Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Vraie Vie Énergie Libre
Vraie Vie Énergie Libre Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 02-03-2019 02:35

Pages vues : 603    

Favoris : 74

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Apocalypse, Banques, Béton, Capitalisme, Carotte, Catastrophe, Chan, Chimère, Christ, Confort, Corps, Cul, Démocratie, Dépendance, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Étoile, Gratuit, Histoire, Humain, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Jardin, Juif, Klan, Langage, Liberté, Lucifer, Maux, Méditation, Mental, Miroir, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Oligarchie, Opinion, Orient, Pagan, Panique, Paradis, Pierre, Plume, Porte, Puce, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Serf, Simple, Social, Soi, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Toupie, Vérité, Vide, Vieux, washingtonisme, Yokaï

 
anu22tore_f_energilib.jpg
 
 
Vraie Vie Énergie Libre
Circumincession (1) : créateur créant et
création créée font UN TOUT avec
l’activité créatrice sans fin.
La Circumincession étant sa Nature propre,
la Vie même de l’Absolue, celle dont les
opérations (O per A, de per : autour et œuvre)
sont l’immanence totale : cette unité circulaire
est ce par quoi s’exprime la relation à soi
inhérente à l’ABsolu ou Soi, se rapportant au soi,
il se créé lui-même, à l’image de l’Ouroboros,
elle se dévoile DANS L’INSTANT avec
l’Auto-engendrement du Soi par laquelle, se
rapportant à soi, il se crée lui-même, lors
même que le fini vient à l’existence pour
finalement être dépassé par un nouveau créateur.
La Somme est plus que le total des parties.


Page dédiée au POINT C’EST TOUT ou POINT SUR LE I
 
 
Nôtre monde des illusions, et quand elles sont perdues, dégradées ou déshonorées, dévalorisées, c’est la déprime, la CATASTROPHE, L’APOCALYPSE QUI DÉCOUVRE LA VÉRITÉ VOILÉE PAR LES ILLUSIONS-HISTOIRE-TEMPS. Illusions : rêver au prince charmant avec qui fleurter (flirter, badiner) pour produire des graines, rêver à la prochaine voiture qu’on pourrait se payer avec son « pouvoir d’achat » ; toutes projection afin de masquer l’Apocalypse. De même que toute auto-satisfaction de cette actuelle culture du narcissisme est illusoire. Culture du narcissisme tel le quant-à-soi (faire le Macron : l’arrogant, le fière à bras qui garde ses distances avec le peuple français. Macron c’est Bélise 1er, l’aveuglement triviale et nobiliaire qui avait son ancêtre dans la malédiction de l’oracle dans la tragédie).
 
Le Principe Originel Universel a rêvé ou manifesté l’Univers et tous les noms-les-formes qu’Il contient, comme autant de « miroirs » où Il puisse refléter Sa propre Liberté ou Énergie, s’il est vrai qu’un univers non perçu n’existe pas, pas plus que le temps n’existe sans quelqu’un pour le voir, et que le monde n’existe que dans la mesure où il est également perçu par quelqu’un. Ainsi le Soi qui pense le monde a besoin, pour autant qu’Il est le TOUT, de ces miroirs (FRACTAL) pour donner une illusion de réalité à son rêve. La condition propre du Soi étant la Centre qui est nulle part avec ses Circonférences qui sont partout : dans le ciel, dans les roches ou bien dans un mur en béton, etc., ainsi son image n’est aperçue comme dans un miroir que dans le mental, lequel est son récepteur (2). Le Soi n’accède à l’expérience de Lui-même et ne s’instante que dans le « miroir » de la conscience humaine.

Étant donné que TOUT EST DANS TOUT (fractal), et qu’il ne se passe rien dans une quelconque de ses parties qui n’affecte le Tout, le Soi en prenant conscience de l’image créée, y réagit, comme si chaque Centrum Centri permettait le développement d’Instant du mouvement Macrocosme-Microcosme, lesquels se reflètent et s’interpénètrent à l’infini, comme dans le cas de la transcommunication avec l’Après-Vie, cette infinité d’images de plus en plus petites, sans fin, que se renvoient deux miroirs se faisant face (2). Après cela il est plus facile de comprendre et d’accepter, avec grande prudence, la transcommpunication (TCI) avec les morts. Car le « Zéro » ou Instant de la Conscience infini se diffracte en une infinité de Stargates, Points focaux ou encore « trous noirs » autant de Soi autant de soi (et dans la transcommunication avec les morts autant de dangers de recevoir des attaques de « mauvais trous noirs » ou de Point Focaux pas si nette que cela (trompeur) !


video_transcommunication_larsen_video_schreiber.png

Lorsque la Conscience infinie est bien focalisé dans le Point Focal individuel, dans un atome ultime (comme l’image en haut de page : un Anu) dont justement la Vraie Nature est d’être LE Point Focal : le poète Novalis disait d’ailleurs  « Nous sommes des points personnifiés, des points tout-puissants », donc des Centrum Centri. Ces Points Focaux qui représentent le TOUT… et le RIEN.
Le rôle des noms-les-formes ou toutes formes de vie est celui de témoin, et le rôle assumé par l’être humain est sans conteste plus étendu que celui d’une Araignée ! Cependant l’Araignée ayant aussi un Soi puisque dépendante de Sa création, elle n’en est pas encore consciente : SON MIROIR DORT ! Le Soi étant le TOUT, Il ne peut avoir conscience de Lui et goûter la réflexion de soi que dans ses manifestations à l’infini, dont nous et l’Araignée et d’autres faisons la partie jusqu’au grain de poussière le plus fin.

La Conscience infinie est ce RIEN DU TOUT : Elle est la substance de toutes les consciences et de toutes les existences, ELLE NE PEUT QU’ÊTRE PLUS QUE LA SOMME DES PARTIES, LA TOTALITÉ ÉTANT TOUJOURS DAVANTAGE QUE LA SOMME DES PARTIES ; rien, en ce qu’Elle n’a conscience d’Elle-même nulle part (Le Centre n’est nulle part) ailleurs que dans le mental humain (sans l’humain Elle n’existe pas).

Le Yoga Vasistha exprime LA Liberté qui joint de son Essence, ce qu’exprime également Jean Coulonval qui, que je sache d’après son livre Synthèse et Temps Nouveaux, ne connaissait pas le Yoga Vasistha, le Principe ou Soi s’imaginant à soi-même les formes d’Univers et les êtres au travers desquels Il parvient à se con-naître Lui-même comme Soi. ABIME SANS FOND DE LA SAINTE CHIMÈRE car dépassant l’entendement humain, et que la Tradition indienne, avec Ramana Maharshi surtout, invite à réaliser, ce qui ne peut que rapprocher la relation psychogenèse-cosmogonie (réaliser sa Vraie Nature corrélativement à la Réalisation de l’Univers).

Le traditionaliste Pierre Hillard et le psychiatre A. Stocker (par exemple dans son livre : Folie et santé du monde) sont farouchement contre l’hindouisme et les Païens et les Gnostiques symbolisés par l’Ouroboros ; ils ne jure que par le créationisme à la façon du Démiurge Compas-Équerre : un Dieu extérieur et « bon » (la Providence), et ainsi se place en JUGE en un orgueil monstrueux et surtout liberticide qu’ils prétendent eux-mêmes dénoncer. Le Dr. Stocker écrit, page 141, à propos de totalitarisme ou dictature politico-moralisatrice : « Source et résultat, cause et effet en même temps, cercle vicieux s’il en est, Ouroboros ou Ourovorax, serpent symbolique qui se dévore lui-même et qui se prend pour son propre créateur [donc nécessairement le Soi] : c’est bien l’image du totalitarisme. Les premiers fauteurs d’hérésie, les Gnostiques en particulier, s’emparèrent de ce symbole, et ils y virent l’emblème du « renouvellement de la substance » [comme l’Oiseau Phénix qui renaît de ses cendres] dans un sens panthéiste qui frise le matérialisme du « retour perpétuel » [et donc de l’abolition du temps] ». Sempiternelle évolutionnisme et surtout sempiternelle accusation d’idolâtrie et grave erreur du docteur A. Stocker qui écrit pourtant par ailleurs des choses très justes, malgré des lacunes évidentes et un parti pris de traditionaliste à la Pierre Hillard, et que je connu par la lecture de Jean Coulonval.

Ainsi les croisements sans fin Macrocosme-Microcosme ne sont nullement dans le christianisme et l’islamisme (chez les Juifs voir leur Kabbale où le jeu des correspondance est délirant), dans l’Inde l’antique corrélation macrocosme-microcosme est le Centrum Centri même : un perpétuel trajet de l’un à l’autre, de sorte que l’on est conduit à se questionner sur la double essence qu’un tel trajet permet de soupçonner. Micro et macrocosme constitue un seul et même mouvement que le Yoga Vasistha donne à connaître : telle la circumincession (1) ou passage réciproque l’un dans l’autre (comme le Taiji)

Le Yoga Vasistha tente de porter à la conscience en dessinant un parcours tel qu’il re-conduise de l’un à l’autre : une unité circulaire en Ouroboros de la psychogenèse à la cosmogonie, tantôt en involution, tantôt en évolution. C’est pourquoi, pour l’entendement humain, l’ordre profond du sens ne peut se décrire qu’à l’aide de symbole topologique, telle l’anneau torsadé sur lui-même de Möbius. Cet anneau a le mérite de réveiller le mental si conditionné par les idées reçues et le tout confort : il remet en cause l’opinion de dimension, mais encore prescrit un parcours qui soit à reconduire à la Jabir du « dehors » au « dedans » et l’inverse, tel qu’origine et fin coïncident. Jabir fut un maître en matière de dualité intérieur-extérieur.

L’anneau de Möbius est à la fois de la géométrie euclidienne (plan bidirectionnel) mais en renfermant ce ruban sur lui-même, tel le « mythe de l’éternel retour » afin d’annuler le temps ou histoire, en formant une « surface unilatére », afin de plonger dans la troisième dimension. Confronté à un paradoxe insoluble, le sujet est alors invité à s’abstraire de l’espace-temps, en revêtant le sens que par rapport aux états mentaux d’un humain fini et incarné devant en mourir.
Ainsi l’être humain et son environnement sont comme enfermés dans l’étrange boucle, de sorte que le parcours développé par le Yoga Vasistha trouverait à reconduire du « corps du Soi » qui est la manifestation en tant qu’elle se présente comme « ce qui est sorti du Soi », à son centre, et l’inverse, comme si les deux « faces » de l’anneau représentaient la « matière » et « l’esprit ». Donc Haut comme Bas, et l’inverse, sont comme un perpetuum mobile, une opération toujours recommencée annulant ainsi le temps et l’espace : UNE CIRCULATION SANS FIN TELLE L’EAU PRIMORDIALE. Bref, aucun limite ou ligne de partage entre le processus de la cosmogonie et celui de la psychogenèse : tout est centré en UN POINT-EAU, chanté si souvent autrefois par les TROUVÈRES (Trouveurs du Trou ou Stargate).
Proche du Yoga Vasistha et de l’anneau de Möbius, voir l’œuvre de Maurits Cornelis Escherj spécialiste des miroirs sans fin : ses dessins déplient, sans solution de continuité, la métamorphose en chaîne des formes, qu’articule entre elles un réciproque engendrement rendu possible par un « espace géométrique et une géométrie à figurations multiples ».

solenoide_attract400.jpg

Le Yoga Vasistha cache un « manuel d’ingénierie vibratoire » puisqu’il n’existe pas de ligne de partage entre vibrations « physiques » et « vibrations psychiques » à la base de la manifestation de toute chose ; de sorte qu’en vertu d’une telle continuité ou fluidité de la manifestation, il est impossible de dire à quelle fréquence précise une manifestation se transforme de « physique » en « psychique », ce qui fait que l’on peut comprendre en quel sens son possibles les pouvoirs surnaturels siddhi (3).

La TORSION de la bande de Möbius correspond au Point Focal et au 8 horizontal symbolisant l’infini, comme la lettre S, moitié du 8, qui évoque le triskèle breton, la swastika, la ligne médiane du taiji, la roue, la force du Serpent Kundalini (voir le mot Essence : S en CE ; CE décrivant la coupure du TOUT manifesté. On peut lire aussi Essentiel : Essence du Ciel, S en Ciel).

L’Énergie Libre est donc le processus de création énergisante perpétuelle, sans commencement ni fin, dès lors que le processus cosmogonique produit en son mouvement un CIRCUIT AUTO-INDUIT PAR SON OSCILLATION ENTRE DEUX PÔLES RELATIFS À SA VRAIE NATURE : si ce processus est sans commencement ni fin, c’est en vertu précisément de ce cercle non vicieux parce que créatif, énergisant, où se retrouve la circumincession qui est Celle-là même de l’Origine ou Soi.

Chaque Point Focal ou Point c’est TOUT est à entendre par l’INSTANT : une sorte de puissance productive inhérente au Soi, la cosmogonie, qui se poursuit dans une création perpétuelle exigeant la GRATUITÉ d’une première création (amorçage de la « pompe »), ne saurait donc avoir lieu nulle part ailleurs que dans le milieu de la conscience humaine, grâce à une participation consciente à cet acte éternel et toujours recommencé qu’est l’acte même de la création. Les Anciens savaient annuler périodiquement le temps : « Collectifs ou individuels, périodiques ou sporadiques, les rites de régénération renferment toujours dans leur structure et leur signification un élément de régénération par répétition d’un acte archétypal [originel, le modèle, le zéro], la plupart du temps l’acte cosmogonique (l’acte créateur) », écrit Mircea Eliade dans : Le mythe de l’éternel retour. Il ajoute l’essentiel : l’abolition de l’histoire, le refus de conserver la mémoire du passé, même immédiat, soit « le refus de l’homme archaïque de s’accepter comme être historique, son refus d’accorder une valeur à la « mémoire » et par suite aux événements inhabituels (c’est-à-dire : sans modèle archétypal) qui constituent, en fait, la durée concrète [le temps qui coule] ». Comme le précise Eliade : « Si on ne lui accorde aucune attention, le temps n’existe pas ; de plus, là où il devient perceptible (du fait des « péchés » de l’homme, c’est-à-dire lorsque celui-ci s’éloigne des archétypes et tombe dans la durée), le temps peut être annulé ». Mircea Eliade fait bien de préciser que le mystique comme l’homme religieux en général, « le primitif vit dans un continuel présent. (Et c’est dans ce sens que l’on peut dire que l’homme religieux est un « primitif » : il répète les gestes de QUELQU’UN D’AUTRE, et par répétition [ce tic-tac à la taiji ou Yin-Yang] il vit sans cesse dans un présent atemporel ».

En Énergie Libre chaque Instant se créé Lui-même dans et par un devenir infini, parce que la liberté de création qui lui est INNÉE-IGNÉE garantit son infini devenir. Conception hardie dans le Yoga Vasistha par processus d’auto-engendrement du Soi, que le YV suit en réalisant précisément une auto-présentation, une auto-luminescence du Soi. Nulle philosophie autre que le Yoga Vasistha n’a professé avec autant de force ni avec un tel luxe de moyen persuasifs une doctrine situant l’univers entier dans le mental, et suggérant que tout, jusque le Soi Lui même, n’est qu’une simple extension du champ de nôtre conscience. Évidemment cette démarche est en sens contraire par rapport aux démarches dans lesquelles pataugent non seulement des chrétiens comme les Pierre Hillard et les docteurs A. Stocker, mais surtout cette démarche éclate la prison de l’encerclement millénaire des démarches parmi lesquelles patauge la pensée métaphysique de l’Occident, en tant qu’elle est inexorablement vouée à se traîner dans le triangle judéo-maçonnique : moi, le monde, Dieu, donc de la fameuse « raison », si destructrice comme l’est la thermodynamique.

Les échanges et mariages Macro-microcosme n’étant pas la tradition du christianisme et de l’islamisme, mais étant le fond crucial dans l’Inde, l’idéalisme bouddhique et celui du YV professant la non-dualité annulent la relation micro-macrocosme : dans la Réalisation du Soi, l’humain ne s’engage dans le speed des affaires humaines que pour ultimement retrouver sa Vraie Nature ; ce spatio-temporel qui semble séparer la personne du TOUT, et ainsi engendrer « la Chute », le temps et l’histoire.

L’être humain étant lui-même le cosmos, et que le cosmos est lui-même l’humain, comme tous deux sont de même origine, sont structurés par les mêmes lois et les mêmes rythmes, s’il n’y a pas harmonie, cela veut dire que l’humain ne respecte par les rythmes et lois cosmiques.
 
 
Comme dans le cas de voir une chose ou personne dans la pénombre, il ne faut pas pointer directement son regard en sa direction sous peine d’en être « aveuglé » (de ne pas la distinguer), mais de pointer sont regard AILLEURS, À CÔTÉ, les propos de ce monde ne deviennent visible que si l’on ne pointe pas son regard ou mental directement vers les propos, mais à côté : par le rêve ou par veille apporté par D’AUTRES PERSONNES OU PAR PROPOS D’OUTRE-TOMBE (voir plus bas le cas de la transcommunication instrumentale avec l’Après-Vie). D’où l’imaginaire ou éternel retour abolissant le temps, et le symbole qui, lui, pointe directement une chose afin d’éclairer le Seul Réel mais DANS L’INSTANT (l’éclair se voile dans l’Instant suivant).
Le symbole est identique à l’Apocalypse : il découvre tout en revoilant : dans le cas de l’Apocalypse ou FLÉAU, c’est la PANique, car le temps est supprimé, on ne peut plus aviser, voir
(disparition du sujet-objet). LA PANIQUE EST LIÉ AU SENTIMENT DE L’INSOLITE OU SINGULARITÉ ; L’INSTANT EST LUI-MÊME TOUJOURS INSOLITE CAR UNIQUE, ET PERPÉTUEL. Ainsi en ce monde, la seule peur existante est celle du SPONTANÉ OU INSOLITE, soit LA PEUR DU SEUL RÉEL. L’inhabituel, l’incertitude, le non-identifiable est la terreur des Fric/Flic, aussi il faut leur inventer des histoires, soit du temps pour les conforter en identification. La Seule Réalité, l’Âge d’Or, sont les TOUT EST POSSIBLE, et ça fera peur en premier à l’étatise et à ses Fric/Flic : LA POLICE DE L’AVENIR OU DE LA FIN DES TEMPS.
LA PEUR SURVIENT QUAND LE MONDE EST TOUT PRÈS : souvenez-vous de la peur de l’État républicain quand le monde était si près, le jour de l’acte 4 des Gilets Jaunes, quand Bélise 1er s’est retranché dans un bunker présidentiel, avec un hélicoptère prêt à l’évacuer hors de France en cas de graves complications ; et à l’acte 15 la peur ayant disparu, la Réalité et le monde s’éloignant, Bélise 1er passe 14h 30 en février 2019 au salon de l’agriculture, comme s’il faisait exprès de montrer qu’il n’avait plus peur du monde ; il est même partout, à Bordeaux avec la Jupe, etc., la déprime Gilets Jaunes il en est guérit… jusqu’à une rechute en une autre coloration…. 


En définitive, ne connaissant toujours pas sa Vraie Nature, l’être humain est obnubilé par la peur alors il s’entoure du confort des histoires et du temps qui coule : IL SECRÈTE DONC LE POISON DONT IL SE NOURRIT COMME IL DÉTRUIT SA PROPRE PLANÈTE, SON PROPRE UNIVERS. LA PEUR, COMME LA DOULEUR, C’EST DANS LE MENTAL (disait Ramana Maharshi au sens que c’est artificiellement une fabrication du mental). L’ÊTRE HUMAIN A PEUR DE LA PEUR, IL A PEUR DE LA VÉRITÉ OU RÉALITÉ, ALORS IL FAUSSE, IL MENT. AVOIR PEUR DE SOI EST AVOIR PEUR DE LA PEUR : DE SA PROPRE PEUR, ALORS ON S’ENTOURE DE COUVERTURE POUR ÉVITER DE DÉCOUVRIR L’APOCALYPSE QUI DÉ-COUVRE ; ON SE CONFORTE DANS LA TECHNOLOGIE DE THERMODYNAMIQUE….

OXYGÈNE-OCCIDENT VONT développer l’Histoire ou le temps en même temps que l’opinion. JE L’APPEL AUSSI LA GRANDE OXYDATION, BIS REPETITA DE CELLE CAUSE DE LA DISPARITION DE L’EAU PRIMORDIALE (notamment les formes de vie anaérobie (qui ignorent l’Oxygène et la lumière et rejoignent les formes de vie extraterrestres) ; alors depuis la Grande Oxydation, tout le monde s’envoie en l’R…… donc tout le monde fait dans le culte de l’ego ou du narcissisme….. de la montagne, des fleuves, des forêts, jusqu’au grain de poussière…..

Toutes les anciennes Traditions parlant de l’Eau Primordiale, ce n’est pas une opinion mais l’Origine ou EAU-rigine (l’Eau du UN), mot qui a d’ailleurs pour étymologie Orient…. et OR-igine (Or inaltérable car non attaqué par l’Oxygène. Le O des Eaux Primordiales et le Haut, le O du la Vache du Ciel de l’Égypte ancienne ou de celle du « Dressage de la vache » dans la Voie du Bambou de la Tradition Yen-Chan. Eaux Primordiales veut dire NOUS comme formes de conscience non accidentellement oxygénée, non occidentalisée par cette « civilisation oxygène occident » qui corrode et ATTAQUE absolument tout, QUI BÉTONNE TOUTE LA PLANÈTE (winnerisme urbain et destruction tout azimute des campagnes, qui seront réservées uniquement aux oligarchies, comme dans le film Elysium. Eaux Primordiales ou ÂGE D’OR-igine RETROUVÉ.



Notes.
1. CIRCUMINCESSION (ou circuminsession), selon la théologie chrétienne qui le tenait d’autres sources plus anciennes), concerne le trinitaire de Personnes : le Père connaît le Fils, le Fils connaît le Père, et de là procède l’Essence (Esprit) que reproduit l’énergie du Sentier/conversion à l’origine). Ce Dieu trinitaire que refuse les deux autres religions abrahamistes est le moteur de la relation à soi, un Centrum Centri.

2. Ici il s’agit du non-vide, la Vraie Vacuité étant énoncé par Ramana Maharshi dans l’entretien 513, le Libéré Vivant ou Réalisé Vivant est comparé au reflet dans un miroir sans tâche dans un autre miroir semblable. « Que peut-on trouver dans un tel reflet ? Le pur akasha [éther, ou Lumière de la Conscience]. De même, la Félicité reflétée du jnâni [Sage, Bienheureux] représente la véritable Félicité (ânanda).
Ce ne sont là que des mots. Il suffit que la personne devienne antamukti (tournée vers l’intérieur). Les shâstra [écritures sacrées] ne présentent pas d’intérêt pour ceux dont le mental est tournée vers l’intérieur. Ils sont destinés aux autres ». (Ramana Maharshi, entretien 513).

3. Les « huit siddhis » attribués au Seigneur Shiva que l’ascète est censé pouvoir acquérir par ses austérités :
- Anima : se rapetisser soi-même ou toute autre chose, jusqu’à la taille d’un atome.
- Makima : pouvoir augmenter indéfiniment son volume corporel.
- Ilakima : pouvoir se rendre léger ou pouvoir alléger n’importe quoi, donc vaincre la gravité ou poids.
- Karima : pouvoir augmenter le poids de son corps et sa solidité.
- Piratti (en sanskrit prapti) : le pouvoir d’obtenir tout ce que l’on désire.
- Pirakamiyam : pouvoir vaincre les obstacles naturels et aller n’importe où.
- Icattuvam (en sanskrit ishatva) ou icitai : domination suprême sur la nature animée ou inanimée.
- Vacittuvam (en sanskrit vashitva) ou vicitai : le pouvoir d’enchanter, de changer le cours de la nature ou de prendre n’importe quelle forme (fait très « Merlin l’enchanteur » ou sorcière de contes de fées… fait très SPECTACLE…).
En fait, les pouvoirs siddhis sont comparable à la gourde qui flotte sur l’océan : le mental du chercheur égaré peut être assimilé à une gourde qui, plutôt que de s’enfoncer, de se MÉLANGER dans l’Océan du Soi manifestation de l’EAU PRIMORDIALE, flotte à la surface des illusions renforcées par ces pouvoirs, continuellement ballotés de-ci de-là au gré des mouvements du mental et donc des OPINIONS.  
 
 

Dernière mise à jour : 02-03-2019 04:05

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >