Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Humaine condition
Humaine condition Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 04-03-2019 02:35

Pages vues : 519    

Favoris : 73

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Apocalypse, Banques, Béton, Capitalisme, Carotte, Catastrophe, Chan, Chimère, Christ, Confort, Corps, Cul, Démocratie, Dépendance, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Étoile, Gratuit, Histoire, Humain, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Jardin, Juif, Klan, Langage, Liberté, Lucifer, Maux, Méditation, Mental, Miroir, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Oligarchie, Opinion, Orient, Pagan, Panique, Paradis, Pierre, Plume, Porte, Puce, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Serf, Simple, Social, Soi, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Toupie, Vérité, Vide, Vieux, washingtonisme, Yokaï

 
 
frise_rnd2.gif
 
 
 Humaine condition
Étant fractale, la Résolution de la Vacuité
du Vide, ou Vacuité de la métaphysique (ontologie),
ou Merveille des merveilles ne peut passer que
par cette devise Alchimique, RÉSUMÉ PAR UN SEUL
MOT : JEU, ou POINT, qui assurément paraîtra
« diabolique » à un adepte des religions du
Livre ou « révélées » (le causisme) :
Aller vers l’obscur et l’inconnu par
ce qui est plus Obscur et Inconnu encore.

Car enfin, pourquoi y aurait-il un « infiniment petit »
auquel l’opinion humaine assimilerait une limite,
de par ce concept même ou dogme de l’atome, et
inversement pour le « plus grand », l’ « Univers » ?
Alors : QUI INVERSE QUI ET QUOI ?
Qui croit ou ne croit pas ?
Et qui impose des dogmes tout confort et si pratiques ?

Cause toujours !
Labyrinthe, Labyrinthe (ou Alchimie, Mandala) !
Suprême sens. ou non-sens Suprême ?
 
 
En effet, inventer une super cause comme le Big Bang c’est vraiment le TOUT CONFORT CAPITALISTE UTILITAIRE ET ROULEZ JEUNESSE DANS L’ESPACE-TEMPS ET L’OPINION ! Inventer la cause même de l’ÊTRE est également une opinion arrêtée, une super cause UTILITARISTE identique à celle du Big Bang en promotion depuis le 20è siècle. Big Bang ou cause-Être sont encore des opinions, DES FIXITÉS OU COAGULATIONS universalistes. La devise Alchimique si somptueuse se retrouve étalée dans tout le Yoga Vasistha : le YV ne parvient pas à élucider l’Énigme de la manifestation ou spatio-temporel, ce bizarre monde des accidents, ce monde du Pont d'Avignon (voir plus bas) ; car pour y parvenir IL FAUDRAIT POUVOIR SORTIR DE L’UNIVERS, or comme tout est fractal, tout est dans Tout, c’est action-cause impossible !

ÊTRE, si oublié de nos jours où ne compte que l’AVOIR : « Cet Être qui représente l’extrême limite de la pure Existence, ô toi le plus avisé des Sages, c’est Lui seul qui est devenu la source et la Semence de l’existence de ce monde, lequel est issu de Lui seul [le ‘Je’] : cet Être qui coïncide avec la limite extrême de la pure Existence en général est la Réalité Ultime, sans commencement ni fin [donc sans cause], devant la Nature absolue de laquelle l’entendement humain abdique. Or, de cette dernière il n’existe point de cause » (YV V 91, 109-110).

« À la création du monde par le Brahman [le Soi] dépourvu de toute nature propre, il n’est point de cause assignable, étant donné que sa Conscience vibre de soi-même comme la brise qui frémit (sans cause assignable) » (YV VIb 33, 32). Si le Soi « émerge » hors du Soi et se manifeste, c’est à la faveur d’une brise se formant d’une MANIÈRE IMPRÉVUE (sans cause) dans l’air calme, ou comme la vibration d’une ondulation qui vient à rider spontanément la surface de l’océan (selon l’image familière donnée par le YV) ; et si l’ego et le monde sont apparus, c’est à la manière des tourbillons qui viennent se former dans un milieu liquide.

« NATURE » : « Jamais ce monde n’a pu surgir causé par rien d’autre ni s’apaiser [le tout confort] du fait d’une autre cause [genre la « volonté de Dieu »] ; c’est seulement de soi-même qu’il se lève et perdure au sein de l’essence même de l’unique Brahman » (YV III 10, 13).
« Par NATURE, les Sages éveillés entendent l’ensemble des conditions et natures propres sous lesquelles Brahma se manifesta en Lui-même au commencement, et qui perdurent inchangées jusqu’à maintenant, formant les éléments constitutifs de toutes choses (pots, étoffes, arbres, etc.) - Nature qui s’est déployée à la manière du corbeau picorant sous un palmier et qui est tuée par la chute fortuite d’une noix de coco… » (YV VIa 85, 145).

De même qu’il n’y a pas de raison de prétendre qu’il peut exister un plus petit grain de Matière (sens Euclidien) Infiniment/non défini/petit, et Infiniment/non défini/grand = mêmes problèmes, comme l’écrit Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux, on ne peut pas opposer « droit » et « fait ». Le « droit » si à la mode depuis l’après 1789 et son « État de droit » découlant directement de la mode de la « raison » chère aux perruques poudrées du siècle dit « des lumières », des faits ou opinions à l’empirisme à la John Locke, car nous sommes par nature limités, même une fois « augmentés » dans le « futur » par une prothèse transhumaniste : nôtre conscience conceptualisante est limité et s’arrête à deux frontières où elle finit par se mélanger dans le mental de John Locke (obscurité de l’empirisme en inverse de la devise alchimiste citée en titre) ; obscurité empirique car limitée par l’apparence existence d’un côté matériel, et celle marquée par l’autre côté non mesurable par les sens : le spirituel ou transcendance attirante et vers laquelle nous cheminons jusqu’à nous en libérer, alors que cette libération est nôtre état naturel, car pratiquer l’empirisme à la John Locke de façon dogmatique comme actuellement ça donne le matérialisme actuel et son capitalisme.

Que signifie encore la noix de coco qui tombe fortuitement sur le corbeau picorant sous elle ? Elle illustre la devise alchimique : RIEN N’EST FIXÉ, PAS MÊME LE SOI-INSTANT, une possibilité absolue grève le processus même de la manifestation de ce monde et de la résorption de ce même monde, comme si le monde était né à la faveur d’une simple Distraction du Principe Originel Universel, comme un oublie de soi « momentané » (donc un comble !)
CORBEAU + COCO = LE MOI DANS SON DÉSIR D’ÊTRE RECONNU PARVIENT À SES FINS QUE S’IL DÉLAISSE SA RÉALITÉ PROPRE : IL DEVIENT UN DIVIDU (1), IL DÉLAISSE MÊME SA SINGULARITÉ POUR DEVENIR UN ÊTRE VAGUE ET INFORME (comme dans le cas de la « schizophrénie »…) ce qui conduit à une forme de NON-DUALITÉ ou NON-IDENTIFICATION. « Nous ne sommes pas seuls ! », affichent de nombreuses séries ou films, nous sommes garantis par l’ensemble de ces « autres » (aussi Dieux...] auxquels nous ressemblons, éventuellement, sans nous y identifier jamais (chose que risque ne ne pas faire le « schizophrène »).

Le Yoga Vasistha lui-même fait du causisme, de la constante, quand il dit : « Ce qui entre en contact avec toutes choses, du fait qu’il englobe le dedans et le dehors de toutes choses, et assume l’être même de leur nature propre : telle est la forme de l’Âme suprême » (YY III 7, 24).
Le Soi cher à Ramana Maharshi est du causisme comme Dieu, comme la Vérité, comme la Foi, comme la Conscience, etc., selon le point de vue de chacun. La Super Tautologie « Je suis ce JE SUIS » EST DU CAUSISME.

Le psychiatre et juriste Pierre Legendre fait du super causisme quand il écrit, en note de bas de page 51 de son livre : Le crime du caporal Lortie - Traité sur le Père, concernant : « Selon la logique structurale [sic], une sentence de culpabilité est en principe une répétition rituelle, notifiant l’accomplissement inexorable. Cela, c’est la construction des fondements politique » (en note : Dans cette perspective, il s’agit de notifier qu’aucun humain, en tant que sujet de la parole, n’a le pouvoir de se soustraire à son propre statut de l’espère). Certain qu’un poisson rouge ne parle pas ! D’ailleurs, je n’en sais rien, même si dans ma jeunesse j’ai eu des poissons rouges ; je ne suis pas un poisson pour pouvoir l’affirmer ! La « logique » de P. Legendre n’est pas une preuve ou une constante absolue.
Par contre la constante de l’humain actuel est qu’il n’inconsciente dans l’activité divine rien d’autre que sa propre activité : il fait tout pour se nier lui-même et consciemment en plus ! Auquel cas il renonce comme sa propriété immédiate, à sa Vraie nature, il la pose à nouveau inconsciemment en une Dieu en en ayant abstrait les limites et les imperfections de manière à se réapproprier ce Dieu dans toute sa réalité (en somme un ”Dieu-Pont” comme celui d'Avignon...); c’est en ce sens qu’il est un Homo Religiosus. DANS LE LABYRINTHE-PRISON DE LA FRACTALE L’HUMAIN EST CONDAMNÉ À L’ANTHROPOMORPHISME, en ce sens je puis accepter la constante de Pierre Legendre cité ci-dessus, qui ne sera seulement qu’un humanisme enfermé dans un désir de spiritualité, alors que nôtre état naturel de Soi-Divin ne se pose pas toutes ces questions !.

La Singularité ou Idiotès (seul, unique) est-elle une maladie mentale, tel un autisme-schizophrène enfermé dans une « forteresse vidée », soit « délirer » : ÊTRE EN SINGULARITÉ ? Bref, chacun peut-il réaliser le Soi sans devenir fou, soit devenir l’Univers et donc la Terre ? Question justement idiote tant NOUS SOMMES DÉJÀ LE SOI, LE TOUT (je ne fais que suivre Ramana Maharshi qui Lui-même suivant le Soi…).
Un freudiste direct tel le fils de rabbin Paul Federn comparait le Soi à ce qu’il appelait « Moi ego-cosmique » pour ce qu’il prenait pour « narcissisme primaire du Moi » (le « Premier Soi »), lui aussi comme Legendre faisant du parfait causisme. Bref, la psychiatrie comme les religions voit midi à sa fenêtre : tous ces ismes de par leur isme tendent à réduire, à limiter l’échelle à leur propre démarche, n’hésitant pas par exemple, à projeter la structure de l’expérience « maladive » sur ce qu’ils voient comme « normal ».

Le Yoga Vasistha s’adresse à des gens qui n’ont pas de déséquilibres mentaux graves, quand bien même la frontière entre « normal » et « pathologie » ne peut qu’être problématique en l’état actuel des consciences humaines ; de plus l’opinion psychiatrique occidentale d’« inconscient » et de « conscient » ne fonctionne pas en Inde ; enfin et surtout, les buts visés par la psychiatrie et les entreprises de délivrance indiennes sont si radicalement différentes que ces buts interdisent qu’ils interdisent tout comparaison et conclusion dans leurs perspectives respectives. Et puis le mouvement accomplis par le Sage dans le Yoga Vasistha est inverse de celui du déséquilibre mental : retrouver sa Vraie Nature. C’est exactement comme ce que disait Alphonse Allais du Pont d’Avignon concernant la vie où l’action consistait à y danser, ce Pont vu comme un intervalle de soi à Soi, ou l’inverse, comme si la danse équivalait à la Réalisation du Soi qui semble requérir l’Univers-Pont-d’Avignon d’Êtres et de moyens constituant à la fois le Pont et les Êtres dessus s’y instantant ensemble en une danse (le Soi), d’où la nécessité de faire, malgré soi, le « trajet » de la vie, donc de vivre sur ce « Pont », le principe du Pont étant le pontife-initiation qui fait passer l’initiation, car être initié c’est être passé au-delà d’une barrière, donc d’avoir traversé ce pont. Celui qui a passé le Pont est évidemment le seul à l’avoir vécu, à le savoir, le Pontife ne peut pas le faire à sa place ! Celui qui ne danse pas sur le Pont est encore un Profane, en recherche.

Note.
1. Depuis l’après 1789 la mode est à l’individu-individualisme, la persona ou la personne, le MASQUE (persona : masque de théâtre, ARTIFICE, ILLUSIONNISTE, CLOWN), ce qui en dit long sur la misère de l’humain condamné au pouvoir d’achat et à l'opinion : la voie du Principe Originel Universel se faut entendre à travers ce masque, à la mode en régime capitalo-républicain en ses gaz lacrymogènes ! MASQUE : LES APPARENCES, LA COUVERTURE SOCIALE elle aussi si à la mode.
MASQUE : le « devoir de mémoire » ou contenance, le confort ou automatisme, les constantes (du physisiste moderne) qui se nourrissent de binaires oui-non.
Cette mémoire et mé-mor-i-sation (donc mise à mort du Soi ou point sur le I) artifice donc, ou écho de ce qui a été perçu et qui évidemment ne l’est plus depuis longtemps et qui en devient l’image d'autant déformée d’une perception par les cinq sens.     
MASQUE OU PERSONA = OPINION QUI COLLE DES BONS POINTS OU DES MAUVAIS POINTS SUR LES CHOSES, DONC UN ARTIFICE, UNE OPINION EN CHAÎNE CAUSE-EFFET, parce l’opinion est une QUANTITÉ, UN DATA OU INFORMATION DÉPENDANTE D’UNE AUTRE INFORMATION ET CECI SANS FIN, alors qu’aucune opinion ou fonction n’existe en tant que telle, elle naît et meurt rapidement.
Ainsi la persona ou masque, l’ego de nos jours est une fonction ou engrenage de l’illusion ; cette fonction-opinion se nomme INDIVIDU.    
INDIVIDU signifie qui n’est pas divisé, et la manifestation ou spatio-temporel est précisément le contraire de cela ! L’être humain n’est qu’un DIVIDU qui donne l’illusion d’un Singularité, actuellement il en est une singerie. En Inde le moi ou ego est très très très poreux, il y a ainsi beaucoup de dividu.
 
 

Dernière mise à jour : 04-03-2019 03:22

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >