ, LE MOI-COLLECTIF ET UNIVERSEL : L’INFINI (sens du Divin) NE PEUT ÊTRE ÉNERGIE LIBRE QUE DANS ET PAR LE FINI, en déléguant et en partageant (pas en échangeant comme dans le capitalisme-troc) son ÉNERGIE LIBRE, LA GRATUITÉ, entre les centres Centrum Centri, voués à créer à leur tour des ÉNERGIES LIBRES.

L’originalité de l’extra-ordinaire Yoga Vasistha est qu’il va affirmer qu’il est ainsi de la Nature de l’infinie ÉNERGIE LIBRE inhérente au Principe Originel Universel de s’exprimer au travers d’une infinité de POINTS FOCAUX CO-CRÉATEURS auxquels son principe de créer de l’énergie et de l’IMAGINAIRE chez chacun d’entre eux participant à l’activité par laquelle le Principe déploie son Essence, comme si ce dernier s’attendait à ce que l’être humain usât de son pouvoir LIBREMENT (donc sans la prison de l’opinion) que Lui et exactement de la même manière (au même DIAPASON).
Ce qui singularise la non-dualité du Yoga Vasistha est son principe imaginal, moyennant une « forêt » de son pouvoir de création ou d’énergie libre, qui va multiplier ou amplifier les fonctions non-duelles au cours de la manifestation dans l’espace-temps. C’est ainsi que l’opération continuelle du Principe Originel Universel consiste en une inépuisable multiplication de soi par laquelle, comme sublimé par la Gratuité, Il communique sans fin son ÉNERGIE LIBRE ou pouvoir de création à des êtres que son IMAGINATION fait sourcer : « L’imagination de Brahma [une des 3 principales divinités de l’hindouisme ayant fonction de création ou d’engendrer de l’énergie] imaginant le monde [pour autant qu’Il est la cause de la coagulation collectif de tous les mentaux] se communique d’un espace mental à l’autre [selon une progression sans commencement ni fin] au sein de l’espace vide de la pure Conscience, laquelle demeure à jamais une et libérée » (Yoga Vasistha, YV VIb 150, 56). En d’autres mots, c’est l’Unité de son Acte pur qui appelle, dans la démarche par laquelle il se crée, une infinité d’êtres particuliers à la participation de son Essence, moyennant quoi par ÉNERGIE LIBRE ils peuvent devenir cause de Soi à leur tour.

Ce qui donne la définition du « Je » ou Ainsité : JE SUIS DIEU ; Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux : « Il m’arrive encore de désirer le retour au Néant, l’anéantissement du ‘Je’. Mais, écrivant cela, je m’aperçois que c’est impossible. Retour au Néant ? Mais on ne peut retourner « à quelque chose » qui, par définition, ne peut être le Néant, le Rien. L’anéantissement du ‘Je’ ? Mais ce ‘Je’ est la fine pointe de mon âme, par laquelle je suis une « personne », selon la définition qu’en donne Olivier Clément, par laquelle je touche Dieu, je suis Dieu. Pouvoir tuer mon ‘Je’, ce serait pouvoir tuer Dieu. Idiot, stupide ! Le fleuve qui va à la mer ne peut supprimer sa source ».

L’Univers ou le TOUT, par définition, ne saurait être extérieur à NOUS-MÊMES, soit par rapport à l’exhibition de son ego ou individualité. L’Être universel ou Principe Originel Universel ne peut dès lors affirmer son Individualité qu’au travers de CHAQUE ÊTRE INDIVIDUEL (ce pourquoi l’humain est par essence un HOMO RELIGIOSUS ET QUE LA LAÏCITÉ N’EXISTE PAS), le Moi-Individuel devant à son tour assumer le rôle du TOUT cosmique par rapport aux éléments ou parties de son Univers qu’il domine : chaque Point Focal de conscience est ainsi une « partie totale », soit une FRACTALE DE LA CONSCIENCE INFINIE qui assume le rôle de PLUS QUE LA SOMME DES PARTIES (la totalité ou absolu est une conception nécessairement humaine : seule l’opinion peut déterminer ou inventer une ligne de partage où commencerait l’infini et où s’arrêterait le fini. Car qui est vraiment en mesure d’inventer le départ entre le fini et l’infini ?).

Par le Principe Originel Universel, tout création est une communication de Son Être, soit de son infinie plénitude énergisante, aux êtres, qui par essence participe À LEUR INSU à la luxuriance ou ÂGE D’OR DU TOUT, en projetant précisément à leur tour leur propre UNIVERS QUI EST LE MÊME (FRACTAL), et cette participation de points focaux au processus cosmogonique apparait comme si l’Absolu ou Soi devait passer du déterminisme au non déterminisme ou un état déterminé de manière inconditionnelle : dans les religions de la Carotte on est dans le principe du « Fais ce que dois » (le libre arbitre est nié), alors dans dans l’Orient et le Yoga Vasistha on est dans le « Fais ce que voudras » (à condition de re-trouver sa Vraie Nature). De nos jours de laïcité les deux notions sont salopées, car le « Fais ce que dois » est depuis 1789 devenu le pouvoir d’achat du consommateur mélangé inextricablement avec le narcissisme devenu « Fais ce que voudras » totalement égoïste et dévoyé : LE DÉSIR DE SATISFAIRE TOUS LES CAPRICES QUELS QU’ILS SOIENT, SOIT LA RAISON OU LE MENTAL AMPLIFIÉ, ce qui a pu faire dire naguère à un Fuad Pacha : « Le poisson pue par la tête ».

Donc au rebours du créationnisme des religions de la Carotte selon lequel Dieu, dans sa « bonté » (donc DANS LA DUALITÉ, la bonté ayant son contraire la méchanceté), ne peut que délivrer des « bons points » de liberté afin de SOCIALISER ou COMMUNIQUER, et ici nulle décision ontologique n’intervient selon le système du déterminisme ou « Circulez ya plus rien à voir », d’où d’ailleurs fait la partie la thermodynamique, car le système socialisant des religions du Salut procède du mouvement même de l’Absolu qui, COMBLE POUR UN CRÉATEUR, SE LIMITE LUI-MÊME ET SE NIE EN SE DÉTERMINANT, POUR SURMONTER SA NÉGATION DANS LA PENSÉE DE SON AUTRE.
Dans ces conditions, du Brahman ou Soi jusqu’au samsara ou monde des phénomènes et des noms-les-formes, ou si l’on préfère de la NON-CAUSE OU ÊTRE INENGENDRÉ, INFINI, IMPÉRISSABLE, IMMOBILE AU DEVENIR OU ÉVOLUTION, il y a donc moins rupture que relation d’intériorité.

Comme actuellement il y a un horrible mélange des deux « Fais ce que dois » et « Fais ce que voudras » IL Y A AUSSI UNE BROUILLE DANS L’IMAGINATION, DONC DANS LA PROJECTION, DANS LA MAGIQUE CAROTTE OU SALUT QUI FAIT AVANCER L’ÂNE OU CEUX DES CRÉDIT-CRÉDO-CROYANCE.
Coleridge distingue bien FANTAISIE et I-MAGINATION (la Magie (2) du I ou Point Focal sur le I) : la matrice de l’Axe permettant le retour à sa Vraie Nature, par MA-R-I-Age au Point Focal et donc à la Création : A-G-E (le réveil ou éveil par les Points d’acupuncture ex-cités et réveillés).

LES DIEUX SONT DE GRANDS ENFANTS : ILS A-MUSENT LEURS ENFANTS EN LES FAISANT À LA FOIS ACTEURS ET SPECTATEURS DE LEURS PRODUCTIONS CINÉMATOGRAPHIQUES, ainsi tout l’Univers dans sa diversité n’est qu’illusion. Les globes planétaires et leurs noms-les-formes en nombre infini ne sont rien d’autre que du EYES CANDY, DU SPECTACLE, parce que projetés par les rayons créateurs sur l’écran de nôtre conscience. Dans la salle de cinéma, le spectateur voit bien que les scènes du film apparaissent sur l’écran blanc grâce au faisceau de lumière aussi blanche issu de la cabine de projection et du projecteur de film. Blanc = Instant : pour celui qui s’est définitivement convaincu que la soi-disante « création » n’est qu’une vaste projection hollywoodienne et que LA SEULE RÉALITÉ SE TROUVE DANS L’AILLEURS (le plus que la somme des parties), le discernement des ordres de valeurs s’en trouve absolument changé.
La Conscience infinie est cette lumière du blanc de l’Instant, comme la présence d’une bougie allumée dans une pièce fait voir tous les objets qu’elle contient, ainsi est-ce en présence de la Lumière du Témoin ou Conscience infinie non délimitée que toute la succession enchaînée des images de l’Univers se présente à la vue sur l’écran.

Concernant LA MAGIE DE L’IMAGINATION, William Blake écrivait (Seconds Livres Prophétiques) : « L’imagination n’est pas un état : C’est l’existence humaine elle-même » (et sa temporalité). Bref, tout étant dans le mental, donc UNIQUEMENT INTÉRIEUR : les manifestations d’états du mental ou circonstances « extérieures » NE SONT QUE DES OPINIONS ET NULLEMENT DES CAUSES. Les « noirs moulins du diable » qu’évoque Blake NE CONCERNENT QUE LE FAMAUX SOCIAL SI À LA MODE DEPUIS 1789 : LES FAITS MÉCANISTES ET LEURS LOIS MÉCANISTES comme les fabriquèrent les Bacon, Newton, Locke si à la mode depuis l’après 1789 et le développement de la société industrielle tout au long du 19è siècle.

IMAGINATION = JE SUIS CE JE SUIS (le ‘Je’ ou Ainsité).
Elle N’EST PAS médiatrice entre perception (par les sens) et intellect. L’Imagination Première n’est pas Dieu mais une RÉPÉTITION, UNE MUSIQUE DE L’ACTE CRÉATEUR EN TOUT ÊTRE HUMAIN. Bref, L’IMAGINATION EST VITALE, bien que ses « objets » soient principalement morts (ils sont comme extérieurs).
L’IMAGINATION EST ÉNERGIE LIBRE, CRÉATRICE, alors que la fantaisie (le caprice, le fantôme, le spectre) est passive, mécanique ou instinctive et reproductrice comme de faire des enfants pour tenter de se survivre ; aussi il n’est pas étonnant qu’historiquement l’ingénierie de la mécanisation sociale a progressé en Occident tout au long du 19è siècle parallèlement à la mécanisation industrielle sous la poussée de la prolifération des banques, juives notamment.

IMAGINATION = JEUX DE CORRESPONDANCES ENTRE LE HAUT ET LE BAS ET L’INVERSE (Art de l’Alchimie). Donc la fantaisie est mécaniste, alors que l’imagination est hautement créatrice comme expliqué plus haut avec l’Axe ou Point sur le I et sa Stargate.
IMPORTANT : l’imagination ne passe pas par les cinq sens, ou si peu, comme l’a bien compris un Jacob Frohschammer, de nos jours hélas oublié, qui voit l’imagination à l’égal d’une puissance démiurgique engendrant le monde, l’infini petit et l’humain, et il découvrait dans la haute Imagination digne d’un Alchimiste la vie créatrice des formes (et par l’Alchimie la JONGLERIE DES ATOMES : transmuter n’importe quels nom-les-formes), proposant une « évolution créatrice » (mais pas à la façon destructrice du capitalisme des Google-transhumanistes). Proche de l’imaginaire du Yoga Vasistha, voir Douglas Fawcett : world as imagination, Londres, 1916 ; et Divine Imagining

IMAGINATION = MAGIE = ILLUSION, ce qui était une parfaite réalité pour Paracelse comme pour Jakob Boehme. RAPPEL : Le « fait religieux » et le « fait magique » n’existent pas en tant que « phénomènes observables » ou mesurables par d'autres, ou dans la fameuse laïcité et ses faits sociaux et sciences humaines, qui ne sont pas des sciences puisque toute science est une dualité d’un sujet étudiant un objet et que le sujet est par essence la non-dualité, la globalité de l’Être ou Univers, l’observateur est donc lui-même engagé dans l’objet comme la poupée russe composée de plusieurs emboîtées les unes dans les autres. L’imagination du YV est trinitaire :
- 1 : la cause ou idée
- 2 : l’imagination créatrice de l’illusion (« Vous faites illusion », me lançait à la figure le psychiatrique)
- 3 : la bhavana ou création mentale, conception, idée, à distinguer du 1 car aussi méthode de contemplation.
Comme tout ce qui est Magie, l’imagination comme le sacré est d’une PARFAITE AMBIGUÏTÉ OU AMBIVALENCE (voir la puissance du nombre 11 sur cette page et qui en Chine représentante le TOUT), CE QUI INTERDIT DE LEUR ASSURER LA DIGNITÉ ET LA VALEUR ABSOLUMENT POSITIVE D’UNE FONDATION : écho certes de l’Origine, mais aussi supplément inattendu qui n’appartient pas à l’origine et qui n’est pas lui-même une origine, mais qui gratuitement et par accident ordonne et détermine, l’imagination se voit assigner en tant que « lieu » de l’affection de soi par Soi, le statu ambigu d’une instance à la fois originairement gratuité - instance où se dévoile l’être métaphysique de l’humain, puisque se tenant à la focal de toutes les activités humaines - et en même temps, une captieuse obnubilation et errance indéfinie digne de la Sainte Chimère entraînant à l’entrée d’un labyrinthe inextricable comme peut le sembler l’Alchimie.

Pour le poète Novalis, sont « idéalisme magique » le faisait devenir un « non-moi » comme une œuvre d’art librement conçue, comme si l’Alchimiste réussissait son Grand Œuvre, mais avec un manque quelque part ; quant à Fichte, il voyait l’imagination comme une faculté qui expliquerait l’auto-affection, une sorte de non-moi en un mécanisme qui prend naissance en-dehors de toute conscience et qui est déterminé dans toutes ses parties. Le Yoga Vasistha réconcilie Fichte et Novalis : l’être humain est à la fois un magicien qui fait de la magie sans le savoir (pas de Laïcité, car la magie est à l’origine de la religion), et il est un Homo Religiosus, mais s’il parvenait à se rendre maître de sa Vraie Nature qui domine au-delà de la conscience conceptualisante par un acte d’attention CENTRUM CENTRI EN COÏNCIDENCE AVEC L’INSTANT, COMME CERTAINS MAITRES EN ARTS MARTIAUX, IL SERAIT UN VRAI MAGICIEN.

LA MAGIE ÉTANT AUSSI DU DOMAINE DE CE QUE DE NOS JOURS ON APPELLE « PSYCHIATRIE », PARCE QUE CES GENS NE COMPRENNENT PAS LA CRÉATION ET L’ÂGE D’OR, on va parler de « syndromes confuso-oniriques », de « bouffées délirantes polymorphes », ou de « schizophrénie », donc de FANTASMES CONTRAIRES À L’UTILITARISME QUI DOIT RAPPORTER DE L’ARGENT AU RÉGIME CAPITALO-RÉPUBLICAIN.
Le psychiatre de courant C.G. Jung, Pierre Solié, écrit dans Médecine initiatiques, aux sources des psychothérapies : « Ne rien pouvoir localiser dans le temps et dans l’espace se nomme aujourd’hui « confusion mentale », « syndromes confuso-oniriques ». Passer de cette confusion universelle à un ordre universel, c’est pouvoir agir réellement - et non plus imaginairement - sur les éléments de l’univers ». Sur ces derniers points de l’imaginaire je ne suis pas d’accord, tant P. Solié semble négatif à propos de l’Âge d’Or. Solié qui a d’ailleurs écrit : Psychanalyse et imaginal (imaginal : mot d’Henri Corbin, surtout dans son Grand Œuvre tournant autour de la bhavana : L’imagination créatrice dans le soufisme d’Ibn’Arabi).
La Création : pourquoi quelque chose plutôt que Rien ? Pourquoi s’être lancé dans la Création ou se lancer dans l’objectivité, le projet-projection (qui allait depuis longtemps tourner au matérialisme et au capitalisme) ???
À YV III 67, 79 le Yoga Vasistha répond : « Le Principe unique et sans second se manifesta sous la forme de la Nature et Il apparaît comme dualité, à l’image des vagues qui, du fait de l’imagination, paraissent différentes de la mer [comme celui qui regarde les doigts pointées vers la Lune au lieu de regarder directement la Lune], ou des bracelets différents de l’Or. Aussi est-Il perçu de soi-même autre que Lui-même ». Ou dans le YV VIb 106, 43 : « Quand la Conscience infinie se manifeste de soi-même de telle ou telle manière, Elle l’aperçoit sans tarder et devient le sujet percevant des objets de sa propre pensée, de même que tu es tel que tu te vois par toi-même [à condition de connaître sa Vraie Nature…] ».
Novalis a raison de penser que le Vrai Magicien, étant un pur créateur, ne peut être autre chose qu’une Personne qui s’enchante elle-même, et DANS L’INSTANT, de telle sorte que ses propres créations ou enchantements lui paraissent comme des phénomènes étrangers, agissant de leur propre force ; C’EST LA DÉFINITION MÊME DU MOT DE 4 LETTRES : COUR (a-viser dans l’Instant, ce qui est théoriquement impossible vu qu’il n’existe plus de temps pour aviser, pour regarder, pour se sécuriser en prenant du recul, ce qui fait qu’immanquablement nous agissons en CATASTROPHE, en APOCALYPSE : ça se découvre ou se révèle par PANique… par le TOUT-RIEN surgissant dans l’Instant et c’est la catastrophe comme la mort, ON NE PEUT PLUS DÉ-PLOYER, ON MANQUE D’OXYGÈNE-OCCIDENT, BREF, ON MANQUE DE MORT (on manque d'Occident...). Alors pour éviter la Catastrophe ou Apocalypse, on fait dans l’espace-temps, l’a-musement, dans l’illusion, dans l’erreur, dans la magie ou artifice POUR AMUSER LA GALERIE DU TOUT, LA GALERIE DES DIEUX [actuellement de la City de Londres et de Wall Street).

C’est bien par le Rien que la chose survient ? Ce Rien que Jakob Boehme appelle Mysterium Magnum : ce Grand Mystère de l’espace-temps si temporisé (séparation de l’Absolu). Évidemment les Chrétiens interdisent de traiter leur Dieu de « Grand Magicien »… Chacun place l’ego selon son opinion…
L’illusion est fertile, elle a même fourgué la thermodynamique ! Les tours authentiques de prestidigitation (il y a digital, informatique, là-dedans, comme le zéro qui s’escamote en un), on y trouve la trinité suivante : 1) apparition et disparition, 2) métamorphose et changement d’une chose en une autre comme à l’Âge d’Or, 3) scinder et séparer et réunir et réaliser (comme le rope trick)  

Shankara déclare : « Il n’y a pas, en vérité, d’autre transmigrant que le Seigneur », Dieu ou le Soi se montre en se cachant, ou la Réalité est sans double : le Seul Réel étant réfractaire à toute entreprise d’identification (Paradoxe de la Réalisation du Soi).

Dieu caché : Je ai un autre : comme s’Il perdait le souvenir de son unique réalité, Il joue à être un autre et devenant la myriade de Moi-Individuels, et folâtrant avec ses illusions. Il est par nature le Soi mais doit le découvrir derrière la multitude, alors que son apparence de multitude est toujours illusion, c’est-à-dire pouvoir magique, artifice.
Dieu caché car Il est unique, sans double ; Il ne saurait s’adonner au jeu hasard, pas plus qu’au jeu qui fait fureur de nos jours : la compétition (en sports-industries). L’enfant est proche de Dieu : il joue en libre improvisation, dans l’Instant, sans scénario ou raisonnement, car c’est comme s’il n’avait pas oublié l’Âge d’Or. Une activité imaginaire créant une dimension autre, qui pourrait s’appeler : PUTRÉFACTION ou RENONCIATION : RE-GARDER, DÉ-PORTER.

OUI, cher Fuad Pacha, le poisson pue bien par la tête, et dire que nous sommes encore à l’ère des poissons, donc de la raison, c’est-à-dire de l’ERREUR !!! Novalis écrivait d’ailleurs que « L’erreur est l’instrument nécessaire de la vérité », ce qui rejoins la procédure sophistique policière en vigueur sous les Lénine-Staline : « Jamais nous n’arrêtons un homme qui n’est pas coupable. Et même si vous n’étiez pas coupable, nous ne pourrions vous relâcher, parce que les gens raconteraient qu’on rafle des innocents » (réf. Goulag, de Anne Applebaum). Procédure qui correspond au fait que pour voir l’objet supposé dans un endroit sombre, il est nécessaire de dé-porter ou de ne pas pointer son regard directement vers l’objet à rechercher.

OUI, cher Fuad Pacha, le poisson pue bien par la tête, car si un dispositif narratif très complexe comme celui du Yoga Vasistha peut contribuer à assumer une fonction d’intégration à une vue d’ensemble véritable impossible à embrasser par la raison et son « État de droit » à la mode judéo-maçonnique GODF, c’est certainement l’imagination seule, et non la raison, qui peut espérer opérer le changement de dimension requise dans le mental de l’auditeur et spectateur.
L’imagination peut seule transcender le point de vue particulier ou opinion pour concevoir le monde comme un TOUT, la capacité humaine étant de re-présenter l’impossible en passant d’une dimension à une autre. C’est là qu’intervient la Sainte Chimère et le Yoga Vasistha accordées aux mystères du monde - alors que comme écrit en début de page, les religions du Salut n’ont pas d’imaginaire ou mystères - car la structure narrative du YV se révèle adéquate aux paradoxes qui sont au principe de ce que nous nommons de nos jours : « intelligence », et au vertige infini de la Sainte Chimère qui est capacité réflexive du vagabondage mental.
Avec le YV on tente de s’arracher à la prétendue réalité d’un monde en fait créé par d’illusoires projections d’opinions ; bref, sa fonction de Salut conduit le pèlerin à la délivrance par un procédé d’intuition en profondeur permettant l’accès à des dimensions intimes (n’ayant rien à voir avec une quelconque psychanalyse à la Freud et à son niveau d’en dessous la ceinture ou pulsions qui s’appelleraient « inconscient » : le machinisme humain du 19è siècle… Sigmund Freud est un mécanicien du pipi-caca, du phallus).


Notes.
1. Le régime capitalo-républicain est LA nouvelle religion mondiale vu que l’être humain est par essence un Homo religiosus. Pourquoi cela ? Il suffit de regarder ou d’écouter ses messes du sport toutes les fins de semaine, histoire du mécanisme d’opinion faisant fonctionner le monde de la re-présentation, là où tout le monde « s’envoie en l’R » par drogue légale ou illégale c’est la même chose. Jouer au Loto de la Française des Jeux ou tout autre jeu d’argent est également une religion ou une MAGIE.

2. Magie, Force : définition de la Magie, d'après François Lexa : elle est le produit de l'effet dont la connexion avec cette action n'est pas explicable par la loi de causalité. M.A. Moret voit l'origine de la magie dans la conception animiste du monde. C'est le Ka qui anime les choses sans vie ainsi que les êtres vivants. (Animisme : attribuer une âme aux choses, bref, pour les Hébreux-Juifs, de l'idolâtrie). Pour l'Égyptien la vie posthume était plus importante que la vie terrestre, parce que d'après lui, l'homme vit peu de temps sur la terre, mais dans l'Autre Monde à jamais. C'est pourquoi il faisait dès sa vie terrestre des préparations en pensant à sa vie future. Les Anciens Égyptiens passaient leur vie durant à préparer leur Après-Vie.
 
 

Dernière mise à jour : 01-03-2019 04:31

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >